Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Idéologie 

 impasses du fascisme européen

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18389 messages postés
   Posté le 26-11-2021 à 07:51:31   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Il faut s'attendre à ce que l'accentuation de la crise brise les consensus et le politiquement correct de la social-démocratie, mettant les antagonismes de classes face à face.
La seule opposition opposition conséquente face au fascisme est le communisme. Mais celui-ci est bien divisé dans sa stratégie nationale et internationale, partagé entre le ml et l'opportunisme de droite ou de gauche.
Certains lorgnent vers la social-démocratie radicale, d'autres ont la nostalgie de Marchais.
Il faut prendre conscience de la possibilité du fascisme ou de la fascisation de l'Etat, et revenir aux principes léninistes, prendre conscience de la nature de la guerre froide USA / RPC et de la polarisation idéologique qui doit en découler.


_____________________


La “main de fer” montre ses muscles

DANIELLE BLEITRACH 25 NOVEMBRE 2021


Cet article du site du PARTI COMMUNISTE UKRAINIEN nous met en garde face à une extrême-droite européenne qui s’unit et ne cherche même plus à se masquer sous le politiquement correct. Cette internationale noire décomplexée bénéficie des agissements d’une pseudo gauche qui au nom de la “démocratie ” fait porter tous ces coups contre le communisme, en falsifie l’histoire. (note de Danielle Bleitrach et traduction de Marianne Dunlop)
21.11.2021
https://histoireetsociete.com/2021/11/25/la-main-de-fer-montre-ses-muscles/

https://kpu.ua/uk/100455/sylnaja_ruka_ygraet_muskulamy

L’extrême-droite de différents pays et continents s’unit en une seule alliance. Son essence de classe est entièrement dans l’intérêt du capital. Les politiques des partis de la pseudo-gauche facilitent la création d’une “internationale néo-fasciste”.

L’ombre de la croix gammée

Qu’ont en commun les républicains américains, le régime brésilien de Jair Bolsonaro et des partis comme le Vox espagnol ou la Liga italienne, qui siègent au Parlement européen ? Avant tout une affinité idéologique. En spéculant sur la défense des “valeurs traditionnelles”, ils font en fait le jeu des grandes entreprises, inquiètes de la croissance du mouvement de protestation et désireuses de détourner les travailleurs des vrais problèmes.

Jusqu’à récemment, les forces de droite se limitaient à des contacts bilatéraux. Aujourd’hui, la situation est en train de changer. Implantées des deux côtés de l’Atlantique, elles ont fait un pas vers l’unification. Le parti Vox en est le fer de lance. Il a récemment publié la Charte de Madrid, un appel à ses partisans de différents pays. Le document, basé sur des schémas archaïques, rend les communistes responsables de tous les malheurs actuels. Ce sont eux qui, prétendument, menacent la prospérité et le développement et détruisent les droits de l’homme et les libertés. “Leur objectif est de saper la démocratie libérale et l’État de droit. Des régimes totalitaires d’inspiration communiste … ont fait main basse sur certaines parties de l’Amérique latine”, diffuse Vox.

Armés de ce document, les membres du parti ont fait le tour de l’Ancien et du Nouveau Monde. Parmi leurs interlocuteurs figuraient le président équatorien Guillermo Lasso, le député brésilien et fils du chef de l’État Eduardo Bolsonaro, le chef du Parti républicain chilien et candidat à la présidence Jose Antonio Cast, et le chef de l’opposition péruvienne Keiko Fujimori. Le leader de Vox, Santiago Abascal, s’est rendu au Mexique, où il a rencontré des députés du parti d’opposition. Au total, plus de 8 000 personnes de plus de vingt pays auraient signé la Charte de Madrid.

Encouragée par son succès, l’extrême-droite est allée encore plus loin et a annoncé la création du “Forum de Madrid” – une plateforme politique qui serait la base d’une union internationale. L’annonce a été faite au congrès de Vox en présence d’invités étrangers. Parmi eux figuraient le chef du parti portugais Chega, André Ventura, la chef du parti italien Frères d’Italie, Giorgia Meloni, ainsi que le sénateur républicain américain Ted Cruz. “Nous avons un problème, ce problème, ce sont les gauchistes qui détruisent les institutions nationales et religieuses sacrées”, s’est exclamé ce dernier.

L’affaire ne se borne pas à un soutien moral. Selon plusieurs rapports, des liens étroits ont été établis entre la Fondation Dineso, créée par Vox, et l’organisation américaine Project Veritas, financée par le milliardaire Charles Koch et l’ancien président Donald Trump. Représentant l’aile d’extrême droite du parti républicain, il vise à “protéger le marché libre de l’empiètement des socialistes et des syndicats”.

Des processus d’unification ont également lieu dans l’Union européenne. Seize partis d’extrême droite ont adopté une “Déclaration commune sur l’avenir de l’UE”. “Vox, les Frères italiens, la Ligue, le Rassemblement national de France, le Parti libre d’Autriche et d’autres ont déclaré un cap pour défendre la souveraineté et les valeurs traditionnelles. L’établissement d’un groupe puissant au Parlement européen est déclaré comme une tâche prioritaire.

La particularité de la Nouvelle Droite est de se débarrasser des vestiges du politiquement correct. Ils parlent de leurs idées racistes et impérialistes avec une franchise cynique. À l’occasion du 500e anniversaire de la prise par les conquistadors de Tenochtit-lan, la capitale de l’empire aztèque, M. Abascal a déclaré que “les Espagnols ont réussi à libérer des millions de personnes du régime terroriste sanglant des Aztèques”. “Nous sommes fiers de ce que nos ancêtres ont fait”, a-t-il ajouté. La déclaration officielle de Vox à l’occasion du Columbus Day en Espagne soulignait que “la découverte des Amériques a été le plus grand acte de fraternisation humaine”. Pour mémoire, la colonisation du Nouveau Monde est considérée comme le plus grand génocide de l’histoire, avec quelque 100 millions de victimes. Cependant, aux yeux des colonisateurs et de leurs partisans, les aborigènes n’ont jamais été des personnes à part entière et ont été considérés comme du matériel consommable pour l’accumulation du capital.

La justification de la prise de pouvoir coloniale est plus que symptomatique. Le phénomène du fascisme n’est pas né du néant mais a été préparé par toute l’histoire précédente du capitalisme avec son idée sous-jacente d’inégalité. Comme le soulignait Jawaharlal Nehru, le Premier ministre indien de l’Indépendance, la domination britannique était “solidement liée à l’exceptionnalisme ethnique des conquérants”. Et la figure coloniale anglaise Cecil Rhodes a affirmé : “J’ai levé les yeux vers le ciel et les ai baissés vers la terre. Et je me suis dit : l’un et l’autre doivent devenir britanniques. Et il m’a été révélé que les Britanniques sont la meilleure race digne de dominer le monde.”

Il est normal que la même Vox ne cache pas son admiration pour la dictature de Franco et que Giorgia Meloni avoue n’avoir “aucun problème avec le fascisme”. Une autre personnalité de droite, le Premier ministre hongrois Viktor Orban, qualifie Milos Horthy, proche allié de l’Allemagne fasciste, d'”homme d’État exceptionnel”. Dans un télégramme adressé à Hitler le 22 juin 1941, le jour de l’attaque de l’Union soviétique, il proclame que c’est “le plus beau jour de sa vie”. Aujourd’hui, un monument au dictateur se dresse dans le centre de Budapest.

Au service du capital

L’activité internationale de l’extrême droite est proportionnelle à la croissance de son influence dans les pays. Après avoir terminé troisième aux élections de 2019, Vox s’est hissé parmi les trois premiers partis et joue un rôle décisif contre le gouvernement socialiste. Lors des récentes élections à l’assemblée métropolitaine, le Parti populaire de droite est arrivé en tête, mais il n’a pu former un gouvernement que grâce à Vox. Des alliances similaires ont été conclues en Andalousie et en Murcie. Selon les analystes, cette expérience peut être reprise au niveau national.

Le parti portugais Chega, qui qualifie sa relation avec Vox d'”alliance fructueuse et indéfectible”, tente d’imiter ce succès. Il y a deux ans, il a obtenu 1,3 % des voix et a porté un député au Parlement en la personne de son chef. Chega était déjà en quatrième position lors des élections locales de septembre, et pour les prochaines élections parlementaires, les sondages le placent en troisième position avec deux douzaines de mandats.

Les Frères italiens sont encore plus confiants, puisqu’ils se sont hissés en tête du classement des partis. Les élections locales d’octobre étaient un échauffement. Le candidat d’extrême droite à la mairie de Rome, Enrico Michetti, a atteint le second tour et, avec 40 % des voix, a perdu face au candidat du Parti démocratique. Ayant travaillé comme présentateur radio pendant de nombreuses années, il est resté dans les mémoires pour son attitude enthousiaste à l’égard de la Wehrmacht allemande et ses appels à une “main forte pour rétablir l’ordre”. Les Frères d’Italie sont arrivés en deuxième position aux élections du conseil municipal de la capitale, avec Rachele Mussolini, petite-fille du Duce, parmi les députés élus.

L’élection présidentielle française d’avril prochain pourrait réserver bien des surprises. Parmi les favoris de la course figure le présentateur de télévision controversé Eric Zemmour, qui s’est fait connaître en insultant les immigrés et en justifiant le régime collaborationniste du maréchal Pétain.

Le grand capital est derrière la montée de l’extrême-droite. Les slogans populistes comme l’interdiction de l’immigration ou la protection de la famille traditionnelle ne sont guère plus qu’une couverture. En matière de politique économique, à quelques exceptions près, ils défendent les idées néolibérales les plus radicales. Par exemple, l’ex-chancelier autrichien Sebastian Kurz, si prisé des médias officieux russes, a préconisé des réductions radicales des dépenses publiques et s’est opposé à tout impôt foncier. Il en va de même pour les relations internationales. En tant que membre du gouvernement, Matteo Salvini, chef de la Ligue, a soutenu les débordements anti-iraniens d’Israël et admiré le régime brésilien de Bolsonaro.

Une faible antidote

Mais les admirateurs des colonialistes et des nazis n’auraient jamais acquis une grande popularité sans le soutien indirect du… camp opposé. Si l’on examine la géographie de la “renaissance brune”, on constate qu’elle a atteint sa plus grande ampleur dans les pays dont les gouvernements sont de centre-gauche. Au Portugal, pays dirigé par le parti socialiste, le taux de pauvreté est passé de 12 % à 16 % pendant la pandémie. Par ailleurs, 20 % des citoyens se situent à la limite critique. En six ans, les socialistes n’ont toujours pas abrogé les lois du cabinet précédent qui ont réduit les droits des travailleurs et lancé une campagne de privatisation massive. Cela a conduit à des protestations croissantes. Ces dernières semaines, les travailleurs du métro et de la compagnie ferroviaire nationale de la capitale, les médecins, les enseignants et les pompiers ont fait grève. Ils réclament des salaires supérieurs à l’inflation et une extension de leurs droits.

Les autorités n’écoutent pas la voix des travailleurs. Fin octobre, le conflit s’est déplacé au Parlement. Le Parti communiste portugais (PCP) et le Bloc de gauche ont refusé de soutenir le projet de budget. “Le pays n’a pas seulement besoin d’un budget, il a besoin de réponses aux problèmes exacerbés par la pandémie, d’une augmentation des investissements publics dans les soins de santé et les logements abordables”, a déclaré Geronimo de Souza, secrétaire général du PCP. Les communistes ont qualifié de dérisoire le projet des autorités d’augmenter le salaire minimum de 40 euros et la pension de 10 euros. Les propositions du PCP comprenaient une augmentation du salaire minimum de 665 à 850 euros par mois et des modifications du code du travail.

Le Premier ministre António Costa n’a pas caché l’engagement du gouvernement envers l’Union européenne, qui a promis à Lisbonne une aide de 45 milliards d’euros. “Nous ne pouvons pas risquer d’ébranler la confiance internationale durement gagnée”, a-t-il déclaré. Mais ni la persuasion ni les menaces aux autorités n’ont aidé. Le budget n’a toujours pas été adopté dans le délai imparti et, par conséquent, le Parlement a été dissous. Des élections anticipées auront lieu le 30 janvier. “Chega ne cache pas sa satisfaction. André Ventura a accusé la gauche de “la plus grande paupérisation” et a déclaré que seule l’extrême droite sauverait le pays. Pour lui, le slogan de la “révolution des œillets” “Fascisme – plus jamais ça !”, doit être remplacé par “Socialisme – plus jamais ça !”.

La situation est similaire en Espagne, où le gouvernement n’a pas réussi à contenir la crise. La pandémie s’est superposée à une politique d’austérité que les socialistes n’ont pas osé arrêter. L’âge de la retraite continue d’être relevé graduellement et la réforme néolibérale du travail n’a pas été abrogée. Le projet de budget pour 2022 prévoit une augmentation de 2 % des salaires des fonctionnaires, soit bien moins que l’inflation. D’autre part, les dépenses militaires augmenteront de 10 %. Et ce, malgré le fait que le taux de pauvreté ait presque doublé. Un tiers des jeunes espagnols sont au chômage et la moitié de ceux qui ont un emploi sont sous contrat temporaire. Comme au Portugal, le gouvernement suit les diktats de Bruxelles qui met en garde contre l’augmentation des dépenses sociales.

Profitant de cette situation, l’opposition intensifie ses attaques. La Cour suprême, à majorité conservatrice, a été choisie comme arme de prédilection. Elle a récemment jugé qu’Alberto Rodriguez, député du parti Podemos, devait être déchu de son mandat. La raison en est un coup que l’homme politique aurait porté à un policier lors d’une manifestation il y a sept ans. La nature partisane du procès n’a pas empêché le président du Parlement socialiste d’accepter d’exclure le député. “La leader de Podemos, Yolanda Diaz, qui occupe le poste de vice-premier ministre, s’est également lavée les mains du procès. “Nous respectons les décisions judiciaires”, a-t-elle rapporté. Dans le même temps, les militaires surpris dans une série de vidéos à faire des saluts nazis n’ont pas été sanctionnés.

Cela n’a fait que donner des ailes à l’extrême-droite. Six antifascistes de Saragosse et Isabel Serra, membre du conseil métropolitain, ont été condamnés à la prison après une plainte de Vox et une amnistie pour les politiciens catalans condamnés a été contrecarrée. De telles concessions sont monnaie courante chez les socialistes européens. Certains d’entre eux (comme le député portugais Pedro Marques) ont soutenu la demande de Vox pour l’attribution du Prix Sakharov à l’ancienne chef de la junte bolivienne, Janine Añez.

La situation en Italie est encore plus paradoxale. Le pays est gouverné par un cabinet qui, outre le Parti démocratique de centre-gauche, comprend la Ligue de droite et Forza Italia. La seule opposition reste les Frères italiens, qui jouent habilement sur le mécontentement croissant. “Les gens des banlieues abandonnées et la classe ouvrière sont ceux pour qui nous travaillons !”. – affirme Meloni. Le populisme tombe sur un terrain fertile. Pendant la pandémie, la proportion de familles pauvres est passée de 6,4 % à 7,7 %. Le nombre de milliardaires est passé de 43 à 51 et leur richesse combinée de 126 à 205 milliards de dollars au cours de la même période. Ceux qui avaient l’habitude de voter pour des communistes choisissent de plus en plus l’extrême droite en tant qu'”ennemis de l’establishment”. Cette illusion est entretenue par la gauche elle-même, qui a échangé la lutte des classes contre la protection des droits des minorités et autres ersatz. La bourgeoisie, quant à elle, se frotte les mains du succès de l’opération.

Sergei Kojemiakine, la Pravda


Edité le 28-03-2022 à 14:06:31 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Davidsword
Jeune Communiste
63 messages postés
   Posté le 21-12-2021 à 13:43:45   Voir le profil de Davidsword (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Davidsword   

Vous vous excitez devant ce que Pasolini appelait l'archéo-fascisme, dans l'Europe de l'ouest, ces bandes ne sont que des idiots utiles chaussettes jetables à merci.

Car le vrai fascisme (selon la définition de Dimitrov=) est au pouvoir, c'est LREM.
Pas besoin de veste brunes dans les rues, la majorité change sa veste !

--------------------
La droite et les rouges fleurissent sur les terrains délaissés pa rla gauche.
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18389 messages postés
   Posté le 21-12-2021 à 19:02:35   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Il s'agit d'un texte du parti communiste ukrainien et leur situation n'est pas celle de notre pays. Les bandes fascistes en Europe de l'est ont investi certains gouvernements, interdit dans certains cas le communisme, etc.

Il faut lire le chapeau d'introduction où je parle de la possibilité du fascisme ou de la fascisation de l'Etat et depuis longtemps nous insistons sur la fascisation du pouvoir en place parce que les monopoles français ont choisi le cadre européen et non le souverainisme ou un frexit.
Le cas de Zemmour est un peu différent puisqu'il bénéficie du soutien de Bolloré, mais il ne s'est pas acquis le CAC 40.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18389 messages postés
   Posté le 28-03-2022 à 14:31:20   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Cet article de la presse chinoise met l'accent sur les contradictions de l'extrême-droite européenne.
Une partie est inféodée à l'hégémonisme US, c'est le cas de de l'Ukraine ou de la Pologne bien que l'antisémitisme les divise, de la Slovaquie, de la Tchéquie.
Par contre Orban n'a pas laissé passer des armes pour l'Ukraine et veut se tenir à l'écart.
Mais en Europe de l'ouest c'est une grande confusion. Nous avions déjà pointé l'attitude hésitante du RN envers "l'Empire" selon le parti au pouvoir, son soutien à Trump contre la Chine. Aujourd'hui la guerre en Ukraine le plonge dans l'embarras mais il n'est pas seul.


___________________



Ukraine - L'énigme Poutine" de l'extrême droite européenne

Écrit globalement par Yedho
2022-03-28 09:50:02
Dernière mise à jour : 2022-03-28 09:50

L'intensification de la guerre entre la Russie et l'Ukraine a profondément secoué l'Europe, qui pensait que "la guerre n'existe que dans les manuels d'histoire". Il y a deux semaines, Matteo Salvini, chef du parti d'extrême droite "Lega" au sein de la coalition gouvernementale semi-bureaucratique italienne, a constaté la force du sentiment anti-russe et a décidé de défendre lui-même la cause, en se rendant dans la ville frontalière polono-ukrainienne de Przemysl pour accueillir personnellement les réfugiés ukrainiens en Italie.

Cependant, le maire de Przemysl, une petite ville de 60 000 habitants, était déterminé à mettre Salvini, un politicien populiste qui devrait devenir Premier ministre après les prochaines élections italiennes, dans l'embarras en lui présentant un T-shirt portant la tête du président russe Vladimir Poutine avec les mots "Armée russe" à la vue du public. L'ironie du sort veut que l'homme politique de droite, qui a toujours été proche du gouvernement russe, prenne un virage soudain.

La chemise était presque identique à celle que Salvini portait lui-même lorsqu'il s'est rendu sur la place Rouge de Moscou en tant que membre du Parlement européen en 2014. Le maire a même plaisanté en disant que M. Salvini pourrait porter la chemise pour visiter un centre de réfugiés local. Un Salvini extrêmement embarrassé a dû interrompre le maire, en disant qu'il se consacrait à l'aide aux réfugiés ukrainiens, avant de partir en courant.

L'homme qui a apporté à l'Italie le premier gouvernement populiste d'un grand pays européen en 2018, et qui a un temps fait craindre une sortie de l'Italie de l'Union européenne, entretient depuis longtemps des liens inhabituellement étroits avec Moscou. Il a déclaré que " deux présidents italiens ne valent pas la moitié de Vladimir Poutine " et s'est prononcé en faveur de la levée des sanctions de l'UE contre la Russie dans le sillage de la Crimée en 2014. Le parti unioniste (anciennement connu sous le nom de Ligue du Nord), qui a autrefois cherché à obtenir l'indépendance du nord de l'Italie, a signé un accord de coopération avec le parti Russie Unie de Poutine en 2017, avant d'être pleinement devenu un parti national. Un accord de coopération pétrolière à des fins lucratives, et le parti a fait l'objet d'une enquête par les autorités judiciaires italiennes.

En ce moment, parmi l'opinion publique pro-ukrainienne, Salvini est encore plus embarrassé par son plaidoyer anti-immigration constant (jusqu'au 24 février de cette année, lorsque la Russie a marché en Ukraine). Outre le fait d'avoir empêché les bateaux de réfugiés de débarquer lorsqu'il était ministre de l'intérieur, il n'y a rien de plus familier dans sa carrière politique que de frapper à la porte d'une famille italienne minoritaire, entourée des médias, lors des élections locales il y a deux ans, et de la confronter au fait que son fils était un trafiquant de drogue.


Le virage maladroit de Salvini n'est pas un exemple isolé en Europe, mais un dilemme pour l'extrême droite dans presque tous les pays en ce moment : comment nettoyer le passé de son fort soutien à Poutine ?

Une adéquation idéologique

Selon les recherches de Beatrix Futàk-Campbell, professeure associée de relations internationales à l'université de Leiden aux Pays-Bas, les partis d'extrême droite de tous les grands pays de l'UE ont développé des liens étroits avec les forces dirigeantes en Russie depuis les années 2010, et outre leur homogénéité idéologique, ils partagent également un objectif largement anti-establishment avec les forces du Brexit. En plus de leur homogénéité idéologique, ils partagent également un objectif politique anti-establishment commun, à savoir la confrontation avec les forces du Brexit. Une grande partie de ces relations est constituée par les différentes activités transnationales entre les partis.

La conférence "Les familles nombreuses et l'avenir de l'humanité", qui s'est tenue au Kremlin d'État en septembre 2014, a vu la participation de personnalités du Parti de la liberté (FPÖ), parti d'extrême droite autrichien, qui est ensuite arrivé au pouvoir, et du Front national (FN, aujourd'hui connu sous le nom de "Rassemblement national" français. L'année suivante, à Vienne, se tient également une réunion du FN (désormais connu sous le nom de Rassemblement national). L'année suivante, une réunion de la "Sainte Alliance" a également eu lieu à Vienne. Elle a rassemblé des personnalités religieuses et conservatrices pour discuter de la manière de sauver l'Europe des idées libérales et de l'homophobie, et de promouvoir le patriotisme et le christianisme traditionnel.

Des réunions transnationales similaires ont mis en évidence l'adéquation idéologique entre l'extrême droite en Europe et le gouvernement de Poutine. L'UE à Bruxelles symbolise l'évolution vers une sécularisation morale, où les valeurs traditionnelles de la famille chrétienne n'ont plus d'importance, et c'est la sauvegarde des valeurs chrétiennes européennes traditionnelles qui est au cœur de l'extrême droite en général face au flot de la sécularisation, coïncidant avec les valeurs orthodoxes exaltées de Poutine.

Alors que dans les pays européens, l'extrême droite a souvent du mal à se maintenir au pouvoir seule, Poutine a le pouvoir de faire passer des lois pour endiguer la sécularisation - comme avec sa loi de 2013 interdisant de montrer aux enfants les "relations sexuelles non traditionnelles".... --Ainsi, aux yeux de l'extrême droite, Poutine est devenu le gardien des valeurs européennes traditionnelles.

Cette dimension de la tutelle des valeurs traditionnelles s'est également manifestée dans une certaine mesure dans la propagande de la guerre russo-ukrainienne, le patriarche Kirill, le patriarche de Moscou de l'Église orthodoxe russe, décrivant l'entrée en guerre de Poutine contre l'Ukraine au début du mois de mars comme une bataille pour savoir "de quel côté de Dieu l'humanité se trouvera", en disant "la parade gay ne sert qu'à prouver que le péché est une forme de comportement humain", affirmant que l'existence de la parade gay était utilisée par l'Occident comme un "test de loyauté" et était donc "fondamentalement niée" par les deux républiques séparatistes de la région de Donbas, dans l'est de l'Ukraine. fondamentalement répudiée" par les deux républiques séparatistes du Donbass. Il a ajouté que la guerre était "bien plus importante que la politique", affirmant que "si l'humanité accepte le péché comme une simple forme de comportement humain, c'est là que la civilisation humaine prendra fin".

En 2017, à la suite de la crise des réfugiés, du Brexit et de l'élection de Donald Trump, les forces d'extrême droite européennes affichaient une forte tendance à la coopération transnationale, tout en intensifiant leur coopération avec la Russie. En janvier, une conférence sur des thèmes patriotiques, anti-islamiques, anti-immigrants, anti-mondialisation et anti-UE s'est tenue à Coblence, en Allemagne, réunissant l'Alternative pour l'Allemagne (AfD), le Front national français, le Parti unioniste italien, le Parti de la liberté autrichien, l'Intérêt flamand belge et le Parti national flamand. La conférence a réuni des représentants de partis de droite tels que l'Alternative pour l'Allemagne (AfD), le Front national de France, le Parti de la Ligue italienne, le Parti de la liberté d'Autriche, le Parti de l'intérêt flamand de Belgique (Vlaams Belang) et le Parti de l'indépendance britannique.

La même année, le Parti de la liberté autrichien et le Parti de la ligue italien ont également signé un accord de coopération avec le parti Russie unie de M. Poutine. Un mois avant les élections présidentielles françaises de la même année, Poutine a rencontré Marine Le Pen du Front national au Kremlin afin de rapprocher la famille Le Pen, considérée comme une hérétique dans la politique française, du courant dominant grâce à une reconnaissance internationale, face au désarroi causé par la perte des partis centristes traditionnels en France. (Jusqu'à récemment, les tracts de campagne de Marine Le Pen comportaient encore une photo d'elle avec Vladimir Poutine).

Une alliance d'intérêts politiques

Bien sûr, au-delà de l'adéquation idéologique, la coopération entre l'extrême droite européenne et Poutine ne peut être séparée d'intérêts pratiques. D'une part, il y a les intérêts financiers, comme le fait que Marine Le Pen a elle-même admis avoir contracté un prêt de 9 millions d'euros auprès d'une banque russe en 2014, ce qui, selon un des eurodéputés du parti, a également été rendu possible par les bonnes relations de Le Pen avec Poutine.

Des partis d'extrême droite dans plusieurs pays européens ont également fait l'objet de rumeurs selon lesquelles ils auraient reçu des avantages russes, notamment le Forum pour la démocratie (FvD), qui a lancé un référendum contre l'accord d'association UE-Ukraine aux Pays-Bas en 2016 et a réussi à bloquer son entrée en vigueur pendant un certain temps. (FvD) - le leader du FvD, Thierry Baudet, était une force anti-vaccinale majeure aux Pays-Bas pendant l'épidémie et a continué à soutenir Poutine en dépit de l'opinion publique après le déclenchement de la guerre russo-ukrainienne, faisant de lui le "seul" dans la politique néerlandaise. "(un autre parti d'extrême droite a pris position contre l'invasion russe).

Pour Moscou, le soutien de ces forces européennes d'extrême droite a, à son tour, accru la reconnaissance internationale des actions controversées de la Russie. Par exemple, lors du référendum de 2014 sur le retour de la Crimée à la Russie, le Front national et le Parti autrichien de la liberté ont envoyé une équipe de surveillance sous boycott européen et ont ensuite déclaré que le référendum, dont la validité n'a pas été reconnue par l'UE ou l'Assemblée générale des Nations unies, était " juste, libre " et " conforme aux normes internationales "... ".

En termes de realpolitik, l'extrême droite européenne pourrait ne pas être en mesure d'accéder au pouvoir dans son propre pays sans le soutien de la Russie. Par exemple, le Front national de Mme Le Pen a critiqué les banques françaises pour leur partialité et leur réticence à prêter, ce qui a conduit le parti à se tourner vers la Russie pour obtenir de l'aide. De son côté, Moscou pourrait considérer cet investissement comme un affaiblissement en douceur de l'Europe - l'Europe est faible parce qu'elle n'est pas unie, et ce phénomène est exacerbé par la politique de polarisation de l'extrême droite. (Au lendemain de la crise ukrainienne, les Européens se posent la question suivante : pourquoi un pays dont le PIB est similaire à celui de l'Italie est-il capable de secouer l'UE).

Dans le même temps, lorsque les forces de droite pro-russes sont arrivées au pouvoir, les investissements russes semblaient présenter de réels avantages politiques. Par exemple, le Premier ministre hongrois Viktor Orban, qui entretient depuis longtemps un partenariat d'investissement étroit avec la Russie et a pu acheter le gaz russe à plusieurs fois son prix, a autorisé la Banque internationale d'investissement, prétendument dirigée par la Russie, à transférer son siège de Moscou à Budapest, la capitale du pays, en 2019, et a légiféré pour donner à son personnel... La décision de Viktor Orban de laisser la Banque internationale d'investissement, prétendument dirigée par la Russie, transférer son siège de Moscou à Budapest, la capitale du pays, en 2019, et de légiférer sur l'immunité diplomatique du personnel de la banque a jusqu'à présent suscité des interrogations sur les "banques-espions" dans les pays européens. M. Orban, qui dispose d'un droit de veto, est également un obstacle majeur au renforcement des sanctions de l'UE à l'encontre de la Russie. S'il n'a pas encore bloqué les sanctions contre la Russie après le déclenchement de la guerre russo-ukrainienne, il s'est prononcé contre les sanctions visant l'énergie russe.

La première "victime" de la guerre russo-ukrainienne

Cependant, dès que la Russie est entrée en Ukraine le 24 février, l'extrême droite européenne a dû ajuster sa position vis-à-vis de Poutine et de la Russie en réponse à la pression de l'opinion publique.

En Allemagne, où les élections venaient tout juste d'avoir lieu l'année précédente, le parti Alternative pour la Russie a pu éviter les vents contraires d'une scission au sein du parti concernant sa position sur la Russie. En Italie, où les élections n'auront pas lieu avant 2023, il est encore temps pour des personnalités comme Salvini de transformer lentement leur image pro-russe. Quant à Orbán, qui sera confronté aux élections du 3 avril prochain, il peut encore critiquer la marche russe d'une part et poursuivre les étroites relations économiques et commerciales de la Hongrie avec la Russie d'autre part, y compris la coopération en matière de centrales nucléaires et même le fonctionnement de la banque internationale d'investissement susmentionnée, car la plupart des médias nationaux ont déjà été absorbés par le gouvernement et le chef du parti d'opposition n'est qu'un nouveau visage proposé par les différents partis.

Toutefois, en France, où les médias sont libres et où une élection présidentielle doit avoir lieu en avril de cette année, une série de candidats de droite ont dû revoir immédiatement leur discours pro-Poutine.

Marine Le Pen, qui déclarait encore le mois dernier qu'elle ne croyait pas du tout à une invasion russe et courtisait les relations France-Russie, a dû admettre que la Russie avait changé son opinion sur Poutine et qu'il s'agissait bien d'un "autoritaire" et non plus du Poutine qu'elle soutenait en 2017, qualifiant son "action militaire" d'injustifiée. l'action militaire" était injustifiée.

Eric Zemmour, qui est plus à droite que Le Pen et qui a dit un jour que la France avait besoin d'un "Poutine" et lui a exprimé son admiration, tente maintenant d'adopter la ligne médiane, en critiquant l'action militaire de Poutine contre l'Ukraine d'une part et en continuant à critiquer l'expansion de l'OTAN vers l'est d'autre part, tout en s'opposant à l'acceptation des réfugiés ukrainiens. Semblant refléter l'opinion publique française, alors que le soutien de Mme Le Pen reste stable, la popularité de M. Zemmour est en baisse depuis le début de la guerre russo-ukrainienne.

Dans la conception de l'extrême-droite en Europe, Poutine est un modèle de gardien des valeurs traditionnelles européennes, et il dispose des ressources et du soutien politique pour aider à unir l'extrême-droite en Europe grâce au pouvoir d'État du gouvernement russe, un chef spirituel en quelque sorte. Mais maintenant, dès que les coups de feu ont été tirés en Ukraine, Poutine est immédiatement devenu un "poison de box office", et quiconque n'était pas un puissant chef de gouvernement comme Orbán, ou un personnage marginal comme Baudet, qui n'avait aucune chance de gouverner, devait prendre ses distances avec lui, sapant ainsi l'élément russe qui avait été le fil conducteur de l'extrême droite dans tous les pays.

Dans le même temps, alors que la question de la relation Russie-Ukraine et même des relations européennes avec la Russie reste au centre de la politique européenne, les antécédents des politiciens d'extrême droite deviendront inévitablement un handicap politique, et leurs différentes orientations politiques constitueront un clivage entre les différents politiciens d'extrême droite, ce qui rendra plus difficile leur union.

Tout comme le chemin difficile emprunté par le Royaume-Uni depuis le Brexit a vu l'extrême droite revenir de positions pro-Brexit à des positions plus ou moins pro-européennes, la décision de Poutine d'entrer en Ukraine a d'un seul coup brisé toute possibilité d'unité et d'influence de l'extrême droite en Europe, et déchiré le fondement même de la relation inextricable de l'extrême droite avec le gouvernement russe au fil des ans.

dnews


Edité le 28-03-2022 à 14:31:36 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18389 messages postés
   Posté le 23-08-2022 à 23:03:59   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

A propos de l'attentat contre Douguine et de sa fille


La division de l'extrême-droite en Europe apparaît dans le langage des souverainistes, reprenant parfois la notion d'hégémonisme US et parfois celle d'empire libéral mondialiste, tout en défendant les valeurs "traditionnelles". Ici, l'interview est réalisée par un site souverainiste identitaire et régional BREIZH-INFO.

Le souverainisme européen pro Russe n'a pas d'avenir parce qu'il confond un monde multipolaire avec la fin de la mondialisation.
En réalité le monde multipolaire n'est pas un retour au nationalisme étroit et une fermeture des frontières, c'est une nouvelle forme de la mondialisation.

Inversement l'hégémonisme US et l'OTAN qui ont surfé sur une mondialisation entièrement à leur service, essaient de s'y opposer maintenant parce qu'elle leur nuit, et de réaliser une déconnexion avec la Russie et avec la Chine, dans les domaines financier, monétaire, commercial, technologique, etc.
Ils essaient de freiner la roue de l'histoire. Ils provoquent un grand désordre international, et simultanément ils accélèrent malgré eux un commerce hors dollar, c'est-à-dire anti hégémonique.


Il faut noter que dans l'article ci-dessous, Daria Douguine parle tantôt de mondialisation et tantôt d'hégémonisme.


Il est remarquable que le souverainisme et le nationalisme d'extrême droite est entraîné tantôt dans l'orbite des USA, tantôt dans celle de la Russie, voire de la Chine, de sorte que l'extrême droite européenne n'a pas pu s'unir.
Mais dans un cas comme dans l'autre il n'a pas d'avenir et constitue un reliquat du passé, au même titre que les artisans et les petits commerçants opposés au capitalisme.

Ceci nous rappelle encore une fois que les communistes doivent prendre les devants dans la lutte contre l'hégémonisme et ne pas rester sur le trottoir.


______________________



Daria Douguine : la guerre en Ukraine, « un choc des civilisations mondialiste et eurasienne »


Publié sur le site de Mohamed Bouhamidi le21 Août 2022
et repris par Espoir2013

Entretien avec Daria Douguine le 25 mai 2022
Propos recueillis pour Breizh-Info par Yan Vallerie qui se définit comme "identitaire"
Source : BREIZH-INFO.com, 25 mai 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine



Le conflit en Ukraine n’est toujours pas terminé. En Occident, nous sommes bombardés d’informations en faveur de l’Ukraine et des Ukrainiens. Nous oublions que les Russes aussi ont leur point de vue. C’est à cet effet que nous avons interrogé Daria Douguine, fille d’Alexandre Douguine, au sujet de la situation. Un entretien passionnant.

Breizh-info.com : Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ? N’est-il pas difficile pour vous parfois de porter le nom de Douguine, et donc d’être forcément assimilée à votre papa ?

Daria Douguine : Je suis diplômée de la faculté de philosophie de l’université d’État de Moscou, avec un diplôme en histoire de la philosophie. Mes recherches portaient principalement sur la philosophie politique du néoplatonisme tardif, un sujet d’un intérêt sans fin. La principale ligne de pensée de la philosophie politique des néoplatoniciens tardifs est le développement de l’idée d’une omologie de l’âme et de l’État et de l’existence d’un ordre triple similaire dans les deux. De même qu’il y a trois bases dans l’âme, de même dans l’État (et les platoniciens décrivent le modèle indo-européen, plus tard parfaitement théorisé dans les travaux de Dumezil) il y a aussi trois domaines – ce modèle se manifeste dans l’Antiquité et au Moyen Âge. La compréhension existentielle et psychique de la politique est en fait perdue à bien des égards aujourd’hui, nous sommes habitués à voir la politique uniquement comme une technique, mais le platonisme révèle un lien profond entre les processus politiques et psychiques. Il est urgent aujourd’hui de rétablir une telle vision complète des processus politiques, c’est-à-dire d’examiner la « politique existentielle ».

Je suis honorée d’être dans le même bateau que mon père (sur le même navire existentiel), étant la fille d’un grand chercheur de la Tradition, auteur de l’ouvrage en 24 volumes Noomachia (« guerres de l’esprit » – analyse à travers les trois logos de toutes les cultures du monde). Le fait d’être sous le coup de sanctions de la part des États-Unis, du Canada, de l’Australie et du Royaume-Uni est aussi un symbole que nous, les Douguine, sommes sur le chemin de la vérité dans le combat contre le globalisme. Par conséquent, je dirais que c’est un honneur d’être né dans une telle famille.

Breizh-info.com : Parlez-nous de votre travail actuellement ?

Daria Douguine : Je suis une observatrice politique du Mouvement international eurasiste et un expert en relations internationales. Mon domaine d’activité est l’analyse de la politique européenne ainsi que la géopolitique. À ce titre, j’apparais sur des chaînes de télévision russes, pakistanaises, turques, chinoises et indiennes, présentant une vision mondiale multipolaire des processus politiques. Mes centres d’intérêt sont à la fois l’espace de civilisation européen et le Moyen-Orient, où une sorte de révolution conservatrice est en train de s’amorcer – de la confrontation constante de l’Iran avec l’hégémonie américaine ou de la lutte de la Syrie contre l’impérialisme occidental à la Turquie, qui montre aujourd’hui des tendances intéressantes d’éloignement de l’OTAN et du bloc géopolitique anglo-saxon et tente de construire sa politique étrangère sur une base multipolaire, en engageant un dialogue avec la civilisation eurasienne. Je pense qu’il est important de suivre les processus de la région du Moyen-Orient, c’est l’une des scènes de la lutte contre l’impérialisme. D’un autre côté, je m’intéresse aussi beaucoup aux pays africains ; ils represent « L’Autre » pour l’Europe et la Russie, à partir de l’analyse duquel on peut mieux comprendre sa propre civilisation. L’Afrique a toujours été un élément de rêve pour les Européens comme pour les Russes – souvenez-vous du Voyage en Abyssinie et au Harrar d’Arthur Rimbaud, ou du poète russe Nikolaï Goumilev qui s’est inspiré de Rimbaud (« Journal Africain » et une série de poèmes sur l’Afrique, dans lequel il révèle en fait l’Afrique comme une civilisation inexplorée, pleine de sens, que le colonialisme occidental a cruellement tenté de défaire et de détruire. Aujourd’hui, des bouleversements tectoniques se produisent sur le continent africain et la confrontation des civilisations : occidentale et authentiquement africaine (si différente et si unique) est extrêmement intéressante.

Pour moi, un sujet particulièrement important est le développement de la théorie d’un monde multipolaire. Il est clair que le moment mondialiste est terminé, la fin du libéralisme est arrivée, la fin de l’histoire libérale.

En même temps, il est extrêmement important de comprendre qu’une nouvelle étape pleine de défis, de provocations et de complexités a commencé. Le processus de création de la multipolarité, de structuration des blocs civilisationnels et d’établissement d’un dialogue entre eux est la tâche principale de tous les intellectuels aujourd’hui.

Samuel Huntington, en tant que réaliste des relations internationales, a mis en garde à juste titre contre les risques d’un choc des civilisations. Fabio Petito, spécialiste des relations internationales, a souligné que la construction d’un « dialogue des civilisations » est la tâche centrale et « la seule façon d’avancer ». Ainsi, pour consolider le monde multipolaire, les zones frontalières (intermédiaires) entre les civilisations doivent être traitées avec soin. Tous les conflits se déroulent aux frontiers (zones intermédiaires) des civilisations, là où les attitudes s’affrontent. Il est donc primordial de développer un état d’esprit « frontalier » (intermédiaires) si l’on veut que le monde multipolaire fonctionne pleinement et passe du « choc » au « dialogue » des civilisations. Sans cela, il y a un risque de « choc ».

Breizh-info.com : Quel regard portez vous sur la guerre en Ukraine ? Et sur les réactions en Occident et dans le monde ?

Daria Douguine : La situation en Ukraine est précisément un exemple de choc des civilisations ; elle peut être considérée comme un choc des civilisations mondialiste et eurasienne. Après la « grande catastrophe géopolitique » (comme le président russe a appelé l’effondrement de l’URSS), les territoires du pays autrefois uni sont devenus des « frontières » (zones intermédiaires) – ces espaces auxquels l’attention des voisins s’est accrue, l’OTAN et surtout les États-Unis étant intéressés à déstabiliser la situation aux frontières de la Russie. Dans les années 1990, un travail cohérent a été initié avec les cadres des nouveaux gouvernements des nouveaux États – l’Ukraine ne fait pas exception. Les événements de 2014 en Ukraine, le Maïdan, soutenus avec tant de ferveur à la fois par Nuland et le fameux Bernard-Henri Levy soldat de l’ultra-mondialisation, ont été un tournant, en fait ils ont ouvert la porte à l’établissement d’un dictat mondialiste direct sur l’Ukraine. De plus, les éléments libéraux et nationalistes, qui étaient plus ou moins neutres avant 2014, ont rejoint un front uni avec un agenda mondialiste et pro-américain. Pendant 8 ans en Ukraine, la russophobie a été cultivée par divers programmes et l’histoire a été réécrite, jusqu’au massacre physique des Russes : ces mêmes 8 années terribles pour le Donbass avec des bombardements quotidiens. Le public français peut l’entendre la documentaliste Anne Laure Bonnel, témoin de ces 8 années à Donetsk, qui n’a pas peur de dire la vérité dans ses films et ses interviews.

Le soutien unanime de l’Occident à l’Ukraine en 2022, la fourniture d’armes à une échelle impensable – tout cela ressemble à une agonie. L’agonie d’un régime mondialiste qui commence à perdre du terrain face à la multipolarité. Pour moi, la douleur la plus importante est que l’Europe a succombé à l’influence de la propagande mondialiste et qu’au lieu de rester neutre, elle a pris le parti de la guerre. À bien des égards, c’était certainement le plan des États-Unis, qui avaient si systématiquement et continuellement provoqué tout le conflit en injectant des armes en Ukraine. Rien que des États-Unis (selon Transparency International), plus de 658 millions de dollars ont été investis dans l’aide à l’Ukraine entre 2014 et 2017.

Dans le même temps, on constate que les pays d’Amérique latine, du Moyen-Orient, la Chine et l’Inde n’ont pas adopté une position mondialiste. Le dirigeant vénézuélien Nicolas Maduro a déclaré que son pays adhérait « fermement » à la position de la Russie. À Cuba, des personnes ont été vues portant des drapeaux russes et des symboles Z lors d’une manifestation le 1er mai, rappelle la chaîne allemand ZDF. L’Argentine a accusé l’Occident d’avoir les doubles standarts. La vice-présidente du pays, Cristina Kirchner, a déclaré que le pays était en conflit avec Londres au sujet des îles Malouines. Au Brésil, le candidat à la présidence Lula da Silva a déclaré à son tour que le dirigeant ukrainien Volodymyr Zelensky était responsable de ce qui se passait dans son pays. La Chine s’est prononcée contre l’expansion de l’OTAN et les provocations des États-Unis. L’Inde a tenté de maintenir sa neutralité stratégique (dans les années 1990, l’Inde elle-même a été la cible de sanctions américaines et occidentales très douloureuses pour avoir refusé d’adhérer au traité d’interdiction complète des essais nucléaires. Le pays, que l’Occident cherche à couper de son oxygène et à priver de haute technologie, a alors tenu bon (en grande partie grâce à la coopération avec la Russie, qui ne s’est pas associée aux sanctions et a prôné leur abolition). Un certain nombre de pays du Moyen-Orient ont soutenu l’opération militaire spéciale de la Russie (la Syrie, alliée de longue date de la Russie, connaît mieux que quiconque la bataille contre le mondialisme), des appels au retrait de l’OTAN se font de plus en plus entendre en Turquie, et le président a refusé d’approuver l’admission de la Suède et de la Finlande dans l’OTAN. De nombreux pays d’Afrique, notamment ceux où le sentiment antiglobaliste est fort, n’ont pas soutenu les critiques occidentales à l’égard de la Russie (Mali, Soudan, RCA, Zimbabwe, République du Congo, Érythrée). Ces réactions indiquent la fin du mythe d’un « espace mondial unique ». L’opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine a accéléré la formation d’un monde multipolaire et catalysé de nombreux processus géopolitiques.

Breizh-info.com : Ne pensez-vous pas que la Russie soit en train de s’isoler ? Quelles seront les conséquences selon vous de tout cela ?

Daria Douguine : Je pense que c’est l’inverse. La Russie trouve de nouveaux partenaires et les processus de souveraineté (par exemple, la dédollarisation économique) commencent à s’accélérer. La Russie tente d’être « punie » par les pays occidentaux au moyen de sanctions, mais l’effet sur l’économie russe n’est pas très sensible ( « Les sanctions internationales à l’encontre de la Russie ne semblent pas impacter la vie quotidienne des Moscovites » , mentionne un journaliste dans un reportage de BFM TV). La politique de sanctions de l’Occident a été un catalyseur pour la recherche de nouveaux partenaires et la désoccidentalisation de notre pays. Dans le même temps, ces sanctions ont frappé douloureusement les pays européens, devenant une sorte de « hara-kiri » pour de nombreuses économies européennes. C’est une nouvelle très inquiétante, mais apparemment cela faisait aussi partie du complot américain visant à déstabiliser le continent européen. Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a déclaré que Budapest ne soutenait pas l’imposition de sanctions irréfléchies contre la Russie. « Les sanctions contre la Russie sont comme une bombe atomique, cela pourrait nous conduire non seulement à ne pas pouvoir nourrir notre population mais aussi à recevoir une masse de migrants à la frontière », a déclaré le Premier ministre hongrois.

Les nouveaux blocs émergent. « Les pays en développement, notamment la Chine, l’Inde, l’Indonésie, le Brésil et d’autres pays qui ont refusé de prendre parti à la suite des sanctions occidentales contre la Russie, devraient envisager des moyens de renforcer leur coordination économique pour résister aux chocs ultérieurs provoqués par l’Occident. Il est important de noter que les pays en développement doivent chercher une solution par le biais de la coopération financière et commerciale », a écrit un journaliste du Global Times de Chine. Ce sont des processus géopolitiques très intéressants. La Russie n’a donc pas été victime de l’isolement, elle a été le pionnier d’un ordre mondial multipolaire.

Breizh-info.com : Comment la population russe réagit-t-elle à cette guerre, qui visiblement, a déjà fait bcp de pertes côté russe ?

Daria Douguine : Toute opération militaire entraîne toujours des pertes. Il convient de noter que les chiffres fournis par les sources ukrainiennes (et ce sont eux qui sont diffusés dans les médias occidentaux) ne sont pas corrects et doivent être vérifiés. Nous sommes confrontés à une situation de guerre de l’information dans laquelle tout, des rapports militaires aux chiffres, est politisé. Dans le domaine des médias en Occident, il n’existe malheureusement pratiquement aucune vision alternative des événements. L’Ofpra a réalisé en 2016 un dossier sur « Pravy Sektor ( « Secteur droit » », groupe ultra ukranien : « Pravy Sektor fait l’objet d’allégations d’antisémitisme et de xénophobie, de manifestations homophobes, de détentions illégales et autres abus de pouvoir. Il crée une milice armée, le Corps des volontaires ukrainiens, engagée dans le conflit avec les séparatistes pro-russes du Donbass. Des tensions opposent le Corps des volontaires ukrainiens aux autorités jusqu’à son intégration difficile au sein des forces armées régulières » . En 2022, ceux qui étaient considérés avec suspicion en 2016, deviennent des héros, les épouses des combattants d’Azov (un groupe responsable pour les assassinats cruels des russes au Donbass) rencontrent le pape au Vatican. Il est très étrange de constater que quelque chose qui semblait interdit il y a seulement deux ans est devenu courant en Europe. Ou la réunion de BHL avec l’ancien chef du bataillon russophobe et xenophobe radical Aydar (une organisation terroriste interdite en Russie) Marchenko. Aujourd’hui, le libéralisme va de pair avec la xénophobie et le nazisme. C’est un paradoxe. Mais cela peut s’expliquer si l’on comprend la « nature totalitaire » du libéralisme moderne. Il s’agit du sujet de la manipulation des informations et des chiffres.

Quant à la réaction des Russes, la majorité écrasante soutient l’opération militaire spéciale. À leurs yeux, il s’agit d’une défense compréhensible des intérêts géopolitiques de la Russie et d’une lutte contre la russophobie, car un régime s’est formé à Kiev qui dénie aux Russes le droit à l’autodétermination (langue, culture, identité et à l’existence. Certains éléments de la société ont immédiatement quitté le pays après le déclenchement des hostilités – ils sont partis aux États-Unis, en Europe et en Israël. Fait révélateur, Anatoly Chubais, ancien chef de l’administration présidentielle russe et l’un des idéologues et dirigeants des réformes économiques en Russie dans les années 1990 a quitté le pays. Dans les années 1990, le Front patriotique l’a qualifié de « traître » et de responsable des difficultés économiques de la Russie. C’est symbolique. Il existe de tels cas, c’est certain.

Tous les membres de mon entourage soutiennent l’opération militaire spéciale non seulement en paroles, mais aussi, pour beaucoup, en actes, en apportant une aide humanitaire aux réfugiés et à la région. De plus, ils ne le font pas depuis ces derniers mois, mais depuis de nombreuses années. Les mêmes huit années que l’Occident connaissait si peu.

Breizh-info.com : En tant que journaliste, que pensez-vous de la censure de RT dans l’Union Européenne ou de Sputnik, et du silence (voir de l’approbation) d’une majorité de journalistes européens ?

Daria Douguine : Il s’agit d’un cas sans précédent de violation de « La liberté d’expression ». La liberté d’expression implique la possibilité de points de vue différents, parfois peu agréables pour les autorités. RT et Sputnik n’étaient pas des instruments de propagande russe, mais des plateformes de discussion. J’ai regardé de nombreux programmes de RT France et ils étaient intéressants car ils incluaient des experts ayant un point de vue alternatif à celui des médias du système. Le fait que les journalistes en Europe n’aient pas réagi de quelque manière que ce soit à ces blocages montre la nature « totalitaire » de l’ensemble du monde médiatique occidental. C’est très triste. Espérons que les medias de la réinformation resteront actives et vont prolonger détruire le bloc de désinformation.

Breizh-info.com : En France, les conséquences économiques se font déjà ressentir (hausse des prix de l’essence notamment). Comment un engrenage infernal serait encore évitable ?

Daria Douguine : Les sanctions anti-russes commencent à exsanguer l’économie européenne. Le Pen, lors du débat avec Macron, les a qualifiés à juste titre de « hara-kiri » pour l’économie française. Mais réfléchissons, qui a besoin d’une Europe affaiblie ? Affligée après le COVID, affaiblie par les sanctions anti-russes, l’Europe devra concentrer toutes ses forces sur la question du sauvetage de sa propre économie, dans une telle situation les bénéficiaires sont les USA, qui parviennent à établir leur contrôle sur le continent. Un Rimland indépendant est inacceptable pour la civilisation anglo-saxonne, le sentiment anti-américain et anti-OTAN croissant (en France, remarquez, Mélenchon, Le Pen, Zemmour et de nombreux autres candidats ont activement critiqué l’appartenance de la France à l’OTAN et ont appelé à un scénario presque gaulliste de 1966) est une menace pour la domination mondiale des États-Unis. Par conséquent, l’idée de sanctions anti-russes a été mise en œuvre dans le but intéressé d’affaiblir la région. Les élites de l’UE ont agi comme des intermédiaires, des mandataires des mondialistes dans cette entreprise, et ont porté un coup au bien-être des peuples et des populations européennes.

Breizh-info.com : Le mot de la fin ?

Daria Douguine : Je demande instamment à tous les lecteurs de faire preuve d’esprit critique et de remettre en question les rapports publiés par les médias. Si les élites libérales occidentales insistent tant pour soutenir Kiev et diaboliser Moscou, c’est qu’il y a une logique de bénéfice derrière tout cela. Il faut tout remettre en question. Il s’agit d’un principe important qui nous permet de garder un regard sobre. Dans une société du spectacle, de la propagande et de la nature totalitaire des systèmes occidentaux, le doute est une étape fondamentale pour sortir de la caverne…


Edité le 23-08-2022 à 23:47:19 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10815 messages postés
   Posté le 09-09-2022 à 18:29:37   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Il faut également étudier le lien entre le fascisme en Europe, et du continent américain, et Israël.


Edité le 10-09-2022 à 12:32:29 par marquetalia




--------------------
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Idéologie  impasses du fascisme européenNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum