Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Histoire 

 Un hommage à Chou En Lai

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18371 messages postés
   Posté le 29-11-2022 à 23:21:05   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Robert Kissous
Un hommage superbe à Chou En Laï et une analyse limpide de l'évolution mondiale
Le triomphe posthume de Chou En lai


__________________


29 novembre 2022
Les nations qui façonnent aujourd'hui l'ordre mondial post-occidental semblent se conformer aux cinq principes adoptés par le premier et longtemps premier ministre chinois.

Par Patrick Lawrence / Consortium News

La grande nouvelle du week-end de Thanksgiving - une nouvelle si importante que l'on pouvait difficilement la trouver dans la presse grand public - est que de hauts responsables chinois se rendront à Riyad début décembre pour rencontrer leurs homologues non seulement du royaume saoudien mais aussi d'autres nations arabes. Il y a de fortes chances que Xi Jinping soit présent.

Le président chinois doit déjà se rendre dans le royaume le mois prochain pour rencontrer le prince héritier Mohammed bin Salman et, presque certainement, le père de MbS, le roi Salman bin Abdulaziz, vieillissant mais très actif. Je ne sais pas pourquoi Pékin et les Arabes sont timides quant à la présence de Xi au sommet plus important, mais d'une manière ou d'une autre, ce sera sa première visite en Arabie saoudite depuis 2016 et elle pourrait difficilement arriver à un moment plus significatif.

Pour rendre le programme de décembre encore plus intéressant, TRTWorld, le radiodiffuseur turc, a rapporté le lendemain de Thanksgiving que ce sommet devait être compris comme le "premier sommet sino-arabe". Cela commence à ressembler au début de quelque chose de très important.

La dérive plutôt amère de Riyad, qui s'éloigne de son alliance pétrole-sécurité avec les États-Unis, usée par neuf décennies, est désormais une affaire publique. Ce qui est intéressant ici, c'est que les entretiens de Xi avec MbS et, vraisemblablement, avec son Pop, ne porteront sur rien d'autre que le commerce, comme le pétrole et la sécurité.

Ces derniers mois, il a été difficile de ne pas remarquer la nouvelle tendance simultanée du royaume saoudien à établir des partenariats avec les principales nations non occidentales, dont la Chine et la Russie. Aux côtés de la Turquie, de l'Égypte, du Qatar et de diverses autres nations, il a obtenu le statut d'observateur au 22e sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai à Samarkand à la mi-septembre.

Comme nous l'avons également noté dans cet espace, l'Arabie saoudite est l'une des nombreuses nations qui souhaitent également rejoindre une version élargie des BRICS, dont les membres originaux, le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud, ont donné leur nom à l'organisation. Le non-Ouest se développe - une caractéristique clé de notre siècle, comme je l'ai longtemps soutenu - tout comme les liens de l'Occident avec ces nations se distendent, progressivement ou non.

Il est préférable d'adopter une vision à long terme pour tenter d'expliquer ce changement fondamental. Il s'agit de l'aboutissement de nombreuses décennies de progrès matériel progressif dans le monde non occidental. À mesure que les BRICS, les membres de l'OCS et d'autres nations non occidentales ont gravi les échelons du développement à partir des années 1950 et 1960, les marchés occidentaux n'étaient plus les seuls marchés pour les nations qui avaient quelque chose à vendre ou qui recherchaient des capitaux d'investissement.

Ainsi, la fin des 500 ans de domination mondiale de l'Occident a commencé à se profiler à l'horizon comme une grosse boule de bowling noire, et ce depuis longtemps. Pour prolonger la comparaison, nous assistons aujourd'hui à la chute des quilles. Les pays non occidentaux représentent désormais la majorité du produit intérieur brut mondial - une réalité qui ne date pas de plus de deux décennies, mais qui fait partie des facteurs déterminants de notre époque.

Pourquoi les Saoudiens, les autres États du Golfe et diverses autres nations traditionnellement alliées ou partenaires de l'Occident ne commenceraient-ils pas à changer de camp ? Pourquoi les BRICS ne prévoiraient-ils pas maintenant de développer une alternative au dollar basée sur un panier de devises qui, jusqu'à présent, n'avaient qu'une place très mineure dans le commerce mondial - notamment, mais pas seulement, dans le pétrole ?

C'est donc une question de dollars et de centimes. Marchés, capitaux d'investissement, développement de la haute technologie et de l'industrie lourde, échanges scientifiques, culturels et éducatifs : Non seulement l'Occident n'est plus le seul jeu en ville, mais il n'est pas non plus le jeu le plus dynamique en ville.

Mais lorsque je pense à ces raisons pratiques de ce changement de vitalité mondiale, je me mets à penser à Zhou Enlai, premier et longtemps Premier ministre chinois et vice-président du Parti communiste chinois pendant les dernières années de Mao.
Zhou était, plus précisément, l'une des figures visionnaires des décennies d'après-guerre, lorsque des dizaines de nations accédaient à l'indépendance et réfléchissaient au type d'ordre mondial dans lequel elles souhaitaient vivre.

Les cinq principes

Les lecteurs de cette rubrique se souviendront peut-être de l'admiration que j'ai exprimée à plusieurs reprises pour les cinq principes de Zhou. Tous les cinq avaient trait à la manière dont les nations devaient se comporter dans une ère émergente d'une multiplicité sans précédent : Il s'agit du respect mutuel de la souveraineté et de l'intégrité territoriale, de la non-agression, de la non-ingérence dans les affaires intérieures des autres, de l'égalité et de l'avantage mutuel dans les relations, et de la coexistence pacifique.

Zhou a façonné ces principes alors que Pékin et New Delhi élaboraient l'accord sino-indien de 1954. Puis ils ont pris une vie propre. Nehru a commencé à les citer. Ils ont été incorporés dans la constitution de la République populaire. Lorsque Sukarno a accueilli la réunion fondatrice du Mouvement des pays non alignés à Bandung en 1955, le Mouvement a déclaré ses dix principes, qui sont des développements des cinq principes de Zhou.

J'ai toujours considéré les principes de Zhou comme de grands idéaux. Je les considère toujours de cette façon. Une universitaire du nom de Dawn Murphy les compare aux principes du traité de Westphalie de 1648, dans lequel les puissances européennes se sont mises d'accord sur un code de conduite entre elles qui équivalait à une première formule pour parvenir à une coexistence pacifique et éviter la guerre.

Mais lorsque j'observe la coalescence régulière et encourageante des nations non occidentales émergentes, il me semble que les cinq principes de Zhou ont beaucoup à voir, de manière tout à fait pratique, avec l'évolution de leurs relations. Curieusement, c'est le moment de triomphe posthume de Zhou.

Pensez à n'importe quel ensemble de relations entre les puissances non occidentales et considérez la nature fondamentale de leurs liens. Les Russes, les Chinois ou les Sud-Africains ne songeraient pas à dire aux Saoudiens, aux Égyptiens ou aux Indiens comment mener leurs affaires intérieures, ni à empiéter sur leur souveraineté. Il en va de même, bien sûr, si l'on inverse l'exercice.

Je suppose qu'il me faut rappeler quelques points évidents. Premièrement, il y a quelques noms malsains parmi les nations non occidentales que j'ai mentionnées, tout comme il y en avait parmi les membres du Mouvement des pays non alignés. Il faut le reconnaître. L'Égypte d'Abdel Fattah al-Sisi ? Une autre dictature tragique dans la longue lignée de l'Égypte. La Turquie de Recep Tayyip Erdogan ? Cet homme est un tyran de pacotille.

Deuxièmement, malgré les objections que l'on peut avoir à l'égard de ces nations, et je suis sûr que des personnalités telles que Zhou et Nehru en avaient à leur époque, le principe de non-ingérence doit prévaloir dans l'intérêt d'un ordre mondial fonctionnel et finalement humain. Il y a bien sûr des exceptions à ce principe, liées à des cas extrêmes, mais cela ne signifie pas le genre d'abus flagrant que les États-Unis commettent avec leurs "interventions humanitaires" illégales, désordonnées et typiquement violentes.

Si l'on remonte aux attentats de 2001 à New York et Washington - et l'on pourrait remonter bien plus loin - pensez-vous que le monde non occidental n'a pas pris note de l'anarchie des États-Unis lorsqu'ils ont envahi l'Afghanistan, puis l'Irak, puis la Libye, puis la Syrie ? Je n'ai même pas besoin de poser la question dans le cas de la guerre par procuration de Washington en Ukraine. La grande majorité des nations s'y oppose, et plus aussi silencieusement que dans les cas précédents que je mentionne.
Sans le dire explicitement, et je ne sais pas pourquoi elles ne le font pas, ces nations qui façonnent aujourd'hui un ordre mondial post-occidental en viennent à respecter les principes de Zhou, même si elles en ont assez des violations incessantes de ces principes par l'Amérique. Encore une fois, il s'agit d'idéaux et de profonds aspects pratiques à la fois.

Le 14 novembre, le Quincy Institute for Responsible Statecraft a parrainé un forum intitulé "L'Amérique est-elle prête pour un monde multipolaire ?" Je ne pensais pas qu'il s'agissait d'une question intéressante, car la réponse est manifestement négative. Mais l'événement a néanmoins suscité quelques remarques intéressantes, notamment de la part de Gérard Araud, ancien représentant permanent de la France auprès des Nations unies et, plus récemment, ambassadeur de la France à Washington. (Il est maintenant senior fellow à l'Atlantic Council, mais personne n'est parfait).

Voici quelques bribes de ses commentaires :
"J'ai toujours été extrêmement sceptique quant à cette idée d'un "ordre fondé sur des règles". Cet ordre est notre ordre.... En fait, cet ordre reflète l'équilibre des forces en 1945.....
Lorsque les Américains veulent faire ce qu'ils veulent, y compris lorsque cela va à l'encontre du droit international, tel qu'ils le définissent, ils le font.

Et c'est la vision que le reste du monde a de cet ordre. Leur vision du monde n'est certainement pas un "ordre fondé sur des règles". C'est un ordre occidental. Et ils nous accusent de faire deux poids deux mesures, d'être hypocrites, et ainsi de suite."
Il convient de noter qu'un éminent diplomate de l'une des grandes puissances occidentales tient aujourd'hui de tels propos. Araud exprime précisément ce que les non-Occidentaux disent depuis très longtemps. Sa présence au Quincy n'est que la preuve que le message traverse désormais le grand fossé entre l'Occident et le non-Occident.

Cela ne veut pas dire que je suis convaincu que le message est entendu dans les capitales du monde atlantique. Je ne pense pas qu'il le soit. Mais ils commenceront certainement à l'entendre à Washington, Londres, Paris, Bruxelles et Berlin, à mesure que les BRICS, l'OCS et de nombreuses nations non membres de l'une ou l'autre de ces organisations feront savoir clairement ce qu'ils font et ce qu'ils défendent. Ils défendront un ordre mondial fait d'aspects pratiques et d'idéaux tels que ceux de Zhou - des idéaux pratiques, si tant est que cela existe.

Nous devrions garder ces questions à l'esprit lorsque Xi Jinping se rendra en Arabie saoudite le mois prochain. Tout rassemblement de dirigeants mondiaux où des personnes telles que MbS sont présentes mettra au défi les partisans d'un ordre mondial reposant, même implicitement, sur les cinq principes de Zhou Enlai.

Ne nous laissons pas intimider. N'imaginons pas que Zhou pensait que le non-Ouest était dirigé par une bande d'anges. Rappelons que l'intégralité de ce que Zhou défendait s'intitulait Cinq principes de coexistence pacifique. Ils sont aussi valables aujourd'hui, et même aussi urgents, qu'ils l'étaient lorsqu'il les a rédigés, il y a à peine 70 ans.


Edité le 29-11-2022 à 23:21:51 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Grand classique (ou très bavard)
1200 messages postés
   Posté le 30-11-2022 à 05:16:26   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Chou ne jouait pas la même division que nos sous ministres Le Drian ou Colonna. Le gouvernement chinois s'appuie sur des hommes à haut potentiel pour défendre ses choix politiques et les résultats sont à la mesure des qualités de ses dirigeants.

--------------------
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Histoire  Un hommage à Chou En LaiNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum