Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  la crise du capitalisme 

 l'irrésistible déchéance de l'hégémonisme US

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 15-06-2021 à 22:39:43   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

On se souvient comment Trump niait le réchauffement climatique, alors qu des incendies monstres ravageaient la Californie.
Trump est parti mais aux USA l'écologie à la dérive continue, et les catastrophes climatologiques se poursuivent.


Aux États-Unis, la sécheresse arrive dangereusement tôt alors que l'eau se fait rare
Une sécheresse sévère affecte une partie de l'Amérique

Par l'AFP
Publié: 14 juin 2021 17:23
https://www.globaltimes.cn/page/202106/1226097.shtml

Des lacs à des niveaux historiquement bas, des incendies de forêt inhabituellement précoces, des restrictions d'utilisation de l'eau et désormais une vague de chaleur potentiellement record : avant même le début de l'été, l'Ouest américain souffre des effets d'une sécheresse chronique aggravée par le changement climatique.
Quatre-vingt-huit pour cent de l'Occident était en état de sécheresse cette semaine, y compris l'ensemble des États de la Californie, de l'Oregon, de l'Utah et du Nevada, selon les données officielles.

Symptôme particulièrement flagrant de cette tendance qui touche plus de 143 millions d'Américains, le lac Mead, le plus grand réservoir du pays, se situe aujourd'hui à son plus bas niveau depuis sa création dans les années 1930.
Le lac, formé lorsque l'énorme barrage Hoover a été construit sur le fleuve Colorado non loin de Las Vegas, ne représente que 36% de sa capacité, en deçà même du record établi en 2016.
Les autorités s'attendaient à quelque chose comme ça - mais pas avant août.

La situation dans le nord de la Californie, qui reçoit normalement d'abondantes précipitations en hiver et au printemps, n'est pas meilleure. Le lac Oroville, le deuxième plus grand réservoir de l'État et un élément clé d'un réseau fournissant de l'eau potable à 27 millions de Californiens, est 50 mètres plus bas qu'en 2019.
Des restrictions généralisées sur l'utilisation de l'eau semblent inévitables au cours des prochains mois, avec des ramifications potentiellement graves pour les États occidentaux. , en particulier pour les agriculteurs tributaires de l'irrigation - qui fournissent une grande partie des fruits et légumes du pays.
En Californie, dont les vastes plantations d'amandiers fournissent 80 pour cent de la production mondiale, certains agriculteurs ont déjà commencé à déraciner des arbres pour économiser l'eau.
Au 1er avril, date marquant traditionnellement les dernières chutes de neige de la région, le manteau neigeux sur les pentes supérieures de la Sierra Nevada - source d'environ un tiers de toute l'eau utilisée en Californie - n'était qu'à 60% de la moyenne.
Selon l'US Drought Monitor, un tiers de la Californie connaît actuellement une "sécheresse exceptionnelle" , le pire niveau. Et les sols secs et la végétation privée d'eau créent les conditions pour des températures encore plus élevées, alimentant un cercle vicieux dévastateur.

Sans surprise, le sud-ouest des États-Unis se prépare à une vague de chaleur extrême cette semaine, avec des températures supérieures de 11 degrés Celsius aux normes saisonnières et des maximales pouvant atteindre 120 degrés Fahrenheit à certains endroits.
Les météorologues ont émis des avertissements de chaleur, affirmant que Las Vegas, par exemple, pourrait atteindre 115 degrés Fahrenheit, dépassant un record établi en 1940. Les autorités sont particulièrement préoccupées par les incendies de forêt, qui sont arrivés de manière inhabituelle en 2021 et avec une intensité rare. Fin mai, les incendies en Californie avaient détruit cinq fois plus de végétation qu'en 2020 à ce stade.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Grand classique (ou très bavard)
1120 messages postés
   Posté le 16-06-2021 à 06:12:27   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Ce sont des observations, des mesures qui traduisent le réchauffement climatique présent. Est-ce que ces évolutions dépendent de l'activité humaine? Pas facile à démontrer, seuls quelques idéologues écologistes s'y aventurent, sans apporter la moindre démonstration.
Que peuvent faire les hommes? Les choix des sociétés libérales (genre Etats-Unis) ou autoritaires (genre URSS) pour l'aménagement de leurs territoires sont souvent assez proches, grands barrages, canaux, pour favoriser l'irrigation avec des catastrophes quelques années après, l'urbanisation avec l'agriculture industrielle, tous sans réel impact sur la courbe mesurant les températures, le soleil reste le grand maître du jeu et les bla-bla des politiciens écologisés tout juste des diversions pour ne pas bousculer l'ordre social dominant dans le monde occidental de l'impérialisme américain.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 16-06-2021 à 16:48:31   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Il est connu pour prendre de petits exemples que le remembrement a détruit la faune et les fossés d'irrigation entre les parcelles, que les pesticides tuent les abeilles et les oiseaux, que le bétonnage favorise le ruissellement, et que le tout routier au détriment du ferroviaire ou du fluvial pollue davantage.
Sans rien retirer aux critiques qu'on peut faire sur l'écologisme et ses dérives antisociales, il est toujours possible d'atténuer les émissions carbone, la déforestation, le bétonnage, qui favorisent les désastres climatiques, et de gagner sur les déserts.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 11-10-2021 à 22:53:56   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

On notera : "le juge de district américain Robert Pitman avait accédé à la demande de l'administration du président Joe Biden, émettant une injonction préliminaire mettant fin à l'application de la loi texane. Pitman a déclaré que cela violait la décision historique de la Cour suprême de 1973 dans Roe v. Wade, qui consacrait le droit légal d'une femme à l'avortement.
Le procureur général du Texas, Ken Paxton, un républicain, a fait appel de cette décision, et l'appel a été accordé vendredi."


Le sujet de l'avortement divise la société américaine. C'est une des divisions de cette société. Clairement le changement de gouvernement n'a pas résolu le problème puisque les républicains font adopter une loi contre la volonté du président, et c'est alors une autre contradiction qui apparaît, entre un état et l'état fédéral, ce qui constitue un problème constitutionnel.




MONDE / AMÉRIQUES
La plupart des avortements à nouveau interdits au Texas

Par l'AFP
Publié: 10 oct. 2021 17:23 PM

Les Texans se sont de nouveau retrouvés samedi sous l'interdiction de la plupart des avortements à la suite d'une décision d'une cour d'appel fédérale américaine qui est intervenue quelques jours seulement après leur autorisation temporaire.
La décision de vendredi de la Cour d'appel du cinquième circuit a temporairement annulé une décision de mercredi et a effectivement rétabli l'interdiction de la plupart des avortements une fois qu'un rythme cardiaque fœtal est détecté.
Planned Parenthood a déclaré dans un communiqué que les rendez-vous pour les patientes cherchant à avorter après six semaines de grossesse seraient annulés jusqu'à nouvel ordre.
Le coup du lapin et la nature temporaire des décisions signifiaient que seule une fraction des cliniques d'avortement du Texas avaient recommencé à mener la procédure au-delà de ce qui était autorisé en vertu de l'interdiction.
Les groupes anti-avortement ont applaudi la dernière décision.
"C'est une prière exaucée", a déclaré Kimberlyn Schwartz, directrice des médias et de la communication de Texas Right to Life, dans un communiqué.
Mercredi, le juge de district américain Robert Pitman avait accédé à la demande de l'administration du président Joe Biden, émettant une injonction préliminaire mettant fin à l'application de la loi texane. Pitman a déclaré que cela violait la décision historique de la Cour suprême de 1973 dans Roe v. Wade, qui consacrait le droit légal d'une femme à l'avortement.
Le procureur général du Texas, Ken Paxton, un républicain, a fait appel de cette décision, et l'appel a été accordé vendredi.
Le gouvernement américain a jusqu'à mardi pour répondre, selon les documents déposés par le tribunal.
Après cela, le tribunal peut décider d'autoriser le maintien de la loi ou de laisser une juridiction inférieure bloquer à nouveau l'interdiction temporairement.

AFP

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 08-11-2021 à 00:20:24   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

https://www.lepoint.fr/monde/le-congres-americain-valide-une-partie-des-reformes-biden-06-11-2021-2450859_24.php

Le plan colossal d'investissements de Joe Biden rencontre l'opposition chez des démocrates :

__________________


Vendredi 5 novembre, le Congrès américain a finalement adopté une partie des vastes réformes engagées par Joe Biden lors de son arrivée au pouvoir, et pour lesquelles le président démocrate bataille contre sa propre majorité depuis de longs mois. Le Congrès a donc accepté le plan de rénovation des infrastructures publiques, déjà voté en août par le Sénat, et prévoyant près de 1 200 milliards dollars d’investissements.
Le président américain, qui n’a plus qu’à signer le texte pour qu’il entre en vigueur, ne peut cependant profiter que d’une demi-victoire, puisque l’autre volet de ses réformes portant sur la sécurité sociale et le climat n’a toujours pas été validé par le Congrès. L’équipe du président n’est pas parvenue à obtenir un vote vendredi sur son autre gigantesque plan d’investissements dans les domaines social et écologique.

Il fallait 218 voix aux démocrates pour faire adopter le plan destiné à moderniser les routes, les ponts et l’Internet à haut débit et considéré comme l’un des plus ambitieux de l’histoire moderne américaine. Ils en ont obtenu 228 contre 206, grâce à l’apport de voix républicaines, et l’approbation de la loi a été saluée par une salve d’applaudissements.

Joe Biden, qui a un besoin urgent de relancer sa présidence, espérait vendredi matin faire avancer deux textes majeurs à la Chambre des représentants : ce plan d’investissements et un vaste programme de refonte du système de protection sociale et de lutte contre le réchauffement climatique d’un montant de 1 750 milliards de dollars.
Mais les dirigeants démocrates ont dû renoncer à un vote d’approbation de ce dernier texte, l’aile centriste du parti réclamant des précisions de chiffrage. Les franges modérées et progressistes du parti se sont finalement entendues sur un vote de procédure visant à enclencher le processus parlementaire.
Joe Biden, confronté à une baisse de popularité à un an des élections parlementaires de mi-mandat, a précisé que son vaste programme social devrait être voté par la Chambre dans la semaine du 15 novembre au plus tard, avant que le Sénat ne s’en saisisse.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 17-12-2021 à 15:26:24   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

GT Voice : la dépendance aux sanctions met en évidence le mauvais contrôle du fentanyl aux États-Unis

Par Global Times
Publié: 16 déc. 2021 21:07

https://www.globaltimes.cn/page/202112/1241679.shtml

Des paquets de fentanyl principalement sous forme de poudre et de méthamphétamine, que les douanes et la protection des frontières américaines disent avoir saisis dans un camion traversant l'Arizona en provenance du Mexique, sont exposés lors d'une conférence de presse au port de Nogales, Arizona, États-Unis, le 31 janvier 2019.

Le président américain Joe Biden a signé mercredi deux nouveaux décrets imposant des sanctions à 25 entités et individus prétendument impliqués dans le trafic de drogue, parmi lesquels quatre entreprises chimiques chinoises et un citoyen chinois figuraient sur la liste des sanctions pour fourniture de produits chimiques utilisés pour fabriquer du fentanyl.
Cette décision a été considérée comme une expression délibérée du mécontentement des États-Unis envers la gestion et la réglementation par la Chine de la production d'opioïdes. Mais plutôt que de renvoyer la balle à la Chine ou à tout autre pays, les États-Unis ont besoin d'une « prescription » plus efficace pour empêcher l'abus de fentanyl.

La toxicomanie impliquant un opioïde synthétique connu sous le nom de fentanyl devenant l'une des causes de décès à croissance rapide aux États-Unis, il existe une idée fausse persistante selon laquelle les États-Unis pensent que leur crise d'abus de fentanyl est le résultat de sociétés chinoises produisant ou vendant le médicament. Il n'est pas rare de voir des politiciens et des médias américains accuser la Chine de vendre du fentanyl ou des précurseurs chimiques qui se retrouvent sur les côtes américaines.

Avec un parti pris enraciné contre la Chine, les États-Unis sont habitués à blâmer Pékin pour presque tout. Et la question du fentanyl ne fait pas exception. Pourtant, il convient de préciser que la crise de l'abus de fentanyl aux États-Unis ne vient pas de Chine et est en fait un problème social aux États-Unis. Ce n'est un secret pour personne que certaines sociétés pharmaceutiques américaines ont fait passer leurs propres intérêts économiques avant la santé publique en encourageant activement les gens à utiliser du fentanyl sur ordonnance il y a quelques années, ce qui a entraîné la propagation rapide de la dépendance au fentanyl.

Le gouvernement chinois a toujours gardé les stupéfiants ou les opioïdes synthétiques sous contrôle strict. Depuis le 1er mai 2019, la Chine a ajouté tous les analogues liés au fentanyl à la liste des drogues contrôlées du pays, avec 25 analogues du fentanyl et deux précurseurs sur la liste, plus que les 21 analogues de la liste des Nations Unies. Et les autorités chinoises ont toujours coopéré avec les États-Unis pour lutter contre le trafic de fentanyl.

L'une des forces institutionnelles de la Chine en matière de contrôle des drogues est son système strict de haut en bas, c'est pourquoi il est rare que les gens aient accès aux médicaments par les canaux médicaux en Chine.

Par comparaison, en tant que pays avec l'abus de fentanyl le plus grave et la plus grande production d'analogues liés au fentanyl au monde, les États-Unis n'ont pas encore officiellement classé les analogues liés au fentanyl comme drogues contrôlées.

Le contraste frappant entre la Chine et les États-Unis sur la réglementation du fentanyl montre la vraie raison pour laquelle un nombre croissant d'Américains meurent plus que jamais d'overdoses de drogue. Plus de 100 000 décès par surdose ont été signalés entre avril 2020 et avril 2021, en hausse de 28,5% par rapport aux 12 mois précédents, selon les données des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis.

Avec 5 pour cent de la population mondiale, les États-Unis consomment environ 80 pour cent des opioïdes du monde. N'est-il pas évident d'où se trouvent les racines de la crise de l'abus de fentanyl aux États-Unis ? C'est un échec total de la gouvernance du gouvernement américain, résultat de l'indulgence irresponsable de l'abus de drogues par les gouvernements fédéral et étatiques. Si quelque chose comme cela s'était produit en Chine, les responsables auraient été tenus de rendre des comptes couche par couche.

Si les États-Unis continuent de pointer du doigt les autres sur la crise du fentanyl au lieu de reconnaître leurs propres lacunes, ils ne se retrouveront que dans une impasse lorsqu'il s'agira de résoudre leur problème de drogue.

Ce que les États-Unis doivent faire maintenant, c'est imposer un contrôle strict pour lutter contre les drogues illégales, au lieu de brandir la menace de sanctions sans fin.

Si les États-Unis continuent à être dépendants des sanctions, d'autres pays deviendront de plus en plus clairs sur le fait qu'il s'agit d'un outil utilisé pour masquer un échec de la gouvernance nationale.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 20-12-2021 à 22:43:24   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Paralysie politique, flambée de Covid: la présidence Biden craque de toutes parts

20/12/2021

https://www.boursedirect.fr/fr/actualites/categorie/a-la-une/paralysie-politique-flambee-de-covid-la-presidence-biden-craque-de-toutes-parts-afp-ec23d2e6e48ebc81e9d3293c7600ba11bc0eaa76

Paralysé par le veto d'un unique sénateur à ses gigantesques réformes environnementales et sociales censées armer les Etats-Unis face aux défis du XXIème siècle, impuissant face à la flambée de Covid-19, Joe Biden voyait lundi sa présidence craquer de toutes parts.
De retour à la Maison Blanche après un week-end en famille, le président démocrate, porteur d'un épais masque noir, s'est dirigé vers le Bureau ovale sans adresser un mot ni un regard aux journalistes qui l'attendaient à sa descente d'hélicoptère.
Son agenda ne prévoit, pour l'heure, aucune apparition publique lundi.

Son plan "Build Back Better", 1.750 milliards de dollars de dépenses devant faire triompher l'Amérique face au changement climatique et à la concurrence de la Chine, a reçu un coup peut-être fatal ce week-end après que le sénateur démocrate Joe Manchin, doté de facto d'un droit de veto, a décidé de voter contre.

Le président de 79 ans s'est jusqu'ici contenté d'un tweet, dans lequel il se dit "plus déterminé que jamais" à défendre ce projet devant, entre autres, faire nettement baisser le coût de l'insuline.
Le chef de file des démocrates du Sénat, Chuck Schumer, tentait lui de remonter le moral des troupes en promettant dans un communiqué: "Nous allons voter sur une version révisée" du grand projet, "et nous continuerons à voter jusqu'à ce que nous ayons quelque chose."

Revirement "inexplicable"
Mais que pourra-t-il bien rester du projet le plus important de la présidence Biden sans la voix de Joe Manchin?
Après l'avoir révélé dimanche sur Fox News, la chaîne conservatrice qu'affectionnait Donald Trump, l'élu de Virginie-Occidentale a répété lundi dans une interview à la radio West Virginia Metro News qu'il ne voterait pas en faveur de ces "réformes très très ambitieuses" visant à baisser le coût de la garde d'enfants ou des médicaments, à soutenir le pouvoir d'achat des ménages ou à encourager l'achat de voitures électriques.
Ce centriste craint un effet inflationniste et juge que les aides devraient être plus ciblées.

Sans lui, plus de majorité aux démocrates au Sénat. Et impossible de compter, comme Joe Biden l'a fait récemment pour voter de gigantesques dépenses d'infrastructures, sur des voix de l'opposition: les républicains considèrent que "Build Back Better" ferait basculer l'Amérique dans le "socialisme", l'ultime repoussoir politique aux Etats-Unis.

La Maison Blanche a laissé s'exprimer sa frustration dimanche dans un communiqué d'une virulence inédite de sa porte-parole Jen Psaki, fustigeant "un revirement soudain et inexplicable" et une "violation" des engagements de Joe Manchin.

"Ce n'est pas le président, ce sont ses collaborateurs" qui ont fait "des choses inexcusables", a dit le sénateur de manière assez énigmatique lundi, après avoir brutalement mis fin aux discussions, lui qui a été pendant des semaines l'objet de toutes les attentions de la Maison Blanche.
Ce revirement entame encore un peu plus le crédit politique de Joe Biden, dont la cote de confiance est déjà très basse, à un an d'élections législatives de mi-mandat qui pourraient tourner au désastre pour les démocrates.
Le président, ancien sénateur qui se targue de maîtriser comme personne le jeu parlementaire, s'était en effet personnellement investi auprès de Joe Manchin - au grand dam des progressistes de son parti, qui se sentent floués.

Omicron
Impuissant face au sénateur d'un petit Etat rural de 1,7 million habitants, le président semble l'être aussi face à la nouvelle vague du Covid-19 qui s'abat sur le pays, déjà le plus endeuillé au monde par la pandémie, avec plus de 800.000 décès à ce jour.

Des gens font la queue pour se faire tester pour le Covid-19 à New York le 17 décembre 2021Des gens font la queue pour se faire tester pour le Covid-19 à New York le 17 décembre 2021 ( Ed JONES / AFP )
Partout dans le pays, les files s'allongent devant les centres de dépistage, les compétitions sportives et les spectacles sont annulés, les universités renvoient les étudiants chez eux... Un désastre pour Joe Biden qui, après le chaos de la présidence Trump, s'était fait élire sur la promesse de mettre fin à la pandémie.

Mais comment tenir cette promesse dans un pays profondément divisé où le pouvoir de l'Etat fédéral est, de toute façon, limité? Où toute contrainte, qu'il s'agisse du port du masque ou des vaccins, fait l'objet de polémiques et de nombreux recours judiciaires?

Joe Biden doit s'adresser aux Américains mardi au sujet du variant Omicron. Son conseiller sur la crise sanitaire, Anthony Fauci, a annoncé la couleur dimanche: "Nous allons avoir des semaines ou des mois difficiles à mesure que nous nous approchons de l'hiver".

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 23-01-2022 à 22:43:54   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

En ligne sur l'Association Nationale des Communistes


Pourquoi l’empire américain en difficulté pourrait s’effondrer rapidement

dimanche 7 novembre 2021 par Richard D. Wolff


Les guerres perdues par les États-Unis en Irak et en Afghanistan ont montré un dépassement impérial au-delà de ce que même 20 ans de guerre pouvaient gérer. Le fait que les défaites se soient prolongées pendant tant d’années montre que la politique intérieure et le financement du complexe militaro-industriel national ont été, plus que la géopolitique, les principaux moteurs de ces guerres. Les empires peuvent mourir à force d’aller trop loin et de sacrifier des objectifs sociaux généraux aux intérêts étroits de minorités politiques et économiques.

Les États-Unis, qui représentent 4,25 % de la population mondiale, sont responsables d’environ 20 % des décès dus au COVID-19 dans le monde. Cette riche superpuissance mondiale, dotée d’une industrie médicale très développée, s’est avérée mal préparée et incapable de faire face à une pandémie virale.

Elle est maintenant aux prises avec un énorme segment de sa population qui semble si éloigné des grandes institutions économiques et politiques qu’il risque l’autodestruction et réclame le "droit" d’infecter les autres. Le refus d’accepter le vaccin COVID-19 et les masques obligatoires au nom de la "liberté" est un mélange effrayant de confusion idéologique, de division sociale et d’hostilité croissante au sein de la population.
Les événements du 6 janvier à Washington, D.C., n’ont montré que la pointe de cet iceberg.

Les niveaux de la dette - gouvernementale, des entreprises et des ménages - ont tous atteint ou approché des records historiques et sont en hausse. La Réserve fédérale, avec ses années d’assouplissement quantitatif, alimente et donc soutient l’augmentation des dettes. Les responsables au plus haut niveau discutent actuellement de l’émission éventuelle d’une pièce de platine de mille milliards de dollars pour que la Fed accorde cette somme en nouveaux crédits au Trésor américain afin de permettre une augmentation des dépenses du gouvernement américain.

L’objectif va bien au-delà des querelles politiques sur le plafond de la dette nationale. L’objectif n’est rien d’autre que de libérer le gouvernement pour qu’il puisse injecter encore plus de quantités massives d’argent frais dans le système capitaliste afin de le soutenir en période de difficultés sans précédent.

La Fed a appris que le capitalisme d’aujourd’hui a besoin de tels quanta de stimulus monétaire grâce aux trois récents krachs (2000, 2008 et 2020) dont le système capitaliste a été témoin. Un empire désespéré s’approche d’une version de la théorie monétaire moderne que les dirigeants de l’empire ont raillée et rejetée il n’y a pas si longtemps.

L’extrême inégalité, qui était déjà un trait distinctif des États-Unis, s’est aggravée pendant la pandémie. Cette inégalité alimente l’augmentation de la pauvreté et des divisions sociales entre les nantis, les démunis et ceux qui pensent être les nantis, de plus en plus inquiets.

Les tentatives des employeurs pour récupérer les profits perdus à cause de la pandémie et du crash capitaliste en 2020 et 2021 ont conduit beaucoup d’entre eux à imposer des pressions supplémentaires sur les employés. Cela a conduit à des grèves officielles et officieuses qui se poursuivent dans un contexte de réveil du mouvement syndical.
Au niveau individuel, le taux de travailleurs qui quittent leur emploi a atteint des sommets.

Les tentatives des employeurs de récupérer les bénéfices perdus au cours des deux dernières années se traduisent également par l’inflation qui frappe l’empire. Les employeurs fixent les prix de ce qu’ils vendent. Ils savent que la Fed a augmenté le pouvoir d’achat potentiel en inondant les marchés d’argent frais.
La demande, freinée par la pandémie et les crises économiques, contribuera, au moins pendant un certain temps, à soutenir l’inflation. Mais même si elle est temporaire, l’inflation aggravera encore les inégalités de revenus et de richesses et préparera ainsi les États-Unis au prochain krach.
En plus des trois krachs de ce nouveau siècle (2000, 2008 et 2020), chacun étant pire que le précédent, un autre krach, qui pourrait être encore pire, pourrait remettre en question la survie du système capitaliste.

Incendies, inondations, ouragans, sécheresses : les signes de la catastrophe climatique - sans parler de ses coûts qui grimpent rapidement - s’ajoutent au sentiment de malheur imminent provoqué par tous les autres signes du déclin de l’empire.
Là encore, l’infime minorité de dirigeants de l’industrie des combustibles fossiles a réussi à bloquer ou à retarder l’action sociale nécessaire pour faire face au problème.

Les empires déclinent lorsque leurs longues habitudes de servir les élites minoritaires les rendent aveugles aux moments où la survie du système exige de passer outre les besoins de ces élites, du moins pour un temps.

Pour la première fois depuis plus d’un siècle, les États-Unis ont un concurrent mondial réel, sérieux et en pleine ascension. Les systèmes britannique, allemand, russe et japonais n’ont jamais atteint ce statut. C’est maintenant le cas de la République populaire de Chine.

Aucune politique américaine bien établie vis-à-vis de la Chine ne s’est avérée réalisable en raison des divisions internes des États-Unis et de la croissance spectaculaire de la Chine. Les dirigeants politiques et les entrepreneurs de la "défense" trouvent le dénigrement de la Chine attrayant. Dénoncer la Chine sert de bouc émissaire populaire pour de nombreux politiciens des deux partis et de soutien à des dépenses militaires toujours plus élevées.

Cependant, des segments importants des grandes entreprises ont investi des centaines de milliards en Chine et dans les chaînes d’approvisionnement mondiales liées à la Chine. Elles ne veulent pas les risquer. En outre, pendant des décennies, la Chine a offert l’une des forces de travail les moins chères, les mieux éduquées et formées et les plus disciplinées du monde, associée au marché à la croissance la plus rapide du monde pour les biens d’équipement et de consommation.

Les entreprises américaines compétitives sont convaincues que pour réussir à l’échelle mondiale, elles doivent être bien établies dans ce pays qui compte la plus grande population du monde, parmi les travailleurs les moins coûteux du monde, et dont le marché connaît la croissance la plus rapide.

Tout ce qui est enseigné et appris dans les écoles de commerce va dans ce sens. C’est ainsi que la Chambre de commerce des États-Unis s’est opposée aux guerres commerciales/tarifaires de l’ancien président Donald Trump et s’oppose aujourd’hui au programme exagéré de "China-bashing" du président Joe Biden.

Les États-Unis n’ont aucun moyen de changer les politiques économiques et politiques de base de la Chine, car ce sont précisément ces politiques qui ont permis à la Chine d’atteindre la position enviée dans le monde entier de concurrent d’une superpuissance comme les États-Unis. Le problème pour l’empire américain s’accroît, et les États-Unis restent coincés dans des divisions qui empêchent tout changement significatif, sauf peut-être un conflit armé et une guerre nucléaire impensable.

Lorsque les empires déclinent, ils peuvent glisser dans des spirales descendantes qui s’auto-renforcent. Cette spirale descendante se produit lorsque les riches et les puissants réagissent en utilisant leur position sociale pour se décharger des coûts du déclin sur la masse de la population. Cela ne fait qu’aggraver les inégalités et les divisions qui ont provoqué le déclin en premier lieu.

Les "Pandora Papers", récemment publiés, offrent un aperçu utile du monde complexe des vastes richesses cachées aux gouvernements qui collectent les impôts et à l’opinion publique. Cette dissimulation est en partie motivée par la volonté d’isoler la richesse des riches de ce déclin.
Cela explique en partie pourquoi l’exposition des Panama Papers en 2016 n’a rien fait pour mettre fin à cette dissimulation. Si le public connaissait les ressources cachées - leur taille, leurs origines et leurs objectifs - la demande publique d’accès aux actifs cachés deviendrait écrasante. Les ressources cachées seraient considérées comme les meilleures cibles possibles à utiliser pour ralentir ou inverser le déclin.

Le déclin provoque davantage de dissimulation, ce qui à son tour aggrave le déclin. La spirale descendante est engagée. De plus, les tentatives de distraire un public de plus en plus anxieux - diaboliser les immigrants, faire de la Chine un bouc émissaire et s’engager dans des guerres culturelles - ont un rendement décroissant.

Le déclin de l’empire se poursuit mais reste largement nié ou ignoré comme s’il n’avait pas d’importance. Les vieux rituels de la politique, de l’économie et de la culture conventionnelles se poursuivent. Seuls leurs tons sont devenus ceux de profondes divisions sociales, de récriminations amères et d’hostilités internes manifestes qui prolifèrent dans tout le paysage.
Cela mystifie et bouleverse les nombreux Américains qui ont encore besoin de nier que le capitalisme américain est en crise et que son empire est en déclin.

Traduction JP+DeepL

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 13-02-2022 à 19:47:55   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Global Times analyse du côté chinois l'agitation des USA en Europe. Depuis plusieurs semaines ils annoncent l'imminence d'une agression qui ne vient pas et chauffent à blanc l'Ukraine, la Lituanie, la Pologne, et l'île chinoise de Taïwan pour mobiliser les alliés occidentaux. Certains se contentent d'approuver ou de participer à quelques manoeuvres sans vouloir d'engager dans une guerre. D'autre prennent leurs distances, et finalement l'armée occidentale n'est pas prête à intervenir. La guerre a échoué avant d'avoir commencé.

____________________________


Les États-Unis recrutent des alliés du Quad pour mener des "guerres sur deux fronts" avec la Chine et la Russie, malgré l’épuisement de leurs forces.

Par Zhang Han et Wang Wenwen
Publié : 11 févr. 2022 11:51 PM

https://www.globaltimes.cn/page/202202/1252049.shtml
Selon les observateurs, il est plus clair que jamais que les États-Unis transforment le Quad en un outil au service de leur propre objectif stratégique consistant à contrer simultanément la Chine et la Russie. En effet, le secrétaire d'État américain Antony Blinken a abordé le sujet de la crise ukrainienne lors de la réunion de vendredi des ministres des affaires étrangères du Quad, alors que ce groupe composé des États-Unis, de l'Australie, du Japon et de l'Inde a été formé pour les affaires " indo-pacifiques " et pour cibler la Chine.

M. Blinken a déclaré que les États-Unis devaient défendre avec leurs alliés un système fondé sur des règles menacé par "l'agression chinoise" et que la réponse du monde à la crise ukrainienne était observée par "d'autres", ce qui, selon Bloomberg, était une référence précise à "l'expansion" de la Chine en Asie. M. Blinken a également prévenu que la Russie rassemblait davantage de troupes et qu'une invasion de l'Ukraine pourrait survenir "à tout moment", bien que le Kremlin ait nié une telle intention et exhorté l'OTAN à se retenir.

Les experts chinois pensent que Washington essaie de déclarer sa détermination à se battre et qu'il peut gagner sur deux fronts - la Chine et la Russie - en même temps pour souligner le statut hégémonique des États-Unis, et fait de son mieux pour mobiliser autant d'alliés et de partenaires que possible pour servir cet objectif stratégique dans un contexte d'anxiété sans précédent face à des relations Chine-Russie.
Ils ont toutefois souligné que l'administration Biden s'est gravement trompée et a mal évalué la situation internationale, car les États-Unis d'aujourd'hui, profondément divisés et en proie à des problèmes intérieurs, n'ont ni la capacité de contenir deux grandes puissances simultanément, ni le leadership nécessaire pour conserver la confiance de leurs alliés.

L'homme qui se noie

Jeudi, le président américain Joe Biden a exhorté les Américains présents en Ukraine à quitter les lieux immédiatement et a prévenu que "les choses pourraient devenir rapidement folles" dans une interview accordée à la chaîne NBC. Ces remarques ont été interprétées par les observateurs chinois comme un nouveau battage de la menace d'une "invasion russe" pour persuader ses alliés de se joindre aux actions contre la Russie.
Le plan américain a fonctionné dans une mesure très limitée lorsque le ministre japonais des Affaires étrangères, Yoshimasa Hayashi, a déclaré qu'il "partageait les graves préoccupations " concernant le renforcement militaire russe lors de sa rencontre avec M. Blinken. La ministre australienne des affaires étrangères, Marise Payne, a également déclaré que "le renforcement militaire russe à la frontière de l'Ukraine a profondément préoccupé l'Australie et nos alliés et partenaires" , bien que l'Australie, très isolée dans le Pacifique Sud, ait peu de contacts avec la Russie et ne s'intéresse pas à cette question.

Chen Hong, professeur et directeur du Centre d'études australiennes de l'Université normale de Chine orientale, a déclaré vendredi au Global Times que les États-Unis étaient désireux de combiner tous leurs outils et de mobiliser les plateformes dirigées par les États-Unis pour s'attaquer à la fois à la crise ukrainienne et à l'essor de la Chine.
Lü Xiang, chercheur à l'Académie chinoise des sciences sociales, a déclaré vendredi au Global Times que les États-Unis ressemblaient davantage à un homme qui se noie et qui s'agrippe à une paille. Mais plus les États-Unis veulent donner à leur propre population et au monde l'impression qu'ils peuvent gérer les confrontations avec la Chine et la Russie et maintenir un ordre mondial dirigé par les États-Unis, plus ils se trouvent dans une situation embarrassante car leurs échecs en matière de gouvernance intérieure, de système démocratique et d'opérations à l'étranger, comme le retrait d'Afghanistan, sont évidents pour tous.
M. Chen a également déclaré que le fait de mélanger la crise ukrainienne et la stratégie indo-pacifique mettait en évidence l'anxiété "sans limite" des États-Unis à l'égard des relations Chine-Russie, qui a été consolidée par une déclaration commune signée après la rencontre en tête-à-tête des deux hauts dirigeants le 4 février, avant la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de Pékin.
Yury Tavrovsky, chef du centre d'analyse "Rêve russe-rêve chinois" du Club d'Izborsk, a déclaré vendredi au Global Times que les États-Unis sous Trump ont surestimé leur capacité à mener deux "guerres froides" simultanément et ont ajouté le "front chinois" au "front russe" déjà opérationnel.
Aujourd'hui, Biden veut faire appel à tous les pays capitalistes libéraux pour soutenir la puissance déclinante de l'Amérique, et le Quad, l'AUKUS et le soi-disant sommet pour la démocratie en sont les manifestations. Cette façon de faire divise davantage le monde et accélère le partenariat Chine-Russie, a déclaré l'expert.

Sergey Biryukov, professeur à l'Institut sibérien de gestion de Novosibirsk (Russie), a déclaré au Global Times qu'en raison du développement de leur partenariat, la Chine et la Russie ont eu la possibilité de contenir la militarisation de la région grâce aux structures de la Quad et de l'AUKUS.

Volontés et réalités

Les États-Unis voulaient vanter la "menace chinoise" dans la région indo-pacifique et la "menace russe" en Europe, mais ils ne savaient pas exactement dans quelle mesure leurs alliés y adhéreraient, selon les experts.
La Quad elle-même n'est pas un mécanisme performant et ne peut guère donner de résultats concrets, sans compter que les membres de la Quad hésitent à faire de la Russie leur cible, a déclaré M. Lü.
Le Japon, en dépit de ses différends territoriaux avec la Russie, n'en fera pas une priorité et l'Inde ne considérera pas non plus la Russie comme une cible. Selon les experts, les États-Unis ne peuvent obtenir rien de plus qu'un soutien verbal sur la question de l'Ukraine à la table de la Quadrilatérale.
Bien que l'Inde puisse être motivée pour créer des problèmes à la Chine par le biais de la Quadrilatérale, elle a davantage à se soucier de ses affaires internes, notamment de l'épidémie, des chaînes d'approvisionnement et des technologies commerciales, selon les experts.
Les États-Unis pourraient courtiser le Japon pour créer des problèmes à la Chine, car les deux voisins d'Asie de l'Est connaissent des difficultés dans leurs relations bilatérales. Mais le Japon ne servira pas complètement d'instrument aux États-Unis et il a maintenu des canaux de dialogue avec la Chine pour traiter les problèmes et gérer les conflits.
L'Australie semble être le seul fidèle des Etats-Unis dans le bloc, pariant tout sur la détérioration des relations Chine-Etats-Unis comme un joueur désespéré et envisageant même d'étendre sa cible à la Russie, mais les Etats-Unis n'apprécieront pas le sacrifice de l'Australie ou ne compenseront pas les pertes lorsque les Etats-Unis procéderont à un ajustement de leur politique, selon les experts.
La Lituanie, un pays qui n'est pas membre de la Quadrilatérale, a envoyé son ministre des affaires étrangères, Gabrielius Landsbergis, en Australie afin d'obtenir un plus grand soutien pour sa position dans le contexte des prises de bec avec la Chine. Le pays entretient également des relations intenses avec la Russie. Selon les experts, la nation balte est tellement liée au bateau américain par certains politiciens qu'elle a peu de latitude pour faire ce qui est bénéfique pour son peuple.

Selon M. Lü, les États-Unis mettent le feu partout pour démontrer leur compétence et leur attrait aux yeux de leurs alliés, et utilisent tous les outils à leur disposition pour gagner la " bataille sur deux fronts" , mais ils ont oublié qu'ils n'ont plus le leadership nécessaire pour demander aux autres d'éteindre le feu.

Les alliés doivent réfléchir à deux fois avant de prendre des engagements réels au-delà du soutien rhétorique aux États-Unis, compte tenu de l'incertitude de la politique intérieure américaine, à savoir les élections de mi-mandat et l'élection présidentielle de 2024, selon les experts.
Le dernier crash d'un F35 et la collision d'un sous-marin nucléaire en mer de Chine méridionale ont rappelé au public tout ce que les États-Unis peuvent accomplir dans le cadre de leur ambitieuse stratégie indo-pacifique, a déclaré M. Lü.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 14-08-2022 à 18:58:05   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les provocations US viennent encore de s’accentuer avec la visite de congressistes démocrates à Taïwan aujourd’hui même.

Ces provocations traduisent en fait un état de fébrilité et d’impuissance, et Global Times a de nouveau commenté les mésaventures de Trump :

“l’affaire détournera les Américains des problèmes économiques américains tels que l’inflation vers des luttes partisanes, prouvant une fois de plus que le système politique américain est en grave crise et en dysfonctionnement car il n’a pas réussi à gérer efficacement les problèmes qui comptent pour la vie des gens, mais a déchiré la société en intensifiant la lutte partisane”.
De son côté, le site russe topwar nous montre que parler de “récession” aux USA est devenu un péché mortel.

_________________


Le membre du parti de Joe Biden, le maire de New York, Eric Adams, s’est durement opposé au président américain en réponse à la déclaration de ce dernier selon laquelle il n’y a en fait pas de récession en Amérique. Le chef de la capitale financière des États-Unis a déclaré que l’Amérique “se trouve dans une telle crise financière qu’il est impossible de l’imaginer” .

Wall Street s’effondre ; nous sommes en récession


Adams a exposé succinctement l’état des choses dans l’économie américaine.

Plus tôt, le président Joe Biden, commentant la chute du PIB au cours des deux trimestres de cette année, a déclaré qu’il n’y avait pas de récession aux États-Unis. La baisse du PIB de 1,6% au premier trimestre et de 0,9% au second, le président l’a expliquée par la croissance sans précédent de l’économie du pays l’année dernière. Biden a même tenté de développer la démagogie en déclarant que le terme récession dans la théorie économique n’a pas de définition mathématique claire.

Non loin derrière son patron se trouve l’attachée de presse de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, qui, à sa manière habituelle d’éviter les questions désagréables des journalistes, a déclaré lors d’un point de presse que la chute du PIB, est en fait une “transition vers une économie plus stable”. » après « une forte croissance économique ” en 18 mois grâce au travail du Président.

Plus tôt, la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a déclaré que la baisse du PIB du pays pendant deux trimestres consécutifs n’était pas une récession. Selon le principal financier du pays, l’état de l’économie américaine ne doit pas être considéré comme une “récession”, mais comme un “ralentissement”. Yellen a tenté de rassurer les Américains en disant que même si l’inflation est élevée, il faut croire au meilleur et que “ la Fed va tout résoudre” .

Le ralentissement économique s’est produit contrairement aux prévisions des économistes, qui tablaient sur une légère augmentation du PIB américain de 0,3 %. Selon le New York Post, “les tentatives de la Réserve fédérale pour freiner l’inflation ont plutôt échoué” .

Cette confusion avec la terminologie économique a eu des conséquences inattendues. Les Américains ont commencé à remplir massivement Google avec la requête “qu’est-ce qu’une récession ” et ont presque “ abandonné ” Wikipedia. Selon les médias américains, l’article de Wikipédia avec ce terme a été modifié 47 fois et a ajouté qu’ “il n’y a pas de consensus mondial sur la définition d’une récession” . Plus tard, les utilisateurs qui tentaient de modifier l’article étaient généralement bannis.

Apparemment, le maire de New York a dû s’expliquer suivant la ligne du parti. Selon le New York Post, après ce discours scandaleux, Adams a fait marche arrière et a déclaré :

Le président décidera du nom officiel de la situation où nous sommes; c’est le président, et je suis l’exemple du président. Nous traversons une période économique difficile, mais nous nous en sortirons parce que je crois au président” .

Voilà à quoi ressemblent vraiment la démocratie et le pluralisme à l’américaine. Alexandre Grigoriev

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 14-08-2022 à 20:52:24   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La menace juridique qui pèse sur Trump risque de transformer les élections américaines de mi-mandat en conflit partisan au lieu de résoudre les problèmes économiques urgents.

Par Yang Sheng

Publié : 14 août 2022 10:02 PM Mis à jour : Aug 14, 2022 10:30 PM
https://www.globaltimes.cn/page/202208/1272944.shtml

illustration :
Un véhicule transportant l'ancien président américain Donald Trump quitte le bureau du procureur général de New York, dans la ville de New York, le 10 août 2022. Donald Trump a refusé mercredi de répondre aux questions sous serment à New York sur des fraudes présumées dans son entreprise familiale, alors que les pressions juridiques s'accumulent sur l'ancien président dont la maison a été perquisitionnée par le FBI il y a tout juste deux jours.


L'ancien président américain Donald Trump est confronté à un sérieux danger juridique après que la perquisition du FBI dans sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride, a permis de découvrir des documents confidentiels. Les démocrates pourraient pousser un soupir de soulagement, car ils ont peut-être la possibilité d'éliminer une fois pour toutes leur plus grande menace en politique intérieure.

Mais cette affaire va détourner les Américains des problèmes économiques tels que l'inflation pour les orienter vers des luttes partisanes, prouvant une fois de plus que le système politique américain traverse une crise grave et qu'il est dysfonctionnel, car il n'a pas réussi à traiter efficacement les questions qui comptent pour la vie des gens. Les médias américains ont même déclaré que des signes de "guerre civile" émergeaient, tandis que les analystes ont affirmé que la démocratie américaine était menacée de catastrophe, car les électeurs pourraient n'avoir à choisir qu'entre "les incompétents et les coupables".

Le ministère américain de la justice a retiré 11 séries de documents classifiés de la résidence de Trump à Mar-a-Lago lors de l'exécution d'un mandat de perquisition cette semaine pour de possibles violations de la loi sur l'espionnage et d'autres crimes possibles, selon des documents judiciaires descellés et publiés vendredi, rapporte CNN.

Samedi, CNN, hostile envers Trump, a rapporté qu'un des avocats de Trump a signé une lettre en juin affirmant qu'"il n'y avait plus d'informations classifiées stockées dans la résidence de Trump à Mar-a-Lago", selon "deux sources familières avec la question." Cette lettre soulève de nouvelles questions sur le nombre de personnes susceptibles d'être exposées juridiquement dans le cadre de l'enquête en cours sur la manipulation de documents classifiés datant de l'époque où Trump était à la Maison Blanche.

Fox News, un média américain conservateur, a rapporté que le FBI a saisi des boîtes contenant des documents couverts par le secret professionnel et potentiellement par le privilège exécutif lors de son raid à Mar-a-Lago, selon des "sources familières avec l'enquête", ajoutant que le ministère de la Justice s'est opposé à la demande des avocats de Trump de nommer un maître spécial indépendant pour examiner les documents.

Impact sur les élections de mi-mandat

Les analystes chinois ont déclaré que, sur la base des rapports des médias américains et des preuves tangibles publiées, l'affaire a désormais attiré l'attention de la gauche et de la droite ainsi que des électeurs influents, tandis que l'attention sur les questions qui ne favorisent pas les démocrates, comme l'incompétence de l'administration du président Joe Biden dans la gestion de l'inflation, et le scandale commercial concernant la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi et son fils lors de leur voyage provocateur à Taïwan, a été couverte ou déplacée.

Selon un sondage réalisé mardi par YouGov, un groupe international de recherche et d'analyse de données, 62 % des Américains estiment que le fait que M. Trump ait conservé des documents classifiés après avoir quitté ses fonctions constitue "un très gros problème" (45 %) ou "un certain problème" (17 %).

Lü Xiang, expert des études américaines et chargé de recherche à l'Académie chinoise des sciences sociales, a déclaré dimanche au Global Times : "Il est peu probable que Trump sorte indemne de l'affaire cette fois-ci, et il est toujours sous la pression de l'enquête de l'État de New York sur ses problèmes d'impôts et de prêts, tandis que de nombreux politiciens républicains ont été muets dans leur soutien et leurs critiques de l'enquête après les preuves tangibles trouvées à Mar-a-Lago."

La possibilité que les démocrates gardent le contrôle de la Chambre des représentants et du Sénat après les élections de mi-mandat qui auront lieu plus tard cette année augmente, car les candidats républicains qui ont cherché à obtenir le soutien de Trump pour stimuler leur popularité sont maintenant confrontés à d'énormes difficultés, a déclaré Lü.

Mais Trump pourrait encore minimiser les dégâts si lui et ses avocats parviennent à contester efficacement l'enquête du point de vue de la "procédure judicière" et à faire appel devant la Cour suprême, mais cela prendra beaucoup de temps et ne se terminera pas avant les élections de mi-mandat. S'il n'y a pas d'autres changements majeurs inattendus, les démocrates sont désormais favoris pour garder le contrôle du Congrès, selon les analystes.

Catastrophe de la démocratie américaine

Diao Daming, professeur associé à l'Université Renmin de Chine à Pékin, a déclaré dimanche au Global Times qu'il s'agissait d'une nouvelle preuve de la catastrophe de la démocratie américaine. "Nous savons tous que ni les démocrates ni les républicains ne peuvent répondre efficacement aux demandes du peuple américain concernant l'économie et les moyens de subsistance, mais certains croient encore qu'ils pourraient peut-être au moins axer la discussion sur les questions économiques pendant l'élection. Or, l'affaire Trump va faire en sorte que la lutte partisane domine l'élection, et les États-Unis n'offrent en fait aux électeurs que deux choix : l'incompétent et le coupable."

Plus important encore, l'affaire déchirera davantage la société américaine et certains médias américains ont même rapporté que les signes d'une "guerre civile" émergent. Le New York Times rapporte que la réaction à la perquisition du FBI à Mar-a-Lago a dépassé de loin l'habituelle colère et indignation des partisans de Trump. Des influenceurs pro-Trump, des personnalités des médias et même certains candidats républicains à la présidence ont employé le langage de la violence pour rallier l'opposition.

"Demain, c'est la guerre" , a écrit Steven Crowder, un commentateur conservateur comptant près de 2 millions de followers sur Twitter, dans les heures qui ont suivi la perquisition du FBI. "Dormez bien."

"Cela signifie la guerre" , a écrit The Gateway Pundit, un média pro-Trump, dans un post en ligne rapidement amplifié par un compte Telegram lié à Steve Bannon, l'ancien conseiller politique de Trump. Quelques heures plus tard, sur le podcast "Bannon's War Room", Joe Kent, un candidat à la Chambre des représentants soutenu par Trump à Washington, a été interrogé par l'animateur sur son évaluation de la perquisition.

"Cela montre simplement à tout le monde ce que beaucoup d'entre nous disent depuis très longtemps" , a déclaré Kent. "Nous sommes en guerre".

Lü a déclaré : "Les partisans de Trump ne croiront jamais que l'enquête du FBI contre Trump est une affaire purement juridique. Tout comme Trump le prétend, ses partisans croiront qu'il s'agit d'une persécution et d'une chasse aux sorcières lancée par les démocrates et l'administration Biden. Peu importe comment et ce que disent les grands médias américains et les démocrates, il leur est impossible de convaincre les partisans de Trump, une énorme quantité d'électeurs américains, d'accepter pacifiquement le résultat si Trump a été condamné à la prison ou a été interdit de se représenter aux élections."

Lors d'une récente réunion à la Maison Blanche, un groupe d'historiens a averti Biden que les États-Unis sont confrontés à des menaces comme celles que le pays a connues dans la période précédant la guerre civile, a rapporté le Washington Post mercredi.

L'historien Michael Beschloss, qui a fait valoir que la démocratie américaine est en danger existentiel, aurait fait partie des universitaires qui ont parlé à Biden. Bien qu'il ait tiré la sonnette d'alarme sur les menaces qui pèsent actuellement sur la démocratie américaine, Beschloss affirme également qu'il est peu probable qu'un conflit civil aux États-Unis ressemble à la guerre dévastatrice des années 1860, rapporte Business Insider.

Dans un message publié jeudi sur les réseaux sociaux, M. Beschloss a déclaré que "si les Américains sont confrontés à une guerre civile (que Dieu nous en préserve), il est peu probable qu'il s'agisse de deux armées se battant pour une question primordiale (l'esclavage), comme en 1861-1865, mais plutôt d'explosions sporadiques et croissantes de violence contre notre gouvernement fédéral qui tente de faire respecter l'État de droit" .

Alors que les chercheurs qui suivent l'extrémisme ont tiré la sonnette d'alarme quant à l'escalade de la rhétorique violente de l'extrême droite, y compris les discours sur une autre "guerre civile" et les menaces contre les forces de l'ordre fédérales, jeudi, une tentative d'attaque contre un bureau du FBI à Cincinnati a semblé souligner le danger réel derrière ces menaces, en particulier en raison d'une trace numérique de messages sinistres laissés sous le nom du suspect, a rapporté NPR.

Selon M. Lü, bien que les États-Unis soient gouvernés par les démocrates, il est peu probable que les partisans de Trump lancent une autre attaque massive comme celle du Capitole en 2021, car les forces armées chargées de faire respecter la loi, comme la Garde nationale, sont en état d'alerte et les partisans de Trump ne sont pas très bien organisés, bien qu'il soit possible qu'ils fassent des attaques éparses et de petite envergure dans tout le pays à long terme. Cela serait tout de même dommageable pour les États-Unis.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  la crise du capitalisme  l'irrésistible déchéance de l'hégémonisme USNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum