Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Histoire 

 Interdoc et le recyclage des nazis

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17314 messages postés
   Posté le 08-06-2022 à 18:50:02   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Interdoc ou la plateforme de lutte contre le communisme qui a recyclé les nazis.

8 JUIN 2022
https://histoireetsociete.com/2022/06/08/interdoc-ou-la-plateforme-de-lutte-contre-le-communisme-qui-a-recycle-les-nazis/

on en finit pas de découvrir les organismes plus ou moins parrainés par la CIA abritant de fait d’anciens nazis bénéficiant de subsides de grands groupes capitalistes eux mêmes très liés au III e Reich. Il évident que dès qu’à commencé “la guerre froide”, à savoir dès Hiroshima ceux-ci ont bénéficié de l’appui des gouvernements européens et quand ceux-ci rompaient officiellement les liens comme De GAULLE irrité du jeu américain en Algérie ces liens demeuraient. Un fait peut être encore aujourd’hui constaté, la manière dont la presse reçoit des texte clés en main qui sont en fait produits par les officines de la CIA qui sont des “reportages” pour certains totalement inventés mais dont l’anticommunisme était le filon, on peut dire que ces méthodes si elles ont jamais été abandonnées ont désormais repris du service. Depuis une trentaine d’années, quelque soit le terrain, l’AFRIQUE, l’AMERIQUE LATINE et l’ex-URSS où j’ai pu voir ce qui se passait, j’ai été littéralement stupéfaite par des inventions totales mais surtout des narratifs allant toujours dans le même sens. Ce qui se passe en ce moment sur les chaînes de télévision comme LCI ou BFMTV vous en fournit une bonne expérience comme on a pu le voir Le cinéma est aussi un terrain important avec l’ombre de STALINE destiné à populariser un thème clé celui de la famine que par Staline aurait imposé aux Ukrainiens.. (note et traduction de danielle BLEITRACH)


Interdoc, abréviation de Centre international de documentation et d’information, créé à La Haye en février 1963, était un « centre d’échange » transnational pour les organisations engagées dans la guerre psychologique anticommuniste, avec un accent prédominant sur la recherche de moyens d’entraver « l’attrait continu de l’idéologie communiste, en particulier parmi les jeunes et les intellectuels ».1

L’organisation a servi de plaque tournante pour un vaste réseau d’institutions anticommunistes actives à l’échelle nationale et internationale en Europe, en Amérique du Nord et, plus tard, de plus en plus dans les pays du « tiers monde ».2Le centre de documentation de La Haye contenait un système d’index complet, qui comprenait également des références à des documents extérieurs à Interdoc, et sa bibliothèque disposait d’une collection de périodiques, de rapports spéciaux et de documentation sur les organisations anticommunistes affiliées.3

Bien qu’Interdoc ne disposait que d’un petit personnel permanent, présidé par un directeur et un directeur adjoint, il disposait d’un conseil d’administration international et d’un comité consultatif. Chaque pays qui participait à Interdoc avait son propre centre de recherche national associé, par exemple, la branche allemande d’Interdoc s’appelait « Association pour l’étude des relations socio-politiques étrangères » (Verein zur Erforschung sozial-politischer Verhältnisse im Ausland).

Les conseils d’administration de ces centres nationaux comprenaient des représentants de la science, de l’industrie, de la presse et des forces armées, dont certains ont également siégé au conseil d’administration international et au comité consultatif d’Interdoc. Les fonds nécessaires au fonctionnement d’Interdoc ont été fournis par les centres nationaux, qui avaient accepté de consacrer une partie de leur budget à cet effort international conjoint. Ces fonds ont également été utilisés pour financer les sommets d’Interdoc qui se tenaient deux fois par an.3

Historique

Suite à la division de l’Allemagne en quatre zones d’occupation au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’Union soviétique, ancien allié des forces occidentales dans la lutte contre le régime nazi, est rapidement devenue elle-même désignée ennemi numéro un. Le « rideau de fer », un terme que Winston Churchill a inventé dans son célèbre discours de 1949, a commencé à se graver dans l’esprit des gens. Même avec la stratégie russe émergente d’une « coexistence pacifique » qui a suivi la mort de Staline en 1953, un «Occident » non encore consolidé se voyait menacé non seulement par l’empiètement territorial, mais aussi par une prise de contrôle culturelle soviétique sous la forme d’une idéologie communiste.

Pour vaincre la « menace rouge », une campagne de guerre psychologique sans précédent a été lancée pour effrayer le public occidental de tout ce qui sentait à peine le communisme, principalement par le biais de campagnes de propagande à grande échelle qui ont grossièrement vilipendé l’Union soviétique d’une manière déshumanisante et raciste. Bien que cette stratégie ait fonctionné pour entraîner une majorité, elle n’a cependant pas été entièrement couronnée de succès, en particulier parmi les jeunes intellectuels.

Ainsi, un nombre croissant de propagandistes du « bloc occidental » ont commencé à douter de l’efficacité de la propagande « anticommuniste négative » répandue et de son approche en noir et blanc. Une note déclassifiée de la CIA de 1965 décrit des considérations telles que la toile de fond de la fondation d’Interdoc:3

Il est également devenu de plus en plus clair qu’une solution au nouveau défi ne pouvait pas être trouvée dans un anticommunisme négatif, mais qu’un anticommunisme plus positif était nécessaire, ce qui impliquerait un examen plus approfondi des valeurs fondamentales de l’Occident et leur diffusion dans le monde communiste et dans les pays en développement.

Réunions préliminaires

Alors que divers services de renseignement européens étaient déjà fortement impliqués dans des activités anticommunistes secrètes, seuls quelques forums internationaux existaient pour échanger des informations sur le sujet. La popularité de la pensée communiste était une préoccupation croissante de nombreux dirigeants conservateurs d’Europe occidentale de l’époque, ce qui, craignaient-ils, ouvrirait la voie à une révolution culturelle. Une Europe déchirée par les animosités entre les anciens ennemis de la Seconde Guerre mondiale, en particulier entre la France et l’Allemagne, ne ferait qu’encourager un tel scénario.

Le rétablissement de la communication intereuropéenne était donc une prérogative nécessaire à toute initiative anticommuniste transnationale potentielle. L’un des catalyseurs du « rapprochement », le rétablissement des relations cordiales entre la France et l’Allemagne, fut le Groupe Bilderberg, fondé avec la bénédiction du collaborationniste.4 Prince Bernhard des Pays-Bas en 1954. Déjà lors de sa deuxième réunion en mars 1955, le Groupe Bilderberg choisit de discuter de « l’influence communiste en Occident, des partis communistes européens et des ripostes politiques, idéologiques et économiques à la Menace rouge » à Barbizon près de Paris.5; 6

L’affiliation du prince Bernhard au groupe Bilderberg semble avoir été vitale dans les premières étapes de la fondation d’Interdoc. Par exemple, il a accueilli une réunion d’un « certain nombre d’industriels distingués » au palais de Soestdijk, en février 1962. L’Institut néerlandais pour l’étude de l’écologie humaine (Stichting voor ondersoek van ecologische vraagstukken, SOEV), une organisation de front psywar de la CIA, avait présenté le plan pour un tel centre. Selon Giles-Smith, probablement le chercheur le plus compétent en matière d’Interdoc,7

Les entreprises les plus enthousiastes à l’égard de la proposition de SOEV étaient Shell, Unilever et les chemins de fer néerlandais. SOEV a également développé une relation de travail étroite avec le service d’information interne de l’armée de l’air néerlandaise.

D’autres indications selon lesquelles Interdoc a grandi dans l’orbite du prince Bernard et du groupe Bilderberg sont également évoquées par le chercheur David Teacher:8

Il est intéressant de noter que la conférence Bilderberg de mars 1955 s’est tenue à Barbizon, le même lieu que le groupe interdocien fondateur en 1961. Le rôle du prince Bernhard est révélateur de l’aide apportée par le groupe Bilderberg, récemment créé lui-même, à la jeune organisation Interdoc.

Ces deux réunions sont également documentées dans la note de service susmentionnée de la CIA de 1965:3

Une rencontre a lieu à l’automne 1957 dans le sud de la France entre un groupe Français et un groupe allemand, composé de représentants de la science, de l’industrie, de la presse et des forces armées, qui, à titre privé, souhaitent discuter des problèmes Est-Ouest, notamment en ce qui concerne le nouveau défi communiste : la coexistence pacifique. À l’automne 1958, un groupe néerlandais de composition similaire et ayant les mêmes intérêts se joignit aux autres. Au cours des années suivantes, une tendance est apparue dans les discussions à viser des points plus concrets et pratiques, en particulier en ce qui concerne la confrontation croissante Est-Ouest.

Une impulsion importante à la formation d’Interdoc est venue de Français colonel Antoine Bonnemaison de la SDECE, qui, sous la couverture d’un groupe de façade de la SDECE appelé le Centre de Recherches du Bien Politique, était responsable de la coordination de toutes les opérations psychologiques menées par le Bureau des Cinquieme.

David Teacher écrit à propos d’Antoine Bonnemaison dans son livre fondateur Rogue Agents: Habsburg, Pinay and the Private Cold War 1951-1991:9

À partir de 1955, Bonnemaison a commencé à agir en tant que secrétaire organisateur d’une série de réunions informelles, tenues alternativement en France et en Allemagne, qui ont réuni des vétérans du renseignement de haut niveau de trois pays: la France, l’Allemagne et la Hollande. « Le mélange de « délégués » (en 1959) était fondamentalement le même dans les trois groupes (nationaux) : le renseignement, à la fois civil et militaire ; des universitaires de premier plan; spécialistes politiques ou économiques non universitaires; un ou deux politiciens de confiance; les chefs de file de l’industrie; les dirigeants syndicaux; et des clercs de diverses confessions… ces réunions … ont été très productifs en termes de faits, de contexte, d’analyse et de discussion intelligente.10

L’idée d’une alliance européenne secrète pour combattre le communisme a été discutée en 1957, lorsqu’un groupe franco-allemand s’est réuni dans le sud de la France pour discuter des mesures qui pourraient être prises pour combattre le communisme. Leur première décision a été de renforcer leur réseau; l’année suivante, le cercle s’était élargi pour inclure des représentants de la Hollande, de l’Italie, de la Suisse et de la Belgique.

La rencontre entre le Français colonel Bonnemaison et le propagandiste anglais Brian Crozier était d’une importance capitale dans les relations anglo-Français :11

Une autre expansion pour inclure le Royaume-Uni a eu lieu en 1959 après la rencontre fortuite de Bonnemaison l’année précédente avec le rédacteur en chef de l’Economist Foreign Report, un homme qui deviendrait plus tard sans aucun doute le propagandiste le plus en vue de plusieurs services de renseignement occidentaux et le personnage clé du complexe de contre-subversion britannique – Brian Crozier. … Après avoir rencontré Crozier en 1958, Antoine Bonnemaison a invité Crozier en tant que premier visiteur britannique à assister à l’un de ses colloques, tenu cette fois près de Francfort. Trois délégations de la France, de l’Allemagne et des Pays-Bas étaient présentes, chacune comprenant des officiers supérieurs du renseignement. La délégation Français était conduite par le général Jean Olie, chef d’état-major général de de Gaulle, appuyé par le colonel Bonnemaison de la SDECE.12

La délégation allemande à ces réunions préliminaires était également criblée de personnalités du renseignement, parmi lesquelles Hermann Foertsch, un haut adjoint de Reinhard Gehlen, fondateur du service de renseignement allemand d’après-guerre, le Bundesnachrichtendienst (BND). Dans un document d’août 1959, Foertsch déclara que le financement d’une telle organisation devrait « idéalement (…) être arrangés par l’autorité d’un ou de plusieurs « promoteurs majeurs » (une personnalité de l’Église catholique, une personnalité juive éminente, pas un Américain).13

Outre Foertsch, la délégation comprenait deux autres employés du BND, le professeur Hans Lades et le Dr .C. D. Kernig, tous deux embauchés pour leur expertise dans le communisme est-allemand et impliqués dans un groupe de façade sur le modèle du Centre de recherches du bien politique de Bonnemaison, l’Union allemande pour les relations Est-Ouest (Deutsche Vereinigung für Ost-West Beziehungen). Selon Crozier, il était basé à Munich, « à proximité du siège du BND à Pullach ».14 L’enseignant écrit à propos de l’affilié allemand Interdoc:15

Bien que l’on ne sache rien d’autre de cette Vereinigung citée par Crozier, le professeur Hans Lades et le Dr.C. D. Kernig appartenaient également à un autre corps mystérieux, le Verein zur Erforschung sozial-politischer Verhältnisse im Ausland (« Association pour l’étude des relations socio-politiques étrangères »), un organisme de bienfaisance enregistré également basé à Munich. Parmi les membres du Verein. Le professeur Lades et le Dr Kernig assistaient régulièrement aux réunions de Bonnemaison tandis que le Dr Norman von Grote les rejoignait en tant que troisième membre fondateur allemand d’INTERDOC en 1963. Von Grote avait été officier dans la Wehrmacht FHO (Fremde Heere Ost – renseignement du front de l’Est)16 avec une responsabilité particulière pour la liaison avec le général russe Vlassov et son armée de collaborateurs nazis, le NTS. Après la guerre, l’ÉNT sera l’organisme parent de l’IGfM.17 Le FHO est commandé à partir du 1er avril 1942 par le général Gehlen ; c’était Gehlen lui-même qui avait adopté Vlassov et défendu l’idée d’une armée anticommuniste sous Vlassov contre la forte pression de Himmler.18

Liens vers Gladio

La délégation néerlandaise à ces réunions préliminaires est d’un intérêt particulier, car ici apparaissent les premiers liens vers Gladio:15

La délégation néerlandaise était représentée par deux anciens combattants du Binnenlandse Veiligheidsdienst (BVD), du service néerlandais de sécurité intérieure, Louis Einthoven et C.C. ‘Cees’ Van den Heuvel. Einthoven avait été commissaire en chef de la police à Rotterdam dans les années 1930. Après la guerre, il est nommé par le général H. J. Kruls à la tête du Bureau national Veiligheid, rebaptisé BVD en 1946 ; Einthoven sera alors le premier directeur du BVD, ne prenant sa retraite qu’en 1961. Il a joué un rôle clé dans la composante néerlandaise gladio, Operaties 85 Inlichtingen (O& I – Opérations et renseignement), également fondée en 1946 par le général Kruls. Einthoven commandait la division des opérations d’O&I qui était chargée de préparer la résistance armée, mais qui était également chargée de « sensibiliser les gens au danger du communisme en temps de paix ».

Quant à Van den Heuvel, il était fonctionnaire au ministère néerlandais de l’Intérieur et ancien chef du département de recherche du BVD, poste auquel il était étroitement lié à O&I. Ayant joué « un rôle héroïque dans la résistance néerlandaise pendant l’occupation nazie », Van den Heuvel connaissait déjà bien les principes des réseaux de stay-behind.

Les participants à ces deux réunions préliminaires organisées par Bonnemaison reflètent l’effort d’Interdoc d’être une interface entre les services secrets néerlandais, allemands et Français en ce qui concerne les opérations de guerre psychologique, non pas tant contre l’Union soviétique, mais contre les succès de l’idéologie communiste:

Antoine Bonnemaison; sous le couvert d’un groupe de façade du SDECE appelé centre de recherches du bien politique, il est chargé de coordonner toutes les opérations psychologiques menées par le Bureau des Cinquieme jusqu’en 1963.
Jean Olie ; Chef d’état-major général de de Gaulle, secondé par le colonel Bonnemaison de la SDECE
Norman von Grote (de); ancien officier des Armées étrangères de l’Est avec une responsabilité particulière pour la liaison avec le général russe Vlassov et son armée de collaborateurs nazis, le NTS
Hermann Foertsch (de); adjoint principal de Reinhard Gehlen, chef des services secrets extérieurs allemands BND
Hans Lades (de); « Union allemande pour les relations Est-Ouest », « Association pour l’étude des relations sociopolitiques étrangères »
Dr.C. D. Kernig (de); « Union allemande pour les relations Est-Ouest », « Association pour l’étude des relations sociopolitiques étrangères »
Louis Einthoven (nl); Vétéran du Binnenlandse Veiligheidsdienst (BVD); rôle clé dans la composante néerlandaise Gladio, Operaties & Inlichtingen
Cees Van den Heuvel (nl); ancien chef du département de recherche du Binnenlandse Veiligheidsdienst (BVD)
Brian Crozier (Royaume-Uni); propagandiste, agent de renseignement.
Société pour l’investigation de l’écologie humaine

Les contacts avec les services de renseignement américains ont été établis par l’intermédiaire de la Society for the Investigation of Human Ecology (SIHE), fondée par deux professeurs du Collège médical de l’Université Cornell en 1955, Harald Wolff et Lawrence Hinkle. Bien qu’apparaissant comme un centre de recherche légitime, la Société a reçu des fonds de la CIA et a partagé ses recherches avec l’agence, qui a examiné et appliqué les résultats dans leurs propres projets de guerre psychologique, en particulier MKULTRA. La Société a également été un canal pour les fonds destinés à des projets secrets de guerre psychologique tels que les expériences (en partie terminales) du Dr Ewen Cameron à l’établissement psychiatrique de l’Université McGill.19

Cameron a fait des tests approfondis avec des électrochocs et des médicaments sur des patients psychiatriques, un processus qu’il a appelé « démodélisation ». Selon John D. Marks, qui avait écrit un livre sur ces expériences :20

Il [Cameron] a postulé qu’après avoir produit une « amnésie complète » chez un sujet, la personne finirait par retrouver le souvenir de son comportement normal mais pas de son comportement schizophrénique. Ainsi, Cameron a affirmé qu’il pouvait générer une « amnésie différentielle ». Créer un tel état dans lequel un homme qui en savait trop pouvait être contraint d’oublier avait longtemps été un objectif primordial des programmes ARTICHOKE et MKULTRA.

Un autre objectif était de créer un « candidat mandchou », c’est-à-dire de « dépouiller » puis de « remodeler » une personne, afin qu’elle devienne un « assassin dont l’esprit était contrôlé par un gouvernement hostile ».21

Le SIHE a également cultivé des contacts réguliers avec des instituts partageant les mêmes idées. Au début de 1959, une délégation néerlandaise, composée du responsable de la formation des services secrets néerlandais BVD, Cees van den Heuvel, et de quatre autres personnes s’est rendue aux États-Unis pour en apprendre davantage sur les stratégies de défense psychologique du pays contre l’influence soviétique. Le contact a été établi par le agent de liaison de la CIA, John Gittinger, qui a mis le chef du BVD néerlandais, Louis Einthoven, en contact avec la Société, qui à son tour a fourni les contacts de voyage de la délégation.

Scott-Smith décrit la visite des officiers de renseignement néerlandais au SIHE dans son article Interdoc and West European Psychological Warfare: The American Connection comme suit:22

Une attention particulière a été accordée aux vulnérabilités des « classes ouvrières, des intellectuels, de la jeunesse et de l’armée » occidentaux à l’offensive culturelle soviétique dans le cadre de la coexistence pacifique, dans le but d’« immuniser notre peuple contre cette influence – qui est souvent très raffinée – en commençant par la suppression de l’ignorance ». L’itinéraire comprenait une « conférence spéciale » sur le lavage de cerveau tenue au bureau de la Société sur Connecticut Avenue à Washington DC, impliquant divers scientifiques liés aux programmes de recherche de l’US Air Force sur les prisonniers de guerre. Le rapport a clairement indiqué que l’attention portée à ce sujet était due au fait que le lavage de cerveau dans son sens étroit (tel qu’appliqué par les communistes chinois et russes aux prisonniers) est supposé être lié d’une manière ou d’une autre au lavage de cerveau dans son sens plus large (comme l’endoctrinement politique du peuple chinois) et au lavage de cerveau dans son sens le plus large (comme la propagande communiste au monde non communiste).

L’environnement politique de l’Occident, qui de ce point de vue, était influencé par le communisme – était « un objet d’intérêt actif » – et il était nécessaire d’inverser cette tendance en étudiant et en appliquant les méthodes communistes à l’envers.

Le lavage de cerveau avait du potentiel s’il pouvait offrir des plans pour l’application de l’influence sur une base sociétale. La clé était de relier les niveaux micro et macro de l’analyse – d’étudier les forces utilisées pour maintenir la cohésion des sociétés communistes du point de vue de l’individu dans un environnement contrôlé. Ainsi, le rapport a promu l’étude des techniques de lavage de cerveau pour permettre « d’aborder la macro situation du communisme dans la politique mondiale à partir d’une micro-enquête » impliquant « la psychologie et la psychiatrie », les deux étant des domaines de pointe dans les sciences sociales positivistes américaines au cours des années 1950 et au début des années 1960.

Le groupe est retourné aux Pays-Bas convaincu de la nécessité de créer un institut à cet effet et de mener une « éducation politique » sur les valeurs occidentales et la menace communiste par des canaux stratégiques : les médias, les syndicats, les universités, les églises, les forces armées. Cette initiative néerlandaise – la Stichting voor Onderzoek van Ecologische Vraagstukken (Fondation pour l’investigation des problèmes d’écologie), fondée en avril 1960 et initialement gérée depuis la salle principale de van den Heuvel à La Haye – est devenue la base nationale pour la formation du réseau international Interdoc trois ans plus tard.

Les Néerlandais sont restés en contact avec le directeur exécutif du SIHE, James Monroe. Monroe a visité les Pays-Bas en 1959 où il a élaboré des plans de collaboration avec le groupe néerlandais et a reçu un premier lot de leurs contacts en Scandinavie. Finalement, le contact s’est estompé avec le départ de Monroe de la Société en janvier 1962, qui avait changé son nom en Human Ecology Society entre-temps. Selon Scott-Smith :23

Malgré les débuts prometteurs des contacts transatlantiques, on remarque que peu de choses en sont sorties. (…) Avant de s’engager dans Interdoc, en 1960-61, les Allemands ont fait pression pour un appareil de guerre psychologique au sein de l’OTAN afin de coordonner les activités occidentales et d’empêcher l’Union soviétique de bénéficier des divisions de l’alliance entourant la crise de Berlin. Les Américains, ainsi que les Britanniques, ont refusé de soutenir la proposition et, par conséquent, le plan Interdoc a été entièrement déplacé dans la sphère civile. Mais même là, la collaboration espérée n’a pas émergé. Dans une lettre d’Einthoven au prince Bernhard datant du début de 1962, le chef du BVD, aujourd’hui à la retraite, a déclaré qu’il avait entrepris la tâche de créer Interdoc en raison des demandes de « Français, amis allemands et américains (Allen Dulles) » d’utiliser son éventail remarquable de contacts à la fois au sein de l’OTAN et des pays neutres (Suède et Suisse). Mais cela ne s’est pas traduit par un soutien direct de la CIA ou du secteur privé. L’une des principales raisons en était deux scandales majeurs qui ont secoué le BND entre 1961 et 1962. Heinz Felfe, ancien officier SS et membre de la section du renseignement extérieur de Walter Schellenberg de la RHSA (Bureau central de la sécurité du Reich nazi) a été recruté par le KGB en 1951. Peu de temps après, il a rejoint l’aile de contre-espionnage du BND de Reinhard Gehlen et, au cours des dix années suivantes, il s’est manœuvré dans un lieu de la plus grande confiance à côté de Gehlen. Malgré des soupçons croissants au cours de la décennie suivante, il a fallu attendre les révélations du transfuge polonais du renseignement Michal Goleniewski en 1961 pour finalement convaincre la CIA que Felfe était un traître – et, à son tour, convaincre Gehlen. L’arrestation et l’interrogatoire de Felfe en 1962 ont ensuite coïncidé avec une grave confrontation entre le BND et le ministère allemand de la Défense, qui a abouti à la convocation de Gehlen à la Chancellerie d’Adenauer en novembre pour son implication présumée dans la fuite d’informations à Der Spiegel pour saper Franz Joseph Strauss. La combinaison de ces deux facteurs a fait en sorte que le BND ressemblait à une marchandise gravement endommagée, et il n’est pas surprenant que la CIA ait hésité à l’époque à entreprendre une nouvelle entreprise coopérative.

Fondation
Interdoc a finalement été officiellement créé à La Haye en février 1963 en tant que collaboration entre les agences de renseignement Français, ouest-allemandes et néerlandaises et des représentants du secteur privé en Europe occidentale. Malgré le comportement paneuropéen, l’opération a été sous l’influence des Américains dès le début, et de plus en plus au fil du temps.

Déjà en 1963, Interdoc a perdu un important soutien. Au début de 1963, Charles de Gaulle met fin à toutes les opérations psychologiques menées par le Bureau des Cinquieme sous Antoine Bonnemaison, excluant de fait son chef de toute nouvelle implication dans Interdoc. Le retrait du soutien Français comportait plusieurs aspects :

La France de de Gaulle cherchait une stratégie de « rapprochement » avec la Russie, un objectif non partagé avec les partenaires de l’alliance Interdoc. L’implication dans une organisation internationale de guerre psychologique anticommuniste ne s’inscrirait pas dans un tel projet diplomatique.
De Gaulle ne faisait pas confiance aux agences militaires et de renseignement des pays affiliés impliquées, qui avaient des opinions opposées en ce qui concerne sa volonté de réprimer les efforts d’indépendance algérienne.
La tentative de la France de couper le cordon ombilical de l’influence militaire américaine et européenne et de prendre le contrôle total de ses propres affaires militaires a abouti à l’expulsion du siège de l’OTAN de Versailles en 1966 et au retrait des troupes Français de l’alliance. Cette décision n’a été annulée que 43 ans plus tard par Nicolas Sarkozy, en 2009.

Malgré son retrait officiel de soutien, la France a néanmoins gardé des liaisons personnelles avec les organisations Interdoc.

Ainsi, de sa création en 1963 à 1971, Interdoc était principalement une collaboration germano-néerlandaise, mais des contacts importants existaient avec des organisations affiliées en Grande-Bretagne, en Belgique, en Italie, en Suisse et aux États-Unis.23

Collaboration de l’ICA
En 1965, Interdoc a accepté d’aider la CIA à établir des contacts en Suède, en Suisse et au Danemark. Van den Heuvel et la liaison néerlandaise de la CIA Hermann Mennes ont également fourni à la CIA une liste complète de noms et d’adresses:3

Contacts en Suède

1. M. Sten Palsson, Rabyvägen 15H, BOX 729, Land (INFORN)
2. M. Ake Sparring, Ragnebergen 33, Vondelso/Stockholm (Institut des affaires internationales)
3. M.B. Hagard, Danderyd (Président des Jeunes Conservateurs de Suède)
4. M.B. Hüggman, Tornavägen, Lund
5. M. J. Rydström, Högbertstrasse 30 A, Stockholm (Jernkontorot)

Contacts en Suisse

1. Dr. Peter Sager, Schweizerisches Ost-Institut, Jubiläumstrasse 41, Berne
2 . M. H. Graf, « Wahret die Freiheit », Postfach, Zurich 34

Contacts au Danemark

1. M. E. N. Svendsen*, Jaegersborgvej 3, Kgs. (Friket Og Folkostyre)
2. M.B. Holmgaard, information, Kongensgade 40, Copenhague
3. M. H. Jensen, Landesorganizationen Demokratisk Alliance

(*Bureau à Copenhague: c/o M. F. Nielsen, Rosenvaengets Allé, Copenhague)

L’officier responsable de la CIA, Gaither G. Stewart, était d’accord avec Mennes pour dire qu’Interdoc devrait envoyer du matériel de propagande aux adresses que l’agence fournirait :3

J’ai pris des dispositions avec Mennes pour faire des envois réguliers depuis La Haye sous un nom de quelconque type le Netherlands Literary Club. Nous fournirons des adresses, des titres et une courte lettre pour accompagner chaque livre. Les envois seront effectués à partir d’une adresse privée à La Haye.

Hermann Mennes

L’agent de liaison de Stewart, le Néerlandais Hermann Mennes, qui a été l’adjoint du directeur d’Interdoc, C.C. van den Heuvel, était une autre figure clé de l’organisation au milieu des années 1960. Mennes était membre du conseil d’administration de l’Union nationale des étudiants et responsable d’un programme de formation pour un groupe restreint d’étudiants. Il n’y a que quelques indices dans la littérature sur la nature de ces formations. Le mémo déclassifié de la CIA de 1965 déclare:3

Il (Mennes) les entraînait pour le Festival mondial de la jeunesse qui devait avoir lieu à Alger cette année; maintenant, il va continuer à les former pour le prochain festival de la jeunesse. Il sera intéressant pour nous d’y donner suite. Nous établissons un contact indirect avec un nombre croissant de groupes d’étudiants dans de nombreux pays.

a) La section néerlandaise de Leiden de l’Agence internationale de voyages pour étudiants parraine deux voyages par an en Union soviétique avec environ 30 à 40 étudiants à chaque fois.

b) L’échange d’étudiants parraine divers voyages d’études en Union soviétique. À l’heure actuelle, un groupe de 60 étudiants en économie de l’Université de Rotterdam participe à un voyage d’étude de trois ou quatre semaines à Moscou. (Ils seront contactés à leur retour.)

c) Il y a des rencontres entre étudiants néerlandais et soviétiques lors de conférences en Europe occidentale.

d). Diverses délégations soviétiques se rendent en Hollande tout au long de l’année.

Outre son opération d’espionnage d’étudiants, Mennes a maintenu des contacts avec des experts soviétiques, tels qu’un3

Un Ukrainien nommé Kuschpeta qui donne des conférences à l’Université de Tilburg lié à un certain Hollandais qui réside dans un monastère à Voorburg. Ceux-ci se rencontrèrent au Russicum de Rome. ce dernier parle russe et voyage fréquemment en Union soviétique. Il est également « responsable » d’environ 200 femmes russes qui ont épousé des Hollandais et qui vivent actuellement en Hollande.

Stewart a souligné une autre figure importante dans le milieu chrétien interdoc principalement conservateur:3

Mennes m’a présenté À M. J. R. G. Verreijdt qui est le représentant d’Inter Press à La Haye. Inter Press, dont le siège est à Rome, est dirigé par un Néerlandais, le Dr Hahn, et un Italien, le Dr Savio. Bien qu’il ne soit pas médiatisé, Inter Press est parrainé par l’Union internationale des démocrates-chrétiens. Ses principales activités à l’heure actuelle semblent se situer en Amérique latine. Leurs bureaux de La Haye, Rome et Santiago du Chili sont reliés par télex. Inter Press, Rome, télexe quotidiennement des articles de fond à son bureau de Santiago, qui à son tour, envoie les articles par service de presse à quelque 300 grands journaux latino-américains. Le bureau de Santiago envoie des documents d’information aux succursales européennes. M. Verreijdt a dit qu’il était prêt à prendre un de nos articles de fond chaque semaine et qu’il les distribuerait par l’intermédiaire d’Inter Press à ces mêmes journaux latino-américains. Cela signifierait une augmentation considérable de notre distribution; et tout cela gratuitement si cela fonctionne. En échange de leur fournir nos articles, ils mettront à notre disposition les documents de base qu’ils reçoivent d’Amérique latine. Nos articles seront envoyés par avion à La Haye chaque mardi après-midi. Ils seront télex de La Haye à Rome et de Rome à Santiago et devraient être reçus par les journaux avant le mercredi ou le jeudi de chaque semaine. Nous vous transmettrons les premiers articles de fond le mercredi 8 décembre.

Retrait allemand

À la fin des années 1960, la suspicion croissante parmi les sociaux-démocrates allemands (SPD) à l’égard des activités du BND a conduit à l’annulation soudaine du soutien de Pullach à Interdoc à la fin des années 1970, mais des liaisons privées étaient toujours maintenues, comme dans le cas Français.

Jusqu’en 1986, Interdoc a poursuivi ses activités en tant que plaque tournante de projets principalement aux Pays-Bas, mais aussi ailleurs en Europe.

Adresses

Interdoc, Van Stolkweg 10, ‘s Gravenhage, La Haye, Pays-Bas
Verein zur Erforschung sozial-politischer Verhältnisse e.V., München, Allemagne
Stichting voor ondersoek van ecologische vraagstukken, La Haye
Interdoc-U.K., Londres

Publications

Notes sur les activités communistes et parrainées par les communistes telles que rapportées par les sources communistes (hebdomadaire, également dans Français);
Spiegel der kommunistischen wissenschaftlich-politischen Publizistik (mensuel, également en anglais et en Français);
La vie religieuse dans les pays communistes (mensuelle, également en allemand et en Français);
Beitrage zur psychopolitischen Lage der europäischen Ostblockländer (trimestriel, uniquement en allemand);
Les activités des organisations communistes mondiales (trimestrielles, uniquement en anglais);
Interdoc Information Bulletin (quarterly, mainly English, partly German).
Organisations affiliées

Centro di Studi e Richerche sui Problemi Economico-Sociali (CESES); également en contact avec la CIA3
Union internationale des démocrates-chrétiens
Inter Presse
Union Mondiale des Européens
Union nationale des étudiants des Pays-Bas
Association néerlandaise de la jeunesse, l’affilié néerlandais de WAY.
Membres connus d’Interdoc allemands

Bob Hindersin à Hambourg
N. von Grote à Munich
Dr. Claus Kernig à Fribourg
Hermann Foertsch
Hans Lades
Bibliographie

Scott-Smith, Giles. « Confronting Peaceful Co-existence: Psychological Warfare and the Role of Interdoc, 1963-72 ». Cold War History Vol. 7, No. 1, février 2007, pp. 19-43, https://www.academia.edu/1880720/Confronting_Peaceful_Coexistence_Psychological_Warfare_and_the_Role_of_Interdoc_1963-1972.
Scott-Smith, Giles. « Psychological Warfare for the West: Interdoc, the West European Intelligence Services, and the International Student Movements of the 1960s. » Dans: Kathrin Fahlenbrach, Martin Klimke, & Joachim Scharloth (eds.). The Establishment Responds: Power and Protest during and after the Cold War (Londres: Palgrave Macmillan, 2011).
Scott-Smith, Giles. L’anticommunisme occidental et le réseau Interdoc : Cold War Internationale (Palgrave Macmillan, 2012).
Van Dongen, Luc, Stéphanie Roulin et Giles Scott-Smith, « Introduction ». Dans: L’anticommunisme transnational et la guerre froide: agents, activités, réseaux (Palgrave Macmillan, 2014).
1.Giles Scott-Smith, « Interdoc and West European Psychological Warfare: The American Connection », Intelligence and National Security, vol. 26, nos 2-3, avril-juin 2011, p. 356-357.
2.Scott-Smith, « Interdoc », p. 356.
3.un. b. c. d. e. f. g. h. Je. j. Gaither G. Stewart, « SUBJECT: My trip to the Hague, December 2-3, 1965 », rapport de renseignement déclassifié, Central Intelligence Agency, 17 décembre 1965, https://www.cia.gov/library/readingroom/docs/QKACTIVE%20%20%20VOL.%209%20%20%20%28CS%20FILE%20JAN.%201965-DEC.%201967%29_0014.pdf.
4.Extrait de l’entrée Wikipédia du prince Bernhard des Pays-Bas : « Alors qu’il était à l’université, Bernhard a rejoint le parti nazi. Il s’inscrit également à la Sturmabteilung (SA), qu’il quitte en décembre 1934 lorsqu’il obtient son diplôme et part travailler pour IG Farben. Le prince a plus tard nié avoir appartenu à la SA, au Reiter-SS (corps de cavalerie SS) et au NSKK, mais ce sont des adhésions bien documentées. … Le prince est finalement allé travailler pour le géant allemand de la chimie IG Farben au début des années 1930, alors la quatrième plus grande entreprise du monde. (groupe existant aujourd’hui sous le nom de BASF, AGFA et Bayer). Il a rejoint le département des statistiques du département N.W. 7 d’IG Farben à Berlin, le principal centre d’espionnage nazi à l’étranger (connu sous le nom de VOWI) qui est devenu la branche d’intelligence économique de la Wehrmacht. Il logea chez le comte Pavel Kotzbue, un noble russe exilé, et son épouse Allene Tew, née aux États-Unis. Après une formation, Bernhard devient secrétaire en 1935 du conseil d’administration du bureau de Paris. Extrait de l’entrée Wikipédia du prince Bernhard des Pays-Bas : « Alors qu’il était à l’université, Bernhard a rejoint le parti nazi. Il s’inscrit également à la Sturmabteilung (SA), qu’il quitte en décembre 1934 lorsqu’il obtient son diplôme et part travailler pour IG Farben. Le prince a plus tard nié avoir appartenu à la SA, au Reiter-SS (corps de cavalerie SS) et au NSKK, mais ce sont des adhésions bien documentées. … Le prince est finalement allé travailler pour le géant allemand de la chimie IG Farben au début des années 1930, alors la quatrième plus grande entreprise du monde. (Il survit aujourd’hui sous le nom de BASF, AGFA et Bayer). Il a rejoint le département des statistiques du département N.W. 7 d’IG Farben à Berlin, le principal centre d’espionnage nazi à l’étranger (connu sous le nom de VOWI) qui est devenu la branche d’intelligence économique de la Wehrmacht. Il logea chez le comte Pavel Kotzbue, un noble russe exilé, et son épouse Allene Tew, née aux États-Unis. Après une formation, Bernhard devient secrétaire en 1935 du conseil d’administration du bureau de Paris.
5.David Teacher, Rogue Agents: Habsburg, Pinay and the Private Cold War 1951-1991, décembre 2008, 13, https://web.archive.org/web/20160410211757/https://archive.org/details/RogueAgents.
6.Luis M. González-Mata, Les vrais maitres du monde (Paris, Éditions Grasset & Fasquelle, 1979), 26.
7.Giles Scott-Smith, « Confronting Peaceful Co-existence: Psychological Warfare and the Role of Interdoc, 1963–72 », Cold War History Vol. 7, No. 1, février 2007, pp. 19-43, https://www.academia.edu/1880720/Confronting_Peaceful_Coexistence_Psychological_Warfare_and_the_Role_of_Interdoc_1963-1972.
8.Enseignant, Agents voyous, 187.
9.Enseignant, Agents voyous, 14.
10.Crozier, agent libre, 32 ans, cité dans Teacher, Rogue Agents, 14.
11.Enseignant, Agents voyous, 14.
12.Crozier, agent libre, 29-31.
13.Scott-Smith, « Interdoc », p. 357.
14.Crozier, agent libre, 32 ans.
15.un. b. Enseignant, Agents voyous, 15.
16.Parmi les restes de l’échelon dirigeant des « Armées étrangères de l’Est », leur ancien chef, Reinhard Gehlen, a recruté le noyau du service de renseignement extérieur allemand d’après-guerre, la Gehlen Org, prédécesseur de l’actuelle Bundesnachrichtendienst (« Agence fédérale de renseignement »).
17.Robin Ramsay et Stephen Dorril, « Wilson, MI5 and the rise of Thatcher », Lobster 11, avril 1986, cité dans Teacher, Rogue Agents, p. 15.
18.Heinz Höhne et Hermann Zolling, The General was a spy (Londres: Pan, 1973), 33-36, cité dans Teacher, Rogue Agents, 15.
19.John Marks, The Search for the « Manchurian Candidate »: The CIA and Mind Control (Londres: Allen Lane, 1979), p. 32.
20.Marks, candidat mandchou, 133.
21.Marks, candidat mandchou, 9.
22.Scott-Smith, « Interdoc », p. 362.
23.un. b. Scott-Smith, « Interdoc », p. 364.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Histoire  Interdoc et le recyclage des nazisNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum