Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Le tournant du mouvement communiste international 

 Le KPRF et l'oeuvre de Staline

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18332 messages postés
   Posté le 01-02-2023 à 23:15:01   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

VOLGOGRAD AURAIT PU DEVENIR STALINGRAD IL Y A 38 ANS !

"Dévoiler le culte de la personnalité" est un acte lâche de Khrouchtchev, médiocrité grise au pouvoir
Alexandre Shirokorad

https://svpressa.ru/post/article/360760/

Demain, c'est le 2 février, jour de gloire militaire. Il y a 80 ans, l'armée soviétique remportait la bataille de Stalingrad. Il y a une forte probabilité - et ce serait juste - qu'à cet anniversaire, l'actuel Volgograd retrouve son nom légendaire, qui résonne dans les noms de rues et de places du monde entier. Sauf notre pays. Comment cela a-t-il pu arriver ? La question est philosophique. Mais il convient de rappeler comment le nom de Staline a été techniquement effacé de l'histoire russe. Et comprendre ce que cela a coûté à notre pays.
L'effondrement de l'URSS n'a pas commencé avec Gorbatchev . Et du rapport secret de Khrouchtchev , lu le 25 février 1956 au XX Congrès du PCUS. Même les méthodes mêmes de « déstalinisation » ne provoquent que du dégoût.
Le rapport de Khrouchtchev a été fait le dernier jour du congrès lors d'une réunion à huis clos le matin du 25 février, où les délégués des partis communistes étrangers n'étaient pas autorisés. Et il a été distribué aux organisations du parti sous le titre « Hiboux. secret."
Néanmoins, le 5 juin 1956, le texte intégral du rapport a été publié dans plusieurs grands journaux américains à la fois. Et notre cher Nikita Sergeevich a commencé à nier publiquement le rapport, le qualifiant "d'intrigues d'ennemis de classe".
Il n'y a pas de tournant visible vers le socialisme, mais les droits et libertés civiques sont activement limités
La décision de retirer le corps de Staline du mausolée, adoptée au XXIIe Congrès du PCUS, a été fabriquée tout aussi ignoblement, après quoi la "déstalinisation" générale de l'URSS a eu lieu. Khrouchtchev a préparé cette opération à l'avance. Sur ses instructions, la retraitée de 77 ans (!) Dora Abramovna Lazurkina a été choisie comme déléguée au XXIIe Congrès . Toute sa vie, elle a été une petite fonctionnaire, mais elle avait deux grands mérites - elle a personnellement communiqué avec Lénine et a siégé sous Staline. Eh bien, personne ne s'intéressait au fait que depuis 1939, elle souffrait de psychose grave et de manie de persécution délirante.
Et au congrès, les chefs des organisations du parti de Leningrad et de Moscou ont proposé de retirer le corps de Staline du mausolée. Et après eux, la Lazurkina tremblante est montée sur le podium et a commencé à diffuser à voix basse: «Je porte toujours Ilyich dans mon cœur et dans les moments les plus difficiles, j'ai survécu uniquement parce que j'avais Ilyich dans mon cœur. Et hier, j'ai consulté Ilyich, comme s'il se tenait devant moi comme s'il était vivant et disait: "Camarade Lazurkina, c'est désagréable pour moi d'être à côté de Staline, qui a causé tant de problèmes au parti."
Aucun des délégués n'a commencé à discuter avec l'opinion du médium Lazurkina, pour des raisons évidentes.
Lors de l'enlèvement du corps de Staline, Shvernik et sa compagnie ont agi comme des pilleurs de tombes ordinaires. Ils arrachèrent tous les ordres de la tunique du généralissime et coupèrent les boutons d'or.
Pourquoi Khrouchtchev avait-il besoin de tout cela ? Exclusivement pour la prise du pouvoir. Khrouchtchev a de diverses manières retiré du pouvoir tous les anciens dirigeants de l'URSS - Beria , Boulganine , Malenkov , Molotov , Kaganovitch , le maréchal Joukov et d'autres.
Et qui était-il ? Apparatchik analphabète du parti qui a fait carrière à la recherche des ennemis du peuple. Pour cela, même Staline l'a bouleversé: "Calme-toi, imbécile!". Hélas, de tels imbéciles sont toujours nécessaires aux dirigeants.
Khrouchtchev n'avait pas et n'aurait pas pu avoir un autre moyen d'accéder au pouvoir, comme dénoncer Staline. Où Khrouchtchev a délibérément sacrifié les intérêts de l'URSS, et où il n'a pas réalisé les conséquences en raison de ses capacités mentales limitées, nous ne le saurons jamais.
Le 4 février 1931, lors d'un congrès de chefs d'entreprise, Staline déclara : « Nous avons 50 à 100 ans de retard sur les pays avancés. Nous devons couvrir cette distance en 10 ans. Soit nous le faisons, soit nous serons écrasés.
Exactement 10 ans plus tard, l'Allemagne, l'Italie, la Hongrie, la Finlande, la Croatie, la Slovaquie ont attaqué l'URSS. Les neutres et nos braves alliés les ont aidés avec force et force. Le généralissime Franco a envoyé 70 000 Espagnols qui ont combattu dans la division bleue. 600 000 Polonais sous la forme de la Wehrmacht et des SS ont combattu aux côtés des Allemands. 150 000 Français faisant partie de la "Légion française" et de la division SS "Charlemagne" ont combattu sur le front russe. Et d'autre part, ils ont été opposés par pas moins de 40 pilotes français du régiment Normandie-Niemen.
Mais ils n'ont pas réussi à nous écraser. Des millions de combattants sont allés au combat au cri "Pour Staline!". Sans industrialisation, collectivisation, stations de machines et de tracteurs, les chances de gagner la guerre seraient nulles.
Seule une combinaison de succès sur le champ de bataille et d'une paix profitable peut être considérée comme une véritable victoire. En 1945, Staline a remporté la plus grande guerre et obtenu la paix la plus profitable de l'histoire de la Russie.
Pendant 4 ans, l'industrie a été restaurée en URSS et le niveau de production de 1939 a été dépassé. En 1949, une bombe atomique est testée, et en août 1953, une bombe à hydrogène. En 1953, la conception de la fusée R-7 a commencé, qui en 1961 mettrait Gagarine en orbite.
Les armes conventionnelles se sont également développées avec succès. Vasily Grabin a créé la meilleure artillerie au monde d'une grande et spéciale puissance. En 1953, les meilleurs croiseurs et cuirassés du monde étaient construits dans les chantiers navals et à flot. Khrouchtchev a commencé à persécuter l'artillerie et a envoyé de grands navires de surface à la ferraille. En conséquence, en 1964, l'URSS a commencé à être sérieusement en retard sur les États-Unis. Et Brejnev a dû recréer de toute urgence l'artillerie lourde et construire de grands navires de surface.
Après le 22e Congrès, des monuments se sont effondrés dans tout le pays et des portraits de Staline ont été démolis. C'était parfois anecdotique. Ainsi, sur le théâtre de l'armée soviétique, un grand portrait de Staline a été remplacé par un immense miroir.
Le 27 juillet 1952, un monument à Staline a été érigé sur le canal Volga-Don. La hauteur de la statue est de 24 mètres et le piédestal est de 30 mètres. En 1961, la statue de Staline a été enlevée et le piédestal est resté vide pendant 12 ans, après quoi une statue de Lénine y a été installée.
A Erevan, au lieu de Staline, ils ont mis Mère Arménie sur un piédestal. Et il y avait des dizaines de tels cas. En 1961, il y avait plusieurs monuments en URSS représentant Lénine et Staline parlant assis sur un banc. Staline a été enlevé et Lénine s'est assis seul sur le bord du banc et a parlé tranquillement à lui-même.
Mais qu'en est-il des répressions de 1937 ? L'empereur Napoléon , nommant son frère Louis roi de Hollande, avertit : « Si l'on dit du roi qu'il est bon, son règne a échoué.
Pierre le Grand a détruit les gens en termes de pourcentage bien plus que Staline. En 1700, la population de la Russie était de 13 millions d'habitants et au début de 1941 - près de 200 millions. Cependant, les bolcheviks n'ont pas démoli un seul monument à Pierre.
À Vyborg, les Finlandais ont détruit à deux reprises, en 1918 et 1941, le monument à Pierre et l'ont restauré à deux reprises sur ordre de Staline. En 1918, à Petrozavodsk, les «gauchistes» ont enlevé le monument à Pierre Ier. Dans les années 1930, les «gauchistes» ont été enlevés et le monument a été remis à sa place. En 1941, les Finlandais ont détruit le monument à Pierre, puis les bolcheviks l'ont restauré.
Quel est le plus grand monument équestre du monde ? Une statue de quarante mètres sur un immense piédestal a été installée en 2008 à la périphérie d'Oulan-Bator. Devine qui? Correctement! Gengis Khan !
Les villes françaises sont décorées de huit monuments à Napoléon. Il existe deux monuments à Napoléon en Belgique, une dizaine en Italie et même un en Angleterre.
En novembre 1967, Mao Zedong , s'exprimant lors d'un rassemblement, déclara : "Sans l'URSS et Staline, il ne pourrait y avoir de RPC ni de victoire sur le Japon". En Chine, ils ont honoré et honorent aujourd'hui la mémoire de Staline et de Mao, grâce auxquels la Chine d'un pays appauvri fragmenté a créé une deuxième, et peut-être même la première économie du monde. En Chine, pas un seul monument à Staline n'a été démoli, pas une seule rue n'a été renommée.
Les Chinois, modernisant le pays, sont allés dans l'autre sens. Il est officiellement déclaré que Mao avait 70% de mérite et 30% d'erreur. On dit la même chose en Chine à propos de Staline. Personnellement, je souscris à ces évaluations.
La « déstalinisation » a mis l'Union soviétique en conflit avec la Chine et l'Albanie. En 1956, il y avait un mouvement communiste très influent en Europe. Les partis communistes ont obtenu 10 et même 30 % des voix lors des élections.
Après la publication du rapport de Khrouchtchev dans la presse américaine, le nombre de membres des partis communistes a commencé à chuter fortement. Des partis communistes "parallèles" sont apparus, acceptant la position de Khrouchtchev ou continuant à soutenir Staline. L'essentiel est que des dizaines de millions de Soviétiques ont été insultés et humiliés par la "déstalinisation". Comment être fier d'un pays gouverné par un « bourreau sanglant et une bande de ses complices » depuis 30 ans ?
Après 1961, les soi-disant dissidents sont apparus. Aucun d'eux ne pouvait offrir une alternative raisonnable au système soviétique, mais ils critiquaient tout et n'importe quoi. La culture était divisée en cuisine officielle et "cuisine" - après les révélations de Khrouchtchev, l'intelligentsia n'avait aucune foi dans le pouvoir.
En fait, notre libéralisme actuel, qui considère le respect du pouvoir d'État comme quelque chose d'indigne d'une personne libre, est sorti de cette époque. Les "Maîtres de la Culture" ont fait leur choix. Les libéraux nous prouvent depuis 40 ans que Sakharov était un génie politique. Il propose de diviser l'URSS en 40 États. Mais c'était un brillant physicien, mais pas un politicien.
Après 1961, des centaines de poètes, réalisateurs et écrivains sont apparus - un peu comme des opposants libres penseurs, mais en même temps mangeant volontiers de la main de l'État. Aucun d'entre eux ne voulait renoncer aux appartements gratuits, aux datchas, à la médecine, à l'éducation, aux bons pour les sanatoriums et les maisons de repos et à d'autres avantages du socialisme.
En fin de compte, Khrouchtchev, et après lui Brejnev, craignant pour leur pouvoir, ont été contraints de lancer de stupides persécutions contre les dissidents, ce qui n'a fait qu'accroître leur popularité. Les dirigeants soviétiques ne pouvaient pas et ne voulaient pas donner une rebuffade idéologique aux dissidents. Rappelons que même Catherine la Grande a réprimandé son fils Pavel : « Si toi, imbécile, tu veux combattre des idées à l'aide d'armes à feu, alors tu finiras mal » !
Qui a empêché Brejnev de dire la vérité au peuple « Les dissidents veulent vous prendre ce que vous avez et faire de vous des esclaves de l'Occident. On vous promet la liberté d'entreprise privée et de publicité, mais quand ils arriveront au pouvoir, ils les piétineront. Et l'Occident, quant à lui, cultivait soigneusement toute opposition sur le territoire de l'URSS.
Nous ne donnerons pas d'exemples, mais il y avait moins de liberté en URSS qu'en Russie dans les années 90, mais plus que nous n'en avons maintenant.
Depuis 1956, Khrouchtchev bavarde presque quotidiennement de « détente de la tension internationale » et de « relations de bon voisinage avec les États-Unis et l'OTAN ». Et depuis 1954, des Lockheed U-2, des avions de reconnaissance Canberra et même des bombardiers stratégiques B-47 volent en toute impunité au-dessus de l'URSS. Les sous-marins américains et britanniques faisaient ce qu'ils voulaient dans les eaux territoriales soviétiques des mers de Barents, Blanche, Okhotsk et autres.
Mais tous ces actes de nos partenaires de détente ont été cachés au peuple soviétique. Et quand les historiens militaires clandestins ont commencé à en parler, ils ont été envoyés dans des camps. Ce n'est que le 1er mai 1960 qu'ils annoncèrent l'abattage d'un U-2 avec pilote Powers . Et puis ils se sont à nouveau tus, bien que des avions et des ballons américains aient continué à survoler l'URSS.
Je suis sûr que si la presse soviétique avait parlé de toutes ces intrigues de partenaires occidentaux en couleurs, il n'y aurait pas eu de 1991. Et Soljenitsyne , Sakharov et d'autres dissidents risqueraient de n'apparaître dans les rues qu'accompagnés d'une importante escouade policière.
Khrouchtchev a commencé, Gorbatchev et Eltsine ont achevé l'effondrement de l'URSS. Et en 2023, nous avons ce que nous avons.
Cependant, il convient de mentionner que tout le monde dans la haute direction du parti n'a pas accepté le dénigrement de Staline avec enthousiasme. Il est prouvé que le secrétaire général Konstantin Chernenko préparait une résolution du Comité central du PCUS "Sur la correction de l'approche subjective et des excès qui ont eu lieu dans la seconde moitié des années 1950 - début des années 1960 lors de l'évaluation des activités de I.V. Staline et ses plus proches collaborateurs." Dans le même temps, il était prévu de redonner le nom de Stalingrad à Volgograd - ils voulaient le faire le 9 mai 1985, à l'occasion du 40e anniversaire de la Victoire. Mais en mars 1985, Chernenko est décédé et il n'y a pas eu de successeurs à son travail.


Edité le 01-02-2023 à 23:16:16 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18332 messages postés
   Posté le 12-02-2023 à 16:05:15   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Novikov : “La veulerie des traîtres ne saurait effacer les exploits des héros”.


12 FÉVRIER 2023

https://histoireetsociete.com/2023/02/12/novikov-la-veulerie-des-traitres-ne-saurait-effacer-les-exploits-des-heros/

Voici le panorama historique auquel font face les communistes, les progressistes, la jeunesse, tous ceux que l’état actuel du monde inquiète et qui se retrouvent dans une foule mais isolés, divisés, sans réelle perspective, obligés de tout reconstruire, il faut comprendre comment nous en sommes arrivés là. Comment les communistes ont-ils subi cette défaite qui a offert la planète au pillage impérialiste, à la guerre, à la régression sociale? Voilà un texte qu’il serait nécessaire de s’approprier dans un temps où partout, en fonction des tâches à accomplir il faut non pas reproduire le passé mais l’entendre pour refuser la fatalité que tentent de nous imposer les vainqueurs temporaires. Nous allons poursuivre dans cette voie qui à la fois correspond aux luttes en France et dans le monde et à ce qui tente de s’organiser dans les congrès du PCF, de la CGT, mais aussi dans les rencontres internationales. Dans la situation qui est la nôtre pour surmonter l’impuissance, il faut impérativement ne pas accorder plus d’importance à la veulerie de ceux qui n’ont cessé de trahir et penser la manière dont l’héroïsme ordinaire, quotidien peut s’attaquer à leurs maitres. L’histoire sert à cela. (note de Danielle Bleitrach et traduction de Marianne Dunlop dans histoire et société
https://kprf.ru/dep/gosduma/activities/216511.html

Le 9 février, Dmitri Novikov, premier vice-président de la commission des affaires internationales de la Douma d’État, a pris la parole lors de la session plénière de la Douma d’État au nom de la faction KPRF.


Chers collègues ! Cher Viatcheslav Viktorovich !

Notre semaine parlementaire a débuté le 5 février avec l’exposition consacrée au 30e anniversaire de la renaissance et de l’activité du KPRF.

Nous remercions tous ceux qui ont participé à l’ouverture de l’exposition aux côtés de Guennadi Ziouganov – V.A. Volodin, V.A. Vasiliev, L.E. Slutsky, S.M. Mironov, S.V. Avksentieva.

L’exposition a stimulé les discussions sur l’histoire moderne. Il convient de rappeler qu’au milieu des années 1980, l’Union soviétique était au seuil d’un nouveau cycle de développement. Il y avait une opportunité pour cela. Le travail et les exploits des générations précédentes en avaient jeté les bases. Le peuple soviétique aspirait à de nouvelles réalisations et acceptait volontiers l’idée de l’accélération.

Le vol spatial de Bourane était le symbole des nouvelles possibilités et perspectives. Comme Bourane, l’Union soviétique tout entière était capable de conquérir de nouveaux sommets. Le pays de Lénine et de Staline avait tout ce qu’il fallait pour cela. Il suffisait d’avoir des continuateurs dignes de ce nom. Mais ce sont d’autres qui sont venus. Et ils ont cloué Bourane au sol. Et il est devenu le symbole d’une trahison historique sans précédent.

En février 1986, lors du XXVIIe congrès du PCUS, les réalisations du socialisme dans les années 70-80, que le monde entier admirait, Gorbatchev les a qualifiées de manifestation “d’inertie, de stagnation et de conservatisme”.

La suite des événements est bien connue. À court terme, l'”amélioration des relations sociales” s’est transformée en retour à un marché débridé. Le “renouvellement des institutions politiques et idéologiques” a été leur destruction. L'”approfondissement de la démocratie socialiste” a débouché sur une “escroquerie des années 90” sans précédent. Gorbatchev a trompé le peuple et le parti, a substitué les “cartes de route” et a dirigé le navire de l’URSS vers les récifs.

En juin 1988, avec son verbiage, le Secrétaire général a imposé aux délégués de la 19e Conférence du Parti de l’Union les résolutions suivantes : “Sur la lutte contre la bureaucratie”, “Sur les relations interethniques”, “Sur la glasnost”, “Sur la réforme juridique”, “Sur la démocratisation de la société soviétique et la réforme du système politique”.

Presque immédiatement, le discours sur le “renforcement des relations interethniques” s’est transformé en problèmes à Almaty, au Nagorny Karabakh, à Erevan, à Sumgait, à Tbilissi, à Ferghana, à Bakou et dans les pays baltes. “La ‘lutte contre la bureaucratie’ a résulté en purges de dirigeants honnêtes et compétents. La “glasnost” a consisté en un blocus de l’information des forces patriotiques et une propagande des tares du mode de vie occidental. La “réforme juridique” a engendré une criminalité galopante et la privation du droit de vote des citoyens. La “démocratisation” a donné l’interdiction du PCUS et la persécution des communistes.

Et c’est là que se pose la question fondamentale – sur le parti et les traîtres.

Avant-hier, il a été dit que dans le système soviétique, Guennadi Ziouganov n’aurait pas pu élever la voix pour défendre ses idéaux – il aurait été immédiatement pulvérisé. Il y a une part de vérité dans tout cela, mais pas entièrement. Gorbatchev, qui se gargarisait de la démocratie, savait comment se débarrasser des gens – c’est vrai. Mais Ziouganov et ses associés, voyant sa vindicte, ont-ils gardé le silence ? Le Parti communiste de la RSFSR a-t-il été fondé le 19 juin 1990 juste pour s’amuser, et non pour combattre les lignes d’Eltsine et de Gorbatchev ? Des personnes concrètes n’ont-elles pas fait ça ? Guennadi Ziouganov – le secrétaire pour l’idéologie, V.I. Kashin – le secrétaire pour la politique socio-économique, V.A. Kuptsov, V.V. Chikin et d’autres membres du Politburo. Ces personnes n’ont pas été silencieuses – elles ont agi.

Le référendum sur la préservation de l’URSS, le 17 mars 1991, a-t-il été organisé sans ces personnes ? Les communistes n’ont-ils pas été soutenus par les citoyens qui ont dit “OUI” à l’Union soviétique contre la démagogie hystérique des pseudo-démocrates et des “fronts populaires”?

Je vous montre une collection d’œuvres de Guennadi Ziouganov intitulée “Au service du peuple”. Le même recueil a été publié par la Douma d’État. Le livre ne contient pas du journalisme, mais des documents de l’époque.

Le 23 juillet 1991, le journal Sovetskaya Rossiya publie la célèbre “Parole au peuple”. Guennadi Ziouganov figure parmi les signataires. Il y a un appel à s’unir, “pour arrêter la réaction en chaîne de la désintégration de l’État, de l’économie, de la personnalité ; pour contribuer au renforcement de la puissance soviétique… ; pour ne pas laisser le feu de la discorde ethnique et de la guerre civile faire rage”. En effet, l’article précédent de Ziouganov, “L’Architecte devant les ruines”, était adressé à Alexandre Yakovlev, mais il visait directement Mikhaïl Gorbatchev.

Non, tout le monde n’est pas resté silencieux. Tout le monde n’a pas non plus entendu l’appel au salut.

Lorsque l’Union soviétique a été sournoisement mise en pièces, des millions de personnes étaient prêtes à se battre. Mais la force principale avait été providentiellement éliminée. Le PCUS et le parti communiste de la RSFSR étaient déjà interdits à ce moment-là.

Qui avait besoin de ça ? Ceux qui ont bien compris que le Parti communiste, même piétiné par ses propres dirigeants, humilié et calomnié, restait capable de lutter, de défendre la vérité, d’exprimer la volonté des travailleurs… Le Parti, même épuisé et ensanglanté, était une barrière contre les destructeurs, les privatiseurs, les traîtres, les bandits, qui se démenaient déjà pour devenir des oligarques.

Le Parti s’est dressé comme un mur sur le chemin de ceux qui rêvaient de détruire l’Union soviétique. C’est pourquoi le Parti lui-même a été détruit. Et puis il a été interdit. Contrairement à la Constitution. Et la Cour constitutionnelle de la Fédération de Russie elle-même a ensuite reconnu cette illégalité.

Et qui a défendu l’honneur des communistes devant la Cour constitutionnelle ? Juste des gens au hasard ? Non, cela a été fait par des représentants du parti, son personnel dirigeant. Et Ivan Melnikov, le secrétaire du Comité central du PCUS, a été l’un de ceux qui ont fait appel à la Cour constitutionnelle, demandant que les décrets d’Eltsine soient déclarés illégaux.

La mesquinerie des traîtres n’annule pas l’exploit des héros. La trahison des Vlasovites ne permet à personne de traiter de traître l’ensemble du peuple soviétique qui a vaincu le fascisme.

La trahison de Gorbatchev et d’Eltsine ne donne à personne le droit d’accuser les communistes d’avoir détruit l’Union soviétique – eux qui ne pouvaient que sauver l’URSS. Ceux qui faisaient tout leur possible pour y arriver.

Les Vlasovites s’appelaient-ils eux-mêmes traitres ? Non, ils s’affichaient patriotes, s’étant levés pour lutter contre le judéo-bolchevisme. Mais ne les appelle-t-on pas gredins et traîtres ?

Si Gorbatchev et Eltsine, Yakovlev, Shevardnadze, Burbulis ont trahi leur parti, alors ce sont eux que vous devez appeler des traîtres qui ont détruit l’URSS, pas le parti.

Il ne faut pas substituer des notions. Surtout les parlementaires, les politiciens, les hommes d’État. Gorbatchev mélangeait déjà les idées. Cela nous a coûté cher à tous. Et cela nous coûterait cher aujourd’hui. Et cela nous coûtera toujours cher. Telle est la loi – telle est la logique de l’histoire.

Au tribunal, les communistes ont prouvé ces choses apparemment évidentes – nous avons le droit d’avoir nos convictions et d’avoir notre parti. Le parti communiste rétabli a porté les idéaux du socialisme à l’époque où il n’y avait pas de défilés de la victoire le 9 mai, où l’on entendait des appels aux représailles pour une parole favorable à Lénine et Staline, où l’on entendait des cris et des hurlements en réponse à une évaluation sensée du pacte Molotov-Ribbentrop. Seuls des gens convaincus de la justesse de leur cause, fidèles à leurs idéaux et enracinés dans le peuple travailleur pouvaient s’y opposer.

Lorsque nous nous dénonçons l’exécution d’Oles Buzina par le groupe Bandera à Kiev, n’oublions pas comment Valentin Martemianov, député de la Douma, éminent juriste, professeur et communiste, a été brutalement battu et est mort dans le centre de Moscou le 1er novembre 1994. Les auteurs n’ont été ni retrouvés, ni punis.

Le parti reconstitué s’est battu. Il s’est battu contre l’alliance oligarchique des “sept banques”. Il a insisté pour recréer l’État de l’Union. Dénoncé le traité de Belovej. Appelés crimes les crimes. A initié la mise en accusation de Eltsine.

Oui, les gouverneurs de la ceinture rouge que nous avons élus ont travaillé dans des conditions très dures et n’ont pas tout réussi. Mais n’ont-ils pas sauvé le pays grâce à leur activité ?

N’en est-il pas de même pour le gouvernement Primakov-Maslioukov ?

Tous les candidats du parti communiste à la présidence russe – Gennady Zyuganov, Nikolay Kharitonov, Pavel Grudinin – ont présenté un programme de création.

Au fil des ans, d’importantes décisions très médiatisées ont été adoptées au Parlement. Le KPRF a obtenu l’amnistie pour les membres du GKChP et les participants aux événements d’octobre 1993.

Nous n’avons pas honte devant les électeurs. Le Parti a toujours été du côté de l’ouvrier et du paysan, de l’enseignant et du médecin, de l’ingénieur, du scientifique et du militaire, des personnes âgées et des jeunes, et a défendu la maternité et l’enfance.

Nous soutenions activement la science et l’éducation. Jaures Alferov était fier de travailler dans la faction communiste. Il semble qu’il y ait encore beaucoup à faire ici. Hier, le président a souligné l’importance du développement scientifique et technologique, et pendant ce temps, la région de Moscou est occupée à supprimer les villes scientifiques. Réveillez-vous, messieurs ! Arrêtez de faire ça ! Ce n’est pas du tout votre mandat !

Le KPRF est entré dans la mêlée politique en protestant contre les privatisations, la vente et l’achat de terres, l’adhésion à l’OMC, la suppression des avantages sociaux par la monétisation, la mise en œuvre de la réforme des retraites, l’établissement de bases de l’OTAN en Russie. Nous avons lutté contre les Serdioukovs dans l’armée et contre les tentatives de Sigoutkine de profaner le drapeau de la victoire.

Nous avons soutenu et continuerons à soutenir le Donbass – politiquement et pratiquement. Avec des aides humanitaires, entre autres. Le Parti prépare le prochain convoi humanitaire, et il y en a déjà eu plus d’une centaine. Nous le faisons par sens de la compassion, par compréhension de la justice, par rejet idéologique du nazisme. Ses plus farouches opposants ont toujours été les communistes.

Les 13 et 14 février 1993, un congrès extraordinaire du KPRF a défini le visage du parti renaissant : “Il doit être un parti de personnes courageuses, honnêtes et capables, pensant à l’échelle nationale et agissant de manière responsable… Il doit être un parti d’action, avide de résultats, et non de propriété et de discussions sans fin… Il doit être un parti à forte teneur intellectuelle…” Tout au long de ces 30 années, le parti s’est efforcé d’être à la hauteur de ces critères élevés.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18332 messages postés
   Posté le 04-03-2023 à 21:48:10   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

table ronde sur Staline

Joseph Staline – un symbole de la puissance de la Patrie
Le 3 mars 2023, la rédaction du journal Pravda a organisé une table ronde sur le thème : "Staline en tant que leader national exceptionnel, stratège militaire, homme d'État et homme politique de l'époque

https://kprf.ru/party-live/cknews/217094.html

Service de presse du MGK CPRF
2023-03-03 21:24
Le 3 mars 2023, une table ronde sur le thème "Staline en tant que leader national exceptionnel, stratège militaire, homme d'État et homme politique" s'est tenue dans la rédaction du journal Pravda. Représentants du Comité central du PCRF, du Komsomol de Lénine, du Mouvement panrusse de soutien à l'armée, à l'industrie de la défense et à la science militaire, de l'Union internationale des officiers soviétiques, l'organisation "Scientifiques russes d'orientation socialiste", secrétaires et militants des sections locales du parti communiste de la République du Tatarstan. Les participants ont examiné l'héritage idéologique, politique et autre laissé par Joseph Vissarionovitch Staline.

Un membre du comité de rédaction du journal "Pravda" V.S. a prononcé un discours de bienvenue. Kozhemyako. Au début, il a rappelé qu'il y a 70 ans, il est mort loin de la vie d'I.V. Staline. Nous parlons d'un personnage historique qui a représenté une époque qui est entrée dans l'histoire comme "l'ère de Staline". Viktor Kozhemyako a souligné que la tenue de la table ronde dans la rédaction de la Pravda est symbolique. Après tout, Joseph Staline était étroitement associé au journal du Parti. C'est un fait particulier et significatif.

La réunion de la table ronde a été présidée par le Président du Conseil Central de RUSO I.I. Nikitchuk. Tout d'abord, il a donné la parole à un député de la Douma d'Etat, membre du Comité central du CPRF, chef du Mouvement panrusse de soutien à l'armée, à l'industrie de la défense et à la science militaire, le général de corps d'armée V.I. Sobolev, qui a fait un discours d'ouverture. Parlant des réalisations de l'époque stalinienne, Viktor Ivanovitch a rappelé que pendant cette période, il y avait une augmentation de la population de l'URSS. Par exemple, en 1927 – 1952. Le nombre d'habitants de notre pays est passé de 148,4 millions à 148,4 millions. De 188,4 millions de dollars à 188,4 millions de dollars. Pendant la Grande Guerre patriotique, l'Union soviétique a perdu entre 20 et 27 millions de personnes, selon diverses données. V.I. Soboliev a souligné que s'il n'y avait pas eu de guerre, la population de l'URSS aurait plus que doublé.

Aussi V.I. Sobolev a rappelé l'incarnation d'I.V. Staline dans la vie du plan de Lénine d'industrialisation, de collectivisation et de révolution culturelle. En conséquence, l'Union soviétique a montré un taux de développement élevé, jusque-là inconnu du monde. Dans le même temps, Viktor Sobolev a ajouté que Joseph Staline, conscient du fait que la guerre approchait, a fait des efforts pour accélérer la formation du complexe industriel. Par exemple, dans les années du premier plan quinquennal, il s'agissait de créer une telle base industrielle, dont l'existence permettrait aux forces armées soviétiques de faire la guerre à une grande puissance mondiale et de l'emporter sur elle. Au cours du deuxième plan quinquennal, nous aspirions à créer un complexe industriel aussi développé, dans lequel notre armée pourrait lutter contre la coalition des États du monde et la vaincre. Lors de la mise en œuvre du troisième plan quinquennal, il a fallu créer une industrie qui permettrait aux forces armées de notre pays de mener deux guerres parallèles contre les deux puissances d'agression. Viktor Ivanovitch a également rappelé le célèbre discours d'I.V. Staline, en 1931, aux favoris de la production : « Nous avons 50-100 ans de retard sur les favoris. On doit courir cette distance dans dix ans. Soit nous le ferons, soit nous serons mis au défi. » Le pays, conscient de l'importance de résoudre le problème clé, a réussi à atteindre ces objectifs.

Dans le même temps, V.I. Soboliev a souligné l'impact de la collectivisation de l'agriculture sur le renforcement de la sécurité alimentaire de l'URSS. L'introduction de nouvelles technologies a entraîné une augmentation de la productivité du travail dans les campagnes. Pendant la Grande Guerre Patriotique dans notre pays (à l'exception du blocus de Léningrad), il n'y avait pas de famine, et les soldats de l'Armée Rouge ont reçu la nourriture nécessaire. Et cela prouve la nature créatrice de la collectivisation. À son tour, la révolution culturelle . (en particulier les enjeux de la diffusion et de l'étude du patrimoine de A.S. Pouchkine) selon V.I. Soboleva, a aidé à résoudre le problème de la formation d'une génération de patriotes, prêts à défendre notre patrie jusqu'à la fin, à lutter contre les fascistes.

En ce qui concerne la politique étrangère de Staline, Viktor Sobolev a attiré l'attention sur son génie, qui a déjoué les plans du monde capitaliste d'isoler l'URSS, d'attirer les Soviétiques dans un état de blocus international. En conséquence, nous avons réussi à attirer même certains de nos ennemis dans les rangs de nos alliés. Et la signature d'un pacte de non-agression entre l'URSS et l'Allemagne en 1939 a repoussé les frontières de notre pays à une distance sûre.

À l'avenir, V.I. Soboliev réfuta une série de spéculations sur la Grande Guerre patriotique. En particulier, il a fait valoir l'insolvabilité des créances que la holding en 1937–1938. La "répression" contre les commandants de l'armée a privé l'armée de la capacité de contrer efficacement l'ennemi. Viktor Sobolev a déclaré que moins de 1% des représentants militaires ont été arrêtés. Il a également évoqué un véritable complot contre le gouvernement par un groupe de commandants militaires dirigé par M.N. Toukhatchevski. Leur condamnation assurait la sécurité de l'URSS. Toutes les erreurs commises ont été corrigées après la nomination de L.P. Beria est le chef du NKVD. Par exemple, avant la guerre, K.K. a été réhabilité. Rokossovsky et d'autres commandants militaires.

V.I. Soboliev attire l'attention sur les allégations concernant l'opportunité d'amener les troupes soviétiques à la pleine préparation au combat jusqu'au 21 juin 1941. Il a rappelé que la Grande-Bretagne, cherchant à éviter les conflits avec l'Allemagne, cherchait constamment une excuse pour se retirer de la guerre, ce qui affaiblirait la coalition antifasciste. Cela se serait produit dans la première déclaration de mobilisation en URSS. De cette manière, notre pays serait accusé "d'agression", et les Britanniques se retireraient de la guerre en signe de protestation. Et ce n'est que le 21 juin, à 18h00, quand il devint clair que rien d'autre ne pouvait être fait, que les troupes soviétiques reçurent une directive de mettre sur la pleine préparation au combat.

Alors V.I. Soboliev a parlé des particularités de la Grande Guerre patriotique, de la contre-action de l'Union soviétique à l'assaut non seulement du Troisième Reich, qui a soutenu les hitlériens des États, mais aussi le corps de volontaires des territoires occupés par les Allemands, qui ont combattu dans les rangs des nazis. Même dans une situation très difficile, notre pays a réussi à gagner grâce à l'organisation compétente de la gestion avant et arrière et de la planification des opérations militaires. Il s'agit notamment de la décision immédiate de délocaliser les entreprises militaro-industrielles dans les territoires orientaux de l'URSS. En conséquence, en décembre 1941, les troupes soviétiques ont vaincu les Allemands près de Moscou. Nous avons également réussi à résister à la bataille de Stalingrad – grâce en partie à l'ordre n° 227 « Pas de recul », visant à empêcher l'ennemi de continuer à se déplacer au-delà de la Volga dans les profondeurs de notre pays. Viktor Sobolev ajouta que dans la phase offensive de l'opération Stalingrad, les pertes du côté soviétique étaient cinq fois inférieures à celles des hitlériens.

Viktor Sobolev a également prêté attention à la restauration accélérée de l'économie nationale de l'URSS dans la période d'après-guerre. Selon lui, de nombreux scientifiques pensaient qu'il faudrait 25 ans pour résoudre ce problème. Mais notre pays a réussi à surmonter la dévastation en quatre ans et demi et à créer un missile et un bouclier nucléaire en même temps.

Tout ce qui précède, selon V.I. Sobolev, représente les plus grands mérites de Joseph Vissarionovitch Staline.

E.I. Nikitchuk dans son discours a prêté attention au rôle d'I.V. Staline dans la création d'un bouclier antimissile-nucléaire pour notre pays. Il a indiqué que Joseph Vissarionovich était au courant des travaux menés aux États-Unis sur la mise au point d'armes atomiques. Des physiciens éminents qui ont déménagé dans ce pays ont participé au projet. Dans ces circonstances, l'Union soviétique a dû commencer à réaliser de tels travaux.

Ainsi, en Octobre 1942 en URSS, en fait, a commencé à mettre en œuvre le projet nucléaire - sous la direction de I.V. Kourchatova. Une attention particulière a été accordée à la sélection du personnel capable de développer les capacités nucléaires. En 1944, l'ancien laboratoire de recherche nucléaire de l'Académie des sciences employait environ 100 personnes. Le projet a été supervisé par L.P. Beria – une personne capable d'assurer le secret de l'événement, ainsi que d'avoir (par la possession des renseignements reçus) des informations sur les actions dans cette sphère de pays étrangers.

Suivant I.I. Nikitchuk a parlé des particularités de la création d'un bouclier antimissile-nucléaire. De nombreuses mesures ont été prises pour développer l'industrie nucléaire, pour donner au processus un caractère coordonné, pour créer des conditions matérielles et de vie décentes pour les scientifiques associés à la création d'une industrie capable de renforcer la sécurité de notre État. Ivan Nikitchuk a également ajouté sur le contrôle de Joseph Staline sur l'événement. Les documents et les ordres qu'il a signés étaient d'une importance capitale, ils étaient guidés par des organisations économiques. En conséquence, les travaux furent achevés en 1949. Et le 29 août, les essais de la bombe atomique ont été effectués avec succès.

E.I. Nikitchuk a conclu que les scientifiques soviétiques sous la direction d'I.V. Même dans le pays déchiré par la guerre, Staline était en mesure d'accomplir l'exploit. En construisant une bombe atomique, ils ont privé les États-Unis de leur monopole nucléaire.

Le premier vice-président du Conseil central de RUSO I.M. Bratishchev a prêté attention à la phénoménologie d'I.V. Staline. Il réfute la perception de la prétendue futilité du système économique et politique construit dans les années 1930 et 1940. Igor Bratishchev a souligné que l'histoire de l'URSS devrait être considérée comme une expérience. Les bolcheviks parvinrent à prévoir quelques virages. La voie vers le socialisme ne peut pas être droite, au contraire, c'est une ceinture permanente. Par conséquent, du point de vue d'I.M. Bratishcheva, les événements des années 1980 et 1990 ne peuvent pas être considérés comme l'effondrement du socialisme. Il y a un phénomène anti-historique temporaire. C'est pourquoi, à l'avenir, le socialisme sera reconstruit dans notre pays.

Puis I.M. Bratishchev a rappelé les réalisations clés du gouvernement soviétique, en particulier les politiques d'I.V. Staline. Grâce à la construction du socialisme, le monde entier a vu l'émergence d'un nouvel Etat avec une économie nationale développée, avec un homme nouveau. On a beaucoup parlé du caractère instructif de la politique économique de Staline aujourd'hui. En dix ans, la Russie périmée a surmonté le retard, tandis que les pays capitalistes ont surmonté cette distance en un siècle et demi.

Aussi I.M. Bratishchev a noté la croissance de l'approbation publique de l'activité I.V.. Staline, qui a été observé même dans le contexte des tentatives constantes de discréditer les dirigeants de l'État et du parti soviétiques.

Président de l'Union Internationale des Officiers Soviétiques Le Lieutenant Général G.M. Benov a consacré sa performance à l'attention de I.V. Staline développement de l'armée de l'air soviétique. Il a rappelé que le gouvernement soviétique de la Russie pré-révolutionnaire n'avait obtenu qu'une seule division d'avions "Ilya Muromets" et une demi-douzaine de détachements divisionnaires. Selon les caractéristiques techniques de l'avion a eu une faible influence sur le cours des hostilités pendant la guerre civile. Mais Joseph Staline, étroitement engagé dans le développement de l'aviation militaire, a cherché à la renforcer.

G.M. Benov rappela comment I.V. Staline participa chaque année à la parade de l'armée de l'air à l'aérodrome central. Il a parlé de l'attention des dirigeants soviétiques non seulement au développement des avions militaires, mais aussi à la santé du personnel, à leur sécurité, à propos des consultations de Joseph Staline avec les scientifiques, avec les concepteurs, avec les pilotes d'essai. Grâce à la combinaison des concepteurs, les entreprises de l'industrie de l'aviation et le soutien simultané des compétitions entre eux pendant la production, on a pu créer le complexe développé de l'aviation soviétique. En conséquence, pendant la Grande Guerre patriotique, l'armée de l'air soviétique dominait l'air.

Membre du Présidium du Conseil Central de la RUSO, membre de l'Union des Journalistes Le Contre-Amiral V.A. Popovich a parlé de l'assistance de I.V. Staline engagement pour le développement de la marine, qui est d'une grande importance pour notre Patrie. Dans un premier temps, il a rappelé que sous le tsarisme, la Russie avait environ 530 navires de guerre. Pendant la guerre civile, la flotte a été détruite. Et des acteurs comme L.D. Trotsky et M.N. Toukhatchevsky, se sont fortement opposés à son renouveau. Cependant, Joseph Staline a fait des efforts pour relancer et développer continuellement la marine soviétique.

V.A. Popovic a parlé des programmes de développement de la marine adoptés dans les années 1920 et 1930. Ils ont construit de grands navires, des destroyers, des sous-marins, etc. Ainsi, au début de la Grande Guerre patriotique, l'Union soviétique comptait 200 sous-marins, plus de 300 navires de guerre de différentes classes. Ce facteur a joué un rôle positif dans la période critique. Par exemple, la Marine a rencontré l'ennemi avec dignité. Et les avions de la flotte dès le début effectuaient des frappes sur des objets économiques importants des États hostiles de l'URSS.

Puis Vassili Popovich rappela que pendant la guerre les lots de la mer Noire et de la mer Baltique participaient aux opérations de combat en mer. La flotte du Nord a fourni des escortes jusqu'au bail terrestre. Ce n'est pas par hasard après la victoire sur les envahisseurs germano-fascistes I.V. Staline a rapporté que la marine avait rempli ses tâches. Et après 1945, on s’intéresse à la restauration des navires – y compris ceux qui ont été coulés après la signature de la Paix de Brest. Selon V.A. Popovic, plus de 1,600 navires de la marine ont été amenés à terre, réparés et mis en service. Le nombre d'usines de réparation de sous-marins et de navires a augmenté.

Membre du Comité central du PCRF, secrétaire du Comité central du Komsomol de Lénine (LKSM de la Fédération de Russie) E.V. Drozdov a souligné que V.I. Lénine et I.V. Staline représentent la force de l'Etat soviétique. Par conséquent, leurs images sont perçues positivement par un grand nombre de Russes.

En outre, Evgueni Drozdov a parlé des principales étapes de la biographie pré-révolutionnaire de Joseph Staline, qui a lutté contre le despotisme tsariste, contre le capitalisme semi-féodal sauvage. Les questions de l'héritage idéologique-théorique d'I.V. n'ont pas été éludées. Staline. Joseph Vissarionovitch s'est toujours dit disciple de V.I. Néanmoins, il a apporté une contribution significative au développement du marxisme-léninisme. En particulier, nous parlons de la loi économique du socialisme formulée par Joseph Staline.

Membre du Comité de la ville de Moscou du CPRF, membre du Présidium du Conseil central de la RUSO M.B. Chistny dans son discours axé sur la réfutation des spéculations propagées par les antisoviétistes sur la "répression de masse" prétendument a eu lieu sous I.V. Staline. Il a cité des documents adressés à N.S. le 1er février 1954. Khrouchtchev note du ministre de l'Intérieur de l'URSS, du ministre de la Justice de l'URSS et du procureur général de l'URSS, ainsi que publié en 2000 par le "contremaître de la perestroïka" A.N. Yakovlev de la commission pour la réhabilitation des victimes de la répression politique sous le président de la Fédération de Russie s'est avéré intenable parler de "des dizaines et des centaines de millions" de personnes arrêtées et condamné à mort. Parlant de la composition des condamnés, Mikhaïl Chisty a rappelé que parmi eux il y avait Vlassov, des policiers, Bandera, "frères forestiers", ainsi que des représentants de la clandestinité trotskyste-boukharine qui ont coopéré avec les nazis, frauduleusement infiltrés dans les rangs du Parti communiste, des organes de l'administration publique soviétique, des organisations économiques, de l'Armée rouge et du NKVD. En guise de confirmation, il a cité des extraits des mémoires des conspirateurs intra-partis, écrites par ces derniers en exil dans la période d'après-guerre, et a également rappelé les actions des trotskystes, qui ont vraiment soutenu les hitlériens pendant la guerre.

M.B. Chistny a également ajouté qu'il est d'usage pour les libéraux de déclarer non seulement "innocents", mais aussi "la conscience de la nation", même ceux qui se sont enrichis par le pillage dans le processus de privatisation de la propriété nationale. Par conséquent, il n'y a pas lieu de s'étonner lorsque les anticommunistes glorifient les traîtres de notre Patrie, qui ont joué un rôle important dans les décennies précédentes. Mais le peuple russe n'a aucune confiance en eux.

Membre du Comité central du LKSM de la Fédération de Russie I.V. Tsevmenko a nié un certain nombre de mythes antisoviétiques. Tout d'abord, il a prouvé le manque de fiabilité des idées sur la confusion de I.V. Staline dans les premiers jours après l'attaque de l'Allemagne d'Hitler. À cette époque, la fréquentation de son bureau était élevée. Et cela ne nous permet pas d'accepter sur la foi la version de l'inaction supposée de Joseph Vissarionovitch. Igor Tsevmenko a également parlé du pacte de non-agression signé en 1939 entre l'URSS et l'Allemagne. Mais cela n'indique pas du tout la supposée "collusion entre Staline et Hitler" que les libéraux claironnent partout dans le monde. I.V. Tsevmenko a rappelé que dans les années 1930, avec le Troisième Reich, un certain nombre d'Etats européens, comme la Pologne, la France, etc., ont conclu des accords de paix. Dans le même temps, I.V. Tsevmenko s'est concentré sur la réfutation de la spéculation sur le "culte de la personnalité" I.V. Staline. il a donné un certain nombre d'exemples de la façon dont iosif vissarionovich n'a pas permis son nom à donner aux villes. (ainsi que la tenue de vacances en son honneur, l'installation de monuments spéciaux, etc.).

I.V. Tsevmenko a également déclaré que grâce à l'économie stalinienne, notre pays a réussi à développer régulièrement de nouveaux horizons de progrès. C'est à la fois le test de la première bombe atomique et du premier satellite artificiel de la Terre. Ce n'est pas un hasard si aujourd'hui un nombre croissant de résidents de notre pays rendent hommage à I.V. Staline, comme en témoignent les résultats de nombreux sondages d'opinion. Selon Igor Tsevmenko, cela confirme la prophétie de Joseph Staline, qui avait prédit qu'après sa mort, un tas d'ordures serait déposé sur sa tombe, qui serait ensuite dissipé par le vent de l'histoire. C'est ce qui se passe ces jours-ci.

V.S. Kozhemyako a déclaré que V.I. Lénine et I.V. Staline représentent les hauteurs de la Russie. A son avis, il faut penser à ce que de tels personnages historiques remarquables signifient pour le gouvernement actuel, qui a gouverné notre pays pendant les trente dernières années après la destruction de l'URSS.

Viktor Kozhemyako a attiré l'attention sur la disposition de la Constitution moderne, selon laquelle aucune idéologie d'État n'est permise. En fait, la classe dirigeante a une idéologie représentée par l'anticommunisme et l'antisoviétisme. En conséquence, selon V.S. Kozhemyako, constamment mené des attaques sur l'époque léniniste-stalinienne. Et le fait que même dans ces conditions, la popularité de Joseph Vissarionovitch augmente prouve que la vérité prévaut.

V.S. Kozhemyako a déclaré que ces derniers mois, sous la pression des circonstances, même des dirigeants d'Etat de haut rang ont été contraints de déclarer ce qui s'est passé dans la réalité au cours des 30 dernières années, et d'appeler à s'abstenir de toute attaque directe contre notre histoire. Mais c'est ambivalent et contradictoire. Victor Kozhemyako a déclaré qu'il est nécessaire d'obtenir la victoire. Le Parti communiste fait tout pour cela. En particulier, des pressions devraient être exercées sur les autorités afin de reconnaître les personnages historiques remarquables qui ont bénéficié à notre patrie, V.I. Lénine et I.V. Staline.

Puis la poétesse Anna Karénine a lu ses propres poèmes, consacrés à défendre la vérité historique sur Joseph Staline, sur la lutte pour le retour à la ville héros sur la Volga du nom historique - "Histoire de la rupture" et "Stalingrad".

En conclusion, I.I. Nikitchuk a exprimé sa gratitude aux participants de la table ronde. Il a rappelé le génie d'I.V. Staline, qui a réussi à rassembler notre pays, à conduire à un développement accéléré, à éduquer une génération de patriotes, à gagner la Grande Guerre patriotique et à rétablir rapidement l'économie nationale après la défaite de l'ennemi. Ivan Nikitchuk a également exhorté à ne pas se faire d'illusions sur les déclarations de hauts fonctionnaires. Selon lui, indépendamment des déclarations, ils continuent à protéger les intérêts du capital oligarchique.

E.I. Nikitchuk, exprimant à nouveau le plus profond respect à I.V. Staline, a informé que son nom restera dans l'histoire pendant des siècles.

* * *

Joseph Staline — Chef national exceptionnel

Recommandations de la Table ronde sur le thème : "Staline en tant que leader national exceptionnel, stratège militaire, homme d'État et homme politique de l'ère soviétique"



Moscou, rédaction du journal "Pravda"

3 mars 2023



Il y a 70 ans, le 5 mars 1953, est décédé I.Staline, marxiste-léniniste hors pair, homme d'État, stratège militaire et visionnaire, dirigeant du premier État socialiste du monde. Un homme dont le nom à lui seul a instillé un frisson de peur chez les ennemis de l'Union soviétique et a suscité l'enthousiasme de ses amis. La vie de Staline est l'exemple le plus éclatant du service désintéressé de la Patrie, des travailleurs, du socialisme. Il est l'une des plus grandes figures emblématiques de l'histoire du monde, un penseur, un combattant et un pionnier. Avec un esprit dialectique profond, la connaissance, le courage et la plus haute intuition, Staline a ouvert la porte de l'avenir pour l'humanité, a créé de nouvelles pages de l'histoire, a passé le grand, mais un chemin incroyablement dur vers l'inconnu. En formant des institutions sociales de la société socialiste, en créant des forces armées populaires puissantes et modernes, l'éducation, la science, la production, pendant trente ans à la tête de l'Etat soviétique, Staline a invariablement vaincu et atteint les objectifs fixés, a accompli une énorme quantité de travail, a repoussé les raids des armadas ennemies qui ont empiété sur notre patrie. Le rôle de Staline dans les succès victorieux de l'Union soviétique, en tant qu'organisateur, patriote et leader national, ne peut être surestimé. Avec Lénine, il entre de droit dans la cohorte des plus grands dirigeants de l'histoire mondiale, formant et composant la gloire de la Russie.

Les participants à la table ronde, après avoir analysé de manière exhaustive les preuves historiques et les faits, l'héritage politique et philosophique de Joseph Staline, soulignent le grand rôle créatif de l'éminent successeur de Vladimir Ilitch Lénine, qui dépasse par son échelle les réalisations de tous les dirigeants de la Russie tsariste, et son influence sur le cours de l'histoire mondiale. Les mérites de Joseph Staline dans l'organisation de la lutte de la classe ouvrière et de la paysannerie, le mouvement révolutionnaire contre l'autocratie, contre la toute-puissance de l'« élite » bourgeoise, dans la préparation et la mise en œuvre du soulèvement d'Octobre à Petrograd de 1917, dans la lutte victorieuse du pouvoir soviétique contre le mouvement blanc pendant la guerre civile, l'obtention par notre pays du statut de puissance avancée, la victoire de l'Union soviétique sur le fascisme d'Hitler et le militarisme japonais pendant la Seconde Guerre mondiale sont indéniables.

Les apologistes du capitalisme, de l'antisoviétisme et de la russophobie n'ont pas réussi à discréditer la politique de l'éminent chef de l'État et du parti soviétique, commandant en chef suprême des forces armées de l'URSS, le fait de surmonter le retard économique de notre mère patrie dans les plus brefs délais, l'industrialisation forcée, la collectivisation et la révolution culturelle. Tout cela prouve le caractère créatif des idées léninistes-staliniennes. Solution opportune de la tâche de mener à bien la modernisation accélérée de l'économie nationale soviétique, priorité des intérêts de la majorité ouvrière, implication des larges masses populaires dans la construction d'une nouvelle société, pariant sur le renforcement de la conscience patriotique du peuple, neutralisation opportune des corps retranchés sur les étages du pouvoir de l'Etat et du parti, dans les rangs de l'Armée rouge ouvrière et paysanne, NKVD, Aux entreprises et aux institutions des représentants de la «cinquième colonne» et de la clandestinité nazie en la personne des collaborateurs trotskystes-boukharine permis de jeter des bases solides pour la Grande Victoire de l'URSS, qui a sauvé le monde de la peste brune du nazisme.

Après le Grand Octobre, sans la mise en œuvre du plan de Lénine pour construire le socialisme dans un seul pays, sans le renforcement de la discipline dans le Parti et dans l'appareil administratif, sans la défaite de la "cinquième colonne", sans le travail délibéré pour renforcer la capacité défensive, il n'y aurait pas eu de mai 1945 victorieux. La défaite de l'URSS de l'Hitlérisme, la reconstruction accélérée de l'économie nationale d'après-guerre, la réduction régulière des prix de gros et de détail, la création d'un bouclier antimissile-nucléaire - une preuve évidente de la créativité du modèle de socialisme de Staline, sa pertinence par rapport aux besoins du temps et aux intérêts du pays.

Les participants de la table ronde, se concentrant sur les mérites de I.V. l'approche de Staline est non seulement à l'histoire du premier état du monde de la justice sociale. Nous parlons de la manière la plus opportune de relance et de développement de la Russie, la mise en œuvre de mesures capables d'aider à recréer la production, la défense, le potentiel scientifique et technique de notre pays, d'assurer une protection fiable de sa souveraineté, et de surmonter la crise socio-démographique. L'expérience de la politique de Staline prouve qu'il est possible de résoudre avec succès les problèmes nationaux même dans les conditions les plus difficiles de confrontation avec un environnement capitaliste hostile. Aujourd'hui seul le programme de l'opposition patriotique de gauche menée par le PCRF est en mesure de mettre en œuvre le cours longtemps subi par l'ensemble du pays. Sans la transition vers un socialisme renouvelé, sans la restauration du pouvoir soviétique, il y a une forte probabilité de développement de processus conduisant à l'épuisement définitif de la Russie, à sa désintégration et à sa colonisation par l'impérialisme occidental.

Les faits historiques et les conclusions contenus dans le rapport et les déclarations des participants à la table ronde confirment une fois de plus le rôle historique exceptionnel d'I.V. Staline, en tant que théoricien et pratique du marxisme-léninisme, stratège militaire, politicien et homme d'État. Après avoir examiné en détail le sujet soumis à la discussion, les participants à la table ronde recommandent :

1. Le gouvernement de la Fédération de Russie, conformément aux diktats de l'époque, devrait revoir fondamentalement la stratégie du cours de la politique d'État, en jetant sur ses bases l'expérience stalinienne exceptionnelle de construction du socialisme. Il est nécessaire de modifier fondamentalement les priorités et les principes de la politique intérieure et étrangère. Les parties les plus importantes de l'économie devraient être un monopole de la propriété étatique des moyens de production, une planification centrale, un budget de développement plein sang et un contrôle étatique strict. Les objectifs du gouvernement et de la société dans son ensemble doivent être la restauration et le développement du système soviétique de garanties sociales, l'accent mis sur l'éducation de la jeune génération dans l'esprit du patriotisme, de l'amitié des peuples, de l'assistance mutuelle, de la solidarité, du collectivisme et de l'humanité. Les politiques éducatives et culturelles de l'État devraient être subordonnées à cette tâche importante.

2. Le gouvernement et les autres autorités devraient mettre un terme à toute tentative de falsification de l'histoire, de profanation des traditions et des réalisations de l'URSS. Fournir une présentation véridique des faits historiques liés aux activités de V.I. Lenina, I.V. Stalina, L.P. Beria et d'autres dirigeants d'État et de parti soviétiques éminents. Pour revenir à la ville héros sur la Volga son glorieux nom historique - Stalingrad. Mettre fin à la pratique honteuse de fermer le mausolée de Lénine, en se cachant du peuple, les jours des grands jours fériés.

3. Nous exigeons la fermeture immédiate du foyer du cosmopolitisme et de l'anticommunisme, le Centre Eltsine, et la condamnation officielle des actions de Gorbatchev et Eltsine, qui, par leurs décisions, ont bloqué l'expression populaire de la volonté de préserver l'URSS. Il est nécessaire d'introduire une interdiction officielle et une responsabilité pénale pour les tentatives de glorifier et de glorifier les complices du IIIe Reich, les chefs d'État, les politiciens responsables de la destruction de l'URSS, pour les pertes massives subies par la Russie dans les années 1990.

4. Il est important que le Comité central du PCRF, les comités régionaux et locaux du parti et toutes les organisations patriotiques de gauche lancent une campagne décisive pour la défense de la vérité historique sur les grandes réalisations de l'époque soviétique et la modernisation léniniste-stalinienne.

5. Aux députés de la faction CPRF de la Douma d'Etat, les parlements régionaux présentent périodiquement des initiatives législatives visant à contrecarrer la diffusion à la télévision centrale, dans la presse périodique, dans les universités et les écoles de russophobie et antisoviétisme, sur la prévention du dénigrement de la mémoire et des enseignements de V.I. Lenina, I.V. Staline, discréditant les exploits de l'URSS. Régulièrement présenté des projets de loi visant à changer fondamentalement le modèle de développement socio-économique et politique, sur la promotion du choix socialiste.

5. Le Centre d'Etudes Politiques du Comité Central de la FRPC d'inclure dans le programme d'études des sujets liés à l'étude de la période de construction socialiste en URSS, avec la consécration des aspects clés de l'activité V.I. Lénine et I.V. Staline.

6. Les rédactions des journaux "Pravda" et "Sovietskaya Rossiya", les publications régionales du parti, le magazine "Éducation politique", les rédactions des sites Web du Comité central du PCRF, les bureaux régionaux du parti, Les savants socialistes russes (RUSO) publient régulièrement des documents exposant les mythes antisoviétiques sur l'URSS, sur la modernisation léniniste-stalinienne, sur le socialisme en général. Chaîne de télévision "Red Line" — périodiquement à l'antenne en direct avec des programmes dédiés au sujet désigné.

7. Nous exprimons notre plein appui aux forces armées de la Fédération de Russie, qui s'efforcent de mener une opération militaire spéciale pour démilitariser et dénazifier l'Ukraine, afin de libérer le peuple fraternel du joug brun. Dans le même temps, les participants à la table ronde expriment leur mécontentement face à l'absence de mesures systémiques décisives pour couper les canaux d'approvisionnement des armements occidentaux, la junte nazie fantoche de Volodymyr Zelensky. L'inaction et la réticence des cercles dirigeants russes à subordonner la politique financière et économique de l'Etat aux tâches de protection de la sécurité nationale et de l'indépendance de notre Etat.


Edité le 04-03-2023 à 21:53:08 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Le tournant du mouvement communiste international  Le KPRF et l'oeuvre de StalineNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum