Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Chine : capitalisme ou socialisme ? 

 sur la politique du logement

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11779 messages postés
   Posté le 08-05-2019 à 22:48:44   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Réglementation du logement nécessaire pour une croissance économique stable et le bien-être de la population

Par Sheng Songcheng Source: Global Times Publié le 2019/5/8 20:43:40

http://www.globaltimes.cn/content/1149068.shtml

La dernière politique immobilière chinoise aidera le secteur à progresser dans la bonne direction. Destiné à réguler les prix du logement, le pays fera progresser l’économie réelle et augmentera les revenus des ménages.
Le revenu des ménages devrait dépasser la hausse des prix des maisons. La réduction du ratio prix / revenus dégonflera la bulle immobilière et rétablira les prix du logement.

Il a été rapporté que le marché du logement a connu un retour en force après le Nouvel An chinois. Le Bureau national de la statistique (NBS) a publié un rapport selon lequel la découverte de logements neufs et de seconde main dans 70 grandes villes chinoises, en particulier dans les villes de troisième et quatrième rang, a connu une augmentation en mars.
Pour développer un marché immobilier sain et durable, la Chine doit s’en tenir à la réglementation du secteur.

La politique répond à de multiples préoccupations. Premièrement, il considère à la fois l'offre et la demande. Deuxièmement, il protège contre un afflux important d'argent dans le secteur immobilier. Troisièmement, les attentes selon lesquelles les prix des logements ne baisseront jamais devraient être changées. Enfin, les prix des logements resteront stables afin que les revenus des ménages puissent rattraper leur retard. La situation macroéconomique de la Chine bénéficiera également de la stabilité des prix du logement.

Plusieurs facteurs ont contribué à la récente reprise du marché immobilier. L'un d'entre eux est l'économie. Aujourd'hui, l'économie s'est stabilisée et les entreprises ont montré une plus grande confiance.
Selon la NBS, l'indice des directeurs d'achat a rebondi de 49,2% en mars à 50,5% en mars. Il s'agit du chiffre le plus élevé enregistré depuis cinq mois, ce qui indique que l'économie générale s'est améliorée. Le dernier chiffre montre que le PMI est toujours dans la zone d'expansion, enregistrant 50,1 en avril 2019.
Les investissements dans les infrastructures ont entraîné une croissance saine des investissements, tandis que les secteurs manufacturiers ont connu une modernisation. Les entreprises privées bénéficient également d'un soutien politique accru et les pressions externes se sont temporairement atténuées.
De plus, les politiques monétaire et budgétaire se sont coordonnées, en maintenant des liquidités suffisantes. La Banque populaire de Chine a publié des données révélant une croissance de 8,6% du M2 en mars, en hausse de 0,6% par rapport à la période précédente.
Un autre facteur est que plus de personnes se déplacent vers les villes à mesure que les seuils d'enregistrement du hukou ont été assouplis.
La politique a montré des signes d'assouplissement, les villes réduisant les taux hypothécaires des premiers acheteurs. Bien que pas à grande échelle, cette tendance doit être prise en compte.

Globalement, le secteur immobilier national continuera de résister aux hausses de prix potentielles.

Au cours de la dernière décennie, les politiques immobilières ont oscillé entre un assouplissement en période de ralentissement économique et un resserrement en cas de flambée des prix de l'immobilier. Cette dernière politique de contrôle découle de 2015, lorsque les prix du logement ont monté en flèche.
Les ajustements du marché immobilier entraîneront une réduction des revenus des administrations locales générés par la vente de terrains, mais la stabilité des prix sera toujours une priorité.
Étant donné que la réglementation immobilière est directement liée au développement économique et au bien-être, une réglementation gouvernementale est nécessaire, de même qu'une allocation des ressources axée sur le marché.

Premièrement, la réglementation devrait prendre en compte à la fois l’offre et la demande. Au fil des ans, la réglementation immobilière chinoise s'est davantage concentrée sur la limitation de la demande. Cependant, il s’agit d’une mesure opportune et non d’une solution aux déséquilibres entre offre et demande. Sans résoudre le problème, chaque fois que la politique d'achat de logements sera assouplie, la demande de biens immobiliers qui s'est accumulée au fil des ans va généralement choquer le marché.

Deuxièmement, en tant que secteur basé sur le capital, le secteur immobilier est étroitement lié au secteur financier. Son taux de profit brut est également plus élevé que celui des industries manufacturières, ce qui attire davantage de capitaux dans le secteur immobilier.

L'utilisation de la réglementation peut aider à ramener la rentabilité du secteur immobilier à un niveau moyen parmi les industries et à optimiser l'affectation des ressources avec le secteur immobilier et l'économie réelle.

Troisièmement, les attentes influent sur le comportement du marché, mais elles ne sont pas toujours rationnelles. Souvent, ils sont auto-actualisés et ne font que se renforcer.

S'il y a trop de contrôle du côté de la demande, cela ne changera pas les attentes existantes, mais les renforcera. Davantage de réglementation du côté de l'offre devrait être adoptée. La dernière série de réglementations immobilières a dans une certaine mesure répondu aux attentes. Et nous ne devrions pas nous arrêter là.

En résumé, la Chine devra maintenir les prix du logement à un niveau stable pour que les revenus des ménages puissent rattraper leur retard. Les États-Unis et le Japon ont payé un lourd tribut en s'attaquant à leurs bulles immobilières respectives et aux prix élevés de l'immobilier, ce qu'il convient d'éviter autant que possible.

Au Japon, les prix des logements ont atteint leur niveau le plus bas en 1991. Les risques liés au marché immobilier se sont étendus au marché financier et à l'économie réelle, mettant ainsi fin à l'âge d'or de la forte croissance du Japon et à le pousser dans une période de faible croissance de 20 ans.

Contrairement aux États-Unis et au Japon, en Chine, les terrains urbains appartiennent à l’État et les terres rurales sont normalement des propriétés collectives, ce qui leur permet de mieux contrôler l’offre de terrains.

La réglementation immobilière repose sur la détermination du gouvernement. Faire correspondre la demande à l’offre stabilisera le marché et garantira la bonne mise en œuvre de la réglementation.

L'auteur est conseiller principal à la Banque populaire de Chine et professeur auxiliaire d'économie et de finance à la China Europe International Business School. bizopinion@globaltimes.com.cn

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Chine : capitalisme ou socialisme ?  sur la politique du logementNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum