Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Chine : capitalisme ou socialisme ? 

 la lutte contre la pauvreté, "droit de l'homme"

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14269 messages postés
   Posté le 24-12-2016 à 16:38:39   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La lutte contre la pauvreté et la réduction de la pauvreté est un objectif important du PCC. On remarquera que cet objectif est inséparable des droits de l'homme en Chine, contrairement aux pays capitalistes où les conditions matérielles du peuple ne sont pas concernées, où les "droits de l'homme" n'intéressent que ceux qui ont le pouvoir économique.

En 2008 selon le PNUD, la proportion des personnes vivant avec moins d'un dollar par jour en Chine a chuté de 33 % en 1990 à 16 % en 2000, puis à 15 %. La Chine était alors le seul pays en développement à avoir réussi à atteindre les objectifs de lutte contre la pauvreté fixés par les Nations Unies.
En 10 ans les analphabètes étaient alors passés de 180 millions à 85 millions.
Selon les chiffres officiels, plus de 120 millions vivaient encore avec moins d'un dollar par jour.

En 2014, 82 millions vivaient sous ce seuil de pauvreté.

Lire aussi : La Chine, un modèle de la lutte contre la pauvreté pour les pays en développement publié en 2015.


____________________


Sur le blog de Danielle Bleitrach :



La Chine a dressé un bilan de sa lutte contre la pauvreté et des progrès accomplis dans le domaine des droits de l’homme


21
OCT

le très beau film: les Trois soeurs du Yunnan réalisé par Wang Bing

Marianne partage mon indignation à propos de commentaires sur la lutte contre la pauvreté en Chine, en particulier la dénonciation des réalisations du socialisme en 50 ans alors qu’il a fallu plus de six siècles au mode de production capitaliste pour s’épanouir et que ce mode de production restait dans la logique de la propriété privée, le socialisme est une bien autre voie. Ceux qui ne mesurent pas ce qu’ont été les révolutions socialistes du XXe siècle, la chinoise en particulier semblent ignorer que si l’on peut dire que dans ce siècle-là l’éducation, celle des femmes en particulier a connu un essor sur la planète, cela est dû au socialisme comme le souligne Todd. Donc Marianne nous envoie cette traduction du russe concernant le sujet (note de Danielle Bleitrach)



Le Bureau d’information du Conseil d’Etat de Chine a publié un Livre blanc «Mesures visant à éliminer la pauvreté et progrès dans le domaine des droits de l’homme en Chine» , annonce «Xinhua». Il se compose de six parties – promotion des droits de l’homme en Chine par l’élimination de la pauvreté, garantie du droit à l’existence de la population pauvre, protection des droits des couches socialement vulnérables, amélioration des conditions dans les régions pauvres, conjonction des efforts pour promouvoir l’éradication de la pauvreté, étapes clé dans la lutte contre la pauvreté.

Le Livre blanc indique que depuis plus de 30 ans après la proclamation des réformes politiques en Chine, plus de 700 millions de personnes ont été tirées de la pauvreté. Selon le rapport sur les Objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies en 2015, la proportion de personnes extrêmement pauvres en Chine a diminué, passant de 61% en 1990 à 4,2% en 2014, tandis que la contribution de la Chine à l’éradication de la pauvreté dans le monde a dépassé 70%. À la fin de 2015, dans les villages de la Chine vivaient encore 55.750.000 de pauvres, cependant la Chine a déclaré qu’elle est déterminée à l’élimination totale de la pauvreté d’ici 2020.

Dans le Livre blanc est indiqué le montant de l’aide accordée par la Chine depuis plus de 60 ans d’existence de la République populaire de Chine (RPC), aux pays en développement. La Chine a accordé à 166 pays et organisations internationales environ 400 milliards de yuans (environ 60 milliards $ US) d’aide et plus de 600 000 travailleurs humanitaires. En outre, par sept fois la Chine a annoncé l’annulation de la dette par le gouvernement des prêts sans intérêt aux pays – principaux débiteurs et pays les plus arriérés, fourni une aide à 69 pays et soutenu plus de 120 pays en développement dans la mise en œuvre des Objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies.

Le 17 mars à Pékin a pris fin la session de l’Assemblée populaire nationale, qui a approuvé le nouveau plan quinquennal pour 2016-2020. Un défi majeur consistera à atténuer les effets du retrait de l’Etat de l’économie, ce qui conduira au licenciement, selon diverses estimations, de 1,8 millions à 6 millions de personnes. À cet effet, le budget de l ‘ «élimination de la pauvreté» sera augmenté de 43,3%. Le nouveau plan quinquennal est pour le gouvernement d’une importance particulière: le pays d’ici à 2021, selon le chef de la Chine, Xi Jinping, doit remplir l’un de ses principaux objectifs et construire «une société d’abondance moyenne.»

http://russian.news.cn/2016-10/17/c_135760206.htm


Edité le 24-12-2016 à 16:49:21 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14269 messages postés
   Posté le 24-12-2016 à 16:38:55   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

En 2016, net recul de la pauvreté en Chine


Publié le 22 décembre 2016
Analyse communiste internationale


La Chine a dépassé de loin son objectif d'éloigner 10 millions d'habitants ruraux de la pauvreté en 2016, selon les derniers rapports de la Conférence nationale de la lutte contre la pauvreté et pour le développement du travail, qui s'est clôturée mardi 20 décembre.

Les autorités centrales et provinciales du pays ont consacré pour cette année plus de 100 milliards de yuans (14,4 milliards de dollars) à l'allégement de la pauvreté en 2016, établissant un nouveau record dans l'histoire de la nation, a indiqué Liu Yongfu, chef du bureau des aides à la pauvreté du Conseil des Affaires d'Etat.

La collaboration entre les provinces développées de l'est de la Chine et celles de l'ouest s'en est également approfondie. D'après les directives du Conseil des Affaires d'Etat, de nombreuses dispositions ont été prises pour que 262 comtés les plus avancés de l'est aident 380 petits comtés. Pour la première fois, ces coopérations ont couvert 30 préfectures autonomes à travers tout le pays.

Au total 51 entreprises centrales ont mobilisé 12,27 milliards de yuans (1,76 milliard de dollars) pour constituer un fonds d'investissement pour les industries dans les régions les plus pauvres de l'ouest. L'objectif de ce fonds à long terme, est de réunir 100 milliards de yuans (14,4 milliards de dollars). De plus, 21 992 entreprises ont été associées à l'enregistrement de 21 251 villages pauvres.

Le recul de la pauvreté en Chine est en net progrès en ce qui concerne l'industrie, l'emploi, la relocalisation, l'éducation, la santé et plus encore. La nation a également ouvert une nouvelle voie pour la mise en œuvre et la gestion du fonds pour la lutte contre la pauvreté.



(Rédacteurs :Wei SHAN, Guangqi CUI)
source:http://french.people.com.cn/VieSociale/n3/2016/1222/c31360-9158142.html


Edité le 24-12-2016 à 16:51:18 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14269 messages postés
   Posté le 24-12-2016 à 17:35:33   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur Chinafrique 24 décembre 2016

La Chine lutte contre la pauvreté avec précision, force et détermination



En mars, la ville de Guigang de Guangxi province a procédé à des travaux précis de lutte contre la pauvreté. A cette occasion, des femmes cadres sont organisées aux champs, pour encourager les femmes des familles en difficulté à travailler pour s’enrichir. (Source : people.cn)

La Région autonome Zhuang du Guangxi, dans le Sud-ouest de la Chine, comptait une population d'environ 55 millions d’habitants à la fin de 2014. Sur ce nombre, il y avait 5,38 millions de pauvres. Qu'est-ce que qui est fait pour sortir ce chiffres ? Les journalistes du Quotidien du Peuple ont récemment mené l’enquête et observé les efforts de lutte contre la pauvreté.

La réponse se trouve dans le tableau d'évaluation des ménages pauvres du Guangxi, compilé après une série de 6 tests. Un total de 5 formulaires d'évaluation, mesurant 98 indicateurs dans 18 catégories, comme le logement, les appareils ménagers, les machines agricoles, les véhicules à moteur, l’eau potable, l’électricité, les routes, la santé, les études, le travail, la main d’œuvre, les terres, l’agriculture, la culture, les bonus, les réductions etc. Pour s’assurer de la meilleure précision possible, les membres de l'équipe d'enquête sont directement venus avec le formulaire d'évaluation à la porte même des ménages.

Après avoir distribué les formulaires d’évaluation des familles pauvres dans le hameau de Danglingtun du village de Lixincun, les membres de l'équipe ont reçu six réponses, et ont tous exprimé leur perplexité : le foyer de Huang Yulan semble tellement en difficulté, comment a-t-il pu obtenir 70 points ? Le problème résidait en fait dans la première catégorie : du fait des points obtenus grâce à sa « structure de briques », la maison appartient à la catégorie la plus élevée de logements, soit plus 18 points. Après vérification, il s’est avéré que Huang Yulan a demandé il y a quatre ans de la reconstruire, mais en raison de difficultés financières, il n'a pas osé la démanteler. Les membres de l'équipe ont fait état de la situation au gouvernement de la ville pour obtenir son consentement, et les 18 points ont été retirés, ce qui a fait que le foyer de Huang Yulan a finalement été reclassé dans les ménages pauvres.

Afin d'éviter un phénomène de « avoir du piston », le Guangxi prévoit spécifiquement que les enquêtes faites auprès des ménages sont toutes réalisés par les membres de l'équipe d’évaluation précise ; les cadres des villages ont pour seule responsabilité de montrer le chemin, ils ne participent pas à la notation, et chaque feuille de pointage doit être signée par le chef de famille et les membres de l'équipe pour confirmation.

Ce village est situé dans la ville de Baise, dont le maire est Zhou Yijue, qui est aussi député à l'Assemblée Populaire Nationale . Selon M. Zhou, depuis octobre 2015, Baise a commencé à déployer 13 000 cadres pour aller visiter les ménages dans les villages, qui ont mené à bien leur plan de travail d'identification précis auprès de 503 500 foyers ruraux. Le plan prévoit qu’ à l’horizon 2019, l’ensemble des villages pauvres de 12 comtés (districts, villes) auront été passés au crible, et qu’ensuite, il faudra encore un an pour combler les derniers manques et s’assurer que d'ici 2020, la région soit synchronisée avec l’objectif national de construction d’une société modérément prospère.

La Chine est déterminée à gagner la bataille contre la pauvreté et à garantir que d'ici 2020, les villages pauvres soient sortis de la pauvreté sur la base des normes actuelles, que les comtés pauvres soient tous découverts, et que le problème de la pauvreté globale régionale soit résolu. C’est un objectif et une tâche majeurs du 13e Plan quinquennal de la Chine. L’exemple du village de Lixincun est un échantillon du plein essor que connait la bataille menée par la Chine contre la pauvreté.

La Chine accorde une attention particulière à la réduction de la pauvreté, et la communauté internationale estime globalement que la voie qu’a empruntée la Chine dans ce domaine peut servir d’exemple au monde entier. Lors du Sommet du développement des Nations Unies de septembre 2015, le président chinois Xi Jinping a annoncé au monde que la Chine avait pour l’essentiel atteint ses objectifs de développement du Millénaire, ayant sorti 439 millions de personnes de la pauvreté, et obtenu des réalisations remarquables en matière d'éducation, de santé, de statut des femmes et autres domaines.

« Un véritable développement, c’est le développement de tout le monde, et un développement durable est un bon développement » . Tel est le sens de l’explication en profondeur donnée par Président chinois. La Chine a présenté une série d’initiatives pour la mise en œuvre à l’horizon 2030 de l'agenda du développement durable, comme la mise en place d’un « Fonds d'aide à la coopération Sud-Sud » auquel elle fournira 2 milliards pour la première phase, la poursuite de l’augmentation des investissements dans les pays les moins avancés, s’efforçant d'atteindre 12 milliards de Dollars US en 2030 ; de même, la Chine va mettre en place un centre international de développement des connaissances, destiné à la recherche et aux échange avec d'autres pays pour le développement de théories et de pratiques du développement en fonction de leurs conditions nationales respectives.



Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Lire aussi : Xi Jinping met l'accent sur la protection de l'environnement et la lutte contre la pauvreté dans les régions des ethnies minoritaires

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14269 messages postés
   Posté le 24-06-2017 à 15:39:58   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Xi Jinping appelle à promouvoir "l'esprit de Lyuliang" dans la lutte contre la pauvreté



Xinhua - 23.06.2017 08h07


Le président chinois, Xi Jinping, a appelé à redoubler d'efforts pour lutter contre la pauvreté et améliorer les conditions de vie dans les bases révolutionnaires.
M. Xi, qui est également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), s'est ainsi exprimé lors d'une visite mercredi à Lyuliang et à Xinzhou, deux bases révolutionnaires dans la province du Shanxi.
Mercredi matin, M. Xi s'est rendu au mémorial révolutionnaire de Lyuliang, dans le district de Xing sous administration de la ville de Lyuliang. Il a déposé un panier de fleurs en marque de respect aux martyrs du pays.
Il a fait l'éloge de "l'esprit de Lyuliang" et a appelé à l'utiliser comme motivation pour "améliorer les conditions de vie de la population et réaliser le grand renouveau de la nation".
Lors de sa visite, M. Xi a expliqué comment la campagne de lutte contre la pauvreté était liée à l'objectif de bâtir "une société modérément prospère dans tous les domaines" d'ici 2020.
Toujours mercredi, M. Xi a visité le village de Zhaojiawa, une région pauvre de la ville de Xinzhou, où il a parlé avec des villageois et responsables.
Il a mis l'accent sur l'amélioration des conditions de vie à travers le relogement et a appelé à de meilleures mesures de soutien afin d'assurer des sources de revenu pour les résidents.
Le président a également rencontré des équipes chargées de la lutte contre la pauvreté et a salué leurs efforts.
Selon lui, l'envoi de responsables à des postes de premiers secrétaires de comités du Parti pour les unités aux échelons de base contribue non seulement à la campagne d'éradication de la pauvreté, mais également à l'amélioration des compétences des responsables.
M. Xi s'est engagé à poursuivre les efforts pour améliorer les conditions de vie de la population et a demandé à chacun de "retrousser ses manches et de travailler de manière plus poussée avec le Comité central du PCC".
(Rédacteurs :Yishuang Liu, Guangqi CUI)

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14269 messages postés
   Posté le 18-10-2017 à 14:49:59   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

De meilleures conditions de logement pour une meilleure vie du peuple (Quotidien du Peuple)


BEIJING, 18 octobre (Xinhua) -- Dans la ruelle de Liushuixiang, dans l'arrondissement de Dongcheng à Beijing, les habitants sont fiers de leur cadre de vie, entourés qu'ils sont de fleurs de toutes sortes. Fleurs de grenadier, rose de Chine et bégonia ont remplacé les tas de charbon et de matériaux divers.

Depuis le 18e Congrès national du Parti communiste chinois (PCC), les conditions de vie des Chinois se sont améliorées de manière significative grâce aux efforts déployés par le Parti et le gouvernement, indique un article publié récemment par le Quotidien du Peuple, journal phare du PCC.

Les villes chinoises ont connu une croissance sans précédent. Les citadins représentaient 57,35% de la population totale du pays en 2016, selon des chiffres officiels. Le problème du logement reste un point chaud dans tout le pays.

La régulation du marché de location des logements et la prévention de la bulle immobilière sont deux préoccupations de la population chinoise, a déclaré le président chinois Xi Jinping, lors d'une réunion du Groupe de direction centrale sur les Affaires financières et économiques, fin décembre 2016.

La nature résidentielle des logements doit être correctement prise en compte, a souligné M. Xi, ajoutant que le pays devait mettre en place un dispositif en matière de logements qui réponde à la fois aux objectifs d'achat et de location ainsi qu'à la demande d'habitations d'une population urbaine nouvelle.

La Chine adoptera des méthodes variées pour régulariser le marché de l'immobilier et prendra des mesures financières, budgétaires, fiscales, ainsi que des mesures concernant les terres et la réglementation, afin d'instaurer une politique du logement à long terme qui fournira des logements à toute la population, a-t-il souligné.

La Chine s'est également efforcée d'améliorer les installations de soutien entre 2012 et 2017, note cet article. Vingt-sept villes chinoises s'équipent actuellement de métro, contre 17 en 2012. Le réseau routier dans les zones rurales a atteint un total de 3,96 millions de kilomètres à la fin de 2016.

Selon le Rapport d'activité du gouvernement publié en mars 2017, la Chine adoptera une politique d'urbanisme unique, promouvra la réforme et le développement du secteur du bâtiment en élevant la qualité des travaux, et procédera à une planification d'ensemble des travaux d'urbanisme de surface et souterrains.

Il s'agira d'intensifier la prospection géologique dans les villes, de mettre en chantier plus de 2 000 km de galeries techniques urbaines, de lancer une opération triennale de lutte contre les risques d'inondation des zones urbaines les plus menacées, de promouvoir la construction de "villes-éponges" capables de faire face efficacement aux inondations, et de remédier efficacement aux embouteillages et aux autres maux urbains, tout cela afin de doter nos villes d'infrastructures solides et de leur donner un cadre agréable.

En outre, selon la fédération des personnes handicapées de Chine, le pays a rénové les habitations de près de 1,4 million de personnes handicapées dans le cadre du règlement sur la construction d'un environnement sans obstacle publié le 1er août 2012.

Les rénovations incluent les modifications des salles de bain et des cuisines, comme par exemple abaisser le niveau des plaques de cuisson et installer des rails et des rampes.

La Chine a édicté plus de 20 politiques visant à rendre les espaces publics plus accessibles aux personnes handicapées, en mettant en place par exemple des équipements adaptés dans les bus, les trains et les avions.

Au cours de ces cinq dernières années, le pays a mis davantage l'accent sur les efforts pour construire une société écologique, en adhérant aux concepts du développement vert. Les habitants profitent d'un reboisement massif, alors que la qualité de l'environnement s'améliore de matière significative, ajoute l'article.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14269 messages postés
   Posté le 23-08-2018 à 13:24:57   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine travaille sur une stratégie à long terme de lutte contre la pauvreté

22
AOÛT
http://histoireetsociete.wordpress.com/2018/08/22/la-chine-travaille-sur-une-strategie-a-long-terme-de-lutte-contre-la-pauvrete/


La campagne chinoise de lutte contre la pauvreté ne prendra pas fin en 2020, le pays travaillant sur une stratégie à long terme pour la réduction de la pauvreté, a déclaré lundi un responsable.

« Pour devenir une société de moyenne aisance dans tous les domaines d’ici 2020, notre plus grande faiblesse se situe dans les régions rurales », a indiqué Han Jun, directeur adjoint du bureau du Groupe dirigeant central pour le travail agricole, lors d’une conférence de presse.

Dimanche, les autorités chinoises ont dévoilé une ligne directrice visant à remporter la bataille contre la pauvreté d’ici 2020.

Au cours des cinq dernières années, 68,53 millions de personnes sont sorties de la pauvreté en Chine.

Entre 2018 et 2020, le pays doit sortir encore environ 30 millions de personnes de la pauvreté.

« Nous visons à résoudre le problème de la pauvreté absolue d’ici 2020. Pour résoudre le problème de la pauvreté comparative, les efforts doivent être faits tout au long du processus de la modernisation de la Chine », a expliqué M. Han.

Selon la nouvelle ligne directrice, la Chine doit renforcer ses plans pour sa stratégie de réduction de la pauvreté pour les années postérieures à 2020. « Nous travaillons actuellement à cela », a indiqué M. Han.

Parmi les 13,7 millions de personnes sorties de la pauvreté chaque année, le nombre de ceux qui retombent dans la pauvreté n’est pas « très grand », selon Ou Qingping, directeur adjoint du Bureau du Groupe dirigeant du Conseil des Affaires d’Etat pour la réduction de la pauvreté et le développement.

Les chiffres pour les années 2016 et 2017 étaient respectivement de 600.000 et 200.000, a indiqué M. Ou, ajoutant que la Chine offrirait de soutien en temps voulu à ces groupes pour s’assurer que personne ne soit pas laissé pour compte d’ici 2020.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14269 messages postés
   Posté le 30-08-2018 à 22:54:46   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine s'engage pour l'égalité dans l'éducation


le Quotidien du Peuple en ligne - 29.08.2018 17h15
http://french.peopledaily.com.cn/n3/2018/0829/c31357-9495350.html

La Chine s'efforce actuellement de réduire l'écart entre l'éducation rurale et l'éducation urbaine grâce à une nouvelle série d'efforts, a déclaré le ministre de l'Education dans un rapport sur l'égalité dans l'éducation présenté aux plus hauts législateurs du pays.

Selon Chen Baosheng, le ministre de l'Education, la Chine a formulé des normes unifiées pour la construction de bâtiments scolaires, les quotas de personnel enseignant, les dépenses publiques par étudiant et le matériel pour les écoles afin d'éliminer les écarts entre l'enseignement obligatoire rural et urbain.

M. Chen a fait son rapport le 28 août lors d'une réunion de la session bimensuelle du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale, la branche permanente de la plus haute législature. La réunion a examiné l'application du plan national de développement économique et social et la mise en œuvre du budget.

Des normes unifiées sur la construction des écoles primaires et secondaires ont été mises en place, a indiqué M. Chen, et les quotas de personnel des écoles rurales ont été augmentés pour les mettre au même niveau que leurs homologues urbains.

La norme est d'un enseignant pour 19 élèves des écoles élémentaires et d'un enseignant pour 13,5 élèves des collèges.

Le rapport indique par ailleurs que la Chine a également mis en place un mécanisme de financement unifié pour l'enseignement obligatoire, l'accent étant mis sur les écoles rurales.

Concernant l'éducation des enfants des travailleurs migrants, M. Chen a annoncé que les départements locaux de l'éducation sont invités à mettre en œuvre une politique permettant aux enfants de migrants d'accéder aux ressources éducatives de la même manière que les enfants locaux.

Le gouvernement chinois a mis en place un système national d'enregistrement des écoles dans lequel les enfants migrants peuvent terminer en ligne les procédures qu'implique un transfert scolaire entre provinces, a encore indiqué le rapport.

En 2017, le nombre national d'enfants de migrants en âge de bénéficier de la scolarité obligatoire était de 14 millions, dont 80% fréquentaient les écoles publiques, tandis que 7,5% étudiaient dans des écoles privées grâce à des services achetés par le gouvernement.

(Rédacteurs :Yishuang Liu, Wei SHAN)

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14269 messages postés
   Posté le 14-11-2018 à 13:29:37   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine reste un pays en développement: le Premier ministre Li


Source: Xinhua Publié le: 2018/11/13 20:56:25
http://www.globaltimes.cn/content/1127236.shtml

La Chine reste un pays en développement à tous points de vue, et le peuple chinois a obtenu sa richesse grâce à un travail acharné, a déclaré mardi à Singapour le Premier ministre chinois Li Keqiang.

Li a tenu ces propos lors d'un discours prononcé à la 44ème conférence de Singapour.

Bien que la Chine soit la deuxième économie du monde, son PIB par habitant ne représente qu'environ 80% de la moyenne mondiale, a souligné M. Li, soulignant qu'un tel cas ne s'était jamais produit auparavant.

"La Chine est un pays très peuplé. Nous devons nous attaquer à nos propres problèmes de développement, faire face aux défis mondiaux et assumer des responsabilités internationales" , a déclaré M. Li, ajoutant qu'il était important d'examiner la Chine de manière objective.

Au cours de son discours, Li a rappelé un dialogue récent avec un travailleur migrant sur un chantier de construction dans une ville du nord-est de la Chine.

"Un travailleur âgé de près de 60 ans, vêtu de haillons, m'a dit qu'il n'était jamais sorti du site depuis son arrivée en ville il y a 11 mois. Il a dit qu'il devait travailler des heures supplémentaires pour gagner plus parce que son enfant était admis par une université, ce qui représente 10 000 à 20 000 yuans (1 437 à 2 874 dollars) par an pour les frais de scolarité et de subsistance " , a déclaré le Premier ministre.

"C'est une situation réelle en Chine" , a déclaré M. Li, soulignant que la Chine considérait le développement comme la clé de tous les problèmes. Le fait que la Chine fasse de son mieux est la plus grande contribution à l’humanité, at-il ajouté.

La Chine a réalisé des progrès remarquables au cours de ses 40 années de réforme et d'ouverture, a souligné M. Li, soulignant que son développement reposait sur le travail acharné de ses habitants au fil des ans, plutôt que sur le profit des autres.

Li a entamé une visite officielle à Singapour lundi. Il s'agit de la première visite à Singapour d'un premier ministre chinois en onze ans.

Au cours de sa visite, M. Li participera également à la 21e réunion des dirigeants chinois- asiatiques et à la 21e réunion des dirigeants de l'ANASE-Chine, du Japon et de la Corée du Sud, respectivement connus sous les noms 10 + 1 et 10 + 3, ainsi que la 13e Asie de l'Est. Sommet.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14269 messages postés
   Posté le 09-03-2019 à 17:17:32   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les efforts chinois pour réduire la pauvreté profiteront aux autres pays, selon des experts




http://french.xinhuanet.com/2019-03/09/c_137881648.htm
BEIJING, 9 mars (Xinhua) -- Les efforts de la Chine dans la réduction de la pauvreté pourraient aider les autres nations en développement dans le monde, selon des experts ayant observé les Deux Sessions en cours du pays.

Les Deux Sessions sont les rassemblements annuels de l'Assemblée populaire nationale (APN, parlement chinois) et du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC, organe consultatif).
La Chine s'est imposée comme un modèle pour le monde en termes de transformation structurelle et de modernisation du secteur industriel, tirant des centaines de millions de personnes de la pauvreté, a affirmé le lieutenant-colonel à la retraite Muhammad Faruk Khan, membre du présidium de la Ligue Awami, au pouvoir au Bangladesh.

Dans le rapport d'activité du gouvernement présenté lors de l'ouverture de la session annuelle de l'APN mardi, le Premier ministre Li Keqiang s'est engagé à ce que la Chine réduise de plus de dix millions cette année sa population rurale touchée par la pauvreté.
D'après les chiffres officiels, au cours des 40 dernières années, la Chine a sorti plus de 700 millions de ruraux de la pauvreté, et le taux de pauvreté au sein de la population rurale est passé de 97,5% en 1978 à 3,1% à la fin 2017.

La politique de réforme et d'ouverture de la Chine a transformé son économie et contribué à maintenir sa stabilité financière, a affirmé M. Khan, ajoutant que l'expérience de la Chine "aiderait grandement le Bangladesh dans ses efforts d'éradication de la pauvreté" .
Shamsul Haq Arianfar, un ancien responsable du gouvernement afghan, a également salué l'engagement de la Chine envers la réduction de la pauvreté, ainsi que sa promesse de créer plus de 11 millions de nouveaux emplois urbains et de poursuivre un développement durable.
"Il ne fait aucun doute que les décisions prises lors de la 13e Assemblée populaire nationale seront mises en oeuvre par le gouvernement chinois et son peuple" , a-t-il déclaré, ajoutant croire que la Chine continuerait de faire des progrès dans la réduction de la pauvreté.
A ses yeux, la deuxième économie mondiale a atteint une croissance inclusive grâce à "l'équité de la distribution du capital, aux politiques globales du gouvernement et au travail acharné du peuple" .

Dans le même temps, via sa poursuite d'un développement économique durable, la Chine a également contribué à l'économie mondiale. "A mon avis, l'économie dynamique de la Chine a soutenu l'économie mondiale" , a-t-il estimé.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14269 messages postés
   Posté le 15-04-2019 à 15:09:54   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un groupe ethnique éloigné élimine la pauvreté de manière socialiste


Par: Xinhua
De: Edition anglaise de Xinhua
http://english.qstheory.cn/2019-04/15/c_1124367673.htm Mise à jour: 2019-avr.-15 10:36

BEIJING, 12 avril (XINHUA) - Les nouvelles inspirantes d'un groupe de minorités ethniques chinoises isolées sortant de la pauvreté dans son ensemble ont montré les avantages du système socialiste pour la mise en commun de ressources pour une certaine cause.

Le peuple Dulong, qui compte plusieurs milliers d'habitants, est l'un des plus petits groupes ethniques de la Chine. Ils vivent dans la pauvreté depuis longtemps le long des gorges profondes et isolées de la rivière Dulongjiang, dans le comté de Gongshan, dans la province du Yunnan, dans le sud-ouest de la Chine.

En seulement sept décennies après leur adieu à la vie primitive après la fondation de la Nouvelle Chine en 1949, les habitants de Dulong ont tous emménagé dans de nouvelles maisons et les six villages administratifs ont tous accès à des routes revêtues en dur, aux signaux de radio et de télévision.
Grâce à un tunnel routier traversant le mont Gaoligong, achevé en 2014, l'isolement du groupe dans les montagnes profondes en raison des fortes chutes de neige a pris fin.
Les revenus des ménages ont également augmenté car ils gagnent maintenant de l'argent en cultivant une épice de spécialité locale, en récoltant du miel et en élevant du bétail. Leurs enfants bénéficient de 14 ans d'éducation gratuite.

Ce grand bond en avant ne s'est pas fait du jour au lendemain. Il a été difficile à gagner avec l’attention et le soin des plus hautes autorités du pays, les efforts soutenus des autorités provinciales et locales et l’aide des régions développées.
Au fil des ans, les dirigeants du Parti communiste chinois ont écrit des lettres d'encouragement au peuple Dulong, se sont rendus dans leur ville natale et ont rencontré leurs représentants lors de visites d'inspection dans le Yunnan.
Les autorités provinciales du Yunnan ont offert une aide à l’ensemble du groupe Dulong au fil des ans dans le cadre de projets axés sur la construction d’infrastructures, le logement et l’alimentation.
Les régions développées de l'est du pays, y compris la métropole de Shanghai, ont également fourni une aide ciblée au groupe dans le cadre de projets de construction, de développement industriel et de formation du personnel.

Tout cela a montré que la Chine dispose d'un système de gouvernance unique et efficace capable de concentrer les ressources et d'accomplir de grandes tâches, telles que la réduction de la pauvreté.
La réduction de la pauvreté n’est que la première étape. Les Dulongs ont toutes les raisons de croire que des jours meilleurs sont à venir.
Le but de la lutte contre la pauvreté en Chine est de permettre aux gens de tous les groupes ethniques de bien vivre.
Lorsque la Chine atteindra son objectif d'édifier une société modérément prospère à tous les égards et d'éliminer l'extrême pauvreté en 2020, tous les habitants du pays aspirent à ce qu'aucun groupe ethnique ne soit laissé pour compte.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14269 messages postés
   Posté le 18-04-2019 à 14:29:12   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Xi Jinping appelle à davantage d'efforts pour remporter la lutte contre la pauvreté


http://french.xinhuanet.com/2019-04/17/c_137985545.htm

(Xinhua/Ju Peng)

CHONGQING, 17 avril (Xinhua) -- Le président chinois, Xi Jinping, a appelé à davantage d'efforts pour remporter à temps la lutte contre la pauvreté et réaliser l'objectif de bâtir une société de moyenne aisance dans tous les aspects selon le calendrier prévu.

M. Xi, qui est également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et président de la Commission militaire centrale (CMC), s'est ainsi exprimé lors d'une tournée d'inspection à Chongqing, municipalité du sud-ouest, de lundi à mercredi.

Au cours de sa tournée d'inspection, M. Xi a présidé et prononcé un discours lors d'un symposium, visant à traiter les problèmes concernant les besoins fondamentaux des habitants pauvres ruraux et leur accès à l'enseignement obligatoire, aux services médicaux fondamentaux et au logement sûr.

VISITER LES PAUVRES

Après son arrivée à Chongqing, le président chinois a voyagé lundi pendant plus de trois heures en train et puis par voie routière, pour aller à un village montagneux dans le district autonome Tujia de Shizhu.

Lors de sa visite dans une école primaire du district, M. Xi s'est engagé à assurer que les enfants dans les régions montagneuses pauvres vont à l'école et profitent d'une enfance heureuse.

Devant le logement de Tan Dengzhou, un villageois pauvre, M. Xi a été informé que M. Tan et sa femme n'étaient pas capables de travailler en raison de leurs maladies, et qu'ils faisaient face à des difficultés financières.

Les habitants sous le seuil de la pauvreté et ceux qui retournent dans la pauvreté en raison de maladies doivent être placés en priorité dans les projets de réduction de la pauvreté, a indiqué M. Xi, ajoutant qu'ils recevraient un soutien, tel que les allocations minimales, l'assurance maladie et l'aide médicale.

Chez Ma Peiqing, un vétéran membre du PCC qui est sorti de la pauvreté, M. Xi s'est assis dans la cour, discutant avec des villageois, des responsables locaux et des médecins de village.

"Personne ne doit être laissée en arrière dans l'édification d'une société de moyenne aisance dans tous les aspects", a déclaré M. Xi. "Le socialisme signifie le développement. Le développement doit servir la prospérité commune pour tout le monde".

Il a appelé les membres du PCC et les cadres à travailler sur le front de la lutte contre la pauvreté.

PRIORITÉS DE LA REDUCTION DE LA PAUVRETÉ

Lors du symposium qui s'est tenu mardi après-midi, M. Xi a déclaré que l'exigence de base et l'indicateur clé pour l'objectif de réduction de la pauvreté d'ici 2020 étaient que les ruraux pauvres n'aient aucun souci à propos de la nourriture et des vêtements et qu'ils aient accès à l'éducation obligatoire, aux services médicaux de base, et au logement.

Au cours de l'étape cruciale de la victoire de la lutte contre la pauvreté, les chefs de comités du PCC et des gouvernements de l'échelon provincial doivent assumer leurs responsabilités, a-t-il déclaré.

Des efforts devraient être déployés pour mener à bien des mesures détaillées et concrètes, cibler les ménages véritablement pauvres et empêcher la réapparition de la pauvreté de ceux qui en sont sortis, selon M. Xi.

En plus d'approfondir la campagne contre la corruption et les mauvaises conduites au cours de la réduction de la pauvreté, M. Xi a également demandé une indemnisation en temps opportun et un soutien à long terme aux familles des cadres qui ont sacrifié leur vie à cette cause.

DEVELOPPEMENT DE LA REGION OUEST

Après avoir entendu mercredi matin les rapports d'activité des responsables du comité du PCC pour Chongqing et de son gouvernement, M. Xi a exprimé l'espoir que Chongqing agirait comme un moteur majeur dans la stimulation du développement de l'ouest dans la nouvelle ère, jouerait un rôle de premier plan dans la promotion de la construction conjointe de la Ceinture et de la Route, et deviendrait un modèle pour faire progresser le développement vert de la ceinture économique du fleuve Yangtsé.

M. Xi a demandé à Chongqing de prendre la tête de la région ouest pour promouvoir fermement la réforme et l'ouverture, de préparer méticuleusement et de réaliser les événements célébrant le 70e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine.

Les responsables devront aborder des questions étroitement liées à la vie de la population, telles que l'éducation, l'emploi, la sécurité sociale, les soins, le logement, la protection de l'environnement et la sécurité publique.

Ils ont également reçu l'ordre de faire avancer les fonctionnaires de haut niveau, loyaux et responsables, et de réprimer le bureaucratisme.






--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14269 messages postés
   Posté le 05-10-2019 à 23:14:56   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Vidéo : la visite de Xi Jinping auprès des paysans pauvres en avril 2019 (dont sont tirées quelques photos publiées au-dessus).

Il est intéressant de voir quelles questions sont posées aux paysans sur leurs conditions de vie, les sommes qu'ils gagnent, les dépenses de santé, etc.
On voit la pauvreté qui reste à éradiquer, la méthode pratique mise en oeuvre et aussi l'enthousiasme sincère des masses


https://youtu.be/-d5CriKhRVA

Des vidéos réalisées sur les plus de 50 visites précédentes

https://youtu.be/UNk6CMmme4g
https://youtu.be/LSJNbbhPyNA
https://youtu.be/V6NHFxqeI4Q
https://youtu.be/p7DNsl5hG44


Edité le 06-10-2019 à 00:24:01 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14269 messages postés
   Posté le 29-02-2020 à 20:36:33   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Chine : tous les districts du Shanxi et du Henan sont sortis de la pauvreté


Xinhua - 29.02.2020 11h10

À lire aussi :
La revitalisation rurale de la Chine est un véritable modèle pour le développement des campagnes dans le monde, selon un architecte néerlandais
Malgré l'épidémie, la lutte contre la pauvreté reste tout aussi prioritaire !
La Chine promet un soutien financier suffisant pour la réduction de la pauvreté dans les régions touchées par l'épidémie
Chine : le plus haut conseiller politique appelle à surmonter l'impact du COVID-19 dans la lutte contre la pauvreté


Un total de 17 districts supplémentaires de la province du Shanxi (nord) ont été retirés de la liste des districts pauvres de la Chine, indiquant que l'ensemble de ses 58 districts pauvres sont sortis de la pauvreté, ont déclaré vendredi les autorités locales.
En 2019, 239.000 habitants ont été sortis de la pauvreté dans le Shanxi, selon le Bureau provincial de lutte contre la pauvreté et de développement.
Dans la province du Henan (centre), quatorze districts supplémentaires ont été retirés de la liste, a déclaré le gouvernement provincial lors d'une conférence de presse vendredi.

Cela signifie que les 53 districts pauvres de la province sont sortis de la pauvreté.

A ce jour, plus de 6,5 millions d'habitants ruraux et 9.484 villages sont sortis de la pauvreté dans le Henan, le taux de pauvreté par habitant tombant à 0,41 % en 2019, contre 8,79 % en 2013.

(Rédacteurs : Yishuang Liu)

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14269 messages postés
   Posté le 03-03-2020 à 19:40:23   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Comment la Chine réduit-elle la pauvreté ? Un discours de Xi Jinping de décembre 2019

Discours de Xi Jinping lors d'un symposium sur la résolution de problèmes importants dans la lutte contre la pauvreté


http://english.qstheory.cn/2020-01/13/c_1125443359.htm

Aujourd'hui, nous organisons un colloque interprovincial sur la lutte contre la pauvreté. Il s'agit de la sixième réunion de ce type que je préside depuis le 18e Congrès national du PCC en 2012. Avant cela, j'ai présidé des symposiums sur le même sujet à Yan'an, Guiyang, Yinchuan, Taiyuan et Chengdu, et notre lutte contre la pauvreté a obtenu des résultats remarquables. Ce symposium se tient en tenant compte du fait qu'il nous reste moins de deux ans pour atteindre nos objectifs de réduction de la pauvreté, l'année 2019 étant particulièrement cruciale. Si nous accomplissons nos tâches efficacement cette année, nous serons en mesure de jeter des bases solides pour mener à bien nos initiatives de lutte contre la pauvreté l’année prochaine.

Hier, après être descendu de l'avion à midi, je suis d'abord allé au comté autonome de Shizhu Tujia où j'ai visité l'école primaire du canton de Zhongyi ainsi que des ménages pauvres et des membres vétérans du PCC du village de Huaxi. Au cours de ce processus, j'ai eu des discussions avec des représentants de village, des responsables locaux, des responsables de la lutte contre la pauvreté et des médecins ruraux. Grâce à ces discussions, j'ai acquis une compréhension étroite et personnelle des progrès du travail de lutte contre la pauvreté à Chongqing et des efforts qui ont été faits pour résoudre les problèmes majeurs en assurant la population rurale pauvre que ses besoins alimentaires et vestimentaires seront satisfaits et garantissant qu'ils ont accès à l'enseignement obligatoire, aux services médicaux de base et à un logement sûr (ci-après dénommés «les deux assurances et les trois garanties»), et je me sens maintenant à l'aise avec l'état de la réduction de la pauvreté à Chongqing.
Les tâches de cette réunion sont d'analyser l'état actuel des efforts de réduction de la pauvreté et d'étudier et de résoudre les problèmes en suspens relatifs aux «deux assurances et trois garanties». Les secrétaires des comités du Parti au niveau provincial du Guangxi, de Chongqing, du Sichuan, du Guizhou, du Yunnan, du Shaanxi, du Gansu et du Xinjiang, des représentants locaux des comtés, des cantons et des villages de Chongqing, ainsi que des fonctionnaires des départements concernés du gouvernement central, participent au symposium.
Ceux d'entre vous qui ont pris la parole tout à l'heure ont présenté des situations dans vos lieux respectifs, analysé les problèmes et avancé des idées et des propositions. C'est très bien. Je voudrais maintenant ajouter quelques suggestions de ma part.

I. Nous devons avoir une compréhension précise de l'état des efforts de réduction de la pauvreté.

Depuis le 18e Congrès national, le Comité central du PCC a fait de l'éradication de la pauvreté la mission fondamentale et la référence symbolique de nos efforts pour bâtir une société modérément prospère à tous égards, et a présenté une série de plans majeurs à cet égard. Après le 19e Congrès national de 2017, le Comité central a désigné l'élimination de la pauvreté de manière ciblée comme l'une des trois batailles critiques pour l'édification d'une société modérément prospère à tous égards. Ces dernières années, nos efforts d'éradication de la pauvreté ont atteint des niveaux sans précédent en termes d'intensité, d'échelle et d'impact, et nous avons progressé conformément aux objectifs prévus.


Le président chinois Xi Jinping, également secrétaire général du Comité central du PCC et président de la Commission militaire centrale du PCC, préside et prononce un discours important lors d'un symposium sur la résolution des problèmes majeurs de lutte contre la pauvreté le 16 avril 2019. Le symposium s'est tenu pendant le Xi Visite de Jinping à Chongqing du 15 au 17 avril.
PHOTO PAR XINHUA REPORTER XIE HUANCHI


En novembre 2015, lors de la Conférence centrale sur la réduction de la pauvreté et le développement, nous avons clairement indiqué que d'ici 2020, nous devons «veiller à ce que tous les habitants des zones rurales qui tombent sous le seuil de pauvreté actuel de la Chine soient sortis de la pauvreté, que toutes les régions pauvres laissent derrière elles la pauvreté, et que la pauvreté régionale soit éliminée dans l’ensemble. » Lors de cette réunion, j'ai dit que la lutte contre la pauvreté devait se concentrer sur quatre questions :

qui avait exactement besoin d'aide,
qui devait mettre en œuvre des initiatives de lutte contre la pauvreté,
comment la lutte contre la pauvreté devait être mise en œuvre
et quelles normes et procédures adopter pour sortir de la pauvreté.
À l'heure actuelle, il semble que ces problèmes ont été résolus assez efficacement.

Pour déterminer qui a exactement besoin d'aide, nous sommes restés déterminés à atténuer et à éliminer la pauvreté de manière ciblée. Nous avons effectué un dépistage de la pauvreté au niveau des villages et des ménages individuels, et enregistré des cas de pauvreté identifiés grâce à ce processus. Nous avons également rendu le dépistage plus précis en ajustant nos méthodes et nos critères et en effectuant des examens de suivi.

Pour identifier qui devrait mettre en œuvre les initiatives de réduction de la pauvreté, nous avons sélectionné plus de trois millions de fonctionnaires des services gouvernementaux au niveau du comté ou au-dessus, ainsi que des entreprises publiques et des institutions affiliées au gouvernement pour servir de fournisseurs de soutien stationnés dans les villages. À l'heure actuelle, il y a 206 000 premiers secrétaires des comités de village du PCC et 700 000 fonctionnaires stationnés dans le village, en plus de 1 974 000 fonctionnaires chargés de la lutte contre la pauvreté au niveau de la ville et des millions de responsables villageois. Nous avons ainsi considérablement renforcé nos forces sur les lignes de front de la réduction de la pauvreté et veillé à ce que nos efforts à cet égard surmontent les derniers obstacles majeurs.

Pour déterminer comment réduire la pauvreté, nous avons proposé cinq mesures clés pour sortir les gens de la pauvreté: certaines en augmentant la production; certains par la réinstallation; certains par compensation écologique; certains par l'éducation; et certains en leur accordant des allocations pour les aider à subvenir à leurs besoins essentiels. Nous avons également réduit la pauvreté en stimulant l'emploi, en améliorant les services médicaux et en aidant les gens à obtenir un retour sur les actifs, etc. Dans l'ensemble, nous avons conçu des initiatives adaptées aux besoins des différentes localités et des individus, en fournissant aux gens ce qu'ils manquent et en leur permettant de faire ce qu'ils sont capables de faire, réduisant ainsi la pauvreté en allant à la racine du problème.


Xi Jinping rencontre des gens de la ville de Yingxiu, comté de Wenchuan, préfecture autonome tibétaine-Qiang d'Aba le 12 février 2018. À l'approche de la fête du printemps, Xi s'est rendu au Sichuan, où il a rencontré des fonctionnaires et des citoyens et a offert ses vœux de nouvel an à des personnes de différents horizons. groupes ethniques à travers le pays.PHOTO DU JOURNALISTE XINHUA JU PENG

Pour identifier les normes et les procédures de sortie de la pauvreté, j'ai mentionné quatre points lors de la réunion de 2015:

fixer un calendrier,
accorder un délai de grâce,
évaluer les résultats de notre travail par rapport à des critères stricts
et identifier les sorties de la pauvreté par ménage.

Nous avons clairement défini les normes et procédures permettant aux comtés, villages et populations pauvres de sortir de la pauvreté, guidé les localités dans la formulation rationnelle de programmes glissants et de plans annuels de lutte contre la pauvreté, et organisé des évaluations strictes par des tiers des comtés pauvres qui sont prêts à sortir de la pauvreté , les politiques pertinentes restant stables.
Selon les commentaires de diverses sources, des résultats concrets ont été obtenus dans les régions qui ont déclaré leur sortie de la pauvreté. D'une manière générale, nous avons obtenu des résultats clairs dans notre lutte contre la pauvreté.

Premièrement, nous avons favorisé les sorties de la pauvreté de manière ordonnée. Le nombre de résidents ruraux vivant en dessous du seuil de pauvreté actuel est passé de 98,99 millions en 2012 à 16,6 millions en 2018, soit une réduction totale de 82,39 millions. En moyenne, plus de dix millions de personnes sont sorties de la pauvreté chaque année pendant six années consécutives, et le taux de pauvreté est passé de 10,2% à 1,7%. Nous avons changé la tendance antérieure à une baisse annuelle du nombre de personnes sorties de la pauvreté après l'adoption de nouvelles normes pour sortir de la pauvreté, et brisé le goulot d'étranglement qui existait lors des deux dernières séries de lutte contre la pauvreté dans lesquelles nous étions incapable de réduire davantage la population pauvre lorsqu'elle est tombée à environ 30 millions d'habitants. Parmi les 832 comtés pauvres du pays, 153 ont déclaré avoir abandonné la pauvreté, et 284 sont en cours d'évaluation. Le nombre de pays pauvres, qui augmentait en dépit de nos efforts de réduction de la pauvreté, diminue désormais. On estime qu'après avoir accompli cette année la tâche de sortir dix millions de personnes et 330 comtés de la pauvreté, il n'y aura que six millions de pauvres et plus de 60 comtés pauvres à travers le pays au début de 2020.

Deuxièmement, nous avons obtenu un succès global en ce qui concerne les «deux assurances». Nous avons veillé à ce que la quasi-totalité de nos pauvres citoyens aient une nourriture et des vêtements adéquats et que les habitants de la plupart des régions aient accès aux routes, à l'eau potable, à l'électricité, aux communications, à l'éducation, aux services médicaux et à un logement sûr.

Troisièmement, les travaux de construction visant à réduire la pauvreté grâce à la délocalisation sont presque terminés. Au cours de la période du 13e plan quinquennal (2016-2020), nous avons prévu de relocaliser une dizaine de millions de personnes enregistrées comme vivant dans la pauvreté depuis des zones inhospitalières. À la fin de l'année dernière, les travaux de construction liés à la réinstallation de 8,7 millions de personnes avaient été achevés et la plupart des personnes relocalisées ont été sorties de la pauvreté. Nous prévoyons que les tâches de construction restantes seront entièrement achevées cette année.

Quatrièmement, les fondations régissant le PCC dans les zones rurales ont été consolidées. Un grand nombre de fonctionnaires ont été trempés dans la lutte contre la pauvreté, les organisations locales de PCC dans les zones rurales ont vu leur cohésion et leur efficacité considérablement améliorées, la gouvernance rurale et la capacité de gestion au niveau local se sont nettement améliorées, et les relations entre le Parti et les masses et entre les fonctionnaires et les masses ont continué de s'améliorer.

Le succès et l'expérience que nous avons acquis dans la lutte contre la pauvreté ont contribué à la sagesse et aux solutions chinoises à la cause de la réduction de la pauvreté dans le monde, démontrant la force politique des dirigeants du PCC et du système socialiste chinois et suscitant les éloges de la communauté internationale. De nombreux pays et organisations internationales ont exprimé l'espoir de bénéficier de l'expérience chinoise en matière de réduction de la pauvreté. La Chine est le seul pays en développement à avoir simultanément entraîné un développement rapide et une réduction de la pauvreté à grande échelle et permis à la population pauvre de partager les fruits de la réforme et du développement. C'est une réalisation miraculeuse.

Tout en reconnaissant nos réalisations, nous devons également être clairement conscients des difficultés et des problèmes auxquels nous sommes confrontés alors que nous nous dirigeons vers une victoire globale dans la lutte contre la pauvreté. Ceux-ci se répartissent en trois catégories principales.

Le premier comprend les problèmes qui ont un impact direct sur nos efforts pour atteindre nos objectifs de lutte contre la pauvreté. Par exemple, certaines régions n'appliquent pas avec précision les normes de réduction de la pauvreté. Certains ont abaissé les normes et ont affirmé qu'ils étaient sortis de la pauvreté sans voir si les «deux assurances et les trois garanties» étaient pleinement en place.
Encore plus ont augmenté les normes en recherchant des services médicaux gratuits, une éducation gratuite ou une réinstallation avec un espace de vie excessif.
De telles actions ne sont pas durables car elles ne tiennent pas compte de nos conditions nationales. Un autre problème est que les zones très pauvres sont toujours confrontées à d’énormes tâches de lutte contre la pauvreté.
Il y a toujours 1,72 million de personnes enregistrées comme vivant dans la pauvreté dans les «trois régions» (Tibet, les quatre préfectures de Hotan, Aksu, Kashgar et Kizilsu dans le sud du Xinjiang, et les régions ethniques tibétaines du Sichuan, du Yunnan, du Gansu et du Qinghai) et des «trois préfectures» (préfecture autonome de Liangshan Yi au Sichuan, préfecture autonome de Nujiang Lisu au Yunnan et préfecture autonome de Linxia Hui au Gansu).
Avec un taux de pauvreté de 8,2%, ces zones représentent 12,5% de la population pauvre du pays. Il existe encore 98 comtés à travers le pays où le taux de pauvreté est supérieur à 10%. Dans ces comtés, 3,596 millions de personnes sont enregistrées comme vivant dans la pauvreté, ce qui représente 26% de la population pauvre du pays, et le taux de pauvreté est de 13,3 points de pourcentage supérieur au taux national. Ces domaines représentent le défi le plus tenace dans notre lutte contre la pauvreté. En outre, nous n'avons pas encore obtenu les «trois garanties», car des liens faibles existent toujours pour garantir l'accès à l'enseignement obligatoire, services médicaux de base, logement sûr et eau potable. À l'heure actuelle, les problèmes couverts par les «trois garanties» doivent encore être résolus pour 14% de la population pauvre du pays.
Enfin, nous avons vu les efforts ralentir après la sortie de la pauvreté, certains pays abandonnant les projets de réduction de la pauvreté, se dérobant à leurs responsabilités ou choisissant de faire une pause, tandis que d'autres ont gaspillé de l'énergie et des ressources pour les célébrations au lieu de s'appuyer sur leurs réalisations.

Le second comprend d'autres améliorations qui doivent être apportées à notre travail. Par exemple, de nombreux problèmes sont apparus dans la lutte contre la pauvreté, tels que l'incapacité à assumer des responsabilités, à mettre en œuvre des politiques et à mener des initiatives, à passer par des formalités pour des raisons formelles et des pratiques bureaucratiques, à tromper et à manipuler des chiffres, et à détourner des fonds de lutte contre la pauvreté.

Le troisième comprend des problèmes qui doivent être résolus progressivement à long terme. Par exemple, les fondements du développement industriel sont faibles, les mesures d'assistance de suivi pour les pauvres qui ont été relocalisés sont insuffisantes et les mécanismes à long terme permettant aux gens de sortir progressivement de la pauvreté restent à établir.
Au sein de la population pauvre, il y a un manque de dynamisme endogène ainsi que des coutumes et des habitudes dépassées qui sont difficiles à rompre.
Nous devons résoudre correctement ces problèmes en fixant des priorités claires.
Pour les problèmes qui doivent et peuvent être résolus, nous devons travailler rapidement pour trouver des solutions afin qu'ils ne nous empêchent pas d'atteindre nos objectifs de lutte contre la pauvreté.
Pour certains problèmes prolongés qui ne peuvent pas être résolus du jour au lendemain, nous devrions prendre des dispositions globales et jeter les bases pour qu’elles soient résolues étape par étape.


[à suivre]


Edité le 03-03-2020 à 19:46:45 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14269 messages postés
   Posté le 03-03-2020 à 19:41:34   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

[suite]
II. Nous devons nous concentrer sur la résolution des problèmes en suspens concernant «les deux assurances et les trois garanties».

Les exigences de base et les critères fondamentaux de la lutte contre la pauvreté garantissent à la population rurale pauvre qu’ils ont suffisamment à manger et à se mettre et leur garantissent l’accès à l’éducation obligatoire, aux services médicaux de base et à un logement sûr d’ici 2020. Ces objectifs ont une incidence directe sur la qualité de notre lutte contre la pauvreté. Dans l'ensemble, les «deux assurances» ont été essentiellement réglées, mais il existe encore de nombreux points faibles dans les «trois garanties».

En ce qui concerne la garantie de l'accès à l'enseignement obligatoire, plus de 600 000 enfants ont abandonné leurs études au niveau obligatoire. Les internats des villes et des cantons sont insuffisamment développés et certains enfants laissés dans les zones rurales ont du mal à recevoir une éducation.

En ce qui concerne la garantie de l'accès aux services médicaux de base, certaines personnes pauvres ne sont pas couvertes par une assurance médicale de base et certaines ne reçoivent pas de traitement rapide pour les maladies courantes et les maladies chroniques.
Les installations médicales dans les comtés, les cantons et les villages pauvres sont insuffisantes et certains villages pauvres ne disposent ni de cliniques ni de médecins qualifiés.

En ce qui concerne la garantie de l'accès à un logement sûr, dans tout le pays, il y a environ 1,6 million de ménages dans quatre groupes clés (à savoir les ménages éligibles aux allocations de subsistance, les personnes vivant dans l'extrême pauvreté avec une assistance de base dans les zones rurales, les familles de personnes handicapées touchées par la pauvreté et les ménages enregistrés comme vivant dans la pauvreté qui ont besoin de rénover leur logement délabré, dont 800 000 ménages sont enregistrés comme vivant dans la pauvreté.
Certaines zones rurales n'ont pas effectué d'évaluation de ces logements ou n'ont pas réussi à garantir l'exactitude de ces évaluations. En ce qui concerne la garantie de l'accès à l'eau potable, le problème reste à résoudre pour environ 1,04 million de pauvres, tandis que la sécurité de l'eau doit encore être consolidée et améliorée pour 60 millions de ruraux. S'ils ne sont pas résolus effectivement d'ici 2020, ces problèmes nuiront grandement à notre succès dans la lutte contre la pauvreté.


Les autorités et les services à tous les niveaux doivent prendre au sérieux les problèmes ci-dessus, se mettre sur la même longueur d'onde et mener efficacement les initiatives pertinentes.
Pour résoudre les problèmes en suspens concernant les «trois garanties», nous devons adhérer aux systèmes et mécanismes en vertu desquels le gouvernement central formule des plans globaux, les gouvernements provinciaux assument la responsabilité globale et les gouvernements des villes et des comtés se chargent de la mise en œuvre.
Le groupe directeur central sur la lutte contre la pauvreté devrait renforcer la coordination, la supervision et l'orientation générales, et prendre les dispositions pertinentes en temps opportun.
Le Ministère de l'éducation, le Ministère du logement et du développement urbain et rural, le Ministère des ressources en eau, la Commission nationale de la santé, et l’Administration Nationale de Sécurité de la Santé ne font pas seulement partie du groupe leader sur la lutte contre la pauvreté, mais sont également responsables de la gestion du travail lié aux «trois garanties». Les principaux dirigeants de ces services doivent personnellement prendre l'initiative, tandis que les fonctionnaires chargés de tâches spécifiques doivent faire des efforts concrets. Ces services doivent définir des normes claires pour leur travail et établir des politiques de soutien conformes à leurs fonctions respectives, et guider les autorités locales dans l'analyse et la résolution des problèmes. Les gouvernements provinciaux compétents devraient organiser des unités locales pour effectuer des contrôles, connaître la situation sur le terrain, organiser les ressources de manière coordonnée, formuler et mettre en œuvre des plans et élaborer des mesures ciblées.


Xi Jinping s'entretient avec des enseignants et des élèves de l'école primaire du canton de Zhongyi dans le comté autonome de Shizhu Tujia le 15 avril 2019 pour se renseigner sur la situation concernant la garantie de l'accès à l'enseignement obligatoire lors de sa visite à Chongqing du 15 au 17 avril.
PHOTO PAR XINHUA REPORTER XIE HUANCHI


J'ai souligné à maintes reprises que nous devons respecter les normes actuelles de lutte contre la pauvreté et nous abstenir de les augmenter ou de les réduire.
Garantir l’accès à l’enseignement obligatoire implique principalement de veiller à ce que les enfants d’âge scolaire des familles pauvres achèvent leurs études. Garantir l'accès aux services médicaux de base implique principalement de garantir que toutes les personnes pauvres sont couvertes par le système d'assurance médicale, qu'il existe des établissements où ils peuvent accéder à des traitements abordables pour les maladies courantes et les maladies chroniques, et qu'ils peuvent maintenir un niveau de vie de base dans le au cas où ils tomberaient gravement malades.
Garantir l'accès à un logement sûr implique principalement de veiller à ce que les pauvres ne vivent pas dans un logement délabré.
Garantir l'accès à une eau potable salubre implique principalement de garantir que les citoyens ruraux se sentent à l'aise avec l'eau qu'ils boivent et que nous déployons des efforts coordonnés pour analyser et résoudre les problèmes de sécurité à cet égard.

Ce sont les normes de base unifiées du pays, mais les conditions varient d'une région à l'autre.
Par exemple, en ce qui concerne la sécurité des logements, la région sud devrait se concentrer sur la ventilation, tandis que la région nord devrait se concentrer sur le chauffage et l'isolation. En ce qui concerne la salubrité de l'eau potable, la région du nord-ouest devrait se concentrer sur la recherche de sources d'eau adéquates, tandis que la région du sud-ouest devrait se concentrer sur le stockage et la livraison de l'eau ainsi que sur l'amélioration de la qualité de l'eau aux normes requises. Donc, différentes localités devraient agir en fonction des conditions réelles plutôt que d'essayer d'utiliser des solutions «universelles». Des enquêtes approfondies ont été effectuées par diverses localités sur la manière de résoudre les problèmes en suspens concernant les «trois garanties», certaines augmentant volontairement ou involontairement les normes.
Ces pratiques devraient être rectifiées si elles dépassent nettement les normes. Toutefois, si les normes ne sont dépassées que par une petite marge, la stabilité et la continuité des politiques doivent être maintenues afin d’éviter trop de hachage et de changement.

Pour résoudre les problèmes en suspens concernant les «deux assurances et les trois garanties», il est essentiel d'acquérir un sens clair des conditions de base. Certaines localités ne l'ont toujours pas fait, ce qui est inacceptable. Les services compétents doivent guider toutes les localités pour obtenir une idée claire des conditions de base afin de s'assurer qu'elles travaillent vers des objectifs précis. Les départements concernés devraient également améliorer la vérification et la connexion des données afin d'éviter les incohérences entre les différents départements. Les départements de supervision des industries concernées devraient prendre l'initiative dans la formulation des plans de travail, tandis que les gouvernements provinciaux devraient formuler des plans de mise en œuvre, fixer des calendriers et des feuilles de route, et proposer des mesures et des méthodes efficaces pour garantir que les tâches sont accomplies dans les délais.
Nos politiques et nos fonds pour résoudre les problèmes en suspens concernant les «trois garanties» sont suffisants; la clé est de s'assurer qu'ils sont appliqués efficacement. Nous devons intensifier nos efforts, nous concentrer sur les problèmes en suspens et rectifier les carences par village, par ménage et par cas. Nous devons également faire connaître nos politiques et nos normes pour nous assurer que nous sommes tous sur la même longueur d'onde et guider tous les secteurs de la société dans la compréhension précise de ces politiques afin d'empêcher l'émergence d'interprétations différentes.

[à suivre]

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14269 messages postés
   Posté le 03-03-2020 à 19:42:48   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

[suite et fin]

III. Nous devons déployer des efforts soutenus cette année et l'année prochaine dans la lutte contre la pauvreté.


Tout compte fait, la Chine a déjà essentiellement atteint l'objectif de bâtir une société modérément prospère à tous égards. Cependant, il subsiste quelques lacunes, dont la plus importante réside dans notre lutte contre la pauvreté. La lutte contre la pauvreté est désormais entrée dans une étape cruciale pour nous assurer une victoire décisive. Notre approche à ce stade devrait différer de la planification globale de la phase initiale et de l'avancement global de la phase intermédiaire, car la tâche la plus urgente consiste désormais à empêcher nos efforts de ralentir ou de glisser. Toutes les localités et tous les départements doivent continuer sans relâche, sans relâche jusqu'à ce qu'une victoire complète soit obtenue.


Premièrement, nous devons renforcer la responsabilisation. Comme le dit un proverbe chinois, «les gens capables accordent plus d'importance à la conscience qu'à la débrouillardise.» Gagner la lutte contre la pauvreté est une tâche qui doit être accomplie si nous voulons construire une société modérément prospère à tous égards. Les principaux dirigeants des comités provinciaux du Parti et des gouvernements doivent accroître la prise de conscience de la nécessité de maintenir l'intégrité politique, penser en termes généraux, suivre le noyau central du leadership du PCC et rester alignés; renforcer leur confiance dans la voie, la théorie, le système et la culture du socialisme aux caractéristiques chinoises; défendre résolument la position centrale du Secrétaire général au sein du Comité central du PCC et dans le Parti dans son ensemble, et défendre résolument l'autorité du Comité central du PCC et sa direction centralisée et unifiée; et accroître leur responsabilité politique à mesure qu’ils agissent dans la lutte contre la pauvreté. Les fonctionnaires provinciaux chargés de la lutte contre la pauvreté doivent, en raison de leur position particulière, s'assurer qu'ils connaissent bien les circonstances pertinentes et acquérir une expertise afin de pouvoir conseiller et aider efficacement dans la mise en œuvre des initiatives. Chaque province devrait sélectionner et nommer des fonctionnaires compétents pour prendre en charge les efforts de réduction de la pauvreté.


Xi Jinping s'entretient avec des responsables locaux et des représentants du public au domicile de Zhang Guoli, un habitant du village de Maanshan à Chifeng, le 15 juillet 2019, lors d'une visite qu'il a effectuée en Mongolie intérieure du 15 au 16 juillet, où il a fourni des conseils. pour la campagne d'éducation «rester fidèle à nos aspirations originales et à notre mission fondatrice».
PHOTO PAR XINHUA REPORTER XIE HUANCHI



Deuxièmement, nous devons surmonter les défis les plus difficiles de la réduction de la pauvreté. Nos efforts pour résoudre les problèmes dans les zones d'extrême pauvreté, de mauvaises conditions de base, de causes complexes de pauvreté et de chevauchement des problèmes ethniques, religieux et de stabilité sont essentiels pour déterminer si nous pouvons gagner la bataille contre la pauvreté. En juin 2017, dans le Shanxi, j'ai présidé un symposium sur la réduction de la pauvreté dans les zones très pauvres, appelant à des efforts concentrés pour sortir les zones très pauvres comme les «trois régions et trois préfectures» de la pauvreté. Après la réunion, le Comité central du PCC a formulé des lignes directrices pour soutenir la réduction de la pauvreté dans ces domaines. Bien que divers secteurs aient intensifié leurs efforts à cet égard, nous devons nous assurer que les efforts ne ralentissent pas.


Troisièmement, nous devons travailler sérieusement pour rectifier les problèmes. La plus récente série d'inspections spéciales et d'évaluations d'impact de la réduction de la pauvreté a révélé de nombreux problèmes en suspens et endémiques, qui existent principalement dans les domaines suivants.
Le premier est le fait de ne pas considérer la réduction de la pauvreté comme une tâche politique majeure. Il en résulte une prise de responsabilité inadéquate, une pensée discordante et une mise en œuvre terne.
Le second est la déviation du principe de la réduction ciblée de la pauvreté. Certains ont réduit la réduction de la pauvreté à une simple distribution d'argent et de fournitures, de dividendes provenant d'entreprises communautaires ou d'indemnités de subsistance au lieu de concentrer leur énergie sur un travail précis.
Le troisième est le formalisme excessif et les pratiques bureaucratiques. Par exemple, certains ont dépensé de l'argent pour blanchir les murs, ce qui n'apporte aucun bénéfice au public et ne constitue qu'un gaspillage inutile de l'argent du pays. En outre, les responsables locaux ont été amenés au point d'épuisement par le grand nombre de réunions auxquelles ils doivent assister, les inspections à mener et les formulaires à remplir.
Les autorités de toutes les régions et de tous les départements devraient dresser un inventaire complet des problèmes et veiller à ce que les problèmes de chaque catégorie soient correctement corrigés, afin que nous puissions jeter des bases solides pour les travaux de l'année prochaine.


Quatrièmement, nous devons améliorer la qualité de la réduction de la pauvreté. La réduction de la pauvreté doit tenir compte à la fois de la quantité et de la qualité, mais mettre davantage l'accent sur cette dernière.
Nous ne pouvons pas admettre un scénario dans lequel toutes les localités affirment avoir achevé leurs tâches de lutte contre la pauvreté dans les délais, puis retombent dans la pauvreté en masse un an ou deux plus tard.
En adoptant une approche à plusieurs niveaux, nous devons améliorer la qualité de la lutte contre la pauvreté et consolider les résultats de nos efforts à cet égard. Nous devons contrôler strictement les sorties de la pauvreté en appliquant rigoureusement les normes et procédures pertinentes pour garantir que les initiatives de lutte contre la pauvreté sont véritablement efficaces et atteignent ceux qui ont vraiment besoin d'aide. Nous devons donner la priorité à la prévention de la rechute dans la pauvreté, effectuer des contrôles de suivi en temps opportun sur les personnes sorties de la pauvreté, et offrir une assistance rapide à ceux qui retombent dans la pauvreté ainsi qu'aux nouveaux cas de pauvreté. Nous devons envisager de créer des mécanismes à long terme pour que les gens puissent sortir de la pauvreté de manière régulière, notamment en renforçant la réduction de la pauvreté en développant des industries dans les zones pauvres et en canalisant les dépenses de consommation vers ces zones, en améliorant la formation pertinente et en promouvant des opportunités d'emploi non agricole pour la main-d'œuvre rurale excédentaire afin que les pauvres trouvent un emploi stable. Nous devons fournir un soutien de suivi adéquat aux personnes qui ont été relocalisées et veiller à ce que nos efforts de réduction de la pauvreté aident les gens à renforcer la confiance et la capacité de se sortir de la pauvreté afin que la campagne soit dotée d'une dynamique interne durable.


Cinquièmement, nous devons maintenir nos politiques de réduction de la pauvreté stables. Comme le dit un vieil adage chinois, "la partie la plus difficile d'une victoire n'est pas de la gagner, mais plutôt de la maintenir" . Au premier semestre de cette année, plus de 430 régions pauvres feront leurs adieux à la pauvreté. Au cours du processus d'évaluation, il a été constaté que certains comtés qui avaient renoncé à la désignation de pauvres ont ralenti leurs efforts depuis l'année dernière. Certains ont levé le pied et abandonné les projets de réduction de la pauvreté, et certains ont déplacé leur attention ailleurs. Les secrétaires et les administrateurs des comités du parti dans certains comtés ont montré leur empressement à être mutés à d'autres postes, et certaines personnes sorties de la pauvreté ont vu leurs revenus stagner, voire diminuer. Après avoir dépassé le stade de pauvreté, les comtés doivent continuer à achever la tâche de sortir leurs pauvres restants dans la pauvreté et empêcher ceux qui ont déjà été sortis de la pauvreté d’y retomber. Dans ces comtés, la direction du Parti et du gouvernement doit rester stable, les responsables étant conscients qu’ils portent encore responsabilité, les principales politiques de réduction de la pauvreté doivent rester en vigueur afin qu'elles soient suivies d'effet, les équipes de lutte contre la pauvreté doivent rester en place afin de continuer à fournir une assistance, et la surveillance doit être priorisée pour éviter que les gens ne retombent dans la pauvreté. Les départements concernés doivent travailler rapidement pour proposer des moyens spécifiques de satisfaire ces exigences.
Les départements concernés doivent travailler rapidement pour proposer des moyens spécifiques de satisfaire ces exigences.


Sixièmement, nous devons améliorer notre conduite. Nous devons intégrer l'exigence d'une gouvernance globale du Parti avec une discipline stricte tout au long du processus de notre lutte pour éradiquer la pauvreté, et améliorer notre conduite afin de garantir que des efforts concrets sont faits pour réduire la pauvreté, que les canaux pour sortir de la pauvreté sont sains et que la réduction de la pauvreté donne de véritables résultats. Nous devons mettre en œuvre et améliorer les systèmes et mécanismes de promotion de la réduction de la pauvreté grâce à l'édification de partis, former efficacement les responsables de la lutte contre la pauvreté et renforcer les capacités des fonctionnaires à tous les niveaux tout en leur inculquant un plus grand sens de la mission et des responsabilités. Nous devons exercer le rôle crucial des organisations locales du Parti pour sortir le grand public de la pauvreté et de la prospérité,
La grande majorité des fonctionnaires travaillant sur les lignes de front de la réduction de la pauvreté ont gardé leur mission bien en tête et ont travaillé dur pour le bien-être des pauvres. Certains sont depuis longtemps surchargés de travail, certains n'ont pas eu le temps de s'occuper de leurs familles et de leurs enfants, certains se sont épuisés au point de ne plus pouvoir continuer pour des raisons de santé, et certains ont même sacrifié leur vie. Nous devons faire très attention à la vie, à la santé et à la sécurité de ceux qui sont en première ligne de la lutte contre la pauvreté et fournir immédiatement des subventions et un soutien à long terme aux familles des responsables décédés. Nous devons voir que les fonctionnaires qui ont bien performé et obtenu l'approbation des masses au niveau local sont effectivement formés et bien utilisés. Nous devons également améliorer la publicité et féliciter les hauts fonctionnaires afin que les masses connaissent les exemples d'héroïsme dans la lutte contre la pauvreté. Enfin, en ce qui concerne les responsables de la lutte contre la pauvreté qui hésitent face à des difficultés, s'embarrassent dans leur travail ou se tournent vers la tromperie, nous devons améliorer l'éducation et la supervision, remplacer ceux qui devraient être remplacés et demander des comptes à ceux qui devraient être tenus responsables.

Gagner la lutte contre la pauvreté est une mission historique à la fois glorieuse et extrêmement difficile. Si nous voulons réussir pleinement cette mission, nous devons continuer à déployer des efforts ardus. Nous devons poursuivre avec courage et détermination, en apportant de nouvelles contributions plus importantes afin de réaliser nos objectifs de gagner la lutte contre la pauvreté et de construire une société modérément prospère dans les délais.

(Initialement paru dans Qiushi Journal, édition chinoise, n ° 16, 2019)

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14269 messages postés
   Posté le 03-04-2020 à 20:57:58   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Lutte contre la pauvreté : le programme de relocalisation dans le Guangxi


le Quotidien du Peuple en ligne | 03.04.2020 16h08


Lutte contre la pauvreté : le programme de relocalisation dans le Guangxi
La photo combinée montre la villageoise Zhang Meixiang et ses enfants assis à la porte de leur ancienne résidence le 9 février 2017 (photo en haut), et la même (2e à droite) et ses enfants assis à la porte de leur nouvelle maison dans le site de réinstallation de lutte contre la pauvreté le 26 juillet 2017
.

À lire aussi :
La Chine alloue près de 25 milliards de yuans d'aide médicale
La Chine s'efforce d'atténuer l'impact du COVID-19 sur la réduction de la pauvreté
Comment les industries de lutte contre la pauvreté aident les habitants à augmenter leurs revenus
La Chine sort près de 7 millions de personnes handicapées de la pauvreté fin 2019

La région autonome Zhuang du Guangxi (sud de la Chine), une région clé des efforts de lutte contre la pauvreté en Chine, s'est attachée à identifier et créer des fichiers pour environ 710 000 personnes relocalisées de zones inhospitalières au cours du 13e plan quinquennal (2016-2020) en tant que bataille clé contre la pauvreté. Le programme de réinstallation a été achevé à la fin de l'année dernière.
Le déplacement d'un grand nombre de personnes hors des régions montagneuses écologiquement vulnérables contribue à atteindre le double objectif de gagner la campagne de lutte contre la pauvreté et de restaurer l'environnement écologique.
Alors que sortir les gens de la pauvreté était la première étape, des efforts sont aujourd'hui également déployés pour garantir que les résidents réinstallés puissent s'installer, avoir un emploi et mener une meilleure vie.













--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14269 messages postés
   Posté le 07-04-2020 à 19:40:51   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

1949-2019 : comment les communistes
ont sorti la Chine du sous-développement


Sur Librairie-Tropiques


Par Bruno Guigue

Les médias occidentaux ont beau tenter d’occulter cette évidence, elle saute aux yeux : la Chine a accompli en 70 ans ce qu’aucun pays n’a réussi à faire en deux siècles. En fêtant l’anniversaire de la République populaire, proclamée par Mao Zedong le 1er octobre 1949, les Chinois savent quelle est la situation de leur pays. Mais ils savent aussi dans quel état il se trouvait en 1949. Dévasté par des décennies de guerre civile et d’invasion étrangère, c’était un champ de ruines.

« La Chine d’avant 1949, rappelle Alain Peyrefitte, c’est un pays du Moyen-Âge, (..) un pullulement de mendiants à moignons, d’enfants couverts de plaies, de cochons noirs et de chiens efflanqués ; des loques, parmi lesquels se glissent quelques brocarts. Quand les éléments se fâchaient, la famine balayait tout. Les paysans étaient ruinés d’avance ; en cas de sécheresses ou d’inondations, ils ne disposaient pas de la moindre réserve » (Quand la Chine s’éveillera, le monde tremblera, 1973, T. 2, p. 85).




D’une pauvreté inouïe, le pays ne représente plus qu’une part infime du PIB mondial, alors qu’il en représentait 30% en 1820, avant que le déclin de la dynastie Qing et l’intrusion des puissances occidentales prédatrices, bientôt rejointes par le Japon, n’aient ruiné cette prospérité. Ravagés par la guerre, les digues et les canaux sont délabrés. Faute d’entretien, le réseau ferroviaire est dans un état lamentable. Nourrissant à peine le monde rural, l’agriculture est tragiquement sous-équipée.

Composée à 90% de paysans faméliques, la population a le niveau de vie le plus faible de la planète : il est inférieur à celui de l’Inde ex-britannique et de l’Afrique sub-saharienne. Sur cette terre où l’existence ne tient qu’à un fil, l’espérance de vie est comprise entre 36 et 40 ans. Abandonnée à son ignorance malgré la richesse d’une civilisation plurimillénaire, la population chinoise compte 80% d’analphabètes.

Aujourd’hui, l’économie chinoise représente 18% du PIB mondial en parité de pouvoir d’achat, et elle a dépassé l’économie américaine en 2014. La Chine est la première puissance exportatrice mondiale. Sa puissance industrielle représente le double de celle des Etats-Unis et quatre fois celle du Japon. Pourtant l’endettement global du pays (dette publique et privée) est inférieur à celui des Etats-Unis (250% contre 360%) et sa dette extérieure est faible.

Première puissance créditrice, la Chine détient les réserves de change les plus importantes du monde (3 000 milliards de dollars). Premier partenaire commercial de 130 pays, elle a contribué à 30% de la croissance mondiale au cours des dix dernières années. La Chine est le premier producteur mondial d’acier, de ciment, d’aluminium, de riz, de blé et de pommes de terre. Avec 400 millions de personnes, les classes moyennes chinoises sont les plus importantes du monde, et 140 millions de Chinois sont partis en vacances à l’étranger en 2018.

Ce développement économique a amélioré les conditions d’existence matérielle des Chinois de façon spectaculaire. L’espérance de vie est passée de 40 à 64 ans sous Mao (de 1950 à 1975) et elle approche aujourd’hui 77 ans (contre 82 ans en France, 80 ans à Cuba, 79 ans aux USA et 68 ans en Inde). Le taux de mortalité infantile est de 7‰ contre 30‰ en Inde et 6‰ aux Etats-Unis. L’analphabétisme est quasiment éradiqué. Le taux de scolarisation est de 98,9% dans le primaire et de 94,1% dans le secondaire.

Encore plus significatif, le taux de pauvreté, selon la Banque mondiale, est passé de 95% en 1980 à 17% en 2010 et 3,1% en 2017. Xi Jinping a promis son éradication pour 2020. Selon Branko Milanovic, ex-économiste en chef à la Banque mondiale, l’apparition d’une énorme classe moyenne en Chine est la principale cause de la réduction des inégalités mondiales entre 1988 et 2008. En vingt ans, 700 millions de personnes ont été extraites de la pauvreté. Le salaire moyen a doublé, notamment sous l’effet de la mobilisation ouvrière, et les entreprises étrangères ont commencé à délocaliser leur activité à la recherche d’une main d’œuvre moins coûteuse.

L’une des questions fondamentales du développement est celle de l’accès aux technologies modernes. La Chine de Mao a d’abord bénéficié de l’aide de l’URSS, mais elle a été interrompue en 1960 lors du schisme sino-soviétique. C’est pour régler ce problème crucial que Deng Xiaoping a organisé en 1979 l’ouverture progressive de l’économie chinoise aux capitaux extérieurs : en échange des profits réalisés en Chine, les entreprises étrangères y procéderaient à des transferts de technologie en faveur des entreprises chinoises.

En 40 ans, les Chinois ont assimilé les technologies les plus sophistiquées, et l’élève a dépassé le maître ! Aujourd’hui, la part de la Chine dans les industries de haute technologie atteint 28% du total mondial et elle devrait surclasser les Etats-Unis en 2021. Il est vrai que la Chine dispose de ressources humaines considérables. Elle envoie 550 000 étudiants à l’étranger et elle en reçoit 400 000. Dotée de 80 technopoles, elle est numéro un mondial pour le nombre de diplômés en sciences, technologie et ingénierie, et elle en forme quatre fois plus que les Etats-Unis.

Cette percée technologique du géant chinois va désormais de pair avec la transition écologique. Signataire de l’Accord de Paris sur le climat, la Chine est le premier investisseur mondial dans les énergies renouvelables. Elle possède 60% des panneaux solaires et 50% des éoliennes de la planète. 99% des bus électriques en service dans le monde sont fabriqués en Chine. Elle possède 50% des véhicules électriques et elle en fabrique trois fois plus que les Etats-Unis.

La Chine a aussi le réseau ferré à grande vitesse le plus grand du monde (30 000 km) et elle a pour objectif de passer à 40 000 km. L’entreprise publique chinoise CRRC est numéro un mondial de la construction de TGV : elle fabrique 200 trains par an et travaille pour 80 pays. Enfin, la Chine a engagé la plus grande opération de reboisement de la planète (35 millions d’hectares). Prenant au sérieux la désastreuse pollution de l’atmosphère dans la région de Pékin, elle a réussi à y réduire de 50% les émissions de particules toxiques en cinq ans.

Ce développement spectaculaire de la République populaire de Chine est le résultat de 70 ans d’efforts titanesques. Pour y parvenir, les Chinois ont inventé un système socio-politique original, mais que les catégories en usage en Occident peinent à décrire. Loin d’être une « dictature totalitaire », en effet, c’est un système néo-impérial dont la légitimité repose exclusivement sur l’amélioration des conditions d’existence du peuple chinois.

Organe dirigeant du pays depuis 1949, le Parti communiste chinois sait que la moindre déviation hors de la ligne du mieux-être collectif serait incomprise et provoquerait sa chute. Habitués à penser que la démocratie repose sur le rituel électoral, les Occidentaux ne comprennent pas ce système. D’ailleurs, ils ne voient même pas que leur « démocratie » s’accommode d’une désignation du président par les banques, alors qu’en Chine les banques obéissent au président.

Pour conduire le développement du pays, les communistes chinois ont bâti une économie mixte pilotée par un Etat fort. Son objectif prioritaire est la croissance, appuyée depuis les réformes de 1979 sur la modernisation des entreprises publiques dominant les secteurs-clé, la constitution d’un puissant secteur privé, le recours aux capitaux étrangers et les transferts de technologie en provenance des pays plus avancés. Contrairement à ce qu’on dit parfois, c’est Mao Zedong lui-même qui a initié ce processus en 1972, lorsqu’il a rétabli les relations avec les Etats-Unis.

Pour développer le pays, il fallait dîner avec le diable ! Manifestement, les communistes chinois ont appris à le faire. Mais ce rapprochement avec l’Occident capitaliste, ce « compromis acrobatique » visé à juste titre par certains marxistes, était un moyen et non une fin. Tout en justifiant l’ouverture économique, Jiang Zemin a rappelé en 1997 que la Chine ne perdait pas de vue l’édification du socialisme. C’est pourquoi l’État doit conduire le développement, la propriété publique rester dominante et le secteur financier demeurer sous contrôle.

Il y a deux siècles, la Chine était encore l’atelier du monde. Aggravant ses contradictions internes, l’impérialisme occidental a ruiné l’empire mandchou vieillissant. Les guerres du XXème siècle, à leur tour, ont plongé le pays dans le chaos. Aux yeux des Chinois, la République populaire de Chine a pour vertu d’avoir mis fin à ce long siècle de misère et d’humiliation qui commence en 1840 avec les « guerres de l’opium ». Libérée et unifiée par Mao, la Chine s’est engagée sur la voie étroite du développement. D’une pauvreté aujourd’hui inimaginable, isolée et sans ressources, elle a exploré des chemins inconnus et tenté, avec le maoïsme, de transformer radicalement la société.

Plus précisément, le maoïsme se caractérise par la tentative, pour reprendre la terminologie marxiste, d’accélérer le développement des forces productives en misant sur la transformation révolutionnaire des rapports sociaux. Autrement dit, de généraliser la lutte des classes à l’intérieur du pays pour consolider le socialisme. Ce volontarisme a eu des effets positifs en contribuant à généraliser l’éducation, mais il a complètement échoué à stimuler l’économie. Contrastant avec l’accroissement démographique causé par les progrès sanitaires, l’effondrement de la production agricole a provoqué la catastrophe du « Grand Bond en avant », qui fut responsable – avec les conditions climatiques et l’embargo occidental – de la dernière famine qu’ait connue la Chine (1959-1961).

Avec la Révolution culturelle, dont le point culminant fut atteint en 1966-68, Mao et les Gardes Rouges décidèrent à nouveau de mobiliser les masses, mais contre le parti lui-même afin de l’empêcher de « restaurer le capitalisme » et de sombrer dans un « révisionnisme » de type soviétique. Cette révolution dans la révolution a rapidement rencontré ses limites. En cultivant l’effervescence idéologique d’une jeunesse fanatisée, elle a causé des violences inutiles et des destructions qui contrariaient l’effort de développement. Tournant à vide, cette agitation a généré un chaos qui appelait nécessairement sa négation, et l’Armée populaire de libération se chargea en effet d’y mettre un terme.



Dans une résolution adoptée en 1982(*), le Parti communiste chinois a porté un jugement sévère sur cette expérience historique, qualifiée de « dérapage gauchiste », et il a progressivement engagé des réformes. Marxiste à sa façon, le « socialisme aux caractéristiques chinoises » défini en 1997 repose alors sur l’idée que le développement des forces productives est la condition indispensable de la transformation des rapports sociaux, et non l’inverse.

Comme l’écrit Jean-Claude Delaunay, « la révolution fut conçue par les fondateurs du marxisme comme un fruit devant être cueilli quand il serait mûr, et qui le serait en toute vraisemblance car le verger était fourni ». Mais pour les communistes chinois, la révolution serait plutôt « le fruit d’un verger qu’il faudrait d’abord cultiver, puis faire grandir et tailler en conséquences». (Les trajectoires chinoises de modernisation et de développement, 2018, p. 283). En clair, le socialisme n’est pas le paupérisme ! Et pour engager la transformation des rapports sociaux, encore faut-il assurer un certain niveau de développement des forces productives.

Après avoir libéré et unifié le pays, aboli le patriarcat, réalisé la réforme agraire, amorcé l’industrialisation, doté la Chine du parapluie nucléaire, vaincu l’analphabétisme, donné aux Chinois 24 ans d’espérance de vie supplémentaire, mais aussi commis des erreurs tragiques dont le peuple chinois a tiré le bilan, le maoïsme a passé la main après 25 ans de règne (1950-1975). Ses successeurs ont alors tenu compte des inflexions de la vie internationale et tiré parti de la mondialisation, mais sans jamais lâcher le gouvernail. Forts des enseignements du passé, les Chinois ont multiplié leur PIB, industrialisé le pays, vaincu la pauvreté, élevé le niveau scientifique et technologique du pays de façon inédite.

L’expérience historique de la République populaire de Chine est unique : c’est la réussite d’une stratégie de sortie du sous-développement à une échelle sans précédent, et sous la direction exclusive d’un parti communiste. Certes les problèmes demeurent immenses (vieillissement de la population), les paradoxes stupéfiants (un socialisme avec des capitalistes), les fragilités non négligeables (fléchissement de la croissance). Mais la Chine de 2019 a l’intention de poursuivre le mouvement. Elle entend bâtir une « société de moyenne aisance », développer son marché intérieur, promouvoir la transition écologique. Il faudra se faire une raison : décidée à refermer la parenthèse de la domination occidentale, la Chine aspire à retrouver la place qui lui revient.

Bruno Guigue

____________________________


(*)Note Xuan : la résolution devrait dater en fait du 6 juillet 1981.

Il s'agit de la Résolution sur quelques questions de l'histoire de notre parti depuis la fondation de la République populaire - Regard rétrospectif sur l'histoire des vingt-huit années qui suivirent la fondation de la République populaire.
On lit au § 22. La responsabilité principale de cette grave erreur gauchiste que fut la «révolution culturelle» — une erreur aux dimensions nationales et de longue durée — doit être assumée par le camarade Mao Zedong. Toutefois, cette erreur a été commise par un grand révolutionnaire prolétarien.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Chine : capitalisme ou socialisme ?  la lutte contre la pauvreté, "droit de l'homme"Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum