Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité en Chine 

 puissante grève contre un fabricant de chaussures

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10469 messages postés
   Posté le 17-04-2014 à 13:35:29   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

40 000 en grève !



China Labor Watch signale une grève de 40 000 ouvriers chez « Yue Yuen ».
Cette entreprise se définit elle-même comme le « plus grand producteur de chaussures » du monde avec 300 millions d'unités à l'année, fournisseur privilégié d'Adidas, Nike, Reebok, Asics, Converse ou Timberland.
Le principal site se trouve en Chine, mais l'entreprise a également d'autres lieux de production, Indonésie, Vietnam et même Mexique.
Ce mercredi 16 avril, on attaque le troisième jour de grève dans les usines du groupe taiwanais « Yue Yuen » à Dongguan, dans la province de Guangdong, dans le sud-ouest de la Chine, aux portes de Hong-Kong.

Ce sont d'abord 10 000 salariés le lundi, puis plus de 40 000 ouvriers répartis sur les six sites du groupe qui ont arrêté le travail, dans ce qui constitue peut-être la plus grande grève de ces dernières années sur le territoire chinois.

Les ouvriers de « Yue Yuen » avaient déjà lancé une journée de grève le 5 avril dernier. Ils exigent le paiement d'arriérés de cotisations sociales patronales et donc de prestations sociales, ainsi que les subventions-logement auxquels ils ont droit selon la loi chinoise.


________________


Déclaration sur la grande grève à l'usine de chaussures Yue Yuen

14 avril 2014 - [traduction automatique Google]

NEW YORK - Des dizaines de milliers de travailleurs à l'usine de chaussures Yue Yuen taïwanaises à Dongguan, l'une des plus grandes installations de fabrication de chaussures dans le monde, ont fait grève pour protester contre les paiements d'assurance sociale et des fonds de logement non rémunérés et les contrats de travail abusifs. Yue Yuan fait des chaussures pour la plupart des plus grands détaillants de chaussures internationales, et cette grève est probablement l'une des plus grandes grèves de travailleurs chinois dans l'histoire récente.

Les travailleurs de Yue Yuen sont d'abord allés en grève le 5 Avril, mais l'usine n'a pas répondu pleinement aux revendications des travailleurs. En conséquence, les travailleurs se mettent en grève encore aujourd'hui (14 Avril).

Les assurance sociales non réglées et contestées sont des problèmes auxquels la plupart des travailleurs du secteur manufacturier en Chine fait face. Parmi les plus de 400 enquêtes d'usine que la Chine Labor Watch (CLW) a menées au cours de la dernière décennie, pas une usine n'a payé pour ses travailleurs l'ensemble des éléments de la sécurité sociale prévues par la loi chinoise.

Les raisons de non conformités avec les lois d'assurance sociale sont multiples.

Premièrement, les travailleurs ne sont pas toujours prêts à payer une assurance. Lorsque les politiques d'assurance sociale de la Chine ont été développées, les montants d'assurance accumulées ne pouvaient pas être transférées entre les régions. Par exemple, un travailleur employé dans la fabrication de la ceinture de Guangdong ne pouvait pas prendre son assurance de retour au Sichuan avec elle. Étant donné que les travailleurs sont tenus de cotiser avec leurs employeurs, de nombreux travailleurs ne sont pas prêts à payer une assurance sociale si cela signifiait qu'ils ne pouvaient pas transférer les paiements d'assurance plus tard. Finalement, le gouvernement a révisé les politiques d'assurance sociale, permettant aux travailleurs de transférer les cotisations sociales accumulées à d'autres régions. Cela a conduit à la volonté de nombreux travailleurs de souscrire une assurance.

Deuxièmement, les gouvernements locaux permettent parfois aux entreprises de ne pas respecter entièrement les règles de l'assurance sociale. Par exemple, un gouvernement local peut seulement exiger que l'assurance d'achat de la société pour une certaine proportion de ses employés ou de souscrire une assurance à un taux inférieur à la normale. De cette façon, les lois d'assurance sociale ne sont pas appliquées de manière efficace ou uniforme.

Troisièmement, les entreprises n'ont pas bien éduqué les employés sur les politiques d'assurance sociale. Cela a conduit à un grand nombre de malentendus par les employés quant à leurs droits et obligations dans les égards à l'assurance sociale.

La grève à Yue Yuen représente un moment important dans lequel les travailleurs de l'usine ont réalisé leurs droits et intérêts et ont agi collectivement pour exiger que ceux-ci soient réalisés par la société.
CLW appelle la société et le gouvernement de mener des négociations avec les travailleurs de Yue Yuen. Les demandes soulevées par les travailleurs Yue Yuan reflètent les problèmes rencontrés par la plupart des travailleurs de l'industrie manufacturière de la Chine, et la résolution de ce différend deviendra un précédent important.



*** MISE À JOUR Avril 15, 2014 ***

Dans l'enquête de suivi dans la grève, les travailleurs ont fourni à CLW une vidéo de grévistes en marche vers le gouvernement de la ville de Dongguan pour demander de l'aide. Mais en route vers le bâtiment du gouvernement, les manifestants pacifiques ont été soudainement chassés et physiquement dispersés par la police anti-émeute, comme le montre les images:
vidéo


Les travailleurs ont dit à CLW qu'ils ont un certain nombre d'exigences:

(1) Yue Yuen doit être transparent sur tous les tarifs d'assurance sociale;
(2) Yue Yuen doit fournir toutes les assurances sociales et les arriérés de ces prestations conformément à la loi;
(3) si Yue Yuen ne fournit pas d'assurance sociale des arriérés, les travailleurs devraient être en mesure de mettre fin à leurs contrats de travail et recevoir une compensation monétaire;
(4) des travailleurs n'ont jamais reçu un hébergement gratuit et des repas en dépit de leurs contrats stipulant cela, et Yue Yuen devrait remédier à cette anomalie.

Les travailleurs veulent négocier ces demandes avec la direction Yue Yuen, mais la direction n'a pas réussi à apparaître même sur la scène pour parler aux travailleurs, et encore moins de négocier. Les travailleurs sont susceptibles de poursuivre la grève.

_______________


Selon le China Labour Bulletin, la Chine aurait connu 1 171 grèves entre juin 2011 et décembre 2013.

Sur les trois premiers mois de 2014, on compte déjà 202 mouvements de grève, 31 % de plus que l'an passé, dont 119 pour le seul mois de mars.

Des grèves concentrées pour 40 % dans l'industrie, et à plus de 60 % dans la province de Guangdong (Canton), où se trouve notamment la Zone économique spéciale (ZES) de Shenzhen. Les secteurs des transports, de la santé et de l'éducation ont également été touchés.

Parmi les entreprises concernées durant ces derniers mois par ces mobilisations, on retrouve quelques-unes des principales multi-nationales : Samsung, IBM, Wal-Mart, Nokia.

Dans ces mouvements de grève qui ont impliqué à chaque fois plusieurs milliers de travailleurs, on trouve les mêmes revendications : hausse des salaires mais aussi bataille pour les droits à la Sécurité sociale, le paiement des arriérés, pour garder les emplois, pour faire respecter leurs droits.

Toujours, selon le China Labour Bulletin, un tiers des grèves dans le secteur industriel ont trait au paiement d'arriérés de salaire, un quart au maintien d'emplois et à l'obtention d'indemnités en cas de plan social – ce qui révèle l'ampleur du phénomène de fermeture/relocalisation d'usines en Chine – et moins d'un dixième portent spécifiquement sur des hausses de salaire.

Des mouvements de grève avaient déjà frappé le secteur du textile, de la production de chaussures avec le mouvement dans l'usine de Ciyu, dans la ville de Shenzhen.

Ciyu fournit les marques américaines New Balance et Crocs. Lors d'un changement de donneur d'ordres, le salaire des ouvriers avait été brusquement divisé par deux en mars – passant de 600 à 300 $ – provoquant une grève de trois jours pour réclamer le maintien des salaires.

Les ouvriers sont soumis à des procédures d'intimidation, de division entre les salariés comme chez Wal-Mart qui a prévu de supprimer 20 de ses grands magasins en Chine, dont celui de Changde (province de Hunan, au sud-est du pays) occupé depuis un mois par une centaine de salariés.

A l'annonce du plan de licenciement le 4 mars, la direction laisse deux semaines aux salariés pour accepter le plan avec proposition de « mutation interne » sachant qu'il n'y a aucun Wal-Mart à moins de 150 km. Une proposition bien entendue refusée par les salariés.

Dès lors, la direction tente de déloger par la force les occupants, propose à certains de les acheter en leur proposant des primes de licenciement, mais les travailleurs tiennent bon unis derrière une structure syndicale forte.

La lutte a payé, elle a déjà fait reculer les multi-nationales. Ce fut le cas chez Samsung, réputée pour ses pratiques anti-syndicales.

Une grève a commencé le 27 mars, touchant d'abord les chaînes d'assemblage où les ouvriers sont soumis à des cadences inhumaines (4 secondes pour assembler un portable, 10 h par jour, 6 jours sur 7), elle s'est étendue à tous les départements après l'annonce de la décision de l'entreprise sud-coréenne de déduire les cotisations sociales patronales du salaire des travailleurs.

Finalement, face à l'ampleur d'un mouvement qui a uni les 5 000 salariés du site de Dongguan, toujours dans la province de Guangdong, la direction a reculé, acceptant de doubler les primes, de majorer le taux salarial des heures supplémentaires. Une victoire symbolique forte.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10469 messages postés
   Posté le 20-04-2014 à 18:52:09   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le communiqué de Xinhua :

La grève continue à l'usine de chaussures de Yue Yuen à Dongguan


Xinhua 18/04/2014



Les travailleurs en grève de Yue Yuen sur les prestations d'assurance sociale et des primes de logement, avril 14 . (Photo / CNS)

Une grève massive sur un différend d'avantages sociaux est entrée dans sa cinquième journée vendredi 18, dans une usine de chaussures de la province méridionale du Guangdong.
Des milliers de travailleurs de Yue Yuen Industrial (Holdings), un fabricant de chaussures basé à Dongguan pour de grandes marques comme Nike, Adidas et Timberland, ont commencé l'assaut de l'usine principale et marché le long d'une artère à proximité vers 08h50.
Des policiers se sont précipités au devant de la manifestation, les exhortant à se disperser et retourner à l'usine. Des dizaines de travailleurs ont ensuite été emmenés par la police, mais il n’y a pas eu d’affrontement ni de blessés.
La police a bloqué certaines sections de la route, et la plupart des travailleurs sont rentrés dans les locaux de l'usine, où les effectifs s’élèvent à environ 45 000.
La production à l'usine reste interrompue.

Les protestations ont commencé le 5 Avril, quand quelques centaines de travailleurs de l'usine ont envahi les rues exigeant que leur assurance sociale et des fonds de logement soient entièrement libérés.
Après l'échec des négociations avec la direction, davantage de travailleurs ont rejoint ce qui est devenu une grève massive depuis lundi.


Edité le 20-04-2014 à 18:53:07 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10469 messages postés
   Posté le 20-04-2014 à 19:05:56   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le site taïwanais Want China Times donne également quelques infos en défendant le point de vue de classe patronal :


Yue Yuen relève les cotisations sociales pour les travailleurs en grève à Gaobu


Yeh Wen-yi, Peng Wei-lin et le personnel Reporter 19/04/2014 11:10 (GMT +8)

Les grévistes de l'usine Gaobu tiennent une bannière qui dit : "Rends-moi ma sécurité sociale [mes cotisations], rends-moi mon allocation de logement» 14, Avril. (Photo Internet)

Les travailleurs d'une usine de fabrication de chaussures exploitée par Yue Yuen Industrial Holdings, le plus grand fabricant de chaussures de sport dans le monde, dans le canton Gaobu de Dongguan, province du Guangdong, ont entamé une grève le 14 Avril, exigeant une augmentation des cotisations de sécurité sociale versées pour eux par les employeurs ainsi que des aides au logement.

Yue Yuen est une filiale du groupe taïwanais Pou Chen Corporation, l'un des plus grands fabricants de chaussures dans le monde. Il est un fabricant d'équipement d'origine et le fabricant original de conception pour de grandes marques internationales, telles que Nike, Crocs, Adidas et Puma.

Le 17 Avril, Pao Chen a déclaré qu'il va augmenter les cotisations sociales pour les travailleurs de l'usine de Gaobu à partir du 1er mai et a exprimé l'espoir que les employés reconnaissent les efforts déployés par l'entreprise pour retenir leurs services.

La société est confrontée à plusieurs défis, cependant, y compris de plus en plus la concurrence locale et la flambée des coûts de main-d'œuvre sur le continent. Pao Chen a dit qu'il a investi dans d'autres pays, y compris le Vietnam et l'Indonésie, pour réduire les risques posés par l'exécution des opérations de fabrication en Chine, et la société a cessé d'étendre ses lignes de production sur le continent.

Selon Pao Chen, son usine emploie actuellement 40.000 travailleurs de Gaobu . Le nombre de travailleurs qui ont rejoint la grève est passé de plus de 600 lundi à plus de 1000 le jeudi, dit-il.

La promesse de hausser les cotisations sociales pour les travailleurs pourraient affecter la performance financière de l'entreprise, dit Pao Chen, ajoutant qu'il continue d'évaluer quelle sera l'ampleur de l'impact.

La grève a également suscité des craintes que les marques de chaussures de sport de renom, comme Adidas, Nike et Puma pourraient voir une réduction de l'offre de 20%, forçant les prix des chaussures de marque à grimper.

Pao Chen a dit que la grève n'affectera pas ses ordres et que le site de Gaobu était une petite partie de sa capacité de production sur le continent, et que le groupe comprend également des lignes de production au Vietnam et en Indonésie.

Beaucoup d'entreprises taiwanaises implantées en Chine sont devenues les cibles des grèves de masse, ce qui a rendu évident que les coûts de main-d'œuvre de montage font pression sur les entreprises dans les secteurs manufacturiers traditionnels, les poussant à délocaliser leurs lignes de productions à des endroits où les coûts sont moins élevés.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10469 messages postés
   Posté le 25-04-2014 à 22:13:15   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Ci-dessous l'article de China Labor Watch (traduction automatique légèrement améliorée)


Dongguan : libérations syndicales - réponse aux revendications des travailleurs Yue Yuen


24 avril 2014



New York - Dans un document officiel publié par l'Union Ville Dongguan et obtenu par China Labor Watch (CLW), le syndicat a formulé ses réponses aux revendications des travailleurs de l'usine de chaussures Yue Yuen, dont la plupart sont en grève depuis le 14 Avril. Selon ce document, le syndicat soutient l'élection des représentants des travailleurs et la négociation entre les travailleurs et la direction Yue Yuen.

Le soutien public de l'union des travailleurs est une première étape importante dans la protection des droits des travailleurs Yue Yuen, et CLW espère que le syndicat peut mener à bien les élections des représentants dès que possible. CLW appelle Yue Yuen à participer à la négociation collective avec ses travailleurs.

Le document officiel contient également les réponses aux revendications des travailleurs du Bureau de la sécurité sociale, le Bureau des ressources humaines, le Fonds du logement Management Center, et la direction de Yue Yuen usine. Dans sa déclaration, le Bureau des assurances sociales a expliqué que l'usine doit fournir une assurance sociale non rémunéré passé aux travailleurs.

Cette réponse officielle, exigeant que les usines fournissent des arriérés aux travailleurs à l'assurance sociale passé, crée un précédent important. L'assurance sociale non rémunéré est une question omniprésente dans la plupart des usines chinoises, y compris les fournisseurs de grandes entreprises internationales de marque.

Directeur exécutif Li Qiang de CLW a dit: «Bien qu'il ne répondait pas aux attentes des travailleurs Yue Yuen, ce document officiel explique que selon la loi, une usine doit rembourser l'assurance sociale tant que les travailleurs exigent. Cette règle est applicable à toutes les entreprises qui n'ont pas entièrement libérées assurance sociale des travailleurs. "

Malgré les réponses positives à la fois le syndicat et les représentants du gouvernement, il reste à voir si ces mesures sont pleinement mises en œuvre.

Sur la dernière page du document, la gestion Yue Yuen a exprimé que si les travailleurs ne sont pas retournés au travail, l'entreprise se réserve le droit de licencier les travailleurs de l'absence de trois jours de travail, forçant ainsi les travailleurs à reprendre le travail.

Malgré la réponse de l'union Dongguan aux employés de Yue Yuen, les travailleurs ont continué la grève le jeudi.

Tous les travailleurs du Vieux Facilités Numéro Trois de Yue Yuen sont en grève. Avec près de 15 000 travailleurs, cette installation fabrique essentiellement des produits pour Nike. La plupart des travailleurs ont badgé leur carte de pointage, puis ont quitté l'usine en signe de protestation.

Dans d'autres établissements, certains travailleurs sont retournés au travail tandis que d'autres continuent de mener un arrêt de travail sur leurs lignes de production. Parce que certains établissements ont verrouillé les portes et obligé les travailleurs à quitter après l'heure, il est difficile pour les travailleurs d'estimer avec précision combien de personnes se trouvant dans les installations de production ont encore participé à l'arrêt de travail.

Un travailleur sur la ligne de production Asics a dit: «La grève a continué. l'encadrement oblige les travailleurs à retourner au travail, en disant qu'à partir du 24 si les travailleurs pointent et s'en vont, ils seront punis selon les règles de l'absentéisme. Un travailleur ne peut effectuer un arrêt de travail assis à son poste dans les installations pour protester et exiger une réponse raisonnable de la direction aux revendications des travailleurs " .

Les travailleurs fabriquant des produits Adidas disent que certaines commandes Adidas avaient été transférés à la province du Fujian tandis que d'autres ont été envoyés à Qingyuan dans la province de Guangdong. Adidas a déclaré qu'il a en fait transféré une partie de ses ordres, mais n'a pas précisé la nouvelle localisation de la production.

Les travailleurs disent CLW que l'usine Yue Yuen a actuellement des commandes pour les entreprises de marque qui comprennent Salomen, Nike, Asics, voitures, Adidas, et plus encore.

CLW rapporté récemment sur la détention de deux militants syndicaux, Zhang Lin et Zhiru Dong, qui avaient aidé les travailleurs Yue Yuen pendant la grève. Le 23 Avril, Zhang Zhiru a appelé sa femme, expliquant qu'il revenait à la maison dans quelques jours.


Edité le 25-04-2014 à 22:26:08 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10469 messages postés
   Posté le 26-04-2014 à 23:12:04   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Victoire des ouvriers de Yue Yuen


La classe ouvrière de Chine remporte des victoires dans la lutte de classe.
Evidemment ces succès feront tache d'huile et pas seulement en Chine. Si l'usine du monde éternue ...
On peut observer aussi sur cet exemple que le gouvernement chinois n'a pas exercé une "dictature social-fasciste" envers les grévistes.




_____________




Un article mis en ligne par RFI :

Chine: fin de la grève dans une usine géante de chaussures


Publié le 26-04-2014 par RFI


Les dizaines de milliers de travailleurs en grève ont repris le travail ce samedi matin dans le sud de la Chine.REUTERS/Stringer/Files

Après douze jours de grève, la plupart des salariés d’une usine géante de chaussures de sport ont repris le travail ce samedi dans la province du Guangdong. Leur employeur, le groupe taïwanais Yue Yuen, fournit les grandes marques comme Nike ou Adidas. Il a cédé aux revendications des grévistes qui l’accusent de ne pas verser dans leur intégralité les cotisations sociales.

Avec notre correspondante à Shanghai, Delphine Sureau

Pendant douze longs jours, rien ou presque n’est sorti de l’usine Yue Yuen de Dongguan qui compte 40 000 salariés. Le gouvernement chinois a finalement dit « stop ». Il a ordonné hier, vendredi, à l’entreprise de céder. Le Taïwanais s’est engagé à rattraper les contributions sociales impayées à compter du mois prochain.

Depuis des années, le premier fabricant mondial de chaussures de sport ne versait pas la totalité des cotisations retraite. Il n’alimentait pas non plus le fonds de prévoyance logement. Or les ouvriers chinois sont mieux informés qu’avant sur leurs droits, grâce à l’action d’associations sur le terrain. Et depuis les grèves de 2010, qui ont débouché sur des augmentations de salaire, ils savent qu’arrêter le travail peut changer les choses.

Avec ce mouvement de contestation, Yue Yuen annonce avoir perdu près de 20 millions d’euros. Adidas a transféré une partie de ses commandes chez un concurrent. Et c’est justement ce que redoutent les autorités : la multiplication des grèves et le départ de Chine des grandes enseignes mondiales.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10469 messages postés
   Posté le 29-04-2014 à 22:47:09   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un article de Courrier International signale la recrudescence des grèves en Chine et une évolution significative des salaires.

Les gouvernements locaux peuvent être tentés d'empêcher les luttes de classe afin de préserver l'attrait de leur régions pour les investisseurs.
Or la crise économique avait provoqué en Chine un effondrement des débouchés économiques, et imposé une réorientation économique.

La hausse des salaires, c'est-à-dire la hausse du pouvoir d'achat du peuple s'inscrit dans l'objectif du PCC d'infléchir le modèle économique en donnant la priorité à la consommation intérieure.


_____________________


La feuille de paie pour une Chine en paix


COURRIER INTERNATIONAL | ERIC CHOL
29 AVRIL 2014



Plus de 30 000 ouvriers chinois en grève pendant presque deux semaines dans une usine de chaussures de sport pour protester contre le non-paiement de prestations sociales. Du jamais-vu dans la Chine communiste, habituée à fournir des petites mains abondantes et bon marché pour faire tourner l’usine du monde. Mais la main-d’œuvre se raréfie, et surtout elle réclame son dû. Au cours du premier trimestre, le nombre de conflits sociaux a bondi de 31 % par rapport à l’an dernier.

Loin d’envoyer l’armée, le pouvoir tente l’apaisement grâce à la feuille de paie. A Shanghai, le smic horaire a reçu un coup de pouce de 21 %.
“Ne vous laissez jamais étourdir par la fanfare du tant-pour-cent dans les taux de salaire. Demandez toujours quel était le salaire avant la hausse” , prévenait Karl Marx* en 1865.

Les augmentations n’ont pourtant rien de cosmétique.
En l’espace de cinq ans, le smic chinois a doublé. Il atteint l’équivalent de 210 euros par mois à Shanghai : plus qu’en Roumanie ou en Bulgarie (158 euros). L’ouvrier chinois, qui était payé le tiers de son collègue mexicain au début des années 2000, gagne désormais 50 % de plus que lui**.
Cette inflation salariale est une bonne nouvelle pour tous. Pour les travailleurs, dont le porte-monnaie se remplit (un peu). Pour l’Occident, moins sous la pression de la concurrence chinoise. Et pour l’économie locale, contrainte d’innover si elle veut rester compétitive. La voilà, la nouveauté : le changement du modèle chinois passe aujourd’hui par la feuille de paie.

* Dansbr Salaires, prix, profits.
** China’s Economic Rise, CRS Report, fév. 2014.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité en Chine  puissante grève contre un fabricant de chaussuresNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum