Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  le révisionnisme moderne 

 l'immigration à la sauce révisionniste

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12245 messages postés
   Posté le 19-08-2011 à 20:47:18   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Tandis que la direction du parti révisionniste s’obstine à pécher des voix pour les socialos, d’autres « communistes » s’inquiètent que cette stratégie de foirade profite au FN, à cause du rejet par les classes populaires des partis bourgeois de droite et de « gauche ».
Aussi n’ont-ils rien trouvé de mieux, pour « s'opposer vraiment, et pas qu'en intention, à la montée du FN » , que de se pendre comme des grenouilles au chiffon de l’immigration agité par Le Pen, et de reprendre à leur compte sa vulgate sur la France victime des marchés financiers et de la finance supranationale, et malade de son immigration.

Dans son blog Réveil communiste, Gilles Questiaux (section Paris 20ème) prétend que « les communistes peuvent parfaitement défendre un programme demandant la limitation ou l’arrêt de l’immigration, sans pour autant devoir être stigmatisés comme racistes. »

Les torchons et les serviettes

Monsieur Questiaux s’explique : « Mais pour ceux qui ne comprendraient pas bien, voici explicitement la différence entre une politique restrictive de l’immigration émanant de l’extrême droite, et une politique émanant des communistes. »
Oui, on ne comprend pas bien la différence avec Le Pen, on est sans doute un peu lourdingues. Merci Monsieur Questiaux de nous déniaiser !

« L’extrême droite veut non pas arrêter l’afflux d’immigrant, mais chasser ou persécuter les immigrants déjà installés et leurs enfants et descendants. Peut lui importe le fait que l’immigration au départ soit une politique destinée à comprimer les salaires par la concurrence entre exploités, car elle pense parvenir au même résultat par la simple force de la répression, dont elle est fétichiste. Pour elle il n’est pas question d’ajouter à la nation française d’autres membres que ceux qui descendent directement des autochtones déjà présents avant 1789. En fait elle veut détruire la nation française réelle, fondée en 1789 pour revenir à la nation monarchique qui l’a précédée. Des guerres de la Révolution à la Commune et à la seconde guerre mondiale elle est le parti de l’étranger» .

Voilà un beau chapelet d’âneries que nous récite Monsieur Questiaux.
Ainsi la violence fasciste ne répondrait pas à l’impossibilité en temps de crise et de troubles sociaux d’exploiter pacifiquement et « démocratiquement » la classe ouvrière mais au fétichisme de l’extrême droite pour la répression.
Passons sur l’affirmation contradictoire que l’extrême droite ne voudrait pas « arrêter l’afflux d’immigrant » mais refuserait simultanément « d’ajouter à la nation française d’autres membres que ceux qui descendent directement des autochtones déjà présents avant 1789 » .
Quant au rapport entre la politique d’immigration et la collaboration des classes réactionnaires avec l’occupant, nous attendrons les développements ultérieurs de Monsieur Questiaux, pour éclaircir ce charabia.
Retenons donc simplement cette conclusion : l’extrême droite a pour but « la création d’un prolétariat discriminé et d’une société d’apartheid » .
Notons que la bourgeoisie n’a pas besoin pour ça de l’extrême droite puisque c’est déjà fait, mais voyons plutôt le projet « communiste » de Monsieur Questiaux.

A la différence de l’extrême droite donc, il veut une « politique d’immigration qui permette l’intégration la meilleure » , et s’offre même le luxe de préciser « ce qui ne peut se faire que dans la lutte commune et les syndicats de lutte des classe » .

Quelle est donc la racine du mal ?

On croyait naïvement que nos camarades immigrés s’étaient retrouvés au chômage à 45 ou 50 ans à la suite des plans de fermetures dans les mines, la sidérurgie, ou la construction automobile, où les OS ont été massivement licenciés. On pensait aussi que leurs enfants étaient victimes de discrimination à l’embauche, que la ségrégation scolaire aboutissait à la concentration des élèves issus de l’immigration ou de familles pauvres, par le biais de la carte scolaire et des stratégies d’évitement (voir La ségrégation ethnique au collège).
On s’imaginait enfin que la proportion d’immigrés [étrangers résidant en France + Français ayant acquis la nationalité] était stable depuis 20 ans : 10,7% en 2010 contre 10,4% en 1990, en nous fiant aux chiffres de l'ONU et de l'INED (Institut national de la démographie).
On attendait à propos des flambées de violence dans les cités que Monsieur Questiaux dénonce l’exclusion, les brimades policières et le délit de sale gueule. Bref que le capitalisme, par nature, engendre le chômage, la pauvreté, la délinquance, la ségrégation et le racisme.

Mais Monsieur Questiaux est là pour éclairer notre lanterne :
« Une mauvaise intégration massive, avec son corolaire de pauvreté, d’échec scolaire, de chômage condamne une part importante des immigrés à devenir un nouveau lumpenprolétariat sans espoir, qui remplit les prisons et nourrit les réactions de racisme ordinaire de la majorité. »
Voilà donc l’origine des maux dont souffrent nos camarades immigrés, la source du racisme et la cause de leur mauvaise intégration, c’est qu’ ils sont trop nombreux !
On attend que M. Questiaux nous donne le pourcentage adéquat, mais comme il dénonce un peu plus loin « l'ignoble pratique des objectifs chiffrés. » , nous devrons patienter encore un peu.

La recette de Monsieur Questiaux

Et voici le remède : « Ralentir ou faire cesser l’immigration peut être nécessaire pour améliorer l’intégration. »
C’est donc pour le bien des immigrés, pour mieux t’intégrer mon enfant.

Mais attention ! L’internationalisme prolétarien de Monsieur Questiaux a des limites, en précisant que « des immigrés explicitement antifrançais faisant obstacle à l’intégration de leurs compatriotes ou coreligionnaires n’ont évidemment pas leur place dans ce pays. »
Inadmissible pour lui que le soutien de la France impérialiste au colonialisme sioniste, sa présence militaire sur le continent africain et ses guerres d’agression suscitent le légitime ressentiment anti-français des populations arabes issues d’Afrique et du Maghreb.
Inconcevable pour lui aussi que les campagnes haineuses des médias français contre les pays émergents favorisent le communautarisme.

Où les serviettes servent de torchon

Nous ne sommes maintenant pas bien loin du « seuil de tolérance » de François Mitterrand [Allocution présidentielle, TF1, Antenne 2, 10 décembre 1989].
Pas tellement éloignés non plus de l’intervention de Rocard « Il faut savoir – le chiffre n’est pas encore public, je peux le donner aujourd’hui – qu’en 1988, nous avons refoulé – refoulé ! – à nos frontières 66 000 personnes. 66 000 personnes refoulées aux frontières ! A quoi s’ajoute une dizaine de milliers d’expulsions depuis le territoire national. [Voilà pour] l’année 1988. Et je m’attends à ce qu’en 1989, l’année n’est pas finie, les chiffres soient un peu plus forts. Autrement dit, je ne peux laisser personne dire que rien ne se fait. Cette politique est dure, il n’est pas question qu’elle soit médiatisée, mais nous devons le faire pour maintenir la cohésion de la société française et pour pouvoir intégrer, insérer, dans des conditions décentes ceux des immigrés qui sont chez nous en situation régulière, et qui sont – Dieu merci ! – le plus grand nombre. » [Rocard à « Sept sur Sept », le dimanche 3 décembre 1989].


En quoi le soi-disant « communiste » Gilles Questiaux se distingue-t-il à présent des politiciens réactionnaires du Parti Socialiste ?
Et en quoi se distingue-t-il pratiquement des sinistres Besson et Guéant ?
On n’est pas très éloigné non plus de Le Pen elle-même lorsque Monsieur Questiaux fustige « Les politiques libérales d’immigration, fondées sur la dissolution de la nation qu’exige la bourgeoisie transatlantique » .


On trouvera la réponse dans le même blog sous le titre « les communistes et l’immigration – quels principes adopter ? » :

« la demande de la régularisation automatique de tous les sans papiers est un mot d'ordre irresponsable, gauchiste, qui peut pousser les migrants à risquer leur vie en masse en cherchant à passer en France à n'importe quel prix. Il ne faut pas oublier qu'un seul naufrage au large de Lampedusa cause plus de morts que 28 ans d’existence du mur de Berlin. »
Ce sera donc afin de protéger les migrants de la noyade que Monsieur Questiaux s’oppose à la régularisation de tous les sans papiers.

Et dans l’article cité plus haut, il assume :
« Il faut remarquer qu’à part certains gauchistes, les ultralibéraux cohérents avec leurs idées, et quelques « refondateurs » du PCF particulièrement idiots ou particulièrement hypocrites, personne ne défend la liberté de l’immigration, et donc tous (gauche bobo comprise) doivent aussi assumer la nécessité de procéder à des expulsions. Ce qui doit cesser, c’est leur usage à fin électorale, ainsi que l'ignoble pratique des objectifs chiffrés.»

On se demande au passage comment il compte éviter des objectifs chiffrés dès lors qu’il prétend sérieusement limiter ou arrêter l’immigration.
Mais également comment il fera cesser l’usage des expulsions « à des fins électorales » quand sa principale préoccupation est de piquer des voix au FN.

L’enfer pavé des bonnes intentions

Monsieur Questiaux promet que lorsqu’ils seront élus sur ce programme, les révisionnistes « frapperont les employeurs de main d ‘œuvre étrangère illégale, nouveaux négriers qui bénéficient parfois de singulières complaisance dans la gauche bobo. Ils lanceront des politiques de codéveloppement avec les pays d'origine des migrants. »

Mais en attendant il revendique leur expulsion et rejette la régularisation des sans-papiers. Bonjour l’unité de la classe ouvrière contre le capitalisme, voilà qui ne manquera pas de clarifier les esprits sur la question.

Il peut légitimement proposer ses services à Sarkozy comme caution « communiste », pour clouer au pilori ceux qui se battent pour la régularisation des sans-papiers.
« c’est sans doute qu’inconsciemment ils se sont éloignés de la classe ouvrière, et qu’ils la méprisent et la craignent "comme le péché". » prétend ce prof.
Arrêtons-là, la coupe nauséabonde est pleine.
Inconsciemment ou pas mais qu’importe, Questiaux est le boutefeu du chauvinisme dans le parti révisionniste.

Les conditions du chauvinisme et de la ségrégation

Dans la période de crise que nous vivons, et qui s’accentue avec une grande rapidité, on peut s’attendre à de violents séismes sociaux, dont les révoltes au Maghreb et en Europe sont les signes avant-coureurs.
La bourgeoisie se prépare à de tels affrontements en s’assurant que son arsenal répressif n’a pas de talon d’Achille, en divisant la classe ouvrière et le peuple et en lançant de vibrants appels à l’Union Nationale sur le plan économique, politique et militaire.
La Règle d’Or fait partie de cette stratégie en intégrant l’opposition, comme le vote sur la poursuite des bombardements en Libye.
D'ores et déjà elle est assurée du soutien sans faille de son opposition socialiste.

Lorsqu’elle ne peut pas semer ouvertement la ségrégation, ce sont ses sbires du FN qui s’en chargent, désignent les boucs émissaires, réclament leur mise en quarantaine ou leur exclusion, dénoncent l’immigration « À l’origine de la plupart des maux dont souffre notre pays » . Ce sont eux aussi qui attisent le chauvinisme, jouent de la fibre nationale afin de promouvoir la collaboration des classes au service de la patrie menacée par l’étranger, et stigmatisent « les diktats de Bruxelles » alors que le duo franco-allemand opprime d’un talon de fer les peuples européens.

Dans le même moment, au sein du parti révisionniste ou bien chez certains de ses refondateurs, il se trouve des voix pour réclamer l’arrêt de l’immigration ou dénoncer l’ Europe supranationale , la dictature des marchés mondialisés dont l’impérialisme français serait la victime.

Les communistes évidemment s’opposent à la collaboration des classes et lui opposent la lutte CLASSE CONTRE CLASSE.
Les communistes ne cherchent pas à résoudre dans le cadre du capitalisme le chômage, la précarité, la délinquance, mais doivent unir et mobiliser le peuple contre ces fléaux en dénonçant le système capitaliste qui en est l’origine, et afin de l’abattre pour instaurer le socialisme.
Ils rejettent fermement toute forme d’exclusion et se battent sous le drapeau UNE SEULE CLASSE OUVRIERE.
Egalement ils dénoncent les méfaits de l’impérialisme français au lieu de pleurnicher sur ses déboires et de déplorer la haine qu’il récolte pour ses méfaits.
Ils ne claironnent pas à la gloire de la patrie comme les sociaux-démocrates de 1914-1918, quand les guerres impérialistes menacent et que notre pays est agresseur.


Edité le 19-08-2011 à 22:13:34 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
8258 messages postés
   Posté le 28-12-2011 à 19:16:51   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

attiser le racisme en france permet de conditionner a des agressions impérialistes dans le monde arabomusulman-qui détient les premières richesses mondiales en hydrocarbures-.la socialdémocratie est le pilier de la bourgeoisie,la béquille de ce diable boiteux,et le p"c"f est le rouage du système-pour preuve,dassault expose a la fete de l huma-


Edité le 28-12-2011 à 19:18:09 par marquetalia




--------------------
zorba
Militant de valeur
zorba
366 messages postés
   Posté le 29-12-2011 à 10:46:08   Voir le profil de zorba (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à zorba   

Ricard aussi aide les communistes à boire, ils sont moins dangereux ivres qu'à jeun.

--------------------
On se lasse de tout excepté d'apprendre. Virgile
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12245 messages postés
   Posté le 29-12-2011 à 17:40:53   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Certes, mais un petit remontant pendant le débrayage, juste avant d'aller rendre une visite de courtoisie au patron et au DRH, ça n'a jamais fait de mal à personne et ça facilite les relations humaines

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  le révisionnisme moderne  l'immigration à la sauce révisionnisteNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum