Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Histoire 

 La GB a tué des prisonniers soviétiques en 1945

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 09-05-2021 à 17:19:55   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les Britanniques ont tué des milliers de prisonniers soviétiques en 1945, révèle un historien

DANIELLE BLEITRACH8 MAI 2021

https://histoireetsociete.com/2021/05/08/les-britanniques-ont-tue-des-milliers-de-prisonniers-sovietiques-en-1945-revele-un-historien/

Pendant très longtemps, les Russes ont gardé par devers eux les preuves du double visage des “alliés” durant la deuxième guerre mondiale, mais avec l’actuelle offensive de l’OTAN contre la Russie et par ailleurs ce qu’ils considèrent comme une falsification historique, ils publient des archives qui montrent à quel point les “alliés”, les USA mais aussi l’empire britannique n’avaient cessé de soutenir en sous main tout ce qui pouvait détruire l’URSS (note de Danielle Bleitrach, traduction de Marianne Dunlop pour histoire et société )

05/03/2021

https://ria.ru/20210503/anglichane-1730957339.html


MOSCOU, 3 mai – RIA Novosti. Début mai 1945, l’armée britannique, poursuivant des objectifs politiques, détruisit brutalement des navires allemands avec plusieurs milliers de prisonniers sans défense des camps de concentration nazis, dont la plupart étaient des prisonniers de guerre soviétiques, et les Britanniques ont malmené les survivants,citoyens de l’URSS, a déclaré l’historien du renseignement Dmitri Khokhlov à RIA Novosti, révélant des détails jusque-là inconnus de cette tragédie.

Lundi marque le 76e anniversaire de la tragédie qui a eu lieu le 3 mai 1945 dans la baie de Lübeck en mer Baltique (qui est entrée dans l’histoire comme le naufrage du paquebot Cap Arcona),quand l’aviation de l’armée de l’air britannique a attaqué des navires allemands avec des prisonniers de camps de concentration. Parmi les victimes des bombes, missiles et obus britanniques, il y avait des représentants de plus de 25 nationalités, originaires non seulement de l’URSS, mais aussi des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne, de la France, du Canada, de l’Italie, de la République tchèque, de la Pologne, des Pays baltes et scandinaves, de Grèce, Serbie et autres. Des corps ont continué à être trouvés sur la côte pendant plusieurs décennies.

Le nombre de personnes décédées à la suite de cette tragédie, selon diverses estimations, varie de 7 à 12 mille personnes, ce qui est comparable au nombre de membres d’une division de fusiliers ou, par exemple, aux pertes des troupes alliées lors du débarquement en Sicile, ou avec les pertes de l’Armée rouge lors de l’opération Novorossiysk, a déclaré Khokhlov. “En termes d’échelle, le naufrage du Cap Arcona est considéré comme la quatrième catastrophe maritime de l’histoire de l’humanité”, a-t-il souligné.

Le nombre de prisonniers survivants de Cap Arcona, selon diverses sources, est estimé entre 310 et 350. Il existe également des informations selon lesquelles seuls 140 citoyens soviétiques ont réussi à s’échapper. La température de l’eau ce jour-là ne dépassait pas sept degrés, a noté Khokhlov.

_________________________________


Lettre d’un prisonnier évadé

Dans les années 1960-1970, le grand public a pris conscience pour la première fois de la tragédie du 3 mai 1945 grâce à des publications en URSS et à l’étranger, dit Khokhlov. Ensuite, divers témoignages supplémentaires ont été rendus publics, et maintenant il y a de nouveaux détails sur les événements d’il y a 76 ans.

Comme l’a dit Khokhlov, dans les documents de la correspondance du ministère de la Sécurité d’État de l’URSS avec le bureau du Conseil des ministres de l’URSS chargé du rapatriement des citoyens soviétiques en 1949, une lettre a été trouvée écrite par l’un des participants directs à la tragédie du 3 mai 1945, Vasily Salomatkine (1919-1999).

En septembre 1939, Salomatkin a participé à la libération de la Biélorussie occidentale, avant le début de la Grande Guerre patriotique, il a servi dans les troupes du district spécial biélorusse. Du 22 juin au 12 octobre 1941, il participe à des batailles avec les nazis près de Moguilev, sur le Dniepr, près de Yartsevo (région de Smolensk) et près de Vyazma, où il est grièvement blessé et capturé dans une bataille nocturne. Il était dans des camps nazis à Smolensk et Minsk occupés, depuis avril 1942 – dans un camp de la ville de Kalvariya (Lituanie). Échappé de là, il a été capturé dans l’ouest de la Pologne, envoyé dans un camp pénitentiaire dans la région de la ville allemande de Hanovre… Puis il a été transféré au camp de concentration de Neuengamme, situé à 30 kilomètres au sud-est de la ville allemande de Hambourg.

“La lettre de Vasily Filippovich Salomatkine du 2 mai 1949 est la première preuve documentaire trouvée dans les archives à ce jour, révélant les détails de la tragédie, reçue par les autorités soviétiques”, a déclaré Khokhlov. Le 14 mai 1949, une copie de cette lettre a été envoyée au chef de la 2e direction principale du ministère de la Sécurité d’État de l’URSS (contre-espionnage et lutte contre les éléments antisoviétiques), le général de division Yevgeny Pitovranov.

Parmi les sources historiques sur la tragédie du 3 mai 1945, la lettre de Salomatkine a une valeur particulière, car elle a été composée par lui, n’a pas été publiée auparavant, n’a pas été soumise à un traitement ou une mise en forme littéraires, et contient également des détails inconnus sur l’attitude de l’administration militaire britannique envers les prisonniers survivants, a souligné Khokhlov.

Il a cité pour RIA Novosti certains des fragments les plus informatifs de ce document.

«Le 29 avril 1945, le commandement SS, sentant l’approche des troupes alliées vers le camp de concentration de Neuengamme (près de Hambourg ), fit sortir tous les prisonniers qui pouvaient se déplacer un tant soit peu vers la ville de Lübeck (port allemand sur la Mer Baltique – ndlr.). Ils étaient 12 000. L’écrasante majorité étaient des prisonniers de guerre russes “, a écrit Salomatkine.

Les prisonniers ont été emmenés sous bonne garde par les SS à Lübeck en train pendant une journée entière, ils n’ont rien eu à boire ni à manger du tout. À Lübeck, les prisonniers ont été placés sur des barges et, sous haute surveillance, des soldats et des bateaux ont été emmenés le long de la baie de Lübeck sur la mer Baltique, où étaient stationnés deux petits et un gros navires océaniques.

“Sur les deux premiers, ils ont mis environ 2 mille prisonniers. Le nom d’un navire était”Thielbek”, et je ne me souviens plus de l’autre maintenant (le second était le navire” Deutschland “- ndlr.). 8 mille prisonniers ont été placés sur le grand navire océanique sur lequel j’étais. Ce navire s’appelait Cap Arcona. Le commandement des navires était SS », se souvient Salomatkine.

Un massacre sauvage

La suite des événements, selon la lettre de Salomatkine, s’est déroulée comme suit. Le 3 mai, les troupes britanniques sont arrivées devant la ville de Neustadt près de Lübeck et posé un ultimatum de se rendre avant midi. Neustadt a accepté la reddition. Puis les Britanniques ont exigé la capitulation aux navires sur lesquels se trouvaient les prisonniers des camps de concentration. Les navires étaient situés à 6 kilomètres de Neustadt.

“Le commandement SS des navires a refusé la reddition. Alors, les avions britanniques ont décollé en grand nombre et ont commencé à bombarder les navires … Les navires sur lesquels nous nous trouvions n’ont pas tiré un seul coup de feu en retour sur l’avion britannique,” écrit Salomatkine,qui a été témoin personnellement de tout le panorama du bombardement.

“La première victime du bombardement a été le Thielbeck. Il a immédiatement pris feu et a commencé à couler. Les prisonniers qui ont pu sortir du navire ont sauté à l’eau. Après que la première bombe britannique a frappé Thielbeck, le commandement SS du navire Cap Arcona, sur lequel j’étais, a agité un drapeau blanc, en signe de reddition, “- a rappelé Salomatkine. Les prisonniers sur le pont ont enlevé leurs maillots de corps blancs et ont commencé à les agiter, signalant aux pilotes anglais que le navire se rendait, acceptait la capitulation.

“Mais les pilotes britanniques, semblables à des fascistes, ne reconnaissant rien, ne prêtant pas attention au drapeau blanc sur le navire, ne prêtant pas attention à l’agitation des gens sur le pont, aux chemises blanches, implorant grâce, suppliant pour leurs vies, ont continué à bombarder les navires. Le bombardement avait lieu sur une très petite hauteur “, – a déclaré Salomatkine. «Les pilotes britanniques ont vu toutes les horreurs de leur bombardement et ont continué à le perpétrer encore plus, ne prêtant (attention) à aucun appel du peuple. Les pilotes britanniques dans leurs brutales représailles ne différaient pas du tout des pilotes barbares fascistes, ” a-t-il ajouté.

Revenant sur ces événements tragiques, Salomatkine a écrit: «La deuxième victime après Thielbek était le deuxième petit navire. Puis une bombe a frappé la poupe du navire Cap Arcona, alors que j’étais à l’avant du navire. Le commandement SS à ce moment-là a jeté les canots à l’eau et est parti. Sur le bateau du Cap Arcona, la panique s’est installée parmi les prisonniers. Les prisonniers se sont précipités sur le pont supérieur dans le plus grand désordre. “

Comme Salomatkin l’a rappelé, à ce moment-là, une deuxième bombe a frappé le milieu du navire, qui a pris feu et a commencé à couler.

«A cause de la panique, les prisonniers essayaient de sortir sur le pont, mais ils se poussaient les uns les autres dans l’escalier et donc beaucoup n’ont pas pu sortir sur le pont,sont restés dans le navire et ont coulé avec. Après que la deuxième bombe ait touché le navire Cap Arkona, je me suis jeté à l’eau avec d’autres prisonniers de guerre russes.», a-t-il ajouté.

Mais ce n’était pas fini

«À environ un kilomètre du lieu de naufrage du navire Cap Arcona, des torpilleurs sont apparus. Quand nous les avons vus, nous nous sommes précipités pour nager vers eux, pensant qu’ils allaient nous chercher et nous sauver. Mais ce fut le contraire. Les soldats sur les bateaux se mirent debout et tirèrent à la mitrailleuse sur les prisonniers dans l’eau. Le sort d’une mort par balle de mitrailleuse m’a été épargné, car je n’avais pas réussi à m’approcher plus près du bateau, comme d’autres l’avaient fait, j’étais à environ 400 mètres», a déclaré Salomatkine dans une lettre.

«Voyant ce qui se passait, j’ai changé de cap et pris la direction du rivage. Le rivage était à peine visible. Je nageais sans aide, avec seulement mes bras et mes jambes. Moi non plus, je n’aurais pas atteint à terre, comme les autres, mais par chance, alors que j’avais déjà nagé sur une distance considérable, la marée montante a commencé, elle m’a sauvé », se souvient-il.

Selon Salomatkine, à ce moment-là, il était déjà complètement épuisé et des vagues l’ont emporté sur le rivage. «J’étais dans un état semi-conscient. J’ai vu à travers mes yeux embués sur le rivage des immeubles blancs, les mouvements des gens, mais je ne pouvais pas distinguer un homme d’une femme. Et quand j’ai heurté de la poitrine sur le rivage, j’ai complètement a perdu connaissance à cause de la joie. À ce moment-là, d’autres Russes rescapés, plus forts que moi, étaient déjà sur le rivage, et ils m’ont tiré sur le rivage et ont commencé à me faire cracher l’eau des poumons, et quand j’ai repris mes sens, ils m’ont envoyé à l’hôpital. A cette époque, il y avait là des Britanniques », a ajouté Salomatkine.

Maltraitance de la part des alliés

Mais les épreuves pour les survivants se sont poursuivies sur terre.

«Si le bombardement de navires avec des prisonniers des camps nazis a déjà été décrit à la fois à l’étranger et dans notre pays, ce que les personnes secourues ont vécu ne peut être appris que de l’histoire de Salomatkine», explique Khokhlov.

«Après avoir quitté l’hôpital, j’étais dans un camp de survivants. Les Britanniques nous ont mal traités. Ils nous ont conduits dans des quartiers exigus, nous ont très mal nourris, avec du rutabaga allemand en conserve et des épinards. Quand un jour nous avons protesté et exigé de la vraie nourriture, on nous a rétorqué que vous n’en valions pas la peine, et ils ont emmené deux prisonniers avec eux, les ont accusés de sabotage et les ont mis en prison. Je ne connais pas leur sort. Quand j’ai quitté le camp, ils étaient encore en prison », poursuit Salomatkine dans sa lettre de mai 1949.

Alors, les prisonniers soviétiques ont adressé une plainte pour mauvaise alimentation au colonel-général Philip Golikov, représentant autorisé du gouvernement soviétique pour le rapatriement des citoyens soviétiques d’Allemagne et des pays sous occupation.

«Après un certain temps, le commandant de la ville (Neunstadt) a été changé et la nourriture s’est améliorée, mais ne répondait toujours pas aux exigences qui avaient été avancées à la conférence de Yalta pour que nos prisonniers de guerre bénéficient de la ration d’un soldat anglais, » écrit Salomatkin.

«En effet, le 11 février 1945, lors de la Conférence de Crimée, un accord a été signé concernant les prisonniers de guerre et les civils libérés par les troupes sous commandement soviétique et les troupes sous commandement britannique. » L’article 1 de l’accord prévoyait la protection des citoyens Soviétiques libérés. », déclare DmitryKhokhlov.

Et le 21 mars 1945, le Premier ministre britannique Churchill avait même adressé un message au dirigeant soviétique Staline, dans lequel il déclarait : “Il n’y a pas de question à laquelle la nation britannique serait plus sensible que celle du sort des prisonniers détenus par les Allemands, de leur libération rapide et de leur retour dans leur patrie. Je vous serais très reconnaissant si vous pouviez considérer personnellement la question, car je suis sûr que vous souhaiterez faire de votre mieux pour notre peuple, tout comme je peux vous assurer que nous le ferons pour vos hommes lorsqu’ils passeront sous notre contrôle. “

Deux jours plus tard, Staline a répondu à Churchill: «Quant aux prisonniers de guerre britanniques, vous n’avez aucune raison de vous inquiéter pour eux. Ils sont dans de meilleures conditions que les prisonniers de guerre soviétiques ne l’étaient dans les camps britanniques où ils se trouvaient, dans un nombre de cas, victimes de harcèlement et même de coups. »

Salomatkine a décrit dans sa lettre l’attitude de l’administration militaire britannique de Neunstadt à l’égard de la mémoire des victimes.

Comme il le raconte, quelque temps plus tard, des cadavres de prisonniers ont commencé à flotter sur la mer depuis les navires coulés. Les prisonniers soviétiques ont réuni une commission pour enterrer les morts avec les honneurs militaires dans une fosse commune, et ont demandé de l’aide à un officier britannique – le commandant de Neunstadt.

Mais le commandant, selon Salomatkine, a fini par refuser la demande des citoyens soviétiques. “Je ne vous donnerai rien, allez-y, enterrez comme vous pouvez et faites tous les honneurs que vous voulez, je n’ai rien pour vous. C’est ainsi que les Britanniques nous ont traités –nous, leurs alliés russes. Et comme nous avons pu, nous avons rendu honneur à notre camarades victimes de l’aviation britannique. C’est ainsi que les Britanniques nous ont traités », a écrit Salomatkine.

Dans sa lettre, il cite également un deuxième épisode, qui montre avec éloquence l’attitude véritable et, de surcroît, discriminatoire des Britanniques à l’égard des prisonniers de guerre soviétiques et allemands.

«À ce moment-là, les Britanniques avaient fait venir dans la ville des prisonniers de guerre allemands. Ils déambulaient librement, se promenaient, attaquaient et battaient nos prisonniers de guerre survivants, menaçaient de nous égorger tous la nuit, parce qu’ils étaient armés de couteaux. Après ces menaces , nous sommes allés voir le commandant britannique et avons expliqué cela. », – écrit Salomatkine. «Le commandant s’est contenté de sourire et n’a pris aucune mesure efficace. N’ayant pas reçu de réponse satisfaisante, nous sommes revenus au camp et avons annoncé à nos gars qu’ils devaient se procurer des armes pour se défendre. Ayant trouvé des armes, nous avons établi une garde dans le camp pour le protéger des attaques des Allemands. Voilà dans quelles conditions nous étions avec les Britanniques », a-t-il ajouté.

Selon Salomatkine, il a ensuite été engagé dans une mission militaire pour rapatrier des citoyens soviétiques, où il “a été confronté à des faits flagrants hostiles à l’Union soviétique”. “Les Britanniques faisaient de la propagande parmi nos prisonniers de guerre, exhortant à ne pas retourner en Union soviétique, en particulier parmi les Ukrainiens, les Lettons, les Estoniens”, écrit Salomatkine.

Le calcul politique des Britanniques

Khokhlov a expliqué pourquoi les nazis avaient emmené les prisonniers du camp de concentration sur la mer et ce qui aurait pu amener les Britanniques à commettre pareille atrocité.

«Peut-être que le régime nazi agonisant avait planifié le naufrage des prisonniers de guerre, essayant ainsi de se débarrasser rapidement des témoins indésirables de ses crimes. À son avis, cette version est également étayée par le fait que les mécanismes usés du paquebot n’auraient pas pu résister à une nouvelle traversée. “Néanmoins, la situation sur le front a évolué si rapidement que lorsque les troupes britanniques se sont approchées, les prisonniers avaient une chance de survivre”, ajoute notre interlocuteur.

Mais les Britanniques, à leur tour, poursuivant des objectifs politiques, ont concentré tous les efforts possibles sur la prise de Lübeck, souligne Khokhlov.

Churchill écrivait à l’époque à son ministre des Affaires étrangères Eden: “Je considère qu’il est prioritaire que Montgomery prenne Lübeck le plus tôt possible … Notre arrivée à Lübeck avant nos amis russes de Stettin nous évitera de nombreux différends à l’avenir.” “La distance entre ces villes est d’environ 260 kilomètres, c’est-à-dire que même en comptant avec la résistance de l’ennemi, l’Armée rouge pourrait la franchir en environ deux semaines”, explique Khokhlov.

Selon lui, ainsi «le calcul politique a mis des milliers de vies, ayant survécu miraculeusement dans les camps de prisonniers nazis, entre le marteau britannique et l’enclume allemande». Du 2 au 4 mai, les ports allemands ont été lourdement bombardés par des avions britanniques.

De nombreuses théories du complot sont encore en cours d’élaboration autour de la tragédie du 3 mai 1945, a noté Khokhlov. Y compris il y a une opinion selon laquelle les nazis ont ainsi tenté de monter une provocation et d’embrouiller les alliés en progression, a-t-il ajouté. “Mais alors, il aurait été logique que les autorités soviétiques apprennent ce qui s’est passé le plus tôt possible. Des hypothèses sont également faites sur le lien entre l’opération de sauvetage menée par la Croix-Rouge suédoise et, en particulier, la mission de Folke Bernadotte, avec le chargement des prisonniers par les Allemands sur Cap Arcona et d’autres navires. “, – a noté Khokhlov.

Pour les personnes qui étudient la tragédie, les résultats d’une enquête menée en juin 1945 par le major britannique Noel Till sont disponibles, a déclaré Khokhlov. «Et ils disent que les informations sur les prisonniers détenus à bord des navires dans la baie de Lübeck ont ​​été transmises aux représentants du commandement britannique le 2 mai 1945. En particulier, elles ont été transférées au général de division George Philip Bradley Roberts, commandant de la 11e division de tanks qui progressait dans la région de Lübeck. Cependant, pour des raisons inconnues, elle n’a pas été portée à l’attention d’autres unités de l’armée active, qui, dans les derniers jours de la guerre, visaient à s’emparer le plus rapidement possible de centres clés », a-t-il ajouté.

La tâche politique était de montrer leur participation directe aux hostilités contre l’Allemagne et d’empêcher le contrôle de l’Armée rouge sur le territoire qui permettrait de développer une offensive en direction du Danemark, a expliqué Khokhlov.

Selon l’historien, la mémoire des victimes de la tragédie du 3 mai 1945 en Russie n’a pas été correctement immortalisée. Des journées commémoratives ont eu lieu dans les villes allemandes de Grevesmühlen et à Neustadt-Pelzerhaken, où les restes des victimes de la tragédie ont été enterrés. À l’occasion du 45e anniversaire du Neunstadt Museum, une exposition permanente consacrée aux événements de la baie de Lübeck a été inaugurée.

“Cette histoire confirme une fois de plus l’axiome selon lequel il est impossible de cacher la vérité – tôt ou tard, elle sera connue. L’histoire de la guerre se compose de nombreuses échelles différentes de tragédies. Combien d’autres tragédies de ce genre peuvent rester inconnues si personne n’a laissé de souvenirs à un moment ou quelque part dans les archives il n’y a pas un document contenant des informations à leur sujet? ” – dit Khokhlov. La tâche des historiens est de l’étudier et de les faire connaître à tout le monde, a-t-il ajouté. “Plus nous imaginons clairement les événements de cette guerre et nous compatissons avec eux, moins il y a de chances qu’ils se reproduisent”, a-t-il souligné.


Edité le 09-05-2021 à 17:20:25 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Histoire  La GB a tué des prisonniers soviétiques en 1945Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum