Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine 

 Sommet des démocraties : sommet de la réaction

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16602 messages postés
   Posté le 02-12-2021 à 10:32:45   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sommet des "démocraties" : sommet de l'impérialisme


[#800000]Lors de la visio conférence avec Xi Jinping, Joe Biden a reconnu qu'il existe une seule Chine, puis il lance une conférence des "démocraties" où il invite Taïwan.
La duplicité de Biden ne s'arrête pas là. Maintenant il invite Gaido à la place du Venezuela
.




Pour représenter le Venezuela, Biden invite Guaido à son «sommet des démocraties»

1 déc. 2021, 19:34 © Leonardez Fernandez Viloria Source: Reuters L'opposant vénézuélienne Juan Guaido s'adresse aux médias au lendemain des élections régionales et locales, à Caracas, Venezuela, le 22 novembre 2021.

Considérant l'opposant comme le représentant du peuple vénézuélien alors que celui-ci n'a aucun mandat électif, Joseph Biden a invité Juan Guaido à son sommet controversé «pour la démocratie». Suivant la même politique d'ingérence que celle menée par l'administration Trump, le président étasunien Joseph Biden a invité l'opposant vénézuélien Juan Guaido à son grand «sommet des démocraties» où seront réunis de nombreux chefs d'Etat et de gouvernements, trié sur le volet, les 9 et 10 décembre.

Cette invitation constitue un signe clair de soutien à Juan Guaido autoproclamé président du Venezuela en janvier 2019, et reconnu comme tel par l'administration américaine et plusieurs dizaines d'autres pays. De plus en plus isolé au sein même de l'opposition vénézuélienne, Juan Guaido ne dispose pourtant d'aucun mandat électif.

Lire aussi Sans Moscou ni Pékin, le très politique «sommet pour la démocratie» de Joe Biden

L'annonce de cette invitation a été émise par le nouveau sous-secrétaire d'Etat pour l'Amérique latine, Brian Nichols, lors d'une audience publique au sein de la commission des Affaires étrangères du Sénat. Alors que ce soutien à l'opposant n'était pas bien clair au moment de l'investiture du président des Etats-Unis, il l'est désormais sans ambages.
Dans de précédentes communications officielles, Joseph Biden s'est d'ailleurs déjà adressé à Juan Guaido en tant que «Monsieur le président», rapporte ABC international. Dans sa première apparition au Capitole, Brian Nichols a ainsi défendu la nécessité de «renforcer la démocratie sur le continent, face à la montée de l'autoritarisme parrainé par la Russie et la Chine». Deux pays qui ne sont au passage pas invités au fameux sommet de Biden et qui s'en sont offusqués dans une rare tribune conjointe, fustigeant une mentalité de guerre froide et dénonçant une administration américaine qui se permet de définir «qui est un "pays démocratique" et qui n'est pas éligible à ce statut» .

Comme le précise ABC international, l'idée de convoquer un «sommet des démocraties» est une promesse de campagne de Joseph Biden. Cent-dix invités sont attendus à cette réunion, parmi lesquels le Japon et la Corée du Sud tandis que d'autres Etats tels que le Vietnam, la Hongrie, l'Egypte et la Turquie ne sont pas les bienvenus. Il n'y aura pas non plus les représentants officiels du Venezuela, du Nicaragua, de la Bolivie ou de Cuba. En revanche, le Brésilien Jair Bolsonaro sera invité de même que les autorités d'Israël, de l'Inde et du Pakistan, malgré des bilans controversés en matière de droits de l'Homme.

Meriem Laribi

RT France : https://francais.rt.com/international/93216-pour-representer-venezuela-biden-invite-guaido-sommet-democraties


Edité le 11-12-2021 à 20:24:11 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16602 messages postés
   Posté le 03-12-2021 à 14:00:46   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

LES USA ET LES REVOLUTIONS DE COULEUR
LES VRAIES COULEURS DE LA 'DÉMOCRATIE'


Voir illustrations sur le site :
https://www.globaltimes.cn/page/202112/1240540.shtml?fbclid=IwAR0RAFCbRpoqPnkvkWzFfcr1SU4wNIhfXz-xkFmaq55Rbsj-jrpnFP6YFUY#.Yam0wRTSEjM.facebook
enquête GT : les États-Unis mènent des révolutions mondiales de la couleur pour renverser les gouvernements au nom du contrôle américain
Par les reporters du GT
Publié: 02 déc. 2021 20:25

combien de maux ont été commis au nom de la démocratie ?
Exporter des guerres, lancer des "révolutions de couleur", fomenter des idéologies extrémistes et promouvoir l'instabilité économique... les États-Unis ont laissé des traces sans fin d'effusions de sang et de troubles dans le monde. Alors que le « modèle de démocratie » perd de son éclat, les États-Unis tentent toujours d'établir des cliques exclusives à travers le soi-disant sommet de la démocratie. Pour exposer la nature de la « démocratie américaine », le Global Times publie une série d'articles pour démasquer les quatre péchés hégémoniques démocratiques des États-Unis. C'est la deuxième pièce de ce genre.

Pour démarrer une révolution, vous devez d'abord choisir une couleur.
Qu'il s'agisse de la « Révolution des roses » en Géorgie en 2003, de la « Révolution orange » en Ukraine en 2004, de la « Révolution des tulipes » au Kirghizistan en 2005 ou du « Printemps arabe » en Asie et en Afrique en 2011, les dernières décennies ont vu les États-Unis planifier et mettre en œuvre des « révolutions de couleur », ou des guerres sans poudre à canon dans de nombreux endroits du monde, exportant frénétiquement les « valeurs américaines ».

Au lieu de lancer des opérations militaires directement au nom de la « démocratie », les États-Unis préfèrent utiliser les révolutions de couleur comme un outil pour intervenir dans les affaires intérieures d'autres pays afin de subvertir les gouvernements afin de renforcer leur contrôle mondial, que les États-Unis ont trouvé plus efficace et économique.

On estime qu'au cours des trois dernières décennies, parmi tous les gouvernements renversés, ceux qui ont été renversés par de telles « révolutions non violentes » représentaient plus de 90 pour cent.

Avant cela, pendant la guerre froide, les États-Unis se sont livrés à 64 tentatives secrètes et six tentatives manifestes de changement de régime, selon Covert Regime Change: America's Secret Cold War, de Lindsey A. O'Rourke.

Cependant, ce que les révolutions colorées ont laissé dans leur sillage n'est ni la paix ni la démocratie occidentale, mais la confusion de masse, le chaos et la destruction dans les pays cibles.
C'est l'origine de l'instabilité du monde aujourd'hui, selon les observateurs.

Fléau sur le monde
Depuis la fin du 20e siècle, des révolutions de couleur ont balayé l'Asie centrale, l'ex-Union soviétique et les pays d'Europe de l'Est.
En creusant profondément dans ces révolutions de couleurs, dans les coulisses, vous êtes toujours susceptible de trouver les mains noires bien visibles des États-Unis.

Les pays eurasiens ont été la zone la plus touchée par les révolutions de couleur où les États-Unis ont tenu à inciter à des émotions anti-gouvernementales et à des changements de régime.
Fin 2003, les États-Unis ont contraint Edouard Chevardnadze, alors président de Géorgie, à démissionner pour « fraude » au dépouillement des élections législatives et ont soutenu le chef de l'opposition Mikhaïl Saakachvili à la présidence. Elle est connue sous le nom de « Révolution des roses ».

Après la Géorgie, une scène similaire s'est déroulée en Ukraine en octobre 2004, lorsque les États-Unis ont concocté un scandale de « fraude » lors des élections ukrainiennes et ont incité la jeunesse locale à descendre dans la rue et à soutenir le chef de l'opposition, Viktor Iouchtchenko, qui a ensuite été élu. Président. L'événement est connu sous le nom de « Révolution orange ».

Une fois de plus, en mars 2005, les États-Unis ont poussé l'opposition kirghize à protester contre les résultats des élections législatives, qui se sont finalement transformées en émeutes. La « révolution des tulipes » s'est terminée par l'abandon du pouvoir et la fuite du président du Kirghizistan, Askar Akayev.

En octobre 2020, le directeur du service russe de renseignement étranger, Sergueï Narychkine, a accusé les États-Unis de vouloir lancer une « révolution de couleur » en Moldavie. Narychkine a souligné dans un communiqué que les États-Unis s'étaient brutalement immiscés dans les affaires intérieures des pays voisins de la Russie.

Les États-Unis ont également été à l'origine des soulèvements du « printemps arabe » dans le monde arabe, au cours desquels la vague de manifestations anti-gouvernementales et de violence a conduit à des guerres civiles dans certains pays et a provoqué des troubles et des ravages parmi la population. La région a connu des changements majeurs, mais de nombreux pays étaient encore sous le choc du mouvement.

La révolution des couleurs a toujours travaillé en étroite collaboration avec le système mondial de contrôle du monde des États-Unis, a déclaré mercredi au Global Times Zhang Shengjun, vice-doyen de l'École des sciences politiques et des relations internationales de l'Université normale de Pékin.

Ces dernières années, les États-Unis se sont tournés vers l'application de tactiques de révolution de couleur aux pays et régions liés à la Chine afin de réaliser leur objectif de contenir le développement de la Chine, a noté Zhang.

Cas d'ingérence dans les manuels
La « révolution des couleurs » n'est pas une performance impromptue orchestrée par un individu, mais un acte politique délibéré. Il s'agit d'une action coordonnée des planificateurs, des formateurs, des bailleurs de fonds, des instigateurs, des fauteurs de troubles, des partisans et, occasionnellement, des terroristes violents et même des mercenaires engagés.

Les observateurs ont déclaré qu'après des décennies de révolution des couleurs à travers le monde, les États-Unis ont développé un système de fonctionnement mature.
Premièrement, les planificateurs trouvent une cible qu'ils « n'aiment pas », après quoi ils lancent une guerre psychologique. Habituellement, ils trouvent et organisent un groupe d'activistes politiques et leur fournissent des informations et un soutien financier pour intensifier leur sentiment d'opposition. Ensuite, les planificateurs aident à mobiliser les masses pour lancer des protestations politiques, y compris en contraignant les organisations non gouvernementales et les médias à intervenir ou à participer au mouvement de protestation. Par conséquent, une chaîne de protestations est déclenchée, les planificateurs aidant simplement à augmenter l'intensité et à élargir l'équipe en attendant la chute du gouvernement.

Certains moyens ont été fréquemment adoptés dans les révolutions de couleur.
Les « ONG » sous le contrôle du gouvernement américain sont souvent utilisées pour effectuer des infiltrations à long terme dans les pays ciblés. Le tristement célèbre National Endowment for Democracy (NED) des États-Unis, une « ONG » autoproclamée par exemple, utilise des fonds publics pour prêcher la doctrine hégémonique du gouvernement américain. En 2016, le NED avait fourni quelque 96,52 millions de dollars à au moins 103 entités anti-chinoises, y compris des groupes séparatistes notoires, tels que le Congrès mondial ouïghour (WUC) et le Congrès de la jeunesse tibétaine (TYC).
Les États-Unis ont également soutenu des organisations de jeunesse radicales et encouragé des dirigeants pour les agents. Un leader du Mouvement de la jeunesse égyptienne du 6 avril, un militant antigouvernemental, a été invité à New York pour la réunion internationale de coordination des organisations de jeunesse en 2008. Il a admis plus tard dans un documentaire qu'il avait effectué un « stage » et savait comment faire face à la police.

Les médias sont également utilisés pour implanter des idéologies occidentales parmi les gens. Radio Free Europe, fondée par le Congrès américain, a joué un rôle important dans l'endiguement de l'Union soviétique pendant la guerre froide en diffusant des informations et en transmettant les idéologies occidentales aux pays d'Europe de l'Est. En 2019, il avait reçu un financement total de 124 millions de dollars, diffusant en 26 langues et touchant 37,6 millions de personnes chaque semaine.

Au nom de l'aide, les États-Unis interviennent dans les affaires intérieures du « pays cible » et apportent un soutien financier aux partis d'opposition du pays. Des années avant la « révolution des roses » en Géorgie en 2003, des États et des organisations étrangers ont commencé à apporter une aide financière aux ONG et aux partis d'opposition en Géorgie. L'USAID, par exemple, a dépensé 1,5 million de dollars pour informatiser les listes électorales de la Géorgie.

De plus, certaines manifestations pendant la révolution de couleur, y compris des membres de l'organisation d'opposition Otpor! lors de la révolution ukrainienne de 2004, « a pratiquement utilisé un manuel » dans les conférences, qui est le tristement célèbre De la dictature à la démocratie de Gene Sharp, connu comme le gourou de la non-violence, selon les médias.

Le but des États-Unis qui incitent à des révolutions de couleur à l'étranger est de renverser de puissants régimes anti-américains et de cultiver des régimes pro-américains à leur place, a déclaré Song Quancheng, directeur de l'Institut d'études migratoires de l'Université du Shandong.

L'une des astuces préférées des États-Unis consiste à dépeindre et à modeler l'image d'un régime anti-américain ou anti-OTAN comme un régime dictatorial qui « représente une grave menace pour les droits humains de son peuple » et intervient sous le couvert d'« éviter une catastrophe humanitaire », a souligné Song.

Pendant ce temps, les moyens de révolution des couleurs s'améliorent avec insistance pour être plus efficaces.
Lors du « printemps arabe » de 2011, les réseaux de médias sociaux tels que Facebook et Twitter ont été largement utilisés pour organiser des manifestations, diffuser des informations et communiquer avec les forces extérieures.

Lors de ce qui s'est passé en janvier 2011 en Égypte, de nombreux jeunes qui ont été profondément influencés par les plateformes de médias sociaux tels que Facebook et Twitter ont été induits en erreur et ont subi un lavage de cerveau par les promesses de « démocratie et de liberté » faites par les États-Unis et l'Occident, et ont commencé à participer lors des manifestations, a déclaré au Global Times Ahmed Elhusseiny, chercheur sino-africain à l'Université du Caire.
Ils pensaient qu'ils aidaient leur pays, mais le fait était qu'ils étaient utilisés par les États-Unis et leurs forces politiques pour évincer un leader national que les États-Unis et l'Occident considéraient comme inefficace, a-t-il déclaré.
"Tout mal qui s'est produit dans n'importe quel coin du monde peut être attribué aux mains contaminées des États-Unis ", a-t-il déclaré.

De plus, les États-Unis modifient également leurs stratégies dans leur pratique des révolutions de couleur, a déclaré Zhang. « Financer les oppositions pour obtenir un changement de régime était la principale méthode, mais maintenant les États-Unis essaient de plus en plus de modifier les politiques diplomatiques d'autres pays pour garantir le soutien probable des pays aux politiques mondiales américaines. Il s'est avéré que c'était la position de la Lituanie et quelques autres pays. "

Origine de l'instabilité mondiale
La révolution des couleurs n'apporte pas la démocratie et la paix, mais plutôt une boîte de Pandore ouverte qui a laissé de nombreux pays et régions du monde dans la tourmente politique, la régression économique et les catastrophes sociales. La révolution des couleurs est à l'origine de l'instabilité du monde, selon les analystes.
Par exemple, lors de la « Révolution du lotus » en Égypte en 2011, les protestations ont crié le slogan « Pain, liberté, justice sociale », mais les indices économiques ont montré que la situation s'est aggravée après la révolution et que l'effet négatif a duré des années.

Les données officielles de l'Égypte ont montré qu'entre 2012 et 2016, l'échelle des exportations de l'Égypte était passée de 27 milliards de dollars à 18,7 milliards de dollars. Cela a également causé un chômage sévère et une inflation massive.
Au total, le « printemps arabe » et les guerres qui ont suivi, ainsi que les crises de réfugiés et les ralentissements économiques, ont coûté aux pays plus de 830 milliards de dollars, selon une analyse réalisée lors du Forum stratégique arabe de Dubaï en décembre 2015.
"Le principal danger des révolutions de couleur est de placer un pays avec toute sa population et ses ressources sous contrôle externe" , a déclaré Andrei Manoilo, professeur de sciences politiques à l'Université d'État de Moscou, aux médias en 2019 alors que les troubles s'ensuivaient à Hong Kong en Chine.

"De nombreux pays du Moyen-Orient et des régions d'Afrique du Nord n'ont pas réellement construit de pays soi-disant modernes, démocratiques et de type occidental après que leurs régimes "autoritaires" anti-américains ont été renversés par des révolutions de couleur" , a déclaré Song au Global Times.

Après n'avoir pas été modernisés, ces pays et régions, dans lesquels les styles traditionnels de système de gestion des chefs tribaux subsistent et les frictions entre différentes religions, sectes, tribus et cultures existent toujours, sont très susceptibles de tomber en discorde après avoir perdu des dirigeants forts et puissants, Song expliqué.
Il est là pour tous de voir que la « démocratie » que les États-Unis ont promue via les révolutions de couleur a un énorme écart avec la vraie démocratie, a déclaré Zhang. "L'histoire a prouvé à maintes reprises que la démocratie américaine ne pouvait que faire d'autres pays des victimes des USA."

Les États-Unis ont construit des systèmes "démocratiques" fragiles dans d'autres pays pour leur commodité de les contrôler. "Sous le faux nom de" démocratie ", les États-Unis ont mené des révolutions colorées et promu leur " valeur universelle " dans le monde, mais le but essentiel est de contrôler les ressources d'autres pays " , a déclaré Zhang.
"La motivation est incroyablement secrète, mais il ne faut pas ignorer qu'elle est à l'origine de l'instabilité mondiale actuelle" , a-t-il noté.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16602 messages postés
   Posté le 11-12-2021 à 20:23:37   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La démocratie US "arme de destruction massive"


« La “démocratie” est devenue depuis longtemps une “arme de destruction massive” utilisée par les Etats-Unis pour s’ingérer dans les autres pays » , a dénoncé, samedi 11 décembre, le porte-parole du ministère des affaires étrangères chinois dans un communiqué publié en ligne. Il accuse également Washington d’avoir « fomenté les “révolutions de couleur” à l’étranger » .

La déclaration de Pékin fait florès dans les salles de rédaction et c'est un échec pour les USA.
On notera que les USA sont impuissants contre la corruption alors que Xi et le PCC l'ont chassée et punie sans ménagement jusqu'à la direction de l'Etat.
D'autre part le "tribunal Ouïghour" n'a pas eu le résultat escompté tandis que le Nicaragua reconnaît la Chine Populaire et rompt ses relations diplomatiques avec la province de Taïwan.
Enfin la RPC a elle-même défini sa conception de la démocratie réelle, fondée sur le bien être du peuple et sa participation aux décisions.
C'est donc un échec cuisant pour Biden qui comptait marquer des points avec la vieille de recette de la démocratie à la sauce US.
Le canard atlantiste Le Monde prend acte :


Le Monde titre : Le sommet pour la démocratie de Joe Biden a déçu

ÉDITORIAL
Le Monde

L’événement a trahi l’embarras américain, à la fois sur la liste, critiquée, des invités, mais aussi dans l’aveu même du président Biden selon qui les Etats-Unis n’étaient pas toujours à la hauteur des idéaux démocratiques .Publié aujourd’hui à 10h32, mis à jour à 17h34

Editorial du « Monde ». Les promesses de campagne n’engagent pas seulement ceux qui les reçoivent. Joe Biden en a fait l’inconfortable expérience avec le sommet virtuel pour la démocratie organisé par les Etats-Unis les 9 et 10 décembre. Il avait été annoncé en fanfare dans une tribune publiée au printemps 2020 par la revue Foreign Affairs, qui tenait lieu de déclaration de politique étrangère du candidat démocrate. Ce sommet s’est pourtant révélé un modèle de fausse bonne idée. Au point que l’administration américaine s’est contentée du service minimum (critique des mauvaises gouvernances, éloge du travail de la presse) sur une question pourtant cruciale puisque partout ou presque la démocratie est en recul, attaquée et affaiblie.

La liste des invités a trahi l’embarras américain. Le critère des intérêts régionaux de Washington l’a souvent emporté sur la nature des régimes conviés, dont au moins un tiers laissait à désirer, selon le classement de la Freedom House, un observatoire de l’état de la démocratie libérale dans le monde financé par l’Etat fédéral des Etats-Unis. C’est ainsi que la République démocratique du Congo ou le Brésil ont figuré parmi les méritants, mais ni la Turquie ni la Tunisie.

Il serait aisé d’ironiser à propos de cette sélectivité discutable et de moquer la litanie convenue de discours à distance à laquelle le sommet a donné lieu en préambule d’un rassemblement de chefs d’Etat et de gouvernement qui se tiendra en 2022, peut-être. Deux symboles de la tentation autoritaire qui travaille de nombreux pays, la Chine et la Russie, qui n’étaient évidemment pas invités, ne s’en sont pas privés.

Recroquevillement clanique
Mais il est autrement plus cruel de constater combien les Etats-Unis, naguère ambassadeurs de la démocratie libérale, sont désormais bien mal placés pour faire la leçon à qui que ce soit. Quatre années de Donald Trump, grand admirateur des hommes forts, ont en effet accéléré un affaissement inquiétant dont on ne discerne pas la fin.

L’aveu de cette décrépitude par Joe Biden lui-même, admettant que son pays devait « combattre sans relâche pour être à la hauteur de ses idéaux démocratiques » , n’en a été que plus marquant. Tout comme celui de la secrétaire au Trésor, Janet Yellen, qui a convenu que les Etats-Unis étaient sans doute , « le meilleur endroit pour cacher et blanchir des gains acquis frauduleusement » au cours d’une session consacrée au poison de la corruption.
La reconnaissance de cette réalité, surtout de la part d’une puissance souvent peu économe de sa suffisance, constitue un préalable essentiel dont seules les démocraties sont précisément capables. Mais elle n’a rien d’encourageant.

Les menaces qui pèsent sur ces régimes ouverts aux vents mauvais sont à trouver dans le recroquevillement clanique qui alimente le refus des normes. Dans le mépris des contre-pouvoirs partout attaqués, qu’il s’agisse de la justice ou du journalisme. Malheureusement, ces errements sont tous à l’œuvre aux Etats-Unis, le plus souvent à l’initiative du Grand Old Party, celui fondé par Abraham Lincoln et aujourd’hui à la renverse. Il contribue largement aux tripatouillages (purges de listes électorales, obstacles au vote des minorités) et aux charcutages électoraux, tous produits à une échelle industrielle.

L’ampleur de cette panne américaine entrave Joe Biden dans sa quête d’une réponse au malheur démocratique éprouvé dans son pays comme dans de nombreux autres. Il n’y a aucune raison de s’en réjouir.


Edité le 11-12-2021 à 21:06:42 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16602 messages postés
   Posté le 11-12-2021 à 20:33:50   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un diplomate chinois fustige les États-Unis qui "transforment la démocratie en une arme"
xinhua 2021-12-11 15:54:02
http://french.cri.cn/news/world/686/20211211/738384.html

L'ambassadeur de Chine aux Philippines, Huang Xilian, a accusé vendredi les Etats-Unis d'avoir lancé un "Sommet pour la démocratie" qui crée des divisions à travers le monde.

Au nom de la démocratie, les Etats-Unis ont mené des interventions militaires en Afghanistan et dans d'autres pays, entraînant la mort de centaines de milliers de civils et le déplacement de dizaines de millions de personnes, a dit M. Huang dans un discours prononcé lors d'une séance de presse.

"Au lieu d'en tirer des leçons et de corriger leurs erreurs, les États-Unis sont allés encore plus loin dans l'instrumentalisation et la transformation de la démocratie en une arme en organisant ce sommet pour inciter à la division et à la confrontation au profit de leur stratégie et de leurs gains géopolitiques", a poursuivi M. Huang.

Il a ajouté que les États-Unis ont toujours essayé d'imposer leur forme de démocratie aux autres. "Les États-Unis ont organisé ce fameux sommet pour la démocratie malgré l'opposition généralisée de la communauté internationale", a conclu l'ambassadeur chinois.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16602 messages postés
   Posté le 12-12-2021 à 20:07:19   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Commentateur de Qiushi.com : En parlant de démocratie, la Chine a confiance


Source : Seeking net Auteur : chercheur du réseau commentateur 09/12/2021
http://www.qstheory.cn/wp/2021-12/09/c_1128145507.htm
Il y a quelques jours, le Bureau de l'information du Conseil des Affaires d'Etat a publié un livre blanc « La démocratie chinoise ». La traduction anglaise du livre blanc est « China : Democracy That Works » et la traduction littérale est « China : Effective Democracy ». En matière de démocratie, la Chine est confiante.
Le secrétaire général Xi Jinping a profondément souligné lors de la réunion de travail du Congrès central du peuple que depuis le 18e Congrès national du Parti communiste chinois, nous avons approfondi notre compréhension de la loi du développement politique démocratique et mis en avant le concept majeur de la démocratie populaire à travers le traiter. L'ensemble du processus de démocratie populaire dans notre pays a non seulement des procédures système complètes, mais aussi une participation complète dans la pratique. Il a réalisé la démocratie de processus et la démocratie de résultat, la démocratie procédurale et la démocratie substantielle, la démocratie directe et la démocratie indirecte, la démocratie populaire et la volonté nationale. C'est toute une chaîne. La démocratie tous azimuts est la démocratie socialiste la plus étendue, la plus vraie et la plus efficace.

La démocratie est la valeur commune de toute l'humanité et un concept important auquel le Parti communiste chinois et le peuple chinois ont toujours adhéré. Une fois que le Parti communiste chinois est né, il a établi son aspiration et sa mission initiales de rechercher le bonheur pour le peuple chinois et le rajeunissement de la nation chinoise, et il a mené une exploration et une lutte inlassables pour réaliser la maîtrise du pays par le peuple. Pendant cent ans, le Parti communiste chinois a brandi haut le drapeau de la démocratie populaire, uni et dirigé le peuple dans un pays qui a été une société féodale pendant des milliers d'années et est devenu une société semi-coloniale et semi-féodale en Maître, l'édifice démocratique de la Chine se dresse haut et les garanties du système politique et les fondements matériels sociaux du développement démocratique sont devenus de plus en plus solides.

Depuis le 18e Congrès national du Parti communiste chinois, le Comité central du Parti avec le camarade Xi Jinping en son sein a adopté une nouvelle position historique, a profondément compris les nouveaux changements dans les principales contradictions de la société chinoise, a activement répondu aux nouvelles exigences du peuple et les attentes en matière de démocratie, et ont profondément absorbé la gouvernance chinoise et étrangère ancienne et moderne. L'expérience et les leçons des hauts et des bas du chaos, un résumé complet des réalisations remarquables du développement démocratique de la Chine, ont uni et conduit le peuple à développer l'ensemble processus de démocratie populaire, et le développement démocratique de la Chine est entré dans une nouvelle ère de l'histoire. L'institutionnalisation, la standardisation et la procéduralisation de la politique démocratique socialiste de mon pays ont été largement promues. La supériorité du système politique socialiste aux caractéristiques chinoises a été pleinement mise en jeu et la situation politique vivante, stable et unie a été consolidée et développée. Tout au long du processus, la démocratie populaire a fait preuve de vigueur et de vitalité sur la terre de Chine, la confiance en soi démocratique du peuple chinois s'est renforcée et la route de la Chine vers la démocratie est devenue de plus en plus large.

Le nom n'est pas fait par nature, il doit être vrai. L'ensemble du processus de la démocratie populaire a des procédures institutionnelles complètes. Ces procédures institutionnelles ont formé un système complet, étendu et organiquement connecté du peuple en tant que maître du pays, construit un canal démocratique diversifié, fluide et ordonné et garanti efficacement les propositions du parti. et la volonté de l'État. L'unité des volontés du peuple assure effectivement que le peuple est maître du pays. L'ensemble du processus de démocratie populaire a une pratique complète de participation, combinant démocratie électorale et démocratie délibérative, et intégrant l'élection démocratique, la consultation démocratique, la prise de décision démocratique, la gestion démocratique et la supervision démocratique, afin que la volonté du peuple puisse être meilleure. reflétée et les droits et les intérêts du peuple peuvent être mieux représentés. La garantie et la vitalité créatrice du peuple sont davantage stimulées.

Aujourd'hui, l'ensemble du processus de démocratie populaire est passé d'un concept de valeur à une forme de système, un mécanisme de gouvernance et un mode de vie des gens enracinés dans la terre de Chine. Le peuple chinois bénéficie d'un large éventail, adéquat, vrai, concret et démocratie effective. Lors de la rédaction du Code civil, le projet de Code civil a reçu 114 574 avis de 13 718 internautes, ouvrant la porte à la législation et à la législation démocratique pour permettre aux lois et règlements de refléter plus efficacement les souhaits du peuple et de répondre aux voix du peuple ; le « 14e Le travail de planification du plan quinquennal" a été collecté en ligne pour commentaires. Plus d'un million de personnes ont laissé des messages et les parties concernées ont compilé plus de 1 000 suggestions. Le plan national de développement économique et social condense la sagesse collective de la population et reflète pleinement la l'aspiration des gens à une vie meilleure au cours des cinq prochaines années ; plus d'un milliard d'électeurs à travers le pays, une personne, un vote. Plus de 2 millions de députés du Congrès du peuple au niveau des comtés et des cantons ont été directement élus par les votes pour former les organes locaux de l'État pouvoir d'exercer le pouvoir d'État au nom du peuple... Ce sont des manifestations concrètes et réalistes de la démocratie populaire tout au long du processus.

La démocratie est historique, concrète et en développement. La démocratie dans divers pays est enracinée dans les traditions historiques et culturelles du pays et grandit à partir de l'exploration pratique et de la création de la sagesse du peuple du pays. Pour évaluer si le système politique d'un pays est démocratique et efficace, cela dépend principalement de la question de savoir si les dirigeants du pays peuvent être remplacés de manière ordonnée, si le peuple tout entier peut gérer les affaires publiques et sociales, gérer les entreprises économiques et culturelles, et si le peuple peut exprimer leurs intérêts en douceur. Exigence : si tous les aspects de la société peuvent effectivement participer à la vie politique du pays, si la prise de décision nationale peut être rendue scientifique et démocratique, si les talents de tous les domaines peuvent entrer dans le système national de direction et de gestion grâce à une concurrence loyale, et si le parti au pouvoir peut obtenir le droit au pays conformément à la constitution et aux lois.
Si la direction des affaires et l'utilisation du pouvoir peuvent être effectivement restreintes et supervisées. Du point de vue de ces « huit canettes », après des efforts de longue haleine, notamment depuis le 18e Congrès national du Parti communiste chinois, la politique démocratique socialiste de mon pays a été institutionnalisée, standardisée et procédurale, et des progrès décisifs ont été réalisés dans La démocratie populaire est devenue plus colorée, avec un large éventail de contenus, des niveaux diversifiés et des personnes réelles et concrètes étant les maîtres du pays, condensant efficacement la sagesse et la force de l'écrasante majorité de la population.

La démocratie n'est pas un ornement, elle n'est pas utilisée pour faire des décorations, mais pour résoudre les problèmes que le peuple doit résoudre. La clé de la démocratie et de la non-démocratie d'un pays réside dans la question de savoir si le peuple est vraiment le maître du pays. Cela dépend du fait que le peuple a le droit de voter, mais aussi si le peuple a le droit de participer largement ; cela dépend de ce promesses que le peuple obtient dans le processus électoral, et plus encore. Cela dépend du nombre de ces promesses qui ont été tenues après les élections ; cela dépend des procédures politiques et des règles politiques stipulées par le système et les lois, et plus encore si ces systèmes et ces lois sont effectivement mis en œuvre, cela dépend du caractère démocratique des règles et procédures de fonctionnement du pouvoir, cela dépend aussi de la question de savoir si le pouvoir est vraiment soumis à la surveillance et à la restriction du peuple. Ces "quatre choses à regarder et quatre autres choses à regarder" montrent une forte confiance dans la démocratie socialiste aux caractéristiques chinoises.

La pratique a pleinement prouvé que la démocratie socialiste de mon pays est la démocratie la plus étendue, la plus vraie et la plus efficace pour sauvegarder les intérêts fondamentaux du peuple ; l'ensemble du processus de la démocratie populaire de mon pays est la démocratie socialiste la plus étendue, la plus vraie et la plus efficace. Pour renforcer la confiance dans le système socialiste aux caractéristiques chinoises, nous devons d'abord renforcer la confiance dans le système politique du socialisme aux caractéristiques chinoises, et renforcer la confiance et la détermination à suivre la voie du développement politique du socialisme aux caractéristiques chinoises.

  (Rédacteur : Liu Mingmei)

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine  Sommet des démocraties : sommet de la réactionNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum