Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Le tournant du mouvement communiste international 

 Où va le KKE ?

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 09-10-2021 à 13:41:08   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le KKE continue de se considérer comme le phare du mouvement communiste international et de décerner les bons et mauvais points.
Il dénonce justement la ligne révisionniste dans les pays occidentaux européens, et l'impérialismes, sans toutefois citer nommément le PCC.
D'ailleurs la Chine n'existe pas dans ce texte.
Ce silence parle de lui-même. La ligne albanaise antichinoise dénonçant un social-impérialisme et un social-fascisme chinois n'a pas d'issue, mais le reconnaître constitue un sérieux obstacle à franchir.
Ceci traduit d'une certaine façon les hésitations du KKE devant les progrès de la Chine socialiste.
L'exposé est un peu abstrait mais évoque le développement inégal dans les pays impérialistes, ce qui était moins courant dans la ligne albanaise, où l'impérialisme est un bloc.



Les taches du mouvement communiste international
Discours du Secrétaire général du Comité central du KKE (Parti Communiste de Grèce)

Dimitris Koutsoumpas
Izmir 18/10/2019
21ème réunion internationale des partis communistes et ouvriers, coorganisée par le TKP et le KKE
"Chers camarades,
Chers représentants des partis communistes et ouvriers,
Nous vous souhaitons une chaleureuse bienvenue à la réunion de cette année qui, sur la décision du groupe de travail, est co-organisée par le PC de Turquie et le PC de Grèce, ici sur la côte asiatique mineure, sur la côte égéenne, qui devrait être un océan de paix et de coopération et non d’agression et de provocation, de contestation des droits souverains dans le cadre des antagonismes des classes bourgeoises de la région.
La classe ouvrière, notre peuple et plus encore les peuples voisins, les Grecs et les Turcs ont les mêmes intérêts. Nous partageons tous les préoccupations et la volonté de paix, d’amitié, de progrès et de socialisme.
Le KKE s’oppose à l’accord de continuation et d’extension des bases américano-OTAN en Grèce. Nous luttons contre l’implication du pays dans les projets impérialistes contre d’autres peuples. Nous luttons pour que le pays soit séparé des unions impérialistes de l’OTAN et de l’UE.

Le KKE dénonce la dernière invasion des troupes turques en Syrie et exprime sa solidarité avec le peuple syrien, qui subit les dures conséquences de la longue guerre impérialiste.
Il convient de souligner que la réunion de cette année en particulier se déroule à un moment critique, avec l’intensification des antagonismes et des contradictions impérialistes, la poursuite des guerres et des conflits impérialistes locaux et régionaux, l’intensification de l’exploitation de la classe ouvrière et le mouvement populaire, les crises économiques capitalistes, l’inquiétude grandissante d’un nouveau danger d’une crise internationale et peut-être plus profonde et synchronisée dans les années à venir, le renforcement des problèmes environnementaux et du changement climatique, des réfugiés et de l’immigration, la restriction des droits et des libertés des peuples, la montée de l’anticommunisme, racisme, nationalisme, etc.

Mais c’est aussi une année hautement symbolique pour notre lutte internationaliste et notre solidarité, car cette année marque le centième anniversaire de la fondation de l’Internationale communiste.
Le CC du KKE commémore le 100e anniversaire de la fondation de l’Internationale communiste (IC) (2-6 mars 1919).

Notre parti a développé une activité sérieuse dans le mouvement international. En outre, cela exprime une nécessité urgente aujourd’hui, après les renversements contre-révolutionnaires de 1991 et également à cause de la crise économique du capitalisme, qui impose une coordination et une organisation encore plus grande de l’action commune, afin que le MCI [mouvement communiste international] puisse prendre des mesures plus rapides dans la direction prévue. de formuler une stratégie unique contre l’agression impérialiste et la guerre impérialiste, pour la paix des peuples, pour le socialisme.
Le mouvement ouvrier depuis sa naissance, avec l’apparition même et la diffusion de la vision du monde marxiste et la fondation des premiers partis politiques de la classe ouvrière, a embrassé l’internationalisme. a un intérêt commun à renverser la bourgeoisie.
L’analyse léniniste de l’impérialisme, la position sur le développement inégal et le «lien» le plus faible dans un pays ou un groupe de pays et les tâches découlant de cette position pour chaque PC, l’expérience historique du siècle dernier, mènent sans ambiguïté à la conclusion que le champ de lutte national reste dominant, mais cela ne doit pas être interprété en définitive comme une résignation de la nécessité de coordonner et d’élaborer une stratégie et une activité communes des communistes aux quatre coins du monde. Un besoin qui prend encore plus d’importance aujourd’hui, puisque l’internationalisation capitaliste a pris des formes plus élevées, non seulement dans le domaine de l’économie mais aussi dans le domaine politique, parallèlement à la création d’unions transnationales internationales et régionales telles que l’OTAN, l’UE, le FMI etc.
Depuis sa fondation, notre parti adhère aux principes de l’internationalisme prolétarien. Pendant 100 ans, il a constamment lutté et n’a pas renoncé à ses principes. En tant que section de l’Internationale communiste (CI), elle a reçu beaucoup de soutien pour être créée en tant que parti d’un nouveau type. Dans le même temps, il a subi les conséquences négatives des problèmes d’immaturité théorique, voire d’opportunisme, apparus au sein du MCI [mouvement communiste international], mais n’a jamais rejeté la nécessité d’une stratégie commune du mouvement communiste contre l’impérialisme, pour le socialisme.
Cela n’a pas «théorisé» une expérience négative dans une mauvaise direction. Même si les choix et les décisions internationaux nous ont également affectés négativement, nous n’avons jamais commis l’erreur de justifier nos propres erreurs ou nos propres échecs en blâmant quelqu’un d’autre en dehors de nous-mêmes.
En particulier, certaines questions liées aux aspects de la stratégie du MCI au cours des dernières décennies fournissent des enseignements précieux pour aujourd’hui et doivent être discutées au sein du mouvement communiste, car des conceptions erronées et des constructions idéologiques, qui ont souvent échoué dans la pratique et ont conduit à la défaite et la retraite du mouvement révolutionnaire, atteignant inévitablement leur extrême expression contre-révolutionnaire, sont exprimées à maintes reprises par différentes parties.
Je voudrais aborder cette question un peu plus spécifiquement, de manière codifiée mais non hiérarchique.

Un premier problème qui constitue également une conclusion fondamentale dans l’élaboration théorique du KKE et qui mérite une analyse plus approfondie est l’incapacité du MCI d’aboutir à une stratégie révolutionnaire unique, en particulier pendant et juste après la fin de la Seconde Guerre mondiale et les décennies qui ont suivi. .
Bien qu’ils aient proclamé la nécessité du socialisme, certains partis communistes, en particulier ceux des pays capitalistes forts, ont défini, tout en formant leur ligne politique, des objectifs qui, quelles que soient leurs intentions, ne servaient pas une stratégie de concentration et de l’organisation des forces afin de préparer le conflit et la rupture totale avec la bourgeoisie.
Ainsi, la ligne politique de cette époque ne fonctionnait pas en tant que composante de la stratégie du socialisme. Il est un fait qu’il était impossible d’élaborer une stratégie révolutionnaire pendant et immédiatement après la Seconde Guerre mondiale, car la CI dans son ensemble et la plupart des partis communistes de l’Occident capitaliste n’étaient pas en mesure de définir une stratégie visant à inverser la guerre impérialiste ou la guerre de libération contre l’occupation étrangère et le fascisme dans la lutte pour la prise du pouvoir des travailleurs, dans un contexte de vive intensification des contradictions de la classe sociale dans le pays où elles ont agi.
Dans le même temps, la classe dirigeante a montré qu’elle était capable de former des alliances pour défendre son pouvoir, mais aussi de réaligner ses alliances internationales et nationales.

Deuxième problème tient au fait que plusieurs partis avaient pour politique de définir [et ils définissent encore aujourd’hui] la formation de «gouvernements démocratiques», sous la forme d’une réforme parlementaire ou d’une étape intermédiaire du processus révolutionnaire, en tant qu’objectif politique dans leur stratégie.
Nous insistons sur le fait qu’il convient de mentionner et de réfléchir à la manière dont notre propre parti et presque tous les PC ont soulevé, par exemple, la question de la dépendance de leur pays à l’égard de leurs programmes et la manière dont nous avons lié cela à la possibilité de créer des alliances et des propositions d’une « gouvernance démocratique ».
L’expérience historique pratique ainsi que les élaborations et études théoriques nous prouvent encore qu’il existe tout type de dépendances à multiples facettes (économique – politique, culturelle, etc.) dans le système impérialiste international, entre les différents pays capitalistes, elles sont formées précisément à cause du développement inégal et, bien sûr, ce sont des dépendances qui ne peuvent pas être résolues dans le cadre du capitalisme mais uniquement avec la révolution socialiste, avec le passage au socialisme. Il y a aussi, bien sûr, la question particulière de la dépendance vis-à-vis de l’occupation militaro-politique d’un pays par un autre, qui peut être résolue dans le capitalisme, c’est-à-dire réussir à expulser, par exemple, l’occupant de votre pays, mais système restera une démocratie bourgeoise, le capitalisme. Mais ce problème peut également être résolu différemment, en faisant un pas en avant, en établissant le pouvoir des travailleurs, c’est-à-dire en renversant le capitalisme et en construisant le pouvoir et l’économie du peuple, tâche qui incombe au mouvement communiste révolutionnaire.

Un troisième problème important, à notre avis, est que l’expérience historique a montré à quel point l’utopique était et reste toujours, de percevoir la transition vers le socialisme à travers la prétendue «expansion progressive de la démocratie bourgeoise». Ainsi, les conditions préalables à l’émancipation des mouvements ouvriers ,des peuples ouvriers n’étaient pas formées. C’est un processus qui mûrit et élargit l’initiative révolutionnaire et les liens avec les masses populaires jusqu’à l’apparition de nouvelles conditions, lorsque les crises économiques et politiques prolongées alimenteront objectivement l’action révolutionnaire populaire de masse. En Europe occidentale, principalement sous l'influence de l'eurocommunisme dans les années 1960-1970 et 1980, les tactiques de formation de gouvernements de coalition avec la social-démocratie, c'est-à-dire avec les partis bourgeois, et la participation des PC à des gouvernements qui géraient essentiellement le développement capitaliste, dans le la logique des étapes, la première étant la résolution des revendications démocratiques bourgeoises et anti-monopoles et la question de la dépendance, n'a conduit presque tous les pays d'Europe occidentale qu'à un renforcement supplémentaire du pouvoir du capital, à l'appui de nouveaux mécanismes de répression et de manipulation .

Un quatrième problème ,la renaissance du révisionnisme et de l’opportunisme dans les rangs du mouvement communiste s’est traduite par un repli sur les positions réformistes de la social-démocratie et, dans de nombreux cas, dans l’Ouest capitaliste, a débouché sur un programme de gestion de la coopération avec les forces de la démocratie bourgeoise , alors que de nombreux partis communistes et ouvriers se sont considérablement transformés ou sont en train de se transformer en partis sociaux-démocrates.

Il est évident que l’expérience de la révolution d’Octobre a été complètement ignorée sur cette question particulière. A cette époque, la politique d’alliance entre la social-démocratie et la bourgeoisie était considérée par les bolcheviks comme une trahison de la classe ouvrière. La plupart des partis sociaux-démocrates de l’époque se sont complètement rompus avec le slogan de transformer la guerre impérialiste en lutte pour le pouvoir des travailleurs dans tous les pays. Lénine a ouvert un front contre la social-démocratie au niveau international. Ce front a d’abord été exprimé en Russie, ce qui a abouti à la non-prise au piège des forces révolutionnaires dans les objectifs et les manœuvres de la bourgeoisie nationale, dans les pressions opportunistes et petites-bourgeoises. Plus tard, l'idée que les PC ne seraient pas en mesure de libérer les forces de travail qui ont suivi la social-démocratie et qu'ils seraient isolés s'ils ne poursuivaient pas une politique d'alliance avec les partis sociaux-démocrates a prévalu, la distinction entre la social-démocratie «de droite » et « de gauche » est devenue une« doctrine » afin que le mouvement communiste prenne la « gauche » de son côté. C'est quelque chose qui n'a jamais été prouvé puisque la plus grande partie de la base populaire des autres partis, depuis des décennies maintenant, comme l'a montré la pratique, peut être gagnée par l'aiguisage de la lutte de classe, avec un front idéologique fort contre toutes variations de la politique bourgeoise et aux moments de l'escalade des conflits socio-politiques.

Chers camarades,
Après la dissolution de l’Internationale communiste et en raison des problèmes stratégiques accumulés dans les partis communistes, il n’a pas été possible de parvenir à la formation d’une nouvelle organisation internationale des partis communistes.
Le mouvement communiste international a dû surmonter de puissants facteurs négatifs, tels que les nombreux éléments petits-bourgeois et les traditions consolidées du parlementarisme bourgeois. Ces deux facteurs sont devenus un alibi pour de nombreux PC pour mettre en avant les «particularités nationales» sur les lois scientifiques de la révolution socialiste.

Les années écoulées depuis la contre-révolution de 1989-1991 sont déjà suffisamment longues. Ils offrent une nouvelle expérience, à la fois positive et négative. Dans une série de pays, les PC ont été regroupés ou créés à partir de zéro. Les réunions internationales des PC ont été systématisées, des réunions régionales et thématiques sont régulièrement organisées et d’autres initiatives sont développées, qui ont plus ou moins réussi à obtenir une certaine unité d’action sur certaines questions. Ce sont des étapes qui doivent être consolidées et multipliées. Cependant, tout cela est radicalement inférieur au rôle que le mouvement communiste doit jouer dans les développements internationaux.

Dans le même temps, un certain nombre de problèmes ont persisté ou même empiré. Les efforts de regroupement ont ramené à la surface des problèmes plus anciens, parallèlement aux difficultés résultant de la contre-révolution et de la défaite temporaire du socialisme. Parallèlement, la répression étatique, la criminalisation de l’idéologie, de l’action communistes et de la lutte des classes s’intensifient. Les signes apparus ces dernières années, en particulier dans l’UE, constituent des avertissements plus généraux.
Tous les électeurs du spectre politique bourgeois au Parlement européen, y compris les libéraux, les sociaux-démocrates, les «néo-gauchistes», les écologistes, les verts, l’extrême droite, les nationalistes et le centre-gauche ont voté en faveur de la récente décision de l’UE. Ils renversent la vérité historique, procèdent à la chasse aux sorcières, assimilant fascisme au communisme, hitlérisme au stalinisme. Des choses similaires se produisent également sur d’autres continents.

Notre parti estime que les réunions internationales des partis communistes et ouvriers sont utiles et doivent certainement se poursuivre, dans le cadre de l’échange de vues et d’expériences au sein du mouvement communiste et anti-impérialiste, de l’effort de coordination. Mais, pour une reconstruction significative ou une contre-attaque beaucoup plus réussie de la part du MCI il faut quelque chose de plus. Nous avons besoin d’un effort commun des PC dont les idées idéologiques et politiques sont fondées sur le marxisme-léninisme, qui reconnaissent la tentative historique de construction socialiste au XXe siècle et sa contribution, indépendamment de la fin de celle-ci, ainsi que la nécessité de la lutte pour le socialisme.

Le KKE est maintenant plus mature que jamais pour contribuer à cette direction.
Chers camarades,
Le KKE est conscient du fait que le processus de reconstruction révolutionnaire sera lent, tortueux et vulnérable.
Il reposera sur la capacité des partis communistes à être renforcés de manière multiforme sur le plan idéologique et organisationnel.
Il combine action révolutionnaire et théorie révolutionnaire, surmontant les positions erronées qui ont dominé le Mouvement communiste international au cours des dernières décennies et qui sont reproduites sous diverses formes.
Chaque parti communiste sera renforcé en posant des fondations solides dans la classe ouvrière, dans des secteurs stratégiques de l’économie, en renforçant son implication dans le mouvement ouvrier - populaire.
Les cent ans écoulés depuis la fondation de l’Internationale Communiste devraient constituer un nouveau point de départ pour la reconstruction révolutionnaire du mouvement syndical et communiste international, contre l’action contre-révolutionnaire des forces capitalistes dominantes et le retard de nos jours.
Le slogan du «Manifeste communiste», «Prolétaires de tous les pays, unissez-vous!» reste toujours actuel !


Edité le 09-10-2021 à 15:27:34 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Le tournant du mouvement communiste international  Où va le KKE ?Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum