Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités françaises 

 réforme du chômage

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11930 messages postés
   Posté le 18-06-2019 à 23:05:19   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le gouvernement avait attendu que le mouvement des GJ commence à se tasser, avant de reprendre son programme d'oppression des masses.
La ministre de la Justice reprend le thème d'une loi contre les propos "haineux" afin de museler la haine de classe des opprimés.

Dans le même temps ce sont les chômeurs qui sont dans le viseur.
Le sirop pour faire passer la pilules c'est affirmer que seuls les chômeurs qui émargent à plus de 4500 € seront visés.
Lorsque la CFDT défendait l'introduction de la CSG parmi les salariés, elle disait de même que seuls les hauts salaires seraient concernés. C'était l'argument que refilaient les délégués cédétistes dans les années 90. On a vu le résultat.

L'article de l'Humanité :


CHÔMAGE. DES ÉCONOMIES ASTRONOMIQUES AU DÉTRIMENT DES PRIVÉS D’EMPLOI

Mercredi, 19 Juin, 2019
Cécile Rousseau

Le premier ministre, Édouard Philippe, et Muriel Pénicaud, ministre du Travail, ont présenté hier une réforme choc du régime d’assurance-chômage. Un coup de rabot d’une ampleur inédite de 3,4 milliards d’euros.

Hier, le premier ministre et la ministre du Travail ont dévoilé, quelques mois après l’échec de la négociation interprofessionnelle, leur réforme drastique de l’assurance-chômage. En sabrant les droits des privés d’emploi et en saupoudrant quelques mesures d’accompagnement, le gouvernement espère réaliser une économie astronomique de 3,4 milliards d’euros d’ici à la fin 2021.
Sous couvert de remettre les chômeurs au travail, l’exécutif table également sur une baisse de 150 000 à 250 000 du nombre de demandeurs d’emploi. Décidant seul des règles d’indemnisation – une première depuis 1982 –, le pouvoir macroniste a frappé un grand coup en brandissant comme argument les 35 milliards d’euros de dette de l’Unédic.
Du côté des syndicats, c’est l’exaspération qui domine. Pour Catherine Perret, membre du bureau confédéral de la CGT, c’est «un durcissement majeur. Aujourd’hui, un chômeur sur deux est indemnisé. Avec la réforme du gouvernement, c’est un sur trois» , invitant à «poursuivre les mobilisations» . Quant à Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, il a dénoncé «une réforme profondément injuste qui va toucher 100 % des demandeurs d’emploi» . Pour François Hommeril, président de la CFE-CGC, c’est même «un jour funeste;» . Les décrets d’application devraient tomber d’ici à la fin de l’été.

1 Un vaste recul du nombre d’indemnisés

«l faudra désormais travailler davantage pour ouvrir des droits» , affirme Muriel Pénicaud. Sous le prétexte que l’emploi repart timidement, le gouvernement propose d’opérer une régression sur les droits en revenant avant la convention d’assurance-chômage de 2009.
Dès le 1er novembre, il faudra avoir travaillé six mois sur les 24 derniers mois, contre quatre mois sur 28 aujourd’hui, pour accéder à l’assurance-chômage. Les conditions de «rechargement» des droits seront également durcies : il faudra avoir travaillé six mois au lieu d’un pendant sa période de chômage pour voir son indemnisation prolongée.
«Maintenant que la conjoncture est meilleure, il faudra que la France s’adapte » , a martelé Édouard Philippe, ajoutant que «nous avons un des régimes les plus favorables de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques)» .
Alors que moins d’un chômeur sur deux est actuellement indemnisé, ces nouvelles conditions pourraient laisser au pied de la porte de l’assurance-chômage 300 000 personnes, selon la CGT. Cette mesure constitue un tournant, tant elle va exclure massivement et générer d’énormes économies, avec 2,85 milliards d’euros à la clé.

2 Un bouleversement des règles de calcul des allocations


Le premier ministre et la ministre du Travail l’ont répété plusieurs fois lors de leur présentation : «;Il ne sera plus possible de gagner plus au chômage qu’en travaillant !»
Depuis des mois, l’exécutif laboure le terrain, affirmant que 20 % des demandeurs d’emploi sont concernés par les supposées dérives du cumul emploi et allocations. Qu’importe si l’Unédic estime, elle, que seuls 4 % des indemnisés touchent une allocation supérieure à leur salaire précédent, le gouvernement a décidé de chambouler complètement le calcul des indemnités. Celle-ci ne seront plus basées sur le salaire journalier de référence (SJR), donc les jours travaillés, mais sur le salaire mensuel moyen.
«Le capital ne diminue pas, il sera réparti différemment» , précise la ministre du Travail. Dans les faits, on peut en douter. La mesure permettra de réaliser 590 millions d’euros d’économies sur trois ans et réduira les droits des plus précaires. Mais cette incitation à reprendre au plus vite un emploi pour les chômeurs se heurte à la réalité. Sur 6,3 millions d’inscrits à Pôle emploi, seules 687 833 offres étaient disponibles sur le site Internet hier, dont une majorité ne sont pas des CDI.
Dans une récente étude de l’Unédic, 68 % des personnes en CDD ou en intérim déclaraient d’ailleurs préférer un contrat à durée indeterminée.

3 Un coup porté à l’indemnisation des cadres

Après la levée de boucliers de la CGT et de la CFE-CGC contre le ciblage de l’indemnisation des cadres, le gouvernement a choisi d’enfoncer le clou en instaurant une dégressivité simple avec un seul palier à 6 mois pour les chômeurs qui touchaient plus de 4 500 euros brut par mois.
Les privés d’emploi verront leur indemnité amputée de 30 % au septième mois, sauf pour les plus de 57 ans. Soit un gain de 210 millions d’euros pour l’Unédic d’ici à la fin de 2021.
Une manière de montrer que les privés d’emploi mieux indemnisés sont aussi concernés par les économies. Mais également de pousser à la recherche d’un travail. Ces derniers étant soupçonnés de se complaire dans l’inactivité par une récente note interne de Pôle emploi, indiquant que les allocataires percevant le plus resteraient plus longtemps au chômage. «Nous avons une indemnisation supérieure à la moyenne européenne» , a tenté de justifier Édouard Philippe.
En plus de constituer une rupture d’égalité entre les différentes catégories de demandeurs d’emploi en visant les cadres et professions supérieures, le premier ministre omet de préciser que ceux-ci contribuent plus au régime de l’assurance-chômage qu’ils n’en bénéficient. Sans compter que l’utilisation de la dégressivité n’a jamais prouvé son efficacité dans le retour à l’emploi lors de sa mise en place en 2001.

4 La «mesurette» du bonus-malus

Dans cet océan d’économies concrétisées aux dépens des demandeurs d’emploi, le gouvernement a essayé de montrer qu’il mettait aussi les entreprises à contribution. Alors que 70 % des embauches sont des contrats de moins d’un mois et que 85 % sont des reprises chez le même employeur, le dispositif de bonus-malus, promesse de campagne d’Emmanuel Macron, censé réduire le recours abusif à ce type de contrat, a tout de la «mesurette», comme la qualifiée la CGT.
À la sortie de la rencontre, Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medef, a beau se lamenter de «ce volet punitif pour les entreprises» , ce système de modulation des cotisations en fonction du niveau de recours de contrats précaires par l’employeur devrait avoir un faible impact sur les chiffres du chômage.
En effet, le gouvernement a choisi de cibler sept secteurs dès le 1er janvier 2020, dont l’hôtellerie-restauration, l’agroalimentaire. Mais le BTP et la santé, grands pourvoyeurs de CDD, ne sont pas concernés par le bonus-malus.
Les cotisations varieront entre 3 et 5 % de la masse salariale en fonction de la pratique de l’entreprise. Celles qui respectent la loi se verront ainsi récompensées avec une minoration de leur cotisation patronale (4,05 %) ; quant aux mauvais élèves, ils seront pénalisés par un renchérissement.

Quant aux CDD d’usage (CDDU), majoritairement utilisés dans le secteur du spectacle, chaque contrat se verra soumis à une taxe forfaitaire de… 10 euros, sauf dans ce même secteur économique. Ce qui risque, là encore, d’avoir un effet nul sur les comptes de l’assurance-chômage et sur la lutte contre la précarité.

Cécile Rousseau


Edité le 18-06-2019 à 23:10:15 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11930 messages postés
   Posté le 23-06-2019 à 12:08:10   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Assurance chômage : les travailleurs précaires pris pour cible


21/06/2019
sur le site de la CGT

Alors que le gouvernement a présenté, la réforme de l'assurance chômage ce mardi 18 juin, la CGT appelle à manifester le 26 juin prochain.
Le gouvernement annonce donc des mesures très dures à l'encontre des travailleurs déjà très précaires qui vont perdre toute indemnité, d’autres vont voir leurs droits baisser. Les grands perdants sont donc les travailleurs précaires, catégorie en constante augmentation. L'accès à l'indemnisation devient plus difficile pour les précaires et les plus pauvres, mais aussi pour les cadres.

vidéo

Ces mesures doivent être adoptées d'ici la fin de l'été par le parlement et mises en place selon le calendrier suivant :

Au 1er novembre 2019
Au 1er janvier 2020
Au 1er avril 2029

Le gouvernement n’a retenu aucune mesure proposée par les syndicats en particulier de la CGT, qui a proposé d’augmenter le nombre d’indemnisés en abaissant le seuil ou de mettre à contribution les gros employeurs qui abusent des contrats précaires et les imposent à leurs sous-traitants.

La CGT appelle à développer les mobilisations unitaires et dans toutes les professions partout en France, le 26 juin, à l’occasion du prochain conseil d’administration de l’Unédic qui doit discuter de la revalorisation des allocations. Empêchons une réforme inique tournée contre les précaires, contre les femmes, contre les seniors et imposons nos propositions pour le droit à l’indemnisation pour toutes et tous !

Pour aller plus loin, lire l'article de la NVO

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités françaises  réforme du chômageNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum