Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Europe et lutte des classes 

 Rejet des partis bourgeois en Grèce

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11923 messages postés
   Posté le 05-05-2012 à 14:10:35   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La situation en Grèce devrait faire réfléchir ceux qui, dans notre pays, préconisent de faire la claque pour les socialos, ce qui n’est pas autre chose que soutenir une austérité « de gauche » .

À la veille des élections parlementaires, les partis de droite et socialo s’attendent à une volée de bois vert car l’opinion publique est particulièrement remontée contre l’austérité et ses promoteurs.
La Tribune écrit :

« traditionnellement les deux grands partis socialistes et conservateurs réunissaient 80% des votes. Cette fois-ci, il n’est pas certain qu’ils atteignent les 40% ! Signe qui ne trompe pas, les candidats ont mené campagne dans des appartements, dans leurs bureaux, dans des salles de réceptions d’hôtels cossus, loin des jets des yaourts et des insultes qui les attendaient dans la rue par les grecs extrêmement en colère. »

« Les Grecs veulent punir les deux grands partis tenus responsables de la situation actuelle. »

« L’ex-ministre des finances qui a demandé pardon aux Grecs de nombreuses fois, en direct même à la télé, « pour cette situation », pour avoir « livré le centre d’Athènes aux néo nazi » est crédité de moins de 20% des voix. Il est prêt à faire une coalition avec tous ceux qui acceptent la rigueur en cours. »

Ici ou ailleurs, l'avenir des réactionnaires est très sombre.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
7936 messages postés
   Posté le 05-05-2012 à 15:30:26   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

on ne peut pas traiter l extreme droite grecque de "néonazie",puisque le peuple grec a ete martyrisé par les nazis,qui ont octroyé l ouest de la grèce a la "grande albanie",protectorat de la grande allemagne et de la grande italie.

--------------------
Komintern
C'est la lutte finale
Grand classique (ou très bavard)
Komintern
501 messages postés
   Posté le 05-05-2012 à 17:25:38   Voir le profil de Komintern (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Komintern   

Quel rapport? La france a été occupée et pourtant tu as bien des néonazis en france.
Tu veux pas arrêter de balancer n'importe quoi et de multiplier les posts qui n'ont aucun sens?
Parce que c'est gonflant!

--------------------
Vive le drapeau victorieux de Marx, Engels, Lénine et Staline. Vive le communisme
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11923 messages postés
   Posté le 10-05-2012 à 23:08:24   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Déclaration du Comité Central du KKE sur le résultat des élections du 6 mai 2012



Le CC du KKE s'est réuni afin de procéder à une évaluation initiale du résultat des élections du 6 mai 2012. Cette évaluation sera examinée par les organes et les Organisations de Base du Parti, ainsi que dans les organes et les Organisations de Base de la KNE. En outre, le parti discutera le résultat des élections avec les personnes qui travaillent aux côtés du parti, ses sympathisants et amis. Après cette série de discussions et d'autres expressions d'avis, le CC conclura son évaluation


1. Le résultat des élections conduit au renforcement de la tendance pour la rénovation de la scène politique, tel qu'il avait été formé depuis trois décennies avec la rotation de la ND et du PASOK au sein du gouvernement, puisque ces parties ont subi une lourde défaite. Le renversement de la scène politique, dans la forme qu'elle a pris avec le résultat des élections, ne constitue en aucun un renversement politique. Dans les conditions de la colère et de l'indignation justifiée, a prévalu la logique de la punition et l'illusion qu'il existe des solutions immédiates d'en haut et par voie de négociations. Néanmoins, le résultat des élections montre la tendance positive qui se dessine, la tendance pour un renversement radical au niveau du pouvoir, contre les illusions pour une solution facile. Malgré la baisse spectaculaire de la ND et du PASOK, le résultat des élections ne constitue pas une nouvelle ère dans la corrélation de forces entre le peuple et les monopoles, un renversement ou une «révolution pacifique», comme cela a été dit.

2. La réforme de la scène politique bourgeoise, qui se trouve toujours dans une phase de transition, sert la tentative d'inhiber la tendance de la radicalisation, et la libération de l'influence bourgeoise et politique. Sa caractéristique principale est la restauration du centre-droit et du centre-gauche, la recomposition de la social-démocratie avec les forces de SYRIZA d'abord comme son noyau. Le pouvoir des monopoles a besoin de la rénovation du système politique bourgeois, et éventuellement avec la création de nouveaux partis, de fournir les alliances respectives et les gouvernements de coalition. Cette possibilité de tenter la rénovation du système est basé sur le fait que les forces de la «voie à sens unique de l'UE», les forces qui servent les intérêts du capital, du système capitaliste, n'ont pas été réduits dans leur total.

3. La grande majorité des électeurs des deux partis bourgeois ont été dispersés principalement à des forces politiques avec une idéologie similaire qui soutiennent la politique de la «voie à sens unique de l'UE». Pour une bien moindre mesure, ils ont été dirigés vers le KKE. Dans ce cadre, la dispersion diverse des votes a été dirigé vers des partis réactionnaires et nationalistes tels que les «Grecs Indépendants» et la fasciste nazi « Aube dorée» (Chryssi Avghi). En outre, le résultat des élections est marqué par la faible participation qui exprime aussi une indignation sans issue, ainsi que les difficultés financières des électeurs qui devaient se déplacer. La montée de l’ « Aube dorée » est encore une preuve que, dans les conditions d'une crise profonde et de l'appauvrissement du peuple, tandis que le mouvement ouvrier et populaire n'a pas avancé en contre-attaque et la majorité des partis appuient le système capitaliste ou se reportent à l'illusion de son humanisation, le danger de l'influence des vues nationalistes et néo-fascistes augmente, y compris dans les conditions où l'UE et tous les États membres ont adopté l'équation du fascisme au communisme comme une idéologie d'État. Seul un fort mouvement ouvrier et populaire et un KKE puissant peuvent faire face à ces vues dangereuses et les rendre marginales et sans danger. L’ « Aube dorée » ne peut pas être traitée par des sermons antifascistes, encore plus par des appels à l'unité nationale et le consensus anti-fasciste.

4. Le peuple ne devrait pas tenir une approche attentiste au sujet de ces processus qui commencent par la tentative de former un gouvernement. Le noyau dur de la bourgeoisie, les groupes d'entreprises ainsi que les mécanismes et les organes dirigeants de l'UE et du FMI joueront un rôle actif dans la rénovation du système politique. Ils cherchent à offrir des substituts au peuple dès que possible, avant que le radicalisme ouvrier et populaire, l'organisation et l'initiative du peuple deviennent plus forts et acquièrent des caractéristiques de masse. Indépendamment de l'évolution de ces tentatives, l'orientation principale sera l'accélération des actions pour parer en temps opportun l'accentuation de la lutte des classes et le ralliement des forces sociales, l’intérêt desquelles est de s’opposer à et de se rompre avec les monopoles et l'impérialisme, avec l'Union européenne elle-même et les choix de l'OTAN, afin de renforcer la conscience anti-capitaliste. SYRIZA, qui a un programme social-démocrate, a des responsabilités immenses face au peuple pour les mensonges flagrants qu'il disait avant et pendant la période électorale, pour les illusions qu'il favorisait et favorise qu'il peut y avoir une meilleure situation pour le peuple sans une confrontation avec les monopoles et les unions impérialistes.

5. La rénovation du système politique bourgeois doit confronter la vigilance et la préparation du peuple avec l'organisation de masse et la lutte dans les lieux de travail, dans les secteurs, les bureaux, les quartiers populaires, à la campagne, dans les écoles, les universités et les écoles professionnelles, avec des revendications immédiates pour repousser les nouvelles mesures qui sont sur le chemin. Pas de tolérance pour les slogans de la renégociation, du désengagement progressif par les mémorandums et l'accord de prêt dans le cadre des organes de l'UE et du FMI.

6. Le CC appelle les membres du parti et de la KNE, ses amis et ses sympathisants, ceux qui travaillent aux côtés du parti, qui ont combattu fièrement dans les luttes et dans la bataille électorale, d'être dès demain à côté des travailleurs, parmi les travailleurs, pour défendre constamment leurs droits et leur cause juste. Le rôle et les responsabilités du KKE augmentent. IL EST LA FORCE IRREMPLAÇABLE ET DÉCISIVE POUR LE MOUVEMENT POPULAIRE QUI REVENDIQUE ET CONTRE-ATTAQUE AYANT LA PERSPECTIVE de la conquête du pouvoir et de l’économie ouvriers et populaires, du désengagement par l'Union européenne et de l'annulation unilatérale de la dette, la socialisation des moyens de production, les coopératives de production populaires, la planification nationale pour l'utilisation du potentiel de développement du pays, avec le contrôle ouvrier et populaire de bas en haut.

7. Le CC estime que le résultat des élections a été formé dans les conditions de la colère populaire générale et de l'indignation, dans des conditions d'une crise de l'économie capitaliste aiguë et prolongée et alors que l'UE, avec l'accord du PASOK et de la ND, a choisi la voie classique et typique en faveur du capital et des monopoles: la faillite incontrôlée pour les travailleurs et les couches populaires et la faillite contrôlée du capital. Les Mémorandums et l'accord de prêt comprennent des mesures qui sont fondées sur le traité de Maastricht, dont la mise en œuvre a commencé progressivement dans tous les États membres de l'UE. Ils sont également fondés sur les décisions qui ont suivi et le traité européen qui s'étend jusqu'en 2020. Pour cette raison, le KKE a révélé le caractère faux de la séparation des parties de la «voie à sens unique de l'UE» en partis pro-mémorandum et anti-mémorandum.

Le KKE a littéralement passé à travers des obstacles placés sur ses deux côtés par les forces du système et ses réserves, qui sont unis, malgré leurs différences, par leur insistance sur l'assimilation du pays dans l'UE, leur critère étant la conformité du peuple à ses choix de classe, à tout prix, au nom de l'euro. D'une part, il y avait l'indignation aveugle et d'autre part, il y avait l'illusion que le gouvernement des forces soi-disant anti-mémorandum peuvent apporter un soulagement et une solution aux problèmes pressants. La plus grande partie des ouvriers mécontents et en colère et des chômeurs se sont soumis à l'impatience et la pression de l'illusion d'un résultat positif immédiat, d’une solution immédiate sans avoir acquis l'expérience directe requise par leur participation à l'organisation et la conduite des luttes. Ils se sont soumis à la propagande généralisée qu'il ne peut y avoir aucun changement radical ou que le changement ne puisse se produire que dans la "seconde venue", un slogan bien-aimé de SYRIZA qui est dangereux pour le peuple. Le KKE évalue les résultats des élections et les tendances, ayant comme critère les conditions objectives, il ne détermine pas sa position sur la base de la force électorale ou le rétrécissement électoral des autres partis politiques.

Le KKE avait une légère augmentation dans ces élections. Néanmoins, l'évaluation finale de la qualité de l'intervention et de l'activité du parti en relation avec le résultat des élections sera achevée après la collecte des opinions et des données par les régions et bien sûr avec les opinions collectives des organisations du parti.

Avec les chiffres d'aujourd'hui et les changements dans l'agencement des forces politiques qui ont été notés, quelles que soient les évaluations finales qui seront formées à travers la procédure collective du parti, le CC évalue qu'une fois de plus, la position du parti que le progrès et l’accentuation de la lutte de classe détermine l'influence politique du KKE et sa performance électorale a été confirmée. L'évaluation du KKE qu’il avait déclaré ouvertement au début de la crise a également été confirmée: que dans les conditions de la crise économique capitaliste, qui augmente le dénuement du peuple relatif et absolu, deux éléments coexistent: que le mouvement peut avancer et aussi qu'il peut se retirer temporairement ; que les sections les plus démunies de la classe ouvrière, les chômeurs et les semi chômeurs, les sections des couches petites-bourgeoises qui ont soudainement perdu leur revenu, sont soumis à l'influence et aux tendances qui se développent au sein de couches petites-bourgeoises mécontentes qui peuvent encore durer du point de vue financier, mais qui ne veulent pas tout perdre, et qui sont encore hostiles à un changement radical parce qu'ils croient en leur survie continue. Le KKE estime que le deuxième élément, celui de la retraite, n'a pas encore été déterminé. Il y a des possibilités, dans la prochaine période, que la lutte des classes va aiguiser et que le mouvement va acquérir une nouvelle force pour qu'il y ait l'espoir et une perspective positive.

Le CC salue les milliers de travailleurs, hommes et femmes, et les chômeurs qui ont apprécié la combativité, la cohérence et la vérité claire des paroles du KKE, le militantisme et le désintéressement des communistes, et qui l’ont soutenu aux urnes, quel que soit leur degré d'accord avec sa proposition politique générale. Une grande partie des travailleurs, ainsi qu'une partie des électeurs du Parti, sous la pression de l'exacerbation des problèmes populaires, les slogans trompeurs concernant la renégociation du mémorandum et le soulagement immédiat pour les travailleurs, n’a pas pu comprendre et tenir compte de la différence entre un gouvernement et un pouvoir réel. Le CC, résumant les évaluations et les conclusions des organisations du parti, se permettra de mieux examiner les faiblesses qui doivent être surmontés avant tout dans notre activité dans la classe ouvrière et ses alliés et fera une évaluation plus spécialisée de la période électorale.

La proposition politique du KKE sur la lutte pour le pouvoir ouvrier populaire se trouvera au cœur, dans la prochaine période, parmi le peuple, comme la différence entre le gouvernement et le pouvoir populaire réel deviendra encore plus claire, ainsi que la proposition globale concernant les problèmes immédiats de survie du peuple et le pouvoir ouvrier populaire. De ce point de vue, l’activité politique électorale du KKE, en harmonie avec sa stratégie, comme il se doit, constitue un héritage important pour les années à venir.

Le KKE ne va soutenir aucun gouvernement, quelle que soit sa composition, qui se dégagera de la collaboration post-électorale des partis, quel que soit son titre. Ce gouvernement n’offrira rien de positif au peuple. Au contraire, il répondra aux besoins et aux intérêts du capital, aux choix de l'UE et du FMI. Pour le KKE, se mettre d'accord à sa participation à un gouvernement ne signifierait pas simplement être obligé d’effectuer une petite retraite, mais tourner son programme et sa ligne politique à l'envers et faire des compromis inacceptables concernant le présent et l'avenir des intérêts du peuple. LE PEUPLE N'A PAS BESOIN D'UN TEL KKE.

7. Le KKE et la KNE, se trouveront dès le premier instant et chaque jour au premier rang de la lutte. Le CC du KKE appelle le peuple travailleur qui souffre, les chômeurs et les retraités, les travailleurs indépendants dans la ville et la campagne, à se réunir à nouveau avec les communistes et les membres de la KNE, avec ceux qui travaillent aux côtés du KKE et avec les forces ouvrières populaires radicales dans la lutte pour soulager les problèmes aggravés, pour repousser les pires mesures qui sont sur le chemin. Les slogans pour la négociation et la renégociation ne peuvent supporter en rien les besoins aigus des travailleurs et des chômeurs. Ce qui est nécessaire est la préparation et des ajustements précis dans chaque tournant de la lutte. Avant tout, toute activité immédiate est nécessaire dans le degré où un gouvernement de coalition ne sort pas et de nouvelles élections sont appelées, ce qui portera à l'avant une fois de plus des dilemmes électoraux encore plus intenses et des illusions encore plus puissantes.

Athènes, le mai 2012

Le Comité central du KKE

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
7936 messages postés
   Posté le 10-05-2012 à 23:12:51   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

rien n exclut qu on se dirige vers une révolution prolétarienne en grèce,communistes contre capitalistes,une revanche sur la guerre civile grecque de la fin des années 40,quand les marxistes furent écrasés avec l appui angloaméricain.
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Europe et lutte des classes  Rejet des partis bourgeois en GrèceNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum