Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Le tournant du mouvement communiste international 

 La Parti cubain combat pour l'unité

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18426 messages postés
   Posté le 12-02-2023 à 13:24:26   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Inauguration de la première rencontre internationale des publications des partis et mouvements politiques de gauche

12 FÉVRIER 2023

https://histoireetsociete.com/2023/02/12/inauguration-de-la-premiere-rencontre-internationale-des-publications-des-partis-et-mouvements-politiques-de-gauche/

Comme d’habitude c’est de Cuba que nous vient une proposition d’union des communistes et des forces progressiste pour imposer la paix dans la justice, libérer le monde de l’étranglement des blocus, des sanctions, pour tracer une perspective. Nous sommes entrés dans une nouvelle ère et il y a la nécessité avec esprit de responsabilité et détermination d’en mesurer les possibles. Ce que le capitalisme ne peut pas résoudre, le socialisme le peut c’est la conviction et la démonstration cubaine. Il y a eu récemment une visite de Fabien Roussel à la Havane, un engagement, il ne s’agit pas d’un surplus de lutte mais une manière de donner un sens à celles qui se développent en France et dans le monde, encore faut-il que les communistes, les progressistes ne donnent pas un sens trop limité à cette “solidarité” nous avons encore plus besoin de l’expérience et de la combativité cubaine que ce qu’ils ont besoin de nous, ils sont l’avant-garde de l’humanité. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour Histoireetsociete)



Par: Claudia Fonseca Sosa, Ismael FranciscoDans cet article: Casa de las Américas, Cuba, Culture, Salon international du livre, Photographie, Gauche, Littérature, Parti communiste de Cuba (PCC),Politique10 février 2023 | 1 |

Diaz-Canel participe à une réunion internationale de publications de gauche

La première Rencontre internationale des publications théoriques des partis politiques et des mouvements de gauche a commencé à se réunir aujourd’hui à la Casa de las Américas, à La Havane, dans le but de débattre des défis des forces progressistes dans le monde d’aujourd’hui.

L’événement organisé par la revue Cuba Socialista, organe théorique et politique du Parti communiste de Cuba, aura lieu jusqu’à dimanche prochain dans le cadre de la Foire internationale du livre de La Havane, avec la participation de près d’une centaine de personnalités de 34 pays et d’environ 40 théoriciens et universitaires cubains.

Roberto Morales Ojeda, membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste de Cuba et Secrétaire de l’Organisation, a assisté à l’inauguration de la réunion; Rogelio Polanco Fuentes, chef du Département idéologique du Comité central; Emilio Lozada García, chef du Département des relations internationales du Comité central; Alpidio Alonso, ministre de la Culture, et Abel Prieto, président de la Casa de las Américas.

Des représentants du Bureau national de l’Union des jeunes communistes de Cuba, des représentants du corps diplomatique accrédité dans le pays, de l’Union des écrivains et artistes de Cuba (UNEAC) et de l’Association Hermanos Saíz (AHS) étaient également présents.

En accueillant les délégués et les invités, Rogelio Polanco a déclaré que nous sommes unis par la solidarité militante face à la crise économique, sociale, sanitaire et environnementale du monde d’aujourd’hui, que le capitalisme n’est pas capable de résoudre.

Il a évoqué le scénario mondial caractérisé par la crise multidimensionnelle du capitalisme, aggravée par l’impact de la pandémie de covid-19, les inégalités croissantes frappant les larges masses, la résurgence de la guerre froide, les coups d’État et les interventions militaires et la manipulation des médias.

La gauche a besoin de la théorie révolutionnaire comme instrument de lutte pour la justice sociale, a déclaré Polanco Fuentes.

Nous devons cultiver la foi dans la victoire, car sans elle, nous ne pourrons pas déplacer des montagnes, a-t-il ajouté, appelant à comprendre que seuls nous n’atteindrons pas la victoire.

Les révolutionnaires doivent se libérer des réseaux symboliques du capitalisme et nous sommes obligés de forger l’espoir face à l’égoïsme, symbole indubitable du capitalisme, a-t-il dit.

Il a également souligné la résistance de Cuba aux efforts incessants de l’impérialisme pour mettre fin à la Révolution.

Nous sommes confrontés à une guerre non conventionnelle et à une subversion politique qui tente de montrer Cuba comme un État défaillant, mais ces actions sont vouées à l’échec parce que, comme l’a dit Fidel, Cuba ne sera jamais soumise, a déclaré Polanco Fuentes.

Selon les organisateurs, la réunion vise à réfléchir en séances plénières sur des questions telles que l’impérialisme américain et la nouvelle configuration géopolitique mondiale, le socialisme et la jeunesse, la solidarité et l’unité de la gauche et l’héritage du dirigeant historique de la révolution cubaine Fidel Castro.

Les universitaires présents ce vendredi à la Casa de las Américas ont convenu que dans le monde d’aujourd’hui, il est urgent d’infuser des concepts basés sur des valeurs telles que la solidarité, l’équité et le développement social de la défense et du respect des droits individuels et collectifs des êtres humains.

Le matin de l’événement, le panel L’impérialisme américain et la nouvelle configuration géopolitique mondiale s’est tenu, modéré par Enrique Ubieta, directeur de la revue Cuba Socialista.

En dialogue avec la presse, Ubieta a jugé très positive la réponse à l’appel avec la présence de personnalités telles qu’Atilio Borón et Ignacio Ramonet, parmi d’autres intellectuels éminents, politiciens, directeurs de médias et dirigeants de partis de gauche en Amérique latine.


Première rencontre internationale des publications théoriques des partis et mouvements politiques de gauche. Photo: Ismael Francisco / Cubadebate.

Ce vendredi, Abel Prieto Jiménez, président de la Casa de las Américas, a animé l’atelier Fidel et la solidarité internationale, qui a vu l’intervention magistrale de l’intellectuel espagnol Ignacio Ramonet.

Ramonet a retracé l’histoire des mouvements progressistes et de la solidarité entre les nations du Sud, un processus marqué par l’empreinte de Fidel Castro.

Cuba socialista a été fondée en septembre 1961 par le commandant en chef Fidel Castro Ruz, après avoir déclaré le caractère socialiste de la Révolution cubaine, en avril de la même année.

S’exprimant devant les délégués, l’éminent intellectuel argentin Atilio Borón a affirmé que nous avons des raisons de nous inquiéter de l’impérialisme contemporain, car il est devenu plus violent que jamais. C’est un impérialisme qui vient sentir la chaleur d’un système qui s’effondre, a-t-il dit.

Nous le voyons dans la guerre en Ukraine, un épisode traumatisant caractéristique des transitions hégémoniques, a-t-il déclaré.

Atilio Borón a montré que nous approchons d’un système post-hégémonique ou multipolaire en déclin qui exacerbe leur agressivité et leur désir de domination.

Il a souligné que les États-Unis ont changé de langage en se référant à l’Amérique latine, à l’heure actuelle, ils parlent du contrôle de notre voisinage, comme quelque chose de propre, dans lequel ils prétendent qu’ils ont coexisté harmonieusement.

Les États-Unis déclarent que « nous devons continuer à vivre en harmonie, nous devons empêcher les sujets ennuyeux de venir dans ce quartier pour perturber l’ordre et venir prendre le contrôle de nos ressources », a-t-il déclaré.

Il a également averti que l’impérialisme a beaucoup changé, développant une stratégie de domination, basée sur le soft power pour se passer des coups d’État militaires, qui repose sur la gestion des réseaux sociaux, de la culture et des médias comme armes de domination.

Pour sa part, Marcelo Rodríguez, délégué du Parti communiste argentin, a souligné que 200 ans après la doctrine Monroe, les stratégies de l’impérialisme sont perfectionnées et recourent à des coups d’État doux et à des processus de déstabilisation.

Il a ajouté que l’impérialisme a également recours à la violence comme méthode essentielle pour éviter de perdre sa domination et son contrôle sur l’hémisphère occidental ou sa soi-disant arrière-cour.

Il a réitéré que nous avons dans le marxisme le meilleur outil pour faire face à cette lutte. « Nous, auteurs de revues théoriques, devons contribuer à cette grande bataille d’idées, coordonner nos travaux et lier les initiatives politiques en fonction de la réalité de chaque pays », a-t-il déclaré.

Pendant ce temps, Isabel Monal, prix national des sciences sociales et humaines, a souligné que dans le débat entre marxistes et léninistes, il y a eu au cours des dernières décennies le dilemme de savoir si nous sommes confrontés à un nouveau type d’impérialisme ou à une nouvelle étape de l’impérialisme. Selon lui, nous vivons une nouvelle étape du capitalisme.

L’intellectuel cubain a souligné que nous sommes confrontés à une nouvelle étape de l’impérialisme, il est donc nécessaire d’élaborer pour les forces marxistes une vision dialectique qui nous permette de faire face aux façons d’agir de l’impérialisme.

Il a ajouté que l’impérialisme inventait parfois des termes et, dans le cas de Cuba, désignait « l’État failli ». Monal a souligné que la première chose est de vérifier si cette matrice est vraie et si oui, elle ne lui donne pas de raisons de priver une nation de sa souveraineté.

Les représentants de la Grèce, de la Bolivie et du Venezuela ont également évoqué les agressions constantes de l’impérialisme contre les forces progressistes et ont donné comme exemple Cuba, pays soumis à plus de 60 ans de blocus.

Ce samedi aura lieu la présentation du livre The Age of Conspiracy Making, d’Ignacio Ramonet. Il y aura également un atelier sur la jeunesse et le socialisme et la présentation des derniers volumes des revues Cuba Socialista, Marx Ahora, Caminos et Casa de las Américas.

Diaz-Canel participe à la réunion internationale de publications de gauche

Première rencontre internationale des publications théoriques des partis et mouvements politiques de gauche. Photo: Ismael Francisco / Cubadebate.

Avec la présence du premier secrétaire du Comité central du Parti communiste de Cuba et président de la République, Miguel Diaz-Canel Bermúdez, la session de l’après-midi de la première Rencontre internationale des publications théoriques des partis politiques et des mouvements de gauche, qui se réunit depuis vendredi à la Casa de las Américas, s’est poursuivie.

Selon l’ordre du jour de l’événement, au cours de l’après-midi, le contenu du plan d’action de la réunion sera abordé, qui doit être finalement approuvé lors de la session de samedi.

Le président Diaz-Canel a remercié tous les délégués pour leur présence à cet événement de publications théoriques, la troisième rencontre internationale qui, ces derniers mois, a réuni des intellectuels et des penseurs progressistes et de gauche à La Havane.

Ce sont des réunions nécessaires, a-t-il dit, afin de coordonner les actions et de parvenir à un consensus sur la manière de relever les défis de nos peuples.

Il a appelé à l’approbation d’un plan d’action qui atteigne réellement les peuples, que nous le mettions en œuvre, que nous en assurions le suivi et que nous évaluions ses résultats.

Il a affirmé que cet événement est très important pour Cuba et se déroule dans le contexte de la plus grande foire culturelle qui se déroule à La Havane, après l’assaut de la pandémie de covid-19.

Nous avons identifié les principaux problèmes d’un monde plein de contradictions et d’urgences, a-t-il déclaré et a appelé à parvenir à un consensus qui nous permettra de résoudre les graves problèmes sociaux.

Il a commenté qu’avec la pandémie, les riches sont devenus plus riches et les pauvres plus pauvres, nous sommes donc appelés à lutter contre ce langage de guerre et de sanctions, où ceux d’entre nous qui ne veulent pas se plier aux desseins de l’empire ont de moins en moins d’espace.

L’empire est en crise et a de nouveau eu recours à la guerre pour nourrir son complexe militaro-industriel, a-t-il déclaré.

« Les États-Unis ont montré une énorme capacité à transformer les mensonges en réalité et à se montrer comme les sauveurs du monde, alors qu’en fait ils ne le sont pas. »

Nous devons être attentifs aux théories pour confondre le maintien du capitalisme, mais d’un point de vue plus léger, il a averti et appelé à observer ces phénomènes plus profondément.

Les exclusions persistent également, a dénoncé le président cubain, comme ce qui s’est passé au sommet de Los Angeles en juin dernier. « Ceux qui y sont allés ont dit aux États-Unis en face qu’il ne pourrait plus y avoir de sommets des Amériques sans la présence de Cuba, du Venezuela et du Nicaragua. »

Diaz-Canel a appelé à l’aide dans la science et l’innovation, pour faire face à la lutte culturelle contre-hégémonique.

L’empire profite des plateformes médiatiques et de l’industrie du divertissement pour porter ses messages et imposer une logique capitaliste et néolibérale, nous devons donc consolider les plateformes contre la colonisation culturelle, a-t-il déclaré.

Il a appelé à la conception d’un plan solide contre la colonisation culturelle et a affirmé que nous devons être convaincus qu’un monde meilleur est possible, et nous avons Fidel et Chávez comme références.

Le président a dénoncé le fait qu’au pire moment de la pandémie, les États-Unis ont fait pression sur les entreprises pour qu’elles ne nous vendent pas d’oxygène médical. Le blocus que nous vivons aujourd’hui n’est pas celui d’il y a des années, mais un blocus intensifié avec plus de 240 mesures du gouvernement Trump et que Biden a maintenu.

Nous avons créé la logique de la résistance créative et ainsi vaincu le covid-19, en concevant nos propres ventilateurs pulmonaires et nos propres vaccins, a-t-il souligné.

Il a affirmé que les États-Unis punissent Cuba en l’inscrivant sur la liste des pays qui parrainent le terrorisme, ce qui nous met dans une situation financière compliquée.

« Nous ne nous permettrons pas d’imposer des modèles de démocratie supposée, parce que nous avons le nôtre et nous continuerons à le défendre et à le perfectionner. »

Il a également évoqué l’importance de la solidarité et la possibilité d’exprimer par des actes concrets les principes qui sont défendus. Finaugurado-primer-encuentro-internacional-de-publicaciones-de-partidos-y-movimientos-politicos-de-izquierda

Image
Première rencontre internationale des publications théoriques des partis et mouvements politiques de gauche. Photo: Ismael Francisco / Cubadebate.

La réunion a lieu dans le cadre de la Foire internationale du livre de La Havane. Photo: Ismael Francis

Avec la participation d’une centaine de personnalités de 34 pays et d’environ 40 penseurs et universitaires cubains. Photo: Claudia Fonseca Sosa/ Cubadebate.

En vidéo, premier jour de la réunion
http://www.youtube.com/embed/KSUgNzwgI3g?rel=0


L’histoire de Seymour Hersh : Les États-Unis ont fait sauter les gazoducs Nord Stream11 février 2023 | |+

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Le tournant du mouvement communiste international  La Parti cubain combat pour l'unitéNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum