Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine 

 les néos cons aux couleurs du "changement"

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15960 messages postés
   Posté le 09-11-2020 à 14:59:03   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Je reprends ci-dessous l'article de Pepe Escobar, ainsi qu'un article de Times of Israël plus précisément sur la vice-présidente, égérie de tous nos progressistes et décrite par Trump comme une "radicale de gauche".


PEPE ESCOBAR : ELECTIONS AUX USA - UNE PRESIDENCE BIDEN SIGNIFIE "LE RETOUR DU BLOB"

Par tourtaux-jacques Le 05/11/2020


https://www.jacques-tourtaux.com/blog/usa/pepe-escobar-elections-aux-usa-une-presidence-biden-signifie-le-retour-du-blob.html?fbclid=IwAR3jLz9cmrPAb_kob08jktZ-Mhe-D8OjyNowRCBAw1l4kWZHWjVy5gMi9RY#.X6Ww3g1VRiY.facebook


Une Maison Blanche Biden-Harris ramènerait de nombreuses goules bien connues et d’autres encore inconnues dans les couloirs du pouvoir de la politique étrangère.
Par Pepe Escobar

Asia Times 29 octobre 2020

Que va-t-il se passer le 3 novembre ? C’est comme une rediffusion plus grande que nature du célèbre adage hollywoodien : « Personne ne sait rien ».

La stratégie du Parti Démocrate est claire comme de l’eau de roche, née du jeu de scénarios électoraux intégré au Transition Integrity Project et rendue encore plus explicite par l’un des co-fondateurs du TIP, un professeur de droit de l’Université de Georgetown.

Hillary Clinton, sans détour, l’a déjà dit : Les Démocrates doivent reprendre la Maison Blanche par tous les moyens et dans tous les cas de figure.

Et juste au cas où, avec un opus de 5 000 mots, elle se positionne déjà pour un emploi de premier ordre.

Bien que les Démocrates aient clairement fait savoir qu’ils n’accepteraient jamais une victoire de Trump, la réplique a été un Trump vintage : il a dit aux Proud Boys de « se tenir en retrait » – insinuant sans violence, pour l’instant – mais surtout de « se tenir en retrait », comme pour « soyez prêts ».

Le décor est planté pour le chaos Kill Bill le 3 novembre et au-delà.

Dis que ce n’est pas vrai, Joe

Inspiré du modèle du TIP, imaginons un retour des Démocrates à la Maison Blanche – avec la perspective d’une prise de pouvoir de la Présidente Kamala dans les plus brefs délais. Cela signifie, essentiellement, le Retour du Blob.

Le Président Trump l’appelle « le marais ». L’ancien Conseiller Adjoint à la Sécurité Nationale d’Obama, Ben Rhodes – un hack médiocre – a au moins inventé le « Blob » plus funky, appliqué à la bande incestueuse de la politique étrangère de Washington, aux think tanks, aux universités, aux journaux (du Washington Post au New York Times), et à cette bible non officielle, le magazine Foreign Affairs.

Une présidence démocrate, dès maintenant, devra faire face aux implications de deux guerres : La Guerre Froide 2.0 contre la Chine, et l’interminable GWOT (Guerre Mondiale contre le Terrorisme), rebaptisée OCO (Opérations de Contingence à l’Étranger) par l’administration Obama-Biden.

Biden est devenu le membre le plus important du Comité des Affaires Étrangères du Sénat en 1997 et en a été le Président de 2001 à 2003 et de nouveau de 2007 à 2009. Il a défilé en tant que supporter inconditionnel de la Guerre d’Irak – nécessaire, selon lui, dans le cadre de la GWOT – et a même défendu une « partition douce » de l’Irak, ce que les nationalistes féroces, sunnites et chiites, de Bagdad à Bassora, n’oublieront jamais.

Les réalisations géopolitiques d’Obama-Biden comprennent une guerre des drones, ou la diplomatie des missiles Hellfire, avec des « listes de mise à mort » ; l’échec de la campagne en Afghanistan ; la « libération » de la Libye depuis les coulisses, qui en a fait une terre désolée pour les milices ; la guerre par procuration en Syrie contre les « rebelles modérés » ; et, une fois de plus, la destruction du Yémen orchestrée par les Saoudiens.

Des dizaines de millions de Brésiliens n’oublieront jamais non plus qu’Obama-Biden a légitimé l’espionnage de la NSA et les tactiques de guerre hybride qui ont conduit à la destitution de la Présidente Dilma Rousseff, à la neutralisation de l’ancien Président Lula et à l’éviscération de l’économie brésilienne par des élites de la finance.

Parmi ses anciens interlocuteurs, Biden compte l’ancien Secrétaire Général de l’OTAN Anders Fogh Rasmussen – qui a supervisé la destruction de la Libye – et John Negroponte, qui a « organisé » les contras au Nicaragua puis « supervisé » l’État Islamique/Daech en Irak – l’élément crucial de la stratégie d’instrumentalisation des djihadistes de Rumsfeld/Cebrowski pour faire le sale boulot de l’empire.

On peut affirmer sans risque de se tromper qu’une administration Biden-Harris supervisera une expansion de facto de l’OTAN englobant certaines parties de l’Amérique Latine, de l’Afrique et du Pacifique, ce qui plaira au Blob atlantiste.

En revanche, deux éléments presque certains seraient rédempteurs : le retour des États-Unis au JCPOA, ou accord nucléaire iranien, qui était la seule réalisation d’Obama-Biden en matière de politique étrangère, et la reprise des négociations sur le désarmement nucléaire avec la Russie. Cela impliquerait l’endiguement de la Russie, et non une nouvelle guerre froide généralisée, même si Biden a récemment souligné, pour mémoire, que la Russie est la « plus grande menace » pour les États-Unis.

Réveil de Kamala dans la maison

Kamala Harris a été préparée à se hisser au sommet dès l’été 2017. Comme on pouvait s’y attendre, elle est entièrement favorable à Israël – à l’image de Nancy Pelosi (« si ce Capitole s’effondrait, la seule chose qui resterait serait notre engagement en matière d’aide… et je n’appelle même pas cela de l’aide… notre coopération avec Israël ».)

Kamala est un faucon sur la Russie et la Corée du Nord ; et elle n’a pas co-parrainé la législation visant à empêcher la guerre contre le Venezuela et, encore une fois, la Corée du Nord. Appelez-la la quintessence du faucon Dem.

Pourtant, le positionnement de Kamala est plutôt astucieux, puisqu’elle touche deux publics différents : elle s’intègre totalement au Blob mais avec un vernis d’éveil supplémentaire (baskets à la mode, affection annoncée pour le hip hop). Et en prime, elle est directement en contact avec le gang des « Never Trumper ».

Les Républicains Never Trumper – opérant notamment au Think Tankland – ont totalement infiltré la matrice Dem. Ils sont le matériel de prédilection du Blob. L’ultime néo-con Never Trumper doit être Robert Kagan, le mari de Victoria « F**k the EU » Nuland, la distributrice de cookies du Maidan ; d’où la plaisanterie récurrente dans de nombreuses régions d’Asie Occidentale, depuis des années, sur le « Kaganate du Nulandistan ».

Kagan, qui se glorifie lui-même et est idolâtré comme un intellectuel conservateur vedette, est bien sûr l’un des cofondateurs du redoutable Projet pour le Nouveau Siècle Américain (PNAC) des néoconservateurs. Cela s’est traduit par la suite par un soutien enthousiaste à la Guerre d’Irak. Obama a lu ses livres avec émerveillement. Kagan a soutenu avec force Hillary en 2016. Inutile d’ajouter que les néo-conservateurs de la variété Kagan sont tous enragés contre l’Iran.

Sur le plan financier, il y a le Projet Lincoln, mis en place l’année dernière par une bande de stratèges républicains actuels et anciens très proches, entre autres, des stars du Blob telles que Papa Bush et Dick Cheney. Une poignée de milliardaires a généreusement fait don à ce grand super-PAC anti-Trump, avec parmi eux l’héritier de J. Paul Getty, Gordon Getty, l’héritier de l’empire des hôtels Hyatt, John Pritzker, et l’héritière de Cargill, Gwendolyn Sontheim.

Ces Trois Harpies

Le personnage clé du Blob dans une Maison Blanche putative Biden-Harris est Tony Blinken, ancien Conseiller Adjoint à la Sécurité Nationale pendant Obama-Biden et sans doute le prochain Conseiller à la Sécurité Nationale.

C’est de la géopolitique – avec un ajout important : l’ancienne Conseillère à la Sécurité Nationale Susan Rice, qui a été sans cérémonie écartée de la liste des candidats à la vice-présidence au profit de Kamala, pourrait devenir la prochaine Secrétaire d’État.

Le candidat possible de Rice est le Sénateur Chris Murphy, qui, dans un document stratégique intitulé « Repenser le champ de bataille« , reprend sans surprise Obama-Biden : pas de « repenser », vraiment, juste de la rhétorique sur la lutte contre Daech et contenir la Russie et la Chine.

Le suave Tony Blinken a travaillé pour le Comité des Affaires Étrangères du Sénat dans les années 2000, il n’est donc pas étonnant qu’il ait été très proche de Biden avant même le premier mandat Obama-Biden, lorsqu’il est monté au sommet en tant que Conseiller Adjoint à la Sécurité Nationale puis, lors du second mandat, en tant que Secrétaire d’État Adjoint.

Proche de Blinken figure Jake Sullivan, qui, sous l’aile protectrice d’Hillary Clinton, a remplacé Blinken en tant que Conseiller à la Sécurité Nationale lors du second mandat Obama-Biden. Il occupera une place de premier plan au Conseil National de Sécurité ou au Département d’État.

Mais qu’en est-il des Trois Harpies ?

Beaucoup d’entre vous se souviendront des Trois Harpies, telles que je les ai nommées avant le bombardement et la destruction de la Libye, et de nouveau en 2016, lorsque la promotion de leur version remixée pour une suite glorieuse a été brutalement interrompue par la victoire de Trump. Pour ce qui est du Retour du Blob, il s’agit de la version 5K, 5G, IMAX.

Sur les trois Harpies originales, deux – Hillary et Susan Rice – semblent prêtes à s’arracher un tout nouveau poste de pouvoir. L’intrigue s’épaissit pour Samantha Power, ancienne Ambassadrice des États-Unis à l’ONU et auteur de « L’Éducation d’une Idéaliste », où l’on apprend que cette « idéaliste » met en pièces Damas et Moscou tout en ignorant totalement l’offensive des drones Obama-Biden, les listes de mise à mort, l’armement « en coulisses » d’Al-Qaïda en Syrie rebaptisée « rebelles modérés », et l’implacable destruction saoudienne du Yémen.

Samantha semble être de sortie. Il y a une nouvelle Harpie en ville. Ce qui nous amène à la vraie reine du Blob.

La reine du Blob

Michele Flournoy est peut-être l’incarnation même du Retour du Blob : la quintessence, la fonction impériale de ce que l’ancien analyste de la CIA Ray McGovern a brillamment baptisé MICIMATT (le complexe Militaire-Industrie-Congrès-Renseignement-Médias-Académie-Think-Tank).

La fonctionnaire impériale idéale s’épanouit dans la discrétion : pratiquement personne ne connaît Flournoy en dehors du Blob, ce qui signifie la planète entière.

Flournoy est une ancienne conseillère principale du Boston Consulting Group, la co-fondatrice du Center for a New American Security (CNAS), une chargée de recherche au Belfer Center de Harvard, Sous-Secrétaire à la Défense pendant le mandat Obama-Biden, la favorite d’Hillary la Harpie pour devenir chef du Pentagone après 2016, et une fois de plus la favorite pour devenir chef du Pentagone après 2020.

Le plus savoureux sur le CV de Flournoy est qu’elle est la co-fondatrice de WestExec Advisors avec nul autre que Tony Blinken.

Tous les initiés du Blob savent que WestExec se trouve être le nom de la rue qui longe l’aile ouest de la Maison Blanche. Dans une intrigue Netflix, ce serait l’indice évident qu’une courte marche de la gloire directement vers le 1600 Pennsylvania Avenue se profile à l’horizon pour les protagonistes vedettes.

Flournoy, plus que Blinken, a fait de WestExec un succès certifié dans le MICIMATT du Beltway, en ne profitant de pratiquement aucune campagne de relations publiques ou médiatiques et en s’adressant exclusivement à des groupes de réflexion.

Voici un aperçu crucial de la pensée de Flournoy. Elle affirme clairement que la simple dissuasion américaine bénigne à l’égard de la Chine est une « erreur de calcul ». Et il est important de garder à l’esprit que Flournoy est en fait le cerveaude la stratégie globale de guerre Obama-Biden, qui a échoué.

En un mot, Biden-Harris signifierait le Retour du Blob avec une vengeance. Biden-Harris serait Obama-Biden 3.0. Souvenez-vous de ces sept guerres. Souvenez-vous des assauts. Souvenez-vous des listes de mise à mort. Souvenez-vous de la Libye. Souvenez-vous de la Syrie. Souvenez-vous du « coup d’État doux » au Brésil. Souvenez-vous du Maidan. Vous êtes tous avertis.

Pepe Escobar

____________________




Israël, les Palestiniens et le programme nucléaire iranien vus par Kamala Harris


https://fr.timesofisrael.com/israel-les-palestiniens-et-le-programme-nucleaire-vus-par-kamala-harris/
La première résolution proposée par la sénatrice condamnait effectivement l'abstention d'Obama sur la résolution anti-colonisation de l'ONU ; mais elle suivrait Biden sur Israël
Par JACOB MAGID
8 novembre 2020, 18:04

NEW YORK – Dès l’instant où Kamala Harris a été désignée candidate à la vice-présidence du Parti démocrate en août, le président américain Donald Trump et le Parti républicain ont lancé une campagne visant à la faire passer pour une responsable politique « radicale » qui attirerait Joe Biden vers l’extrême-gauche.

En choisissant Harris, a déclaré M. Trump à ses partisans lors d’un rassemblement en septembre, Biden a conclu une « alliance contre nature avec les éléments les plus extrêmes et les plus dangereux de la gauche radicale ».
« Vous savez qui est plus à gauche que Bernie le fou ? »
a-t-il poursuivi, comparant l’intéressée au sénateur du Vermont, Bernie Sanders.

Biden, 77 ans, élu samedi 46e président des États-Unis après quatre jours de dépouillement des votes, s’est décrit comme un candidat de « transition » et, en choisissant Harris, a placé assez nettement celle-ci en tête de la liste de ses successeurs.

Sur certaines questions, Harris est effectivement en désaccord avec le président élu, mais pas concernant Israël. En fait, le bilan de la vice-présidente élue sur l’État juif indique qu’elle est peut-être encore plus va-t-en-guerre que Biden, qui a cherché tout au long de la campagne à se différencier de l’aile progressiste, jugée trop à gauche, du Parti démocrate.

JNF plutôt que J Street

Harris n’est sur la scène nationale que depuis 2017, mais les positions qu’elle a prises depuis trois ans en tant que sénatrice la placent assez nettement dans le camp traditionnel des pro-Israéliens de son parti.

La première résolution qu’elle a co-parrainée en tant que sénatrice consistait effectivement à condamner la décision de l’administration Obama-Biden de s’abstenir sur une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU condamnant les implantations israéliennes en Cisjordanie.

Harris a rappelé cette résolution dans un discours prononcé en 2017 lors de la conférence du lobby pro-israélien de l’AIPAC, déclarant que cela contribuerait à « combattre le parti pris anti-Israël aux Nations unies et à réaffirmer que les États-Unis recherchent une solution à deux États, juste, sûre et durable ».

La sénatrice Kamala Harris D-Calif. s’exprime lors de la conférence politique de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) de 2017, le 28 mars 2017, au Washington Convention Center à Washington. (AP/Jose Luis Magana)
« Ayant grandi dans la Bay Area, [la région de la baie de San Francisco], je me souviens avec affection de ces boîtes du Fonds national juif [KKL] que nous utilisions pour collecter des dons afin de planter des arbres en Israël », a-t-elle confié plus tard dans le discours en faisant référence au JNF, dont la branche sœur en Israël, KKL-JNF, a été impliquée dans des batailles juridiques visant à expulser des familles palestiniennes de leurs maisons à Jérusalem-Est.

Ce discours n’était qu’une des trois fois où la sénatrice a pris la parole à l’AIPAC, qui a perdu la faveur d’un nombre croissant de démocrates. La plupart d’entre eux ont tendance à préférer le lobby progressiste J Street, qui estime qu’il est nécessaire de faire pression sur les parties pour qu’elles entament des pourparlers de paix.

Plus de la moitié des sénateurs démocrates sont soutenus par J Street. Harris n’en fait pas partie. Sa seule relation avec cette organisation remonte à novembre 2017, lorsqu’elle était l’une des 17 personnalités politiques locales et fédérales du comité d’accueil d’un parti lancé par la section de J Street à Los Angeles. Biden, en revanche, a pris la parole à plusieurs reprises lors de conférences de J Street et s’est exprimé devant le groupe lors d’une collecte de fonds en septembre.

Critique prudente

Tout en le considérant comme un ami proche, Biden n’a pas hésité à critiquer le Premier ministre Benjamin Netanyahu, et a plaisanté en disant « Bibi, je ne suis pas d’accord avec tout ce que tu dis, mais je t’aime ». La vice-présidente, en revanche, ne s’est pas encore mesurée publiquement au dirigeant israélien, que plusieurs candidats démocrates sont allés jusqu’à qualifier de “raciste”.

Interrogé sur les projets du Premier ministre en début d’année d’annexer de grandes parties de la Cisjordanie, Harris a déclaré à Pod Saves America l’année dernière qu’elle était « complètement opposée » à cette initiative et qu’elle « exprimerait cette opposition ». Cependant, elle a évité de citer le nom de Netanyahu.

En ce qui concerne le type de pression diplomatique qu’elle approuverait pour faire avancer les négociations de paix avec Israël, elle a refusé d’entrer dans les détails.

« Eh bien, il y a un certain nombre de choses. Mais il doit s’agir d’ouvrir un canal de communication qui soit honnête et qui ne soit pas alimenté par un manque d’information ou un manque de perspective historique ou un manque d’intérêt. Et je pense que ce sont là des préoccupations que nous devrions avoir au sujet de l’administration actuelle », a-t-elle indiqué.

La candidate démocrate à la vice-présidence des États-Unis, la sénatrice Kamala Harris, se prépare à monter à bord de son avion à l’aéroport international d’Orlando après s’être exprimée lors d’une manifestation de mobilisation pour le vote anticipé au Central Florida Fairgrounds, le 19 octobre 2020 à Orlando, en Floride. (Octavio Jones/Getty Images/AFP)
Harris a cependant rédigé une lettre ouverte à Trump, avertissant que l’annexion pourrait causer « un grave conflit, une nouvelle rupture de la coopération en matière de sécurité avec les forces de sécurité palestiniennes, et la perturbation des relations pacifiques entre Israël et ses voisins, la Jordanie et l’Égypte ».

Elle a rencontré Netanyahu en 2017 lors du dernier des trois voyages qu’elle a effectués en Israël. Elle devait également rencontrer le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, mais Ramallah a annulé l’événement quelques heures après que l’administration Trump a menacé de fermer la mission diplomatique de l’Organisation de libération de la Palestine à Washington.

Dans une déclaration faite la semaine dernière sur le site Arab American News, elle a promis qu’une administration Biden-Harris rouvrirait cette mission de l’OLP en même temps que le consulat américain à Jérusalem-Est, en plus de prendre « des mesures immédiates pour rétablir l’aide économique et humanitaire au peuple palestinien et résoudre la crise humanitaire actuelle à Gaza ».

Cependant, elle n’est pas allée jusqu’à qualifier Israël de responsable de cette situation humanitaire.

En 2019, le New York Times a demandé « si Israël respecte les normes internationales en matière de droits de l’homme ». Harris a répondu « globalement oui » tout en ajoutant : « Je pense qu’Israël, en tant que pays, s’est engagé à être une démocratie et est l’un de nos amis les plus proches dans cette région, et que nous devrions comprendre les valeurs et les priorités communes que nous avons en tant que démocratie, et mener une politique étrangère qui soit cohérente avec la compréhension de l’alignement entre le peuple américain et le peuple d’Israël ».

Elle a cependant apporté une réponse un peu plus critique lors de son intervention devant l’American Jewish Committee plus tard dans le mois. « Laissez-moi être claire : je soutiens le peuple d’Israël. Et je suis sans ambiguïté sur ce point. Je soutiens le peuple d’Israël ne signifie pas, cela ne doit pas se traduire par un soutien à quiconque se trouve être en poste à ce moment-là », a fait savoir Harris, s’abstenant encore une fois de nommer Netanyahu.
« Ainsi, mon soutien à Israël est fort et il est sincère. Il ne fait aucun doute non plus que nous devons nous exprimer lorsque des violations des droits de l’homme se produisent. Nous devons travailler avec notre ami, Israël, pour faire ce que nous savons collectivement être dans le meilleur intérêt des droits de l’homme et de la démocratie, car c’est de cet engagement commun envers la démocratie qu’est née notre relation et nous devons donc nous y accrocher », a-t-elle ajouté.
Pourtant, son ancienne directrice de la communication a déclaré au site d’information McClatchyDC.com l’année dernière que le « soutien de Harris à Israël est un élément central de son identité ».

Syndrome de Jérusalem

En juin 2017, la sénatrice a voté une résolution adoptée à l’unanimité pour marquer le 50e anniversaire de la Guerre des Six Jours de 1967. La résolution a exprimé son soutien à la législation de 1995 qui considère Jérusalem comme la « capitale indivisible d’Israël ». Les Palestiniens considèrent Jérusalem-Est comme la capitale de leur futur État.

Lors de son voyage en Israël cette année-là, Harris a visité l’université Al-Quds de Jérusalem-Est et a rencontré un groupe d’étudiantes. Halie Soifer, qui était à l’époque la conseillère de Harris pour la sécurité nationale et qui l’a accompagnée lors de ce voyage, a rapporté au Times of Israel que les étudiantes avaient partagé leurs expériences sur le fait de grandir au milieu d’un conflit et de faire face à une barrière de sécurité en Cisjordanie qui traverse leur université, ce qui a marqué la future vice-présidente.

« Elle a encouragé [les étudiantes] à être des leaders dans leurs communautés et elle les a inspirées », d’après Soifer, qui dirige maintenant le Jewish Democratic Council of America.
Tout en étant une ardente partisane de la solution à deux États, Harris a également adopté un point de discussion favori de Netanyahu sur la question, en indiquant au Jewish News de Californie en 2016 que la paix durable exige des Palestiniens qu’ils reconnaissent Israël comme « État juif ».

La bonne foi des progressistes

Harris s’est parfois écartée du lobby pro-Israël de Washington. Citant des préoccupations en matière de liberté d’expression, elle a voté contre la loi anti-boycott d’Israël qui aurait criminalisé le boycott de l’État juif.
« La sénatrice Harris soutient fermement l’aide à la sécurité pour renforcer la capacité d’Israël à se défendre », a fait savoir son bureau l’année dernière. « Elle s’est rendue en Israël où elle a pu constater de visu l’importance de la coopération américano-israélienne en matière de sécurité. Elle s’est opposée à cette loi par crainte qu’elle ne limite les droits du Premier Amendement des Américains ».
Alors qu’elle n’était pas présente au Sénat pour voter sur cette question en 2015, elle a soutenu l’accord nucléaire iranien et s’est alignée étroitement sur la position de Biden concernant l’accord multilatéral négocié par Obama, auquel le gouvernement Netanyahu s’est vigoureusement opposé.
La sénatrice démocrate de Californie Kamala Harris (au centre) rencontre les militants de l’AIPAC dans son bureau, le 25 mars 2019. (Kamala Harris/Twitter via JTA)
Lors du débat des vice-présidents le mois dernier, Harris a critiqué la décision de l’administration Trump, il y a deux ans, de se retirer de l’accord nucléaire, estimant que cela « a créé une situation où nous sommes moins en sécurité parce qu’ils construisent ce qui pourrait devenir un important arsenal nucléaire ».
« C’était une solution, aussi imparfaite soit-elle, et elle impliquait de nombreux partenaires, pas seulement les Etats-Unis et l’Iran », a-t-elle rappelé à la Democratic Majority For Israel l’année dernière. Puis, alors qu’elle était encore candidate à la présidence, elle s’est engagée à revenir sur l’accord tout en « étendant les dispositions de temporisation, y compris les essais de missiles balistiques et en renforçant la surveillance ».

Comme deux gouttes d’eau

Malgré l’approche apparemment plus prudente de Harris sur Israël, son ancienne assistante Soifer a insisté sur le fait que la vice-présidente élue est « carrément alignée » avec Biden en ce qui concerne l’État juif.

Halie Soifer, dirige le Conseil démocrate juif d’Amérique. (Avec l’aimable autorisation du JDCA – Jewish Democratic Council of America)
« La seule différence entre les deux est le temps que Joe Biden a passé à travailler sur cette question », a indiqué Mme Soifer.
L’ancienne conseillère à la sécurité nationale a souligné qu’avant même qu’ils ne deviennent colistiers, Biden et Harris faisaient partie d’une poignée de candidats qui s’opposaient au conditionnement ou à la réduction de l’aide militaire américaine à Israël.
« Ce qui les unit vraiment sur cette question, c’est qu’ils voient la relation comme dépassant ce moment politique actuel », a-t-elle précisé. « Trump a beaucoup personnalisé et politisé la relation, et ce n’est pas ainsi que l’administration Biden-Harris abordera la question ».

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15960 messages postés
   Posté le 09-11-2020 à 17:53:42   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Biden a vaincu Trump. Je vous présente le nouveau patron, le même que l’ancien



PAR ADMIN · PUBLIÉ 8 NOVEMBRE 2020 · MIS À JOUR 8 NOVEMBRE 2020
http://www.entelekheia.fr/2020/11/08/biden-a-vaincu-trump-je-vous-presente-le-nouveau-patron-le-meme-que-lancien/

Par Michael McCaffrey
Paru sur RT sous le titre Biden has defeated Trump. Meet the new boss… same as the old boss

La victoire électorale de Biden a été accueillie avec enthousiasme, ce qui prouve que nombre d’Américains crédules sont heureux de se faire berner encore une fois.
Hier, j’ai été surpris par un cri collectif qui a traversé mon quartier, ici à Los Angeles. Je n’avais aucune idée de la raison de ce bruit, mais les gens faisaient un vacarme terrible. Après avoir vérifié les informations, j’ai vite compris que les acclamations étaient dues au fait que toutes les chaînes de télévision proclamaient officiellement la victoire de Joe Biden dans la course à la présidence.

Je n’avais pas entendu autant de cris de joie depuis que les Dodgers avaient remporté les World Series, il y a quelques semaines, et avant cela, lorsque les Lakers avaient gagné le championnat de la NBA. Il est amusant de constater que les habitants de Los Angeles ont acclamé la victoire de Biden de la même manière qu’ils ont célébré celles de leurs équipes sportives… car tous ces événements ne sont qu’un aspect du tribalisme vide et de la sentimentalité superficielle qui, à long terme, ne signifient rien.

Pour les andouilles de la Cité des anges qui fêtent la victoire de Biden, rien ne changera fondamentalement dans leur vie, en bien ou en mal. Ils devront encore marcher à travers des hordes de sans-abris, d’aiguilles usagées et d’excréments humains, alors qu’ils naviguent dans ce trou à rats malade, vénal et misérable de leur pays de merde du tiers-monde, essayant, généralement sans succès, de gagner leur vie et de joindre les deux bouts.

La victoire électorale de Biden, accueillie avec enthousiasme, est une victoire vide de sens, rien d’autre qu’un changement cosmétique. Les masses hystériques autour de moi sont ravies car Biden n’est pas aussi rustre que Trump, ce qui n’est pas bien difficile. Cela dit, Biden sera certainement plus ennuyeux que Trump.

Sur le fond, Biden est, comme l’Homme Orange que les progressistes aiment à détester, un corporatiste éhonté qui se pliera en quatre pour remplir les coffres de gros bonnets dans des salles de réunions et à Wall Street, tout en escroquant les pauvres, les travailleurs et la classe moyenne.

L’ascension de Biden sur la plus haute marche américaine s’apparente à la lamentable sitcom Mon oncle Charlie, qui avait remplacé Charlie Sheen par Ashton Kutcher. L’odieux Sheen avait disparu, mais la série était toujours aussi nulle… et Kutcher était tout aussi agaçant.

Avec le remplacement de Trump par Biden, pour les gens comme moi, les choses ne changeront qu’en surface et la sitcom qu’est la politique américaine sera toujours aussi nulle.

Par exemple, à ceux qui pensent que l’université publique devrait être gratuite pour la classe ouvrière et que la dette des étudiants devrait être annulée, je vous présente Joe Biden, l’homme qui a contribué à faire adopter une loi sur la banqueroute qui rend impossible d’annuler la dette étudiante, condamnant ainsi des générations de jeunes à une longue servitude contractée pour rembourser des prêts scolaires surdimensionnés.

Á ceux qui pensent que nous devrions avoir un système de santé universel, je vous présente Joe Biden, l’architecte de l’Obamacare, cette loi perfide rédigée par les compagnies d’assurance qui tond ras les Américains en les forçant, de par la loi, à acheter leurs médicaments et soins à des prix exorbitants. Biden, comme Trump, a même promis d’opposer son veto à tout projet de loi sur un système de santé universel qui lui serait soumis.

Á ceux qui s’opposent à la mutualisation des pertes et à la privatisation des gains par Wall Street, je vous présente Joe Biden. Comme Clinton, Bush, Obama et Trump avant lui, il va peupler son administration de séides de Wall Street et de dévots méprisables de la secte Goldman Sachs, qui dévoreront avidement tout renflouement financé par les contribuables sur lequel ils pourront mettre la main.

Aux personnes pacifistes qui pensent que l’Amérique devrait être moins militariste et belliqueuse à l’étranger, je vous présente Joe Biden. Il a voté pour la guerre en Irak qui a tué des dizaines de milliers de personnes, et c’est un caniche du Pentagone dont la gâchette le démange contre les adversaires de l’Amérique à travers le monde, qu’ils soient réels ou imaginaires.

Á ceux qui pensent que la guerre contre la drogue et le système de justice pénale sont des échecs lamentables, je vous présente Joe Biden, l’homme qui a rédigé le Crime Bill de 1994, une loi qui a donné aux USA la distinction douteuse d’avoir le taux de population carcérale le plus élevé au monde.

Pour les gens de la classe ouvrière, notamment la base manufacturière américaine, qui se sont fait escroquer à plusieurs reprises par les politiques de libre-échange de Washington, aboutissant finalement à l’ascension de Donald Trump, je vous présente Joe Biden, le narcissique amoureux du NAFTA qui prétend être un homme du peuple, mais qui est en réalité le caniche des intérêts des grosses fortunes…

Á ceux qui méprisaient Trump pour sa guerre contre la presse, je vous présente Joe Biden, l’ancien vice-président d’Obama, l’homme qui a mené non pas une guerre de mots à la Trump contre la presse, mais une véritable guerre contre la presse en utilisant la Loi sur l’espionnage (Espionage Act) pour poursuivre en justice plus de lanceurs d’alerte que tous les autres présidents de l’histoire des États-Unis réunis.

Aux personnes indignées par le fait que Trump ait mis des « enfants en cage » dans le cadre de sa répression de l’immigration clandestine, je vous présente Joe Biden, vice-président sous l’administration Obama, qui a expulsé plus d’immigrants que Trump et qui a également mis des « enfants en cage ».

Á chaque personne exaltée par la disparition de Trump et l’ascension de Biden, je vous présente le nouveau patron… le même que l’ancien. Vous vous faites tous berner. Quant à moi… je ne me ferai plus berner.

Michael McCaffrey est critique culturel et vit à Los Angeles. On peut lire ses écrits sur RT, Counterpunch et sur son site web, mpmacting.com/blog.

Traduction Entelekheia
Illustration Heblo / Pixabay

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine  les néos cons aux couleurs du "changement"Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum