Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité en Corée 

 revirement agressif des USA sur la Corée du nord

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10276 messages postés
   Posté le 16-04-2017 à 21:06:16   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Corée du nord est au centre d'un nœud de contradictions. Notamment la Chine préconise la dénucléarisation et la solution pacifique des contradictions, mais la Corée du nord considère que sa sécurité dépend de l'arme nucléaire.

D'autre part la division du pays perdure contre la volonté du peuple coréen et à l'initiative des USA. La Corée du sud est soumise à une dictature quasi fasciste comme on peut le constater dans la vidéo qui suit.

Enfin les USA cherchent à déstabiliser la région en s'appuyant sur une situation complexe, mais les menaces voire la guerre ne profiteront pas aux USA et ne servent qu'à encourager la Corée du nord à se protéger davantage.

Nous donnerons dans cette rubrique des infos en provenance de Corée. Bonne lecture.

____________________


Ci-dessous de très intéressantes vidéos sur le site de l'association d'amitié franco-coréenne :


Le 30 janvier 2017, l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) et le Pôle de renaissance communiste en France (PRCF) ont coorganisé une conférence à Grenoble, sur le thème "Mouvement social en Corée du Sud, agressions impérialistes contre la Corée du Nord". Nous publions ci-après un compte rendu de cette conférence et deux vidéos présentant les interventions des conférenciers, publiées sur le compte Youtube du PRCF.

http://www.amitiefrancecoree.org/2017/02/le-peuple-coreen-a-l-avant-garde-de-la-resistance-a-l-imperialisme-et-au-capitalisme.html

1 - Quelle est la situation en Corée? droit de l'homme, totalitarisme
Un témoignage de Jin Yong-ha, responsable du Comité des Travailleurs du Parti Démocratique et Populaire (Corée du Sud)

2 - Quelle est la situation en Corée ? Conférence Benoît Quennedey

Présentation par Jin Yong-ha, responsable du Comité des Travailleurs du Parti Démocratique et Populaire (Corée du Sud)

1-Contexte historique

La situation en Corée est très mal connue en France. Pour connaître la situation en Corée, il faut connaître son histoire. La Corée est un petit pays entouré de grandes puissances qui a dû sans cesse lutter pour conserver son indépendance. La politique isolationniste poursuivie jusqu'en 1910 a empêché l'industrialisation du pays et l'a rendu vulnérable à l'invasion japonaise.
L'occupation japonaise se poursuivit de 1910 à 1945 avec pour objectif l'anéantissement de la culture coréenne et de sa langue. Lorsque les Américains occupèrent ensuite le sud de la péninsule, ils donnèrent à la Corée du Sud une apparence d'indépendance tout en mettant à la tête de l'Etat sud-coréen les anciens dirigeants de la collaboration avec les Japonais.
Cela conduisit à une révolte très forte des Coréens du sud et à la formation du Comité national des travailleurs de Corée. Ce syndicat appela à la grève générale puis fut dissout par l'Etat sud-coréen pour être remplacé par des syndicats jaunes.
Une dictature militaire perdura des années 1960 jusqu'à la fin des années 1980.
Un événement important fut l'immolation par le feu du jeune travailleur Jon Tae-Il en 1970 qui marqua le mouvement de résistance à la dictature. En juillet-septembre 1987, une série de grèves eut pour revendication la création d'un syndicat démocratique. Celle-ci fut effective avec la création de la Confédération Générale des Syndicats (KCTU) en 1995.
De ce syndicat naquit le Parti Progressiste unifié en 2000. Il y a en Corée moins de distance entre parti et syndicat démocratique qu'en France.

2-Actualité

Le mandat du président sud-coréen est de 5 ans. La présidence actuelle Park Geun-hye est la prolongation de la présidence réactionnaire précédente avec Lee Myung-bak.
La présidence de Lee Myung-bak fut entachée entre autres par le lancement du projet d'aménagement des quatre fleuves à la fois inutile et dangereux pour l'environnement. 2009 fut une année d'importantes répressions contre les travailleurs avec l'interdiction du syndicat des fonctionnaires alors que le droit de se syndiquer est reconnu par la Constitution sud-coréenne.
La présidence Park Geun-hye a commencé en décembre 2012 suite à des fraudes électorales massives.
En décembre 2014, le Parti progressiste unifié fut interdit suite à l'affirmation mensongère selon laquelle il aurait préparé un coup d'Etat avec le soutien de la Corée du Nord. Ceci montre le caractère fascisant de la présidence Park Geun-hye. Il y eut également le scandale du naufrage du Sewol avec 300 enfants morts en avril 2014, scandale qui ne fut jamais éclairci. Des mesures de répression furent prises contre les parents des victimes et les militants pour la vérité sur le naufrage, avec des arrestations et gardes à vue arbitraires de plusieurs jours.
En 2013, le siège de la KCTU fut perquisitionné et son dirigeant arrêté et condamné à 7 ans de prison ferme. L'Organisation internationale du travail émit des protestations. Les demandes de création de syndicats de fonctionnaires furent rejetées et le syndicat des enseignants interdit.
Il faut savoir que la Corée du Sud a 10 millions de travailleurs précaires et trois millions de chômeurs pour 50 millions d'habitant et n'a pas de système complet de sécurité sociale. Participer aux luttes sociales et syndicales en Corée du Sud mène très souvent en prison.
La répression est particulièrement forte dans les grandes entreprises comme Samsung et Hyundai, dont le poids économique est écrasant. A Hyundai, il y a deux fois pus de travailleurs précaires que de travailleurs permanents.
A Samsung, les syndicats sont interdits. Il y a eu récemment une tournée européenne des syndicalistes (illégaux) de Samsung. Un problème grave est notamment l'exposition des travailleurs à des substances toxiques qui ont causé au moins 80 leucémies mortelles.
A cela s'ajoutent d'autres problèmes comme ceux de la dette étudiante.
En conclusion, la résistance est forte au sein du peuple de Corée du Sud, et porteuse d'espoir pour l'avenir.


Présentation sur la Corée du Nord et l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) par Benoît Quennedey, vice-président de l'AAFC chargé des actions de coopération

La Corée du Nord est l'objet de tous les fantasmes. Toute personne portant un autre regard que celui des médias dominants sur la Corée du Nord sera facilement qualifiée de "suppôt du régime". L'image négative la Corée du Nord en Occident est largement fabriquée par les services secrets sud-coréens et américains, alors que les Etats-Unis stationnent près de 30 000 soldats dans la péninsule coréenne. Ceci s'explique notamment par son système économique capitaliste, sa position géostratégique entourée de grandes puissances et ses capacités technologiques puisque la Corée du Nord est un des quelque 10 pays au monde capables de lancer un satellite dans l'espace.

Les Nord-Coréens ne prétendent pas être un modèle. La culture politique locale est très marquée par le confucianisme. Il s'agit d'une adaptation locale des démocraties populaires.

L'Association d'amitié franco-coréenne considère le dialogue avec la Corée du Nord nécessaire comme avec tout pays différent du nôtre. Dès sa fondation en 1969, l'AAFC ne comporta pas que des communistes mais aussi des socialistes, des gaullistes de gauche ou encore des chrétiens progressistes.

Le destin des deux Corée est lié malgré la division. Comme l'a montré la succession d'une phase de démocratisation de la Corée du Sud en 1998-2008 et de dialogue avec le Nord, suivie d'une phase autoritaire et de fermeture du dialogue avec la Corée du Nord, le combat social en Corée du Sud et le combat pour la paix et la réunification en Corée sont liés.

L'AAFC n'a pas pour but défendre en bloc un gouvernement qui ne prétend pas exporter son modèle, mais de donner des clés pour mieux comprendre la situation en Corée. La situation française est particulière puisqu'il s'agit du seul pays européen avec l'Estonie qui n'a pas établi de relations diplomatiques complètes avec la République populaire démocratique de Corée. L'AAFC ne s'intéresse pas seulement au Nord mais aussi au Sud de la péninsule, d'où sa contribution à la fondation du Comité international pour les libertés démocratiques en Corée du Sud.

La question est souvent posée de savoir si la Corée du Nord est un pays socialiste. Le socialisme est un concept qui prend dans la réalité des formes diverses. On retrouve en Corée du Nord les caractéristiques essentielles du socialisme développé dans les démocraties populaires, avec notamment la propriété collective des grands moyens de productions, le système de santé et d'éducation gratuits, les logements à prix modiques. Cependant, la Corée du Nord ne se reconnaît plus dans le marxisme-léninisme mais dans une idéologie qui lui est propre, les idées du Juche

La Corée du Nord a été fondée par des résistants à l'occupation japonaise, et la menace impérialiste permanente l'a amenée à maintenir une certaine opacité des mécanismes décisionnels au sommet de l'exécutif comme il est d'usage dans tous les réseaux de résistance. On notera cependant que le pouvoir à la base est exercé par les cellules du Parti du travail de Corée, qui fait remonter ses décisions, informations et opinions en haut de la pyramide.

Lors des années 1990, la Corée du Nord a perdu subitement la plupart de ses partenariats commerciaux. De plus la perte d'accès au pétrole soviétique à des conditions préférentielles cumulé avec de graves inondations ont considérablement mis à mal l'agriculture nord-coréenne jusqu'alors assez fortement mécanisée. Cette situation a conduit à un certain nombre de réformes marquées par la légalisation et la généralisation des marchés de surplus agricoles, la monétarisation de l'économie et une autonomisation de gestion des entreprises.

Le programme nucléaire nord-coréen prend son origine dans son manque de confiance dans ses alliés qui s'avèrera ensuite justifié dans les années 1990. Les dirigeants nord-coréens furent d'avis que seule la dissuasion nucléaire pouvait protéger leur pays d'une invasion des Etats-Unis, et furent confortés dans cette opinion par l'invasion de l'Irak, de l'Afghanistan, de la Libye... La Corée du Nord se voit ainsi, non sans raisons, comme un Etat guérilla en permanence menacé.


Edité le 17-04-2017 à 14:50:55 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10276 messages postés
   Posté le 16-04-2017 à 21:26:16   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine appelle les Etats-Unis et la République de Corée à cesser immédiatement le déploiement du THAAD


2017-04-14 21:09:27 xinhua
La Chine exhorte les Etats-Unis et la République de Corée à cesser le déploiement du système anti-missiles THAAD (Terminal High Altitude Area Defense), a déclaré vendredi un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.
Le porte-parole Geng Shuang a indiqué lors d'une conférence de presse régulière que la Chine s'était toujours opposée au déploiement du THAAD en République de Corée et adopterait les mesures nécessaires pour sauvegarder la sécurité et les intérêts nationaux ainsi que l'équilibre stratégique dans cette région.

Le déploiement du système anti-missiles THAAD ne contribue ni à la dénucléarisation sur la péninsule coréenne, ni à la protection de la stabilité et de la paix sur la péninsule, a-t-il souligné.

"Le déploiement nuira sévèrement aux intérêts stratégiques et de sécurité des pays concernés dans cette région, dont la Chine, ainsi qu'à l'équilibre stratégique dans la région", a-t-il ajouté.

D'après des médias, des équipements lourds nécessaires à la construction d'installations et d'infrastructures, dont le site du THAAD, ont été transportés dans le sud-est de la République de Corée.

L'armée de la République de Corée compte achever au plus tôt le déploiement du THAAD, en réponse à la menace de missiles nucléaires de la République populaire démocratique de Corée, selon des médias.

M. Geng a indiqué que la décision des Etats-Unis et de la République de Corée de déployer le THAAD avait aggravé les tensions, au lieu d'apaiser la situation, sur la péninsule coréenne, et que la République de Corée serait confrontée à davantage de menaces.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10276 messages postés
   Posté le 17-04-2017 à 14:49:51   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Source: Xinhua Publié: 17/04/2017 14:58:26


La Corée du Sud et les États-Unis sont convenu lundi de prendre des mesures punitives contre les provocations de la République de Corée (RPDC) populaire démocratique, a déclaré le Premier ministre sud-coréen Hwang Kyo-ahn lors d'une conférence de presse conjointe avec le vice-président américain Mike Pence.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
7006 messages postés
   Posté le 17-04-2017 à 19:41:57   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

je dispose d éléments intéressants sur la RPD de Corée:un "l Histoire" ayant pour thème "la Corée une civilisation,deux pays",et,surtout,des ouvrages traduits en Français de Kim Il Sung"oeuvres choisies".des éditions en langues etrangeres Pyongyang,corée,1971.


Edité le 17-04-2017 à 21:43:17 par marquetalia




--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
7006 messages postés
   Posté le 17-04-2017 à 20:00:48   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

un forum favorable à la RPD de Corée http://juchefrance.xooit.fr/t5-Le-PCFJ-sur-wikipedia.htm#p14

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10276 messages postés
   Posté le 17-04-2017 à 21:42:03   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Dans la rubrique sur la Corée, tu peux ouvrir un autre fil sur la Corée du nord en général, ici il s'agit de la crise actuelle.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10276 messages postés
   Posté le 19-04-2017 à 13:39:43   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Coup de bluff ou bien négociations en cours entre la Corée, la Chine, la Russie, les USA, le Japon ?

En dehors des paroles, l'attitude des USA envers la Corée du nord diffère de ses dernières interventions éclair.



Sur BFMTV :

Selon plusieurs médias américains se basant sur une photo de l'US Navy, le porte-avion américain Carl Vinson, que les Etats-Unis avaient indiqué avoir envoyé dans la péninsule coréenne il y a dix jours, se trouvait en réalité en Indonésie, samedi dernier.

Une provocation qui n'était en fait qu'un énorme coup de bluff? Le 9 avril dernier, trois jours après avoir mené des frappes sur une base de l'aviation syrienne, les Etats-Unis annonçaient, par la voix d'un porte-parole du commandement américain dans le Pacifique, l'envoi du porte-avions USS Carl Vinson vers la péninsule coréenne, accompagné de son escadron aérien, de deux destroyers lanceurs de missiles et de deux croiseurs lanceurs de missiles.

Direction opposée

L'armée américaine présente alors la manoeuvre comme une "mesure de précaution" face aux annonces de tests de tirs de missiles, et de nouvel essai nucléaire, que brandit alors Pyongyang. Le secrétaire à la Défense Jim Mattis et Donald Trump lui-même confirment dans les jours qui suivent que le vaisseau est en route.

Mais il pourrait s’être agi d’un énorme coup de bluff. Plusieurs médias américains, dont le Washington Post et le New York Times, relaient en effet une photo de l’US Navy montrant que le porte-avion a en réalité pris la direction opposée, pour se trouver le 15 avril en Indonésie, précisément entre les îles de Java et Sumatra, soit bien plus au sud que la péninsule coréenne. Des photos prises un peu plus tard ce même jour montrent le navire dans l'océan Indien, confirmant qu'il se dirige dans le sens inverse.


Confusion ou coup de bluff volontaire?

Après les révélations de la presse, le commandement américain dans le Pacifique a assuré que le vaisseau devait effectuer un entraînement avec l'armée australienne déjà fixé à l'agenda, avant de rejoindre la zone occidentale du Pacifique, comme cela avait été ordonné.

Confusion ou coup de bluff volontaire? La presse américaine s'interroge en tout cas sur les véritables raisons de ce changement de trajectoire. Cai Jian, un expert du Centre des études coréennes à l'Université de Shanghai, cité par le Washington Post, estime que l'épisode d'escalade verbale envers Pyongyang lancé par Washington faisait partie d'un vaste plan de "guerre psychologique" de la part des Etats-Unis.


"C'est plus qu'un bluff", explique Ross Babbage, un spécialiste américain de la question militaire. "Un bluff suggère que vous n'êtes pas sérieux. Mon analyse est que l'administration américaine est complètement sérieuse. Depuis quarante ans, elle essaye de faire en sorte que les Nord-Coréens fassent marche arrière sur l'arme nucléaire", poursuit-il.
Pour cet expert, la possibilité que l'administration Trump ait décidé de laisser le temps à la Chine de mettre sa propre pression sur Pyongyang, avant d'envoyer effectivement le porte-avion américain sur zone, est un autre scénario plausible.

Cette escalade soudaine était intervenue quelques jours seulement après la rencontre entre Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping à Mar-a-Lago, en Floride. Le secrétaire à la Défense Jim Mattis a indiqué, mardi, que les Etats-Unis et les Chine travaillaient conjointement sur la question de l'abandon de son programme nucléaire par la Corée du Nord.


Edité le 19-04-2017 à 13:49:41 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10276 messages postés
   Posté le 19-04-2017 à 14:11:39   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Une analyse de Global Times :

Washington a besoin d’appliquer à la fois la carotte et le bâton dans la péninsule coréenne

Par Zhao Lixin Source: Global Times Publié: 18/04/2017 19:33:39

________________________________________



Illustration: Peter C. Espina / GT

La Corée du Nord a marqué le 105e anniversaire de la naissance de son chef fondateur Kim Il-sung samedi avec une parade militaire massive, où elle a présenté ses armes militaires les plus récentes et les plus avancées.

Quelques jours avant, le groupe aéronaval du porte-avions USS Carl Vinson se dirigeait vers la péninsule coréenne. L' USS Ronald Reagan , qui a été déployée dans la base militaire américaine à Yokosuka au Japon, devrait arriver à Busan, Corée du Sud ce mois - ci.

En plus des frappes de missiles durant la nuit sur une base aérienne syrienne, il est évident que la Maison Blanche avertit Pyongyang qu'elle n'a pas peur de prendre des mesures militaires. En réponse, le ministre adjoint des Affaires étrangères nord - coréen Ri Kil-song a affirmé que son pays ne serait pas intimidé par une guerre.

La plupart des observateurs disent que la péninsule coréenne se rapproche du point le plus volatil, mais la possibilité d'une guerre reste mince. Il y a des signes que le président américain Donald Trump aurait recours à une politique plus dure que son prédécesseur sur Pyongyang, de sorte que Washington s’est peut - être bien préparée pour les actions militaires et des avantages unilatéraux.

Cependant, elle ne peut pas agir inconsidérément parce qu'elle ne peut ni prévoir dans quelle mesure la Chine et la Russie interviendront lors du déclenchement de la guerre, ni prévoir les conséquences. Après tout, la Chine et la Russie ne sont pas des étrangers, et la péninsule coréenne n'est pas la Syrie. Les États - Unis doivent prendre la sécurité de la Corée du Sud, l' un de ses alliés les plus importants, en première considération.

D'autre part, le leader nord - coréen Kim Jong-un ne fera pas une erreur stupide en fournissant une excuse pour la Maison Blanche pour mener une guerre. Pour les Etats - Unis, le maintien d'une forte pression sur le Nord et le rassemblement de forces militaires massives dans le Pacifique Ouest ont des effets beaucoup plus profonds.

Trump ne va pas oublier la promesse qu'il a faite au cours de la campagne présidentielle. Bien qu'il croie sérieusement que la politique étrangère américaine repose sur sa puissance militaire, il ne peut aucunement compter entièrement sur les prouesses militaires pour « faire de nouveau la grandeur de l' Amérique». Dans un avenir proche, l'administration de Trump attachera plus d' importance à l'économie, à l' emploi et à l' immigration qu’à la diplomatie.

En ce qui concerne la question nucléaire nord - coréenne, Trump avait d'abord tenté de reprendre le credo adopté par ses prédécesseurs, c'est le « bâton » et non la « carotte ». Mais après un examen de deux mois, il a fait un léger ajustement sur la politique US en Corée du Nord. La nouvelle administration a clairement fait savoir qu'au lieu de chercher un changement de régime, elle mettra une « pression maximale » sur Pyongyang et appelle à un engagement avec le régime nord - coréen, pour qu’il change de comportement. Par rapport à l'ancienne patience stratégique du président américain Barack Obama, la nouvelle politique de Trump de « pression maximale » aide à conserver l' initiative stratégique aux États - Unis.

A la surprise de beaucoup, compte tenu des tensions croissantes sur la péninsule coréenne, pourquoi y a t- il eu un relâchement dans l'agression de Washington?

Il y a deux raisons. D'une part, l'environnement international, la situation dans la péninsule coréenne, les attitudes et les positions de Pékin et Moscou sur la question nucléaire de Pyongyang ont limité les options stratégiques de l'administration Trump. Pour les autres, les intérêts nationaux des États - Unis et la politique intérieure, en particulier la volonté politique des citoyens américains, ont déterminé que Trump doit donner la priorité aux affaires intérieures.

Cependant, Trump a juste affiné la politique nord - coréenne des États - Unis, ce qui n’est pas un changement. Il montre le côté pragmatique et souple du nouveau gouvernement. Si les Etats -Unis mettent vraiment en œuvre la nouvelle politique, la communauté internationale verra le pays le plus puissant du monde passer plus de temps et d'énergie dans le traitement des affaires intérieures. Les futures circonstances entourant Pyongyang entreront probablement dans une nouvelle phase.

Néanmoins, c’est loin d' être suffisant pour créer une péninsule coréenne dénucléarisée. La Chine a présenté une approche à deux volets pour promouvoir le processus de dénucléarisation et établir un régime de paix, ainsi qu'une méthode appelée « suspension pour suspension, » par laquelle lorsque le Nord suspendra toutes ses activités nucléaires et d’envoi de missiles, les Etats - Unis et la Corée du Sud devront cesser leurs exercices militaires. Il est à prévoir que Washington ne se contentera pas de laisser tomber le « bâton » , mais utilisera aussi la « carotte ».

L'auteur est directeur du Département des sciences politique internationale, Collège des sciences politiques et de la gestion publique, Université Yanbian. opinion@globaltimes.com.cn


Edité le 19-04-2017 à 14:24:41 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10276 messages postés
   Posté le 24-04-2017 à 21:32:23   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur France soir :

Alors que la situation entre les Etats-Unis et la Corée du Nord est extrêmement tendue, Donald Trump s'est entretenu au téléphone avec les dirigeants chinois et japonais. Deux semaines après que Washington en ait donné l'ordre, un porte-avions de l'US Navy devrait arriver près des côtes de la péninsule coréenne d'ici quelques jours.

Ce lundi 24, le président chinois a demandé à Donald Trump de faire preuve de "retenue", rapportent les médias.

Le dirigeant chinois a déclaré que la Chine "espère que toutes les parties fassent preuve de retenue et s’abstiennent de toute action de nature à aviver les tensions dans la péninsule" , annonce la télévision publique chinoise CCTV, qui relaie systématiquement les positions officielle du gouvernement.

Xi Jinping est également revenu sur les essais nucléaires et le missiles balistiques expérimentés par le régime de Pyongyang:
"Le seul moyen de résoudre le plus vite possible la question du nucléaire nord-coréen et de réaliser la dénucléarisation de la péninsule, c'est que chaque partie concernée assument ses responsabilités" , a-t-il ajouté.

Par ailleurs, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a exprimé lundi 24 son intention de rester en contact avec les Etats-Unis en ce qui concerne la Corée du Nord. Il a demandé de la retenue aussi de la part de Pyongyang.

Dimanche 23, le régime nord-coréen a menacé d'attaquer le porte-avions américain UUS Carl Vinson. A l'occasion du 85e anniversaire de l'Armée populaire de Corée mardi 25, le régime envisage de lancer de nouveaux missiles ou de mener un sixième essai nucléaire.
Donald Trump s'était jeudi 13 engagé a "traiter le problème" de nucléarisation nord–coréen. Une menace à laquelle la Corée du Nord a répondu qu'elle donnerait une réponse "sans pitié" à toute provocation américaine.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10276 messages postés
   Posté le 24-04-2017 à 21:54:03   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Global Times commente la situation :

Sera-t-il prudent pour Pyongyang de faire un pas en arrière ?


Source: Global Times Publié: 2017/4/25 0:13:39


Le président chinois Xi Jinping a eu une conversation téléphonique avec son homologue américain Donald Trump sur les tensions croissantes dans la péninsule coréenne lundi matin, heure de Pékin, sur fond de spéculations sur la possiblité que la Corée du Nord puisse bientôt mener à bien un sixième test nucléaire. Le pays marquera le 85e anniversaire de la fondation de l'armée populaire coréenne. Les dates autour de ce jour sont considérées comme un moment délicat puisque la Corée du Nord est susceptible de mener un nouveau test nucléaire.

C'est la deuxième fois en moins de deux semaines que les dirigeants chinois et américains se sont communiqués par téléphone. Cela montre non seulement la bonne communication entre les deux directions, mais souligne également la situation tendue dans la péninsule.

Les bravades entre Washington et Pyongyang sont parvenues à un point de rupture. Si la Corée du Nord effectue un sixième test nucléaire comme prévu, il est plus probable que jamais que la situation franchisse le point de non retour. Toutes les parties prenantes subiront les conséquences, et Pyongyang est sûre de subir les plus grandes pertes.

Dans le meilleur des cas, des sanctions sans précédent imposées par l'ONU pénaliseront lourdement l'ensemble des activités industrielles de la Corée du Nord qui ne pourra guère soutenir le développement de sa société. Une fois que les États-Unis auront lancé des bombardements chirurgicaux contre les installations nucléaires et de missiles de Corée du Nord, le régime de Pyongyang sera forcé de prendre une décision de vie ou de mort.

D'ici là, si la Corée du Nord ne recourt pas à des représailles stratégiques, sa dissuasion perdra du crédit et Washington jouera sur du velours. Si Pyongyang choisit de prendre des représailles contre Séoul, les États-Unis et la Corée du Sud cibleront son régime sans un instant de réflexion.

Une situation à haut risque comme celle-ci pourrait rapidement devenir hors de contrôle. Les parties prenantes ne veulent pas une telle situation. Mais une fois que le jeu commence, aucun côté ne pourra l'arrêter.

En tant que voisin proche de la péninsule coréenne, la dernière chose que veut la Chine est de voir la Corée du Nord tomber dans une telle situation ou une poussée de guerre dans la région. Cependant, la Chine a une influence très limitée sur l'ensemble de la situation. Washington espère que Pékin peut contenir Pyongyang pour mener ses activités nucléaires, comme si un tel effort était aussi simple que de dire abracadabra. La Corée du Nord, d'autre part, espère que la Chine va accumuler davantage de pression sur les États-Unis et la Corée du Sud pour arrêter leurs menaces de guerre. Pékin ne peut pas satisfaire les deux côtés.

La Chine agit maintenant pour empêcher les pays concernés de jouer aux dés dans cette partie folle, et le fait en persuadant Pyongyang de renoncer à son sixième test nucléaire. Si Pyongyang s'arrête maintenant, cela évitera le résultat dévastateur qu'elle ne peut supporter. La Corée du Nord peut négocier avec les États-Unis avec ses réalisations nucléaires actuelles et s'assurer de ses droits sur la sécurité nationale.

Pyongyang a poursuivi un cours indépendant depuis la fin de la guerre de Corée. L'intégrité de la souveraineté de la nation est beaucoup plus élevée que celle de la Corée du Sud. Cela a impressionné un certain nombre de personnes. Pourtant, compte tenu de la force nationale actuelle de la Corée du Nord ainsi que de ses circonstances géopolitiques particulières, elle doit apprendre à être flexible et résolue. Faire un petit pas en arrière rendra le conflit plus facile à résoudre. Cela ne signifie pas être un lâche, mais être courageux pour faire face au défi d'une manière différente.

Le problème nucléaire en Corée du Nord est comme un puzzle rempli de bombes. Pyongyang ne doit pas frapper une pièce et la faire détoner. Ce dont elle a besoin, c'est une grande sagesse pour réaliser un atterrissage en douceur.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
7006 messages postés
   Posté le 24-04-2017 à 22:31:05   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Il faut que je cherche les bouquins sur la Corée auxquels j a fait allusion sur un autre topic-

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
7006 messages postés
   Posté le 26-04-2017 à 19:59:49   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Il faut savoir que Trump profite du climat de suspicion entretenu par les négationnistes de l extrême droite nippone,car si la Chine Populaire et le Japon s allieraient,ils dépasseraient largement la puissance américaine,et libéreraient toute l Asie-et au delà-de l hégémonie américaine.une entrée de Tokyo dans la BAII provoquerait la fin du nouvel ordre mondial u.s.

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
7006 messages postés
   Posté le 26-04-2017 à 20:01:23   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Déclencher une guerre contre le Corée du Nord,puis l occuper militairement pérenniserait la tutelle des États Unis sur l Asie.


Edité le 26-04-2017 à 20:15:50 par marquetalia




--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
7006 messages postés
   Posté le 28-05-2017 à 19:52:14   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

la France va participer à la guerre contre la Corée du Nord aux cotés des Etats Unis,du Japon et du Royaume Uni-bientôt le Royaume désuni- http://www.ouest-france.fr/monde/asie-pacifique/un-navire-militaire-francais-arrive-en-mer-du-japon-4958711

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10276 messages postés
   Posté le 03-08-2017 à 22:18:03   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine a pris des "mesures importantes" pour résoudre le problème nucléaire dans la péninsule coréenne (responsable américaine)


2017-08-03 17:09:31 xinhua

La Chine a pris des "mesures importantes" pour aider à résoudre le problème nucléaire dans la péninsule coréenne, a affirmé mercredi la secrétaire d'Etat adjointe américaine pour l'Asie-Pacifique, Susan Thornton.

Lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes sur la prochaine visite du secrétaire d'Etat Rex Tillerson en Asie du Sud-Est, Mme Thornton a indiqué que Washington avait remarqué "les mesures importantes... honnêtement sans précédent" prises par la Chine pour accroître la pression sur la République populaire démocratique de Corée (RPDC).

"Nous constatons une détermination croissante de sa part pour prendre des mesures afin de faire face à la situation sérieusement (...) Nous et la Chine avons le même objectif : la dénucléarisation de la péninsule coréenne" , a noté Mme Thornton.

C'est la deuxième fois en deux jours que des représentants du département d'Etat américain contredisent les propos du président Donald Trump, qui a récemment tweeté que la Chine " ne fait RIEN pour nous... que parler " concernant le dossier nucléaire dans la péninsule coréenne.

Mardi, M. Tillerson a déclaré au cours d'un point de presse que les Etats-Unis cherchaient à "travailler en partenariat avec la Chine" dans le but de parvenir à la dénucléarisation de la péninsule coréenne, et qu'ils ne considéraient pas les Chinois responsables de la situation.

Ces remarques interviennent quelques jours après le tir d'un second missile balistique intercontinental (ICBM) par la RPDC le 28 juillet, après son premier essai le 4 juillet.

La RPDC a confirmé que ce dernier tir visait à simuler la portée maximale du missile, qui selon Pyongyang peut atteindre tous les territoires des Etats-Unis.

La Chine a toujours appelé à des solutions négociées au problème nucléaire dans la péninsule coréenne.

Liu Jieyi, représentant permanent de Chine auprès de l'ONU, a déclaré lundi que son pays était fermement opposé à toute violation des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, y compris les essais nucléaires et balistiques menés par la RPDC.

La Chine appelle la RPDC et d'autres pays concernés à éviter les mots ou les actes qui pourraient aggraver la situation dans la région, ce qui va à l'encontre des objectifs du Conseil de sécurité.

La Chine travaille avec la Russie afin de présenter une feuille de route pour la mise en œuvre de la paix régionale et des objectifs du Conseil de sécurité, a déclaré le diplomate chinois lors d'une conférence de presse de l'ONU.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10276 messages postés
   Posté le 10-08-2017 à 23:45:27   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Berlin appelle Washington et Pyongyang à cesser d'échanger des menaces


Xinhua - 10.08.2017 14h49

Le ministre allemand des Affaires étrangères Sigmar Gabriel a exhorté les Etats-Unis et la République populaire démocratique de Corée (RPDC) à s'abstenir d'échanger des menaces militaires.

"Nous exhortons chacune des parties à faire preuve de retenue" , a indiqué mercredi le porte-parole de M. Gabriel, Martin Schäfer, ajoutant que l'option militaire ne pouvait être la réponse à la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

M. Schäfer a appelé à une mise en oeuvre plus résolue des récentes sanctions de l'ONU contre la RPDC. Il a salué la proposition du secrétaire d'Etat américain, Rex Tillerson, sur l'ouverture de négociations avec Pyongyang dès que ce pays cessera ses tests de missiles.

Le président américain Donald Trump avait averti mardi la RPDC que si elle continuait de menacer les Etats-Unis, elle s'exposerait à une puissance de "feu et une fureur telle que le monde n'en a jamais vue" .
Pyongyang a menacé en retour de lancer une attaque préventive contre l'île américaine de Guam dans le Pacifique.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10276 messages postés
   Posté le 16-08-2017 à 13:35:30   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine appelle les Etats-Unis à tenir leur engagement pour résoudre la crise dans la péninsule coréenne par des moyens diplomatiques


Publié le 2017-08-15 à 22:18
BEIJING, 15 août (Xinhua) -- La Chine a appelé mardi les Etats-Unis à respecter leur engagement pris lundi par deux hauts responsables américains, qui souhaitent résoudre la question de la péninsule coréenne par le biais de moyens diplomatiques.

La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a fait cette remarque en réponse à un article d'opinion écrit par le Secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson et le secrétaire à la Défense Jim Mattis. Ces deux derniers ont mis l'accent sur l'importance d'une solution diplomatique à la crise.

MM. Tillerson et Mattis ont écrit dans cet article publié lundi dans le Wall Street Journal que Washington n'avait "aucun intérêt" à un changement de régime à Pyongyang ni à l'accélération de la réunification de la péninsule coréenne, tout en ajoutant que "la diplomatie était notre moyen préféré" pour changer la conduite de la République populaire démocratique de Corée (RPDC).

Lors d'un point presse, Mme Hua a exprimé que la Chine espérait voir les Etats-Unis adopter des politiques concrètes vis-à-vis de la RPDC reflétant les points de vue de ces deux responsables américains.

"Nous appelons également la RPDC à répondre à ces remarques" , a-t-elle ajouté.

La tension est montée dans la péninsule à la suite de deux essais de tirs de missiles balistiques intercontinentaux menés le mois dernier par la RPDC.

Le président américain Donald Trump a averti que Pyongyang devrait faire face au "feu et à la fureur", s'il ne cessait pas de menacer les Etats-Unis.

La RPDC a menacé, pour sa part, de lancer des missiles balistiques de portée intermédiaire en ciblant les eaux au large de l'île américaine de Guam, dans le Pacifique.

La porte-parole a fait entendre que la Chine a toujours été convaincue que la question de la sécurité était le point central la dénucléarisation de la péninsule coréenne et que cette "clé était entre les mains des Etats-Unis et de la RPDC" .

La Chine continuera d'appliquer pleinement les résolutions du Conseil de Sécurité des Nations unies et de jouer un rôle actif dans la résolution pacifique de la question de la péninsule coréenne, a réitéré Hua Chunying.

Le président de la République de Corée Moon Jae-in a déclaré mardi, lors d'une allocution télévisée, qu'aucune action militaire des Etats-Unis dans la péninsule coréenne ne devait être prise sans l'accord de Séoul et que la crise devait être "absolument résolue de manière pacifique" .

Hua Chunying a affirmé qu'il était dans l'intérêt de toutes les parties concernées de régler la question de la péninsule de manière pacifique.

Elle a appelé toutes les parties concernées à faire preuve de retenue, et à faire un choix responsable pour atténuer les tensions dans un contexte très sensible et complexe.

La porte-parole a ajouté également que l'amélioration des relations bilatérales par le dialogue et la promotion de la réconciliation étaient en accord avec les intérêts fondamentaux de la RPDC et de la République de Corée.

(contact du rédacteur : xinhuafr@xinhua.org)

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10276 messages postés
   Posté le 09-09-2017 à 22:58:27   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les médias US censurent et se tirent une balle dans le pied :


Sur sputnik

YouTube a fermé deux chaînes qui diffusaient de la propagande nord-coréenne.


Alors que la plateforme explique sa décision par la violation de règles internes, les représentants des milieux académiques appellent à redémarrer ces chaînes qui leur permettaient de comprendre ce qui se passait en Corée du Nord.
Les chaînes Stimmekoreas (plus de 20.000 abonnés) et Uriminzokkiri (plus de 18.000 abonnés), qui diffusaient de la propagande nord-coréenne, ont été fermées vendredi par YouTube, signale le journal The Guardian. Le service a appliqué cette mesure en raison de la violation des règles à l'intérieur de la communauté.

Les chaînes postaient régulièrement des vidéos publiques nord-coréennes et d'autres matériels et rassemblaient des millions de vues. Les analystes appellent à rouvrir les chaînes qui leur permettaient de suivre les actualités nord-coréennes.
L'expert en armements Jeffrey Lewis utilisait ces chaînes pour analyser les vidéos de lancements de missiles et de visites des usines par les autorités nord-coréennes, afin de mieux comprendre les capacités nucléaires du pays.

«La Corée du Nord est un pays avec des armes thermonucléaires installées sur des missiles balistiques intercontinentaux qui sont capables d'atteindre les États-Unis. C'est vraiment important de les comprendre, même si nous ne les aimons pas» , indique l'expert.

Ce n'est pas la première fois que YouTube cible la propagande nord-coréenne. En novembre 2016, le géant avait fermé la chaîne KoreanCentralTV1.

La situation autour de la Corée du Nord reste tendue. Le 3 septembre, Pyongyang avait déclaré avoir réalisé un essai souterrain d'une bombe à hydrogène capable d'être transportée par un missile balistique intercontinental. Le test avait été condamné par la communauté internationale.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10276 messages postés
   Posté le 24-09-2017 à 00:20:31   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur Histoire et société

Kim Jong-un, le leader nord-coréen, a répondu aux menaces du président Trump aux Nations Unies de «détruire totalement» la Corée du Nord si elle menaçait les États-Unis ou ses alliés. Ses remarques, publiées vendredi par KCNA, l’agence de presse de l’Etat nord-coréen, sont considérées comme une première pour un chef d’Etat nord-coréen en publiant directement une déclaration internationale en son nom propre.Voici le texte intégral:

Le discours prononcé par le président des États-Unis devant l’ONU dans les circonstances graves qui existent, où la situation sur la péninsule coréenne est tendue comme jamais auparavant et se rapproche d’un état d’affrontement, suscite une préoccupation mondiale.

En me référant à l’habitude, je m’attendais à ce qu’il avance des propos stéréotypés et convenus un peu différents de ce qu’il avait l’habitude de prononcer dans son bureau à chaud, alors qu’il devait parler sur la plus grande scène diplomatique officielle du monde.

Mais, loin de faire état d’un pouvoir persuasifqui est considéré comme utile pour désamorcer les tensions, il a proféré des absurdités grossières sans précédent dont aucun de ses prédécesseurs n’a jamais osé rien de tel.

Un chien effrayé aboie plus fort.

J’aimerais conseiller à Trump de faire preuve de prudence en choisissant ses mots et d’être attentif à qui il parle lors d’un discours devant le monde.

Le comportement radoteur mentalement dérangé du président américain exprimant ouvertement sur l’arène de l’ONU la volonté contraire à l’éthique de «détruire totalement» un État souverain, au-delà des menaces de changement de régime ou de renversement du système social, permet à ceux qui ont une pensée normale d’aspirer à la discrétion et au calme.

Ses remarques me rappellent des mots tels que «profane politique» et «hérétique politique» qui étaient en vogue en référence à Trump lors de sa campagne électorale présidentielle.

Après avoir pris ses fonctions, Trump a agité le monde par des menaces et des chantages contre tous les pays du monde. Il est inapte à détenir le commandement suprême d’un pays, et il est certainement un voyou et un gangster qui aime jouer avec le feu, plutôt qu’un politicien.


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10276 messages postés
   Posté le 18-10-2017 à 14:56:38   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La RPDC dénonce l'envoi de navires et de bombardiers américains dans la péninsule coréenne


Xinhua -18.10.2017 09h21

La RPDC accuse le Japon d'attiser les menaces de guerre de Trump contre Pyongyang
La République populaire démocratique de Corée (RPDC) a critiqué mardi les Etats-Unis pour avoir envoyé des porte-avions, des sous-marins et des bombardiers dans la péninsule coréenne, y voyant "les efforts désespérés d'Américains acculés" face aux programmes nucléaire et balistique de Pyongyang.

Les Etats-Unis ont envoyé les porte-avions à propulsion nucléaire Ronald Reagan et Theodore Roosevelt, les sous-marins nucléaires Tucson et Michigan, ainsi que des bombardiers B-1B vers la Corée du Sud et ses environs pour des exercices militaires.
"Il s'agit là d'un complot odieux de (Donald) Trump visant à faire échec aux mesures de la RPDC pour compléter sa force nucléaire, faisant toute une histoire à propos de quelque chose de grave qui se passerait, aggravant la tension à l'extrême", a dénoncé l'agence de presse officielle KCNA.

Washington et Séoul ont lancé lundi un exercice naval conjoint à grande échelle au large de la péninsule avec la participation d'un groupe aéronaval, d'un sous-marin nucléaire et des dizaines de milliers de militaires des deux pays.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10276 messages postés
   Posté le 07-01-2018 à 14:29:59   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Corée du Sud envoie une liste de délégation à la RPDC pour des entretiens de haut niveau


Source: Xinhua Publié: 2018/1/6 19:32:17


Le ministère sud-coréen de l'unification a déclaré samedi qu'il avait envoyé la liste d'une délégation de cinq membres en République populaire démocratique de Corée (DRPK) via la ligne téléphonique rétablie pour les pourparlers de haut niveau inter-coréens de la semaine prochaine.

La délégation sud-coréenne proposée sera dirigée par le ministre de l'Unification, Cho Myoung-gyon, selon le ministère de l'Unification de Séoul.

Quatre autres délégués incluent le vice-ministre de l'Unification Chung Haesung, le deuxième vice-ministre de la Culture, des Sports et du Tourisme, Roh Tae-kang, Ahn Moon-hyun, directeur général adjoint du cabinet du Premier ministre et Kim Ki-hong, vice-président planification au comité organisateur des Jeux olympiques et paralympiques d'hiver 2018.

L'opération de ligne directe a été fermée sans recevoir la liste de la délégation de la RPDC. Il sera repris dimanche.

La RPDC a accepté vendredi l'ouverture du dialogue en Corée du Sud, acceptant de tenir des pourparlers inter-gouvernementaux de haut niveau mardi à la Maison de la Paix dans la partie sud-coréenne de Panmunjom qui chevauche la frontière terrestre intercoréenne.

La hotline du dialogue direct entre les deux Corée a été rouverte plus tôt cette semaine pour la première fois depuis près de deux ans.

Des signes de dégel ont été observés dans la péninsule coréenne lorsque Kim Jong Un, haut dirigeant de la RPDC, a déclaré dans son discours du Nouvel An que son pays était prêt à envoyer une délégation aux Jeux d'hiver de Corée du Sud en février.

Le président sud-coréen Moon Jae-in a convenu plus tôt cette semaine avec le président américain Donald Trump que les deux alliés ne mèneraient pas les jeux de guerre annuels de printemps pendant la période olympique d'hiver.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10276 messages postés
   Posté le 09-01-2018 à 14:28:56   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Comment Cheney et ses alliés ont créé la crise des missiles nucléaires en Corée du
Nord, par Gareth Porter

09
JAN sur le blog de D. Bleitrach

Voici un article tout à fait complet argumenté sur les raisons pour lesquelles le lobby des armes aux Etats-Unis n’a pas voulu de l’application des accords signés entre Clinton et la Corée du Nord et contraint donc la Corée du Nord a reprendre son programme nucléaire. Dans un temps où Macron prétend sanctionner les « fake news » on peut se demander s’il va continuer longtemps à tolérer les fake news émanant d’une officine d’extrême-droite en Corée du sud et repris par l’empire de presse Murdoch, qui au lieu comme cet article de nous présenter des FAITS, tendent à monter une sorte de royaume du père Ubu dangereux pour le plaisir. Chacune de ces « nouvelles » s’est avérée fausse y compris celles qui pour lancer un film accusaient la Corée du nord de manipuler l’informatique des studios. En revanche, le fait que Cheney et autres Bolton liés directement au complexe industrialo militaire ont tout fait pour saboter les accords demeure visiblement inconnu de nos médias. Dans ce prolongement on se demande qui, selon Macron, va juger des fake news? Un représentant de nos marchands de presse qui sont par ailleurs des marchands d’armes comme Dassault et Lagardère? (note et traduction de Danielle Bleitrach)



30 décembre 2017 » Information Clearing House » – L’administration Trump dit depuis des mois que la crise nord-coréenne est le résultat de la poursuite sans relâche de la Corée du Nord contre la menace nucléaire et la tricherie nord-coréenne. Cependant, la Corée du Nord a conclu des accords avec les administrations Clinton et George W. Bush qui auraient pu éviter cette menace si elles avaient été suivies d’effet.

Au lieu de cela, un groupe de responsables de l’administration Bush dirigé par le vice-président Dick Cheney a saboté les deux accords, et Pyongyang a progressé rapidement vers le développement de missiles, menant finalement au succès du test du missile balistique intercontinental nord-coréen.

Le dossier montre en outre que Cheney et ses alliés ont fait dérailler les efforts diplomatiques pour freiner le développement nucléaire nord-coréen, et pas parce qu’ils s’opposaient au contrôle des armes (après tout, les accords négociés auraient limité les armes nord-coréennes). Parce que ces accords auraient constitué un obstacle politique à la mise en place du principal intérêt des groupes: financiers, à la mise en place un système national de défense antimissile le plus rapidement possible.

Contrer les armes nord-coréennes ou la défense antimissile?

En octobre 1994, l’administration Bill Clinton a conclu avec la Corée du Nord un accord historique appelé «Agreed Framework», en vertu duquel Pyongyang a accepté de geler son réacteur au plutonium existant et ses installations connexes en un mois, avec une surveillance complète de l’AIEA, et de les démonter dès qu’ils pourraient être remplacés par des réacteurs à eau légère. Les États-Unis ont promis de fournir les réacteurs, ainsi que le mazout, jusqu’à la construction des réacteurs à eau légère. Plus important encore, les Etats-Unis se sont engagés à prendre des mesures pour mettre fin à l’hostilité envers la Corée du Nord et à normaliser les relations entre les deux adversaires de longue date.

A peine l’administration Clinton avait-elle négocié le «Cadre convenu», que les Républicains ont pris le contrôle des deux chambres du Congrès lors des élections de 1994. Ce bouleversement politique sismique a permis à un puissant lobby des entrepreneurs militaires de faire pression en faveur d’un système national de défense antimissile afin d’obtenir un mandat du Congrès pour le développement rapide et le déploiement d’un tel système.

C’était une convergence fatidique, car la stratégie du lobby antimissile était de créer un sentiment d’urgence face à une menace imminente pour la patrie américaine: des missiles balistiques armés d’armes nucléaires montés par des «Etats voyous» – l’Irak, l’Iran et la Corée du Nord.

Et l’accord de l’administration Clinton avec la Corée du Nord – le seul «État voyou» connu pour avoir un programme d’armement nucléaire ainsi qu’un programme de missiles – menaçait cette stratégie de lobbying antimissile.

Quand une estimation de renseignement de la CIA en 1995 a déclaré qu’aucun des trois « Etats voyous » ne disposerait de missiles balistiques capables de menacer les Etats-Unis pendant au moins 15 ans, le lobby antimissile a fait voter au Congrès une loi créant une « commission nationale » sur la menace de missile qui contredirait l’évaluation de la CIA. La commission, dirigée par le rival républicain Donald Rumsfeld, a affirmé dans son rapport final en juillet 1998 que l’Irak ou la Corée du Nord pourraient acquérir des missiles balistiques à longue portée capables de frapper les Etats-Unis en cinq ans maximum. Sous la pression politique, la CIA a alors opéré une retraite stratégique et a largement adopté l’argument de la commission.

La Corée du Nord n’avait effectué que deux essais de missiles à moyenne ou longue portée entre 1988 et 1998, mais aucun n’avait réussi. L’administration Clinton ne s’est donc pas concentrée sur la menace d’un ICBM: mais sur les discussions sur le programme de missiles balistiques entre 1996 et 1998.

En fait, ce ne sont pas les États-Unis, mais la Corée du Nord qui a proposé un accord en 1998 qui mettrait fin à son développement de nouveaux missiles dans le cadre d’un accord de paix plus large avec Washington.

Cependant, lorsque les États-Unis n’ont pas répondu à la proposition, la Corée du Nord a lancé une fusée à trois étages appelée Taepodong le 31 août 1998, que le lobby antimissile et les médias ont affirmé être un pas important vers un ICBM nord-coréen. Le lobby des missiles a utilisé cet événement pour faire pression en faveur d’une législation établissant un objectif de politique nationale à déployer un «système national de défense antimissile efficace» dès que possible sur le plan technologique.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Il utilisait le développement du missile du régime comme une incitation pour que l’administration Clinton négocie un accord qui inclurait des étapes concrètes vers la normalisation des relations. Il a même mandé un envoyé personnel à Washington pour présenter les grandes lignes d’une nouvelle offre nord-coréenne visant à abandonner la quête du régime pour un ICBM, ainsi que sa capacité d’armement nucléaire. En octobre 2000, la secrétaire d’Etat Madeleine Albright s’est rendue à Pyongyang et les deux parties se sont rapprochées d’un accord définitif qui aurait mis fin au développement des missiles nord-coréens ainsi qu’à son programme d’armement nucléaire et normalisé les relations.

Mais Clinton n’est pas allée en Corée du Nord pour signer l’accord dans les derniers mois de sa présidence, et l’élection de George W. Bush en novembre 2000 a été une victoire majeure pour le lobby antimissile. Bush a nommé Rumsfeld, le principal champion politique du système de défense antimissile, en tant que secrétaire à la Défense. Et pas moins de huit personnalités ayant des liens directs ou indirects avec Lockheed Martin, le principal entrepreneur de défense dans le secteur de la défense antimissile, sont devenues des décideurs dans la nouvelle administration. Le plus important était Dick Cheney, dont l’épouse, Lynn Cheney, avait gagné plus d’un demi-million de dollars siégeant au conseil d’administration de Lockheed-Martin de 1994 à 2001.

Cheney a commencé par mettre en pièce le cadre convenu et à sécuriser le système de défense antimissile avant même que Bush ne soit entré à la Maison Blanche. Cheney a choisi Robert Joseph, un partisan acharné de la défense antimissile et ennemi d’un accord avec la Corée du Nord, en tant que membre clé de l’équipe de transition dirigée par Cheney. Cheney a ensuite nommé Joseph directeur principal du personnel du Conseil national de sécurité (NSC), responsable à la fois de la défense antimissile et de la politique de prolifération des «armes de destruction massive».

« Joseph détestait vraiment le cadre convenu », a déclaré Larry Wilkerson, alors au département de planification des politiques du Département d’Etat, au journaliste Mike Chinoy . « Son objectif était d’abord de tuer le cadre convenu et de s’assurer que rien de semblable ne pourrait jamais être créé à nouveau. »

Le premier projet de Joseph consistait à rédiger une directive présidentielle sur la sécurité nationale qui définissait un «nouveau cadre stratégique» essentiellement axé sur un système de défense antimissile balistique, comme Joseph l’a dit plus tard à un chercheur de l’Université de la Défense nationale .

Joseph a rédigé un discours que le président a prononcé le 1er mai 2001, dans lequel Bush a lancé un nouvel argument central en faveur de la défense antimissile nationale. « La dissuasion ne peut plus reposer uniquement sur la menace de représailles nucléaires », a déclaré M. Bush , ajoutant que le système de défense antimissile pourrait « renforcer la dissuasion en réduisant l’incitation à la prolifération ».

Cheney et Bolton choisissent la mort

Le Département d’État de Colin Powell a représenté le principal obstacle aux plans du groupe Cheney visant à saborder le Cadre convenu. Le Bureau de l’Asie orientale du Département a obtenu l’approbation de Bush pour un examen formel de la politique nord-coréenne, qui a conclu en définissant l’objectif politique d’explorer un accord avec la Corée du Nord qui impliquerait «une meilleure relation».

Mais Cheney avait une stratégie bureaucratique pour contrecarrer cet effort et en finir avec le cadre convenu. Le personnel du NSC a lancé un «examen de posture nucléaire», qui a été réalisé sans aucune participation des alliés de Powell. Le document final incluait la Corée du Nord sur une nouvelle liste de pays qui pourraient être des cibles pour l’utilisation d’armes nucléaires par les États-Unis.

Cette désignation, qui a été divulguée à la presse en mars 2002, entrait directement en conflit avec l’engagement pris par les États-Unis dans le cadre convenu de «fournir des garanties formelles à la RPDC contre la menace ou l’utilisation d’armes nucléaires par les États-Unis».

Ensuite, le message de Bush sur l’état de l’Union en janvier 2002 a introduit l’idée de la Corée du Nord comme faisant partie d’un «axe du mal» avec l’Iran et l’Irak. Cheney et Rumsfeld ont insisté sur le lobbying de Cheney et Rumsfeld pour «durcir les sanctions et l’isolement afin de jeter les bases d’un changement de régime en Corée du Nord», selon le mémoire de Condoleezza Rice, No Higher Honor.

John Bolton, le mandataire de Cheney au Département d’État sur les questions de prolifération, écrit dans ses mémoires que la reddition n’est pas une option qui lui ferait considérer le discours de l’axe du mal comme un signe qu’il ne voudrait plus poursuivre ses buts. Bolton rappelle qu’il a poussé le département d’État à adopter la position sur le fait que la Corée du Nord ne respectait pas le cadre convenu pour avoir «omis de faire une déclaration complète et exacte de ses activités nucléaires et refusé d’autoriser l’inspection des installations connexes».

Cependant, Bolton déformait les termes de l’accord, qui prévoyait que la Corée du Nord respecterait pleinement son accord de garanties, y compris l’exactitude et l’exhaustivité de sa déclaration sur son programme nucléaire, « lorsqu’une partie importante de la LWR Le projet [réacteur à eau légère] serait achevé, mais avant la livraison des principales composantes nucléaires … » La construction du réacteur à eau légère n’avait même pas commencé en 2002, lorsque le Département d’État a informé le Congrès que l’attitude de la Corée du Nord n’était pas conforme aux accords.

Le plan de Bolton a été freiné temporairement par la résistance du NSC, sur lequel le Conseiller de Sécurité Nationale d’alors Rice a eu une certaine influence. Mais le coup décisif a été porté au cadre convenu en juillet 2002, lorsque, selon ses mémoires, Bolton a obtenu une évaluation du renseignement selon laquelle la Corée du Nord « a commencé à chercher des matériaux en grandes quantités » en 2001, et qu’elle avait » utilisable dans les systèmes d’alimentation et de prélèvement de l’uranium. » Bolton se souvient que la nouvelle découverte de renseignement était «le marteau avec lequel je cherchais à briser le cadre convenu».

Bolton créait un autre faux problème. Robert Carlin, un expert de la Corée du Nord et conseiller des négociateurs américains, a souligné que la référence à ce document était une «réflexion après coup» et que «personne ne croyait vraiment que la référence aux accords Nord-Sud constituerait l’une des principales obligations de la RPDC « dans l’accord.

Le négociateur de Bush avec la Corée du Nord, Charles L. Pritchard, a suggéré d’intégrer la question de l’enrichissement de l’uranium dans le cadre convenu, en utilisant l’intérêt nord-coréen pour la normalisation comme levier de négociation, selon Bolton. Il a également averti que si les Etats-Unis se retiraient de l’accord, la Corée du Nord reprendrait son programme de plutonium ou lancerait un nouveau programme d’uranium.

Cependant, Bolton se souvient avoir dit à Pritchard que cela ne ferait «pas la moindre différence», car la Corée du Nord avait déjà assez de plutonium pour «plusieurs armes». En fait, il n’était pas du tout clair que Pyongyang avait déjà transformé le plutonium en une seule arme nucléaire.

Cependant, Bolton n’a montré aucune préoccupation apparente au sujet du programme de missiles à longue portée de la Corée du Nord, que l’administration Clinton et la Corée du Nord avaient accepté de négocier en même temps que des mesures de normalisation. « Je voulais une conclusion décisive que le cadre convenu était mort », écrit Bolton.

En octobre 2002, le secrétaire d’État adjoint James Kelly s’est rendu à Pyongyang avec des ordres explicites, que Rice donnait à ceux qui minaient la diplomatie, pour accuser Pyongyang de tricher en concluant un programme d’enrichissement de l’uranium. Le premier vice-ministre des Affaires étrangères de la Corée du Nord, Kang Sok Ju, n’a pas nié l’intérêt du gouvernement pour l’enrichissement de l’uranium, mais a répondu que l’administration Bush n’avait pas l’intention d’améliorer les relations avec son gouvernement. Il a également déclaré que la Corée du Nord était prête à négocier tout enrichissement, y compris l’uranium, si les Etats-Unis modifiaient leur politique hostile.

Cependant, lors d’une réunion du NSC une semaine plus tard, personne n’était en désaccord avec l’affirmation selon laquelle le cadre convenu était mort, selon Bolton. En décembre 2002, l’administration Bush a armé ses alliés japonais et sud-coréens pour qu’ils mettent fin à leur approvisionnement en pétrole en Corée du Nord, mettant fin officiellement à l’accord-cadre.

Cheney et ses alliés défrichaient la voie politique vers le financement intégral du système national de défense antimissile qu’ils voulaient déployer le plus rapidement possible. Rumsfeld avait créé une nouvelle Agence de défense antimissile au Pentagone au début de 2002, qui avait une liberté sans précédent de la surveillance du Congrès ou du Département de la Défense.

Ils ouvraient également les vannes pour le développement du nucléaire et des missiles en Corée du Nord.

Cheney tue l’accord de la Corée du Nord que tente Rice

Pour les trois prochaines années, l’administration Bush a refusé des négociations directes avec la Corée du Nord. Mais la secrétaire d’Etat, Condoleezza Rice, a fait en sorte que Bush se mette d’accord en septembre 2005 sur une déclaration de principes conjointe avec la Corée du Nord dans le cadre des pourparlers à six.

En octobre 2007, Washington et Pyongyang ont négocié un accord en vertu duquel Pyongyang scellerait puis désactiverait ses installations à base de plutonium pour l’expédition de combustible lourd et fournirait une comptabilité complète de tout son programme nucléaire, y compris l’uranium. Pour leur part, les États-Unis se sont engagés à retirer la Corée du Nord de sa liste des États soutenant le terrorisme et à lever d’autres restrictions commerciales. Dans une phase ultérieure, les deux parties conviendraient d’un système de vérification et des étapes menant à la normalisation des relations.

Puis Cheney a saboté le nouvel accord. En avril 2007, Israël a affirmé que la Syrie avait construit un réacteur nucléaire dans le désert de l’est de la Syrie avec l’aide de la Corée du Nord. Les conseillers de Bush ont tous accepté l’affirmation israélienne, mais près de dix ans plus tard, l’expert de l’AIEA sur les réacteurs nord-coréens a révélé des preuves techniques détaillées qui l’avaient amené à conclure avec certitude que le site syrien ne pouvait pas être celui d’un réacteur nord-coréen.

Cheney s’est emparé du prétendu réacteur syrien pour prendre le contrôle de la politique nord-coréenne de Rice. Lors d’une réunion de la Maison-Blanche le 4 janvier 2008, il rappelle dans ses mémoires In My Time comment il a réussi à persuader Bush et Rice d’être d’accord avec son hypothèse qu’un «échec d’admettre qu’ils prolifèrent chez les Syriens serait un tueur des affaires. » Deux mois plus tard, Bush donna à Cheney le pouvoir d’approuver tout texte conjoint américano-nord-coréen négocié par le Département d’Etat.

Sous la pression de Cheney, Rice a adopté une nouvelle stratégie diplomatique. En plus de ses obligations dans les deux premières phases de l’accord d’octobre 2007, elle écrit dans No Higher Honor : «Les Nord-Coréens devraient également accepter un protocole de vérification pour régir l’inspection sur place de tous les aspects de leur programme nucléaire. «

Ce protocole de vérification – et non les actions promises par Pyongyang dans l’accord d’octobre 2007 – serait désormais la base pour décider si l’administration enlèverait la Corée du Nord de la liste des terroristes et arrêterait l’application de la Loi sur le commerce avec l’ennemi.

Rice a changé les règles après coup. Après la déclaration de la Corée du Nord sur son programme d’enrichissement en plutonium à la fin du mois de juin 2008, les négociateurs américains ont demandé à des inspecteurs nord-coréens de se rendre sur les sites déclarés ou non, y compris les sites militaires sensibles. Pyongyang a exprimé ses fortes objections à cela, ainsi qu’à l’échantillonnage environnemental par les inspecteurs. La période de 45 jours au cours de laquelle les États-Unis étaient supposés avoir fait leurs deux petits pas vers la normalisation était terminée.

La Corée du Nord a immédiatement accusé les Etats-Unis de violer l’accord d’octobre et a suspendu la mise hors service de ses installations nucléaires. Le négociateur américain, Chris Hill, a obtenu ce qu’il considérait comme un accord verbal nord-coréen à une version modifiée du protocole de vérification, mais la Corée du Nord ne le signerait pas. Sur la base de cette compréhension tacite, Bush a accepté de retirer la Corée du Nord de la liste américaine des commanditaires terroristes, et la désactivation physique du complexe de plutonium de la Corée du Nord a été achevée.

Mais Bush a insisté pour que la Corée du Nord signe le protocole de vérification et en décembre, après l’élection de Barack Obama, Pyongyang a rejeté la réécriture unilatérale de l’accord par l’administration Bush, déclarant qu’elle n’accepterait pas des inspections intrusives. » La diplomatie américano-nord-coréenne sur l’accord nucléaire d’octobre 2007 a été terminée.

Cheney et ses alliés avaient empêché la conclusion de deux accords qui auraient pu éviter la crise actuelle avec la Corée du Nord. Lorsque Bush a pris ses fonctions en 2001, on pensait que la Corée du Nord possédait moins de plutonium que pour une bombe atomique. À la fin de son deuxième mandat, la Corée du Nord était déjà une puissance nucléaire, avec plusieurs armes nucléaires.

Plus important encore, l’administration Bush n’a même jamais tenté de négocier des limites au programme de missiles à longue portée de la Corée du Nord. Cet échec a été très coûteux pour les intérêts du peuple américain – mais c’était un cadeau pour le programme national de défense antimissile qui n’a cessé de prospérer.

Gareth Porter est un journaliste d’investigation indépendant et un historien qui écrit sur la politique de sécurité nationale des États-Unis. Son dernier livre, Manufactured Crisis: l’histoire inédite de l’Iran Nuclear Scare, a été publié en février 2014. Suivez-le sur Twitter: @GarethPorter .

Cet article a été publié par Truthout

Publicités


Edité le 09-01-2018 à 14:38:22 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10276 messages postés
   Posté le 09-01-2018 à 14:40:00   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Lire aussi la première réunion en deux des deux Corée



--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
7006 messages postés
   Posté le 14-01-2018 à 22:57:48   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Les États Unis ne vont pas risquer un holocauste nucléaire en attaquant la Rpd de Corée,ni la Chine Populaire en cas de guerre mêlant Taïwanais.les interventions américaines au venir se feront contre les groupes djihadistes sunnites essentiellement,qui ont emerge à partir de l appui occidental aux fameux "moudjahidine afghans"

--------------------
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité en Corée  revirement agressif des USA sur la Corée du nordNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum