Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Le tournant du mouvement communiste international 

 POURQUOI LE PCB A QUITTÉ LE PGE

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11779 messages postés
   Posté le 23-07-2018 à 20:31:24   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Solidarité Internationale PCF 23 JUIL. 2018


Après le Parti communiste allemand en 2016, le Parti communiste de Belgique a décidé à son tour de quitter le Parti de la Gauche Européenne. Cette décision a été adoptée par un vote lors du dernier Congrès du PCB qui s'est tenu le 30 juin dernier à Bruxelles. Ce congrès a aussi décidé que le Parti communiste Wallonie-Bruxelles s'appellerait "Parti communiste de Belgique" et développerait également des activités en Flandre.

Nous reproduisons ci-dessous le communiqué de nos camarades belges expliquant les motifs de cette décision.


POURQUOI LE PCB A QUITTÉ LE PARTI DE LA GAUCHE EUROPÉENNE (PGE)


Le congrès a décidé à une majorité de 83% des voix adoptée à bulletin secret, de se retirer du Parti de la Gauche Européenne PGE.

Sur le plan politique, plusieurs motifs ont conduit à cette décision de sortie du PGE, parmi lesquels :

L’hostilité statutaire du PGE vis-à-vis du socialisme réel alors que l’écroulement de ce dernier constitue la base de la mondialisation capitaliste et la destruction d’un rapport de force qui était favorable aux travailleurs du monde entier ;

Le caractère unanime des décisions du PGE qui fige et stérilise le débat en le transformant en un club de discussion élitiste et technocratique ;

La non-prise en considération de notre intervention en juillet 2014 sur la crise Ukrainienne qui dénonçait un véritable coup d’état à connotation fasciste ;

Le fait qu’en 2011, à l’occasion du 90e anniversaire de notre parti, « l’intervention du PGE » s’est limitée à la tenue d’un colloque à Bruxelles où la direction de notre parti n’a pas été officiellement invitée et où son histoire n’a même pas été évoquée ;

L’attitude inadmissible des dirigeants du PGE face à l’OTAN qui nous met en porte à faux avec notre exigence de sortie de l’OTAN en préalable à sa dissolution. Il en va de même de l’attitude de Syriza et de son dirigeant Tsipras dans la crise grecque, attitude qui a contribué à discréditer la gauche radicale exception faite des partis communistes non membres du PGE ;

Un montant de 30.000 euros de frais d’affiliation qui n’ont donné aucun retour en investissement ;

L’absence de liens privilégiés entre partis membres sur des questions communes, pourtant le fondement même du PGE. Entre autres, la fermeture de Caterpillar, où notre parti a été ignoré et d’autres partis privilégiés alors que nous avons été les premiers à défendre la réquisition des outils !

Nous considérons que Le PGE est à la politique ce que la CES est au syndicalisme, c’est-à-dire des organisations créées et soumises à l’Union Européenne laquelle depuis sa fondation reste une organisation capitalistique qu’il est impossible de réformer de l’intérieur. « L’Europe sociale » qui serait le résultat de réformes progressistes est une illusion pour les travailleurs.

Nous rappelons que l’adhésion de notre parti au PGE a été imposée en 2005 par une minorité de ses membres qui s’est exercé au détriment d’un débat démocratique constitué au minimum par une décision de congrès.

La majorité des membres du parti a constaté que cette minorité pégéiste n’a eu de cesse d’entraîner notre mouvement dans le réformisme au détriment de son essence révolutionnaire.

La récente visite du représentant de Die Linke (dont Gregor Gysi, président du PGE, est membre), Dietmar Bartsch, dans l’une des colonies israéliennes près de la bande de Gaza où il a planté des arbres dans le cadre de la coopération avec l’organisation sioniste « Keren Kayemet » (fonds national juif), connu pour sa grande responsabilité dans la politique de nettoyage ethnique contre les palestiniens, conforte notre décision.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11779 messages postés
   Posté le 20-06-2019 à 18:29:18   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

PARTI COMMUNISTE DE BELGIQUE
COMMUNISTISCHE PARTIJ VAN BELGIË
PROLÉTAIRES DE TOUS PAYS, UNISSEZ-VOUS! PROLETARIËRS ALLER LANDEN, VERENIGT U!


Note du PCB sur la situation post-électorale
http://www.particommuniste.be/index.php/belgique/554-note-du-pcb-sur-la-situation-post-electorale?fbclid=IwAR1E8uyS2PDI9Pq0mFa_dgXdaT3Z3whyFOUdBG04ky6C_7vW8R0uL-2O2wQ

Les derniers jours ont vu fleurir des avis sur l’opportunité d’un gouvernement d’union de la gauche en région wallonne. Le Parti Communiste de Belgique tient à rappeler que quel que sera le gouvernement, il continuera d'appliquer les critères d’austérité, projet politique de l’Union européenne, pour étouffer et écraser les revendications des travailleurs. Nous rappelons que les unions électorales de la « gauche » ont toujours été des illusions voire des trahisons pour la classe ouvrière malgré quelques avancées sociales. Ainsi la gauche plurielle en France de 1997 à 2002 a procédé à la privatisation de grandes entreprises nationales comme France Telecom, Air France ou des banques comme le Crédit Lyonnais. La majorité plurielle a également adopté le premier paquet ferroviaire imposé par l’Union Européenne qui libéralisait le fret, prélude à la libéralisation du transport des voyageurs.

L’exemple d’une majorité portugaise a également été brandi comme modèle pour contrer la montée au pouvoir de la droite. Le cas du Portugal n’est guère différent de celui de la Belgique où les syndicats locaux mobilisent contre le gouvernement qui n’a pas augmenté les salaires des fonctionnaires depuis 10 ans, le gouvernement vote majoritairement avec le CDS (droite), notamment la facilitation des licenciements, l’augmentation de la période d’essai à 180 jours, la rupture des conventions collectives…

Similaire, le cas espagnol, avec un gouvernement social-démocrate minoritaire avec soutien extérieur de Podemos avant les élections législatives d’avril 2019, montre l’inféodation aux intérêts impérialistes quand le premier Ministre Pedro Sanchez reconnaît Guaidó, le putschiste vénézuélien, quand Pedro Sanchez défend le modèle social européen. En plus, le gouvernement du PSOE n’est pas revenu sur la réforme des pensions appliquée par la droite et qui exclut de nombreux travailleurs de leur droit à la retraite.

Les négociations en Belgique ont eu le mérite de montrer que le principal ennemi de la bourgeoisie et de la social-démocratie reste le communisme.

La réponse aux aspirations légitimes des travailleurs et allocataires sociaux à une politique sociale de gauche ne passera pas par une gestion du système qui organise notre exploitation et détruit nos conquêtes sociales. Elle passera au contraire par une lutte claire contre le capitalisme, par le renforcement, dès maintenant, des luttes sur les lieux de travail, dans les entreprises, les services publics, les écoles, les universités, par l’organisation de grèves générales et par le renforcement de la conscience révolutionnaire. Il est temps de reprendre la lutte lorsque nous étions 120000 dans la rue en 2014.

La bourgeoisie essaie de détourner notre colère en prétendant ouvrir le gouvernement à la société civile, concept volontairement flou qui permet le maintien du système par des technocrates au service du capital. Les politiques antipopulaires et antiouvrières qui seront menées par les futurs gouvernements alimenteront le fascisme que nous contiendrons et repousserons par la lutte. Ce n’est pas aux travailleurs à payer la crise.

Organisons notre classe et notre révolte dans un front anticapitaliste, antiimpérialiste, antifasciste pour le socialisme et la paix. Renforçons le parti de classe, le Parti Communiste de Belgique.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Militant de valeur
401 messages postés
   Posté le 20-06-2019 à 18:34:47   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Le parti des travailleurs de Belgique semble aussi sur des positions similaires. Quelles sont les influences respectives des PTB et PCB?
Sur qu'en France, les positions du PCF et des officines trotskistes sont voisines et social-européo-bobo compatibles et plus basées sur la lutte des classes.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11779 messages postés
   Posté le 20-06-2019 à 20:55:40   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Il y a une différence entre les deux, le PTB a abandonné la référence au marxisme

Un article de Nic Enet sur le sujet :

Parti du Travail de Belgique (PTB). Abandon officiel du communisme et du marxisme dans un interview de leur président Peter Mertens au « de Zondag du 07/04/2019 » non infirmé par le PTB à cette heure (vendredi 10 mai 2019 20h46.)

Non au renégat Peter Mertens et aux cadres qui le soutiennent.
Leur place est dans l’auge aux cochons.

Cette interview oblige,à mon avis, le PTB soit à exclure ce dirigeant ou à convoquer un Congrès extraordinaire ou cours duquel il décidera de rester Marxiste et communiste ou de se retrouver en compagnie du PS (Parti Socialiste) dans la fange social-démocrate.

Nico Oldenhof 15/04/2019 (traduction Nic Enet)
"...Comme disait Bernstein, maintenant Peter Mertens dit : "Tout ce que Marx a écrit ne s'applique pas aujourd'hui."
Selon Bernstein (et aussi Peter Mertens), il est possible de rendre le capitalisme social : "Le capitalisme renforce les inégalités. ... mais le capitalisme doit devenir juste."
Lénine d'autre part : "....Toute la théorie de Marx est une application de la doctrine du développement - dans sa forme la plus cohérente, complète, réfléchie et riche en contenu - du capitalisme moderne. La première chose que toute la théorie du développement, toute la science en général, a très précisément établie, c'est ce que les utopistes ont oublié et ce que les opportunistes d'aujourd'hui, qui craignent la révolution sociale, oublient, c'est la circonstance qu'historiquement il doit y avoir une étape spéciale dans le passage du capitalisme au communisme.
Entre société capitaliste et société communiste ", poursuit Marx, " la période du changement révolutionnaire se situe de l'un à l'autre. Cela correspond également à une période de transition politique, "où l'Etat ne peut être que la dictature révolutionnaire du prolétariat...""

Traduit avec www.DeepL.com/Translator

Nic Enet
"PTB Parti du Travail de Belgique.
Où va le PTB ?
Introduction traduction et mise en majuscule Nic Enet (Alain Bednar) + [DeepL Traducteur) in de Zondag du 07/04/2019.

Le PTB s’échoue là où le mène sa tactique opportuniste, réformiste, électoraliste et anti-communiste : dans le marais de la social-démocratie, un peu plus bruyant, mais si peu, que le Parti Socialiste.
Il lui aura fallu 11 ans pour oser trahir ouvertement des principes déjà branlants.
Au Congrès de 2008 plusieurs camarades avaient compris et sont sortis du Congrès la tête basse ou même en pleurant. Je fus le seul à refuser les textes de ce Congrès et ce ne fut pas une décision facile. Mais aujourd’hui tous mes remords se sont envolés : le PTB n’est décidément pas un Parti Communiste. Pire il a trahi les travailleurs, les membres, les cadres honnêtes, pendant 11 ans et sans doute plus. Et plus grave, au lieu d'élever la conscience des travailleurs et des couches populaires, il l'a maintient le nez contre terre.

Mertens commence par une négation et une rupture de l’histoire du mouvement ouvrier et de l’histoire tout court : XXe siècle connais pas.
Du socialisme réel il ne retient que les « excès controversés » des soi-disants dictateurs : STALINE -rappelons qu’il utilisa la dictature du prolétariat pour transformer en moins de 15 ans un pays de serfs (féodalité en un pays instruit de constructeurs, d’inventeurs et de soldats capable d’écraser SEULS la puissance fasciste- et MAO, alors que cet homme libéra 700 000 000 de Chinois des griffes des puissances occidentales (Angleterre, France, USA) et japonaises, et construisit les bases de la Chine moderne.

Les débuts ?, Ludo Martens ? : pensée flamande de l’Ouest soi-disant gauchiste et controversée selon le journaliste. Par qui ? Tous les faux-culs et bénis oui oui qui dirigent le PTB aujourd’hui et ne disaient mot jusqu’en 1999. Saloperie.

« Nous sommes un parti marxiste moderne » déclare Mertens au journaliste qui se permet -sans être démenti- d’expliquer qu’il a jeté Staline et Mao par dessus bord et a embrassé la démocratie libérale.

Souffrant sans doutes de folie des grandeurs notre homme, dont l’œuvre ne consiste qu’en longues et assommantes sornettes petites bourgeoises, n’hésite pas à se comparer aux biologistes contemporains face à Darwin. Son Darwin à lui c’est bien entendu KARL MARX.

Petit intermède avec le traditionnel gâteau et son partage. Tiens pour le gâteau on se permet de revenir à l’enfumage du Parti Socialiste du XXe (toujours d'actualité au XXIe).
« Ne vous méprenez pas : je ne suis pas anarchiste. JE CROIS EN L'ESPRIT D'ENTREPRISE ET AU TRAVAIL. Je pense seulement que le GÂTEAU DEVRAIT ETRE PARTAGE EQUITABLEMENT» «C'était la base de Marx et c'est notre base aujourd'hui. Le capital en veut toujours plus. Nous tirons la carte des salariés. Ils doivent avoir leur part du gâteau. Le libéralisme va dans l'autre sens. »
MENSONGE, CE N’ETAIT PAS LA BASE DE MARX. NEGATION ABSOLUE DU MARX REVOLUTIONNAIRE OU IGNORANCE CRASSE OU PLUTOT LES DEUX A LA FOIS.

« Je ne peux pas réfuter que les recettes marxistes mènent à l'horreur comme en URSS, en Chine, au Venezuela, à Cuba, en Corée du Nord mais c’est au XXe siècle. Et d’ailleurs le nationalisme mène aussi à l’horreur. »
POUR CET INDIVIDU ECOEURANT : COMMUNISME = FASCISME.

Puis dans la foulée reniement complet du COMMUNISME : « Mais c'est … un terme chargé, donc je ne l'utilise plus ».

Rien d’étonnant à ce qu’il répudie la révolution socialiste pour un capitalisme plus juste (voir la comptine du gâteau) : « NON. LE SYSTEME N'IMPLOSE PAS. IL DOIT DEVENIR JUSTE. »".

De plus Mertens défend une Europe puissante (logiquement non socialiste) face aux ETATS-UNIENS et aux CHINOIS !!! ???"

Texte complet en français de Peter Mertens

« Peter Mertens (PVDA) fait des propositions radicales pour une société différente : "Les riches eux-mêmes ne savent pas quoi faire de leur argent".
Par
Paul Cobbaert -
7 avril 2019
BRUXELLES Le célèbre penseur allemand Karl Marx est encore branché et tendance deux cents ans après sa naissance. Ou du moins pour la PVDA. "Nous sommes un parti marxiste moderne ", déclare le président Peter Mertens. LES EXCES CONTROVERSES APPARTIENNENT AU PASSE, dit-il.

Le Parti du Travail a été baptisé en 1979. C'était le successeur du parti d'extrême gauche Amada, qui représentait "tout le pouvoir aux travailleurs". Le premier président était Ludo Martens, un Flamand de l'Ouest controversé qui se compromet avec des dictateurs communistes tels que Jozef Staline et Mao Zedong. Ce n'est qu'en 2008 que le parti a changé de cap, lorsque Peter Mertens a pris la barre. Cet Anversois, sociologue de formation, a jeté Staline et Mao par-dessus bord et a embrassé la démocratie libérale. "Nous sommes un parti marxiste moderne ", dit Mertens (49). "Je regarde Marx, comme les biologistes regardent Darwin. Marx a changé la donne, mais tout ce qu'il a écrit ne s'applique pas aujourd'hui. La société a évolué, mais le fondement de sa pensée demeure intact. Il en va de même pour Darwin et la biologie."

Quel est ce fondement, en langage humain ?

La lutte entre le travail et le capital. Chaque jour dans notre société, un gros gâteau est fait. Qui a le droit de manger ce gâteau ? Capitaux. Les actionnaires et les millionnaires reçoivent une part de plus en plus importante. Qui n'a pas ou peu le droit de manger le gâteau ? Les principaux créateurs, les ouvriers. C'est une bataille en cours. C'était la base de Marx et c'est notre base aujourd'hui. Le capital en veut toujours plus. Nous tirons la carte des salariés. Ils doivent avoir leur part du gâteau. Le libéralisme va dans l'autre sens.

Tu ne te prétends plus communiste. Ce mot est-il trop chargé ?

Je pense que le communisme est un mot noble, parce qu'il s'agit du commun. Mais c'est en effet devenu un terme chargé, donc je ne l'utilise plus.

Si vous regardez l'Union soviétique, la Chine, le Venezuela, Cuba ou la Corée du Nord, vous pouvez conclure que les recettes marxistes mènent à l'horreur. Pouvez-vous réfuter cela ?

(SOUPIRS) Vous faites référence au 20e siècle. Je peux réfuter ça ? Non. Ce qui s'est passé est ce qui s'est passé. Bart De Wever ne peut pas non plus réfuter le fait que le nationalisme mène à l'horreur. D'ailleurs, au siècle dernier, toutes les idéologies ont montré leur côté le plus sanglant. Le colonialisme. Le nationalisme. Le fascisme. Le libéralisme de Pinochet en Amérique latine. La question est de savoir qui a tiré les leçons.

Quelles leçons avez-vous apprises ?

Que le marxisme doit être anti-totalitaire et antidogmatique. Je ne crois pas en un catéchisme prescrit, même si c'est un catéchisme de gauche.

A quel pays voulez-vous être comparé ?

Sans aucun pays. Je vois des recettes intéressantes dans certains pays. En Suède, par exemple, la semaine de travail de 30 heures. Ou le modèle éducatif en Finlande. Ou les soins de santé gratuits à Cuba.

Parlerez-vous aussi de la Corée du Nord ?

(férocement) Non. C'est une dictature militaire. Je ne voudrais pas y vivre pour l'argent du monde. Le modèle que j'ai en tête est un nouveau modèle. Je ne peux donc pas comparer. Je me bats pour la justice. Pour ceux qui n'ont pas les moyens de payer leur maison de retraite, pour ceux qui sont privés d'eau et d'électricité, pour ceux qui vivent dans la pauvreté. C'est mon combat. Cela n'a rien à voir avec la Corée du Nord.

"Ce qui s'est passé est ce qui s'est passé. Le Weaver ne peut pas non plus réfuter le fait que le nationalisme mène à l'horreur."

Quelle est la différence fondamentale avec SP.A ?

La social-démocratie s'est pleinement intégrée au capitalisme. Nous n'allons jamais faire ça. Saviez-vous que, jusqu'aux années 1980, l'Amérique avait un taux d'imposition de 70 % sur les revenus les plus élevés ? Les États-Unis, hein ? Pas l'Union soviétique. Reagan l'a abolie et Clinton, un social-démocrate, n'y est pas retourné. Schröder en Allemagne et Blair en Grande-Bretagne, également deux sociaux-démocrates, ont pris des mesures similaires. Mme Clinton a également été la première à introduire les emplois hamburgers. Là encore, Schröder et Blair suivront.

Selon Marx, la lutte des classes conduira à l'implosion du capitalisme. Tu y crois, toi ?

Non. Le système n'implose pas. Il doit devenir juste.

Quel est le plus gros défaut ?

Le capitalisme renforce l'inégalité. Nous voulons mettre un terme à tout cela. Plus d'avantages pour les multinationales, plus de failles pour les millionnaires. Les riches ne savent pas quoi faire de leur argent. Ils l'ont laissé s'endormir au Panama. Nous voulons investir cet argent dans les soins de santé et l'éducation. Ne vous méprenez pas : je ne suis pas anarchiste. Je crois en l'esprit d'entreprise et au travail. Je pense seulement que le gâteau devrait être partagé équitablement. Un enfant sur quatre dans nos grandes villes grandit dans la pauvreté. Cela me rend rebelle.

Votre solution : plus d'état et moins de marché. Explique-moi ça.

Le marché a ses propres lois. La création d'un monopole. Renforcer les inégalités. Viser toujours plus de profit. Cela peut fonctionner dans certains secteurs. Pour ceux qui fabriquent des meubles, par exemple. Dans d'autres secteurs, cette situation est dévastatrice. Une maison de soins résidentiels aux mains du marché agit également en conformité avec les lois du marché. Le profit compte, pas la qualité des soins. Parfois, les personnes âgées doivent porter le même dorlotement pendant 24 heures. Les soins, l'éducation, l'énergie et les transports publics doivent être des services publics, à notre avis.

Vous voulez aussi une banque publique. Je me méfie d'un gouvernement qui veut mes économies.

Il faut se méfier des'Maurice Lippensen' qui investissent leurs économies dans des bulles. La crise bancaire de 2008 a prouvé que votre épargne n'est pas en sécurité dans une banque privée. Le gouvernement est le seul qui peut garantir vos économies.

Mon gouvernement a une dette de 450 milliards d'euros.

(Ne pas être dérangé Attendez une minute. La situation aujourd'hui est absurde, n'est-ce pas ? Les grandes banques spéculent à ce sujet, et lorsque les choses tournent mal, le gouvernement doit intervenir. Ce n'est pas possible. Nous croyons qu'une banque publique est nécessaire. Il devrait également être le seul à bénéficier d'une garantie de l'État sur l'épargne. Les banques privées peuvent continuer d'exister, mais sans garantie d'épargne de l'État. Si ces banques font faillite, qu'il en soit ainsi. Le gouvernement ne devrait pas payer pour cela.

Que faites-vous de cette dette colossale ?

Elle doit être réduite. Mais il faut d'abord qu'il y ait des investissements pour que l'économie se remette sur les rails. Alors il y aura de la place.

Votre programme promet le paradis sur terre : transports publics gratuits, soins gratuits, éducation gratuite, énergie bon marché, milliards supplémentaires pour le climat et les pensions. Votre facture est-elle correcte ?

Certainement. Un impôt sur la fortune devrait rapporter 8 milliards d'euros par an. L'élimination des échappatoires fiscales devrait rapporter plus de 5 milliards d'euros. Bon nombre de nos propositions contiennent également des économies, la norme de prime par exemple. Chaque spécialiste peut gagner un maximum de ce que gagne le Premier ministre, soit 230 000 euros bruts par an. Cela rapporterait 700 millions d'euros. Nous croyons toutefois que les investissements importants ne devraient pas être inclus dans le budget. Ce ne sont pas des dépenses ordinaires.

Est-ce que tous vos services gratuits s'appliquent aux Marc Couckes de ce monde ?

Oui, nous croyons que ces services sont des droits fondamentaux et qu'ils s'appliquent donc à tous. Le problème de Marc Coucke n'est pas qu'il peut aller nager gratuitement. Ces hommes ne font pas ça de toute façon. Ils préfèrent prendre leur catamaran autour de Curaçao. Le problème, c'est que les enfants d'Albert Frère ne paient pas un euro pour un héritage de 6,5 milliards. C'est la décadence à laquelle nous voulons nous attaquer.

Pourquoi voulez-vous un prix maximum pour le pain, l'eau et le loyer ?

Parce que ce sont des produits vitaux. Ce que les gens osent demander dans un appartement de nos jours, c'est scandaleux.

N'est-ce pas une restriction de liberté ? N'ai-je pas le droit de demander ce que je veux pour mon appartement ?

Parfois, une liberté entre en collision avec une autre. Alors un gouvernement doit intervenir. Aujourd'hui, la liberté de vivre est limitée. Beaucoup de gens ne peuvent vivre nulle part, parce que la location est trop chère. Je veux m'attaquer à la crise du logement. Nous voulons mettre en place une grille de prix, en fonction du nombre de chambres, de la qualité, etc. Toute personne qui loue un appartement avec un ordinateur portable pourra demander un bon prix. C'est comme ça qu'on se débarrasse des chefs de ménage.

Quelque chose d'autre. Si l'homme n'agit pas pour le climat, l'apocalypse est-elle inévitable ?

(résolument) Oui. Marx y travaillait déjà. Le problème climatique est un problème systémique. Le capitalisme exploite aussi notre planète. Prenez les géants du pétrole. Ils sont encore sur une montagne de ressources fossiles. Si tous ces éléments sont exploités, la terre sera irrémédiablement endommagée. Le gouvernement doit donc intervenir.

Votre parti veut réduire les émissions à zéro d'ici 2050, mais en même temps réduire les prix de l'énergie et du carburant. Comment conciliez-vous cela ?

Nous ne sommes pas un car party, si vous le pensez. Nous croyons fermement aux transports publics. Mais nous ne croyons pas aux mesures punitives comme la tarification routière et les taxes coûteuses. Ils n'entraînent que des factures plus élevées pour les gens ordinaires. Ce n'est que lorsque tout le monde a une alternative que l'utilisation de cette voiture peut devenir plus chère. Afin de réduire les émissions, nous nous tournons d'abord et avant tout vers l'industrie.

"Les banques privées peuvent continuer d'exister, mais sans garantie d'épargne de l'État. Si ces banques font faillite, qu'il en soit ainsi."

Voyez-vous la société multiculturelle comme un enrichissement ? Oui ou non ?

(hésitant) Oui. Les gens migrent. Cela a toujours été le cas. Mais ce n'est pas une histoire facile.

N'êtes-vous pas en faveur de l'ouverture des frontières, comme certains le prétendent ?

Pas du tout. La migration ne mène pas nécessairement à des situations heureuses. C'est peut-être le cas pour ceux qui possèdent un vignoble en Toscane, mais ceux qui viennent au Seefhoek, où vivent 180 nationalités, parleront autrement. Je pense que le débat sur la migration est hypocrite. Pourquoi les gens migrent-ils ? Rarement pour leur plaisir, vous savez. Ils le font pour la guerre, la pauvreté et le climat. Quel est le bilan de la guerre contre l'Irak ? De la guerre contre la Libye ? Contre la Syrie ? L'Ouest a ouvert la boîte de Pandore là-bas, mais personne ne le dit. Nous devons nous attaquer à ces causes.

Vous êtes pour la séparation de l'Église et de l'État, mais en même temps vous voulez autoriser les symboles religieux partout. Comment conciliez-vous cela ?

Cette séparation est un principe important de notre société. Aucune religion ne peut changer cela. Quelque chose d'autre est l'expérience individuelle de la religion. Pour certains, l'expression religieuse est un élément crucial de leur identité. Ce déclin a conduit à des situations dangereuses dans le passé. Nous ne voulons pas cela.

Permettez-vous à quelqu'un avec un foulard de se tenir devant la classe ?

Si, tu peux le faire. Ce qui compte pour moi, c'est ce que fait un professeur, pas ce qu'il porte. Un enseignant qui remet en question la séparation entre l'Église et l'État, ce n'est pas possible.

Le PVDA est le seul parti national dans notre pays. Est-ce aussi de l'idéologie ?

Oui, ça l'est. La Belgique est le seul pays fédéral où les partis politiques sont divisés. N'est-ce pas bizarre ? Mais je ne suis pas un patriote. Je suis même républicain. Mais je ne comprends vraiment pas le nombrilisme. La N-VA veut diviser la Belgique. N'est-ce pas idiot ? Ce pays est aussi grand qu'un petit pois. Réveillez-vous, chers amis, nous sommes au 21e siècle. Elle sera dominée par l'Amérique et la Chine, quand l'Europe se fera connaître par le nombrilisme.

Quelles trois mesures allez-vous prendre immédiatement si vous obtenez la majorité absolue ?

-> Nous réduisons la TVA sur l'énergie de 21% à 6%. L'énergie est un droit fondamental et non un produit de luxe comme le caviar ou le champagne. C'est ainsi que nous augmentons le pouvoir d'achat. Aujourd'hui, les familles paient leurs factures d'électricité en bleu. En cinq ans, le prix de l'électricité a augmenté de près de quarante pour cent. Mais pour les grandes entreprises, le prix a baissé. Alors qu'une personne comme Fernand Huts reçoit des millions de dollars en subventions pour l'électricité verte, les gens ordinaires en paient le prix. C'est injuste.

-> Nous voulons supprimer toutes les échappatoires fiscales pour les multinationales. Nous veillons à ce que les grandes banques et les multinationales paient également leurs impôts. Il est inacceptable que KBC réalise un bénéfice d'un milliard d'euros et qu'elle paie à peine 0,7 % d'impôt sur ce bénéfice. Par exemple, l'État manque des millions. Nous avons besoin de cet argent, par exemple, pour faire passer toutes les prestations au-dessus du seuil de pauvreté.

-> Nous réduisons de moitié les salaires des ministres et des parlementaires. Les politiciens sont à peu près les seuls à fixer leurs propres salaires. Par conséquent, leurs allocations sont très élevées. Les ministres qui gagnent 10 000 euros par mois ne savent plus ce qui se passe au sein de la population. Les députés exigent que les gens travaillent jusqu'à l'âge de 67 ans, mais ils doivent s'assurer qu'ils peuvent quitter leur emploi lorsqu'ils auront 55 ans. Et quand ils arrêtent, ils se versent une indemnité de départ très élevée. Nous abolissons tous ces privilèges. »

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Le tournant du mouvement communiste international  POURQUOI LE PCB A QUITTÉ LE PGENouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum