Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  enquêtes et analyses 

 les souverainistes et la Russie

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15679 messages postés
   Posté le 20-05-2021 à 00:17:15   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Depuis quelques décennies, les souverainistes et la nébuleuse néofasciste se range dans le camp de la Russie contre l'Empire.
On a pu constater durant le mandat de Trump que cette orientation pouvait souffrir quelques entorses : lors de la guerre hors limites de Trump les "populistes" ont fait feu sur la Chine Populaire, se situant ainsi clairement dans le camp de l'Empire .
Puis avec le retour des démocrates il semblerait que la rhétorique se soit de nouveau inversée, mais la Chine face à l'Empire est rarement citée.

Un épisode en Italie montre que sur l'Empire, la position de la nébuleuse souverainiste est à géométrie variable :


Le plan Biden a du plomb dans l'aile. Le financement des investissements pas des charges plus lourdes aux entreprises est rejeté. Or ces investissements ont pour but de faire pièce à l'avantage de la Chine dans plusieurs domaines. C'est donc l'hégémonie US qui est en jeu, mais les capitalistes voient avant tout leur intérêt immédiat.

__________________



Les "souverainistes'' italiens rejoignent la croisade anti-russe de l'UE

17/05/2021

Par Fabrizio Verde
12 mai 2021

La Russie a décidé de répondre à la longue série de provocations, menaces et intimidations russophobes de la part de l'Union européenne. Bruxelles, poussée par Washington, s'est désormais lancée dans une lourde campagne anti-russe qui ne peut être d'aucun intérêt pour les Européens aspirant à la paix et à la prospérité et rien d'autre. Au lieu de cela, l'Europe fait la guerre en provoquant Moscou.

Par conséquent, la Russie a décidé de sanctionner le président du Parlement européen, David Sassoli du Parti démocrate (Italie) et d'autres personnalités, dont Vera Jourova, vice-présidente de la Commission européenne, responsable des politiques sur «les valeurs et la transparence».

La décision russe a déclenché une tentative des dirigeants bellicistes à Bruxelles de se déguiser de bourreaux en victimes de l'autoritarisme russe. Sassoli a déclaré solennellement: «N'ayant pas demandé à entrer en Russie, il est évident qu'il s'agit d'une attaque politique par laquelle nous ne serons pas intimidés. Ils essaient de frapper les parlements parce qu'ils sont la voix des citoyens et cela signifie que le Parlement européen a fait son devoir en défendant les libertés fondamentales, en dénonçant les violations de l'État de droit en Russie.

De Russie, cependant, ils ont réitéré à Sassoli qu'ils n'avaient menacé personne. La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a demandé rhétoriquement: «Avons-nous menacé?», Et a réitéré plus tard que la Russie ne serait pas intimidée. Malgré la provocation et l'agression constantes, le pays est contraint de supporter les États-Unis et les vassaux européens clairement excités par l'arrivée de la nouvelle administration démocratique à la Maison Blanche et déterminés à faire pression sur la politique anti-russe.

Derrière les sanctions, les provocations et les menaces se cache le véritable mobile de ces politiques agressives. «Pour freiner à tout prix le développement de notre pays», a déclaré le ministère des Affaires étrangères de Moscou.

Des "souverainistes'' alignés sur Bruxelles
Dans cette histoire marquée par la énième attaque instrumentale contre la Russie, cependant, nous avons vu un aspect positif: certaines forces d'une fausse opposition, des "souverainistes''autoproclamés, comme Fratelli d'Italia (héritier du parti néo-fasciste Movimento Sociale Italiano) et Lega ont finalement jeté le masque et se sont lancés contre la Russie pour s'aligner sur la position agressive de Bruxelles vis-à-vis de Moscou.

Giorgia Meloni, chef du parti «Fratelli d'Italia», n'a pas tardé à exprimer sa solidarité à Sassoli. « La présidente de Fratelli d'Italia, Giorgia Meloni, exprime la solidarité de Fd'I avec le président du Parlement européen David Sassoli et les autres personnalités institutionnelles inscrites sur la liste noire du gouvernement russe. Aucune divergence de vues - affirme le parlementaire dans une note - ne peut justifier des sanctions personnelles de cette ampleur et de cette gravité.

Le parti dirigé en Italie par Giorgia Meloni, qui est en hausse parce qu'il est considéré comme la seule opposition en Italie au gouvernement Draghi, a également fait entendre sa voix en Europe. «Au nom du groupe ECR, j'étends ma profonde proximité avec le président Sassoli» . L'eurodéputé des Frères d'Italie, Raffaele Fitto, appartient au groupe des conservateurs européens (ECR). "M. Poutine continue de baisser de plus en plus. Les menaces et les actes d'arrogance ne nous feront pas renoncer à notre engagement en faveur des droits de l'homme » , ajoute la dose Fitto. Même le coprésident d'ECR, l'eurodéputé polonais Ryszard Legutko, souligne que «les actions contre le président Sassoli sont un rappel fort de la nécessité de prendre des mesures concrètes contre l'agresseur russe».

La Lega ne voulait pas être en reste: «Solidarité avec le président du Parlement européen David Sassoli et avec tous les autres représentants de l'UE inclus dans la liste noire du ministre russe des Affaires étrangères. Les sanctions et intimidations injustifiées ne sont pas la solution pour normaliser les relations et favoriser le dialogue » , lit-on dans une note rédigée par la délégation de la Lega au Parlement européen.
Mais ça ne s'arrête pas là. La Lega, qualifiée de force pro-russe par certains faux médias italiens, est allée jusqu'à demander des «interventions concrètes» de l'UE en Ukraine.

"Cent mille soldats sont déployés aux portes de l'Ukraine depuis Moscou et c'est un signal fort pour tout l'Occident" , a déclaré l'eurodéputée de la Lega Susanna Ceccardi, dans des mots qui auraient pu être prononcés par n'importe quel libéral russophobe et pro-européen qui siège. au Parlement européen. «Et pourtant - a-t-elle même ajouté - au-delà des proclamations, de l'asile et de la solidarité exprimées par des mots, à ce jour, il n'y a pas d'intervention européenne crédible».


Ici, on se demande ce que la Lega demande à l'Union européenne. Une réédition de l'opération Barbarossa lancée en 1940 par l'Allemagne nazie pour l'invasion de l'Union soviétique d'alors? Les petits-enfants de Bandera à Kiev, si choyés par l'UE, sont bien entendu prêts à se joindre à l'action à cet égard.
Aucun chef de la Lega ne s'est distancé des propos bellicistes.

Entendu par le journal «Il Foglio» - manifestement exalté par les positions anti-russes de la Lega, le secrétaire Matteo Salvini affirme: «Les droits de l'homme sont toujours valables, et en tout cas et partout ils doivent être respectés» .

Le sénateur Armando Siri remet définitivement les pendules à l'heure: «La Lega n'est jamais passée de l'axe habituel dans lequel se situe l'Italie de l'après-guerre à aujourd'hui, tout le reste était un forçage imaginatif» . Dans le même ordre d'idées, Roberto Calderoli a déclaré: «Tout ce qui est la défense des droits de l'homme doit être réalisé quel que soit le pays avec lequel on a affaire» .

La Lega a enfin jeté son masque. Son chef a ouvertement admis ce que tout observateur libre de préjugés idéologiques savait déjà: il s'agit d'une «autre force politique pro-européenne» et dominée par la triade UE-OTAN-États-Unis comme toute autre force politique italienne et européenne. Il n'y a pas beaucoup de différence qui sépare Salvini du nouveau secrétaire du Parti démocrate Enrico Letta. En fait, ils sont passionnément ensemble dans le même gouvernement (libéral et libériste) dirigé par Mario Draghi. Les différences sur la pandémie, le couvre-feu et d'autres mesures de faible poids politique importent peu. Sur la question des directives, les politiques sous-jacentes sont toutes alignées et couvertes derrière Bruxelles et Washington.

La Lega a-t-elle déjà été pro-russe?
Depuis longtemps, le parti de Matteo Salvini a joué sur cette ambiguïté: être perçu comme une formation politique anti-système, anti-européenne, ouverte sur la Russie et le projet eurasien dont Moscou est un bastion. En réalité, ce n'était probablement qu'une stratégie visant à gagner un certain électorat qui se méfiait de Bruxelles et qui regardait positivement la Russie de Poutine. Au lieu de cela, le moment est venu où la Ligue a décidé de mettre fin à l'ambiguïté: de la stratégie médiatique pro-russe au vote favorable pour l'intervention de l'Union européenne en Ukraine.

Cette décision a fait beaucoup de bruit au sein du groupe Identité et Démocratie du Parlement européen, dont le parti de Salvini est membre.
Les Français du Rasseblement National, les Allemands d'Alternative pour l'Allemagne, le Néerlandais Marcel de Graaf du Parti pour la Liberté et les Belges du mouvement flamand d'Intérêt ont voté contre la Lega.
Seuls les membres du Parti des Finlandais, le danois Peter Kofod du Parti populaire danois et l'Estonien Jaak Madison étaient alignés sur la Lega.

Le changement dans le front de la politique étrangère de la Lega a trouvé une justification dans la réunion qui s'est tenue début avril à Budapest, lorsque Salvini a rencontré le Premier ministre hongrois Viktor Orban et son homologue polonais Mateusz Morawiecki. A cette occasion, les trois ont exprimé leur désir de créer une nouvelle droite européenne conservatrice. La Pologne et la Hongrie ne regardent pas gentiment la Russie de Poutine, en particulier le gouvernement polonais, principal partenaire militaire des États-Unis et d'Israël.
Ils se définissent comme anti-européens, anti-libéraux, anti-euro, etc., mais en réalité ils partagent des positions libérales. Le tout à l'aise sous l'égide de l'OTAN, aligné sur les souhaits de Bruxelles et de Washington.
À ce stade, certaines sources médiatiques, malgré les preuves, tentent toujours de transmettre le récit d'une Lega proche de la Russie qui travaillerait avec Poutine pour enterrer l'Union européenne.

La Lega est un parti pleinement intégré dans le système des soi-disant valeurs libérales européennes, et elle se prépare à le devenir de plus en plus.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  enquêtes et analyses  les souverainistes et la RussieNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum