Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Histoire 

 Le pacte germano soviétique

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
2564 messages postés
   Posté le 28-04-2013 à 10:56:21   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

Vu sur http://www.gauchemip.org/spip.php?article5089

Le pacte germano soviétique (par le blog PCF des Pyrénées atlantiques)
lundi 19 janvier 2009.
Source : http://communiste64.skyrock.com/2138683329-Le-pacte-germano-sovietique.html

L’objectif de ce travail sur le Pacte Germano soviétique est de rétablir la réalité historique sur cet évènement ou du moins tenter de s’en approcher en combattant tous les mensonges que l’idéologie bourgeoise nous enseigne comme LA vérité...Car nous avons pu nous apercevoir que bien souvent la vérité historique a été tronquée voire cachée, dissimulée, falsifiée par les dominants et leurs représentants pour ne pas éveiller le peuple, la classe travailleuse sur les aspects sombres de notre régime « démocratique » (entendre ici démocratie bourgeoise) et sur les soi- disant « régimes totalitaires communistes » qui seraient l’égal du nazisme.
Le pacte germano-soviétique signé le 23 août 1939 fait partie de ces traits d’histoire modifiés par les classes dirigeantes pour discréditer les communistes mais aussi pour faciliter la rapprochement nazisme= communisme. Pour la bourgeoisie, l’URSS aurait signé un « traité d’alliance » avec le IIIème Reich (il ne s’agit en fait que de non agression), en faisant son « allié », notamment pour la « conquête » de la Pologne...Ceci bien sûr jusqu’à ce que Hitler lance son opération offensive sur l’URSS en juin 41 date à laquelle l’URSS aurait alors rejoint les « alliés », le bon côté. Cette version pourtant bien ancrée chez tous les hommes vivant dans nos puissances occidentales ne semble pas être vraie, car l’histoire a été tronquée, on oublie de savoir ce qu’il s’est passé avant le pacte, quel était le véritable contexte historique...Quelles ont été les relations entre URSS démocraties, URSS- Reich et Démocraties- Reich ? En analysant ces 3 relations, on se rend compte que l’Urss n’a pas eu le choix si elle voulait ne pas subir les attaques fascistes voire impérialistes...Ce pacte de non-agression lui a permis l’armement et la préparation de ses défenses permettant ainsi la victoire finale et totale sur le nazisme...N’Est-ce pas le conservateur et anticommuniste anglais, Churchill qui affirmait dans son ouvrage sur la Seconde Guerre Mondiale :
« Le gouvernement soviétique était convaincu, à la suite de l’affaire de Munich et pour beaucoup d’autres raisons, que ni la Grande Bretagne, ni la France ne se battrait avant d’avoir été attaquée, et qu’alors elles ne pourraient pas faire grand-chose. L’orage approchait et aller éclater. La Russie était obligée de veiller à ses intérêts. » [1]
Voila comment Churchill analyse la situation dans laquelle était l’URSS...face au pacifisme bourgeois sympathisant envers les nazis, l’URSS était bien seule...D’où la nécessité, pour sauvegarder les acquis de la révolution de 1917, de signer un pacte de non-agression avec le pire de ses ennemis...Pourtant auparavant, l’URSS avait multiplié les gestes pour une alliance avec la France, l’Angleterre, se faisant même insulter de « traître » au prolétariat par les Trotskystes, mais toujours, elle s’était heurtée à des refus. Les élites bourgeoises (banques, grandes entreprises) qui dirigeaient ces pays avairnt un plus grand intérêt à flirter avec le fascisme...La pression sur les salaires était pour eux d’un bien plus grand intérêt, surtout en période de crise...
Tout cela, nous essayerons de l’analyser dans cet essai.
Le début des années 30 : entre crise et fascisme
Le contexte socio-économique du début des années 30 est très difficile pour les puissances capitalistes et impérialistes. En effet, ces états connaissent entre 1929 à 1933 une crise économique sans précédent, la plus désastreuse que le monde capitaliste ait jamais connue encore de nos jours. Le nombre de chômeurs dans les grands pays impérialistes s’élevait à plus de 30 millions de personnes. La production descendit même à 50% de son niveau d’avant crise[2]. Du fait de cette crise généralisée à l’ensemble du monde capitaliste, la lutte pour les débouchés, pour les matières premières était devenue une âpre lutte entre différents états impérialistes qui se disputaient les différentes zones d’influence, les différents pays dépendants (colonies).
Les régimes les plus agressifs pour arracher les zones d’influences étaient les régimes dits fascistes tels que l’Italie, l’Allemagne, le Japon. Avant d’aller plus loin, il nous faut définir le concept de « fascisme » pour que le lecteur comprenne bien ce que par « fascisme » nous désignons.
Pour Staline, la dictature fasciste était « la dictature des éléments capitalistes les plus réactionnaires, les plus chauvins, les plus impérialistes »[3].
Le fascisme est donc la dictature terroriste exercée par la frange la plus réactionnaire de la bourgeoisie visant à anéantir toute opposition de la classe ouvrière et des éléments progressistes, à pousser l’exploitation des travailleurs de façon plus aiguë. La dictature fasciste est caractérisée par la suppression des libertés du démocratisme bourgeois, la suppression des organismes ouvriers et progressistes. Mais malgré tout, la base économique des régimes fascistes reste la même, c’est-à-dire le capitalisme, la propriété privée des moyens de production, l’exploitation des travailleurs. Le fascisme se caractérise aussi par une agressivité conséquente en politique extérieure notamment pour se réapproprier les territoires, les zones d’influences, les richesses. En effet, pour combler cet objectif, il fait la guerre dans « le but d’asservir les peuples indépendants et de conquérir la domination mondiale. » [4] Sur le plan idéologique, le fascisme s’appuie sur la théorie raciste de race supérieure ou inférieure...En clair, le fascisme est l’ennemi juré de la classe ouvrière puisqu’il est le dernier recours qu’ont trouvé les capitalistes les plus réactionnaires pour faire face à la crise en exerçant des pressions salariales sur le prolétariat (en interdisant les partis ouvriers et les oppositions) et en déclarant des guerres rapines pour se réapproprier les zones d’influence.
Grâce à ce nouveau type de régime, l’Italie, l’Allemagne et le Japon (en 1931, ce dernier a d’ailleurs envahi la Chine et se positionne sur les frontières avec l’Union Soviétique) ont réarmé leurs pays pour préparer la guerre, et ont pu facilement étouffer la classe laborieuse, contrairement aux états capitalistes démocratiques « classiques » où la classe ouvrière veillait à ses intérêts et où les cliques bourgeoises les plus réactionnaires étaient adeptes du fascisme et ne voulaient en aucun cas la guerre contre les fascistes allemands, italiens, japonais même si ces derniers avaient des prétentions dans ces pays[5].
Le fait qui montre que les puissances impérialistes comme la France, la Grande Bretagne, les Etats-Unis avaient des intérêts avec les puissances fascistes est qu’ils employèrent une politique de non-intervention face aux agressions fascistes même si cela allait contre leurs intérêts économiques immédiats (nous verrons cela notamment pour le cas de l’Espagne).
Le monde apparaissait donc coupé en deux : -d’un côté, il y avait les Etats capitalistes, basés sur la propriété privée des moyens de production, la domination de la minorité bourgeoise sur la majorité de travailleurs. On y retrouvait les puissances bourgeoises « traditionnelles » comme la France, l’Angleterre, les Etats-Unis, mais aussi les régimes de type fasciste comme l’Italie de Mussolini, le Japon ou encore l’Allemagne nazie. Tous ces Etats sont caractérisés par les mêmes rapports de production. Les dominants et dominés y sont les mêmes contrairement à ce que la presse et l’enseignement bourgeois nous apprend. Le national socialisme malgré son nom de « socialisme » et ses slogans mystificateurs « anti-libéralisme » ou « anticapitalistes » ont favorisé plus que jamais le capital. Et ce mensonge, Staline et les soviétiques l’ont très vite compris : « La bourgeoisie allemande voyait que les libertés démocratiques bourgeoises qui subsistaient dans le pays pouvaient lui jouer un mauvais tour, que la classe ouvrière pouvait disposer de ses libertés pour développer le mouvement révolutionnaire. Aussi, elle avait décidé que pour maintenir son pouvoir en Allemagne, il n’y avait qu’un seul moyen : anéantir les libertés bourgeoises, réduire à zéro le parlement (le reichstag) et instaurer une dictature terroriste de la bourgeoisie nationale. » [6] Les Soviétiques avaient donc bel et bien compris le danger du fascisme dès ses débuts en Allemagne, dénonçant d’ailleurs l’utilisation du mot « socialisme » pour séduire les travailleurs allemands : « La bourgeoisie allemande appela au pouvoir le parti fasciste, qui pour tromper le peuple, s’intitule Parti National Socialiste. » [7]
Ils avaient aussi compris dès le départ que les fascistes auraient des vues agressives contre la patrie du socialisme et qu’il fallait que cette dernière se protège, se lance dans le perfectionnement de ses défenses : « On conçoit que l’URSS ne pouvait passer outre à un fait aussi grave. (...) Elle se mit à suivre avec vigilance le cours des évènements en Occident, en renforçant sa capacité de défense sur ses frontières occidentales. » [8] Qui oserait dire que Staline n’avait pas senti le danger venir ? Que les soviétiques n’ont pas préparé leurs défenses ? La lecture de l’histoire du PC (b) de l’URSS sur la politique qu’elle a pratiquée éclaire à la lumière toutes les calomnies déversées par les bourgeois de tout temps.
Nous en arrivons à l’autre côté : -le camps socialiste de l’URSS où les moyens de production sont collectivisés et appartiennent aux travailleurs, érigés en dictature du prolétariat. Ce camp n’étant pas capitaliste, il n’était donc pas frappé par la crise économique que subissaient les puissances impérialistes et les pays soumis à sa botte. Son but étant de créer les conditions de la révolution socialiste dans les pays impérialistes tout en luttant pour la paix entre nations pour éviter aux travailleurs de s’entretuer comme ce fut le cas durant la 1ère Guerre Mondiale impérialiste.
Le milieu des années 30 : De la lutte antifasciste à la guerre civile espagnole
Dés 1934, Staline comprenant bien le danger, et les prétentions des régimes fascistes sur le pays des Soviets avançait au XVIIème congrès que « si les intérêts de l’URSS commandent un rapprochement avec tels ou tels pays qui n’ont pas intérêts à voir violer la paix, nous le ferons sans hésitation. » (Rapport au XVIIème congrès) [9]. Voila comment se positionnait l’URSS face aux puissances fascistes et/ou impérialistes : préserver la paix, et éviter une guerre qui coûterait cher au prolétariat des pays capitalistes qui s’entretueraient entre eux. Contrairement aux affirmations de beaucoup d’historiens bourgeois, Staline avait bien compris que les pays fascistes voudraient violer la paix et attaquer l’URSS.
Pour faire face à ce danger du fascisme, l’Internationale Communiste dut faire un travail de réflexion pour développer des moyens efficaces pour combattre le fascisme. En effet, en Allemagne le PC avait échoué dans son combat pour empêcher le parti national socialiste d’accéder au pouvoir et beaucoup de ses militants avaient été jetés dans les geôles de ces hommes à la croix gammée, avant d’être massacrés. La réaction des communistes eut lieu lors du VIIème congrès de l’Internationale communiste en 1935 où fut présenté par Dimitrov le programme de lutte contre le fascisme. Et il est clair que la question du fascisme et de la lutte à adopter pour le combattre est une problématique très difficile car derrière le fascisme se cache le capital financier le plus chauvin et violent, le plus réactionnaire : « le fascisme, c’est le pouvoir du capital financier lui-même. C’est l’organisation de la répression terroriste contre la classe ouvrière et la partie révolutionnaire de la paysannerie et des intellectuels. » [10]. Autrement dit, la nature de l’Etat bourgeois ne change guère, le fascisme est sujet au financement des capitalistes les plus réactionnaires qui finançaient aussi les partis de droite dit « plus traditionnels », comme on a pu le voir pour un pays comme la France[11]. Le fascisme ça n’est pas que la haine des étrangers, le racisme, ça n’est pas que le renforcement du pouvoir d’un seul homme, c’est le pouvoir du capital, la puissance de la finance face à la classe ouvrière ; le fascisme en fin de compte, c’est un aveu de faiblesse de la part de la bourgeoisie (celle-ci renonce clairement aux illusions de la démocratie bourgeoise) mais l’instauration d’une dictature fasciste est aussi un indice de faiblesse du prolétariat, des travailleurs (la classe ouvrière n’est en fait pas assez forte pour empêcher le fascisme de triompher).
C’est pour empêcher cette faiblesse de la classe ouvrière, désarmée, que l’internationale communiste a développé le concept de front unique, pouvant amener au « front populaire antifasciste ». Le front unique consistait à une unité d’action des partis socialistes et communistes (IIème et IIIème Internationale), à une lutte commune contre le fascisme, une alliance de circonstance contre l’ennemi immédiat : le fascisme. Pour mettre en œuvre cette tactique, les communistes n’imposèrent qu’une condition pour former un gouvernement de front unique avec d’autres organisations antifascistes : « l’Internationale communiste ne pose à l’unité d’action aucune condition, à l’exception d’une seule, qui est élémentaire, acceptable pour tous les ouvriers. A savoir que l’unité d’action soit dirigée contre le fascisme, contre l’offensive du capital, contre la menace de guerre, contre l’ennemi de classe, voila notre condition. » [12]. Cela a-t-il été appliqué dans toute les sections de l’Internationale Communiste. Cette tactique a-t-elle été employée dans certains pays où il ne figurait pas de danger fasciste réel, afin de masquer l’opportunisme, le révisionnisme de certaines sections de l’I.C. ? C’est une question à laquelle nous ne sommes pas en mesure de répondre pour l’instant (ceci devrait faire l’objet d’une étude plus approfondie). En tous les cas, ce dont nous sommes sûr, c’est que l’Internationale a donné le mot d’ordre de lutte contre le fascisme...Et, rapidement, cette tactique a été utilisée, notamment en France après la tentative de coups d’Etat des forces d’extrême droite (action française, jeunesses patriotes, croix de feux...etc.) le 6 février 1934 et où un front populaire a été élu en 1936 comprenant, radicaux, radicaux-socialistes, socialistes et communistes.
En Espagne, la république a été instaurée en 1931 et en 1936, un front populaire a été élu comprenant le PSOE, le PCE, et le POUM, ce front étant soutenu par la CNT. Mais face à ce mouvement populaire, un soulèvement réactionnaire se développa en juillet 1936 sous l’impulsion du général Franco et mena à la guerre civile entre républicains et monarchistes fascistes. Cette guerre dura 3 ans (1936-39). Franco fut soutenu par les fascistes (Italie et Allemagne nazie) qui provoquèrent des massacres comme à Guernika. Face à cette guerre civile, les grandes puissances ne bougent pas, la France et l’Angleterre adoptent une position de non-intervention laissant ainsi les mains libres aux fascistes pour écraser les « rouges ». Le front populaire français n’intervient pas et la SFIC quitte donc le gouvernement. En effet le gouvernement de Blum a choisi de laisser s’étouffer la république espagnole en lui refusant de fournir des armes (il refusa ainsi de livrer les commandes d’armement contractées avant le conflit[13]). Ainsi la France avec sa stratégie de non intervention se retrouve encerclée de régimes fascistes...Les républicains espagnols se sont retrouvés seuls face aux puissances fascistes et aux puissances impérialistes qui voulaient rester « neutres ». Face à cette situation, seule l’URSS est venue en aide aux républicains. Et qu’importe sur ce que peuvent dire les Trotskistes, que les commandes avaient du « retard »...etc., [14] ce fut néanmoins la seule nation solidaire des Espagnols en lutte. Les brigades internationales sont créées en fin d’année 1936 par le Komintern, pour venir en aide aux républicains, regroupant communistes, anarchistes, progressistes...Ainsi de nombreux communistes « staliniens » participèrent et périrent dans les combats. Mais en vain puisque les Franquistes remportèrent la guerre civile et prirent le pouvoir.
Au même moment, en novembre 1936, les puissances fascistes (Japon, Allemagne) signèrent une alliance anti-communiste : le pacte anti-komintern. L’Italie fasciste les rejoint en 1937. En cas d’attaque soviétique sur l’un d’entre eux, les deux autres se devaient de lui porter assistance. Ce pacte était un acte essentiel pour la lutte contre le bolchevisme, montrant aux yeux du monde que communisme et fascisme étaient diamétralement opposés.
Au milieu des années 30, s’était donc constitué un puissant front fasciste, proposant une lutte violente et agressive contre l’agitation ouvrière et paysanne (c’est le cas en Espagne) et menaçant le seul pays où le socialisme avait triomphé : l’URSS.
La fin des années 30 : de Munich au pacte germano-soviétique
En 1934, l’Urss est entrée à la Société des Nations (ancêtre de l’ONU) ; sachant bien que cette institution ne serait qu’un fantoche si les intérêts économiques des puissances impérialistes nécessitées une 2nde guerre mondiale. Fin mai 1935, avait été conclu entre la France et l’URSS un pacte d’assistance mutuelle contre l’attaque éventuelle des agresseurs. Trotsky, dans cette alliance contre une éventuelle attaque d’un pays fasciste, voyait une trahison envers le prolétariat français...Mais que fallait il faire ? Laisser l’URSS isolée ou former des alliances militaires pour éviter toute agression ? Jamais l’URSS n’a laissé se réinstaller l’économie de marché durant cette période. Bien sûr si on juge impossible la construction du socialisme, avant que tous les pays n’aient effectué leur révolution, évidemment, que cela peut être vu comme une « trahison », mais avoir une telle conception (la conception trotskiste), c’est nier l’inégalité de développement des pays, et surtout reculer devant les difficultés de la construction du socialisme, repousser aux calendes les perspectives de socialisme ! En même temps que ce pacte d’assistance avec la France a été signé un autre pacte avec la Tchécoslovaquie, et « en août 1937, un pacte de non agression a été signé entre la Chine et l’Urss. » [15]. Voila donc les alliances diplomatiques effectuées par l’URSS pour préserver la paix.
Depuis son arrivée au pouvoir, Hitler avait comme ambition de réaliser sa conception de pangermanisme et pour cela il avait en premier lieu besoin de s’emparer de l’Autriche. Avec la coopération pacifique des démocraties bourgeoise, cela est chose faite le 13 mars 1938 : en effet Berlin annexe l’Autriche après l’avoir envahie le 12 mars sans qu’aucune puissance impérialiste n’ait bougé. D’après Ludo Martens, l’URSS aurait pris la défense de l’Autriche[16]. En tout cas il apparaît clair que l’URSS avait complètement pris conscience du danger fasciste envers ses intérêts, contrairement à ce que veulent nous faire croire les historiens bourgeois réactionnaires. Dans l’histoire du PCUS, écrit en 1938 est clairement avançé que le plan des nazis consistait en ceci : « d’abord occuper l’Autriche, porter un coup à la Tchécoslovaquie, et puis, vraisemblablement à la Pologne où l’on trouve un territoire entier peuplé d’Allemands et limitrophe de l’Allemagne, et puis...et puis, « on verra » » [17]. C’est exactement ce qui s’est produit : prise de l’Autriche puis de la Tchécoslovaquie et enfin de la Pologne, et là avec le « on verra », les soviétiques ont compris qu’ une fois la Pologne prise viendrait leur tour. Que fallait il faire alors ? Engager des alliances militaires, d’assurance mutuelle avec des puissances impérialistes non fascistes, opposées aux intérêts du bloc impérialiste fasciste. Cela pouvait être le cas de la France ou de l’Angleterre qui n’étaient pas encore des régimes fascistes. Mais en même temps il fallait soutenir les luttes révolutionnaires du prolétariat et des différentes sections de l’internationale communiste dans ces pays là. Est-ce que cela a été fait, ou les intérêts de l’URSS sont-ils passés au dessus de toute perspective révolutionnaire dans ces pays impérialistes ? Là encore, nos recherches sont à approfondir. Mais en tout cas les intérêts du socialisme étant clairement menacés, il fallait, pour survivre concrètement, rechercher des alliances objectives afin d’endiguer le danger.
Deux mois après l’annexion de l’Autriche par les nazis, vers la mi mai, la Tchécoslovaquie, seule démocratie bourgeoise de toute l’Europe centrale devient la nouvelle cible d’Hitler. Rappelons que la Tchécoslovaquie est liée à l’URSS ainsi qu’aux autres démocraties bourgeoises (notamment la France depuis 1919 !). Face à cette nouvelle menace de la part du Reich, le nouveau membre de la Société des Nations , l’URSS, tente d’influer pour créer un plan de défense de la Tchécoslovaquie mais celui-ci est...refusé ! Et le 29 septembre 1938, la France abandonne son alliance avec Prague. De même cette dernière est aussi lâchée par l’Angleterre et livrée au Nazis. Ce jour là, les accords de Munich sont signés entre la France, l’Angleterre, l’Allemagne et l’Italie : ces accords prévoyaient « la cession à l’Allemagne des territoire des allemands de Sudètes » [18]. Au final, c’était la Tchécoslovaquie qui était abandonné aux nazis, sans défense, à part l’Urss qui jusque au bout a insisté pour prêter main forte à ce pays comme le rappelle le 22 août Vorochilov : « Chez nous, non seulement les troupes étaient prêtes, mais le Gouvernement et tout le pays, tout le peuple, voulaient porter secours à la Tchécoslovaquie, remplir les obligations découlant des traités » [19]. Les parlements français et anglais ratifièrent ces accords (la SFIO avec !)...Le 30 septembre, c’est-à-dire, le lendemain des accords de Munich, l’Angleterre et l’Allemagne signent une déclaration stipulant leur désir « de ne jamais entrer de nouveau en guerre, l’un contre l’autre » [20]. Et en décembre de cette même année, la France rejoint l’Angleterre [21].
En fait en 1938, ce que craignait l’URSS s’était réalisé : les pays démocratiques bourgeois, impérialistes, comme la France, l’Angleterre s’étaient ralliés, avaient du moins pactisé avec les pays fascistes ! En clair, on pouvait observer la création d’un front impérialiste qui pourrait à tout moment s’en prendre à l’URSS une fois qu’ils en auraient eu fini avec la Tchécoslovaquie. Le 15 mars 1939, cela et chose faite, puisque l’armée allemande est à Prague. Il ne reste plus qu’un seul rempart avant que l’Allemagne ne puisse s’attaquer à l’URSS : la Pologne, alliée de la France et de l’Angleterre. L’attitude de la France a d’ailleurs été jugée de façon très sévère par l’ambassadeur soviétique à Paris : « la France a) a perdu son plus fidèle allié en Europe centrale b) a perdu une armée, qui en temps de guerre aurait pu atteindre un million ou 1,5 million d’hommes et qui s’appuyant sur les fortifications abandonnées aurait été capable de stopper une armée allemande de non moindre dimension. c) a perdu maintenant tous ses alliées, a détérioré ses liens avec l’Urss et a notablement déprécié, même aux yeux de l’Angleterre, son importance et son rôle d’alliée. » [22] . Le conservateur anticommuniste anglais, Winston Churchill fait la même remarque que la France l’Angleterre auraient dû s’allier à l’URSS contre les ambitions allemandes. Il exprime cela dans son ouvrage, la deuxième guerre mondiale : « j’avais insisté sur les perspectives d’un projet d’alliance entre la Russie, l’Angleterre et la France où je voyais notre seul espoir de contenir la ruée nazie » [23].
Après la prise de la Tchécoslovaquie, l’URSS consciente du danger, entame des négociations avec la France, l’Angleterre en vue d’une alliance antifasciste. Il fallait aussi que la Pologne, en cas de conflit, laisse entrer les troupes soviétiques sur son territoire pour repousser la menace nazie. La menace se précise dès la fin mars, en effet l’Allemagne occupe le seul port de Lituanie (Memell) et le 7 avril 1939, l’Italie envahit l’Autriche. Le 17 avril, l’URSS fait donc des propositions pour une alliance sovieto-britannico-française[24]. Mais le 22 mai, la proposition faite par l’URSS est rejetée par les démocraties bourgeoises. A ce propos, Churchill montre toujours dans son même ouvrage, le ridicule et le sans gêne des propositions avancées par la France et l’Angleterre : « Le gouvernement des Soviets, disait le communiqué, a reçu des contres propositions anglaises le 8 mai : celles-ci ne mentionnent pas l’obligation pour l’Union Soviétique d’une garantie séparée pour chacun des Etats voisins mais elle précise que l’URSS sera tenue d’apporter un secours immédiat à la Grande Bretagne et à la France au cas où elles se trouveraient entraînées dans une guerre par suite des garanties données à la Pologne et à la Roumanie. Aucune mention, en outre, n’était faite d’une assistance de leur part à l’Union Soviétique au cas où celle-ci se trouverait entraînée dans la guerre par suite de ses obligations envers une quelconque puissance de l’Europe centrale. »[25]
Toujours au mois de mai 1939, la Mongolie liée à l’URSS est attaquée par le Japon, mais l’Armée Rouge repousse cette attaque et le 30 mai 1939, le Japon se retire...La menace contre l’URSS ne fait que se confirmer, de juillet août 1939 ont lieu des rencontres entre dirigeants allemands et britanniques et voila à quoi elles aboutissent le 31 juillet 1939 : « La Grande Bretagne se déclare prête à conclure avec l’Allemagne un accord délimitant les sphères d’intérêts (...) : 1) l’Allemagne s’engage à ne point s’immiscer dans les affaires de l’Empire britannique. 2) La Grande-Bretagne s’engage à respecter entièrement les sphères d’intérêts allemandes à l’Est et au Sud-Est de l’Europe. Cela aurait pour conséquence que la Grande-Bretagne renoncerait aux garanties qu’elle a accordées à certains Etats situés dans la sphère des intérêts allemands. La Grande-Bretagne s’engage ensuite à travailler pour que la France répudie son alliance avec l’Union soviétique et renonce à toutes les attaches qu’elle possède dans le Sud-est de l’Europe. 3) La Grande Bretagne s’engage à mettre fin aux conversations actuellement menées avec l’Union Soviétique en vue d’un pacte » [26]. Voici donc une preuve de la complicité entre Reich et britanniques. Ces derniers laissant aux premiers le champ libre pour attaquer l’URSS. Et la France dans cela suivrait donc la même voie que les britanniques malgré le fait qu’elle soit liée à l’URSS. Dans son journal, le ministre des affaires étrangères des Etats-Unis, Harold Ickes, écrivait que « l’Angleterre caressait l’espoir de provoquer un affrontement entre la Russie et l’Allemagne pour ne pas se compromettre elle-même. » [27]. C’est pour cela que Staline et les dirigeants communistes faisaient tout pour éviter le moindre incident avec le Reich, ou tomber dans une provocation. Mais à la mi août la situation semble se retourner, le 21 août, les négociations sont stoppées entre l’URSS et les démocraties bourgeoises, Vorochilov renvoyant les interlocuteurs car leur mandat était très flou et empêchait de signer des accords[28]. Du coup l’URSS accepta la proposition de Ribbentrop de signer un pacte de non agression (Ribbentrop avait entamé cela depuis le 14 août sentant qu’un accord URSS démocraties bourgeoises serait dangereux !), et dans la nuit du 23 au 24 août 1939, le pacte germano soviétique est signé ! L’URSS se préservait ainsi d’une agression allemande pour une durée théorique de 10 ans, ainsi le danger d’attaque fasciste avec l’appui silencieux des puissances impérialistes comme la France ou la Grande Bretagne était évité et ceux qui avaient eu une politique à « court terme » (Staline) allaient le payer[29].
Le 1er août, l’Allemagne attaquait la Pologne, consciente que l’URSS n’allait pas réagir du fait de son pacte avec elle ; l’Angleterre et la France liées à la Pologne étaient cette fois obligées de réagir face à l’agression de son alliée. D’après beaucoup d’historiens, c’est le début de la seconde guerre mondiale...Mais cette guerre comme le soulignaient les bolcheviks en 1938 dans l’histoire du PC (b) US avait déjà débuté bien avant...par les agressions répétées des puissances fascistes et la non-intervention de la France et de l’Angleterre...Le 9 septembre l’URSS obtient les territoires qui lui revenait d’après son protocole secret et le 17 septembre, elle entrait en Pologne...La stupeur envahit l’Europe et le monde entier face à ce pacte ! L’URSS a trahi ! La Pravda affirme le 23 septembre 1939 : « La seule chose qui était encore possible, c’était de préserver de l’invasion allemande l’Ukraine occidentale, la Biélorussie occidentale et les pays baltes. Le gouvernement soviétique a fait prendre l’engagement de ne pas franchir la ligne formée par la Thasse, le Narew, le Boug, et la Vistule. » [30]. De même que Churchill avait bien compris que cette alliance n’était que temporaire et de circonstance et que les deux signataires du pacte ne tarderaient pas dans un futur certain à entrer en conflit et signalait que les deux régimes étaient diamétralement opposés : « On se demande qui de Hitler ou de Staline avait le plus d’horreur pour le traité qui venait d’être conclu. Tous deux n’ignoraient pas qu’il ne s’agissait en l’occurrence que d’une expérience temporaire. Il existait entre les deux empires et les deux systèmes un antagonisme mortel. » [31]
CONCLUSIONS
Contrairement à ce que prétendent les historiens bourgeois, La 2ème Guerre Mondiale n’a pas débuté le 1er Août 1939 à cause de « l’alliance » du Reich avec l’Union Soviétique. En effet, elle avait débuté bien avant, avec l’arrivée des régimes fascistes en Italie, en Allemagne ou encore au Japon, qui cherchaient à s’ approprier violemment des zones d’influences déjà partagées. Durant cette période, les grandes puissances impérialistes telles que la France ou l’Angleterre ont usé de leur tactique de non-intervention pour ne pas se confronter à l’Allemagne, lachant l’Espagne, l’Autriche, la Tchécoslovaquie aux mains des fascistes...Rejetant toutes les propositions d’assistance mutuelle avec l’URSS... Mais payant finalement pour leur politique à court terme comme l’avait remarqué Staline.
Comme nous l’avons vu dans cette étude, l’URSS et l’Internationale communiste ont bel et bien mené la lutte antifasciste durant ces années 30 comme elles la mèneront durant les années de guerre des années 40...
Le pacte a permis d’offrir à l’URSS quelque temps de répit afin de préparer ses défenses : c’est un des paradoxes du pacte ! Il a permis à l’Urss de préparer les conditions de la victoire sur le fascisme, en préparant ses défenses, en développant une économie de guerre !
L’étude que nous avons menée ici n’est que la prémisse d’une recherche plus approfondie sur cet évènement comme sur toute la période stalinienne. Cette recherche est bien entendu incomplète mais néanmoins, les aspects les plus importants y sont traités en attendant une version allant plus dans les profondeurs des évènements...Nous pouvons d’ores et déjà envisager une étude sur la montée du fascisme, la crise économique des années 30, la guerre civile espagnole, l’histoire du Front Populaire...etc. Camarades, au travail !
Aujourd’hui, les travailleurs sont confrontés à la crise, une crise que beaucoup d’économistes bourgeois comparent à celle de 1929, avec toutes les conséquences qu’elle a pu avoir sur la classe ouvrière. Les marxistes léninistes véritables se doivent d’en tirer les leçons et lutter efficacement pour que le pire ne se reproduise pas, en l’absence d’un camp socialiste, en l’absence d’un véritable Parti communiste !
CAMARADES, REJOIGNEZ LES RANGS DE CEUX QUI LUTTENT CONTRE LE FASCISME, CONTRE L’EXPLOITATION DE LA CLASSE OUVRIERE ET DE LA PAYSANNERIE, POUR LE SOCIALISME !!!
« Pour supprimer l’inévitabilité des guerres, il faut détruire l’impérialisme » [32]

[1] HARTMANN M, Staline, Paris, éditions éclectiques, 1979, numérisé sur http://communisme-bolchevisme.net/d...
[2] HARTMANN M, Staline, Paris, éditions éclectiques, 1979, numérisé sur http://communisme-bolchevisme.net/d...
[3] COMISSION DU COMITE CENTRAL DU PCUS (b), Histoire du Parti Communiste Bolchevik de l’URSS en 1938, Moscou, éditions en langues étrangères, 1949, http://communisme-bolchevisme.net/d...
[4] ROSENTAHL (M.) et IOUDINE (P.) (Dir.), Petit dictionnaire philosophique, Moscou, édition en langues étrangères de Moscou, 1955, http://communisme-bolchevisme.net/d...
[5] LACROIX RIZ (A.), Le choix de la défaite, Paris, Armand Colin, 2007, très intéressant sur le financement et les liens du Grand Capital français avec le fascisme.
[6] COMISSION DU COMITE CENTRAL DU PCUS (b), Histoire du Parti Communiste Bolchevik de l’URSS en 1938, Moscou, éditions en langues étrangères, 1949, http://communisme-bolchevisme.net/d...
[7] Idem
[8] Idem
[9] MARTENS (L.), Un autre regard sur Staline, Anvers, EPO, 1994, http://communisme-bolchevisme.net/d...
[10] DIMITROV, Œuvres choisies : Le septième congrès de l’internationale communiste, Paris, éditions sociales, 1952, http://communisme-bolchevisme.net/d...
[11] LACROIX RIZ A., Le choix de la défaite, Paris, Armand Colin, janvier 2007.
[12] DIMITROV, Œuvres choisies : Le septième congrès de l’internationale communiste, Paris, éditions sociales, 1952, http://communisme-bolchevisme.net/d...
[13] HARTMANN M, Staline, Paris, éditions éclectiques, 1979, numérisé sur http://communisme-bolchevisme.net/d...
[14] MARIE, J. J., Staline, Paris, Flammarion, Librio, 1ère édition : 1995 (PUF), réed : 2003.
[15] COMISSION DU COMITE CENTRAL DU PCUS (b), Histoire du Parti Communiste Bolchevik de l’URSS en 1938, Moscou, éditions en langues étrangères, 1949, http://communisme-bolchevisme.net/d...
[16] MARTENS (L.), Un autre regard sur Staline, Anvers, EPO, 1994, http://communisme-bolchevisme.net/d...
[17] COMISSION DU COMITE CENTRAL DU PCUS (b), Histoire du Parti Communiste Bolchevik de l’URSS en 1938, Moscou, éditions en langues étrangères, 1949, http://communisme-bolchevisme.net/d...
[18] MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERE DE L’URSS, Documents et matériaux se rapportant à la veille de la deuxième guerre mondiale (tome I novembre 1937-1938, archives du ministère des affaires étrangères de l’Allemagne, Moscou, édition en langue étrangère de Moscou, 1948, http://communisme-bolchevisme.net/d...
[19] LACROIX RIZ (A.), Le choix de la défaite, Paris, Armand Colin, 2007, pages 453/454
[20] MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERE DE L’URSS, Documents et matériaux se rapportant à la veille de la deuxième guerre mondiale (tome I novembre 1937-1938, archives du ministère des affaires étrangères de l’Allemagne, Moscou, édition en langue étrangère de Moscou, 1948, http://communisme-bolchevisme.net/d...
[21] MARTENS (L.), Un autre regard sur Staline, Anvers, EPO, 1994, http://communisme-bolchevisme.net/d...
[22] MARTENS (L.), Un autre regard sur Staline, Anvers, EPO, 1994, http://communisme-bolchevisme.net/d...
[23] HARTMANN (M.), Staline, Paris ( ?), éditions éclectiques, 1979, numérisé sur http://communisme-bolchevisme.net/d...
[24] WERTH (N.), Histoire de l’Union Soviétique, Paris, PUF, Thémis histoire, 2001 (5ème éd.)
[25] HARTMANN (M.), Staline, Paris ( ?), éditions éclectiques, 1979, numérisé sur http://communisme-bolchevisme.net/d...
[26] MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERE DE L’URSS, Documents et matériaux se rapportant à la veille de la deuxième guerre mondiale (tome II - 1938-1939 – Archive Dirksen), Moscou, édition en langue étrangère de Moscou, 1948. http://communisme-bolchevisme.net/d...
[27] MARTENS (L.), Un autre regard sur Staline, Anvers, EPO, 1994, http://communisme-bolchevisme.net/d...
[28] WERTH (N.), Histoire de l’Union Soviétique, Paris, PUF, Thémis histoire, 2001 (5ème éd.)
[29] JOUKOV (G.), Mémoires (tome I), Paris, éditions fayard, 1970, pages 250-251.
[30] MARTENS (L.), Un autre regard sur Staline, Anvers, EPO, 1994, http://communisme-bolchevisme.net/d...
[31] HARTMANN (M.), Staline, Paris ( ?), éditions éclectiques, 1979, numérisé sur http://communisme-bolchevisme.net/d...
[32] STALINE (J.), De l’inévitabilité des guerres entre pays capitalistes, 1952, http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0..., extrait de STALINE (J.), les problèmes économiques du socialisme en URSS, Paris, éditions sociales, 1952.


Edité le 28-10-2015 à 11:03:10 par Xuan




--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
CMC
Grand classique (ou très bavard)
171 messages postés
   Posté le 29-04-2013 à 07:26:39   Voir le profil de CMC (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à CMC   

Rectification utile pour éviter toute confusion:

Ce texte repris par le blog du Front de Gauche de Toulouse, n'est pas tiré du blog PCF 64 mais d'un blog abandonné depuis 2008 par nos camarades ROCML de PAU.
Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
2564 messages postés
   Posté le 30-04-2013 à 06:37:38   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

Il n'y avait pour moi aucune confusion je n'ai fait que reprendre ce qu'il y avait sur ce site. Evidemment qu'au vu du contenu, l'origine ne pouvait qu'être ML. Cela montre aussi que nous ne devons négliger aucune possibilités de diffuser notre argumentaire sur Staline.

--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
2564 messages postés
   Posté le 27-12-2013 à 08:32:33   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

Lu sur le site de Michel Collon

http://michelcollon.info/Le-pacte-Hitler-Staline-info-ou.html

Le pacte Hitler - Staline : info ou intox ? @@Courrier à la RTBF

Vladimir Caller

17 septembre 2009

RTBF- Présentation du programme



Jeudi 20 août à 20:20 - Documentaire
Apocalypse - La deuxième guerre mondiale (1/6) - L’agression - Inedit
Episode : 1 / 6

Après avoir pris le pouvoir et installé le système nazi en Allemagne, Hitler décide de faire main basse sur l’Europe. Il s’allie avec Staline puis envahit la Pologne, le 1er septembre 1939. La France et l’Angleterre n’ont plus le choix : elles déclarent la guerre à l’Allemagne. Mais les Allemands et les Soviétiques dépècent tranquillement la Pologne. Les persécutions des Juifs et des tziganes commencent. À l’Ouest débute « la drôle de guerre » : période d’attente, d’incertitude, mais aussi d’espoirs - en effet, les Français se souviennent des souffrances de 14-18 et espèrent encore pouvoir éviter la guerre.


Réalisateur : Isabelle Clarke

Scénariste : Daniel Costelle

Commentateur : Mathieu Kassovitz

Scénariste : Jean-Louis Guillaud, Henri de Turenne

Auteur : Daniel Costelle

Bruxelles, le 26 août 2009

--------------------------------------------------------------------------------

A l’attention de Mme Françoise de Thier,
Médiateur - RTBF

Concerne : l’instrumentation politique des faits historiques


Madame de Thier,

Je m’adresse à vous après avoir regardé, ce jeudi 20, à la télévision le programme « Apocalypse » traitant de la Seconde guerre mondiale et dont la présentation et certains passages ont attiré mon attention puisque chargés, me semble t-il, d’une intentionnalité politique douteuse.

Je vous précise tout d’abord que je ne suis pas spécialiste du sujet, encore moins historien. Simplement un citoyen, intéressé certes par les questions de l’histoire moderne mais, surtout, par le phénomène si visible et croisant dernièrement, du « modelage » des opinions publiques avec le concours des médias.

Ainsi, voilà comment la RTBF présente le programme ci-dessus mentionné :

« Après avoir pris le pouvoir et installé le système nazi en Allemagne, Hitler décide de faire main basse sur l’Europe. Il s’allie avec Staline (1) puis envahit la Pologne, le 1er septembre 1939. La France et l’Angleterre n’ont plus le choix (2) : elles déclarent la guerre à l’Allemagne. Mais les Allemands et les Soviétiques dépècent tranquillement la Pologne (3). Les persécutions des Juifs et des tziganes commencent. ..(…)…. »

(Les soulignés et les numéros sont à moi).

A ce propos (et suivant la numérotation ci-dessus) :

(1) Pouvez-vous m’expliquer ce qu’autorise à utiliser l’expression selon laquelle « (Hitler) s’allie avec Staline » ?

Vous me répondrez, (c’est dans l’air du temps), « la signature du Pacte germano-soviétique de non-agression entre Molotov et Ribbentrop ».


Questions :

- Est-ce que la signature d’un Pacte de non-agression vaut « alliance » ?


- Est-ce que l’on peut parler d’alliance et du « Pacte » sans mentionner que ce

Pacte fut signé après que la France et l’Angleterre eurent signé, avec Hitler à Munich, le Traité du même nom facilitant, dans les faits, l’annexion de la Tchécoslovaquie par les allemands ?


- Est-ce que cette annexion n’allait pas dans le sens des vœux d’Hitler, à savoir, de sa marche vers l’Est, et donc vers les frontières soviétiques ?


- Est-ce que ce Pacte ne fut pas postérieur au Pacte, également de non-agression, signé par Bonnet (ministre des Affaires étrangères de la France) et le même Ribbentrop ? Pourquoi alors traiter si distinctement ces 2 Pactes et oublier l’un d’entre eux ?

(2) Pourquoi dire : « La France et l’Angleterre n’ont plus le choix » ?


N’était donc pas un « choix », selon votre présentation :


- celui de refuser de signer la capitulation, c’est à dire le Traité de Munich ?


- ou celui de soutenir, au lieu de l’ignorer, la proposition de l’URSS d’envoyer ses troupes en Tchécoslovaquie pour faire face aux appétits hitlériens ?


- N’était pas un choix donner suite aux demandes, bien anciennes, de l’URSS de constituer une alliance pour faire face au danger nazi ?

(3) « Les Allemands et Soviétiques dépècent tranquillement la Pologne » dit, à manière de conclusion, votre présentation laissant sous-entendre que, puisque « alliés », ils s’invitent ensemble à un « festin » au détriment de la Pologne.


Oubliant de dire :

- que suite à son isolement (cf. points 1 et 2 ci-dessus) et suite au fait que la Wehrmacht venait d’occuper toute la partie occidentale de la Pologne, si l’URSS ne bougeait pas, les troupes nazies se trouveraient exactement à sa frontière.

- que l’URSS n’a pas agi « ensemble » avec l’Allemagne, comme pourrait le laisser entendre cette douteuse formulation, mais attendu que la Pologne capitule officiellement pour, plus de 2 semaines après, occuper la Galicie occidentale (donc assurer ses frontières).

- oubliant également de mentionner que Winston Churchill peu suspect, à ma connaissance, d’accointances communistes ou pro-soviétiques, avait reconnu que cette opération soviétique (à propos de laquelle il se congratulait) constituait une mesure de nature à bloquer l’agressivité des plans du Reich ? (1)

Finalement, ledit programme, sans citer la moindre source, sans donner la moindre référence affirme que, lorsque les troupes nazies occupèrent Paris, « Staline envoya un télégramme de félicitations » (sic) à Hitler. Ne croyez-vous pas, chère Madame, qu’une telle affirmation si grave, si importante, mérite un minimum de sérieux dans son traitement ?

Si je me permets ces observations, ce n’est pas, absolument pas, pour faire l’allégeance du stalinisme dont la nécessaire critique n’est pas le sujet de ce courrier ; c’est parce que je crois que ce genre de présentations fait partie d’une entreprise politique très peu honnête consistant en façonner les opinions publiques et qu’un Média comme la votre se doit d’être attentif à ce genre de risques. C’est en croyant au droit des spectateurs à une information équitable et donc au respect, que je me permets de vous demander si, au cas où vous estimiez que mes remarques ont de la pertinence, vous pourriez envisager de faire le nécessaire pour que votre public puisse avoir l’opportunité de connaître un regard moins partisan à propos de ces importants événements historiques.


Avec mes respectueuses salutations,

Vladimir Caller

PS : J’ai tardé de vous écrire ce courrier en cherchant, infructueusement, toute trace du « télégramme » et parce qu’il me fut impossible de contacter les responsables du programme par le site Internet même. Consultés, vos collègues de la rédaction m’ont alors conseillé de m’adresser à vous directement. Ils ont fait la remarque également que le programme questionné est un programme « français ». Français ou chinois, peu importe, le spectateur est belge et le problème planétaire.

(1) Voici ce qu’écrivait Churchill dans ses mémoires sur la deuxième guerre mondiale en faisant référence notamment aux atermoiements des occidentaux vis-à-vis des propositions soviétiques d’alliance : « l’offre des Soviétiques fut ignorée dans les faits. Ils ne furent pas consultés face à la menace hitlérienne et furent traités avec une indifférence, pour ne pas dire un dédain, qui marqua l’esprit de Staline. Les évènements se déroulèrent comme si la Russie soviétique n’existait pas. Nous avons après-coup terriblement payé pour cela. »

W. Churchill, The Second World War, volume 1, p. 104.

Source : envoyé par l’auteur.

--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15291 messages postés
   Posté le 21-12-2020 à 22:46:55   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Je renvoie à nos interventions "Halte à la campagne anti-communiste"

https://histoireetsociete.com/2020/02/22/comment-lambassadeur-sovietique-a-decrit-a-lepoque-la-collusion-de-la-grande-bretagne-avec-hitler-par-evgeny-krutikov/
Un article publié par D. Bleitrach sur le comportement de la Grande Bretagne avant le pacte germano-soviétique :

Comment l’ambassadeur soviétique a décrit à l’époque la collusion de la Grande-Bretagne avec Hitler par Evgeny Krutikov

DANIELLE BLEITRACH 22 FÉVRIER 2020


Le journal VZGLYAD, dont nous publions souvent des traductions- en plus de celles du KPRF -n’est pas un journal communiste, il est plus proche des sphères du pouvoir, mais pas libéral, il se situe souvent entre Lavrov et Poutine. Il a reçu des textes de la part du Conseil des jeunes diplomates du ministère des affaires étrangères des archives déclassifiées, et ce pour lutter contre la désinformation de l’UE et de la Pologne en particulier sur les origines de la seconde guerre mondiale et la responsabilité de la dite Pologne autant que ceux qui ont signé le pacte de Munich . Le sujet traité dans ces publications concerne l’activité de la diplomatie soviétique dans la période d’avant-guerre. Et les révélations débutent en 1937, quand l’ambassadeur soviétique à Londres, Ivan Maisky, a envoyé des rapports à Moscou et comment il a décrit l’attitude des élites britanniques envers Hitler et, en général, l’évolution dangereuse de la situation en Europe. Grâce aux éditions delga, vous pourrez lire ces extraits des souvenirs de l’ancien ambassadeur d’URSS en grande Bretagne dont il est question dans ce passionnant article qui lui porte sur des archives non publiées à ce jour.(note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)



Le Conseil des jeunes diplomates du ministère des Affaires étrangères de la Russie , dans le cadre du projet de diplomatie de la victoire et de la préparation du forum de la diplomatie de la victoire des jeunes diplomates, lancé à l’occasion du 75e anniversaire de la victoire dans la Grande guerre patriotique, offre aux lecteurs du journal VZGLYAD des documents uniques sur les archives de la politique étrangère (AUE) de la Fédération de Russie, dédié au travail actif de la diplomatie soviétique dans la période d’avant-guerre et pendant la Grande Guerre patriotique. Nous sommes convaincus que l’appel aux sources primaires, la véritable preuve de cette époque, élimine les tentatives de falsification et de manipulation des faits historiques, contribue à l’affirmation de la vérité historique et aide à recréer une image objective du passé.

Les archives de la politique étrangère russe sont une subdivision structurelle du département historique et documentaire (IDD) du ministère russe des Affaires étrangères. Une vaste gamme de documents (plus d’un million d’unités de stockage) couvre la période depuis 1917 et continue de se remplir de documents reflétant l’évolution de la politique étrangère intérieure depuis 1991. Les archives servent de dépositaire officiel des traités multilatéraux et bilatéraux conclus au nom de l’Union soviétique et de la Fédération de Russie.


Le premier matériau de ce projet spécial intitulé «Diplomatie de la victoire» est consacré aux télégrammes chiffrés du plénipotentiaire (ambassadeur) de l’URSS en Grande-Bretagne Ivan Maisky, envoyés à Moscou à l’automne 1937.

Ivan Mikhailovich Maisky (Jan Lyakhovetsky) est arrivé à Londres en tant que plénipotentiaire soviétique en 1932 et il est resté dans ceposte jusqu’en 1943, c’est-à-dire qu’i a représenté les intérêts de l’URSS en Grande-Bretagne au cours de la période historique la plus difficile du XXe siècle. Il a remplacé Grigory Sokolnikov, l’ancien commissaire du peuple aux finances et éternel opposant à Staline. À un moment critique pour la politique étrangère du pays, le gouvernement soviétique ne pouvait pas se permettre d’avoir à Londres un homme manifestant ouvertement son hostilité à la tête de l”État et personnellement à Staline. Cela aurait pu avoir de graves conséquences, quelle que soit la façon dont on considère maintenant les discussions internes des partis au sein du PCUS (B.) des années 1920.

Maisky, lui aussi, était loin d’être parfait d’un point de vue idéologique. Fils d’un médecin d’origine gentry, d’abord révolutionnaire social, puis menchevik, puis ministre du gouvernement kolchak à Omsk (il n’a pas vraiment travaillé un jour avec Koltchak, il est immédiatement parti pour une «expédition scientifique en Mongolie», mais a été nommé – tout cela ne correspondait pas au profil idéal de l’homme d’État soviétique et, toutes choses égales par ailleurs, garantissait plusieurs conditions de camp difficiles. Mais Maisky parlait bien anglais, il y vivait à l’époque pré-révolutionnaire en exil, il avait des liens avec l’élite britannique et dans les cercles de gauche. Dans la caractérisation de Maysky écrite au Comité central avant de l’envoyer en voyage d’affaires à l’étranger, il est dit que “c’est à la fois un plus et un moins pour lui”.

L’image d’un diplomate soviétique attaché étroitement boutonné et debout à la réception sous la forme d’une statue, montrant un port militaire – cela date d’un peu plus tard. À cette époque, le style était un peu plus lâche et le plénipotentiaire cherchait à se comporter aussi naturellement que possible au sein de l’étiquette britannique déroutante. Les Britanniques l’ont aimé, même si cela les a quelque peu surpris. Maisky a essayé de faire comme s’il était un membre de l’élite britannique, ce que les Britanniques eux-mêmes lui ont reproché plus tard rétroactivement. Selon l’opinion qui prévalait à Londres, le comportement de Maisky n’a pas apporté la rfermeté nécessaire pour défendre pleinement la position de l’URSS. Cela ne signifie pas qu’il a fait des concessions injustifiées, mais c’était u peu perçu ainsi du côté britannique. D’un autre côté, peu importe comment,

À Moscou, au milieu des années 1930, l’opinion émergeait progressivement l’opinion que les employés des missions soviétiques devraient mener un mode de vie soviétique exemplaire, et par conséquent le comportement libre de Maisky a constamment causé une irritation sourde au ministre des Affaires étrangères de l’époque, Vyacheslav Molotov et Staline lui-même. Ce désaccord purement stylistique n’a cependant pas affecté le travail de l’envoyé, car il a vraiment réussi à établir de bonnes relations avec une partie importante de l’élite politique de la Grande-Bretagne. Staline a rapidement apprécié cela et a utilisé la position de Maisky à Londres pour établir des relations confidentielles avec les représentants de l’élite britannique. Dans ce contexte, Maisky a également obtenu une indépendance sans précédent dans la prise de décision. Mais il faut comprendre que dans le système hiérarchique soviétique, les décisions prises indépendamment, même les bonnes, pourrait alors faire très mal. Il est significatif à cet égard que la signature de Maysky à Londres, le 30 juillet 1941, de l’accord sur le rétablissement des relations diplomatiques avec la République polonaise soit dénommé Pacte Maysky-Sikorsky. Cela signifiait la reconnaissance de facto par l’Union soviétique du gouvernement émigrant de Pologne, siégeant à Londres, ce qui a ensuite créé des difficultés diplomatiques.L’une des principales réalisations du plénipotentiaire de Maysky pendant la période d’avant-guerre décrite a été qu’il a correctement et précisément évalué l’équilibre des pouvoirs au sein de l’élite britannique et s’est concentré sur Winston Churchill comme la figure la plus prometteuse pour l’Union soviétique. Jusqu’en 1939, le rapport des forces à Londres était loin d’être évident. Churchill ressemblait alors à un critique de l’opposition, vivant dans un château maladroit, abattu par un pilote, un gros homme drôle avec un éternel cigare. En d’autres termes, par n’importe qui, aurait pu penser qu’il ne serait pas mais pas le futur meilleur premier ministre de l’Empire.

Le programme de chiffrement de Maysky à Moscou daté du 27 novembre 1937 est révélateur à cet égard, de la manière dont il caractérise les deux principaux groupes d’influence du gouvernement britannique de l’époque.

Le premier – conditionnellement le groupe de Chamberlain, selon le plénipotentiaire, “se fixe comme tâche immédiate une conspiration avec l’Allemagne et l’Italie, si nécessaire, au prix de gros sacrifices pour les intérêts britanniques en Europe centrale, du sud-est et de l’est, ainsi que face aux victimes en Espagne et même dans la sphère coloniale . ” Le second groupe, conditionnellement représenté Anthony Eden, “met au premier plan la politique britannique d’union avec la France et de coopération avec l’URSS” .

Le contexte de la situation est qu’à cette époque, Paris était prêt à conclure un accord avec Moscou et tentait d’influence la Tchécoslovaquie et la Pologne en vue d’une alliance militaire avec l’URSS, et si cela n’était pas du tout possible, alors de laissezrau moins les troupes soviétiques traverser son territoire en cas d’agression allemande. . Le gouvernement de Chamberlain n’était pas seulement inquiet d’une alliance avec la «Russie bolchevique», mais de l’indépendance et l’activité de la France en tant que telle. Maisky écrit à Moscou que le groupe de Chamberlain “cherche également à transformer la France en un simple appendice au bureau de Londres Forein”, et dans ce scénario, Londres préfère faire exactement le contraire, ne serait-ce que pour empêcher la France de prendre une position de leader en Europe continentale en mettant en place un pacte anti-allemand .


Télégramme chiffré du 27 novembre 1937

Tout cela s’est finalement mal terminé, quand le groupe temporairement vainqueur de Chamberlain a poussé à travers une «politique de pacification», qui a conduit au démembrement de la Tchécoslovaquie. Le ministre des Affaires étrangères de l’époque, lord Eden, du mieux qu’il a pu, a tenté de saboter les politiques du Premier ministre Chamberlain. Maisky rapporte que c’est à l’initiative d’Eden que les ministres français ont été invités à Londres pour marquer leur opposition au voyage de Lord Halifax à Berlin. “Si Shotan et Delbos (Camille Shotan a occupé le poste de Premier ministre de la France en 1937, a conclu le premier accord avec l’URSS, rétablissant effectivement les relations diplomatiques, Pierre Yvonne Delbos – Ministre des Affaires étrangères du gouvernement Shotan – VZGLYAD) s’étaient comportés à Londres de manière appropriée, la ligne politique de Chamberlain aurait pu être modifiée de manière significative, mais se comporteront-ils ainsi? J’en doute. “

Dans ce message, le style du plénipotentiaire est également visible. Assis à Londres, il ne pouvait ni évaluer ni même suggérer le comportement des Français, d’autant plus qu’à cette époque à Paris les gouvernements changeaient trois fois par an. Seul Shotan est devenu premier ministre à trois reprises et a également travaillé dans les gouvernements de Léon Blum. Mais Maisky «doute».

Le télégramme chiffré du 16 novembre, révélateur du rapport sur la «longue conversation avec Churchill», qui a eu lieu à la réception de Maisky en l’honneur du jeune roi de Belgique Léopold III, est révélateur à cet égard . Churchill “a de nouveau, et avec une ferveur exceptionnelle, souligné que l’Allemagne était le principal danger pour l’Angleterre et l’Europe dans son ensemble”. Maisky écrit: «La tâche principale maintenant» , a poursuivi Churchill, « est que nous nous restions ensemble. Sinon, nous périrons » “La faiblesse de la Russie dans les conditions actuelles serait fatale pour la cause de la paix et pour la sécurité de l’empire britannique” . Une partie importante de la conversation a été consacrée à discuter des résultats du voyage de Lord Halifax à Berlin, qui, selon Churchill, n’a rien produit. Mais, à son avis, “Halifax est un homme honnête et il n’irait jamais à des opérations aussi” malhonnêtes “, comme trahir la Tchécoslovaquie et délier les mains de l’Allemagne à l’Est.”

Comme l’ont montré les événements ultérieurs, Churchill s’est trompé ou il a voulu faire une impression positive sur Maysky (et à travers lui Staline). En plus de cela, Maisky décrit plus en détail les détails et les circonstances de sa conversation avec Churchill. Il dit que tout s’est passé dans la soi-disant «salle de culte» du palais de Buckingham, où les rois britanniques et belges se sont réunis avec leur suite. Ribbentrop était également présent, qui tentait d’entamer une conversation avec Churchill, mais ce dernier a plaisanté. Puis Churchill, selon le rapport de Maisky, a ostensiblement traversé toute la salle pour s’approcher de Maisky. Au cours de la conversation, le roi britannique s’est approché d’eux pendant un court moment pour parler à Churchill. Mais après le retour du roi George auprès de ses invités, Churchill a poursuivi sa conversation avec Maisky. L’envoyé soviétique conclut que
Le comportement entier de Churchill a été délibérément souligné, et il a clairement annoncé la nature amicale de ses sentiments pour moi . “

Churchill favorisant Maisky, son comportement dans les conditions strictement réglementées de la réception royale prenait un poids démonstratif sur les bonnes relations avec l’ambassadeur soviétique, et témoignait donc de la position particulière de Churchill sur les relations avec l’URSS. Une position que Churchill ne cache pas, contrairement à d’autres représentants du groupe Eden qui, pour des raisons idéologiques et, comme l’écrit Maisky lui-même dans un autre programme de chiffrement, «par crainte de l’opinion publique», essaient de ne pas parler à haute voix d’une éventuelle alliance avec l’URSS.

Maisky a dû travailler dans des conditions d’incertitude très difficiles. Pendant cette période, l’Union soviétique n’avait ni amis ni alliés et devait manœuvrer entre de nombreux groupes aux dizaines d’intérêts divergents. À cet égard, Maisky et Churchill étaient vraiment parfaitement adaptés l’un à l’autre: Churchill était têtu dans sa politique anti-allemande et était prêt à faire des compromis pragmatiques, et l’envoyé soviétique n’avait qu’à s’appuyer à Londres sur une personne encline à de telles alliances situationnelles. Toute la politique étrangère de l’URSS d’avant-guerre dans le sens européen est une recherche d’une telle alliance situationnelle basée non pas sur une idéologie nue, mais sur un calcul aride, comme en témoignent les télégrammes publiés d’Ivan Maisky.

De plus, spécifiquement à Londres, la situation était compliquée par la présence d’un lobby ouvertement pro-allemand,

qui était représentée non seulement par certains membres de la famille royale, mais aussi par un groupe au sein du gouvernement décrit par Maysky comme de «jeunes conservateurs» («conservateurs» – au sens de membres du parti conservateur, et non au sens idéologique moderne du terme). Dans un télégramme daté du 25 novembre (assez long), Maisky décrit en détail la situation de l’élite britannique après l’étrange voyage de Lord Halifax à Berlin. Formellement, Halifax a reçu une invitation à une parrte de chasse, mais l’ambassadeur à Berlin Henderson a précisé à l’avance si Hitler était prêt à rencontrer Halifax et a reçu une réponse positive. On apprit qu’Hitler avait reçu en privé un certain document, un mémorandum sur des sujets qu’il aimerait discuter avec Halifax.

Lors de la réunion, Hitler a eu une attitude plutôt habile. Il savait sur quoi appuyer: il a “fait allusion” à la question du retour par l’Allemagne des colonies en Afrique, en Chine et dans le Pacifique qui lui avait été prise après la Première Guerre mondiale – c’était le sujet le plus douloureux pour la Grande-Bretagne, toute question sur la redistribution du système colonial soulevée à Londres provoquait aussitôt la panique. En échange de cela, Hitler a exigé que les Britanniques “ne mettent pas leur grain de sel dans l ses relations” bilatérales “avec l’Autriche et la Tchécoslovaquie.”

Chamberlain a pesé le pour et le contre. Selon Maisky, Chamberlain avant même le voyage pensait que “ la demande d’Hitler irait peut-être un peu loin ” . Maisky écrit en outre que “ la conversation avec Hitler a quelque peu déçu Halifax et Chamberlain ” . Eden était très heureux que Chamberlain ait été déçu des résultats du voyage d’Halifax et a même sablé le champagne avec son entourage à ce sujet.

Les sources d’information de Maisky étaient Jan Masaryk, alors ambassadeur de Tchécoslovaquie à Londres, puis le ministre des Affaires étrangères au gouvernement en exil, qui s’est suicidé à Prague en 1948, et l’ Anthony Eden, qui, selon la description de Maisky, «est toujours un bon baromètre du succès». ou des échecs de son mari . ” Mais Maisky ne savait pas avec certitude qu’Eden, souffrant de maladies chroniques accompagnées de douleurs aiguës, prenait des amphétamines qui étaient autorisées à cette époque, et le comportement du chef du ministère des Affaires étrangères était caractérisé par de fortes sautes d’humeur. D’où la réaction exaltée à «l’échec de la mission d’Halifax» en buvant du champagne. Mais en général, l’envoyé soviétique tire la conclusion absolument correcte à la fin du télégramme: “Malgré la déception bien connue de Chamberlain à l’égard des résultats du voyage d’Halifax, il faut encore s’attendre à ce qu’il continue néanmoins d’essayer de conspirer avec Hitler et Mussolini . “

Il faut souligner ici que les exemplaires publiés des documents ne concernent que les deux semaines de novembre 1937, c’est-à-dire la période où Londres et le gouvernement Chamberlain commençaient à peine à sonder le terrain pour parvenir à un accord avec Hitler. Mais selon les télégrammes de Maisky, il était déjà évident pour le gouvernement soviétique que Chamberlain ferait des concessions à Berlin en Europe centrale et pourrait même faire pression sur le gouvernement français pour refuser le soutien à la Tchécoslovaquie. Donc à la fin, c’est arrivé.

En novembre 1937, le gouvernement de Chamberlain était motivé dans son attitude par la préservation du système colonial – le fondement du bien-être britannique. Les considérations militaires de Chamberlain ne sont pas évidentes. Dans cette situation, l’Union soviétique, avec un certain soutien de la France, essayait toujours de constituer au moins une sorte de bloc défensif en Europe centrale et orientale, se heurtant à l’opposition ouverte de la Pologne et à la froideur des Britanniques.

Le plénipotentiaire Maisky devait non seulement poursuivre la lutte pour créer un tel bloc antinazi (même s’il écrit lui-même que Chamberlain, pour un accord avec Hitler, est prêt “à ne pas être gêné par” des considérations sentimentales concernant la Tchécoslovaquie et l’Espagne “ ), mais aussi à maintenir de bonnes relations avec Churchill, comme avec pratiquement la seule figure de Londres à l’époque capable de penser ld’une manière prospective. En général, il a réussi. Mais le refus de Londres, puis de Paris, de créer un système de sécurité collective en Europe était inévitable précisément parce que les gouvernements de Chamberlain et de Daladier n’étaient pas en mesure de calculer au-delà des intérêts immédiats.

L’idée de Chamberlain selon laquelle il échangerait la sécurité des colonies britanniques contre l’Autriche et la Tchécoslovaquie (le fameux «Je vous ai apporté la paix!» À la suite de l’accord de Munich) a libéré les mains d’Hitler. Et les documents de Maisky confirment une fois de plus le fait que déjà au début de l’hiver 1937, la politique de Londres visait clairement à conspirer avec Hitler, malgré les désaccords internes de plusieurs groupes au sein du gouvernement britannique et l’opposition implacable de Churchill. Les notes et spécifications données par Ivan Mikhailovich Maisky ont été confirmées dans un avenir très proche.

* * *


Le sort de l’envoyé soviétique après la guerre a été très tragique. En 1953, Maisky a été arrêté pour «travail pour les services secrets britanniques» et soumis à de sévères interrogatoires. Après la mort de Staline, il a été libéré, réhabilité et réintégré dans le parti. Il n’est pas retourné au service diplomatique pour des raisons de santé, il était engagé dans la science. Maisky a publié deux livres de mémoires, qui sont devenus la source la plus précieuse sur l’histoire de la période d’avant-guerre, bien qu’ils aient été écrits dans un souci de censure laïque et de considérations compréhensibles de secret. La publication de nouveaux documents peut mettre en évidence de nouveaux détails sur le «mystère dans lequel la guerre est née» .

CONCLUSION POUR LE LECTEUR FRANCAIS : Grâce aux éditions delga, vous pourrez lire les souvenirs de l’ancien ambassadeur d’URSS en grande Bretagne dont il est question dans ce passionnant article..

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15291 messages postés
   Posté le 22-12-2020 à 13:05:25   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Opération "Crossword", 1945 : quand les Alliés voulaient collaborer avec les Nazis contre l'armée soviétique

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Histoire  Le pacte germano soviétiqueNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum