Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Europe et lutte des classes 

 luttes de classe en Allemagne

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 12-12-2012 à 10:39:04   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

grève à Opel/Bochum en Allemagne



Un camarade de Voie Prolétarienne me communique cette info.
Il y avait déja eu une grève sauvege importante : en 2005 :

Chers camarades,

Aujourd’hui, une grève de 3 heures a eu lieu à Opel/Bochum en Allemagne.
C’est une première réaction face à l’annonce de fermeture de l’usine « au plus tard en 2016 », comme le dit la direction.
Les ouvriers combatifs se prononcent pour une grève commune au niveau international de toutes les usines menacs de l’automobile : Opel/ Allemagne - PSA/ France - Ford/ Belgique, etc…!
Ci-joint le bulletin d’entreprise « Der Blitz » (L’éclair’) de camarades à camarades à Opel/Bochum, (en allemand).



Rejoignons la lutte !

"Kriegserklärung von GM/Opel verlangt klare Antwort: Streik jetzt!"

11.12.12 Konzernzeitung von Kollegen für Kollegen aller Opel-Werke und Zulieferer in Deutschland, "Der Blitz".
Feige und menschenverachtend war der Auftritt von Opel-Chef Sedran auf der gestrigen Bochumer Belegschaftsversammlung. Er ließ die Katze aus dem Sack: Opel Bochum wird nach den Vorstandsbeschlüssen spätestens 2016 geschlossen. Tumultartig und mit Zwischenrufen wurden seine Erklärungen mehrmals unterbrochen: "Wir glauben dir kein Wort!"
Bevor es zur Diskussion kam, bekam Sedran es mit der Angst zu tun und verschwand mit seinen zwei Vorstandsmanagern und Bodyguards hinter dem Vorhang.
Der VK-Leiter Dirk Grützner rannte hinter ihm her, um ihn zur Rede zu stellen, da wurde er von Sedrams Security-Leuten überfallen, zu Boden geworfen und gewürgt! Zu Hilfe kommende Kollegen wurden von Security-Leuten gehindert, überall waren sie im Saal verteilt und erstmals auch uniformierte Polizeibeamte im Foyer.
Das ist ein Schlag ins Gesicht jedes Opel-Beschäftigten! 50 Jahre in Bochum, 20 Jahre in Eisenach und 150 Jahre in Rüsselsheim wurden jedes Jahr Milliarden von Profiten auf unseren Knochen gescheffelt und jetzt so ein Aus?
Seit Monaten hat sich in der Belegschaft aller Standorte durchgesetzt: "Wir verzichten auf nichts mehr!" und in Bochum ist der gemeinsame Konsens: "Wenn der Beschluss der Schließung kommt, ist finito! Jetzt muss auch unsere Antwort kommen."
Auf der Belegschaftsversammlung haben verschiedene Kollegen deutlich gemacht: "Ab morgen dürfen sie kein Auto mehr bekommen!" Am besten wir fangen heute erst gar nicht an, zu produzieren!
Vom Betriebsrat ist für den heutigen Dienstag nichts geplant. Aber auf was sollen wir denn noch weiter warten? Wenn eines klar wurde, dann doch: der Weg des Verhandelns und Appellierens ist gescheitert! Jetzt sind wir selber gefragt!
Gerade in der Kurzarbeit und angesichts des verschärften Konkurrenzkampfs sind sie auf jedes produzierte Auto angewiesen. Kein Wunder, dass uns Sedran und Gellrich regelrecht anflehten: "Es ist sehr wichtig, dass wir morgen gute Autos bauen und auch noch die nächsten vier Jahre."
Wenn wir jetzt den Kampf beginnen, ist das kein blinder Aktionismus. Darauf haben wir uns die ganze Zeit schon vorbereitet und jeder weiß, dass Streik die Sprache ist, die sie verstehen!
Immer noch versuchen sie, das Aus für Bochum zu verschönern: indem Luftblasen steigen, dass in Bochum Komponenten mit 1.000 Beschäftigten produziert werden könnten. Doch das Werk II soll schon im nächsten Jahr geschlossen und 300 Arbeitsplätze vernichtet werden. Von wegen Bochumer Projekt "Perspektive Opel 2022"! Das Nokia-Gelände und die Henrichshütte in Hattingen haben auch keine neuen Arbeitsplätze gebracht! Der einzige Zweck war und ist, die Kollegen vom Kampf abzuhalten! Wenn bürgerliche Politiker wie Merkel, Hannelore Kraft und sogar manche IG-Metall-Führer auf dieser Schiene fahren, dann zeigt das, auf wen wir uns verlassen können und warum die auch den Antikommunismus gegen diejenigen Kräfte ins Feld führen, die für einen konsequenten Kampf eintreten.
Wenn einer für Arbeitsplätze kämpfen will, dann muss er mit dem Kampf um die bestehenden Arbeitsplätze beginnen!
Wir brauchen auch keine "attraktiven Abfindungen" oder Vorruhestand, so einfach dürfen wir es GM/Opel nicht machen. Es bleibt ein kurzer Batzen Geld, und dann? Vor allem, wo soll die Jugend arbeiten? Auf der Belegschaftsversammlung haben Jungfacharbeiter richtig gefordert, dass sie unbefristet übernommen werden müssen, statt sie in Leiharbeit oder Arbeitslosigkeit zu entlassen. Es geht auch nicht allein um die individuelle Zukunft, es geht um die 40.000 Arbeitsplätze, die in der ganzen Region dranhängen.
Auf der Belegschaftsversammlung wurden auch gute Alternativen genannt: statt Investitionen in weitere Verbrennungsmotoren zu stecken, geht es um emissionsfreie Technologien und umweltfreundliche Verkehrspolitik. Statt mörderische Arbeitshetze und Kurzarbeit auf unsere Kosten, ist die sofortige Einführung der 30-Stunden-Woche bei vollem Lohnausgleich auf Kosten von GM der richtige Schritt.
Auch wenn den Eisenachern jetzt neue Hoffnungen auf den Mokka gemacht werden, dient das nur der Spaltung zwischen den Werken in Deutschland und gegenüber unseren Kollegen in Korea. Es ist die Herausforderung an alle Opel-Standorte, diesen Kampf gemeinsam auszufechten!
Gerade jetzt in der Krise können wir unsere Interessen durchsetzen: es geht heute schon nicht nur um Bochum, sondern um alle GM/Opel/PSA-Werke! Ein gemeinsamer, international koordinierter Kampf mit den von Schließung bedrohten PSA-Werken und Ford-Werken in Frankreich, Belgien und England. Es geht auch um die Kollegen in den Stahlkonzernen wie bei TKS oder TKN, die ebenfalls für den Kampf um jeden Arbeitsplatz herausgefordert sind.
Setzen wir unsere Forderungen durch:
Kampf um jeden Arbeitsplatz!
Streik, bis die Schließungsbeschlüsse vom Tisch sind!
Sofortige Auszahlung der 4,3 Prozent und den vollen Tariflohn!
Statt Kriminalisierung unseres Kampfes - für ein allseitiges und vollständiges gesetzliches Streikrecht!
Unsere Trümpfe sind:
Streikzeit ist Arbeitszeit, Wahl einer Streikleitung, offenes Mikrofon für demokratische Entscheidungen, wie wir den Kampf führen.
Sofortige Organisierung der Solidarität durch die IG Metall, Großdemonstration in Bochum!



Edité le 18-10-2014 à 22:50:54 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 19-12-2012 à 19:13:26   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Ci-dessous la traduction du texte du MPLD qui m'a été transmise par un militant de Voie Prolétarienne :




Information internationale du MLPD du 11e décembre 2012
Contre la fermeture d'Opel/GM Allemagne Premier avertissement du personnel …
-
Pour une lutte pour le maintien de chaque emploi à l'échelle du groupe à la charge des profits du GM !


17/12/2012

A une assemblée du personnel turbulente le 10e décembre 2012 chez Opel/General Motors à Bochum, Allemagne, M. Sedran du comité directeur du groupe a annoncé la décision d'une manière lâche et inhumaine de fermer l'usine à Bochum avec plus de 3200 employées en 2016. Ses tentatives d'une explication ont été interrompues plusieurs fois par des scènes tumultueuses et des interpellations : « Nous ne te croyons pas un seul mot! »
Avant qu'une discussion pouvait avoir lieu il disparaît derrière le rideau, entouré par des gardes de corps. Quand le chef de l'organe syndical de représentation du personnel voulait demander une explication il était terrassé et étranglé.
Partout dans la salle des forces de sécurité ont été déployé ; la police en uniforme se trouvait dans le foyer. Cela montre que la direction de Opel/GM a effectué un changement de tactique envers le personnel de Bochum qui à l'expérience de combat.

Avec le projet de fermer l'usine en 2016 qui a été annoncé ouvertement maintenant tout espoir d'une solution de négociation sans lutte a échoué. Pendant des années les collègues ont été fait attendre avec ces illusions par les politiciens bourgeois et la direction réformiste du syndicat. Avant tout la tactique de la diminution volontaire du salaire à complètement échoué.
La fermeture de l'usine à Bochum est politisée à l'échelle fédérale.

Seulement quelques heures après la chancelière Merkel a pris la parole avec des regrets mais en acceptant cela. Avec cette fermeture ouverte de l'usine un point essentiel de la politique d'atténuer la crise en Allemagne a échoué et un personnel qui est renommé mondialement pour sa combativité particulière est attaqué et provoqué à une épreuve de force. La fermeture d'Opel à Bochum voudrait être une violation d'un tabou – ce serait la première fermeture d'une usine d'automobile en Allemagne. Ils ne doivent pas s'en sortir avec cela !

Pendant des années General Motors n'a pas réussi à imposer la fermeture projetée. Le fait que la direction du GM agit maintenant sans pitié et joue cartes sur tables n'est pas une coïncidence. Dans la crise économique et financière mondiale la plus profonde perdurant depuis 2008 une nouvelle baisse se dessine. Il faut présumer que cela est seulement le début. Cela n'est pas un problème d'Opel mais un problème des crises dans le capitalisme. L'alternative sociale peut seulement être le véritable socialisme!
A l'assemblée du personnel turbulente on a aussi discuté en détail sur la lutte pour l'usine à Bochum. Les collègues ont crié : « Vous n'obteindrez pas une seule bagnole de nous ! » Ou : « Nous n'avons plus rien à perdre! »
Ce jour-là la production fut arrêtée.
Pendant que la direction du GM présentait son procédé comme une chose sans alternative il y avait immédiatement des oraisons funèbres dans les médias. La tête du comité d'entreprise réformiste a averti des « actions aveugles ».
Déjà le lundi les manifestations de lundi ont déclaré leur solidarité. Le MLPD a immédiatement fait le soutien et la promotion de la lutte des ouvriers d'Opel une tâche centrale.

Le mardi matin le journal pour les ouvriers « Blitz » (éclair) a appelé :
« La déclaration de guerre par GM/Opel demande une réponse claire : grève maintenant! »
Le mardi, le 11e décembre 2012, deux cents ouvriers de l'équipe du matin ont donné le signal : Ils organisaient une action de grève indépendante de plus de deux heures, marchaient à travers l'usine et organisaient une première manifestation. Ensuite ils ont repris le travail pour le moment tête haute et fier du premier avertissement.
Pendant les jours suivants d'autres actions ont été projetées et le personnel discute intensément sur la proposition d'une grève illimitée, indépendante jusqu'à ce que les projets de la fermeture soient abandonnés.
Les ouvriers de Bochum ont déjà donné un signal aux ouvriers international avec leur grève indépendante de sept journées en 2004.

Cela ouvrait la transition à l'offensive ouvrière sur une grande échelle.
Sa force percutante provenait de la combinaison de grève, occupation de l'usine et blocus des portes. Elle était déclenchée et menée indépendamment dans le personnel par un courant classiste combatif, avec les marxistes-léninistes comme noyau. Le point culminant était la journée de lutte internationale du personnel des entreprises d'Opel le 19e octobre 2004. Aux 15 sites en neuf pays 100000 gens y participaient.
« Les ouvriers de l'industrie de l'automobile européens ont l'emporté sur la politique de s'engager de façon concurrente pour le site économique petit-bourgeoise, ne voulaient pas se soumettre à la lutte concurrentielle des monopoles internationaux. La grève chez Opel/GM dans toute l'Europe a marqué le point culminant jusqu'à maintenant de l'action transnationale du prolétariat industriel international contre les monopoles internationaux. » (de « L'aube de la révolution socialiste, p. 426 - propre traduction)

Il n'y a qu'une réponse sur la menace de la fermeture : la lutte pour le maintien de chaque emploi à la charge des profits de General Motors !
Opel essaie d'une vile manière extorsionnaire de se servir des ouvriers d'une usine contre les ouvriers d'autres usines.

Il faut lutter contre la fermeture de l'usine à l'échelle du groupe, et de la même façon contre les projets de fermeture chez GM à Sao José dos Campos au Brésil ; chez PSA Aulnay en France ou chez l'usine de GM coréen à Gunsan.
Vive l'unité ouvrière internationale !


Envoyez des résolutions de solidarité à :

Betriebsrat Opel Bochum: info@wir-gemeinsam.en
Betriebsratsliste offensiv Bochum: Annegret.gaertner@de.opel.com
Gewerkschaftliche Vertrauenskörperleitung: dirk.gruetzner@de.gm.com
MLPD: redaktion@rf-news.de
ICOR: cordinationint@yahoo.co.uk

Peter Weispfenning
Internationalismusverantwortlicher der MLPD



Edité le 19-12-2012 à 19:23:16 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 24-04-2013 à 22:25:46   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un nouvel article sur l'action chez Opel Bochum, transmis par un camarade de VP Partisan :


Appel à la grève chez Opel Bochum : « Pourquoi attendre ? »


17:04:13. Des discussions animées et controversées sur l’appel à la grève chez Opel à Bochum :

- Le conseil de surveillance d'Opel AG a approuvé le plan de direction de GM de fermer l'usine de Bochum d'ici la fin de 2014.
Sous le titre "Ouvriers de Bochum – débrayage aujourd'hui: On prend la parole!" paru dans la matinée une édition spéciale du bulletin d’entreprise commune pour toutes les usines et les fournisseurs d'Opel en Allemagne, « Der Blitz » ("L’éclair"). Il dit entre autres:

"Aujourd'hui, le conseil de surveillance décidera en Janvier 2015 que la Zafira sera à bâtir ailleurs et de fermer Bochum. Nous ne pouvons pas permettre à une poignée de dirigeants avides de décider du sort de milliers de travailleurs et leurs familles! ...

Avec le rejet du contrat de chantage d’Opel et de la direction du IG Metall, nous avons regagné notre fierté. Après les renonciations forcées, l'intimidation et les menaces que nous avons subits, nous donnons l’exemple: Nous ne pouvons plus nous humilier! Félicitations arrivent d’un peu partout en Allemagne, quel que soit le secteur : Vous avez bien fait à Bochum. "

Le nouveau chef européen de GM, Neumann, rejette catégoriquement les négociations ultérieures. Maintenant, ils veulent nous blâmer pour la fermeture imminente de l'usine aussi. Qui fait du chantage et qui ferme les usines - nous ou GM? Cette insolence mérite une réponse claire et décisive! Le «non» était juste - nous devons maintenant aller plus loin dans cette voie.»).

Cet appel a donné lieu à de vives controverses parmi les travailleurs. Un correspondant a rapporté: «Beaucoup de collègues se sont prononcés pour ou pensent que le moment est plus que mûr pour une grève pour préserver les emplois« Nous ne plaisantons pas ! Que devrions-nous attendre, mais tous les faits sont sur la table .. ! La fierté de ne pas avoir cédé au chantage n'est pas pliée: «Je voterais à nouveau avec NON ! »

Mais il y a encore beaucoup de questions auxquelles il faut répondre: 'Est-ce une grève peut frapper Opel lors du travail à temps partiel »,« Une grève va durer longtemps, est-ce que je peux tenir financièrement? "Peut-on éviter la fermeture tout compte fait? Les travailleurs d'Opel doivent faire face à l'effet de la démoralisation et au baratin médiatique depuis des mois au sujet de la soi-disant fin inévitable de Opel Bochum.

Il y a également soutenu une minorité non négligeable de collègues contre la grève, car ils craignent que «tout va empirer et Opel va fermer immédiatement.

Tout au long de la journée et surtout pendant les pauses, un nombre remarquable de superviseurs et de gestionnaires étaient présents aujourd'hui dans les zones de production. L'idée de reprendre le combat et la détermination du plomb a été renforcée à l'heure actuelle. De nombreux collègues discutent de la façon dont il peut être organisé. Le dernier mot n'a pas encore été prononcé par rapport à la fermeture d'Opel Bochum "
.


Traduction de la CITA (Coordination Internationale des Travailleurs de l’Automobile )

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 18-10-2014 à 23:01:51   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Grève des trains jamais vue depuis 2008


Le Monde signale : Début de la plus importante grève de trains depuis 2008 en Allemagne

Le Monde.fr avec AFP | 18.10.2014

Les chemins de fer allemands ont commencé, samedi 18 octobre au matin, leur plus importante grève depuis 2008, sur fond de conflit salarial et de lutte de pouvoir entre syndicats.

Depuis le début du mouvement, prévu pour durer jusqu'à lundi, 30 % seulement des trains grandes lignes circulent, recense Deutsche Bahn dans un communiqué. Les perturbations touchent également les trains régionaux et urbains, ainsi que le transport de marchandises, « fortement » atteint depuis vendredi après-midi, ajoute la compagnie, sans fournir de chiffres plus précis.
Au total, avec le dispositif de substitution mis en place, « au moins un tiers du trafic devrait être assuré » sur l'ensemble du week-end, et le retour à la normale sera « garanti » dès lundi matin, promet la Deutsche Bahn.

ENLISEMENT

En plein chassé-croisé des vacances d'automne, et alors que la Bundesliga attire chaque semaine cent mille supporteurs de football dans les gares, cette grève traduit l'enlisement d'un conflit social inhabituellement long dans un pays habitué ànégocier.
Il s'agit du troisième mouvement en deux semaines, après deux grèves d'avertissement en septembre. La Deutsche Bahn n'avait plus connu de conflit aussi long depuis celui de 2007-2008, qui avait traîné plusieurs mois. « Des grèves aussi rapprochées et d'une telle ampleur sont totalement irresponsables et à la limite de l'irrationnalité » , s'est irrité le directeur des ressources humaines de l'entreprise ferroviaire, Ulrich Weber, dans le quotidien à grand tirage Bild.

Le syndicat des conducteurs de locomotives GDL réclame entre autres une augmentation des salaires de 5 % et une réduction de deux heures de la semaine de travail, mais les négociations sont dans l'impasse.

Les discussions achoppent notamment sur un préalable posé par la Deutsche Bahn : que GDL renonce à représenter les catégories de personnels autres que les conducteurs de train, alors que plusieurs syndicats et accords salariaux cohabitent au sein de la compagnie.

_____________



sur le Point :

L'Allemagne entame sa plus grosse grève de trains depuis 2008


Les chemins de fer allemands ont entamé samedi leur plus grosse grève depuis 2008, jusqu'à lundi et sur tous les types de lignes, sur fond de conflit salarial et de lutte de pouvoir entre syndicats.

Depuis le début du mouvement, à 02H00 locales samedi (00H00 GMT), 30% seulement des trains grandes lignes circulent, recense Deutsche Bahn dans un communiqué. La grève doit s'achever lundi à 04H00 locales (02H00 GMT).

Les perturbations touchent également les trains régionaux et urbains, ainsi que le transport de marchandises, "fortement" atteint depuis vendredi après-midi, ajoute la compagnie, fournissant des données très disparates selon les régions.

Au total, avec le dispositif de substitution mis en place, "au moins un tiers du trafic devrait être assuré" sur l'ensemble du week-end et le retour à la normale sera "garanti" dès lundi matin, promet la Deutsche Bahn.

Dans la journée, la compagnie publique a précisé qu'elle concentrait ses efforts sur les lignes principales. A l'inverse, il circulera "peu ou pas du tout de trains" sur certaines lignes secondaires, précise-t-elle.

En plein chassé-croisé des vacances d'automne, et alors que la Bundesliga attire chaque semaine 100.000 supporteurs de football dans les gares, cette grève traduit l'enlisement d'un conflit social inhabituellement long dans un pays habitué à négocier.

Il s'agit du troisième mouvement en deux semaines, après déjà deux grèves d'avertissement en septembre. La Deutsche Bahn n'avait plus connu de conflit aussi long depuis celui de 2007-2008, qui avait traîné plusieurs mois.

"Des grèves aussi rapprochées et d'une telle ampleur sont totalement irresponsables et à la limite de l'irrationnalité", s'est irrité le directeur des ressources humaines de la Deutsche Bahn, Ulrich Weber, dans le quotidien à grand tirage Bild.

Le syndicat des conducteurs de locomotives GDL réclame entre autres une augmentation des salaires de 5% et une réduction de deux heures de leur semaine de travail, mais les négociations sont dans l'impasse.

"On ne trouvera de solutions qu'à la table des négociations", a exhorté samedi le ministre des Transports Alexander Dobrindt dans le journal "Passauer Neue Presse".

Les discussions achoppent notamment sur un préalable posé par la Deutsche Bahn: que GDL renonce à représenter les catégories de personnel autres que les conducteurs de train, alors que plusieurs syndicats et accords salariaux cohabitent au sein de la compagnie.

Le chef adjoint de l'EVG, syndicat rival représentant les autres personnels de bord, a reproché au GDL d'envenimer les relations entre organisations représentatives, se montrant pessimiste sur un règlement rapide du conflit.

"Je pars du principe que malheureusement, la situation va encore empirer dans les prochains jours", a déclaré Klaus-Dieter Hommel à la radio WDR5.

_____________


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 07-11-2014 à 00:11:54   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un pays sans trains : grève historique à la Deutsche Bahn


C’est la plus longue grève dans l’histoire des chemins de fer allemands qui vient de commencer. Le 5 novembre, après l’échec des négociations salariales entre les syndicats des conducteurs de train et la direction de la Deutsche Bahn, les cheminots du fret ont arrêté le service. Ce jeudi, c’est le transport des passagers qui est également concerné. L’arrêt de travail durera jusqu’au lundi 9 novembre – 100 heures en tout –, et deux trains sur trois ne quitteront pas leur gare. Du jamais vu outre-Rhin.

Résultat : "Les gares sont vides. Les rues d’autant plus encombrées. Et maintenant, nous risquons de manquer d’essence", rapporte le Handelsblatt. Le premier quotidien économique du pays (Düsseldorf) est allé en reportage dans sa région, une des plus densément peuplées du pays, et constate : "Les bus, les agences de location et les taxis sont les gagnants de cette grève. [Mais] sans les trains, les durées de trajet ont doublé ce 6 novembre." Le quotidien, comme la grande majorité de la presse, dénonce une prise d'otages inédite dans un pays fier de son dialogue social policé.

Très chère grève

Côté passagers, les Allemands, forts de l'expérience de six grèves depuis septembre, ont fait le plein d'essence il y a plusieurs jours déjà. Et à en croire Die Welt, le désagrément est très relatif. Insupporté par la SNCF allemande qui, contrairement à sa réputation, n’est pas sans failles, le quotidien conservateur ironise : "Enfin une nouvelle grève à la Deutsche Bahn. Beaucoup de passagers avaient déjà protesté contre cette pause inhabituellement longue. [Grâce au syndicat des conducteurs], ils tiennent enfin une explication pour les retards, les annulations ou l'éternelle rupture de stock dans les bistrots à bord des trains."

Côté industrie, l’heure est moins à la plaisanterie. Les fédérations industrielles "comptent avec des coûts allant dans les millions d’euros", rapporte la Süddeutsche Zeitung. En premier ligne : les producteurs d’acier qui manqueront de matière première. La moitié des 200 000 tonnes d’airain ou de charbon transportés chaque jour passent par les rails. "Les entreprises ne pourront pas compenser une grève de cinq jours", note le quotidien de centre gauche, ni le port de Hambourg, qui traite 25 000 containers par jour. Ce centre de l’industrie d'Allemagne du nord "perdra son rythme".

Hausse de salaires et réduction du temps de travail

Entre-temps, la direction de la Deutsche Bahn, elle, tente de combattre la grève devant la justice, et de l’arrêter en référé dans l’après-midi de ce 6 novembre. Mais, écrit la Frankfurter Allgemeine Zeitung, dans le passé, elle n’a jamais réussi à imposer cette mesure.

A Berlin, ville censée accueillir des milliers de visiteurs ce week-end pour commémorer les vingt-cinq ans de la chute du Mur, le Tagesspiegel se demande comment résoudre le conflit. Ce dernier porte sur une revendication de hausse de salaires et de réduction du temps de travail. Mais il s'agit surtout d'un conflit sur la représentativité du syndicat, qui veut négocier avec la direction au nom d'autres catégories du personnel. La Deutsche Bahn refuse. "Jusqu'ici, les passagers ont compris les revendications des conducteurs. Maintenant, la colère prévaut."

Kit de survie pour usagers énervés

Raison pour laquelle les journaux se sont investis dans le soutien aux passagers. Appelant au calme, Spiegel Online publie un kit de survie pour usagers énervés, où l'on trouve, en plus guide du juron ou de la méditation, une playlist musical sur le thème "Waiting for a train..."

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 29-01-2018 à 23:07:42   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Allemagne. Vers une grève illimitée pour les salariés de la métallurgie

Modifié le 27/01/2018 à 16:43


Les grèves persistent dans le domaine de la métallurgie en Allemagne, faute d'accord entre les syndicats et le patronat. Les grèves persistent dans le domaine de la métallurgie en Allemagne, faute d'accord entre les syndicats et le patronat. AFP

Ouest-France avec AFP

Le conflit dans la métallurgie allemande, secteur clé de l’économie du pays, s’est aggravé ce samedi 27 janvier 2018 avec une intensification prévue des débrayages et la menace d’une grève illimitée suite à l’échec de négociations sur le temps de travail.

« Manifestement les employeurs ne comprennent pas d’autre langage que celui de la pression », a lâché Roman Zitzelsberger le négociateur en chef du syndicat de branche IG Metall, qui représente 4 millions de salariés.

Après des semaines de grève, le conflit dans la métallurgie allemande, secteur clé de l’économie du pays, s’est aggravé ce samedi 27 janvier 2018 avec une intensification prévue des débrayages et la menace d’une grève illimitée suite à l’échec de négociations sur le temps de travail.

Le syndicat de la métallurgie réclame une hausse des rémunérations de 6 % pour les salariés de la branche sur la période (environ deux ans) sur laquelle doit courir la prochaine convention collective. Mais c’est surtout l’éventuelle introduction d’un droit des salariés aux 28 heures qui alimente un bras de fer avec le patronat.

Le patronat s’y refuse, parlant de « revendications démesurées  ».

Plus de 250 entreprises

La direction du syndicat a donc décidé une montée en puissance. À partir de la semaine du 29 janvier 2018, ces débrayages dureront à chaque fois 24 heures dans les sites choisis, paralysant de fait momentanément la production. « IG Metall va appeler, après vote dans les entreprises, à une grève d’avertissement de 24 heures », a annoncé son président, Jörg Hofmann.

Ces grèves d’avertissement sur une journée entière sont un outil très récent dans l’arsenal d’IG Metall, qui n’y a encore eu jamais recours. Elles pourraient concerner plus de 250 entreprises dans le pays, dès mercredi 31 janvier 2018.

La centrale syndicale représente 3,9 millions de salariés - toutes catégories professionnelles confondues - dans la métallurgie, vaste branche chapeautant des secteurs clés comme l’automobile et les industries électriques et électroniques (semi-conducteurs, électroménager, machines-outils).

IG Metall a également menacé ultérieurement d’une grève générale dure et illimitée dans le secteur si la situation reste bloquée. Le syndicat va d’ores et déjà commencer à préparer une consultation de ses membres dans cet objectif. La grève totale est une rareté en Allemagne, pays épris de consensus social.

La dernière grève dure illimitée dans le secteur de la métallurgie remonte à 2003, lors d’un mouvement pour les 35 heures à l’est du pays. IG Metall avait alors fait chou blanc et traversé une profonde crise.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
7180 messages postés
   Posté le 27-02-2018 à 21:01:47   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Ce n est déjà pas avec la France Insoumise social chauvine et germanophobe que les classes ouvrières de France et d Allemagne vont se solidariser!


Edité le 27-02-2018 à 21:02:21 par marquetalia




--------------------
pzorba75
Jeune Communiste
200 messages postés
   Posté le 28-02-2018 à 04:37:41   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Avant de se solidariser, les classes ouvrières des pays cités, feraient bien de faire le ménage dans leurs écuries et les dégager des faux culs qui, dans les faits et depuis des années, soutiennent le grand patronat et sont des partenaires zélés des bourgeoisies impérialistes.
La lutte contre les pouvoirs, aussi bien de droite que socialistes, est la seule priorité, une fois les lutteurs débarrassés des traitres de la Solidarité, ceux là même qui font voter Le Pen en France ou soutiennent les GrosKo en Allemagne. Je ne dirai rien sur la Pologne des curés soutenue par les syndicats des évêques depuis toujours.
Les militants de la FI ont au moins la lucidité de dire qu'il ne faut rien attendre des socialistes en France et en Allemagne, et de refuser toute alliance avec eux. C'est déjà un pas dans le bonne direction, un petit pas au lieu d'un saut vers les paradis empoisonnés de l'UE et de l'OTAN.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 28-02-2018 à 13:26:18   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L'unité du prolétariat dans le cadre européen s'oppose directement à l'Europe des monopoles, et un des obstacles à cette unité est l'adhésion de la CGT à la CES.

Non seulement une telle unité serait nécessaire entre les classes ouvrières de France et d'Allemagne, mais encore plus avec les prolétariats des nations européennes dominées, la Grèce, le Portugal et les pays d'Europe centrale, la Pologne justement.
C'est là où les salaires sont les plus bas que l'unité est la plus nécessaire, parce que la concurrence salariale égalise les salaires d'une façon ou d'une autre et que le protectionnisme salarial n'est qu'un cataplasme sur une jambe de bois.

Après, le régime politique de la Pologne spécialement réactionnaire et fascisant est probablement lié à l'oppression européenne par des pays comme la France.
Sur la question des travailleurs détachés, je crois me souvenir qu'un officiel polonais avait dénoncé le "colonialisme" de Macron.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
DUROC
Militant de valeur
295 messages postés
   Posté le 28-02-2018 à 14:34:52   Voir le profil de DUROC (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à DUROC   

" C'est déjà un pas dans la bonne direction..." a écrit pzorba en parlant des militants de la FI.
Je demande à ce camarade de se demander s'il ne s'illusionne pas sur la mission de la FI.
La social démocratie a toujours eu une aile gauche pour dévoyer les prises de conscience de son rôle politique de parti de la bourgeoisie.
La FI joue ce rôle là. Mélenchon a d'ailleurs dit dès le début que sa volonté était de prendre la relève du PS arrivé en fin de vie.
Le rôle des communistes est de démasquer la manoeuvre.

duroc

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 28-02-2018 à 17:23:31   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Mélenchon est le fils spirituel de Mitterrand. En drainant les progressistes hostiles au réformisme et à la ligne révisionniste du PCF il entrave la reconstitution d'un parti communiste.
D'autre part sa germanophobie relève du chauvinisme le plus réactionnaire, marquetalia a raison d'insister là-dessus.

Pendant que les monopoles français font du lobbying à Bruxelles, les chauvins pleurent sur la domination de l'UE. Le patron cumulard de la FNSEA s'était fait une spécialité des protestations paysannes devant le parlement européen pour réclamer des aides destinées aux grands propriétaires terriens.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
7180 messages postés
   Posté le 28-02-2018 à 19:07:29   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Un point positif néanmoins pour Mélenchon,ses objectifs de modernisation sociale,en particulier son programme visant sa separer l État et l Église en Alsace et en Moselle,stopper les cours de religion emmerdants jusqu'au lycée.

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
7180 messages postés
   Posté le 28-02-2018 à 19:36:59   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Le Prcf soutient aussi des thèses germanophobes.


Edité le 28-02-2018 à 20:14:21 par marquetalia




--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 28-02-2018 à 20:11:35   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

marquetalia a écrit :

Un point positif néanmoins pour Mélenchon,ses objectifs de modernisation sociale,en particulier son programme visant sa separer l État et l Église en Alsace et en Moselle,stopper les cours de religion emmerdants jusqu'au lycée.


Avec ça on va loin dans l'insoumission, ensuite je ne savais pas que le prcf avait renoncé à la défense de la langue française...

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
7180 messages postés
   Posté le 28-02-2018 à 20:17:16   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Avec ça on va loin dans l'insoumission, ensuite je ne savais pas que le prcf avait renoncé à la défense de la langue française...[/citation] j ai fait une faute de frappe,à cause du correcteur automatique.le Prcf a des idées germanophobes.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 01-03-2018 à 09:56:53   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Pour revenir au sujet, la semaine de 28 heures a bien été obtenue en Allemagne
http://www.lefigaro.fr/social/2018/02/06/20011-20180206ARTFIG00020-l-allemagne-valide-la-semaine-a-28-heures-dans-la-metallurgie.php



Cette victoire est aussi liée à un taux de chômage particulièrement bas, inférieur à 6 %, et à une baisse de la population active.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 19-05-2018 à 13:10:05   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   



La statue de Marx offerte par la Chine à la Ville de Trèves déchaine la colère des anticommunistes. De surcroît c’est Junker qui l’inaugure et se fend d’un petit discours.


http://www.atlantico.fr/decryptage/luxembourgeois-chez-karl-marx-jean-claude-juncker-t-place-au-bicentenaire-marx-benjamin-disraeli-3378396.html

http://www.observatoiredeleurope.com/Juncker-justifiant-Marx-ou-l-epuisement-de-la-fausse-Europe_a2254.html

http://www.contrepoints.org/2018/05/10/315778-quand-juncker-commemore-le-totalitarisme-marxiste

L’ex communistes défroqué André Senik s’étrangle de rage :
http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2018/05/17/31001-20180517ARTFIG00204-jean-claude-juncker-voudrait-que-l-europe-s-inspire-de-karl-marx.php

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 19-09-2018 à 07:37:59   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Juillet 2018, interview avec la présidente du Parti marxiste-léniniste d’Allemagne (MLPD).


Elle analyse la politique en Allemagne, au plan international et expose la politique actuelle du Parti. Une analyse de la conjoncture intéressante dans son contenu et dans sa méthode aussi pour les militants révolutionnaires au niveau international. Nous vous en transmettons quelques extraits de l’interview de la présidente du Parti marxiste-léniniste d’Allemagne – (MLPD), paru le 28/07/18 dans le journal Rote Fahne – pour la lire en intégralité voir sur www.mlpd.de

Titre : Le revirement de l’état d’esprit se forme contre le développement du gouvernement vers la droite : Accepter les défis – renforcer les forces !


Rote Fahne : Est-ce la stabilité à nouveau dans le processus politique – après la crise politique ouverte, la plus profonde de la RFA ?

Gabi Fechtner : Le gouvernement est certainement de nouveau en mesure d’agir, c’est pour quoi la crise politique ouverte est tout d’abord surmontée. Mais si Angela Merkel dit qu’elle pense maintenant « fermement », que la collaboration de la grande coalition tiendra pendant toute la période législative, c'est plutôt comme siffler dans la forêt ténébreuse. Les contradictions qui ont provoqué le déclenchement ouvert de la crise politique, se sont plutôt approfondies. Dans la querelle entre Merkel et Horst Seehofer il ne s’agit point de la question de savoir si l’on fait une politique réactionnaire à l’égard des réfugiés.
Seehofer avait demandé des initiatives nationales unilatérales de fermeture des frontières. Le secrétaire général de la CSU, Markus Blume, a justifié la devise « L’Allemagne d’abord » par principe : « Il nous faut éviter l’impression que les intérêts allemands devraient être en reste par rapport aux intérêts d’autres pays membres. » Il a reçu le soutien, entre autres, d'importantes parties des PME et du groupement des producteurs au sein des CDU/CSU. Cependant, le 29 juin, les quatre grandes associations monopolistes allemandes (BDI, BDA, DIHK et ZDH) sont intervenues en commun avec une déclaration exceptionnelle et se sont situées en faveur de la chancelière.
Elles réclamèrent en particulier « le maintien de notre compétitivité sur le plan mondial » et demandèrent à ce sujet un « gouvernement stable et déterminé ». Elles firent remarquer que « l’importance économique de l’Europe » serait « énorme, surtout pour l’Allemagne ». Pour cette raison, elles seraient « convaincues que des initiatives nationales unilatérales causeraient plus de dommages que d’avantages ». La majorité du capital financier international, dominant sans partage, en Allemagne insistait à ne pas mettre en péril les fondements de la production capitaliste internationalisée. Ce sont justement les monopoles internationalisés en Allemagne qui craignent des dommages logistiques par une perte de bénéfices de 1,5 milliard d’euros par an… Ils préfèrent que les réfugiés soient retenus sans ménagement non pas à la frontière bavaroise mais déjà aux frontières africaines et hors de l’Europe.
L’intervention des associations patronales ne s’adresse pas contre le développement vers la droite du gouvernement. Celui-ci doit plutôt se dérouler dans le cadre du système du mode de pensée petit-bourgeois comme méthode principale de gouvernement. D’autant plus que les contradictions augmentent à l’échelle mondiale, d’autant plus la pression au sein de la classe dominante s’accroît pour remplacer cette méthode de gouverner par une ligne ouvertement réactionnaire à l’intérieur et à l’extérieur. Au niveau international nous voyons déjà clairement cette méthode de gouvernement prédominée dans la politique de Trump. Aujourd’hui déjà – conformément au développement vers la droite – presque tous les groupes monopolistiques serrent la vis de l’exploitation contre les ouvriers et tiennent majoritairement à des « mesures robustes » dans la lutte concurrentielle internationale. Le litige relatif à la méthode principale de gouvernement continue donc à couver – comme une poudrière au sein du gouvernement Merkel/Seehofer/Scholz.

Pourtant, la crise politique ouverte, déclenchée fin juin, c’est terminée relativement vite. Était-elle vraiment aussi profonde que le MLPD l’affirme ?

Assurément ! Dans le passé, des crises politiques ouvertes se sont produites plus rarement. Il mérite d’être noté que nous avons eu une crise politique ouverte en Allemagne déjà pour la deuxième fois depuis les élections au Bundestag en 2017. Mais surtout le contexte international étaient de loin plus stable pendant les crises politiques ouvertes précédentes, même si elles avaient parfois provoqué des changements de chancelier. Aujourd’hui, la tendance aux crises du système impérialiste mondial s’est étendue et approfondie énormément. Elle se développe le long de toute la gamme des questions : comme par ex. le passage progressif dans la catastrophe environnementale planétaire; l’aggravation des contradictions sociales, les crises politiques et de confiance – et en particulier la tendance générale à la préparation de guerre impérialiste.

C’est justement la crise de confiance vis-à-vis des partis bourgeois, du parlementarisme bourgeois et de ses institutions qui a atteint un nouveau paroxysme : en juillet 2018, 78 pour cent des gens ont déclaré qu'ils étaient « mécontents » du gouvernement, soit une forte augmentation de 15 points de pourcentage rien qu’en un mois. Récemment, cela s’est manifesté en particulier lors de l'élection au Landtag et celle des maires en Thuringe. Seuls 47,2 % des électeurs ont pris part aux élections et près de la moitié (45,7 %) d'entre eux ont voté pour des alliances électorales en dehors des partis bourgeois. Certains d'entre eux n’ont même pas pu présenter des candidats.

Et sur la scène mondiale, cela n’a pas l’air d’être plus stable. Dernièrement, le sommet des plus grandes puissances impérialistes, les G7, n’est même plus parvenu à une déclaration finale commune. Le plus grand « message de réussite » de la dernière réunion de l’OTAN était celui que les États-Unis ne quittent pas l’OTAN. Dans le passé, ces groupements étaient des ancres de stabilité de l’impérialisme mondial ! Le gouvernement est donc très instable. Et on peut parier que les prochains désaccords et crises politiques ouvertes ne se feront pas attendre.
À l’échelle mondiale, des ébranlements sociétaux se préparent comme nous n’en avons plus connu depuis la Seconde Guerre mondiale. Récemment, la 4e séance plénière du Comité central s’est réunie. Elle a analysé que ces développements ont le potentiel de produire une fermentation révolutionnaire. Au centre de ses discussions, le plénum a demandé que l'auto-changement du MLPD et de son Comité central soit orienté vers la dimension stratégique de ce développement.

L’ordre mondial « habituel » se décompose de plus en plus et l’heure est aux préparatifs de guerre. Cela n’est-il pas extrêmement dangereux ?

Oui, nous sommes dans la phase d’une nouvelle qualité de la tendance aux crises du système impérialiste mondial, qui pousse à un repartage violent des sphères internationales de pouvoir et d'influence. Cela augmente le danger général d'une IIIe Guerre mondiale. Avec 1,74 billion de dollars en 2017, les dépenses militaires mondiales étaient à leur plus haut niveau depuis la fin de la guerre froide. Chaque fois que l'armement est poussé si fort, c'est un signe infaillible que les forces dominantes se préparent à poursuivre leur politique aux moyens de la guerre.
La concurrence inter-impérialiste est devenue l’aspect principal. De nouvelles constellations et alliances émergent constamment. La guerre commerciale américaine est principalement dirigée contre la Chine, mais aussi contre l'UE en tant que deuxième concurrent économique décisif des États-Unis. En même temps, les États-Unis ont également besoin d’alliés contre la Chine. C'est pourquoi Trump essaie même de « faire du pied » à Poutine pour le sortir de l'alliance de Shanghai. Il est toutefois hypocrite de la part de l'UE de jouer la victime des États-Unis et le garant de la liberté, du libre-échange mondial et de la démocratie. L'UE elle-même construit des unités militaires conjointes, renforce sa politique douanière et vise à devenir la première puissance mondiale.
Le développement économique mondial se caractérise par une stagnation fluctuante avec de fortes oscillations à la hausse et à la baisse. En avril 2018 – donc dix ans après l'éclatement de la dernière crise économique et financière mondiale – la production industrielle dans les pays de la zone euro n'a atteint que 95,3 % du niveau d'avant la crise. En avril 2018, les États-Unis n'ont atteint que 101,9 pour cent et malgré une offensive à l'exportation l'Allemagne a tout juste atteint 103,8 pour cent.

Dans cette situation, la propagation et l'intensification d'une guerre commerciale mondiale ouverte peut provoquer une nouvelle crise économique et financière mondiale. Pour la simple raison qu'une guerre commerciale en cours peut ébranler des groupes entiers et faire éclater les bulles spéculatives sur les marchés boursiers déjà très tendus. Le grand problème pour les forces dominantes sera alors que leur gestion de crise unique, commune et coordonnée au niveau international comme à partir de 2008 ne sera guère plus réalisable. Ne serait-ce que parce que les énormes ressources des États, nécessaires à cette fin, font défaut. Actuellement, les dettes publiques à l’échelle mondiale ont déjà atteint des niveaux records. Elles correspondent à 225 pour cent de la production économique mondiale. Les billions, destinés au sauvetage des banques et aux programmes d'investissement gouvernementaux, comme par ex. pour atténuer des licenciements de masse et le chômage partiel, ne sont plus aussi facilement disponibles.

Le pire pour les impérialistes n'est même pas l'effondrement économique, mais la crainte que la loi inhérente de l'unité des crises économiques et politiques pourrait cette fois-ci avoir un impact plus direct. Les contradictions se sont accumulées de telle sorte que le potentiel accru d'une crise mondiale révolutionnaire peut alors produire ses effets : dans un essor mondial des luttes ouvrières et populaires – contre la répercussion ouverte sur leur dos des fardeaux de la crise.
Les marxistes-léninistes et les autres forces révolutionnaires doivent s'y préparer de façon générale. L'importance d'une ICOR forte et de forts partis révolutionnaires s’accroît donc considérablement. Les expériences de la révolution d’octobre 17, il y a 100 ans, montrent avec insistance que les chances historiques sont perdues si l'on met trop tard en exécution la construction de parti.

Quelle est donc la tendance principale dans le développement sociétal ? En juin/juillet, le développement vers la droite du gouvernement a atteint un nouveau point culminant – mais les protestations contre lui aussi...

Nous avons une polarisation qui se déploie des deux côtés. Bien sûr, parmi une partie des masses et des travailleurs avec une conscience de classe faible, la propagande selon laquelle l'AfD est un parti de protestation fait toujours son effet, ou également l'incitation à la haine contre les réfugiés. Cela signifie toujours aussi que les contradictions de classe sont refoulées en tant que « boussole » décisive indiquant ce qui est correct ou faux, de droite ou de gauche.
Mais surtout au cours des dernières semaines, il est devenu de plus en plus clair que le revirement progressiste de l'état d'esprit des masses dans la polarisation de la société est l'aspect principal, qui se renforce. Lors la première moitié de 2018, il y a eu déjà 625 335 participants dans 463 luttes populaires, presque autant que dans toute l’année 2017. Cette année, au total près de 370 000 personnes ont déjà pris part à au moins 150 actions de protestations et de luttes politiques explicitement contre le développement vers la droite du gouvernement. Rien qu'en juillet, 134 000 personnes ont manifesté contre lui au cours de 88 actions – et ceci en plein été et pendant la période des vacances. Depuis juin, 50 000 personnes, en majorité des jeunes, ont participé aux activités de la campagne contre la politique réactionnaire à l’égard des réfugiés. De grandes protestations se dirigent contre les nouvelles lois sur la police avec plus de 100 000 participants à ce jour, en particulier en Bavière et en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Au cours des six premiers mois, 142 000 personnes ont participé à des actions antifascistes, soit plus que dans les années 2017 ou 2016 dans leur ensemble.
Dans cette évolution il convient de noter que la plupart de ces manifestations étaient auto-organisées. La manifestation du 7 juillet 2018 à Düsseldorf a été préparée sur une base large et sans liaison à un parti par de nombreux groupes avec la participation du MLPD et d'autres révolutionnaires – et tout juste soutenue par des unités des Verts, du Linkspartei [Parti de gauche] ou ver.di [syndicat de la fonction publique] et de l'IG BAU [syndicat de la construction, de l’agriculture et de l’environnement]. Cependant, elle n'a pas été organisée par les principaux syndicats et associations avec des autocars et un soutien financier et logistique massif, comme l'ont été les principales manifestations contre le TTIP en 2016, par exemple. Un mouvement de masse contre le développement du gouvernement vers la droite est donc en train de se former, avec de plus en plus d'éléments de résistance populaire active.
C'est surtout chez les adolescents et les jeunes qu'il y a une recherche intensive de conscience et un débat animé sur l'organisation nécessaire. Chez les adultes, on remarque que les anciens liens se dissolvent de plus en plus et que la volonté d'en créer de nouveaux augmente. L'ampleur croissante des revendications et aussi des motifs subjectifs qui poussent les gens à se rendre à ces manifestations a été clairement visible lors de la manifestation « #ausgehetzt » [#fin à la chasse incendiaire] le 22 juillet à Munich, avec 50 000 participants. Il s'agissait de la première manifestation de masse contre les divers aspects de développement du gouvernement vers la droite. Il y avait donc différents lieux de rendez-vous thématiques et de cortèges de manifestants : Des groupes qui « s'occupent de migration et d'asile et s'engagent contre le racisme et la guerre » ; des personnes de l'alliance « #noPAG – NON à la loi sur les tâches de police » ; des groupes « de tous ceux qui viennent de conflits sociaux » ou « des personnes dont le sujet est l'égalité de traitement de tous les sexes et d’identités sexuelles ». Qualitativement significatives sont les activités des réfugiés eux-mêmes qui s'organisent en solidarité, s'adressent à la population dans leur environnement et défendent l'unification contre la politique de répression et de criminalisation du gouvernement à l'égard des réfugiés…

Résiliations des comptes du MLPD, attaque de l'appareil d'État à l'occasion du Festival de musique rebelle, interdiction de l'utilisation de la salle de culture dans le Horster Mitte ... Que se passe-t-il exactement dans la manière d’agir des forces dominantes contre le MLPD ?

Tout d'abord, il faut dire que toutes ces attaques étaient des réactions de la part des dirigeants à notre travail réussi. Ce n'est pas un hasard que la criminalisation progressive du MLPD depuis l'offensive tactique lors de la campagne électorale au Bundestag de 2017 se dirige contre les points chauds qui expriment le lien particulièrement étroit entre le MLPD et les masses. L'attaque de l'appareil d'État à l'occasion du Festival de musique rebelle de Pentecôte en Thuringe, qui était principalement dirigée contre le MLPD et des cadres dirigeants comme Stefan Engel et contre son organisation de jeunes, marque une nouvelle qualité des attaques contre le MLPD. Elle a été réalisée directement par le ministère fédéral de l'Intérieur de Seehofer.
Dans cette situation, nous avons immédiatement organisé une « petite » offensive tactique –et ceci avant même que la partie adverse n'ait pu déclencher sa campagne de propagande. Dans les villages environnants, c'était le sujet de conversation – plein de sympathie pour nous. Dans cet esprit la presse aussi a informé de manière positive, au niveau régional et national. Le vendredi matin – le soir, le festival devait commencer – l'attaque de la police battait déjà son plein. Deux cents policiers ont encerclé le terrain, effectuant aussi des contrôles dans les villages environnants. Un plan en cas de catastrophe était élaboré dans l'hypothèse de nombreux blessés graves. Même lorsque le tribunal administratif de Meiningen a statué en faveur du Festival, les responsables de la police n'étaient pas disposés à se retirer au premier abord. Apparemment, la consultation avec « ceux de tout en haut » était également nécessaire pour cela. Et ce n'est que vendredi après-midi qu'ils ont déclaré leur pitoyable reddition.
Une opération policière violente sur cette base se serait soldée par un désastre pour l'appareil d'État. Ils ont dû abandonner leur offensive – et ceci est le moment le plus faible de l'adversaire dans la stratégie et la tactique de guerre. Je tiens à féliciter l'ensemble du parti, notre organisation de jeunes et tous les supporters et les autres compagnons de lutte, alliés et artistes pour cette victoire à 100 % contre le ministère fédéral de l'Intérieur de Seehofer !
Le résultat de la lutte contre ces attaques policières contraste fortement avec la situation après les manifestations du G20 à Hambourg. Là, les dirigeants ont réussi à répandre la diffamation réactionnaire dans tout le pays sur les manifestants « d'extrême gauche » prétendument violents. Par conséquent, une vague de criminalisation a commencé, avec une chasse incendiaire publique sur Internet, des arrestations internationales, etc. Contre les attaques sur le Festival de musique rebelle était très important de poursuivre strictement la ligne de masse sur la base de la confiance en les masses. Aussi contre l'idée fausse répandue selon laquelle les gens en Thuringe seraient droitiers au-dessus de la moyenne. Le fait qu'un travail offensif et bien réfléchi a été fait ici, qu'on a fait confiance aux masses et au parti et qu'on a systématiquement conquis le leadership d'opinion – ce sont des leçons importantes pour de futurs conflits similaires.
Peu après cette défaite, il y a eu l'interdiction pour des raisons politiques d'utiliser la salle de culture du Horster Mitte à Gelsenkirchen, pour des raisons cousues de fil blanc. Ceci vise le cœur du parti avec son siège social. Cela montre seulement que les forces dominantes ne sont pas disposées à cesser de diffamer, de criminaliser et de priver le MLPD de ses droits. Ici aussi, nous sommes immédiatement passés à l'offensive. Beaucoup de gens dans le quartier et dans tout Gelsenkirchen considèrent maintenant cela comme une attaque contre eux-mêmes, contre leur salle de culture et leurs intérêts.

Comment la nouvelle qualité des attaques contre le MLPD correspond-elle à l'insignifiance prétendue qui lui a été attribuée à maintes reprises par l'État et d'autres institutions bourgeoises au cours des dernières décennies ?

Depuis quelque temps, de plus en plus de gens changent leur perception du MLPD ; ils ont du respect à l'égard de notre fermeté, et notre esprit offensif leur donne du courage. Ce respect accru repose également sur les expériences que les gens ont vécues avec nous au cours des dernières décennies : le rôle important du MLPD dans la conduite de luttes ouvrières, l'engagement désintéressé avec l'ICOR pour construire le centre médical à Kobanê / Syrie du Nord, son travail dans la jeunesse orienté vers l'avenir, sa position cohérente en matière de politique environnementale, le fait qu'il ne cède pas dans la question des réfugiés, la solidarité et la cohésion...
Un autre élément clé du revirement de l'état d'esprit en développement est que beaucoup de gens voient le MLPD avec de moins en moins de réserves. Il y a beaucoup moins de craintes de contact. Nous le remarquons lors de diverses manifestations, où de nombreuses personnes, en particulier les jeunes, nous rencontrent personnellement pour la première fois et réalisent que l'image déformée et anticommuniste... ne fonctionne pas.
La criminalisation et les menaces contre Stefan Engel, similaires à celles contre un « perturbateur présumé » terroriste ; les résiliations de comptes sur suspicion de « financement du terrorisme » ; le prétendu danger « pour le corps et la vie » dans la salle de culture du Horster Mitte . Ce sont déjà des armes lourdes dans la manipulation de l'opinion publique. C'est certainement une exigence élevée de s'engager pour un combat, car les forces dominantes les diffament comme soutien au terrorisme. Dans ce contexte, il est impressionnant de constater à quel point la solidarité avec le MLPD contre les attaques et la criminalisation est large, souveraine et bien fondée.
L'anticommunisme moderne ne fonctionne certainement que si l'on a confiance et attachement au capitalisme régnant. On prétend qu'il doit être défendu contre le terrorisme. Ce « problème » n'est pas non plus resté caché aux dirigeants. Jusqu'à présent, par exemple, les rapports des services secrets ont délibérément répandu l'image irréelle du MLPD en tant que parti complètement insignifiant et notoirement infructueux. En revanche, le rapport du service secret de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, publié en juillet, doit désormais constater (dans le même esprit que certains autres Länder) « une augmentation considérable du nombre d'électeurs » lors de la campagne électorale fédérale de 2017, et il indique « des mesures intensives d'affichage et un niveau élevé de mobilisation » ainsi qu'une « volonté exceptionnellement élevée de faire des dons ». Ce n'est pas un hasard que la création et le développement de l'Alliance internationaliste sont également suivis de près…
Nous ne nous laissons pas du tout intimider par de telles attaques. Mais bien sûr, les attaques contre les droits et libertés démocratiques, contre les comptes ou les maisons doivent aussi nous faire du tort, nous nuire et nous discréditer et nous criminaliser aux yeux des masses. C'est pourquoi nous ne devons pas non plus sous-estimer de telles attaques. Les forces dominantes sont apparemment encore en désaccord sur la manière de procéder contre le MLPD actuellement : doit-on continuer à le traiter comme « non pertinent » et donc le maintenir dans un isolement relatif dans la mesure du possible ? Ou faut-il l’attaquer ouvertement, le criminaliser et le réprimer – au prix d'un débat de masse sur les marxistes-léninistes dont nous profiterons parfaitement ?

À l'heure actuelle, nous n'avons pas encore de changement général de tactique à l'égard du MLPD, mais il est manifestement en préparation.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Europe et lutte des classes  luttes de classe en AllemagneNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum