Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités Internationales 

 le retour du fascisme au Japon

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10200 messages postés
   Posté le 26-06-2015 à 21:49:01   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

http://japon-gekokujo.over-blog.com/article-victoire-du-nationalisme-au-japon-113530920.html

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10200 messages postés
   Posté le 17-07-2015 à 23:42:51   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

http://www.tdg.ch/monde/nostalgiques-empire-phagocytent-pouvoir/story/27224222

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10200 messages postés
   Posté le 17-07-2015 à 23:44:08   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

evidemment,les mass-médias télévisés se taisent,il n y a que les"méchants islamistes" et les "chinois qui se lancent à la conquete du monde".

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10200 messages postés
   Posté le 18-07-2015 à 14:11:47   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

l extreme-droite nippone nostalgique de l Empire est un atout pour l impérialisme afin de mener des guerres contre les pays musulmans réfractaires au Nouvel Ordre Mondial,à la manière du Front National en France,dont la "nostalgérie" conditionne à la confrontation contre les"djihadistes"-cela d autant plus que le clan Lepen soutient Israel,en lequel Marine voit une occasion de venger la perte de l Algérie Francaise il y a plus de 53 ans.


Edité le 18-07-2015 à 18:05:21 par marquetalia




--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10200 messages postés
   Posté le 25-07-2015 à 09:39:14   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

la cote de popularité de Shinzo Abe ne recueille plus que 41 pourcents des Nippons;donc,il n est pas certain que l archipel se remilitarise https://www.npa2009.org/actualite/japon-remilitarisation-au-forceps

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10200 messages postés
   Posté le 25-07-2015 à 09:39:44   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

que Abe foutte le camp!

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10200 messages postés
   Posté le 28-07-2015 à 08:27:30   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

selon le Npa,le Japanese Commuist Party est social-chauvin,et serait du coté de Shinzo Abe dans les revendications territoriales de Tokyo-au passage,la remilitarisation devrait etre à son terme en septembre,soit exactement 70 ans après la reddition totale du Japon aux usa https://www.npa2009.org/content/appel-contre-les-logiques-de-guerre-en-asie-du-nord-est


Edité le 28-07-2015 à 08:29:11 par marquetalia




--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10200 messages postés
   Posté le 29-07-2015 à 19:27:38   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

ca reste des enfoirés de trotskos,leur analyse est erronée,les communistes nippons sont pourchassés par les yakuzas,et donc sont un péril pour la bourgeoisie japonaise.

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10200 messages postés
   Posté le 29-07-2015 à 20:13:08   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

à la manière de l impérialisme américain avec le cinéma u.s,l impérialisme japonais pourra,grace à la diffusion des mangas et des jeux vidéos,berner la jeunesse de la classe ouvrière de l ensemble du globe pour faire accepter son hégémonie.la première victime de la remilitarisation du Japon sera la République Populaire Démocratique de Corée.

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10200 messages postés
   Posté le 05-08-2015 à 14:15:45   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

http://www.nvo.fr/0-0-3807-un-anniversaire-sous-la-menace-du-rearmement

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10200 messages postés
   Posté le 23-09-2015 à 21:15:22   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

la bete immonde est de retour http://www.wsws.org/fr/articles/2015/sep2015/pers-s03.shtml

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15934 messages postés
   Posté le 21-07-2021 à 07:52:52   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les “Dieux de la guerre” de retour à Tokyo


DANIELLE BLEITRACH 21 JUILLET 2021

Le Japon a fait un pas important vers la révision de sa constitution. La militarisation et la création d’une image d’ennemi aident les autorités à détourner l’attention de la population des problèmes économiques et des scandales qui ont ébranlé la cote du gouvernement. A l’ouverture des jeux olympiques dans des conditions d’exclusion du public imposé par une recrudescence de l’épidémie, le gouvernement japonais comme l’analyse cet article du KPRF a choisi de renforcer son alliance avec les USA et tente de faire partager la fiction de menaces communes de “démocraties” face à des régimes autoritaires… (note de danielle Bleitrach, traduction de Marianne Dunlop)

Sergei KOZHEMYAKIN, chroniqueur politique pour la Pravda.

09-07-2021

https://kprf.ru/international/capitalist/203798.html

Le peuple doit se sacrifier

“Les États-Unis et le Japon sont deux démocraties fortes qui font face aux menaces des régimes autoritaires”, a récemment déclaré Joe Biden lors d’une rencontre avec le Premier ministre japonais Yoshihide Suga. Avec cela, il n’a fait que confirmer la fausse essence de la propagande bourgeoise. Alors que les États-Unis sont dominés par un système bipartite depuis plus de deux siècles, la “démocratie” japonaise est encore plus singulière. Le parti libéral démocrate (LDPJ) a dirigé le Japon pendant la majeure partie de son histoire d’après-guerre. Les brèves périodes où il était dans l’opposition (1993-1994 et 2009-2012) ont plutôt été des revers malheureux. Les liens étroits avec le grand capital et le système médiatique ont permis des solutions rapides, ramenant la situation au statu quo.

Récemment, cependant, l’élite dirigeante a été confrontée à de sérieux défis. Le pays a traité la première vague de COVID-19 plutôt rapidement et sans douleur. A l’époque, au printemps dernier, il a même été question d’un “modèle japonais” spécial. Ses caractéristiques distinctives étaient de faibles taux d’infection sans mesures de quarantaine strictes. Depuis lors, cependant, l’attrait de ce modèle a considérablement diminué. Le Japon a connu trois autres vagues, dont la plus récente, survenue en mai, a tué près de 5 000 personnes. Dans certaines régions, comme à Osaka, le système de santé a été poussé à ses limites. Des centaines de personnes sont mortes sans avoir reçu d’aide.

Le taux de vaccination n’a pas été à la hauteur des promesses initiales. Dans le principal groupe à risque, les personnes âgées de plus de 65 ans, seule la moitié des citoyens ont été vaccinés ; les autres groupes d’âge n’ont rejoint la campagne qu’en juin. À ce jour, moins de 15 % des résidents ont été entièrement vaccinés. Et c’est justement grâce à la promesse d’une immunisation totale que le gouvernement a pu décrocher les Jeux olympiques d’été de Tokyo ! Ils étaient initialement prévus pour l’année dernière, mais ont été reportés en raison de la pandémie. Selon le gouvernement et le Comité international olympique (CIO), les jeux se dérouleront du 23 juillet au 8 août. Yoshihide Suga les a qualifiés de symbole de la victoire de l’humanité sur un malheur commun, et le président du CIO, Thomas Bach, a exhorté les Japonais à faire les “sacrifices nécessaires”.

Ces tirades ne font pas l’unanimité au Pays du Soleil Levant. Selon de récents sondages, deux tiers des citoyens sont favorables à l’annulation pure et simple des Jeux olympiques ou à un nouveau report. Les raisons d’une telle attitude sceptique ont été révélées par le chef de l’Association médicale japonaise, NaotoUeyama. Selon lui, l’arrivée de délégations sportives du monde entier peut entraîner l’émergence d’une nouvelle souche – “olympique” – à laquelle le pays n’aura guère la capacité de résister. Pendant ce temps, la pression sur le système de soins de santé augmentera car des centaines de spécialistes seront détournés pour s’occuper des invités.

L’opposition a critiqué les autorités et le CIO. Le Parti communiste japonais (PCJ) a qualifié les propos de M. Bach de manifestation du colonialisme et de violation de la souveraineté du pays. “Il est inexcusable de donner la priorité à l’organisation des Jeux sur la vie des citoyens japonais”, a-t-il déclaré. Les communistes ont attribué l’obstination des fonctionnaires à la défense des intérêts du capital. En effet, selon les calculs de l’agence américaine Bloomberg, le manque à gagner des grandes entreprises dépassera les 16 milliards de dollars si les Jeux olympiques sont annulés. Pour sa part, le Parti constitutionnel démocratique (PCD) a demandé le report des Jeux jusqu’à ce que la vaccination soit terminée.

Une Constitution de guerre

La situation socio-économique n’aide pas non plus la popularité du gouvernement. Les dépenses des ménages ont diminué de 5 % sur l’année. Le chômage au Japon a recommencé à augmenter en avril. En mai, il a atteint son plus haut niveau depuis cinq mois. Trente-six % des personnes employées travaillent à temps partiel et perçoivent un salaire diminué en conséquence. “Le cabinet Suga ne se sent pas responsable de la santé et du bien-être de la population au milieu de la plus grande crise de l’après-guerre”, a déclaré YukioEdano, chef du PCD.

Les scandales de corruption sont d’autant plus scandaleux. Fin juin, l’ancien ministre de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie, IsseyuSugawara, membre du LDPJ, a été condamné à une amende de 400 000 yens (3 000 euros) et à une interdiction d’exercer une fonction élective pendant trois ans. Il a été reconnu coupable d’avoir soudoyé des électeurs. Deux autres membres du parti au pouvoir ont été contraints de céder leur siège. L’un d’entre eux, TakamoriYoshikawa, a reçu des pots-de-vin de grandes entreprises lorsqu’il était ministre de l’agriculture. Un autre ‘serviteur du peuple’, AnriKawai, a été accusée de faire une campagne malhonnête. Son mari, l’ex-ministre de la justice KatsuyukiKawai, était de mèche avec la députée. Il a été condamné à trois ans de prison.

La direction du ministère de l’Intérieur a été impliquée dans des comportements douteux. Tohokushinsha Film, une société de télécommunications, l’a invité à de somptueux dîners plus de cinquante fois ces dernières années. Elle est chargée de distribuer les licences de radiodiffusion, il n’est donc pas étonnant qu’elle ait toujours été parmi les plus “chanceux”. Le fait qu’undes participants était Seigo Suga, fils du premier ministre et, jusqu’à récemment, directeur de Tohokushinsha Film, est particulièrement piquant. Les factions de l’opposition au Parlement ont tenté de destituer le ministre de l’intérieur, mais l’alliance au pouvoir a bloqué cette initiative. Le même sort a été réservé à d’autres propositions, notamment un vote de défiance à l’égard du gouvernement et une proposition visant à prolonger la session parlementaire de trois mois pour faire face à la pandémie.

En conséquence, l’approbation du Cabinet est tombée à 32 %. Le parti au pouvoir a subi un sérieux revers lors des élections législatives partielles. Elles ont eu lieu dans trois districts, Nagano, Hiroshima et Hokkaido, et les candidats de l’opposition ont gagné dans les trois. Étant donné que le mandat duParlement expire en octobre, il s’agit d’un signal très inquiétant pour les autorités. Cela soulève la possibilité – et les officiels l’ont laissé entendre – d’élections anticipées. Elles pourraient avoir lieu juste après la clôture des Jeux olympiques, avant qu’un éventuel pic de contagion n’ait le temps de se manifester.

Pour éviter la défaite, les dirigeants se sont lancés dans des sujets qui attisent les sentiments chauvins et détournent l’attention des problèmes à résoudre. En mai, pour la première fois depuis son arrivée au pouvoir, le Premier ministre a ouvertement exprimé son soutien à la réforme constitutionnelle. Ce qui est enjeu est une disposition qui consacre la renonciation de Tokyo à la guerre et la création de forces armées. Le prédécesseur de Suga, Shinzo Abe, a fait de son mieux pour transformer les forces d’autodéfense du Japon en une armée à part entière. Elles sont équipées d’armes offensives, et le Japon s’est longtemps classé parmi les dix premiers pays du monde en termes de dépenses militaires. Mais Abe n’a pas réussi à réécrire la Loi fondamentale en huit ans, et maintenant Suga a repris le flambeau. Selon lui, toutes les réglementations obsolètes doivent être révisées. Outre les forces armées, il s’agit d’étendre les pouvoirs du gouvernement en cas d’urgence, notamment en interdisant les réunions et les rassemblements.

Entre-temps, la chambre basse du Parlement a approuvé le projet de loi sur le référendum. Il a été introduit il y a trois ans et a toujours été bloqué par l’opposition. Maintenant, le PCD et un certain nombre d’autres factions ont soutenu l’initiative, se contentant de quelques concessions. En particulier, le gouvernement a accepté d’accorder trois ans pour la discussion des amendements et d’adopter des lois spéciales qui égalisent les chances des partisans et des opposants pendant la campagne. Tout aussi rapidement, le document est passé par la chambre haute, acquérant ainsi force de loi. La seule voix forte qui s’y oppose est celle des communistes. Le PCJ a souligné le cynisme des autorités, qui ont décidé de “faire un coup” en période de catastrophe nationale.

On ne peut que deviner quels leviers ont été utilisés pour “agir sur” l’opposition. Outre le “feu vert” donné à la réforme constitutionnelle, le PCD s’est publiquement désolidarisé du PCJ. Selon M. Edano, son parti ne s’alliera pas avec les communistes s’il remporte les élections, car “une telle coalition s’effondrerait rapidement”. Tout le problème, a expliqué l’homme politique, est le “radicalisme excessif” du parti communiste, qui exige l’abolition de la monarchie, l’élimination de l’alliance militaire avec les États-Unis et le refus d’une nouvelle militarisation.

Les actions officielles et secrètes des dirigeants ont porté leurs fruits. Lors des élections de l’assemblée législative de Tokyo du 4 juillet, le LDPJ a rebondi après sa défaite de 2017, lorsqu’il a perdu face au parti régional Tomin-no-Kai. Le parti au pouvoir est arrivé en première position. Dans le même temps, le PCD et le PCJ ont amélioré leurs positions. Le nombre de députés communistes passe de 18 à 19, ce qui ne peut qu’inquiéter les autorités.

Il est possible qu’en cas de mauvaises performances, Suga devienne le bouc émissaire de tous ses péchés. M. Abe, dont l’autorité au sein du parti reste élevée, a officiellement soutenu la réélection d’un successeur à la tête du LDPJ, mais a immédiatement émis des réserves quant à l’existence d’autres candidats dignes de ce nom pour ce poste. La rumeur veut qu’Abe lui-même en fasse partie.

Les agents de Washington

Les milieux atlantistes eux aussi sont intéressés par le maintien de la stabilité à Tokyo. Les entretiens entre Biden et Suga – d’abord lors de la visite de ce dernier aux États-Unis, puis en marge du sommet du G7 – ont confirmé la confiance particulière accordée au Japon dans la stratégie anti-chinoise de Washington. Selon le chef de la Maison Blanche, les États-Unis s’engagent à “soutenir de manière inébranlable la défense de leur allié, en utilisant toute la gamme de leurs capacités, y compris nucléaires.” Les deux parties ont convenu de travailler ensemble pour contrer les “activités illégales” de la Chine dans les mers de Chine orientale et méridionale et pour combattre les “violations des droits de l’homme” à Hong Kong et dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang.

Tout aussi provocateur est l’engagement qu’ils ont pris d’assurer la sécurité de Taïwan. Une telle déclaration commune a été faite pour la première fois en plus de 50 ans depuis que les deux pays ont reconnu l’intégrité territoriale de la Chine. Peu après, dans un discours au Parlement, M. Suga a qualifié l’île d’État indépendant et s’est prononcé en faveur de son inclusion dans des organisations internationales telles que l’OMS. Et le ministre de la Défense NobuoKishi a déclaré que “la paix et la stabilité à Taiwan sont directement liées au Japon.” Pékin a qualifié cela de tentative d’atteinte à la souveraineté de la Chine.

D’autres développements confirment que Tokyo s’est vu attribuer le rôle de “chargé d’affaires” des États-Unis dans l’assemblage d’un équivalent asiatique de l’OTAN. Le parlement japonais a ratifié un accord militaire avec l’Inde. Il régit l’approvisionnement mutuel en carburant, en nourriture et en équipement pour les exercices conjoints et les opérations militaires potentielles. Le Japon a conclu des accords similaires avec plusieurs autres pays, dont l’Australie. En juin, Tokyo et Canberra ont eu des entretiens au niveau des ministres des affaires étrangères et de la défense. Exprimant leur “inquiétude face aux actions agressives de la Chine”, ils ont convenu de renforcer les liens en matière de sécurité. Des thèmes similaires ont été abordés lors des visites de M. Suga en Indonésie et aux Philippines.

L’ampleur des exercices militaires conjoints a atteint un niveau sans précédent. Si neuf manœuvres nippo-américaines ont eu lieu au premier semestre 2019 et huit à la même période l’année dernière, plus de quarante ont été organisées depuis le début de cette année. L’exercice Eastern Shield sur l’île d’Hokkaido a débuté fin juin et se poursuit toujours. Dans la zone de l’île Io en mer des Philippines, les navires des deux pays, dont le porte-avions américain Ronald Reagan, se sont entraînés à des manœuvres conjointes.

De plus en plus, d’autres pays se joignent aux manœuvres de Tokyo et de Washington. En mai, les forces terrestres et navales du Japon, des États-Unis et de la France se sont exercées à la guerre urbaine et à la défense d’îles éloignées. Et fin juin – début juillet, les forces navales américaines, japonaises, indiennes et sri-lankaises ont effectué des exercices dans l’océan Indien.

Le Japon lui-même se réarme activement. En plus des 42 chasseurs F-35B, que Tokyo a achetés à Washington pour équiper ses propres porte-avions, le pays a décidé d’exporter quatre chasseurs F-35A. Le Japon va commencer à développer des chasseurs sans pilote par ses propres moyens. La troisième frégate de la classe Mogami a été lancée le 22 juin. La dernière technologie le rend peu visible pour les radars, le navire est capable de transporter des canots de débarquement à grande vitesse.

Tout en encourageant la militarisation du Japon, les États-Unis feront tout ce qu’ils peuvent pour que le pouvoir reste aux mains des forces qui leur obéissent. Telle est l’essence de la “démocratie” bourgeoise.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités Internationales  le retour du fascisme au JaponNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum