Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine 

 Novichok, Navalny, Nord Stream et foutaises

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15284 messages postés
   Posté le 03-09-2020 à 17:41:31   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Ecrit un message)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un article pas dans le ton sur l'empoisonnement de Navalny.

Le Novichok, Navalny, le Nord Stream et les foutaises


http://www.entelekheia.fr/2020/09/03/le-novichok-navalny-le-nord-stream-et-les-foutaises/
PAR ADMIN · 3 SEPTEMBRE 2020


Par Craig Murray
Paru sur le blog de l’auteur sous le titre Novichok, Navalny, Nordstream, Nonsense

Une fois Navalny à Berlin, ce n’était qu’une question de temps avant qu’il soit déclaré qu’il avait été empoisonné avec du Novichok. Les Russophobes sont ravis. Cela élimine bien sûr tous les restes de de doute sur ce qui était arrivé aux Skripals, et prouve que la Russie doit être isolée et sanctionnée à mort, et que nous devons dépenser des milliards de dollars en armes et en services de sécurité. Nous devons également renforcer la surveillance intérieure, réprimer les opinions dissidentes en ligne. Cela prouve également que Donald Trump est un pantin des Russes et que le Brexit est un complot russe.

Je vais prouver au delà de tout doute que je suis un troll russe en posant la question « A qui profite le crime ? » brillamment identifiée par Ben Nimmo, de l’Integrity Initiative, comme un signe certain d’influence russe.

Je dois dire que je n’ai aucune difficulté à accepter l’idée qu’un oligarque puissant ou un organe de l’État russe puisse avoir tenté d’assassiner Navalny. C’est un irritant mineur, beaucoup plus connu ici qu’en Russie, mais le fait de ne pas être une menace majeure ne vous protège pas contre un assassinat politique en Russie.

Ce qui me pose problème, c’est l’idée que si Poutine, ou d’autres acteurs russes très puissants, avaient voulu tuer Navalny et l’avaient attaqué alors qu’il était en Sibérie, il serait encore en vie en Allemagne aujourd’hui. Si Poutine l’avait voulu mort, il serait mort.

Prenons d’abord l’arme choisie. Une chose dont nous sommes sûrs, c’est que le « Novichok » ne semble pas très adapté aux assassinats. La pauvre Dawn Sturgess est la seule personne qui soit morte du « Novichok », accidentellement selon le récit officiel. Le « Novichok » n’a pas tué les Skripals, la cible réelle. Si Poutine avait voulu la mort de Navalny, il aurait utilisé quelque chose qui marche. Une balle entre les deux yeux, ou un poison réellement mortel.

Le « Novichok » n’est pas un produit chimique spécifique. C’est une classe d’armes chimiques conçue pour être improvisée sur le terrain à partir de précurseurs domestiques ou industriels courants. Son utilisation sur un sol étranger a un certain sens, car vous ne transportez pas l’agent neurotoxique proprement dit et vous pouvez peut-être même acheter les ingrédients localement. Mais cela n’a aucun sens dans votre propre pays, où le FSB ou le GRU peuvent se balader avec n’importe quelle arme mortelle, de fabriquer des agents neurotoxiques maison dans l’évier. Pourquoi feriez-vous cela ?

De plus, nous sommes censés croire que, l’État russe ayant empoisonné Navalny, il a ensuite autorisé l’avion dans lequel il voyageait, sur un vol intérieur, à se dérouter vers un autre aéroport, et à faire un atterrissage d’urgence, afin qu’il puisse être transporté d’urgence à l’hôpital. Si les services secrets russes avaient empoisonné Navalny à l’aéroport avant le décollage, comme ils le prétendent, pourquoi n’auraient-ils pas insisté pour que l’avion s’en tienne à son plan de vol initial et le laisse mourir dans l’avion ? Ils auraient prévu ce qui arriverait à l’avion dans lequel il se trouvait.

Ensuite, nous sommes censés croire que l’État russe, après avoir empoisonné Navalny, n’a pas été en mesure de le tuer dans l’unité de soins intensifs d’un hôpital d’État russe. Nous sommes censés croire que le méchant État russe a pu falsifier tous ses tests toxicologiques et empêcher les médecins de dire la vérité sur son empoisonnement, mais que le méchant État russe n’avait pas le pouvoir d’éteindre son respirateur pendant quelques minutes ou de glisser quelque chose dans sa perfusion. Dans un hôpital d’État russe.

Ensuite, nous sommes censés croire que Poutine, après avoir empoisonné Navalny avec du novichok, a permis qu’il soit transporté par avion en Allemagne pour y être sauvé, en s’assurant au passage que le novichok serait découvert. Et que Poutine a fait cela parce qu’il ne voulait pas mettre Merkel en colère, ne réalisant pas qu’elle pourrait l’être encore plus quand elle aurait découvert que Poutine avait empoisonné Navalny avec du novichok.

Il y a là tout une suite de points tout à fait incroyables, qu’il faut tous avaler un par un pour suivre le récit occidental. Personnellement, je n’en crois pas un seul mot, mais je suis un traître russophile notoire.

Les États-Unis sont en effet très désireux d’empêcher l’Allemagne d’achever le gazoduc Nord Stream 2, qui fournira à l’Allemagne du gaz russe à grande échelle, suffisant pour environ 40 % de sa production d’électricité. Je suis moi-même opposé au Nord Stream 2, pour des raisons tant environnementales que stratégiques. Je préférerais de loin que l’Allemagne mette sa formidable puissance industrielle au service des énergies renouvelables et de l’autosuffisance. Mais mes raisons sont très différentes de celles des États-Unis, qui s’inquiètent du marché du gaz liquéfié destiné à l’Europe pour les produits américains et des alliés des États-Unis dans le Golfe. Des décisions clés concernant l’achèvement du Nord Stream 2 sont actuellement en cours en Allemagne.

Les États-Unis et l’Arabie Saoudite ont toutes les raisons de vouloir diviser l’Allemagne et la Russie à l’heure actuelle. Navalny est certainement une victime de la politique internationale. J’ai tendance à fortement douter qu’il soit une quelconque victime de Poutine.

Craig Murray, un proche collaborateur de Wikileaks, est diplomate, historien et militant des droits de l’homme. Il a été ambassadeur du Royaume-Uni en Ouzbékistan. Il est actuellement en procès avec l’État britannique pour avoir dénoncé un complot contre le dirigeant écossais Alex Salmond.

Traduction Entelekheia


Edité le 04-09-2020 à 13:21:11 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15284 messages postés
   Posté le 04-09-2020 à 13:20:41   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Ecrit un message)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le Quotidien du Peuple reprend les déclarations russes à propos de l'empoisonnement de Navalny.

L'affaire de l'empoisonnement d'Alexei Navalny est une provocation, selon le président de la Douma russe

Xinhua | 04.09.2020 09h09

http://french.peopledaily.com.cn/International/n3/2020/0904/c31356-9753532.html

L'empoisonnement présumé du chef de l'opposition russe Alexei Navalny est une "action planifiée" contre la Russie visant à lui imposer de nouvelles sanctions et, par conséquent, à freiner son développement, a déclaré jeudi Vyacheslav Volodine, président de la Douma, la chambre basse du parlement russe.

"L'Union européenne et les pays de l'OTAN n'aiment manifestement pas le fait que l'économie russe se renforce chaque année, que son influence sur les processus mondiaux augmente et que la Russie a sa propre position et est prête à la défendre. Ils ne veulent pas que notre pays soit fort" , a déclaré M. Volodine dans un communiqué publié sur le site Internet de la Douma.

Mercredi, la chancelière allemande Angela Merkel a affirmé qu'Alexei Navalny, qui est en soins intensifs dans un hôpital de Berlin, a été empoisonné par un agent neurotoxique de style soviétique Novichok, le même type que celui utilisé en 2018 pour empoisonner l'ancien espion russe Sergueï Skripal et sa fille.

Selon M. Volodine, lorsque la Russie a été accusée d'avoir empoisonné les Skripal au Royaume-Uni, il s'agissait d'une "provocation évidente" visant à étendre les sanctions imposées par les pays occidentaux à la Russie après son incorporation de l'ancienne république ukrainienne de Crimée au territoire russe en 2014.

"Le parallèle entre ce qui se passe et la situation de 2018 est évident" , a dit le président de la Douma, ajoutant que ce qui se passait autour d'Alexei Navalny se déroulait au plus fort des tensions concernant la Biélorussie, dans les affaires intérieures de laquelle un certain nombre de pays européens, selon lui, tentaient de s'immiscer.

M. Volodine a rappelé que lorsque le chef de l'opposition russe était tombé malade, les autorités russes avaient tout fait pour sauver sa vie, quelles que soient ses opinions et ses préférences politiques.

Lorsque la famille d'Alexei Navalny a demandé l'aide du président russe Vladimir Poutine pour le transporter en Allemagne, tout a été officialisé dès que possible, a-t-il ajouté.

Mais en Allemagne, Alexei Navalny a été immédiatement qualifié d'invité de Mme Merkel et divers responsables ont commencé à se livrer à certaines déclarations, insistant sur le fait qu'il aurait été empoisonné avec un agent neurotoxique, a déclaré M. Volodine.

Il a appelé le Bundestag, le parlement allemand, à demander à la chancelière pourquoi elle prend des mesures qui entravent le développement de relations amicales entre les deux pays.

"Il est clair que l'Allemagne est un otage de l'OTAN et qu'elle est forcée de jouer le rôle qui lui est imposé. Cependant, la tâche des forces politiques solides est de régler cette situation et d'empêcher l'Allemagne d'être entraînée dans une campagne anti-russe" , a conclu M. Volodine.

(Rédacteurs : Yishuang Liu)


Edité le 04-09-2020 à 13:22:21 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15284 messages postés
   Posté le 23-01-2021 à 11:16:01   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Ecrit un message)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Qui est Navalny …

DANIELLE BLEITRACH23 JANVIER 2021ACTUALITÉ
https://histoireetsociete.com/2021/01/23/qui-est-navalny/?fbclid=IwAR1srOv6UYv6LU4GkxKpa9OAUyDZ_h57hUg-9xclnX4E3z7KKsTO_hOpgZw
Non seulement le héros de la démocratie de l’occident est un antisémite d’extrême droite mais il est pour la légalisation des armes et bien évidemment l’ennemi est un Tchétchène basané… Pourquoi l’occident qui organise les révolutions de couleur et qui vend au public occidental ces gens-là comme des démocrates utilise-t-il systématiquement des fascistes qui se présentent chez eux comme des héros du peuple, contre les corrompus et qui seraient eux les marionnettes de l’occident, ils font appel au nationalisme et sont assez proches des disciples de Trump.

vidéo
Il était à l’époque dans un groupe (ou un parti?) qui s’appelait Narod (ou za narod), ce qui veut dire le peuple ou pour le peuple, et se présente au début de la vidéo comme le meilleur ou le premier nationaliste de Russie (texte incrusté).
Il commence en disant que personne n’est garanti contre une intrusion de cafards ou de mouches dans sa maison, mais nous avons des armes pour cela, une tapette à mouche ou une savate.
Mais que faire si des individus mal intentionnés entrent chez vous? une seule réponse, le pistolet ! (bien évidemment la vidéo montre des Tchétchènes).
Conclusion : soutenez notre campagne pour la légalisation des armes…

C’est ce personnage dont l’occident ne pouvait ignorer qui il était que l’occident a sélectionné pour en faire le héros des libertés et de la démocratie. Mais ce n’est pas un hasard, partout de l’Ukraine à la Biélorussie, en passant par l’Asie centrale les révolutions de couleur sont fabriqués sur le même modèle: on prend des individus d’extrême-droite qui aux Etats-Unis seraient au Tea Party, des admirateurs de Trump, de ceux qui attaquent le Capitole, en France ce seraient des identitaires proches de Marine Le Pen, parce que l’on sait que depuis 1991 la démocratie à l’occidentale est déconsidérée. et on leur fournit des subsides pour rallier des disciples dans la jeunesse, des voyous désoeuvrés aux jeunes diplômés rêvant de start up. Sur le plan électoral il ne représentent pas grand chose mais dans les grandes villes où il y a une petite bourgeoisie et des délinquants on peut provoquer des désordres importants surtout que ces troupes-là ne craignent pas la violence.

On leur fournit également des équipes chargées de la propagande qui a un seul thème la corruption. Hier une vidéo de 1h 45 visiblement faite par des pros de la communication a été diffusée en Russie. Navalny s’y présentait quasiment comme un bolchévique, un nationaliste qui faisait de Poutine l’homme manipulé par l’occident à partir du fait qu’il avait été dans l’entourage de Eltsine. La pièce centrale était constituée par un palais qu’il se ferait construire et dont les travaux auraient été pris par un drone.

Deux remarques à ce propos, comme l’ont souligné les militants du KPRF comment ont-ils pu utiliser un drone. Nous avons essayé d’en employer un pour donner des chiffres exacts à nos manifs, il n’a jamais pu tenir plus que quelques minutes. De surcroit les commentateurs ont souligné le fait que la vidéo était traduite de l’anglais et que les expressions, les tournures relevaient d’une traduction. Ce produit provient en droite ligne des services occidentaux. Le but de cette vidéo était de convoquer pour aujourd’hui dans toutes les villes de Russie des manifestations réclamant la libération de Navalny. Bref nous sommes dans un scénario bien connu et nos camarades du KPRF qui avertissait le gouvernement que la prochaine révolution orange serait à Moscou voyait juste. Autre avertissement des communistes, leur mise en garde contre ce qu’ils appellent la sixième colonne, c’est à dire les oligarques et leur personnel politique, des gens nombreux à l’intérieur de l’actuel gouvernement. Non seulement ils mènent une politique désavouée par le peuple, mais ils soutiennent en sous main l’opération Navalny parce qu’ils sont proches des occidentaux.

S’ils agissent ensemble, Navalny officiellement ne table pas sur l’alliance avec ces libéraux, il se présente au contraire comme leur ennemi et il adopte le langage des communistes pour les dénoncer. Paradoxalement il utilise la colère contre le libéralisme, les pro-occidentaux, il copie les communistes, surfe sur la nostalgie de l’URSS pour accomplir un projet de désintégration de la Russie après l’URSS. Mais c’est là partout le jeu du fascisme et l’occident capitaliste répugne de moins en moins à ce fascisme.

C’est pourquoi ceux qui montent ces révolutions de couleur et les vendent aux occidentaux comme des mouvements en faveur de la démocratie organisent la promotion de fascistes.

Danielle Bleitrach et Marianne Dunlop


Edité le 23-01-2021 à 11:16:23 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15284 messages postés
   Posté le 26-01-2021 à 00:10:18   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Ecrit un message)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur Global Times :

Les interventionnistes américains sont de retour avec la Russie sur leurs sites

Par Cui Heng
Publié: 25 janv.2021 21:53


https://www.globaltimes.cn/page/202101/1213917.shtml

Samedi, Moscou et un grand nombre de villes russes ont été témoins de manifestations de soutien au chef de l'opposition Alexei Navalny, appelant à sa libération. Selon les médias occidentaux, plus de 3 000 manifestants ont été arrêtés. Les Etats-Unis ont appelé samedi les autorités russes à libérer les manifestants, condamnant ce qu'ils ont appelé des "tactiques dures" utilisées contre eux.

De nombreux médias occidentaux ne peuvent cacher leur enthousiasme. Le New York Times a fait valoir que les Russes sont mécontents de leur gouvernement. La BBC a cité les partisans de Navalny disant: "La Russie sera libre!"

En fin de compte, les États-Unis ont joué un rôle dans la stimulation des manifestations. Tout comme les analystes mondiaux l'ont prédit, le Parti démocrate maintenant au pouvoir politique majoritaire n'est pas une bonne chose pour la Russie.

L'ambassade américaine en Russie a annoncé l'heure et le lieu des manifestations avant même qu'elles n'aient lieu. Après le déclenchement des manifestations, l'ambassade a accusé le gouvernement russe de supprimer les droits de réunion pacifique et la liberté d'expression. La série de mesures prouve que le Parti démocrate américain soutient à nouveau l'interventionnisme. Le ministère russe des Affaires étrangères a exprimé une forte opposition à la décision des États-Unis d'inciter à la violence dans le pays.

Tout en étant occupée à condamner la Russie, la nouvelle administration américaine n'a pas mentionné un seul mot sur les émeutes du Capitole au début du mois à Washington. Son double standard a ainsi été mis à nu.

Le président américain Joe Biden a déclaré que "l'Amérique est de retour". Il estime que revenir à l'Accord de Paris et à l'Organisation mondiale de la santé signifie que les États-Unis sont revenus à l'ordre mondial qu'ils ont façonné. Mais en intervenant dans les manifestations russes, il semble que les États-Unis, qui poursuivent l'interventionnisme et créent de l'instabilité dans le monde, soient maintenant de retour.

Sous la pression de la crise persistante du COVID-19, le développement social et économique des pays eurasiens a rencontré de sérieuses difficultés. La récession économique est endémique avec l'augmentation de l'inflation. Des mesures de contrôle strictes et le manque d'interaction sociale ont accru la pression psychologique des gens. Une fois stimulées par un événement soudain, la pression, l'anxiété et l'insatisfaction accumulées dans le cœur des gens se transforment facilement en comportements antagonistes. Même dans les pays d'Asie de l'Est, qui ont eu une performance relativement meilleure avec le combat contre le COVID-19, les troubles sociaux sont de plus en plus courants.

Il n'est pas surprenant que des manifestations à grande échelle aient éclaté en Russie. Après tout, la Russie a connu l'épidémie complète de COVID-19 en avril 2020 et la deuxième vague de la pandémie en septembre. Les Russes vivent dans la peur d'un avenir inconnu. Leur vulnérabilité psychologique a déjà atteint un point critique. Même s'il n'y avait pas eu l'arrestation de Navalny, d'autres incidents auraient quand même poussé les gens à descendre dans la rue et à exprimer leur mécontentement. La plupart des gens profitent simplement de l'occasion pour exprimer leurs griefs, ce qui ne veut pas dire qu'ils appuient vraiment l'opposition.

En fait, les forces d'opposition en Russie ont été plutôt fragmentées, même si Navalny est décrit comme un chef de l'opposition par de nombreux médias occidentaux. Il y a de nombreux députés qui n'aiment pas Navalny dans l'opposition. Jusqu'à présent, personne dans l'opposition n'est capable de défier le gouvernement russe. Il n'y a pas de leader charismatique et efficace parmi eux pour gagner la confiance et le soutien de tous les Russes.

Dans ce contexte, les manifestations à grande échelle ne prouvent pas que le gouvernement russe traverse une crise. Ces actions sporadiques ne montrent pas que leur président est rejeté par le peuple russe ordinaire. Selon une enquête de l'ONG Levada Center, le taux d'approbation du président Vladimir Poutine était de 60% en juillet 2020, l'un des plus élevés de tous les dirigeants du monde.

Bien que le soutien à l'opposition et le mécontentement à l'égard du gouvernement russe aient contribué au déclenchement des manifestations, cela était en grande partie dû au fait que les gens se sont défoulés des pressions sociales. Cela fait partie de la crise de santé mentale découlant de la pandémie.

C'est très différent du "printemps arabe" survenu il y a dix ans. Après tout, les gloires du néolibéralisme ont été drainées à l'ère Trump. La supériorité du modèle américain a été écrasée par la pandémie. Washington n'est pas capable de lancer une autre série de «révolutions de couleur».

Néanmoins, le gouvernement dirigé par les démocrates ne manquera pas l’occasion de s’ingérer dans les affaires intérieures de l’Eurasie ou de n’importe où dans le monde. Les États-Unis ont l'intention de ralentir leur rythme de déclin en créant une instabilité entre les puissances montantes et leurs pays voisins. Les grandes puissances mondiales, y compris la Chine et la Russie, doivent soutenir conjointement le principe de la souveraineté inviolable. Ils doivent s'opposer fermement à toute ingérence des États-Unis et de leurs alliés au nom de la protection des «droits de l'homme». Ce n’est qu’en agissant ainsi qu’ils pourront maintenir un environnement extérieur de paix et de stabilité.

L'auteur est chercheur adjoint du Centre d'études russes de l'Université normale de Chine orientale. opinion@globaltimes.com.cn

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15284 messages postés
   Posté le 27-01-2021 à 13:41:59   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Ecrit un message)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Une grave mise en garde de Zioganov, assortie de révélations sur le comportement trouble et fondamentalement anti-communiste de la bourgeoisie au pouvoir en Russie.


Ziouganov : notre pays fait face à la menace d’une vengeance libérale


DANIELLE BLEITRACH27 JANVIER 2021

https://histoireetsociete.com/2021/01/27/ziouganov-notre-pays-fait-face-a-la-menace-dune-vengeance-liberale/

Un texte percutant du président du KPRF qui dit l’essentiel sur ce qui se passe non seulement en Russie mais dans le monde au-delà de l’affaire Navalny (préparée dans des laboratoires occidentaux), que peut-on attendre d’un partenariat avec les USA ? Il souligne l’importance du discours de Xi à Davos par rapport à tout ce qui nous menace. Et sans doute le plus important il dénonce la manière dont l’oligarchie au pouvoir joue avec Navalny et les fascistes que l’occident envoie, la nécessité d’un gouvernement patriotique capable de refaire l’unité du pays. (note de Danielle Bleitrach et traduction de Marianne Dunlop).

26 janvier, le Président du Comité central du Parti communiste Guennadi Ziouganov a pris la parole lors de la séance plénière de la Douma d’État.

26-01-2021

https://kprf.ru/party-live/cknews/200023.html

– Chers collègues! En 2014, nous nous sommes rendus aux Jeux olympiques de Sotchi avec un grand groupe de députés. Mais j’ai été obligé de quitter d’urgence Sotchi à bord d’un avion militaire afin de fournir des mesures de sauvetage à nos gars, qui à ce moment-là étaient mitraillés, arrêtés, battus à Kiev. Nous savons très bien comment ils ont mis le feu aux bureaux du Parti communiste d’Ukraine et tabassé brutalement ses dirigeants. Nous devions à tout prix les sortir des hôpitaux et les soigner en Russie.

Puis cette tragédie s’est répétée dans plusieurs autres régions. L’été dernier, nous avons vu comment un scénario similaire avait été tenté en Biélorussie. Mais je voudrais lancer un appel au «parti au pouvoir»: vous voyez que vos «partenaires» occidentaux ont décidé de se heurter de front à notre pays. La question n’est pas Navalny. Il est juste un “obus incendiaire” qui a été préparé et envoyé ici pour faire s’embraser un Maïdan chez nous et mettre à bas l’indépendance de notre pays. Nous sommes catégoriquement contre une telle évolution des événements.

Nous savons parfaitement où tout commence et comment cela s’organise. Soit dit en passant, presque tous les participants du Maidan de Kiev ont souffert par la suite de syndromes de sevrage [de la drogue], car ils avaient reçu les substances appropriées. La même chose s’est produite en Ossétie du Sud, lorsque des agents de sécurité géorgiens aux yeux vitreux sous la direction de généraux américains ont tué pour la première fois nos soldats de la paix et mitraillé 49 écoles sur 50.

Je considère que des conclusions de grande portée devraient être tirées de ce que nous avons vu samedi. Tout d’abord, je voudrais m’adresser au président. Il a accepté de rassembler les chefs des factions et de discuter de la situation qui s’est développée dans notre pays. A l’heure actuelle, on n’arrête pas de dire que les Américains sont nos partenaires. Je suis pour un partenariat avec les États-Unis. Je suis pour commercer et développer des relations avec tous les pays. Mais hier, à l’ouverture du forum à Davos, Xi Jinping a été le premier à s’exprimer. Il a dit que nous entrions dans une situation politique et économique très dangereuse. Et même la Chine, avec son économie gigantesque, bien qu’elle ait connu une croissance de plus de 2%, subit d’énormes dommages. La crise financière et économique et les conséquences de la pandémie de coronavirus ne peuvent être surmontées que par des efforts conjoints, à condition qu’il y ait une solidarité raisonnable entre les États. Nous soutenons pleinement ce point de vue.

Le Parti communiste de la Fédération de Russie et le Parti communiste chinois ont signé un mémorandum correspondant, qui est mis en œuvre avec succès aujourd’hui.

Mais j’aimerais que nos oracles, qui racontent à l’infini comment tout ira bien demain, se rappellent un tout petit peu l’histoire. Pour les Américains, nous ne sommes ni ne serons des partenaires. Pour être forts, intelligents et prospères, nous devons nous souvenir de cela. Je ne citerai que quelques faits. Woodrow Wilson, exactement deux mois après l’établissement du pouvoir soviétique, nous a déclaré la guerre. Il a pris la parole au Sénat et a déclaré que la Russie devrait être divisée en vingt régions et privatisée morceau par morceau. Suite à cela, les États-Unis sont intervenus dans la guerre contre nous du côté de l’Entente.

Puis est venu Roosevelt, qui s’est rendu compte que le pays soviétique était quelque chose d’exceptionnel. Il a envoyé ses experts ici et a convenu avec nous d’une coopération. Mais la classe dirigeante des États-Unis a perçu sa sympathie pour l’URSS et Roosevelt n’a pas vécu pour voir la victoire dans la Seconde Guerre mondiale. De nombreux historiens vous diront qu’il n’est pas mort de son plein gré.

Nixon a signé un accord avec nous. Et avant cela, John F. Kennedy a préconisé un partenariat avec l’Union soviétique. En conséquence, Kennedy a été abattu et Nixon a été retiré du pouvoir suite à sa mise en accusation.

Reagan a appelé l’URSS l’ «empire du mal». Et Joe Biden, avant même de prendre ses fonctions de président, a déclaré ennemi numéro 1 la Russie.

Kisselev [un animateur TV, NdT] ce week-end a montré en détail l’essence de ce qui se passe dans trois reportages. Mais il a omis, – je pense, tout à fait consciemment, – la question essentielle : comment l’ «affaire Navalny» a été préparée dans des laboratoires hors de nos frontières et directement dans notre pays.

Bastrykine [conseiller d’État de justice, NdT] a réprimandé ses “indics” pour avoir libéré Navalny, qui, avec l’ancien gouverneur de la région de Kirov, Belykh, avait organisé un groupe criminel. Or ce gang s’était fait beaucoup d’argent sur chaque mètre cube de forêt. Nous avons envoyé notre député Kachine enquêter dans la région de Kirov. Tout le monde sait ce qui s’est passé là-bas, mais sur un appel de Moscou, le tribunal a immédiatement libéré Navalny.

Puis ça a été les élections à la Mairie de Moscou. Nous avons avancé la candidature d’Ivan Melnikov. C’est une personne talentueuse, l’un des députés les plus expérimentés, avec une excellente formation scientifique. Nous avons proposé le programme «De la ville des problèmes à la ville du succès» . Et quand les autorités ont vu que notre candidat était activement soutenu par la population, elles ont ramené en urgence Navalny.

Des secrétaires de section sont venus me voir et m’ont dit: «Guennadi Andreïevich, c’est quoi cette maison de fous? On contraint le parti au pouvoir à collecter des signatures pour Navalny! » J’ai fait ma petite enquête, et il s’est avéré que le feu vert venait du Kremlin. Et là, Navalny, sous la direction du «parti du pouvoir» et avec le soutien de l’une des tours du Kremlin, a recueilli 1,8 million de voix à Moscou. Alors qu’on sait que pour renverser un gouvernement, il suffit de faire descendre 200 000 combattants actifs dans la rue.

Trois chaînes de télévision ont accompagné l’opération du retour de Navalny en Russie. J’ai moi-même servi dans les forces spéciales et je sais comment cela se goupille. Le “Comité régional de Berlin” est déjà chargé de savoir où aller, quoi faire, comment organiser des émeutes, qui battre et comment provoquer les jeunes. Ce sont des techniques purement fascistes! Quand je préparais un film sur la façon dont mon cher pays d’Orlov [une région de Russie centrale, NdT], a combattu Hitler au prix de son sang, nous avons trouvé des images où le Führer s’avance dans les rangs, tapote des gamins sur la joue avec sa main et leur donne des grenades antichars. Avec pour mission de tuer nos soldats qui ont traversé toute l’Europe et sont venus libérer Berlin.

Des gredins emmenés par Navalny font de même aujourd’hui. Et cela est retransmis à loisir sur toutes les chaînes de télévision. Il faut arrêter avec ça! Ce salaud, s’il arrive au pouvoir, vous liquidera le premier! Ce sera la même chose qu’à Kiev. Ceux qui sont arrivés au pouvoir ont commencé par se débarrasser des récalcitrants. Le reste des mécontents a été dispersé et emprisonné. Et le résultat est sous nos yeux!

Tout sera plus compliqué et pire dans notre pays qu’en Biélorussie. Là, ni les forces de sécurité ni les ouvriers n’ont trahi le Bat’ka. Nous l’avons également soutenu. Mais j’ai dû intervenir sur les principales chaînes de télévision et exhorter: «Mais qu’est-ce que vous fabriquez? Vous chassez notre dernier allié! Et demain ce sera votre tour! Et des personnes complètement différentes s’assiéront à vos places » .

Nous devons absolument étudier et enquêter sur ce qui s’est passé. En tant que chef de l’Union patriotique populaire, je lance un appel au président de la Douma d’État : nous devons tenir une séance à huis clos du Conseil de sécurité et discuter de la situation actuelle. Ce n’est pas un hasard si des prolos qui ne sont pas satisfaits de cette vie sont sortis dans la rue. Ils sont de plus en plus démunis et perdent leurs emplois. Ils ne sont en rien des partisans de Navalny, mais ils l’ont fait pour protester contre cette politique socio-économique sans avenir.

Des jeunes sont descendus dans la rue, à qui vous aviez enlevé la possibilité d’étudier pleinement. Vous avez expurgé Pavel Kortchaguine et la Jeune Garde du programme. Mais d’un autre côté, vous avez inclus l’antisoviétique et falsificateur Soljenitsyne, qui pendant de nombreuses années s’était dévolu à la préparation idéologique de la destruction de l’URSS.

J’insiste pour que vous arrêtiez l’attaque des pillards criminels sur la ferme d’État Lénine. Et il est grand temps de réhabiliter Vladimir Bessonov [un député communiste en prison depuis des années pour avoir organisé une manifestation ‘illégale’, NdT]. Mais au lieu de prendre ces décisions, vous continuez à opposer les gens les uns aux autres.

Vous continuez vos attaques haineuses contre Staline. Mais lui au moins avait assez d’intelligence et de volonté pour rassembler le pays dans le contexte de l’arrivée au pouvoir d’Hitler en Allemagne. Staline fit la paix avec les cosaques, avec les koulaks, avec l’intelligentsia, et s’excusa auprès des prêtres. Et vous ne pouvez même pas vous mettre d’accord avec l’opposition de gauche, qui a défendu et défend l’État avec persévérance et opiniâtreté!

Sur qui les nazis ont-ils tiré en premier lieu? Sur les ouvriers! Qui a été envoyé aux camps? Les communistes. Avec qui Hitler a-t-il réglé ses comptes? D’abord avec les communistes, puis avec les socialistes, puis avec les syndicats. Après cela, il a commencé à faire griller des nations entières dans les fours d’Auschwitz et de Dachau.

Il est nécessaire de tirer des conclusions de tout ce qui se passe et de résoudre les problèmes. Nous sommes prêts pour cela. Mais nous espérons que tant le Conseil de sécurité que le “ parti au pouvoir ” prendront les mesures appropriées.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15284 messages postés
   Posté le 04-02-2021 à 16:09:43   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Ecrit un message)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Ziouganov: le Kremlin craint moins Navalny que la gauche

DANIELLE BLEITRACH 4 FÉVRIER 2021
https://histoireetsociete.com/2021/02/04/ziouganov-le-kremlin-craint-moins-navalny-que-la-gauche/

Un texte tout à fait important pour comprendre ce qui se passe en Russie face à l’offensive multiforme menée par les Etats-Unis et leur provocateur Navalny, le président du parti communiste renouvelle l’alternative : soit on est pour l’indépendance nationale, la souveraineté russe et alors il faut s’appuyer sur le peuple, soit comme l’oligarchie on est prêt à sacrifier cette indépendance et alors un “opposant” comme Navalny est pratique pour dévoyer la colère et interdire le combat des communistes. (note de Danielle Bleitrach traduction de Marianne Dunlop pour histoire et société )

L’injustice du gouvernement pousse les citoyens à la révolte

https://svpressa.ru/politic/article/288951/

Interview de Ziouganov par Andrei Polounine, « Svobodnaïa Pressa » (SP)

Le 2 février, une session du tribunal de district de Simonovsky sur l’affaire Alexei Navalny s’est tenue dans les locaux du tribunal municipal de Moscou. Le tribunal a annulé la condamnation avec sursis de Navalny dans l’affaire Yves Rocher et l’a condamné à 2 ans et 8 mois dans une colonie de régime général. Cet après-midi, plus de 300 personnes ont été arrêtées près du tribunal, selon des militants des droits de l’homme.

Qu’y a-t-il réellement derrière “l’affaire Navalny”?

– Le 2 février est une date importante – c’est le jour de la défaite des troupes nazies par l’Armée soviétique lors de la bataille de Stalingrad en 1943, – déclare le chef du Parti communiste de la Fédération de Russie Guennadi Ziouganov. Dans cette bataille, plus de 91 000 soldats et officiers des troupes d’élite de la Wehrmacht, dirigées par le maréchal Paulus,ont été faits prisonniers. Et environ 140 000 nazis ont été tués. Aucune armée n’avait jamais connu une telle défaite. L’Armée rouge, dirigée par Staline et Joukov, a montré ce que sont la véritable compétence militaire, l’endurance et le courage.

La bataille de Stalingrad dura plusieurs mois – à partir du 17 juillet 1942 – et l’attention du monde entier était fixée sur elle. Des millions de personnes se hâtaient le matin d’allumer la radio pour écouter ce qui se passait sur la Volga. 80% des moteurs des chars, des véhicules et des avions de l’Armée rouge étaient alimentés en pétrole de Bakou. Le blocage de la Volga par les nazis signifiait que la position de notre armée deviendrait tragique.

Mais nous avons gagné à Stalingrad. Il semblerait qu’aujourd’hui il conviendrait plutôt de mettre au premier plan cette date légendaire. De raconter cette bataille à la jeune génération que les comparses du traître Navalny font descendre dans les rues pour attiser un Maidan et détruire le pays. De raconter comment en 1943 des jeunes comme eux se sont battus pour la grande patrie soviétique, comment ils ont écrasé les nazis. De plus, l’anniversaire de la bataille Orel-Koursk est à venir, au cours duquel le dos de la bête fasciste a finalement été brisé.

J’ai regardé beaucoup d’actualités militaires sur la bataille dans la région d’Orel. Et quand, l’autre jour, j’ai accompagné mon ami et camarade, Vassili Lanovoï (1), dans son dernier voyage, j’ai repensé à tout cela. Il incarnait comme personne le lyrisme et le courage de ces jeunes militaires – soldats et officiers élevés par le gouvernement soviétique.

Il me semblait que c’était de cela que toutes les stations de radio et de télévision de Russie auraient dû parler le 2 février. Mais sur toutes les chaînes, ils ne parlaient que du procès Navalny.

Non, c’est vrai, ils ont parlé aussi de ce que Poutine avait chargé la Cour suprême de réfléchir à un équivalent russe du CEDH. Une directive en ce sens a été donnée à la suite d’une réunion entre Poutine et des membres du Conseil présidentiel des droits de l’homme en décembre 2020.

Mais pour une raison ou une autre, ni les navalnistes, ni le gouvernement actuel ne se souviennent des droits de l’homme dans la “Ferme d’État de Lénine”, que la justice continue de harceler. Ils ne se souviennent pas non plus des droits du chef de la faction du Parti communiste au parlement régional d’Irkoutsk, Andrei Levtchenko, le fils de l’ancien gouverneur communiste Sergei Levtchenko, qui est détenu à Matrosskaya Tichina (2) depuis septembre.

Ces doubles-triples standards poussent les jeunes d’aujourd’hui à de violentes manifestations. Tout d’abord – contre l’injustice, contre les escrocs et l’oligarchie, contre la bureaucratie voleuse, contre l’humiliation des enfants de la guerre, contre l’éducation payante et la médecine détruite.

“SP”: – Ce n’est donc pas la personnalité de Navalny?

– Le véritable coupable des manifestations est la ligne socio-économique actuelle. Une politique qui ruine le pays et humilie des générations entières.

Lundi soir, j’ai participé à l’émission télévisée “Laissez-les dire”, consacrée à Lanovoï. Il y avait une atmosphère merveilleuse et sincère – tout le monde, indépendamment de l’âge et des opinions politiques, était d’accord pour dire que Vassili Semionovitch était un grand combattant pour la vérité, la justice et le vrai patriotisme. Il a fait de gens ordinaires – Pavel Kortchaguine, Ivan Varavva (3) des héros épiques. L’un avec sa Boudionovka (4) et avec son sabre au clair sur un cheval noir, l’autre avec l’allure ferme d’un colonel général –ils marchent avec nous dans le «Régiment Immortel», défendant tout ce qu’il y a de mieux dans notre histoire. Tout ce contre quoi les ennemis de la Russie se sont ligués, y compris en utilisant la «cinquième colonne».

La duplicité du gouvernement actuel est évidente. Car si le Kremlin veut renforcer efficacement le pays et la souveraineté, il doit s’appuyer sur ce que nous avons de meilleur, sur les exploits aux portes de Moscou et à Stalingrad, sur le saillant Orel-Koursk, sur le travail unique de Vassili Lanovoï. Je suis fier d’avoir organisé, en coopération avec Lanovoï, la soirée au palais du Kremlin à la veille du jour de la victoire – avec ElinaBystritskaya, Mikhaïl Nojkine, Youri Solomine, Alexandre Mikhaïlov.

C’est sur cela, sur les meilleurs représentants de l’esprit russe et de la culture russe, que les autorités doivent aujourd’hui s’appuyer. Et pas sur les matraques de la police ni sur les rapports des forces de l’ordre racontant la façon dont ils matraquent leurs compatriotes, désorientés par les provocateurs.

“SP”: – Pourquoi pensez-vous qu’il s’agit de provocateurs?

– Vous devez prêter attention au côté politique de la question. En effet, les Américains ne cachent pas le fait que la Russie est leur ennemi numéro un. Ils comprennent que nous avons un arsenal soviétique d’armes nucléaires et que nous pouvons détruire n’importe quel ennemi. Les États-Unis n’ont pas besoin de tels concurrents. Par conséquent, les Américains n’aimaient ni la Russie tsariste ni l’État soviétique. Ils ne sont pas non plus satisfaits du régime actuel.

Par conséquent, les États-Unis forment et soutiennent chez nous une “cinquième colonne”. Si notre gouvernement montrait honnêtement la vénalité d’Eltsine, de Gaïdar, de Tchoubaïs – toute la meute qui a pillé et détruit le pays – je pense que la situation serait beaucoup plus saine.

S’il dénonçait le fait que Navalny, Iouchtchenko et Saakashvili ont été formés dans le cadre du programme Yale World Fellows de l’Université américaine de Yale, dans le cadre duquel le département d’État américain forme les dirigeants de révolutions «de couleur», nous ne serions pas surpris aujourd’hui de ce qui se passe avec Navalny.

Nous savons ce que Saakashvili a fait en Géorgie, ce que Iouchtchenko a fait en Ukraine – laissez-moi vous rappeler, on l’a même gratifié d’une épouse agent de la CIA. Nous voyons comment ils essaient maintenant d’organiser une révolution «de couleur» en Biélorussie.

La principale raison de l’aggravation de la situation dans notre pays réside dans le cours socio-économique actuel. Et nos adversaires extérieurs jouent là-dessus, en utilisant les échecs du gouvernement russe. Permettez-moi de noter que les stratèges politiques américains ont brillamment appris à créer une situation de confrontation. En URSS, au début, il y a eu une confrontation entre Eltsine et Ligatchev afin de faire monter au sommet une équipe libérale. Puis vint la confrontation Gorbatchev-Eltsine. Cependant, Gorbatchev et Eltsine se sont mis d’accord pour couler le Parti communiste et ils ont tous deux reçu une reconnaissance occidentale. L’un est devenu citoyen d’honneur de l’Allemagne, le second, s’exprimant au Congrès américain, a été ovationné quinze fois. Et tout s’est terminé par l’exécution – à la fois notre parlement et le gouvernement soviétique.

Récemment, nous avons de nouveau vu les stratèges politiques américains en action – sur l’exemple de Tikhanovskaya en Biélorussie. Ils ont fait la promotion de ce pantin, l’ont montré dans tous les parlements – et ils ont essayé d’en faire un chef de file de la contestation. Dieu merci, le peuple biélorusse a résisté à l’épreuve avec dignité : le Batka était soutenu par des collectifs de travail, des responsables de la sécurité et tous ceux qui se soucient d’une république intelligente et stable. Les 11 et 12 février se tiendra l’Assemblée du peuple de toute la Biélorussie, au cours de laquelle Loukachenko fera un rapport et présentera un nouveau programme. Et je voudrais que nous suivions de près ces événements: la Biélorussie a toujours montré un exemple de soutien très constructif des travailleurs.

“SP”: – Le scénario “de couleur” se joue-t-il aussi en Russie?

– Nous voyons qu’une confrontation se joue: tantôt Poutine est contre les communistes, tantôt Poutine est contre Navalny. La vérité est que la voie suivie par notre bloc socio-économique libéral a conduit le pays à une impasse et à une crise systémique. Mais nos autorités ont encore plus peur non pas de la crise ou de Navalny, mais d’un virage à gauche.

Navalny est un nouveau pope Gapon, conçu pour allumer un Maïdan en Russie, donner l’apparence d’une lutte entre deux clans et laisser au pouvoir ceux qui continueront à poursuivre une voie libérale destructrice pour le pays.

Le « Comité régional » de Washington et la télévision berlinoise participent désormais à cette opération. Il est révélateur qu’environ 20 représentants des ambassades de pays étrangers, tels que les États-Unis, la Grande-Bretagne, la Bulgarie, la Pologne, la Lettonie, la Lituanie, l’Autriche, étaient présents au procès de Navalny, une affaire sans précédent pour des diplomates étrangers que de comparaître dans un pays étranger devant le tribunal et faire pression sur lui! C’est une ingérence flagrante dans les affaires intérieures de la Fédération de Russie!

Et que font les autorités et nos forces de l’ordre dans une telle situation? Ils arrêtent des citoyens sans raison! Un de nos amis, étudiant à l’Université d’État de Moscou, Alexeï Fedine, a été arrêté uniquement parce que près du métro, il distribuait des tracts du Parti communiste de la Fédération de Russie invitant à venir à la fête du 23 février –l’anniversaire de l’invincible Armée rouge. Il a été condamné à 15 jours de prison, prétendument pour avoir participé à une action en faveur de Navalny. N’est-ce pas scandaleux?!

Un autre moment important est le puissant soutien financier de Navalny. Selon les médias, plus de 1,5 milliard de roubles ont transité par le portefeuille Bitcoin du siège de l’opposition. D’où vient cet argent fou? Et que fait le comité d’enquête? Après tout, c’est de l’argent qui sert à détruire le pays – à corrompre, à menacer.

Navalny a dès le début joué un rôle de provocateur. Les autorités en avaient besoin afin d’attirer les gens de gauche à la Place Bolotnaya et les envoyer en prison – c’est ainsi qu’Oudaltsov (5) et Razvozzhaev ont fini en prison. Navalny a été libéré pour les élections à la mairie de Moscou en 2013 pour détourner l’attention du programme communiste «De la ville des problèmes à la ville du succès», présenté par notre candidat Melnikov.

Aujourd’hui Navalny est une opération toute spéciale conçue pour les personnes déçues par le cours actuel et la politique actuelle. Et derrière chaque épisode de cette opération spéciale, les oreilles des marionnettistes ressortent, qui ont auparavant enfoncé les fenêtres et les portes de l’URSS avec les coquins d’Eltsine et la privatisation de Tchoubaïs. Les technologies avec lesquelles ils ont coulé l’Ukraine, mis le feu au Caucase et à l’Asie centrale sont bien reconnaissables.

Aujourd’hui, ce bâtard met le feu à notre pays. La toile de fond est Russie unie, qui révulse les gens, et la réforme cannibale des retraites. Le Kremlin espère nouer des relations avec Biden et la nouvelle administration américaine – mais rien n’en sortira.

Ce qu’il faut c’est renouer avec notre histoire millénaire et prendre exemple sur la Chine, qui sort avec succès de la crise, luttant contre la pauvreté et maîtrisant les dernières technologies. Alors tout ira bien en Russie.

__________________


(1) Un célébrissime acteur soviétique, mort le 28.01/21.

(2) Matrosskaya Tichina, « le silence des marins », est un centre de détention russe situé au nord-est de Moscou.

(3) Pavel Kortchaguine : héros du roman et du film « Et l’acier fut trempé » ; Ivan Varavva : héros du film « Les officiers ».

(4) Boudionovka : un type de chapeau qui était un élément essentiel de l’uniforme communiste de la guerre civile russe.

(5) Dirigeant du “Front de gauche”.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15284 messages postés
   Posté le 24-02-2021 à 11:49:54   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Ecrit un message)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Amnesty International dit qu'elle ne traitera plus Navalny de `` prisonnier d'opinion '' pour son discours de haine

24/02/2021

23 févr.2021

Amnesty International, une ONG de défense des droits humains, a retiré sa désignation du militant et blogueur russe récemment emprisonné Alexey Navalny comme un «prisonnier d'opinion» en raison de déclarations xénophobes qu'il n'avait jamais rétractées.

Le groupe a déclaré qu'il «ne pouvait plus considérer» Navalny comme un prisonnier d'opinion parce qu'il «prônait la violence et la discrimination» et n'avait jamais rétracté aucune de ces déclarations qu'il avait faites dans le passé. Il a cependant soutenu qu'il croyait toujours que son dernier emprisonnement était lié à son activisme anti-gouvernemental et exigeait sa «libération immédiate», selon une lettre publiée par le journaliste de Grayzone, Aaron Mate.


La décision a été confirmée par Aleksandr Artemyev, directeur des médias d'Amnesty pour la Russie et l'Eurasie.

"Oui, nous n'utiliserons plus l'expression" prisonnier d'opinion "pour parler de lui, car notre département juridique et politique a étudié les déclarations de Navalny du milieu des années 2000 et a conclu qu'elles étaient qualifiées de discours de haine", a déclaré Artemyev à Mediazona.

Cependant, il a ajouté que l'organisation poursuivra ses appels à sa libération immédiate car elle considère l'arrestation de Navalny comme politique.

Les faits mentionnés par Amnesty International faisaient référence aux débuts de la vie politique de Navalny. Dans les années 2000, bien avant d'accéder à la renommée internationale, l'activiste et blogueur était étroitement lié à la scène d'extrême droite russe et était un visage familier de la `` Marche russe '', un mouvement ultranationaliste nourrissant des vues xénophobes envers les immigrants ainsi que les personnes. vivant dans la région du sud du Caucase russe.

À ce moment-là, il a également publié des vidéos dans lesquelles il comparait les musulmans et les migrants du Caucase aux cafards et a même suggéré d'utiliser des «pistolets» contre eux dans un de ces clips.

Plus tard, alors qu'il se présentait au bureau du maire de Moscou, il a considérablement atténué sa rhétorique mais n'a jamais renoncé à ses déclarations précédentes.

En 2017, dans une interview avec le Guardian, il a déclaré qu'il n'avait «aucun regret» sur ses déclarations passées et a qualifié sa comparaison de migrants de cafards de «licence artistique». En octobre dernier, il a également déclaré au magazine allemand Der Spiegel qu'il avait «les mêmes opinions» qu'il avait eues lors de son entrée en politique.

Le dernier emprisonnement de Navalny est cependant lié à une affaire de 2014 où il a été reconnu coupable de détournement de 30 millions de roubles (400000 dollars) auprès de deux sociétés, dont la marque française de cosmétiques Yves Rocher. À ce moment-là, il a été condamné à une peine avec sursis, dont il a ensuite violé les termes, selon la dernière décision de justice. Ainsi, sa peine avec sursis a été convertie en une peine réelle.

L'arrestation de Navalny en janvier a déclenché des protestations parmi ses partisans dans de nombreuses villes russes et mis une pression supplémentaire sur les relations déjà tendues entre la Russie et l'Occident. Plus récemment, les ministres des Affaires étrangères de l'UE ont accepté de gifler la Russie avec une autre série de sanctions en raison de l'emprisonnement de la figure de l'opposition.

La décision a déclenché une sévère réprimande de Moscou qui a déclaré que l'Europe continuait à «appuyer sur le bouton des sanctions dysfonctionnelles» au lieu d'essayer au moins de relancer le dialogue avec la Russie.

Publié sur www.rt.com
http://www.defenddemocracy.press/amnesty-international-says-it-will-not-call-navalny-prisoner-of-conscience-anymore-over-his-hate-speech/

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine  Novichok, Navalny, Nord Stream et foutaisesNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum