Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  A bas l'impérialisme français ! 

 ingérence manifeste au Liban

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14416 messages postés
   Posté le 07-08-2020 à 00:08:42   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Emmanuel Macron aux habitants de Beyrouth : «Il faut aussi qu'on change le système politique»


6 août 2020, 16:39 © Thibault Camus Source: ReutersVIDÉO


Emmanuel Macron le 6 août 2020 à Beyrouth. Deux jours après les explosions de Beyrouth, Emmanuel Macron s'est rendu dans la capitale libanaise. En visite dans le quartier chrétien de Gemmayzé, il a notamment assuré qu'il allait proposer un «nouveau pacte politique» aux dirigeants libanais.

Alors que la capitale libanaise a été touchée par des explosions mortelles – au moins 137 morts et plus de 5000 blessés – le président français s'est rendu sur place ce 6 août. Après avoir rencontré le président Libanais, Michel Aoun, dans le salon d'honneur de l'aéroport de Beyrouth, Emmanuel Macron a entrepris une discussion informelle avec des habitants du quartier chrétien de Gemmayzé.

Je vais leur proposer un nouveau pacte politique cet après-midi [ ...] Et s'ils ne savent pas le tenir, je prendrai mes responsabilités avec vous
Alors que ceux-ci lui faisait savoir qu'il était leur «seul espoir» et l'intimaient de ne «pas donner l'argent au gouvernement»: le chef d'Etat français a répondu : «Non, je veux que ça aille à vous, avec les ONG, sous la supervision des Nations Unies. Mais il faut aussi qu'on change le système politique. Et donc je vais leur parler cet après-midi. »

Au cours de cette visite remarquée, Emmanuel Macron – qui avait annoncé le déploiement de secours humains et matériel au Liban – a également assuré qu'il allait proposer un «nouveau pacte» politique aux responsables du Liban, où la colère populaire gronde contre les autorités après le drame meurtrier du port.
«Je suis là aujourd'hui, je vais leur proposer un nouveau pacte politique cet après-midi. Et je reviendrai pour le 1er septembre, et s'ils ne savent pas le tenir, je prendrai mes responsabilités avec vous» , a-t-il en effet rétorqué aux Beyrouthins qui l'entouraient.
Une sortie que n'a pas manqué de relever le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon. «D'où vient à Macron ce sentiment de toute puissance ? Quel est ce ton ? De quoi menace-t-il ? Dans quelle aventure mène-t-il la France ? La Libye de Sarkozy n'a pas suffi ?» , s'est-il en effet interrogé sur Twitter. Des Libanais massés pendant la tournée du président français ont par ailleurs conspué le chef de l'Etat Michel Aoun, demandant l'aide de la France pour évincer les dirigeants au pouvoir. A son arrivée à Beyrouth, Emmanuel Macron avait annoncé vouloir «organiser» la coopération internationale pour aider le Liban. En même temps, il a rappelé «l'exigence» française de «réformes indispensables dans certains secteurs» , dont la lutte anti-corruption.

https://francais.rt.com/international/77568-emmanuel-macron-habitants-beyrouth-il-faut-aussi-change-systeme-politique

Lire aussi Emmanuel Macron rappelle l'exigence française de réformes indispensables.


Edité le 07-08-2020 à 13:31:41 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
9439 messages postés
   Posté le 07-08-2020 à 15:11:09   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

C est le Hezbollah qui est implicitement visé.

--------------------
Saul Karath
Patriote et communiste.
Pionnier
43 messages postés
   Posté le 07-08-2020 à 18:37:41   Voir le profil de Saul Karath (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Saul Karath   

https://politique.forum-actif.net/t27536-explosions-a-beyrouth

Effectivement les fascistes utilisent la mort d'un des leurs dans l'explosion pour crier à l'attentat Islamogauchiste.


Edité le 07-08-2020 à 19:03:37 par Saul Karath




--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
9439 messages postés
   Posté le 07-08-2020 à 18:48:22   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Les fascistes?les chrétiens Maronites se sont réconciliés avec les chiites depuis belle lurette.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14416 messages postés
   Posté le 07-08-2020 à 23:29:04   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Personne ne peut dire actuellement s'il s'agit d'un attentat.
Par contre je rappelle que le fil concerne l'intervention de Macron au Liban qui est une ingérence manifeste.
Voir l'article de D. Bleitrach ci-dessous :


MACRON se prend pour le SAUVEUR DU LIBAN mais il n’y a pas que lui…
DANIELLE BLEITRACH 7 AOÛT 2020


https://histoireetsociete.com/2020/08/07/macron-se-prend-pour-le-sauveur-du-liban-mais-il-ny-a-pas-que-lui/

L’arrivée de Macron avec un avion plein de journalistes dit tout sur le personnage et plus encore l’invraisemblable conférence de presse qu’il s’est cru autorisé à prononcer. Mais il n’y a pas que lui c’est la France entière qui a perdu le sens des réalités. Au meilleur des cas ceux qui s”indignent sur la prestation invraisemblable du chef d’Etat le font sans réellement mettre en cause la part que la France a dans cette affaire ou alors ce qui serait en cause ce serait “le système confessionnel”. Thuriféraires enthousiastes du chef de l’Etat français ou critiques “sociaux démocrates” s’ingénient à cacher l’essentiel du mal dont souffre le Liban et à quel point l’Europe est menacée de libanisation.
L’ironie sur l’avion chargée de journalistes est disons-le injuste: la France a envoyé trois avions d’aide humanitaire et du personnel d’intervention, cela dit Poutine en a envoyé 5 et sans journalistes pour admirer sa prestation. Aucun autre chef d’Etat n’a assorti son aide de la manifestation de son protectorat. Cela avait été déjà annoncé par l’invraisemblale Le Drian qui a mis à feu et sang le moyen Orient, la Syrie et qui continue à donner des leçons : « D’abord, c’est un soutien de reconstruction, de proximité, d’empathie, un soutien humanitaire immédiat dont on a besoin. L’heure est d’abord à panser les plaies (…) et puis, ensuite, il faudra se poser les questions », affirmait le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, au lendemain de la catastrophe.

Macron lui a commencé son inspection dans les ruines du port de Beyrouth où étaient entreposées, depuis des années, 2 700 tonnes de nitrate d’ammonium qui ont explosé après un incendie, de là il a visité le quartier ravagé de Gemmayzé, près du port (1). L’inimaginable s’est alors produit, comme l’a très justement noté Pierre Barbancey dans l’Humanité Dimanche. Alors qu’une foule rassemblée scandait : « Aidez-nous ! Révolution ! » et « Le peuple veut la chute du régime », le président français, comme un étudiant dans une assemblée générale d’une fac en grève, a pris la parole pour annoncer qu’il proposerait un « nouveau pacte politique » (sic) aux dirigeants libanais et leur demanderait de « changer le système, d’arrêter la division (…), de lutter contre la corruption ». Sur sa lancée, il a précisé qu’il reviendrait « pour le 1er septembre, et s’ils ne savent pas les tenir (les engagements – NDLR), je prendrai mes responsabilités avec vous ».

Et Pierre Barbancey a raison de noter que la France a été et reste le principal soutien de ce système que les Libanais dénoncent oui mais ce système n’est pas d’abord “confessionnel”. Si le système n’était que confessionnel cela serait déjà un archaïsme mais s’il convenait aux Libanais nous n’aurions pas à nous en mêler, non il est mafieux. Le Liban a toujours été le lieu refuge de tous les blanchiments d’argent et sortie de capitaux, quand il ne s’agit pas des hommes eux mêmes comme dans le cas de Carlos Goshn et d’autres. Nous sommes ici comme dans d’autres lieux de la planète dans l’écroulement d’une économie financiarisée et c’est ça le problème que cet article de Pierre Barbancey au demeurant juste sur bien des points n’effleure pas. Pourtant ce qui est en cause, avant le coronavirus, c’est bien la faillite généralisée de ce système en lien avec les jeux sur le dollar et les taux d’intérêt. La crise de Hong kong n’est pas si éloignée de celle du Liban. On parle beaucoup des réfugiés syriens, de la masse que cela représente, mais le paradoxe c’est qu’ils sont aussi dans cette économie asphyxiée et pompée sans cesse une source de liquidités et tout est comme ça ce qui nourrit encore est destructeur à l’image de ce capitalisme financiarisé et militarisé.

Cette dépendance aux jeux des puissances financières en effet se double d’une dépendance géostratégique qui n’a de dimension confessionnelle ou “démocratique” que l’apparence.

Qui a intérêt à ce que la poudrière explose et là les alliances entre Israël et les Saoudiens, les gens du Golfe contre l’Iran témoignent de la volonté d’entretenir au Liban comme dans d’autres lieux de la Planète ce drame permanent et cette effondrement d’un pays. La situation est telle dans ce coin de la planète (et ce n’est pas le seul) que quand Trump déclare qu’il y a eu attentat selon son état major, sans être particulièrement complotiste on peut s’interroger s’il dit n’importe quoi ou si les informations qu’il a reçues venaient de gens impliqués.

Dans un tel contexte ce que vient dire Macron, et ce que dit Le Drian est qu’il va falloir intégrer le camp occidental et en finir avec les relations avec la Syrie autant que le Hezbollah. Le Liban réduit a quia doit accepter les conditions de l’aide étrangère et pour cela faire les concessions politiques qui s’imposent.

Il faut arrêter les atermoiement et savoir que seules les institutions internationales comme le FMI et la monarchie du Golfe – les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite – peuvent être de sérieux donateurs financiers. La France à ce prix là aidera à débloquer les sommes prévues. Nous sommes parfaitement d’accord avec la conclusion de cet expert:

“Cela conduira à une dépendance totale du Liban vis-à-vis des États-Unis, des centres financiers mondiaux et des monarchies wahhabites du golfe Persique. Quelle que soit la cause de l’explosion à Beyrouth, elle profitera objectivement aux États-Unis, à Israël, à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis.

Ils renforceront leurs positions et essaieront, en faisant pression sur le Liban à travers leurs réseaux d’influence, en soulevant des protestations et en promettant de l’aide, le tout dans le but d’arrêter les activités du Hezbollah et de détruire un maillon clé du «croissant chiite» qui permet à l’Iran d’accéder à la mer Méditerranée à travers la Syrie et l’Irak.”

Danielle Bleitrach

(1)Au point où il en était, il aurait pu aller voir son ami Carlos Ghosn qui lui doit tant. La propriété dans laquelle Carlos Ghosn s’est réfugié après avoir fui du Japon est au centre d’un litige entre Nissan-Renault et son ancien PDG. Le constructeur automobile estime être propriétaire de la maison et avant ordonné à Carlos Ghosn de quitter les lieux très rapidement. est entiérement détruite a déploré son épouse . La maison rose de style colonial dans laquelle le couple Ghosn a reçu la presse mondiale après la fuite de l’ancien capitaine d’industrie se trouve dans un quartier chic de Beyrouth, à environ 1,5 kilomètre du port


Edité le 07-08-2020 à 23:29:38 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14416 messages postés
   Posté le 08-08-2020 à 17:30:54   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

On peut penser que l'intervention de Macron vise essentiellement le Hezbollah

La France peut-elle vraiment «aider» le Liban ?


7 août 2020 © Thibault Camus/Pool Source: Reuters

Le président français s’est rendu le 6 août sur les lieux des explosions qui ont ensanglanté le port de la capitale libanaise. Pour le chercheur Adlene Mohammedi, la diplomatie française a besoin d’imagination si elle souhaite peser dans la région. Alors que le Liban traverse déjà une crise sociale, économique et politique d’une rare violence (rejet de la classe et du système politiques, généralisation de la pauvreté et du chômage, dévaluation abyssale ...), le désastre de mardi constitue assurément un facteur aggravant. Outre les 137 morts et les milliers de blessés, Beyrouth est confrontée à une véritable catastrophe humanitaire : infrastructures détruites (le port) ou endommagées (l’aéroport), 300 000 personnes sans domicile, silos de céréales détruits (et donc risque de pénurie de farine) ...

Adlene Mohammedi est chercheur en géopolitique et spécialiste du monde arabe.


Dans ces conditions, l’aide humanitaire internationale dont bénéficie aujourd’hui le Liban est nécessaire. Mais lorsque le président français dit vouloir «lancer une nouvelle initiative politique» et demander au dirigeants libanais «de changer le système», on est bien obligé de se demander si une telle démarche est opportune. La même question se posait – mais pour des raisons différentes – lorsque le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, martelait «aidez-nous à vous aider, bon sang !»
Diplomatie versus communication
Ce ton, volontiers paternaliste, a d’ailleurs été celui de l’éditorial du journal Le Monde : «La solidarité internationale doit s’exercer à plein, non seulement pour panser les nouvelles plaies du Liban, éternel terrain de rivalités entre puissances étrangères, mais pour aider ce pays pas comme les autres à sortir d’une impasse quasi existentielle et à se réinventer.»
Si l’aide humanitaire, dans un contexte de grave crise ou de désastre, est forcément la bienvenue, aider les pays à «se réinventer» relève davantage de l’ingérence et de la domination que de la diplomatie et de la coopération.

Le propos du chef de la diplomatie était gênant du fait de son caractère irrationnel : quand un pays traverse une grave crise (60% de la population sous le seuil de pauvreté, 35% de chômage, dévaluation spectaculaire), et quand cette crise est susceptible de provoquer une dégradation du climat géopolitique régional, on ne peut pas escompter des réformes structurelles dans l'urgence.

Le propos du chef de l’État est gênant pour deux raisons majeures : parce qu’il laisse entendre qu’un acteur extérieur peut contribuer à «changer le système» libanais (à sa décharge, rappelons qu’il ne fait que constater l’absence de souveraineté libanaise) et parce qu’il fait fi du piètre bilan de la France au pays du cèdre.
Il ne s’agit pas ici de remonter à l’influence française au mont Liban au XIXe siècle, à la création de l’Etat du Grand Liban en 1920, ou encore au soutien apporté au général Michel Aoun à la fin des années 1980. Mais la bienveillance accordée au «haririsme» (principal vecteur de gabegie ces trente dernières années) mérite assurément un recul critique.
D’ailleurs, au lendemain des explosions, l’ancien Premier ministre Saad Hariri a été chahuté par des Beyrouthins en colère.

Il ne faudrait pas confondre communication diplomatique (l’ensemble des discours qui peuvent entourer une action diplomatique) et diplomatie communicationnelle (une diplomatie qui repose essentiellement sur des discours et des images). Si certaines images peuvent rassurer ou faire plaisir, elles ne peuvent pas se substituer à un changement d’orientation.

La France peut difficilement susciter l’enthousiasme qu’elle a pu susciter en d’autres temps dans le monde arabe (au-delà du Liban) en assumant son alliance avec l’Arabie saoudite (dont le bilan est particulièrement mauvais au Moyen-Orient, y compris au Liban), en se montrant systématiquement pusillanime concernant les agressions israéliennes et en soutenant le camp politique le plus néfaste sur la scène libanaise. Un peu d’imagination s’impose.
De nouvelles pressions sur le gouvernement libanais en perspective
Après avoir déploré cette tragédie, le gouvernement libanais a décidé de s’attaquer aux responsabilités directes supposées : il demande, par exemple, l’assignation à résidence des responsables du stockage de l’ammonium (la cause identifiée étant une cargaison de nitrate d’ammonium estimée à 2 750 tonnes stockée sans mesures de précaution depuis six ans).
Mais dans la mesure où ces explosions – si leur caractère accidentel est confirmé – révèlent les carences de la classe dirigeante libanaise dans son ensemble, le gouvernement (au même titre que la classe politique libanaise dans son ensemble) pourrait être confronté à de nouvelles manifestations.
Sur le plan politique, le gouvernement libanais est de plus en plus fragile. Depuis la formation du gouvernement Hassane Diab en janvier dernier, le pouvoir libanais repose sur un socle politique rétréci (principalement le Hezbollah et ses deux principaux alliés : le courant du président Michel Aoun et le parti Amal du président du Parlement Nabih Berri) et il subira deux types de pressions : le mécontentement populaire (qui cible tout le système politique libanais) et les attaques des partis politiques hostiles au Hezbollah et au président Michel Aoun (les Forces libanaises et le courant joumblattiste).

Sur le plan géopolitique, les ennemis du Hezbollah – Etats-Unis, Israël et Arabie saoudite – sont tentés d’utiliser cet épisode pour en faire la cause de tous les maux du Liban.

En réalité, en défendant fermement jusqu’ici le pouvoir libanais (y compris Saad Hariri), le Hezbollah a donné l’impression de privilégier la fragile et sacro-sainte «stabilité» aux attentes populaires. Cela en fait un parti légitimiste plutôt qu’un acteur subversif.
Cette destruction du port de Beyrouth illustre l’absence d’Etat au Liban et les méfaits d’un système confessionnel, vecteur de clientélisme.
Pour construire leur Etat, les Libanais n’ont besoin d’aucune puissance étrangère. Au contraire, au clientélisme interne s’ajoute un clientélisme international tout aussi nocif. Les Libanais ont simplement besoin d’un nouveau pacte national qui soit cette fois fondé sur la citoyenneté.

Adlene Mohammedi

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/opinions/77598-france-peut-elle-vraiment-aider-le-liban-adlene-mohammedi

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14416 messages postés
   Posté le 11-08-2020 à 23:17:39   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Macron se présente comme le sauveur du Liban, prêt à remodeler le système du pays à l'image de l'Occident

10/08/2020

http://www.defenddemocracy.press/macron-styles-himself-as-lebanons-savior-ready-to-reshape-countrys-system-in-western-image/

9 août 2020 trad auto google

Le président français Emmanuel Macron a rassemblé une foule de donateurs internationaux pour soutenir le Liban et a promis que l'avenir du pays «est en train d'être décidé maintenant». Le leader français, semble-t-il, sera celui qui prendra les décisions.

Plus de 150 personnes sont mortes, et des milliers de personnes ont été blessées à la suite d'une explosion chimique dévastatrice dans la capitale de Beyrouth mardi. Alors que la colère du public envers le gouvernement libanais augmente, deux ministres et au moins sept députés ont démissionné - et des foules de manifestants enragés ont pris d'assaut les bâtiments gouvernementaux et ont exigé la démission totale du gouvernement du Premier ministre Hassan Diab.

Le président français Emmanuel Macron est entré dans cette mêlée. Menant une conférence de donateurs d'aide dimanche, Marcon a expliqué ses nobles objectifs. «L'avenir du Liban est en train d'être décidé maintenant», a-t- il déclaré, ajoutant que l'argent de l'aide serait distribué «rapidement et efficacement» et serait accompagné d'une enquête impartiale sur l'explosion, qui, selon les responsables, a eu lieu lorsqu'une réserve de 2 700 tonnes de nitrate d'ammonium a été capturée. Feu.

Macron a également pris sur lui d'appeler le gouvernement à tenir compte des demandes des manifestants de Beyrouth, ce qui, pour le moment, impliquerait de renoncer à son pouvoir.

L'avenir du Liban, a-t-il dit, serait décidé «par le Liban lui-même». Pourtant, le dirigeant français a apparemment jugé bon de s'insérer dans ce processus décisionnel, alors même que la poussière à Beyrouth se déposait encore la semaine dernière.

Arrivé jeudi dans la ville dévastée par l'explosion, Macron s'est entretenu avec des manifestants dans la rue, qui scandaient pour «révolution». Alors que la foule implorait l'aide du président français, Macron a fait une promesse claire: qu'il proposerait un nouvel «accord politique» aux dirigeants en difficulté du pays. Si l'accord échoue, il a déclaré qu'il reviendrait en septembre pour assumer lui-même la «responsabilité politique» .


La soif de changement de Macron est allée plus loin que de vagues déclarations. En plus d'exiger un nouvel «ordre politique» au Liban, il a appelé à l'audit de la banque centrale du pays et à la Banque mondiale, au Fonds monétaire international et aux Nations Unies de superviser le redressement du pays.

L'intérêt du président français pour la construction de la nation n'est pas sans précédent. Le Liban était autrefois un protectorat de la France, placé sous mandat français après la dissolution de l'Empire ottoman après la Première Guerre mondiale, avant que l'indépendance ne soit accordée après la Seconde Guerre mondiale. Cependant, l'invocation par Macron de la «communauté internationale» et des institutions financières supranationales du monde indique qu'il voit l'avenir du Liban non pas tout à fait comme un vassal français, mais comme un client de l'ordre mondial libéral, qu'il a déjà défendu vocalement.

La tentative de Macron de ramener le Liban dans le giron de l'Occident a probablement été rendue urgente par l'appel du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah plus tôt cette année pour que le pays «regarde vers l'Est» et se tourne vers la Chine, et non vers le FMI, pour obtenir une aide économique. «Les entreprises chinoises sont prêtes à injecter de l'argent dans ce pays» , a-t- il déclaré en juin. «Je dis au peuple libanais, il existe des alternatives [à l'Occident]» , a-t- il ajouté.

Au milieu d'un changement géopolitique potentiel, les États-Unis ont également jeté leur poids derrière les manifestants. Dimanche, le président Donald Trump a «reconnu les appels légitimes des manifestants pacifiques à la transparence, à la réforme et à la responsabilité», selon un communiqué de la Maison Blanche.

Le changement peut venir rapidement au Liban. Les dirigeants mondiaux qui ont participé à la conférence de dimanche se sont engagés à fournir des «ressources importantes» au Liban le plus rapidement possible, ajoutant que cette aide serait fournie «directement» aux personnes dans le besoin. Avec le gouvernement apparemment coupé de la distribution de l'aide, il reste à voir combien de temps Diab, ou le président Michel Aoun, sera en mesure de conserver le pouvoir.

Alors que Macron tentait de prendre le siège du conducteur, certains commentateurs ont rapidement remarqué l'ironie du président français prêtant son soutien aux manifestations anti-gouvernementales dans un pays à des milliers de kilomètres, après que ses propres services de sécurité aient gazé, matraqué et mutilé les `` gilets jaunes. «manifestants à la maison tous les week-ends depuis plus d'un an.

Peu de temps après que les donateurs ont annoncé leurs dernières promesses d'aide - s'élevant à près de 253 millions d'euros (298 millions de dollars), les manifestants sont descendus sur la place du Parlement de Beyrouth où ils ont lancé des pierres sur la police et tenté de démolir des barricades bloquant le bâtiment du gouvernement. La police a répondu avec des cartouches de gaz lacrymogène et éteint les incendies allumés par les manifestants.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Saul Karath
Patriote et communiste.
Pionnier
43 messages postés
   Posté le 12-08-2020 à 00:11:13   Voir le profil de Saul Karath (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Saul Karath   

Les Libanais sont mal barrés. Déjà que leur économie bancaire c'était n'importe quoi, alors si Macron s'y met.... Il vont battre les grecs aux Olympiques des peuples martyrs du capitalisme.

https://www.la-croix.com/Economie/Monde/Le-Liban-asphyxie-crise-bancaire-2020-01-20-1201072801

Le seul truque que l'occident à leur offrir c'est de faire adsorber par le complexe Militaro industriel de l'OTAN.
Faire tourner le pays grâce à l’économie de guerre.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14416 messages postés
   Posté le 14-08-2020 à 16:39:03   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

SOLIDAIRES AVEC LE PEUPLE LIBANAIS CONTRE LE NEOCOLONIALISME!


Article de Rassemblement Communiste :

Le Rassemblement Communiste apporte toute sa solidarité au peuple libanais dans la terrible épreuve qu’il traverse et qui a entraîné le décès de plus de 150 personnes, 6000 blessés, 300000 sans-abris et détruit la moitié de Beyrouth.
Cette double explosion meurtrière est aussi un révélateur du délitement du pouvoir politique libanais et de la faillite dans laquelle les ingérences économiques du FMI et de la Banque mondiale ont jeté le pays.

En effet l’irresponsabilité politique des dirigeants les a conduit à se renvoyer dos à dos pendant six ans la mise en sécurité du stockage de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium ! Cette situation n’est pas sans rappeler la catastrophe d’AZF en France qui s’est déroulée dans les mêmes conditions, mais à une échelle plus petite. Le Parti Communiste Libanais qualifie, ainsi, cette destruction de « crime majeur contre la nation ».

Ce crime n’a fait que renforcer la détermination du peuple libanais à se mobiliser contre leurs dirigeants corrompus et inaptes à protéger leurs intérêts. 96% des libanais sont assurés de la corruption de leurs représentants politiques. 50% affirment qu’on leur a déjà proposé une corruption contre un vote aux élections.
La crise du covid-19 puis cette explosion sont révélatrices de la déliquescence politique, économique et sociale dans laquelle se trouve le Liban du fait des diktats libéraux du FMI et de la Banque mondiale.

Le prix de ce néocolonialisme libéral et de cette déliquescence politique, économique et sociale est déjà trop lourd à payer par le peuple avec une augmentation des prix de l’ordre de 400 % en un an, l’incapacité des services publics à faire face au désastre sanitaire engendré par le covid-19,….
Dans le même temps, les rapaces impérialistes s’abattent sur cette calamité reniflant sans vergogne les profits substantiels à tirer de la détresse d’un peuple. Israël, bourreau du peuple libanais qui soutient la lutte du peuple palestinien, est le premier à sortir du bois pour « proposer son aide ». France, Etats-Unis, Grande-Bretagne, monarchies du Golfe ne tardent pas à se montrer. Emmanuel Macron, à l’impérialisme décomplexé, se permet même de conditionner son aide à la réalisation des réformes structurelles dictées par le FMI et la Banque Mondiale.

Mais il est fini le temps des colonies ! Le Parti Communiste Libanais dénonce, à juste titre, l’ouverture du pays aux prédateurs impérialistes qui sous couvert de réformes de l’économie ne veulent comme en Grèce que se partager le gâteau, ne se souciant pas de précipiter le peuple libanais dans une misère toujours plus grande. Ces prédateurs veulent faire payer le soutien du peuple libanais à la glorieuse lutte victorieuse du peuple syrien.
Le peuple libanais n’est pas dupe de cette tentative de tromperie et, dans ce contexte, une partie affirme sa préférence pour une assistance médicale offerte par la Chine et l’Iran pour le plus grand effroi du pilleur français qui ose publiquement dénigrer le soutien apporté par ces pays estimant l’ingérence française « préférable à l’ingérence de l’Iran » (dixit Macron).

Mais le courageux peuple libanais a la mémoire vive et c’est aux cris de libération pour Georges Ibrahim Abdallah (à l’initiative du Parti Communiste Libanais) qu’Emmanuel Macron a été accueilli au Liban ! Ni ingérence impérialiste, ni pouvoir corrompu, c’est l’avenir pour le peuple libanais. Le Parti Communiste Libanais revendique un gouvernement d’union des forces progressistes, affranchi de toute faction corrompue politiquement responsable par son inaction de l’explosion du stock de nitrate d’ammonium, et qui saura garantir l’unité du peuple malgré les infiltrations opportunistes réactionnaires pro-impérialistes, sionistes, phalangistes et leurs inévitables tentatives pour exacerber les tensions interconfessionnelles libanaises.
Le Rassemblement Communiste soutient la lutte du peuple libanais contre l’ingérence impérialiste et ses dirigeants corrompus, exige de Macron la libération de George Ibrahim Abdallah et dénonce en particulier l’impérialisme français dont les volontés coloniales d’Emmanuel Macron qui se croit toujours au temps du protectorat !
Les mobilisations populaires se multiplient et la réponse du gouvernement à ce peuple meurtri est le tir à balles réelles tuant un manifestant et blessant des dizaines d’autres.

Le Rassemblement Communiste soutient la mobilisation du peuple libanais contre ses dirigeants qui portent la responsabilité des victimes de la double explosion du 4 août et dont le comportement inique précipite le peuple libanais vers une abîme sans fin.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
2427 messages postés
   Posté le 15-08-2020 à 07:24:42   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

Beyrouth pleure ses enfants… Mais décide la vengeance !

https://www.investigaction.net/fr/beyrouth-pleure-ses-enfants-mais-decide-la-vengeance/

Beyrouth vit toujours à l’heure de ses martyrs et de ses blessés, mais aussi des dizaines de milliers de familles qui n’ont plus de toit pour les abriter. Beyrouth pleure mais ne se résigne pas, aidé en cela par la mobilisation d’une partie des Libanais accourus de toutes les régions pour apporter le réconfort aux sinistrés et aux familles des victimes, tandis que les équipes de pompiers et de la défense civile poursuivent leur recherche parmi les décombres, espérant trouver encore quelques survivants parmi les cinquante disparus ou plus…
La catastrophe dépasse l’entendement. Une partie de la ville fut soufflée en quelques minutes ; et la déflagration, comparée à une petite bombe atomique, a eu raison des vitres et des murs dans un rayon de plus de vingt kilomètres… Partout où vous allez dans les rues, vous trouvez des amoncellements de verre en petits morceaux mêlés à des lambeaux de meubles et à des cadres de fenêtres tordus.

Que s’est-il passé ce soir du mardi 4 août 2020 ? Et qui est le responsable de cette nouvelle catastrophe qui enfonce encore plus un pays au bord de la faillite, touché en même temps par la corruption de ceux qui le gouvernent depuis déjà trente ans et par la pandémie du Covid 19 et dont la moitié de sa population active se trouve actuellement sans travail et menacée par la famine et les maladies ?

Pour comprendre ce qui s’est passé ce « Mardi noir », il nous faut remonter le temps et revenir sept ans plus tôt. En effet, en 2013, le « Rhodus », un bateau géorgien loué par un « homme d’affaire » russe, transportait une cargaison de nitrate d’ammonium vers le Mozambique ; en route, et pour cause de « problèmes techniques », ce bateau fut obligé d’accoster dans le port de Beyrouth… Après onze mois, et le refus de l’acheteur de reprendre à ses frais l’acheminement de la cargaison vers le Mozambique, l’équipage fut libéré et la cargaison saisie par les douanes qui l’ont transportée à terre et placée dans l’entrepôt portant le numéro 12 sans aucune des précautions nécessaires, vu les caractéristiques du produit!

Aujourd’hui, et à la suite de la catastrophe, les Libanais ont découvert que leur capitale et les employés de son port ont côtoyé la mort pendant plus de six ans sans que les gouvernements successifs de Najib Mikati, Tammam Salam, Saad Hariri et, dernièrement, Hassan Diab, ou les ministres chargés des travaux publics, ou les magistrats qui ont eu vent de l’affaire et, surtout, les responsables des douanes et de la sécurité dans le port de Beyrouth les avertissent sur les dangers encourus, surtout que tout ce beau monde tente maintenant de s’extraire à la responsabilité, tantôt en se jetant le blâme et tantôt en revenant à la théorie du complot qui désigne l’entité israélienne comme responsable du crime.

Il est vrai qu’il ne faut négliger aucune piste dans la recherche de la vérité (si on y arrive jamais à cette vérité ; cependant, la responsabilité originelle est bien évidente : elle incombe à celles et ceux que nous venons de citer. Voilà les criminels qui ont caché une cargaison de plusieurs milliers de tonnes de nitrate d’ammonium dans un entrepôt où sont venus s’entasser des objets épars mais surtout du feu d’artifice ; un entrepôt qui se trouve au centre du port et qui n’est pas très loin des containers de gaz. Et voilà pourquoi nous pensons qu’ils vont essayer de noyer le poisson afin d’échapper à leur responsabilité. D’ailleurs, une première tentative en dit long sur les jours à venir ; hier soir, le Comité d’investigation spéciale de la Banque centrale (le Bureau de la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme) a décidé de bloquer les comptes et les avoirs des responsables administratifs et douaniers du port de Beyrouth, mais pas un mot sur les gouvernements et les ministres…

Voilà pourquoi les familles des victimes et tous ceux qui furent atteints directement par la catastrophe ont décidé de ne pas se laisser manipuler par les politiciens qui croient pouvoir échapper une fois de plus à la justice et qui sont épaulés par certains responsables internationaux… De même, les syndicats ouvriers qui ont quitté la CGTL inféodée au pouvoir, les organisations militant pour l’égalité, les groupes de jeunes et de cadres ont poussé le holà, appelant à contrecarrer les visées de la classe dominante qui a fait main basse sur le Liban.

Pour ce faire, ils ont besoin de soutien et de solidarité. Ne les décevons pas !


Edité le 15-08-2020 à 07:24:59 par Finimore




--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
2427 messages postés
   Posté le 15-08-2020 à 07:28:15   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

Explosion à Beyrouth : face aux accusations, les dénégations hypocrites d’Israël

https://www.investigaction.net/fr/explosion-a-beyrouth-face-aux-accusations-les-denegations-hypocrites-disrael/

Quand les responsables politiques israéliens témoignent leur solidarité avec le Liban, quand ils proposent une aide humanitaire, quand la mairie de Tel-Aviv est illuminée aux couleurs du pays du cèdre, le journaliste Gideon Levy peine à ignorer l’hypocrisie ambiante. Après tout, ce n’est pas comme si l’armée israélienne n’avait jamais fait trembler la terre au Liban ni menacer de réduire en cendres ses infrastructures… (IGA)
Tout l’Israël officiel s’est présenté comme choqué par la catastrophe qui a frappé son voisin, le Liban, hier. Presque tout le monde prend un visage triste. À l’exception de Richard Silverstein, qui tient le blog Tikkun Olam, personne n’a accusé Israël d’être à l’origine de la catastrophe. À l’exception de Moshe Feiglin, député et chef du parti Zehut qui appartient à la coalition du Likoud, et de quelques autres racistes [y a-t-il autre chose en Israël ?], personne n’a exprimé de joie satanique à ce sujet.

Déclarations de Feiglin : « Aujourd’hui, c’est Tu B’Av, un jour de joie, et un véritable et immense merci à D.ieu et à tous les génies et héros vraiment (!) qui ont organisé pour nous cette merveilleuse célébration en l’honneur du jour de l’amour. Pour marquer les vacances de Tu B’Av, nous avons un fantastique feu d’artifice depuis le port de Beyrouth. Vous ne croyez pas vraiment qu’il s’agissait d’un entrepôt de carburant mal géré, n’est-ce pas ? Comprenez-vous que cet enfer était censé nous tomber dessus comme une pluie de missiles ?! J’ai une certaine expérience des explosifs. La plus grande explosion à laquelle j’ai participé était de 2,5 tonnes de TNT. Ce que nous avons vu hier au port de Beyrouth était bien plus grand. L’effet destructeur (sans le rayonnement) était comme une bombe nucléaire. Si c’était nous, et j’espère que c’était nous, alors nous devrions en être fiers, et avec cela nous créerons un équilibre de terreur. En évitant de dire que c’est nous, nous nous mettons du côté obscur de la moralité. Nous sommes tous autorisés à nous réjouir. »

Heureusement, l’ancien porte-parole de l’armée israélienne Avi Benayahu a chassé Feiglin de la course : « Avec de telles déclarations, vous n’appartenez pas au peuple juif », a déclaré Benayahu, l’homme de moralité juive, et cette tâche honteuse a été lavée.

Benayahu a raison : l’État juif n’a jamais causé de telles catastrophes, et lorsque nos ennemis sont tombés, il ne s’est jamais réjoui. Les Forces de défense israéliennes, dont Benayahu était la voix, n’ont jamais causé de destructions et de dévastations, certainement pas au Liban, certainement pas à Beyrouth. Qu’est-ce que Tsahal a à voir avec la destruction des infrastructures ? Avec une explosion dans le port de Beyrouth ? Pourquoi l’armée la plus morale du monde aurait-elle quelque chose à voir avec les bombardements de centres de population ? Et c’est ainsi que les dirigeants du pays se sont empressés d’offrir leur aide au pays des cèdres dévasté, un geste juif et israélien si typique, humain, haut et émouvant au point de nous tirer des larmes.

Il est vrai que l’armée de l’air israélienne fait fi de la souveraineté du Liban et vole dans ses cieux comme s’ils étaient les siens. Certes, Israël a dévasté le Liban à deux reprises pendant la guerre (1982 et 2006), mais on ne va pas tenir de comptes d’apothicaire. Le Président israélien a adressé une déclaration de condoléances au peuple libanais, le Premier ministre et les ministres des Affaires étrangères et de la Défense ont déclaré qu’ils avaient « donné des instructions pour offrir une assistance humanitaire et médicale au Liban ».

Comme si toute cette bienfaisance ne suffisait pas, le maire de Tel Aviv a ordonné que le bâtiment de la municipalité soit illuminé des couleurs du drapeau libanais. Les mots sont incapables de décrire un geste si éthéré. Toute la haine passée a été mise de côté, et Israël est maintenant un ami dans le besoin de son voisin souffrant. C’était peut-être une bénédiction de Tu B’Av, la fête de l’amour, célébrée hier. Mais quand même, un vague souvenir menace de gâcher la fête à la gloire de notre bonté et de notre altruisme, que nous aimons tant ici.

N’est-ce pas ce même ministre de la Défense qui, la semaine dernière, a menacé ce même Liban de détruire ses infrastructures ? Le Premier ministre n’a-t-il pas également menacé le Liban ? Et à quoi ressemble la destruction des infrastructures au Liban ? Exactement à ce qui a été vu au Liban mardi. Le bruit du tonnerre a secoué la ville, une fumée noire s’est répandue au-dessus, des destructions et des ravages, du sang civil a coulé, 4 000 blessés aux portes de l’hôpital, comme l’a décrit avec horreur l’ambassadrice d’un pays européen à Beyrouth, qui avait auparavant servi en Israël. Elle a été blessée mardi dans l’explosion et était sous le choc.

La moitié d’Israël et l’ensemble de l’état-major de Tsahal savent comment réciter la célèbre doctrine Dahiya, objet de tous les louanges. Un politicien sur deux a menacé de la mettre en œuvre. C’est notre langage avec le Liban et Gaza. C’est la doctrine adoptée par le Carl von Clausewitz israélien, l’ancien chef d’état-major Gadi Eisenkot, l’espoir actuel de la gauche israélienne, alors qu’il était chef du commandement du Nord.

Et quelle est cette doctrine sophistiquée qui porte le nom de la banlieue sud de Beyrouth, bastion des masses populaires du Hezbollah décimées en 2006 ? C’est l’utilisation d’une force disproportionnée et impitoyable contre les infrastructures, semant la destruction et l’effusion d’autant de sang que possible. « Aplatir une fois pour toutes », pour donner une leçon à l’ennemi. L’armée israélienne a essayé cela plus d’une fois dans le passé, au Liban et à Gaza, et ce fut une réussite vertigineuse. Cela ressemble à ce qui a été vu à Beyrouth mardi.

Il ne s’est pas encore écoulé une semaine depuis qu’Israël a menacé de détruire les infrastructures du Liban si le Hezbollah osait venger le meurtre d’un de ses combattants dans une action militaire limitée à la frontière, mais Israël le destructeur devient Israël le miséricordieux. Accepteriez-vous l’aide humanitaire d’un tel pays ? Y a-t-il une démonstration d’hypocrisie plus écœurante * ?

Quand Israël a démoli Dahiya et d’autres quartiers de Beyrouth, le bâtiment de la municipalité de Tel Aviv n’était pas illuminé des couleurs du drapeau libanais. Quand Israël a tué des milliers de femmes et d’enfants innocents, vieux et jeunes, à Gaza pendant l’opération criminelle Plomb durci et l’opération Bordure protectrice, la municipalité n’a pas été éclairée aux couleurs du drapeau palestinien. Mais mercredi, nous étions tous si humains, si Libanais pour un moment. Jusqu’au prochain Dahiya.

Source: Les cris des peuples
https://lecridespeuples.fr/2020/08/07/explosion-a-beyrouth-face-aux-accusations-les-denegations-hypocrites-disrael/

--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
9439 messages postés
   Posté le 01-09-2020 à 20:31:52   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

La présence française en Syrie et en Irak-operation Chamall-etant compromise,la France veut garder pied au Proche et moyen orient en consolidant le contrôle du Liban.


Edité le 01-09-2020 à 20:58:58 par marquetalia




--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14416 messages postés
   Posté le 03-09-2020 à 00:06:28   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le Monde appuie l'ingérence ... "Lors de sa deuxième visite en un mois, le président français a défendu la souveraineté du pays, tout en plaçant sous tutelle ses dirigeants. Il a promis de revenir en décembre." ...

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  A bas l'impérialisme français !  ingérence manifeste au LibanNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum