Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité de Cuba et de l'Alba 

 revirement en Argentine

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12081 messages postés
   Posté le 12-08-2019 à 22:48:54   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L'élection surprise en Argentine pourrait faire reculer la vague conservatrice en Amérique latine

Par María José Haro Sly Source: Global Times Publié le 2019/8/12 22:19:37
http://www.globaltimes.cn/content/1161233.shtml

________________________________________


Le dimanche était la première élection en Argentine. C'est l'élection préliminaire pour définir les candidats dans les différents partis. La dernière élection aura lieu en octobre.

Les gens cherchaient un changement plus progressiste. Alberto Fernandez, professeur de droit pénal à l'Université de Buenos Aires et chef de cabinet de Nestor Kirchner pendant la présidence, a formé une alliance avec l'ancienne présidente Cristina Fernandez de Kirchner pour être candidate à la vice-présidence. Ils ont battu le président Mauricio Macri avec 47% contre 32% des voix.

Les chiffres sont toujours provisoires car le logiciel installé pour compter les votes ne fonctionne pas bien. Le gouvernement a retardé les résultats des élections de quelques heures. Macri, en tant que candidat à la présidence, a reconnu sa défaite et a appelé la population à "dormir" sans offrir de résultat officiel, ajoutant ainsi une nouvelle contribution à la longue liste de ses erreurs de gestion.

Bien que le gouvernement Macri ait compté sur le soutien du FMI et des médias privés ultra-concentrés, la population a décidé de voter contre le programme néolibéral. Après quatre ans de présidence de Macri, le pays a sombré dans une crise économique. L'alliance avec le FMI a conduit le pays à une augmentation du ratio dette / PIB de près de 90%. Le FMI a accordé à Macri le prêt le plus important de toute l’histoire de l’institution, mais il n’ya eu aucun signe de reprise économique.

Les politiques néolibérales ont contribué à une situation sociale et économique insupportable pour la plupart des gens. La pauvreté s'est étendue à 35% de la population, l'inflation a dépassé 50%, les taux d'intérêt ont atteint 70% et la dévaluation de la monnaie nationale a été de 370%. Les petites et moyennes entreprises ont fermé et le déficit commercial est le pire de toute l'histoire du pays. La "pluie d'investissements" n'a jamais eu lieu.

"Avec Cristina, ce n'est pas suffisant, mais sans elle, il n'est pas possible de gagner", a déclaré Fernandez lors de la campagne électorale. Le Front de tous était l’alliance qui rassemblait la plupart des dirigeants dispersés depuis 2015 et cherchait un dirigeant péroniste capable de rassembler les différentes voix. Cela pourrait changer le modèle économique du pays.

En octobre, ce résultat sera probablement le résultat définitif. Mais dans une situation économique instable, octobre semble être loin. Personne ne sait ce que le FMI fera dans les prochaines semaines. Le FMI admettra-t-il une nouvelle fois l’échec complet de son programme pour les pays en développement? Alberto Fernandez peut-il résoudre le problème? Il était un négociateur clé avec Nestor Kirchner pour la défaillance du pays en 2001. Il a promis de rétablir un programme économique keynésien afin de promouvoir une meilleure situation économique et sociale basée sur la production plutôt que sur la spéculation financière et sur la croissance économique réelle basée sur l'inclusion.

Ce qui se passe en Argentine sera important pour toute la région. Cela pourrait changer la vague de gouvernements de droite en Amérique latine. Dans la plupart des pays du continent, après que les forces armées eurent perdu leur rôle central dans le lancement des coups d'État, la nouvelle ère se concentra sur le pouvoir judiciaire. Au Brésil, cela allait trop loin, l'ancien président Lula ayant été victime d'une condamnation injuste du juge Sergio Moro. Mais en Argentine, la réalité a vaincu le monde imaginaire décrit par les médias et la politique impopulaire de Macri.

Ce résultat aura des répercussions sur les relations sino-argentines. Bien que la Chine soit le deuxième partenaire commercial de l’Argentine, Macri a été pressé par le FMI et les États-Unis de s’éloigner de la puissance asiatique. Au tout début de sa présidence, il voulait annuler la plupart des projets signés par Cristina Fernandez de Kirchner. À la fin, il a renégocié la plupart d’entre eux, mais il n’a pas créé de position claire pouvant profiter à l’Argentine.

L'Argentine aura besoin de l'appui de la Chine pour faire face à ses dettes extérieures. L'augmentation de nos exportations vers la Chine et l'assouplissement du déficit commercial contribueront à équilibrer le secteur extérieur. Ce partenariat mondial stratégique pourrait ouvrir une nouvelle étape pour les deux pays.

L'auteur est un universitaire argentin de l'Université Renmin de Chine. opinion@globaltimes.com.cn


_______________



Argentine: le peso plonge après la défaite de Macri aux primaires

Par LIBERATION — 12 août 2019 à 18:06
https://www.liberation.fr/planete/2019/08/12/argentine-le-peso-plonge-apres-la-defaite-de-macri-aux-primaires_1745029

Le peso et la bourse plongeaient lundi en Argentine, au lendemain du revers du président libéral sortant Mauricio Macri aux élections primaires considérées comme une répétition générale de la présidentielle d’octobre, où il briguera un nouveau mandat à la tête d’un pays englué dans la récession. A l’ouverture des marchés de la troisième économie d’Amérique latine, la Bourse avait dégringolé de plus de 10%, avant de s’effondrer de 30% à en fin de matinée. Vendredi soir pourtant, l’indice Merval était en progression de 8%, dans une ambiance d’optimisme avant les résultats électoraux de dimanche.

De son côté, la monnaie locale s’échangeait lundi matin à 53 pesos pour un dollar, soit 14% de plus que vendredi à la fermeture, où le billet vert valait 46,55 pesos. Certains bureaux de change préféraient même arrêter d’échanger des dollars. «Une rupture dans les décisions politiques (du prochain gouvernement argentin) est désormais le scénario le plus probable» , résumait lundi une note de la banque JP Morgan pour expliquer l’inquiétude des marchés.

Le président Macri s’est entretenu lundi matin avec le président de la Banque centrale, Guido Sandleris, et a préféré décaler le conseil des ministres à lundi après-midi pour suivre l’évolution des marchés. «Le président devrait être en train de délivrer un message d’apaisement. Les marchés mettent en garde contre le fait que le gouvernement se trouve dans une situation où il ne peut pas apporter de réponse» à la crise économique, a déclaré à Radio 10 le candidat de centre-gauche Alberto Fernandez, grand vainqueur des primaires de dimanche soir.

Lui et sa colistière Cristina Kirchner, l’ancienne présidente du pays inculpée dans plusieurs affaires de corruption, ont obtenu 47% des suffrages, contre 32% pour le tandem composé de Mauricio Macri et du dirigeant péroniste Miguel Angel Pichetto.
«Nous avons subi une mauvaise élection et cela nous oblige, à partir de demain, à redoubler d’efforts. Nous regrettons de ne pas avoir eu tout le soutien que nous espérions» , a rapidement reconnu dimanche soir le chef de l’Etat.

«Le contrat est rompu»
Si un tel résultat se reproduisait lors de la présidentielle du 27 octobre, Fernandez, 60 ans, serait proclamé vainqueur dès le premier tour: selon la loi électorale, pour être élu, il faut obtenir au moins 45% des suffrages, ou bien 40% et une avance de 10 points sur le candidat arrivé deuxième. Il est clair «que le gouvernement a perdu le soutien de secteurs clés de la société, estime l’analyste politique Carlos Fara. «Pour ceux qui attendaient un changement en Argentine, le contrat symbolique est rompu. Le vote a montré une insatisfaction profonde vis-à-vis de la situation économique, une angoisse au sein de la société qui sent que le gouvernement est déconnecté de la réalité et n’est pas à la hauteur pour affronter les problèmes.»

Dans ce pays en récession depuis l’an dernier, l’inflation reste très élevée sur les 12 derniers mois, à 40%, ainsi que le chômage, à 10,1%. Submergée par deux crises monétaires en 2018 ayant fait perdre 50% de sa valeur à sa monnaie, l’Argentine a appelé le Fonds monétaire international (FMI) à la rescousse pour obtenir un prêt de plus de 57 milliards de dollars. Dans ses dernières prévisions de croissance mondiale publiées au printemps, le FMI avait indiqué tabler sur une contraction du PIB argentin de 1,2% en 2019, tout en attendant une reprise au second semestre. Pour 2020, il prévoit une croissance de 2,2%. «Contenir les marchés, c’est la grande inconnue du jour. S’il n’y a pas un accord entre Fernandez et Macri, il va être très difficile de construire la confiance» , juge un autre analyste, Rosendo Fraga.

Créé en 2009, le système de primaires générales pour tous les partis politiques, le même jour et lors d’un scrutin national, est une particularité argentine. Dans ce pays de 34 millions d’électeurs où le vote est obligatoire - le taux de participation s’est élevé à 75% -, il s’agissait plutôt d’un sondage grandeur nature avant les élections générales d’octobre, les partis politiques ayant choisi cette année, pour des raisons de stratégie électorale, d’investir à l’avance leurs candidats comme la loi le leur permet.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
8103 messages postés
   Posté le 12-08-2019 à 23:05:19   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Un article du Monde Diplomatique de janvier de cette année avait anticipé le retour des Kirchner en Argentine.


Edité le 15-08-2019 à 09:33:47 par marquetalia




--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
8103 messages postés
   Posté le 04-09-2019 à 23:26:29   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

le leader de la France Insoumise annonce le retour des gouvernements progressistes en Amérique Latine legrandsoir.info/chemin-faisant.html


Edité le 04-09-2019 à 23:27:45 par marquetalia




--------------------
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité de Cuba et de l'Alba  revirement en ArgentineNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum