Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Histoire 

 Staline et la question nationale

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17314 messages postés
   Posté le 15-06-2022 à 00:15:27   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Staline et la question nationale, par Ivan Nikitchuk
14 JUIN 2022

https://histoireetsociete.com/2022/06/14/staline-et-la-question-nationale-par-ivan-nikitchuk/
Si l’on mesure bien la manière dont actuellement , dans le cadre de l’UE, semble avec l’aggravation de l’exploitation capitaliste s’exacerber le problème des souverainetés nationales, comme s’ouvre la boite de Pandore des minorités nationales, avec celui parallèle de l’invention d’empires se constituant dans le sillage du bellicisme impérialiste, une réflexion sur la question des nationalités s’impose. Sur le plan théorique, l’apport de Staline à cette étude parait incontournable. Quelle est l’originalité de l’Union soviétique dans ce domaine ? (note de danielle Bleitrach et traduction de Marianne Dunlop)

https://kprf.ru/ruso/211197.html

Camarades ! La question nationale a été une question aiguë et plus complexe tout au long de l’existence de l’humanité. Dans l’histoire de toutes les civilisations, les conflits nationaux constituent une part importante des bouleversements sociaux.

Les premiers États esclavagistes étaient mono-nationaux. Le principe “un État, une nationalité” était fondé sur le fait que les esclaves appartenaient pour la plupart à d’autres communautés ethniques et non seulement n’étaient pas des citoyens de l’État, mais, comme le disait Aristote, n’étaient même pas des êtres humains, mais des “instruments doués de parole”. Cette attitude à l’égard des minorités nationales permettait et permet encore de remplacer efficacement les contradictions de classe par des contradictions entre nationalités.

L’histoire la plus récente des affrontements politiques externes et internes dans de nombreux États du monde nous convainc de l’efficacité de cette méthode. L’exemple le plus clair et le plus proche est, bien sûr, l’Ukraine, où la minorité russe est victime de persécutions et de discriminations.

Pour approfondir ce problème, il est nécessaire de se référer aux enseignements de Staline sur la question nationale, qui non seulement n’ont pas perdu leur pertinence, mais restent encore plus pertinents aujourd’hui.

Staline a commencé à développer la question nationale sur les conseils de Lénine bien avant la révolution d’octobre 1917. Pendant de nombreuses années, la question nationale est devenue l’une des questions clés pour Staline, tant dans la lutte révolutionnaire que dans ses recherches scientifiques. Ce n’est pas par hasard que Staline est devenu le commissaire du peuple pour les nationalités dans le premier gouvernement soviétique.

Le premier travail important de Staline sur la question nationale fut son article “Comment la social-démocratie comprend la question nationale” publié en géorgien dans le journal “La Lutte du Prolétariat” le 1er septembre 1904. Cet article de Staline, alors âgé de 24 ans, fut le premier travail bolchevique dans le mouvement ouvrier russe sur ce problème et simultanément une explication du programme national du RSDLP. Dans ce travail, Staline démontre une brillante maîtrise de la méthodologie dialectique-matérialiste. Il souligne que la solution à la question nationale ne peut être la même pour toutes les circonstances et toutes les époques. “La question nationale, écrit le jeune marxiste faisant preuve de grande maturité, sert des intérêts différents à des moments différents, prend des nuances différentes selon la classe qui la met en avant et selon le moment. Staline argumente cette position avec l’exemple de la façon dont les “nationaux-démocrates” bourgeois de Géorgie ont essayé de provoquer une scission dans le mouvement révolutionnaire du prolétariat russe en faisant appel aux sentiments nationaux-patriotiques du prolétariat géorgien. “Il est clair, disait Staline, que la destruction des partitions nationales et l’unité étroite des prolétaires russes, géorgiens, arméniens, polonais, juifs et autres est une condition nécessaire à la victoire du prolétariat de Russie.

Staline explique avec force et très raisonnablement que l’appel des fédéralistes du parti social-démocrate à se diviser en partis nationaux séparés et à créer une “union libre” à partir de là est fatal au mouvement révolutionnaire prolétarien. Il ne faut pas chercher ce qui divise le mouvement ouvrier, ne pas absolutiser les particularités nationales, mais chercher ce qui unit les travailleurs. Ce qui les unit est un objectif commun – la lutte pour le renversement révolutionnaire de l’oppression bourgeoise. La recherche de la particularité nationale est le moyen de faire en sorte que les “bourgeois et les prolétaires se tendent la main en toute amitié en tant que membres d’une seule et même “nation”. Mais non seulement une telle alliance n’est pas souhaitable, mais elle est totalement impossible en raison des contradictions antagonistes de classe entre la bourgeoisie et les prolétaires. Staline attire l’attention sur le fait que même le nom du Parti social-démocrate de Russie – (et non Russe) – souligne la reconnaissance de l’égalité des nationalités.

Résumant l’expérience de la première révolution russe de 1905-1907, Lénine suggère à Staline d’écrire un article de programme sur la question nationale en Russie, basé sur la méthodologie du marxisme révolutionnaire par opposition aux développements théoriques des socialistes autrichiens. Après avoir rencontré Lénine en Pologne, Staline se rend à Vienne, où il étudie les écrits de ces socialistes et rassemble des éléments pour un futur article. En l’espace d’un mois, Staline a rédigé un document intitulé “Le marxisme et la question nationale”. En mars 1913, le magazine Instruction (Просвещение en russe) a publié cet ouvrage remarquable de Staline sur la question nationale.

L’œuvre de Staline a servi et sert encore aujourd’hui, pendant plus d’un siècle, de base théorique aux solutions des problèmes nationaux, car aucun ouvrage plus fondamental sur le sujet n’avait été écrit par Marx, Engels ou Lénine.

Des mots frappants ont été écrits par Staline au tout début de l’ouvrage : “La période de contre-révolution en Russie n’a pas seulement apporté “le tonnerre et la foudre” mais aussi la désillusion du mouvement et l’incrédulité envers les forces générales. Ils croyaient en un “avenir meilleur” – et les gens se battaient ensemble, quelle que soit leur nationalité : les problèmes communs avant tout ! Le doute s’est installé – et les gens ont commencé à se disperser dans leurs appartements nationaux : que chacun compte sur lui-même ! “La ‘question nationale’ passe avant tout !” Ayant découvert le lien naturel entre la régression contre-révolutionnaire de la société et le séparatisme nationaliste, bien avant la tragique année 1991, Staline avait prédit les événements liés au nationalisme larvé dans les républiques de l’Union, qui ont abouti à l’effondrement de l’URSS.

Adhérant à la méthodologie dialectique-matérialiste, Staline commence son étude de la question nationale en définissant les principaux termes du problème. Il souligne ici pour la première fois de manière explicite la différence fondamentale entre les concepts de “nationalité” et de “nation”, qui, aujourd’hui encore, n’est pas prise en compte dans de nombreux travaux scientifiques sérieux.

Staline écrit que la nation n’est pas une communauté ethnique, ni une communauté de sang : “Cette communauté n’est ni raciale ni tribale. La nation italienne actuelle s’est formée à partir de Romains, de Germains, d’Étrusques, de Grecs, d’Arabes, etc. La nation française s’est formée à partir de Gaulois, de Romains, de Bretons, d’Allemands, etc. On doit en dire autant des Anglais, des Allemands et des autres, formés en une nation à partir de personnes de races et de tribus différentes.”

Quelle est la plate-forme sociale de la nation en tant que forme de communauté de personnes ?

En menant une analyse scientifique rigoureuse de l’histoire de la formation des nations, Staline synthétise, résume les principaux facteurs déterminant la formation de toute nation : “La nation est une communauté stable historiquement établie de personnes formées sur la base d’une langue, d’un territoire, d’une vie économique et d’une structure mentale communs, se manifestant dans une culture commune…”. Seule la présence de toutes les caractéristiques prises ensemble nous donne la nation. En même temps, Staline précise que la vie économique sert de base systémique, de fondement à l’unité des attributs de la nation mentionnés ci-dessus. L’unité linguistique, psychologique (“caractère national”) et territoriale de la nation découle de l’unité de la vie économique, des activités communes.

Staline souligne que l’erreur la plus grave commise par O. Bauer et d’autres théoriciens du mouvement social-démocrate est de reconnaître le caractère national comme le principal et même le seul signe de la nation. “Mais que reste-t-il de la nation dans ce cas ? – Staline demande : “De quelle communauté nationale peut-on parler lorsque les gens sont économiquement séparés les uns des autres, qu’ils vivent sur des territoires différents et qu’ils parlent des langues différentes de génération en génération ?”

Staline montre que l’erreur de Bauer provient d’une approche idéaliste du développement social. Une telle approche conduit aux erreurs de calcul les plus dangereuses dans la lutte politique. La principale de ces erreurs de calcul est la ségrégation du mouvement prolétarien selon les lignes nationales, qui ruine à coup sûr la cause de la révolution dans les pays multinationaux, surtout dans des pays comme la Russie. L’internationalisme prolétarien est basé sur l’unité de classe et non sur l’unité nationale du prolétariat. D’autre part, les classes bourgeoises et prolétariennes appartenant à la même nation sont en contradiction antagoniste précisément sur la base économique de la propriété ou de la non-propriété des moyens de production. Staline souligne que pour maintenir sa domination de classe, la bourgeoisie utilise les préjugés nationalistes comme son arme principale. ” La tentative de Bauer d’identifier sa politique ” évolutionniste-nationale ” avec celle de la ” classe ouvrière moderne ” est une tentative d’adapter la lutte de classe des travailleurs à celle des nations.

C’est de ces prémisses que découlent les demandes d'”autonomie culturelle-nationale” pour les organisations du RSDRP opérant à l’époque dans les différentes régions nationales de Russie. ” L’autonomie culturelle-nationale ” a rayé l’internationalisme prolétarien et remplacé l’approche de classe qui unissait le prolétariat par le nationalisme. La présentation de “partitions nationales et ‘culturelles'” entre les travailleurs fait clairement le jeu de la bourgeoisie contre-révolutionnaire. Et la bourgeoisie est unie non pas du tout sur une base nationale, mais sur une base de classe. “L’autonomie nationale contredit tout le cours de la lutte des classes”, conclut Staline.

Après avoir examiné en détail où mènent les demandes d’autonomie culturelle-nationale dans les organisations de parti du Bund et des sociaux-démocrates caucasiens, Staline montre de manière convaincante que “l’idée d’autonomie culturelle-nationale, l’atmosphère qu’elle crée, s’est avérée encore plus nuisible en Russie qu’en Autriche”. L’actualité de cette idée apparaît clairement à la lumière du fait que l’URSS a été détruite sous le slogan de l’octroi d’une “autonomie culturelle et nationale” aux peuples de l’Union. Définissant l’essence de la nation et de la nationalité et fournissant une critique approfondie des tentatives anti-dialectiques et idéalistes de résoudre la question nationale, Staline expose un programme complet pour résoudre la question nationale en Russie après la prise du pouvoir par le prolétariat révolutionnaire.

Une base théorique importante pour ce programme est la distinction claire faite par Staline entre les concepts de “nation” et de “nationalité”, mentionnée plus haut. Staline a constamment souligné que la nationalité, en tant que communauté ethnique, pouvait distinguer des personnes vivant sur des territoires différents, dans des pays différents, sans lien économique et politique, et parlant même des langues différentes. Une nation requiert l’unité de toutes les caractéristiques susmentionnées. En même temps, la nation est une unité dialectique des contraires, car elle est divisée en classes qui sont opposées dans leur position économique et, par conséquent, dans leurs intérêts politiques et leurs visions du monde. Il est donc inacceptable de tenter de confondre, et encore moins de substituer, les intérêts de classe et les intérêts de la nation. L’exemple de l’Allemagne nazie, où le parti au pouvoir était le “Parti Ouvrier National Socialiste Allemand”, montre clairement à quoi mène une telle substitution.

Après la révolution d’octobre, Staline, dans son activité de secrétaire général du Comité central du PCUS, n’a jamais dévié de la solution marxiste-léniniste, dialectique-matérialiste de la question nationale et a développé de façon créative et mis en pratique sa théorie de l’unité internationale des peuples de l’URSS.

En février 1921, lors de la conclusion victorieuse de la guerre civile par l’Armée rouge, le commissaire du peuple pour les nationalités et commissaire du peuple de l’inspection des ouvriers et des paysans de la RSFSR, Staline, a publié un article dans la Pravda “Sur les prochaines tâches du Parti dans la question nationale”. Il s’agit des résumés du discours de Staline au 10e congrès du PCR(b) en mars 1921. Aujourd’hui, la publication d’un article sur de tels sujets peut sembler étrange. Il semblerait que la jeune République soviétique était confrontée à la tâche de relever l’économie nationale en ruine, l’industrie, les transports et l’agriculture. Cependant, Staline, qui est devenu le leader du parti et du pays et a joué un rôle exceptionnel, avec Lénine, dans la création de l’URSS, était bien conscient que les problèmes économiques ne pouvaient être résolus sans résoudre la question nationale et sans poursuivre l’unification du pays.

Au début de l’article, Staline montre que la résolution de la question nationale pour le pays soviétique signifie, avant tout, l’élimination de l’oppression nationale à laquelle les minorités nationales de la Russie tsariste étaient soumises. La base de l’élimination de l’oppression nationale et de l’unification de la nouvelle nation est la propriété publique des moyens de production. La propriété publique est la base économique du système soviétique, ce qui lui permet de résoudre toutes les autres tâches auxquelles est confrontée la jeune puissance soviétique. Les principales de ces tâches sont l’essor de l’industrie, l’industrialisation de la production et la collectivisation de l’agriculture, et la révolution culturelle. Mais sans la libération des nations opprimées, sans la liberté nationale, l’existence même du socialisme est inconcevable. En cela, il existe un lien dialectique entre le matériel et le spirituel.

Arguant de l’urgence de la formation de l’URSS, Staline a écrit que “les républiques soviétiques nationales libérées de “leur” bourgeoisie et de la bourgeoisie “l’étrangère” ne peuvent défendre leur existence et vaincre les forces combinées de l’impérialisme qu’en s’unissant dans une union étatique étroite, sinon elles ne vaincront pas du tout”. Et rappelons une fois de plus que l’effondrement de l’URSS a été déterminé précisément par le désir d’autonomie et de souveraineté nationales des dirigeants des républiques qui la composaient. La dégradation économique, politique et socioculturelle à laquelle cette “souveraineté” a conduit les États sécessionnistes est bien connue. Le désir de souveraineté inspiré par l’Occident a conduit à l’effondrement d’une grande nation – le peuple soviétique. Les paroles de Staline sont prophétiques aujourd’hui : “La propriété privée et le capital divisent inévitablement les gens, fomentent la discorde nationale et augmentent l’oppression nationale”.

La sécession des républiques soviétiques s’est produite contre la volonté des peuples de l’URSS qui ont voté pour le maintien de l’Union des républiques socialistes soviétiques lors d’un référendum sur l’ensemble de l’Union soviétique le 17 mars 1991. 148,5 millions (79,5%) des 185,6 millions (80%) de citoyens de l’URSS ayant le droit de vote ont participé au référendum ; 113,5 millions (76,43%) d’entre eux, ayant répondu “Oui”, ont voté pour le maintien de l’URSS.

Les chiffres le montrent une fois de plus – l’effondrement de l’URSS a grossièrement violé, tout simplement piétiné la volonté du peuple soviétique. Le fait que, le 8 décembre 1991, Eltsine se soit empressé, depuis Belovezhskaya Pushcha, de rapporter au président américain George Bush la décision des présidents de la Biélorussie, de la RSFSR et de l’Ukraine de dissoudre l’URSS est un témoignage éloquent de sur l’ordre de qui et pour des intérêts de qui cette action illégale a eu lieu.

Pour résumer le bref examen des enseignements de Staline sur la question nationale, il convient de souligner les principales dispositions de ces enseignements :

La nation est une communauté sociale de personnes unies par la vie économique. Les principales caractéristiques de la nation sont une activité économique, un territoire, une langue et une culture spirituelle communs.

Une distinction stricte doit être faite entre nation et nationalité. La nationalité est une communauté ethnique et de parenté de personnes et ne requiert pas les caractéristiques susmentionnées d’une nation.

Dans la formation de l’État, tout ce qui correspond aux particularités nationales est secondaire par rapport à la division de classe en termes de rapports de production. Il faut en tenir compte dans tous les aspects de la question nationale.

Le remplacement des relations économiques de production par des relations inter- et intra-nationales est le moyen le plus puissant de consolider la domination de classe de la classe dominante – la classe des propriétaires des moyens de production.

Les marxistes doivent connaître et être capables d’utiliser dans leurs activités les dispositions fondamentales de la doctrine de Staline sur la question nationale.

Ivan Nikitchuk,

Président du Conseil central de RUSO (Société russe des scientifiques socialistes)

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Histoire  Staline et la question nationaleNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum