Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités françaises 

 Leaders altermondialistes

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Membre désinscrit
   Posté le 19-08-2007 à 18:08:55   

Après le bide monumental de la candidature "alter" à la présidentielle, que sont devenus les n°1 et 2 du mouvement?


Pour Bové, après la défaite, le regain
L’ex-candidat à la présidentielle se montre à nouveau et assure qu’il ne lâche pas la politique.
Liberation - mardi 14 août 2007

On le croyait disparu, et revoilà José Bové. Chez les militants antilibéraux qui ont «osé Bové», beaucoup le disaient sonné, terré dans sa ferme du Larzac, tétanisé par l’imminence d’une nouvelle incarcération pour fauchage d’OGM. Et surtout, en rupture de politique après son score de 1,32 % à la présidentielle, «une vraie tôle pour un type dont les moustaches sont aussi connues que la gueule du Che», résume un jeune ex-bovétiste.

Et puis, il a de nouveau fait parler de lui lors d’une action des Faucheurs volontaires, le 5 août, le jour même où un agriculteur, cultivant du maïs transgénique, se suicidait ( Libération du 9 août).
Pourtant, depuis le 22 avril, jour du premier tour de la présidentielle, José Bové était introuvable, tout comme son ambition de porter le mouvement social vers «l’insurrection électorale». En fait, le leader paysan était ailleurs. Et discret. Il avait repris ses activités de faucheur volontaire et de porte-parole de Via Campesina, le mouvement paysan international. En juillet, il est allé secouer des plants de maïs bio à la lisière d’un champ OGM pour «polluer le pollueur».

Kanaks. Le 31 juillet, c’est en tant que «faucheur volontaire» qu’il était reçu par la secrétaire d’Etat à l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, pour demander (une nouvelle fois) un moratoire sur les OGM ( Libération du 1er août). «Elle m’a passé Borloo [ministre de l’Ecologie, ndlr] au téléphone. Sarkozy sait très bien que ma situation personnelle pose un problème politique. S’il décide de m’incarcérer et s’il n’y a pas d’annonce sur un moratoire, une grande partie des associations vont se retirer de son Grenelle de l’environnement», menace-t-il. Ce jour-là il a quitté le Larzac à 4 heures pour être à 10 heures au ministère : «Je suis en forme. Après la présidentielle, je n’ai pas eu le temps de m’arrêter.» La campagne des législatives ? Il l’a menée en Nouvelle-Calédonie aux côtés des antilibéraux kanaks : «Sur l’île de Belep on a fait 48 %, la reconquête partira de là !»

En mai, avec sa casquette de Via Campesina, José Bové est allé en Hongrie à un débat sur la souveraineté alimentaire. Mi-juin, il était «en Corée du Sud avec le mouvement social qui bosse sur les accords de libre-échange».
Fin août, il doit prendre la direction du Népal à l’invitation de parlementaires qui projettent d’inscrire la souveraineté alimentaire dans leur Constitution : «Une autre forme d’intervention politique, intéressante» selon lui. Plus palpitante que le gauchisme groupusculaire ? «La gauche de la gauche est très hexagonale, recroquevillée sur les services publics à la française. Dès que tu parles d’échanges internationaux, tu te fais traiter d’altermondialiste.» Et de regretter que ses propositions sur l’Europe n’aient pas surnagé dans le «zapping permanent» de la présidentielle.

Entre deux voyages, Bové a fait une escale à Paris, début juillet, pour un bilan avec son équipe de campagne. «On est restés évasifs. Les gens ont été sympas avec lui, un peu trop», regrette un participant. Beaucoup des anciens bovétistes lui reprochent «de s’être jeté dans les bras de Ségolène entre les deux tours en acceptant un rapport bidon» sur la souveraineté alimentaire, «d’avoir merdé en envoyant bouler Besancenot». Bref, «le côté candidat des collectifs unitaires à vite dérivé en Bové superstar». Le paysan assume : «Le rapport pour Ségolène Royal était intéressant sur le fond. Cela a été mal vécu par les copains, je n’ai pas fonctionné comme il aurait fallu.»

DSK et le FMI. Trop perso pour certains, anarcho-libertaire pour d’autres, il assure qu’il ne lâchera pas la politique. Mais se pose désormais en observateur du «vide politique à gauche» face à l’ouverture sarkoziste : «Les logiciels politiques sont brouillés. Il n’y a pas de réaction collective mais des enjeux personnels pour exister.» Et Bové de se dire «terrifié de voir Dominique Strauss-Kahn adoubé meilleur candidat pour le FMI par un PS qui sombre dans le social-libéralisme».

Une «dérive» qui ouvrirait un boulevard aux antilibéraux ? José Bové participera à l’automne aux assises des collectifs unitaires antilibéraux. Sans trop y croire : «On assiste plutôt à un repliement sur les appareils de la LCR et du PC. Rassembler en reprenant les formules trotskistes ? C’est une vision ancienne de la politique.» Et celui qui se définissait comme le candidat des «sans-partis» en flirtant avec le populisme, de conclure : «Est-ce qu’on peut aller plus loin ? Je m’interroge.»


AU REVOIR !
mercredi 15 août 2007

Un courrier de Raoul Marc Jennar

C’est avec beaucoup d’émotion que je vous écris ces lignes. Toute ma vie, j’ai payé cash le prix de mes choix. Il en est allé ainsi, une fois encore, lorsque j’ai pris la décision de soutenir la candidature de José Bové.

Je suis sans emploi et sans ressources. Depuis des mois, je cherche. En dépit d’un curriculum vitae bien fourni, qui, ailleurs, m’aurait très vite ouvert de nombreuses portes, notamment à l’Université, en France, mon pays d’adoption, je n’ai trouvé ni soutien sérieux, ni proposition crédible.

Au Cambodge, où on n’a pas oublié le rôle que j’y ai joué pendant douze ans pour l’aider à sortir des séquelles d’une des plus grandes tragédies du XXe siècle, certains ont appris ma situation. Ils ont considéré que ce n’était pas acceptable. Une offre m’est faite de travailler comme expert-consultant auprès du gouvernement cambodgien sur certains dossiers où je peux apporter quelque chose à ce pays . Je l’ai acceptée. Comme j’ai accepté une autre offre sur le Liban. Je vais partager les quatre années qui me séparent de la retraite entre ces deux pays.

Depuis sept ans, je me suis impliqué, avec toute la force de mes convictions, dans l’action citoyenne. Comme militant altermondialiste d’abord, au nom d’une certaine idée de l’Europe ensuite, dans la recherche d’une gauche de gauche enfin. Je l’ai fait en toute liberté, sans souci de carrière. En restant fidèle à mes convictions et en n’obéissant qu’à ma conscience.

Ce qui me peine le plus au moment de me retirer de l’action militante, c’est de laisser derrière moi un champ de ruines où gisent toutes les gauches. Dans les gravas, on ne trouve que sauve-qui-peut carriériste ou sectarisme. Le socialisme a contribué de manière décisive à la mondialisation néolibérale et à son extension aux champs européen et français. Les disciples de Lénine, quelle que soit la secte qu’ils dirigent, ont tué l’espérance née le 29 mai 2005 . Les militants altermondialistes sont repliés sur des combats certes essentiels, mais dans une approche trop sectorielle.

Le mot « gauche » ne porte plus aucune espérance. Il demeure néanmoins, pour ceux qui entendent mettre leurs actes en cohérence avec leurs convictions, une certaine manière de penser et d’agir qui allie liberté, égalité et fraternité, qui recherche le beau et le bien, qui ne renonce jamais à l’engagement. C’est à cela que j’entends rester fidèle, plus que jamais disciple des Lumières et attaché aux idéaux de Mai 68.

Je ne serai pas là pour participer à la création d’une gauche nouvelle fondée sur des valeurs et une pratique où la fin se trouve déjà dans les moyens. Je le regrette profondément. Je ne serai cependant pas absent du débat européen grâce à un livre que je termine ces jours-ci.

Je souhaite à chacune et à chacun du bonheur dans vos vies et vos combats.

Raoul,

15 août 2007

Post Scriptum :
Raoul Marc JENNAR _ consultant - questions internationales _ 7, place du Château, 66500 Mosset _ Email : raoul.jennar AT wanadoo.fr


Edité le 19-08-2007 à 18:07:26 par oppong


Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
2643 messages postés
   Posté le 20-08-2007 à 04:39:19   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

Tu remplaces "Les disciples de Lénine, quelle que soit la secte qu’ils dirigent, ont tué l’espérance née le 29 mai 2005." par "Les disciples de Staline, quelle que soit la secte qu’ils dirigent, ont tué l’espérance née avec 1917" et tu as la version trotskiste...

--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités françaises  Leaders altermondialistesNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum