Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités Internationales 

 250 millions de grévistes en Inde

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14829 messages postés
   Posté le 09-12-2020 à 13:50:02   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

250 millions de travailleurs et d’agriculteurs indiens font grève, battant un record mondial


DANhttps://histoireetsociete.com/2020/12/09/250-millions-de-travailleurs-et-dagriculteurs-indiens-font-greve-battant-un-record-mondial/

Comme on ne peut pas dire que l’Inde soit au tableau d’honneur des relations internationales en matière d’anti-impérialisme, ni d’ailleurs que sa police soit parmi les plus policées du monde, toutes caractéristiques que la France de Macron partage avec la “plus grande démocratie du monde”, nous rappelons que l’Inde c’est bien autre chose … De tout coeur avec vous camarades indiens… (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société )
Le 3 Décembre 2020 9 H 28, HST PAR PEOPLES DISPATCH

250 million Indian workers and farmers strike, breaking world recordPlus de 250 millions de travailleurs et d’agriculteurs ont cessé de travailler en Inde, établissant un record mondial pour la plus grande grève de l’histoire. | L’OIT en Asie et dans le Pacifique

DELHI — Le jeudi 26 novembre, l’Inde a été témoin de la plus grande grève organisée de l’histoire de l’humanité. Plus de 250 millions de travailleurs et d’agriculteurs, ainsi que leurs alliés parmi les groupes étudiants, féminins et de la société civile, ont participé à la grève nationale. Maintenant, une semaine plus tard, les agriculteurs continuent d’occuper la capitale, et les dirigeants syndicaux jurent que ce n’est que le début.

L’arrêt de travail a coïncidé avec la Journée de la Constitution indienne, qui commémore l’adoption de la Constitution en 1949, et est venu en réponse à une attaque sans précédent contre les droits des travailleurs et les protections des agriculteurs par le gouvernement de droite du Premier ministre Narendra Modi.


Les agriculteurs se sont rassemblés aux limites de la ville de Delhi. | CPI(M) via Twitter
Les retombées économiques de la pandémie covid-19 ont poussé l’Inde dans une véritable récession, aggravant les inégalités et les privations existantes. Le produit intérieur brut (PIB) du pays a reculé d’un niveau record de 23,9%, tandis que le chômage a grimpé à un niveau sans précédent de 27%.

Au milieu d’une telle crise, le gouvernement de droite dirigé par le Bharatiya Janata Party a mis en œuvre de nouvelles modifications aux codes du travail et présenté des projets de loi agricoles qui ont inversé les progrès historiques majeurs réalisés en matière de droits des travailleurs et de protection des exploitations agricoles.

« Achhe din (jours heureux)? Ce gouvernement nous a poussés en enfer ! » a déclaré Sukhdev Prasad en colère, un opérateur de machines à lacets dans l’une des zones industrielles de Ghaziabad, avant la grève. Son mépris pour le gouvernement Modi et son commentaire sur la promesse désormais oubliée de meilleurs moments à venir par le Premier ministre n’a d’égal que sa colère frémissante.

« Nous sommes à peine en mesure de survivre, entre les hausses de prix d’une part et les bas salaires de l’autre. Maintenant, ils ont changé le droit du travail pour que les employeurs soient assis sur nos coffres », a-t-il ajouté, faisant référence aux nouveaux codes du travail qui ont assoupli les règles pour le licenciement des travailleurs, introduit des options de travail à durée déterminée par les patrons et rendu difficile l’activité syndicale.


Le gouvernement Modi a répondu à la grève par une répression intense. | CPI(M) via Twitter
Les travailleurs de la capitale ont été rejoints par des vagues d’agriculteurs protestataires des États autour de Delhi qui sont écrasés par l’abrogation par Modi de la protection des prix pour les cultures. Des milliers d’agriculteurs ont brisé blocus après blocus et ont marché dans la ville dans les jours qui ont suivi la grève. La police a utilisé des canons à eau sur eux à plusieurs reprises, mais n’a pas réussi à briser leur esprit.

Maintenant, un bras de fer intense entre le gouvernement et les agriculteurs est en cours. Au lundi 30 novembre, des dizaines de milliers d’agriculteurs campaient dans trois endroits aux frontières de Delhi. Ils sont venus préparés avec des mois de fournitures et disent qu’ils sont déterminés à ne pas revenir en arrière jusqu’à ce que le gouvernement Modi fléchisse.

Les agriculteurs poursuivent actuellement leur manifestation illimitée sous la bannière de Samyukta Kisan Morcha (Front uni des agriculteurs) jusqu’à ce que les projets de loi agricoles soient abrogés. Les trois lois sont susceptibles d’affaiblir la réglementation actuelle sur les prix de base des produits agricoles, les marchés des produits de base de l’État et de permettre un rôle accru des entreprises dans l’agriculture. Beaucoup ont critiqué les lois comme un paquet néolibéral fait pour le secteur agricole qui est en crise depuis près de deux décennies.

La première grève a été organisée par une coalition de mouvements ouvriers et agricoles, avec 10 confédérations commerciales nationales et le groupe-cadre, all-India Kisan Sangharsh [Lutte paysanne] Comité de coordination (AIKSCC), qui se compose de plus de 200 groupes d’agriculteurs à travers l’Inde. La grève a également reçu le soutien de partis de gauche et de plusieurs groupes d’opposition.


Les grévistes ont été rejoints par des femmes, des étudiants et d’autres organisations de la société civile qui ont exprimé leur solidarité. | Citu
Parmi les principales revendications contenues dans la charte en 12 points présentée par les organisateurs figurent le retrait des abrogations de Modi en matière de protection du travail et des prix agricoles, le recul des récentes politiques de désinvestissement dans les grandes entreprises publiques, la mise en œuvre des régimes d’aide sociale existants pour les travailleurs ruraux et l’élargissement des politiques d’aide sociale pour aider les masses touchées par les retombées économiques de la pandémie covid-19.

Les travailleurs et les agriculteurs protestataires ont été violemment réprimés par la police de Delhi, qui a utilisé à plusieurs reprises des barrages, des charges à la matraque et des canons à eau pour arrêter la marche.

Dans des affrontements similaires avec les autorités, des travailleurs et des groupes d’agriculteurs ont immobilisé les grandes villes métropolitaines comme Kolkata et Mumbai, avec des sit-in organisés sur les principales voies de transport. La ceinture industrielle et minière de l’Est et du Centre de l’Inde a également connu un quasi-arrêt.

Les organisateurs ont déclaré que la grève est une accumulation de forces pour d’autres luttes à venir dans le pays.

« Les travailleurs et les paysans ne se reposeront pas tant que les politiques désastreuses et perturbatrices du gouvernement du BJP ne seront pas inversées. Cette grève n’est qu’un début. Des luttes beaucoup plus intenses suivront », a déclaré Tapan Sen, secrétaire général du Centre des syndicats indiens (CITU), l’une des confédérations syndicales participant à la grève.

Cet article présente des documents combinés provenant de plusieurs rapports déposés par Peoples Dispatch.ÉTIQUETTES:


Edité le 09-12-2020 à 16:40:40 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités Internationales  250 millions de grévistes en IndeNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum