Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Pratique  Infos des orgas 

 premier mai 2018

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
CMC
Grand classique (ou très bavard)
170 messages postés
   Posté le 30-04-2018 à 23:23:14   Voir le profil de CMC (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à CMC   

Le Premier Mai
journée internationale de lutte
des travailleurs

C’est la IIème Internationale qui décida, le 20 juillet 1889, de faire de chaque 1er mai une journée de manifestations et de luttes avec pour objectif la réduction de la journée de travail à huit heures. Depuis, cette journée marquée par de nombreux évènements dramatiques, reste gravée fortement dans l’esprit et la chair du prolétariat. En 1891 par exemple, à Fourmies, dans le Nord de la France, la police tire sur les ouvriers et fait neuf morts. Et tant que le capitalisme ne sera pas renversé, cette journée illustrera la lutte irréconciliable entre le capital et le travail.
Ce premier mai 2018 est l’occasion, en France, de manifester notre soutien actif à la grève des cheminots qui se poursuit depuis le 3 avril ainsi qu’à toutes les luttes en cours (travailleurs de la santé, carrefour, étudiants …). La grève des cheminots est un évènement qui a une portée politique nationale, caractéristique de l’affrontement entre deux classes aux intérêts antagonistes, prolétariat et bourgeoisie.
La remise en cause du statut des cheminots, si elle aboutit, accélèrera les attaques contre les statuts de tous les salariés, qu'ils soient dans le secteur public ou privé. Déjà, dans le silence médiatique, certains secteurs en subissent les effets : Par exemple dans le bâtiment, où le patronat a révisé les conventions collectives en sa faveur sur le travail de nuit, posté, le weekend et le dimanche, pour prolonger la journée de travail dans la semaine. Plus de 120 ans après la proclamation du 1er mai, la journée de 8 heures n’est toujours pas atteinte dans de nombreux pays et en France l’allongement de la journée de travail est posé !

Le capitalisme n’a pas changé !
Normal pourrait-on dire, puisque ce qui le fait vivre c’est réaliser des profits et encore plus de profits ! Et il ne peut atteindre ce but qu’en faisant travailler plus et en payant des salaires les plus bas possibles. Toutes les attaques du capital et de ses représentants, État et gouvernement, contre les travailleurs vont dans ce sens. Cela provoque leur réaction. Les luttes économiques et sectorielles sont la conséquence de ces agressions du capital. Ces luttes se heurtent au pouvoir politique et deviennent de fait des luttes politiques. Prenons par exemple le statut des cheminots, ce n’est pas le patron de la SNCF qui décide. Les lois Macron, El Khomri, Rebsamen, c’est le gouvernement et l’État qui dirigent l’attaque contre les travailleurs.
Voilà pourquoi tous les travailleurs et couches de la population touchées par ces attaques feront de ce premier mai une journée de lutte contre le capitalisme et son gouvernement !
Cela Macron le sait, et pour éviter la « convergence des mécontentements » il essaie d’étouffer les luttes dans l’œuf en utilisant la violence. Cette politique mise en place depuis les manifestations contre la loi El Khomri (en 2016) a été étendue aujourd’hui contre le mouvement des étudiants et de la ZAD de Notre Dame des Landes. Dans le cadre de la république bourgeoise tout cela est « normal » et légal, le gouvernement agit au nom de la légitimité acquise lors d’élections « démocratiques ». Il reçoit dans cette tâche l’appui de l’extrême droite et d’éléments fascistes organisés paramilitairement comme contre les étudiants à Montpellier ou dans la chasse aux immigrants dans les cols des Alpes. La question qu’il faut poser ce n’est pas le caractère antidémocratique de l’action du gouvernement mais comprendre que ce qui est légal ou démocratique dans cette société capitaliste s’oppose à nos intérêts vitaux de classe.
Le mouvement ouvrier, en France depuis plusieurs décennies (sous Chirac, Sarkozy, Hollande), a eu pour conséquence de retarder les projets de la grande bourgeoisie française qui ont été déjà mis en application par ses concurrentes étrangères (Allemagne, Angleterre…) Voilà pourquoi aujourd’hui la lutte des classes n’a pas disparu, mais devient plus âpre. Elle s’impose autant aux travailleurs qu’à la bourgeoisie.
La force du prolétariat ne grandira que dans les luttes. Elles permettent à son avant-garde, à ses éléments les plus conscients de tirer les leçons des erreurs et des défaites passées. Toute lutte qui se prolonge dans le temps, qui prend un caractère de masse inquiète la bourgeoisie. Voilà ce qui explique la répression ouverte de l’appareil d’Etat pour briser toute lutte. Toute justification de cette politique est à combattre et à démasquer.
L’unité des travailleurs face aux attaques de la bourgeoisie n’est réalisable que s’ils se mobilisent avec une perspective claire anticapitaliste et anti-impérialiste. Et aujourd’hui cela reste un objectif à atteindre tant sur le plan national qu’international. Le prolétariat n’est en effet pas unifié ni dans un seul syndicat, ni dans un seul parti autour d’une idéologie et d’une politique internationaliste.
Dans cette situation, pour gagner dans la lutte de classe actuelle, nous n’avons pas d’autre choix que de nous mobiliser, de mobiliser nos camarades de travail pour repousser les attaques du gouvernement Macron. Il est important de gagner cette lutte. Si les cheminots sont défaits, il sera plus difficile de se remobiliser contre les prochaines attaques du gouvernement. C’est l’objectif que la bourgeoisie compte bien atteindre. Tous les moyens seront bons pour le gouvernement pour casser la lutte contre les grévistes et les étudiants.
Mais même si la bourgeoisie arrive à atteindre ses objectifs, la lutte de classe ne cessera pas ! La lutte ne se résume pas à désigner un vainqueur et un perdant, et d’autres luttes viendront. Les travailleurs doivent profiter des luttes actuelles pour élever leur niveau politique et leurs capacités organisationnelles et même si la lutte actuelle est victorieuse, elle ne sera pas suffisante, comme c'était pas non plus le cas en 1981, 1995 etc. Le gouvernement Juppé a été renversé, on a obtenu la réduction de la journée de travail à 8 heures/jour, et même 7 heures dans certains secteurs. Mais la bourgeoisie a conservé le pouvoir et continue de s’attaquer aux travailleurs. Tant que ceux-ci ne seront pas organisés politiquement dans un parti indépendant de la bourgeoisie, qu’ils ne lui auront pas arraché le pouvoir, les droits obtenus resteront limités et seront repris un jour ou l’autre par la bourgeoisie. La lutte actuelle des cheminots pour conserver leur statut en est l’illustration vivante.

La politique internationale de la bourgeoisie
Mais l’attaque contre les travailleurs ne s’arrête pas au niveau national.
L’exploitation des prolétaires et des peuples est une nécessité vitale pour chaque bourgeoisie. Les efforts de Macron pour faire de la France une grande puissance impérialiste sont clairs. Les conflits inter-impérialistes pour la redistribution des zones d’influence, le pillage des matières premières et l’exploitation du prolétariat mondial s’exacerbent. Ces conflits ont dépassé le stade des polémiques verbales comme le prouvent les conflits en Syrie, au Yémen, en Ukraine, et en Asie. Selon leurs intérêts du moment deux poids deux mesures sont utilisés par les impérialistes : d’un côté on laisse se perpétuer massacre et déplacement des peuples palestinien et kurde, et de l’autre côté on bombarde la Syrie au prétexte de défendre le peuple syrien contre l’utilisation des armes chimiques. Cette récente réaction des impérialistes occidentaux (dont celle de la France) est révélatrice de leur défaite, mais ils n’ont pas perdu l’espoir d’une victoire politique dans une région géostratégique importante pour eux.
Dans ces guerres on néglige souvent la lutte des peuples. La lutte des peuples kurde, palestinien, d’Argentine, d’Inde, de Tunisie, d’Iran en décembre 2017, du Maroc l’année dernière ont montré que les pays impérialistes ne sont pas tout-puissants ne sont à même de faire tout ce qu’ils veulent. Au contraire des fatalistes, nous sommes confiants en l’avenir. Les peuples et le prolétariat sauront tôt ou tard vaincre les impérialistes et la réaction et construire un avenir débarrassé des guerres impérialistes.

Quelle voie suivre ?
Il n’y a pas de solution miracle, une autoroute qui permettrait sans efforts aux travailleurs et aux peuples de lutter contre la bourgeoisie et toutes les forces réactionnaires en France et dans le monde. Pour y arriver, il nous faut réunir un certain nombre de conditions qui n’existent pas encore aujourd’hui.
La plus importante, c’est l’existence du parti du prolétariat. Pour atteindre ce but, le ROCML engage les communistes et les travailleurs conscients à entreprendre l’édification de leur organisation politique de classe. Et pour commencer, à travailler pour unir les travailleurs au sein des syndicats, et à mener la lutte pour l’unité syndicale en s’appuyant sur la CGT, syndicat à la pointe de la lutte aujourd’hui.
Pour avancer vers cet objectif, nous appelons les jeunes à se placer sous le drapeau du communisme, à prendre leur place dans la lutte des travailleurs, à utiliser leur énergie pour éradiquer le capitalisme !
Nous appelons les femmes travailleuses à s’organiser avec et dans les organisations du prolétariat pour lutter contre le capitalisme dont la domination sur la société ne permet pas une véritable émancipation de la femme !
Nous appelons les immigrés, en tant que partie intégrante de la classe ouvrière à s’organiser avec les travailleurs français. Même patron, même combat !
Le capitalisme c’est la guerre, la misère, le chômage, le racisme, les inégalités sociales. Pour éradiquer toutes ces tares, la lutte contre le pouvoir de la bourgeoisie est inévitable.
Les communistes marxistes léninistes sont conscients que la lutte sera longue et dure. Mais le capitalisme est historiquement dépassé, il n’apporte rien de positif ni pour le prolétariat, ni pour l’humanité. La bourgeoisie n’est plus qu’une poignée de parasites et d’exploiteurs, qui détruit toujours plus chaque jour le monde (surexploitation des ressources naturelles et des travailleurs, désastres environnementaux, guerres, famines...). La seule force capable de changer le monde et qui représente l’avenir de l’humanité est le prolétariat !


Une seule alternative :
Mettre fin au capitalisme !
Instaurer le socialisme !
Prolétaires du monde entier unissons-nous !
Combattons les guerres impérialistes !
Développons notre soutien aux peuples
qui se battent pour
leurs droits démocratiques et nationaux !


ROCML

lien vers le journal : http://rocml.org/2779-2/
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10540 messages postés
   Posté le 02-05-2018 à 23:10:02   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Une remarque à propos de « ce qui est légal ou démocratique dans cette société capitaliste s’oppose à nos intérêts vitaux de classe » :

Si toute forme de légalité ou de démocratie était abolie ce serait la dictature terroriste ouverte de la bourgeoisie et les intérêts de la classe ouvrière et de tout le peuple seraient écrasés.
Nous devons défendre la légalité et la démocratie bourgeoises non pas pour elles mêmes, mais dans la mesure où elles permettent de combattre la bourgeoisie et de préparer son renversement.
Les élections doivent être utilisées dans ce sens, mais aussi la liberté d’expression, le droit de manifester, de faire grève, etc.

Un parti communiste devrait alerter la classe ouvrière, ses éléments les plus avancés, sur la recomposition de la social-démocratie, les alliances improbables et les luttes de clan entre Laurent, Mélenchon et Hamon.
L'unité des travailleurs ne peut se faire dans la confusion entretenue par les réformistes et révisionnistes, et l'absence de perspective est le principal obstacle non seulement à la révolution mais à la lutte de classe.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Jeune Communiste
178 messages postés
   Posté le 03-05-2018 à 06:09:45   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

La base communiste doit être une base ouvrière, instruite et disposant de cadres expérimentés à la lutte contre la bourgeoisie intellectuelle et financière, ses lois et ses droits pour préparer le renversement durable de la société impérialiste, stade avancé du capitalisme mondialisé.
La difficulté actuelle, qui remonte à plus de 50 ans, reste l'embourgeoisement de la classe ouvrière, devenue propriétaire et surtout consommatrice de tous les biens matériels et d'abrutissement culturel que sont la télévision et l'internet, sans négliger les réseaux d'influence qui se prétendent sociaux. Réseaux que les cadres d'un parti communiste devraient combattre pour développer une culture militante active et organisée apportant les outils pour mener une lutte idéologique pour la lutte des classes et l'abolition des propriétés privées de moyen de production.
Ce que ne font pas les Laurent, Mélenchon et autres écolos bobos européistes à la Hamon.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10540 messages postés
   Posté le 03-05-2018 à 20:05:05   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La classe ouvrière n'est pas embourgeoisée, c'est une fraction d'entre elle qui a pu bénéficier de petits cocons, parmi les OHQ et particulièrement parmi les permanents du pcf.
C'est cette catégorie très réduite qui a pris les leviers de direction du pcf, en collaboration avec quelques intellectuels et cadres, fonctionnaires territoriaux par exemple.

Je ne jette pas la pierre à ces catégories, mais la direction du mouvement révolutionnaire ne peut pas leur être confiée parce que ce ne sont pas des catégories révolutionnaires mais réformistes. C'est l'avant-garde de la classe ouvrière qui doit les diriger et non l'inverse comme c'est le cas aujourd'hui.

Dans les années 70 une polémique sur les salaires opposait les ml et les révisionnistes.
Ces derniers défendaient les augmentations au % tandis que les ml revendiquaient des augmentations uniformes.
Les révisionnistes prétendaient que les augmentations uniformes allaient éroder les salaires des ouvriers qualifiés. Mais sur le fond les augmentations au % profitaient essentiellement aux cadres. En fait les OS faisaient grève pour les non grévistes, voire les saboteurs.

Ce genre d'individus n'a pas honte de passer à la caisse après les grèves alors qu'ils faisaient la liste des grévistes et cherchaient à intimider les ouvriers, ou bien passaient par un portillon dérobé pour éviter le piquet de grève. Après quoi ils ont le front de demander une aide aux vacances de 18 € au CE alors qu'ils touchent 5 k€ par mois.
Cet exemple traduit la différence entre un point de vue de classe prolétarien et un point de vue catégoriel de privilégiés.
Seules les augmentations uniformes peuvent unir la classe ouvrière et l'ensemble des salariés autour d'elle.

Naturellement le renversement de la société capitaliste ne peut être dirigé que par les plus exploités parce qu'ils cristallisent les intérêts de toute la société.
Cette avant-garde doit aussi étudier le marxisme-léninisme, la méthode matérialiste dialectique, ainsi que les rouages de la société capitaliste.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Jeune Communiste
178 messages postés
   Posté le 04-05-2018 à 05:33:54   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Xuan a écrit :

La classe ouvrière n'est pas embourgeoisée, c'est une fraction d'entre elle qui a pu bénéficier de petits cocons, parmi les OHQ et particulièrement parmi les permanents du pcf.
C'est cette catégorie très réduite qui a pris les leviers de direction du pcf, en collaboration avec quelques intellectuels et cadres, fonctionnaires territoriaux par exemple.

Les ouvriers ont été évincés de la direction du PCF par les fonctionnaires, souvent issus de l'Education Nationale (style Buffet, Laurent et Dartigolles) ou des cadres des grandes entreprises publiques qui ont supprimé les cellules assurant l'expression des militants pour permettre la consommation, télévision, hypermarchés et magasins de bricolage. Le résultat ne s'est pas fait attendre, chacun pour soi dans son pavillon de banlieue ou de la France rurale périphérique. Finalement, le modèle du prolétariat américain, obésité américaines avec quelques années d'avance.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10540 messages postés
   Posté le 04-05-2018 à 06:41:10   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

C'est exact mais ça ne durera pas.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Jeune Communiste
178 messages postés
   Posté le 05-05-2018 à 04:56:46   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

J'ai au contraire l'idée que l'obésité américaine s'installe durablement et, plus particulièrement, chez les populations les plus pauvres, souvent issues de l'immigration africaine ou asiatique.
Il suffit de voir les enfants des quartiers "communautarisés" de Paris pour se rendre compte que le phénomène d'infantilisation - obésité est En Marche à grands pas et déferle aussi bien chez les petits chinois, tamouls et africains que chez les descendants des familles populaires locales souvent influencées par le communisme français.

--------------------
DUROC
Militant de valeur
289 messages postés
   Posté le 05-05-2018 à 09:06:40   Voir le profil de DUROC (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à DUROC   

je vous livre mon expérience personnelle:
Issu d'une famille ouvrière communiste, j'ai adhéré au PCF en 1963. J'avais un peu plus ou un peu moins de 18 ans. Je venais d'avoir mon bac et, élève à l'école normale de Douai, je me préparais à devenir instituteur.
J'ai été intégré à la cellule de mon village de la périphérie de Roubaix. Dans cette cellule, il n'y avait que des ouvriers. au bout de quelques semaines, ils m'ont propulsé secrétaire de cellule.
Du coup, j'ai été intégré au comité de la section de Roubaix-est à laquelle appartenait ma cellule. Et là, en arrivant j'ai été bombardé responsable à l'éducation !
Forcément, j'allais devenir enseignant !
Cherchez l'erreur...

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
7114 messages postés
   Posté le 05-05-2018 à 10:21:18   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

pour rappel,on fête aujourd'hui les 200 ans de la naissance de Karl Marx.

--------------------
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Pratique  Infos des orgas  premier mai 2018Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum