Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Histoire 

 rencontre Honecker Deng Xiaoping en 1986

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17314 messages postés
   Posté le 07-06-2022 à 22:31:06   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

«L'entretien d'Erich Honecker avec Deng Xiaoping en 1986 » présenté par l'historien Siegfried Prokop

Aymerich Michel 7 Juin 2022


Par Michel Aymerich

En octobre 1986, en URSS la politique de « perestroïka » (restructuration, reconstruction) a commencé sous la direction de Gorbatchev [1]. Erich Honecker se rend en République populaire de Chine cette même année. Il est « depuis la scission sino-soviétique » [2] le premier dirigeant d'un des pays du camp socialiste d'Europe de l'Est à se rendre dans l’État socialiste [3] qui dispose de la plus grande population mondiale et s'est engagé sous la solide direction du Parti communiste chinois dans une variante chinoise et à long terme de la nouvelle politique économique (NEP) [4] pratiquée en URSS de 1921 à 1929...


Dans BzG 4/22 (Heft 4 der Beiträge zur Geschichte der Arbeiterbewegung - Cahier 4 des Contributions à l'histoire du mouvement ouvrier) le professeur Siegfried Prokop analyse cette rencontre entre les deux dirigeants communistes. Il fait suivre son analyse de la reproduction du Procès-verbal de la rencontre.

C'est lors de cette rencontre que le communiste Deng Xiaoping rapporte à Erich Honecker l'expérience suivante vécue lors de son voyage en Allemagne en 1925 :

«J'étais logé chez un couple d'ouvriers allemands. Même la femme, une camarade, devait aller travailler pendant la journée. Ils m'ont laissé dormir dans leur lit et se sont couchés sur le sol. Ils nous ont fourni la meilleure nourriture de l'époque. C'étaient de vrais communistes, des internationalistes. »

Une anecdote révélatrice que j'ai eu l'occasion précédemment de reproduire [5].

Notes :

[1] https://a-contre-air-du-temps.over-blog.com/2022/03/gorbatchev-cet-homme-peut-sembler-intelligent-mais-en-fait-il-est-stupide-deng-xiaoping.html

[2] https://www.wilsoncenter.org/publication/beyond-moscow-east-german-chinese-relations-during-the-cold-war

[3] « Egon Krenz fait observer ce qui fréquemment n'est guère compris en Occident et sans doute parfois en Chine même chez certains citoyens : «Dans l’évaluation du socialisme à la chinoise, il y a, selon mes observations, un malentendu fondamental. Le fait que la Chine soit un pays socialiste ne signifie pas que la Chine a déjà le socialisme. L’État socialiste est la base politique de la création d'une nouvelle organisation sociale. Le pays est "actuellement et cela pour longtemps encore aux premiers stades du socialisme" a déclaré le secrétaire général. Cette situation du pays "reste aussi inchangée que sa position internationale en tant que plus grand pays en développement du monde."[4]» https://a-contre-air-du-temps.over-blog.com/2018/10/la-chine-comme-je-la-vois.html

[4] https://a-contre-air-du-temps.over-blog.com/2021/11/synthese-le-parti-communiste-chinois-a-cent-ans.un-autre-regard-sur-la-chine-populaire.html

[5] https://a-contre-air-du-temps.over-blog.com/2022/04/la-russophobie-cette-composante-de-l-asiaphobie-qui-ne-dit-pas-son-nom.html

Das Gespräch von Erich Honecker mit Deng Xiaoping im Jahre 1986

BzG 4/22

Par Siegfried Prokop,

Le major-général Heinz Geyer, directeur adjoint et chef d'état-major de la HVA depuis 1977 [1], a été décoré de l'ordre de Scharnhorst par Erich Honecker dans le bâtiment du Conseil d'État en février 1989, à l'occasion de son 60e anniversaire. D'autres cadres supérieurs ont reçu d'autres distinctions. Les personnes décorées ont exprimé leur gratitude en disant : « Je sers la République démocratique allemande » . Ensuite, Erich Honecker s'est entretenu avec Erich Mielke. Geyer ne comprenait pas de quoi il s'agissait. Soudain, Erich Honecker a dit, de manière audible pour toutes les personnes présentes : «Oui, il aurait été préférable que nous nous orientions vers la Chine [2]» .
Geyer ajoute à ce sujet : «Il n'a rien ajouté de plus. Il a ensuite fait apporter un petit verre de vodka pour chacun. C'est la seule fois que j'ai vu un tel geste au Conseil d'État. Quelque chose le tracassait ? De nombreuses questions me traversaient l'esprit. Que s'était-il passé ? Pourquoi un changement de direction était-il envisagé ? Était-ce une intention d'Erich Honecker seul, les raisons étaient-elles plus profondes ou plus lointaines ? Cela signifiait-il la fin de l'amitié germano-soviétique ? [3]»

Cette communication de Heinz Geyer est révélatrice. Elle devrait être l'occasion de s'interroger sur l'évolution des relations entre la RDA et la RPC. Les quarante années d'histoire des relations entre la RDA et la RPC peuvent être divisées en quatre périodes, en s'inspirant de Beda Erlinghagen [4] :

1ère période

La période de relations amicales, en grande partie non conflictuelle, qui a débuté avec l'établissement de relations diplomatiques bilatérales en octobre 1949, c'est-à-dire pendant le mois de la fondation des deux États, et qui s'est poursuivie jusqu'à la fin des années 50. L'adoption de l'expérience chinoise après le XXe congrès du PCUS est remarquable, surtout en ce qui concerne la prise de participation de l'État dans les entreprises privées. Par exemple, des officiers de l'Armée populaire de libération (NVA) ont été temporairement affectés au service des hommes sur le modèle chinois. Alors qu'au tournant des années 1960-61, de telles méthodes furent définitivement abandonnées au sein de la NVA, les entreprises privées avec participation de l'Etat jouèrent un rôle important dans les années 60.

2ème période

La deuxième période, commençant à la fin des années 50, au cours de laquelle les relations se sont détériorées dans tous les domaines, d'abord progressivement et de manière sous-jacente, puis de plus en plus ouvertement et clairement, et qui a duré jusqu'après le début de la Révolution culturelle en Chine (1966/67). Lors du VIe congrès du SED en janvier 1963, des scènes tumultueuses ont eu lieu pendant le discours du chef de la délégation chinoise Wu Xiuquan. Le discours de Wu fut interrompu à plusieurs reprises par le président de séance Paul Verner, tandis que d'autres fonctionnaires du SED tentaient de le contraindre à terminer son discours en faisant du bruit et en faisant du tapage [5]. En 1961, la RDA n'occupait plus que le sixième rang dans le commerce extérieur de la Chine, et même le dixième en 1962.

3ème période

La troisième période s'étend du début de la Révolution culturelle jusqu'à la fin de celle-ci, après la mort de Mao en 1976. Les relations entre les deux parties ont été dans l'ensemble très tendues et même temporairement houleuses. Les relations interétatiques ont parfois été presque totalement interrompues, même si l'on peut constater, du moins du côté de la RDA, un effort de "normalisation" de ces relations dans la seconde moitié de cette période.

4ème période

La quatrième période s'étend du rapprochement d'abord prudent, mais ensuite tous azimuts qui s'est amorcé à la fin des années 1970 et s'est poursuivi jusqu'à la fin de la RDA en 1989/90.

Ce rapprochement s'est opéré sous le signe de deux facteurs :

Le processus de rupture avec la politique d'ultra-gauche de la période Mao, initié par Deng Xiaoping depuis 1978. La politique du "Grand Bond", de la "Révolution culturelle" et des "Communes populaires" a été remplacée par une orientation vers une construction à long terme du socialisme en Chine en tant qu'économie de marché socialiste.

La stagnation du CAEM dans les conditions du surarmement soviétique et la rupture avec les prix fixes du CAEM à partir du milieu des années 70. La sécurité de l'approvisionnement de la RDA en pétrole et en matières premières en provenance d'URSS est devenue douteuse. Le lien fraternel entre la RDA et l'URSS s'est fissuré dès la fin des années 70, les fissures se sont rapidement agrandies et sont devenues insurmontables avec l'arrivée de Michael Gorbatchev et la proclamation de la glasnost et de la perestroïka.

Dès le début des années 80, la RDA s'est retrouvée dans une situation grave en raison de la politique occidentale de déploiement de missiles et de la crise en République populaire de Pologne. Après l'instauration de la loi martiale en Pologne, le gouvernement américain a annoncé un boycott des crédits contre les pays socialistes qui soutenaient le gouvernement polonais. De même, tous les avoirs dans le domaine du système bancaire américain ramifié ont été bloqués. Cela concernait également le montant en dollars que la RDA avait reçu pour la livraison de moissonneuses-batteuses au Brésil. Dans cette situation désespérée pour la RDA, Alexander Schalck-Golodkowski et Franz-Josef Strauß ont mis en place le crédit de plusieurs milliards qui a empêché la RDA de devenir insolvable en 1983 et qui a été suivi l'année suivante par un crédit de trois milliards que la RDA n'a dû utiliser qu'en partie, car le boycott américain des crédits a pris fin.

Ce contexte explique en partie pourquoi la RDA s'est efforcée d'améliorer ses relations avec la RPC au début des années 80. Le 21 juin 1982, Erich Honecker a reçu l'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la RPC, Li Qiangfen, à l'occasion de son accréditation en RDA. La note de 51/2 pages contient les instructions manuscrites de Honecker : "An die Mitgl. u. Kand. des PB. EH 23.4.82"6 L'entretien, mené avec une amabilité exceptionnelle par les deux parties, laissait entendre que les deux pays aspiraient à une amélioration des relations : " Le camarade Honecker a salué les efforts de l'ambassadeur pour s'engager dans le développement des relations. Il a fait remarquer que ces derniers temps, les relations se développent à la satisfaction de tous. Il s'avère que les conditions sont réunies pour qu'elles reposent sur une base plus large et qu'elles puissent être développées. (...) En ce qui concerne les relations bilatérales, la RDA est prête à approfondir les relations amicales. Cela peut aussi se faire à l'avenir par des consultations politiques, l'élargissement des relations commerciales extérieures à l'avantage mutuel et la coopération scientifique et technique. De grandes possibilités s'offrent à la coopération dans le secteur culturel et scientifique [7] " .

Le 16 avril 1984, Erich Honecker s'est entretenu avec Egon Krenz au sujet de la République populaire de Chine [8]. Il n'a pas apprécié que Moscou ne fasse rien pour tenter de prendre un nouveau départ après la mort de Mao Zedong. Honecker fondait sa confiance sur le fait qu'un de ses amis, Hu Yaobang, était devenu secrétaire général du PC chinois. En tant que président de la FDJ, il avait fait la connaissance de Hu lors d'une réunion de l'Alliance mondiale de la jeunesse démocratique à Prague en 1953, qui était le président de l'Association de la jeunesse communiste chinoise. Les deux hommes se sont liés d'amitié et se sont rencontrés à plusieurs reprises. Honecker ne comprenait pas que Moscou ne profite pas du changement de direction à Pékin pour repenser sa politique à l'égard de la Chine. L'Internationale contre la Chine, INTERKIT [9], serait un organe visant à empêcher la compréhension mutuelle. Honecker a fait savoir à Krenz qu'il avait ordonné de ne plus signer les procès-verbaux de cette commission. Moscou aurait réagi avec indignation. Certains membres du Politburo et certains responsables de la politique étrangère de la RDA ont également vu ce refus d'un œil critique. Honecker a expliqué qu'il cherchait désormais des moyens moins spectaculaires pour signaler aux dirigeants chinois que le SED souhaitait un nouveau départ. S'adressant à Krenz, Honecker a déclaré : "Tu dois aider ! [10]" Le rédacteur en chef du journal de la jeunesse chinoise se trouve actuellement en RDA. Il est l'invité de l'ambassadeur de Chine. Honecker était convaincu que Hu Yaobang l'avait envoyé pour se renseigner sur la situation politique en RDA. Il s'était demandé s'il devait recevoir l'invité chinois, mais il était arrivé à la conclusion que Moscou prendrait cela comme une provocation. S'adressant à Krenz, Honecker a dit : "Tu es le premier secrétaire du conseil central de la FDJ et du Politburo, tu as plus de liberté que moi. Parle avec lui. Si on te critique pour cela, je peux mettre cela sur le compte de ton inexpérience [11]" .

Krenz a reçu She Shiguang le 18 avril 1983. L'ambassade chinoise avait auparavant demandé si l'invitation était correcte ou s'il s'agissait peut-être d'une erreur de traduction, tant cette invitation était inhabituelle dans le contexte de l'époque. Krenz a demandé à ce dernier de transmettre à Hu Yaobang les salutations d'Erich Honecker. Il a également été souligné que le SED était intéressé par de bonnes relations avec le PCC.

Li Peng, le vice-président du Conseil des ministres de la République populaire de Chine, a rendu visite à Erich Honecker le 20 mai 1985. Au cours de l'entretien, Li Peng a expliqué en détail les réformes chinoises, y compris le projet chinois de s'ouvrir au marché capitaliste mondial. En ce qui concerne les relations avec la RDA, Li Peng a déclaré : "La République populaire de Chine part du principe que les relations entre les deux pays doivent être développées en fonction des besoins de chaque partie. Il n'y aurait aucune restriction du côté chinois. La RDA est un État socialiste avec une société socialiste très développée et la RPC tient toujours compte du fait que les deux pays entretiennent des relations amicales de longue date. La RPC est favorable à leur développement [12]" .

Le 27 juin 1985, Erich Honecker a reçu Wang Renshong, vice-président du comité permanent du Congrès national du peuple. La note de 9 pages contient une évaluation globale des relations de la RDA avec la RPC : "En résumé, je voudrais dire que nous sommes extrêmement heureux que les relations amicales entre la République populaire de Chine et la République démocratique allemande socialiste se soient développées de manière croissante au cours des dernières années. De notre côté, nous nous efforçons, comme vous, de renforcer l'échange d'expériences, de voir comment nous pouvons nous aider mutuellement et de contribuer à ce que nos peuples se comprennent encore mieux. Nous nous réjouissons également des succès obtenus par la République populaire de Chine, en particulier après 1978 [13]".

Ce qui est remarquable dans cette appréciation, c'est que Honecker a souligné l'année de réforme 1978. Le 30 juin 1986, Margot Honecker, ministre de l'Education du peuple de la RDA, et Hu Yaobang, secrétaire général du Comité central du PC chinois, se sont entretenus à Shanghaï.

Ce dernier a déclaré qu'Erich Honecker se rendrait en octobre 1986 en visite officielle en RPC, à l'invitation de la direction du parti et de l'Etat chinois. La note ajoute à ce sujet ce qui suit : " Il s'agira d'un événement important dans les relations entre les deux Etats. Parmi les dirigeants des pays socialistes d'Europe de l'Est (à l'exception de la Yougoslavie et de la Roumanie), Erich Honecker a été le premier à prendre l'initiative de rétablir les contacts amicaux avec le parti et l'État chinois. Il a établi un pont. Cela revêt une grande importance non seulement pour les relations entre nos deux partis et nos deux États, mais aussi pour la cohabitation amicale de tous les États socialistes dans leur ensemble [14] ".

En octobre 1986, Erich Honecker s'est rendu en Chine pour une visite d'État. Il l'a fait sans l'accord de Gorbatchev. Il refusa même l'escale à Moscou demandée par Gorbatchev. La troisième session du Comité central du SED, qui s'est tenue en novembre 1986, a donné une évaluation exceptionnellement élevée de la visite à Pékin : "La visite officielle d'amitié d'Erich Honecker en République populaire de Chine est un événement auquel on peut à juste titre attribuer une portée historique. Il s'agissait de la première visite en RPC du plus haut représentant de la RDA depuis la fondation de notre république [15] ".

Au sujet des entretiens à Pékin, il a été indiqué : "Tous les entretiens et rencontres avec les camarades dirigeants du Parti communiste chinois et de la République populaire de Chine ont été marqués par une atmosphère de cordialité, de respect mutuel, de compréhension et de confiance. Les secrétaires généraux du comité central du SED et du PC chinois, les camarades Erich Honecker et Hu Yaobang, ont eu un échange de vues approfondi sur l'état actuel des contacts et des relations entre les deux partis et les deux États. Le camarade Deng Xiaoping a déclaré que les relations entre nos partis n'avaient jamais été rompues et que la question n'était donc pas de les rétablir, mais de les poursuivre et de les développer [16]" .

Au cours de la visite, les deux pays ont conclu un accord de coopération économique pour les 15 prochaines années, qui devait servir à développer les relations économiques et scientifiques et techniques. L'espoir de Honecker d'une intensification rapide des relations économiques et commerciales fut rapidement déçu. Peu après sa visite, Pékin annonça qu'il réduirait les exportations de véhicules utilitaires chinois vers la RDA de 10.000 à 6.000 unités par an. La RDA a réagi en refusant la demande chinoise de construire conjointement un complexe industriel de chimie du carbone dans la ville chinoise de Wuhan [17].

Ce que la 3e session du Comité central du SED n'a pas particulièrement mis en lumière est important dans le contexte de la déclaration de Honecker de février 1989, citée au début par Heinz Geyer. Honecker a eu un entretien approfondi à Pékin avec Deng Xiaoping, le stratège de l'ascension économique et politique de la RPC au rang de puissance mondiale. Cet entretien a fait l'objet d'un compte-rendu de 21 pages, publié ci-après comme document clé des relations sino-allemandes durant l'ère Honecker. Il prouve que Honecker avait été informé de première main des réformes entamées en RPC depuis 1978. Honecker a rapporté à Deng qu'au cours des deux derniers jours, Hu Yaobang et Zhao Ziyang l'avaient informé en détail de l'évolution de la RPC depuis le 3e plénum en 1978. Il a été très impressionné par la visite d'une des plus grandes entreprises métallurgiques près de Pékin : "Nous avons eu un aperçu du contrôle automatique de la production, tant au niveau du haut fourneau que du laminoir... Je mentionne cela parce que c'est la manière la plus moderne de produire de l'acier. Nous avons récemment construit une aciérie de conversion avec l'aide de l'Autriche dans le combinat "Hermann Matern". On nous a également dit que 90% de la production totale était constituée d'aciers spéciaux. C'est exactement comme chez nous. Nous avons été ravis d'apprendre que nos camarades s'efforcent constamment de se hisser au premier rang mondial [18]" .

Le problème mis en avant par Honecker le préoccupait depuis un certain temps déjà. Le 28 mai 1987, Mikhaïl Gorbatchev avait ouvertement abordé la question de la coopération de production entre la RDA et l'URSS, qui piétinait. Honecker répondit tout aussi ouvertement : "Nous avions décidé de mettre en place une production de convertisseurs d'une capacité de 1,2 million de tonnes et nous nous sommes adressés à Magnitogorsk [19]. Mais l'affaire a traîné pendant plusieurs années. Nous avons été obligés de nous adresser à la société autrichienne "VOEST-Alpine". Nous avions un besoin urgent d'équipements pour le laminage à chaud. Nous l'avons commandé en RFA : car si nous devons construire une nouvelle usine et investir des milliards de marks, nous devons prendre un équipement doté d'une électronique moderne. Chez vous, cette électronique n'existe pas encore [20]" . C'était clair. Ce qui manquait à Honecker en URSS, il l'a trouvé à sa grande surprise en RPC. La raison pour laquelle il n'en a pas tiré de conclusions pour la RDA - se contentant jusqu'en 1989 du cliché "continuité et renouvellement" - peut également être déduite de l'entretien avec Deng Xiaoping. Honecker pensait que sa RDA était déjà en train de rejoindre le Japon et les Etats-Unis dans le domaine de la microélectronique et de la robotique.

Les passages suivants du procès-verbal montrent dans quelle mesure il s'agissait d'un vœu pieux [21].:
- "Actuellement, nos combinats de microélectronique travaillent au développement de circuits d'un mégabit et de quatre mégabits. Ils ont accepté cette mission lors du XIe congrès du parti. Actuellement, seuls les États-Unis et le Japon développent de tels produits. Nos scientifiques y arriveront aussi [22]. "

- Actuellement, 160000 robots travaillent dans l'industrie de la RDA. D'ici 1990, ce nombre devrait encore augmenter de 75000 à 90000. Nous économisons chaque année 500 millions d'heures de travail, ce qui correspond à la capacité de travail d'environ 300.000 travailleurs [23]."

- Deng n'a pas contredit Honecker. Il a probablement eu sa petite idée sur la question. Un changement de cap vers le modèle chinois au milieu des années 80 aurait de toute façon été trop tardif. Le "point de non-retour", ce moment où une évolution historique ne peut plus être inversée, avait de toute façon déjà été franchi depuis plus d'un demi-siècle [24].


Notes

[1] HV A = Hauptverwaltung Aufklärung des Ministeriums für Staatssicherheit.

[2] Heinz Geyer: Zeitzeichen. 40 Jahre in Spionageabwehr und Aufklärung. Herausg. von Peter Wolter. Berlin 2007, S.137.

[3] Ebenda.

[4] Vgl. Beda Erlinghagen: Anfänge und Hintergründe des Konflikts zwischen der DDR und der Volksrepublik China. Kritische Anmerkungen zu einer ungeklärten Frage, in BzG, 3/2007, S.111ff.

[5] Wu hatte u.a. erklärt: „Die Tito-Clique ist heute ein Sondertrupp des amerikanischen Imperialismus zur Verwirklichung (Pfuirufe und starke Proteste durch Trampeln mit den Füssen) seiner konterrevolutionären Globalstrategie.“ In: Protokoll der Verhandlungen des VI. Parteitages der SED 15. Bis 21. Januar 1963 in der Werner-Seelenbinder-Halle zu Berlin.4.bis 6. Verhandlungstag. Berlin 1963, S.24.

[6] # SAPMO-BArch DY30/2436, Bl.2.

[7] Ebenda, Bl.2-4.

[8] Egon Krenz: China. Wie ich es sehe. Berlin 2018, S. 120f.

[9] INTERKIT Abkürzung einer Vereinigung sozialistischer Länder unter Führung der UdSSR, die die chinesische Politik analysierte und Vorschläge unterbreitete, wie darauf zu reagieren sei. Sie stand nach 1978 der Zusammenarbeit mit VR China im Wege.

[10] Egon Krenz, a.a.O., S.121.

[11] Ebenda, S.124f.

[12] SAPMO-BArch DY30/2436, Ebenda, Bl.12.

[13] Ebenda, Bl. 26.

[14] # Ebenda, Bl. 52. Der letzte Satz wurde handschriftlich von Erich Honecker unterstrichen. Über dem Vermerk befindet sich die handschriftliche Anweisung: „An alle Mitgl. u. Kand. des PB 7.7.86 EH“ .

[15] Aus dem Bericht des Politbüros an die 3. Tagung des ZK der SED. Berichterstatter: Genosse Hermann Axen. 3. Tagung des ZK der SED 20/21.11.1986, S. 13.

[16] Ebenda, S.14.

[17] Vgl. Axel Berkofsky: China und die DDR in den 80er Jahren. Feinde, Schönwetterfreunde und Komplizen, in: https://www.bpb.de/themen/deutschlandarchiv/30741/china-und-die-ddr-in-den-1980er-Jahren.

[18] Niederschrift, Bl. 35.

[19] Eisen- und Stahlwerke Magnitogorsk.

[20] Gespräch Gorbatchows mit dem Staatsratsvorsitzenden Honecker am 29. Mai 1987, in: Aleksandr Galkin und Anatolij Tschernjajew (Hrsg.): Michail Gorbatschow und die deutsche Frage. Sowjetische Dokumente 1986-1991. München 2011, S. 35.

[21] Zum Niveau der Mikroelektronik und der Robotertechnik vgl. Siegfried Prokop: Das Konzept der Einheit von Wirtschafts- und Sozialpolitik in der DDR (1976 bis 1980er Jahre), in: Zweimal Deutschland. Soziale Politik in zwei deutschen Staaten- Herausforderungen, Gemeinsamkeiten, getrennte Wege. Stefan Bollinger und Rainer Zilkenat (Hrsg.) Buskow 2020, S. 279-294.

[22] Niederschrift, Bl. 236f.

[23] Ebenda, Bl.237.

[24] Vgl. Heinz Niemann: Kleine Geschichte der SED. Ein Lesebuch. Berlin 2020, S.634.

http://www.bundesarchiv.de/digitalisate/dy30bho/0876_DY_30_2436

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Histoire  rencontre Honecker Deng Xiaoping en 1986Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum