Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  écologie et capitalisme 

 A propos de la canicule

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17442 messages postés
   Posté le 21-07-2022 à 22:37:28   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L’«apocalypse de la chaleur» en Europe met en évidence la crise climatique du capitalisme

21 JUILLET 2022

https://histoireetsociete.com/2022/07/21/lapocalypse-de-la-chaleur-en-europe-met-en-evidence-la-crise-climatique-du-capitalisme/

La fumée qui sort du brasier actuel de la Gironde est perceptible dans au-delà deux départements. La manière dont on découvre comment après l’hôpital, les centrales nucléaires, les transports ferroviaires, les moyens mêmes de lutter contre des incendies de plus en plus fréquents ont été sacrifiés. Les pompiers comme les soignants ont subi une répression de la part de Macron et des siens. Oui le capitalisme nous conduit vers l’apocalypse de la guerre, de la misère et de la destruction de la vie humaine. Et comme l’a justement souligné Fabien Roussel le Rassemblement national qui refuse d’augmenter les salaires et fait ses offres de service au capital, tombe les masques et nous dit qu’il n’y a rien ni ici; ni ailleurs à attendre de ceux qui divisent les travailleurs et appliquent les souhaits du capital, pratiquent l’union sacrée autour des profits;. (note de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)


Thomas Scripps
La deuxième vague de chaleur de l’été en Europe établit des records de température sur tout le continent. Une grande partie de l’Europe du Sud et de l’Ouest atteindra des sommets de 40 à 47 °C. Des milliers de personnes meurent, de vastes étendues de terre brûlent et des récoltes sont détruites par ce phénomène que le changement climatique rend de plus en plus courant et grave.

Les incendies de forêt font rage au Portugal, en Espagne, en France, en Croatie, en Grèce et en Turquie. Un météorologue a décrit le sud-ouest de la France comme une «apocalypse de chaleur» et le gouvernement français a déjà été contraint d’évacuer 25.000 personnes, la Turquie, plus de 3.500 et le Portugal, plus de 800. Dans le sud de l’Espagne, quelque 3.200 personnes ont été contraintes de fuir ce que le journal espagnol ABC a appelé «une avalanche de feu».

Outre les destructions causées par le feu, la canicule produit déjà une vague de décès dus à la chaleur, généralement par crise cardiaque ou accident vasculaire cérébral. Le Portugal en a signalé plus de 650 jusqu’à présent, une personne étant tuée en moyenne toutes les 40 minutes entre le 7 et le 13 juillet. L’Espagne en a signalé plus de 510. Ces chiffres vont grimper en flèche. Pendant la vague de chaleur européenne de 2003, lorsque les températures ont atteint des niveaux élevés pendant une période prolongée, on estime que 72.000 personnes sont mortes sur le continent, selon les chiffres des Nations unies, dont environ 15.000 en France et 13.000 en Espagne.

Pour aggraver le danger, la grande majorité des ménages européens ne sont pas climatisés. Dans une enquête menée par le fabricant de climatiseurs Inaba Denko, 3 pour cent des foyers au Royaume-Uni et en Allemagne sont climatisés, 5 pour cent en France, 7 pour cent en Italie, 8 pour cent au Portugal et 30 pour cent en Espagne. Au Royaume-Uni, seulement 65 pour cent des bureaux et 30 pour cent des commerces sont équipés de climatisation.

La réponse du gouvernement britannique à cette vague de chaleur illustre l’irresponsabilité et l’indifférence insouciante aux pertes de vies humaines qui caractérisent tous les gouvernements d’Europe. Alors que le réchauffement climatique fait des milliers de victimes, menace l’approvisionnement alimentaire par des sécheresses dévastatrices et provoque de graves inondations, le vice-premier ministre Dominic Raab a cyniquement dit à la population britannique de «profiter de la chaleur» et d’être «résilient».

Le premier ministre britannique Boris Johnson est tristement célèbre dans le monde entier pour avoir déclaré à propos de la pandémie de COVID-19: «Que les corps s’empilent par milliers». Il n’a même pas pris la peine d’assister à une réunion d’urgence du cabinet lundi, après que la Grande-Bretagne a déclaré sa toute première «alerte rouge à la chaleur extrême». Le même jour, des services ferroviaires et des aéroports ont été fermés en raison des effets de la chaleur, et des chirurgies hospitalières ont annulé des procédures parce que les salles d’opération étaient trop chaudes pour fonctionner.

Dénonçant les travailleurs qui veulent s’abriter chez eux pour échapper à la COVID-19 et à la chaleur, la rédactrice en chef adjointe du Daily Telegraph, Camilla Tominey, s’est plainte samedi: «Les Britanniques paresseux trouvent une nouvelle raison de rester à la maison».

C’est un exemple particulièrement frappant de l’indifférence et de l’inaction officielles face au changement climatique qui ont produit la vague de chaleur et la sécheresse actuelles.

Après des décennies durant lesquelles les gouvernements capitalistes du monde entier n’ont pris aucune mesure significative contre le réchauffement climatique, l’humanité est confrontée à une catastrophe. En novembre dernier, le respecté Climate Action Tracker prévoyait une augmentation de 2,4 °C de la température mondiale d’ici la fin du siècle. Le calcul était basé sur les objectifs d’émissions à court terme des pays, bien au-delà de la limite déjà dangereuse de 1,5 °C fixée par l’accord de Paris de 2015.

Les chaleurs extrêmes en Europe vont rapidement devenir plus fréquentes. Un article publié ce mois-ci dans Nature Communications a révélé que le continent avait connu une «augmentation particulièrement forte des extrêmes de chaleur». Les vagues de chaleur européennes «devraient augmenter de manière disproportionnée par rapport à la température moyenne mondiale à l’avenir».

Pendant la saison des feux de forêt de l’année dernière, Levent Kurmaz, de l’université Bogazici d’Istanbul, a déclaré à The Independent: «Le climat sera désertique tout autour de la Méditerranée d’ici la fin du siècle.» D’ici là, note l’Independent, «le climat du sud de la Turquie, du sud de la Grèce, et du sud de l’Italie sera similaire à celui du Caire et de la ville de Bassora, dans le sud de l’Irak, aujourd’hui».

Aujourd’hui, alors même que les prix des denrées alimentaires augmentent fortement, les récoltes sont en grave danger. Près de la moitié de l’Europe est au niveau d’alerte à la sécheresse et près d’un dixième du continent est au niveau d’alerte. L’Observatoire européen de la sécheresse a lancé un avertissement: «Le stress hydrique et la chaleur font baisser les rendements des cultures, alors que les perspectives étaient déjà négatives pour les céréales et d’autres cultures. La France, la Roumanie, l’Espagne, le Portugal et l’Italie devront faire face à cette baisse de rendement. L’Allemagne, la Pologne, la Hongrie, la Slovénie et la Croatie sont également touchées».

Le nord de l’Italie subit sa pire sécheresse depuis 70 ans, les principaux fleuves comme le Pô et le Serchio s’asséchant presque complètement. Selon le plus grand syndicat agricole du pays, plus de 30 pour cent de sa production agricole est menacée.

Un autre article, publié dans Earth’s Futureen mars dernier, a révélé que la sécheresse européenne de 2018-2020 avait été la pire depuis 250 ans. On devrait s’attendre à des sécheresses de huit ans dans un scénario d’émissions moyen et de 25 ans dans le pire des cas.

La hausse du niveau des océans due au réchauffement climatique fait planer la menace d’immenses d’inondations et de dommages aux cultures et aux côtes. Sans d’énormes travaux sur les infrastructures pour se prémunir contre les inondations, le coût des dommages causés par les inondations serait massif. En 2014, l’Union européenne (UE) a estimé que ce coût pourrait atteindre, d’ici la fin du siècle, 4 pour cent du produit intérieur brut, soit plus de 500 milliards de dollars; en 2018, le consortium Carbon Brief a estimé ce coût à 961 milliards d’euros.

Le réchauffement climatique est une menace critique qui nécessite une mobilisation planifiée et coordonnée à l’échelle mondiale des ressources de l’humanité pour éviter la catastrophe. D’énormes ressources technologiques, scientifiques et industrielles doivent être consacrées à la réduction des émissions de carbone, au développement des infrastructures publiques, à la rénovation de milliards de foyers et à la transformation de l’industrie mondiale. C’est la seule façon de protéger les vies, les réserves alimentaires et les infrastructures vitales et de minimiser les dommages causés par le changement climatique.

Il s’est avéré impossible de concevoir une telle réponse dans le cadre du système capitaliste d’État-nation et sous les diktats de l’UE et du gouvernement Johnson, des pions de l’aristocratie financière et de La City de Londres.

Au lieu de cela, les gouvernements capitalistes du monde entier investissent des milliers de milliards de dollars dans le renforcement de leurs armées et dans la guerre entre eux. L’Europe a augmenté ses dépenses militaires collectives de près de 100 milliards de dollars au cours de la dernière décennie, dans la perspective du déclenchement d’une guerre ouverte entre les États-Unis, l’OTAN et la Russie cette année en Ukraine.

En coupant les importations de gaz naturel en provenance de Russie, les puissances de l’OTAN reviennent même à des sources d’énergie très polluantes. L’Allemagne, l’Autriche et les Pays-Bas ont tous redémarré des centrales au charbon. Sous l’autorité de la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, membre des Verts, l’envoyée de l’Allemagne pour le climat, Jennifer Morgan, a déclaré lors d’une récente conférence sur le climat à Berlin que «la guerre d’agression russe nous oblige à prendre des décisions à court terme qui ne nous plaisent pas».

Les travailleurs et les jeunes doivent tirer les leçons de l’inaction et de l’indifférence meurtrière des gouvernements capitalistes européens. La lutte contre le réchauffement climatique – comme la lutte contre la guerre, et contre la pandémie de COVID-19 qui a fait près de 1,9 million de morts en Europe – est une question politique et de classe. Les intérêts des travailleurs et des jeunes du monde entier sont diamétralement opposés à ceux de l’élite dirigeante. La lutte contre le changement climatique nécessite la mobilisation révolutionnaire de la classe ouvrière dans une lutte pour le socialisme et une économie planifiée sous le contrôle démocratique des travailleurs.

(Article paru en anglais le 19 juillet 2022)

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17442 messages postés
   Posté le 21-07-2022 à 22:40:49   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les pays occidentaux ont du mal à faire face à la vague de chaleur ; il est temps de prendre conscience de la nécessité d'une coopération climatique

Par les journalistes de la GT
Publié : 20 juil. 2022 09:29 PM

https://www.globaltimes.cn/page/202207/1271016.shtml

Alors qu'une "vague de chaleur sans précédent" s'abat sur l'Europe et les États-Unis, les leaders et avant-gardistes autoproclamés du changement climatique, en particulier les États-Unis, ont du mal à faire face à cette crise urgente. Alors que le président américain Joe Biden hésite à déclarer l'urgence climatique et que les pays européens sont contraints de reprendre l'utilisation du charbon, les scientifiques chinois estiment que ces faits devraient inciter les pays occidentaux à cesser de critiquer la Chine sur la question du charbon et leur faire prendre conscience que la vie des gens doit être la priorité.

Alors que les hauts responsables de l'environnement de la Chine, des États-Unis et de l'Europe se réunissent fréquemment ces derniers temps, les experts ont noté que le réchauffement de la planète pousse les grandes puissances à unir leurs efforts pour faire face à ce dilemme. Ils ont exhorté Washington à cesser de saboter la coopération avec la Chine en matière de climat, car c'est la paranoïa et la situation politique empoisonnée des États-Unis qui font obstacle à l'obtention de résultats fructueux avec la Chine et à l'obtention de résultats positifs en matière de climat dans le monde.

La vague de chaleur qui a frappé le Royaume-Uni et le continent européen a fait la une des journaux du monde entier ces derniers jours. Le Royaume-Uni a enregistré sa journée la plus chaude mardi, avec des températures atteignant 40,3 °C dans l'est de l'Angleterre, tandis que les pompiers de Londres s'attaquaient à plusieurs incendies dans la capitale, rapporte CNBC.

De l'autre côté de la Manche, les températures record enregistrées en Europe ont coûté la vie à au moins 1 500 personnes, les voies ferrées se déforment et les incendies font rage sur le continent, selon ABC Australia.

L'Organisation météorologique mondiale (OMM) a averti mardi que la vague de chaleur en Europe pourrait persister jusqu'au milieu de la semaine prochaine, alors que les effets négatifs du changement climatique sont appelés à se poursuivre au moins jusqu'aux années 2060.

Des alertes à la chaleur ont été déclenchées dans plus de 20 États mardi et mercredi dans les plaines du Sud et dans certaines parties du Nord-Est des États-Unis. Selon CNN, les températures dépasseront le seuil du siècle pour 60 millions de personnes au cours de la semaine prochaine.

En Chine, la chaleur torride qui a envahi le sud du pays pendant des semaines s'étend de plus en plus aux régions du nord du pays, a déclaré le Centre météorologique national (CMN) du pays. Jiang Debin, un responsable du Conseil chinois de l'électricité, a déclaré au Economic Daily qu'en dépit de la vague de chaleur et de l'accélération de la reprise de la production dans le pays, "la demande et l'offre d'électricité sont équilibrées, et il n'y a pas de rationnement ni de coupures de courant".

Dans une interview accordée au Global Times, Lorenzo Labrador, responsable scientifique du programme de veille de l'atmosphère globale de l'OMM, a déclaré qu'il s'attendait à ce que les températures supérieures à la moyenne sur l'ensemble du globe deviennent une tendance. "En effet, alors que les vagues de chaleur sont un phénomène atmosphérique normal, la concentration croissante de gaz à effet de serre dans l'atmosphère, qui fait que celle-ci retient davantage de chaleur, rend les vagues de chaleur plus probables et leurs températures plus sévères. Nous observons cette tendance depuis plusieurs années maintenant et elle devrait se poursuivre à l'avenir", a déclaré le scientifique de l'OMM.

"La communauté scientifique s'accorde à dire que l'augmentation des concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère est responsable de la hausse des températures sur l'ensemble de la planète. Par conséquent, le seul moyen d'arrêter et d'inverser la tendance à la hausse des températures est de réduire les émissions de gaz à effet de serre à l'échelle mondiale", a déclaré M. Labrador.

L'Ouest croule sous la canicule
En dépit d'une vague de chaleur historique qui fait des ravages dans la société et l'économie des pays européens et des États-Unis, l'Occident, qui s'est présenté comme l'avant-garde en matière de changement climatique, s'effondre face à ce problème épineux.


Rejoindre le pacte de Paris sur le climat est salué comme une première étape symbolique et pratique pour Biden après sa prise de fonction l'année dernière. Pourtant, lorsque la vague de chaleur est devenue plus pressante, M. Biden a seulement prévu de promouvoir de nouveaux efforts pour lutter contre le changement climatique, mais pas de déclarer une urgence qui débloquerait des ressources fédérales pour faire face à la question, malgré la pression croissante des militants du climat et des législateurs démocrates, a rapporté AP.

Selon les experts, l'hésitation de M. Biden à déclarer l'urgence climatique montre clairement comment les promesses verbales ambitieuses des États-Unis finissent par être éclipsées par leurs actions mesquines.

La déclaration de l'urgence climatique pourrait se heurter à des obstacles juridiques, et les élections américaines de mi-mandat plongeront les efforts de M. Biden dans une grande incertitude, car une Chambre des représentants contrôlée par les républicains pourrait ne pas autoriser l'allocation de fonds, a déclaré Wang Yiwei, directeur de l'Institut des affaires internationales de l'Université Renmin de Chine, au Global Times.

Il a noté que contrairement au concept chinois de construction d'une "communauté avec un avenir partagé pour l'humanité", les politiciens américains ont toujours l'œil sur leurs propres avantages, et le système américain, axé sur le capital, ignore totalement l'égalité mondiale et les valeurs humaines. "L'incohérence de leurs paroles et de leurs actions... Et le système du pays font des États-Unis un pays peu fiable dans la conduite du changement climatique", a déclaré Wang.

En Europe, de grands pays comme l'Allemagne et les Pays-Bas se tournent vers le charbon pour s'assurer qu'ils disposent de suffisamment d'énergie pour faire fonctionner la climatisation et, dans quelques mois, le chauffage, selon Global News. Il s'agit d'une réponse en partie réticente à la décision de la Russie de réduire ses exportations de gaz vers les pays européens à la suite de la crise ukrainienne.

Le retour forcé de l'Europe au charbon devrait faire prendre conscience à l'Occident que la vie des gens passe avant tout, et que la formulation des politiques doit aller de pair avec cet objectif, a déclaré Yang Fuqiang, chercheur à l'Institut de recherche sur l'énergie de l'Université de Pékin, au Global Times, en réponse aux critiques constantes de l'Occident à l'égard de la décision de la Chine de "stimuler la production de charbon".

La Chine vise à atteindre un pic des émissions de CO2 avant 2030 et la neutralité carbone avant 2060.

L'objectif à court terme et l'objectif à long terme de la Chine sont coordonnés l'un avec l'autre, a déclaré M. Yang, notant que, par exemple, le gouvernement a insisté pour éviter le rationnement de l'électricité, car la vague de chaleur engloutit également la Chine, et la vie des gens doit être garantie.

Un nouveau domaine de coopération
Récemment, les responsables de l'environnement de la Chine et des États-Unis, de la Chine et de l'Europe se sont entretenus pour discuter des questions climatiques. Le ministre chinois de l'environnement, Huang Runqiu, s'est rendu aux États-Unis la semaine dernière, où il a rencontré la secrétaire américaine au commerce, Gina Raimondo, l'administratrice adjointe de l'Agence américaine pour la protection de l'environnement (EPA), Janet McCabe, et le gouverneur de Californie, Gavin Newsom.

Les deux pays ont ouvert leurs marchés aux services et produits techniques liés à la lutte contre le changement climatique et à la protection de l'environnement et de l'écologie, a déclaré M. Huang, ajoutant qu'il soutenait fermement la transition énergétique à faible émission de carbone et l'amélioration de la qualité de l'environnement et de l'écologie pour un "gagnant-gagnant".

Le 9 juillet, le vice-Premier ministre Han Zheng et Frans Timmermans, vice-président exécutif de la Commission européenne pour le Marché vert européen, ont tenu une réunion virtuelle au cours de laquelle les deux parties ont convenu d'approfondir la coopération en matière d'environnement, de climat et d'énergie.

Selon les experts, la coopération en matière de climat a poussé les grandes puissances comme la Chine, les États-Unis et l'Europe à se donner la main, car la crise climatique pourrait survenir plus rapidement que prévu.

La Chine a fait le geste de coopérer en tant que grande puissance responsable, ce sont les États-Unis qui parlent de coopération sur la table et bousculent la Chine sous la table, a déclaré M. Yang, notant que la paranoïa de Washington et son environnement politique hautement politisé et empoisonné, qui souffre également de "sinophobie", ont toujours entravé la coopération réelle.

Sun Shao, chercheur principal au Centre climatique national affilié à l'Administration météorologique chinoise, qui coopère avec le Met Office du Royaume-Uni, a déclaré au Global Times que l'un des projets symboliques qui mettent en évidence la coopération climatique entre le Royaume-Uni et la Chine est le projet CSSP-Chine, qui vise à établir un partenariat solide entre les climatologues britanniques et chinois. Depuis sa création en 2014, les scientifiques des deux pays ont fait de grands progrès dans la recherche sur le climat extrême, et certains de leurs résultats ont été mis en œuvre dans la vie réelle.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  écologie et capitalisme  A propos de la caniculeNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum