Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine 

 sur la guerre monétaire et financière

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17102 messages postés
   Posté le 09-04-2022 à 08:28:01   Voir le profil de Xuan (Online à la racine du forum)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Cet aspect de la guerre hors limites apparaît en grandeur nature pendant le conflit US/Russie en Ukraine.
Naturellement la Chine est visée par la suite.



Financial Times : La nouvelle ère de la guerre financière 1


9 AVRIL 2022
https://histoireetsociete.com/2022/04/09/financial-times-la-nouvelle-ere-de-la-guerre-financiere-1/

Cet article est le premier d’une série en deux parties sur la nouvelle ère de la guerre financière publié par le Financial Times. Disons tout de suite que la Russie et son rouble résistent au choc, l’autarcie n’a jamais été un drame pour cet immense pays surtout adossé comme il l’est à la Chine, mais il ne faut pas imaginer que ce soit sans souffrances. Cet article nous dit plutôt que les USA cherchent la guerre et la préparent de longue date, la complicité de l’UE, du Canada qui nous entraînent vers une autodestruction. Les Russes le savaient, ils ont été acculés et même si on n’approuve pas l’intervention, il faut avoir le courage de regarder la réalité y compris avant d’aller voter. Cet article décrit les nouvelles formes de guerres initiées par les USA et la servilité des dirigeants européens mais leur arme ultime pourrait bien se retourner contre eux et les secteurs financiers sont inquiets. On mesure bien que cette guerre dont les aspects militaires ne sont qu’un rideau a toujours les exploités, les travailleurs, les peuples comme chair à canon. L’aspect le plus dramatique est la complicité imbécile d’une gauche sans ancrage populaire dans de telles manœuvres et pourquoi personnellement je m’obstine à voter pour le PCF malgré la faiblesse de ses analyses internationales et mêmes financières, parce qu’il faut des organisations et parce que le PCF reste le seul à se méfier sur un plan trop limité mais réel du profit capitaliste et de la finance, les autres ne sont qu’ambition personnelle et opportunisme qui au premier choc les fera se rallier, mais vu l’état du PCF, la porte est étroite. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)
https://www.ft.com/content/5b397d6b-bde4-4a8c-b9a4-080485d6c64a

C’était le troisième jour de la guerre en Ukraine, et au 13e étage du siège de la Commission européenne, Ursula von der Leyen s’est heurtée à un obstacle. La présidente de la Commission avait passé tout le samedi à travailler sur les téléphones de son bureau à Bruxelles, cherchant un consensus parmi les gouvernements occidentaux pour l’ensemble de sanctions financières et économiques le plus étendu et le plus punitif jamais imposé à un adversaire.

Un accord était proche mais, à Washington, la secrétaire au Trésor, Janet Yellen, examinait toujours les détails de la mesure la plus spectaculaire et la plus sensible pour le marché – sanctionner la banque centrale russe elle-même. Les États-Unis avaient été la force motrice derrière la poussée des sanctions. Mais alors que Yellen se penchait sur les petits détails, les Européens, craignant que les Russes n’aient vent des plans, étaient impatients de les pousser au-delà de la ligne d’arrivée le plus rapidement possible.

Von der Leyen a appelé Mario Draghi, Premier ministre italien, et lui a demandé de discuter des détails directement avec Yellen pour accélérer. « Nous attendions tous, en nous demandant : ‘Qu’est-ce qui prend si longtemps ?’ » , se souvient un responsable de l’UE. « Puis la réponse est venue: Draghi doit exercer sont talent magique sur Yellen. » Dans la soirée, un accord avait été conclu.


Ursula von der Leyen
La militarisation de la finance

Il s’agit de la première d’une série de deux articles de FT sur les sanctions contre la banque centrale russe et une nouvelle ère de guerre financière. L’article de jeudi posera la question suivante: le système financier international restera-t-il dans l’avenir le même?

Yellen, qui présidait la Réserve fédérale américaine, et Draghi, ancien chef de la Banque centrale européenne, sont des vétérans d’une série de crises dramatiques – de l’effondrement financier de 2008-09 à la crise de l’euro. Pendant tout ce temps, ils ont réussi à créer calme et stabilité pour les marchés financiers nerveux.

Mais dans ce cas, le plan convenu par Yellen et Draghi pour geler une grande partie des 643 milliards de dollars de réserves de devises étrangères de Moscou était quelque chose de très différent: ils déclaraient effectivement la guerre financière à la Russie.

L’intention déclarée des sanctions est de nuire considérablement à l’économie russe. Ou, comme l’a dit un haut responsable américain plus tard ce samedi soir après l’annonce des mesures, les sanctions pousseraient la monnaie russe « en chute libre ».

Il s’agit d’un tout nouveau type de guerre – la militarisation du dollar américain et d’autres monnaies occidentales pour punir leurs adversaires.

C’est une approche du conflit qui se développe depuis deux décennies. Alors que les électeurs aux États-Unis en ont assez des interventions militaires et des soi-disant « guerres sans fin » , la guerre financière a en partie comblé le vide. En l’absence d’une option militaire ou diplomatique évidente, les sanctions – et de plus en plus les sanctions financières – sont devenues la politique de sécurité nationale de choix.

« C’est véritablement le choc et la terreur » , a déclaré Juan Zarate, un ancien haut responsable de la Maison Blanche qui a aidé à concevoir les sanctions financières que l’Amérique a développées au cours des 20 dernières années. « C’est à peu près un débranchement aussi agressif du système financier et commercial russe que vous pouvez l’imaginer. »

La militarisation de la finance a de profondes implications pour l’avenir de la politique et de l’économie internationales. Bon nombre des hypothèses de base sur l’après-guerre froide sont en train d’être renversées. La mondialisation était autrefois vendue comme l’impossibilité du conflit, ce serait un réseau de dépendances qui rapprocherait de plus en plus les anciens ennemis. Au lieu de cela, il est devenu un nouveau champ de bataille.

La puissance des sanctions financières découle de l’omniprésence du dollar américain. C’est la monnaie la plus utilisée pour les transactions commerciales et financières – avec une banque américaine souvent impliquée. Les marchés de capitaux américains sont les plus profonds au monde, et les obligations du Trésor américain agissent comme un filet de sécurité pour le système financier mondial.

En conséquence, il est très difficile pour les institutions financières, les banques centrales et même de nombreuses entreprises de fonctionner si elles sont coupées du dollar américain et du système financier américain. Ajoutez à cela l’euro, qui est la deuxième monnaie la plus détenue dans les réserves de la banque centrale, ainsi que la livre sterling, le yen et le franc suisse, et l’impact de telles sanctions est encore plus effrayant.

Les États-Unis ont déjà sanctionné les banques centrales – la Corée du Nord, l’Iran et le Venezuela – mais elles étaient largement isolées du commerce mondial. Les sanctions contre la banque centrale russe représentent une première, celle de l’utilisation de cette arme contre une grande économie et la première fois dans le cadre d’une guerre – en particulier un conflit impliquant l’une des principales puissances nucléaires.

Bien sûr, il y a d’énormes risques dans une telle approche. Les sanctions de la banque centrale pourraient provoquer une réaction contre la domination du dollar dans la finance mondiale. Au cours des cinq semaines qui se sont écoulées depuis l’imposition des mesures, le rouble russe a récupéré une grande partie du terrain qu’il avait initialement perdu et les responsables de Moscou affirment qu’ils trouveront des moyens de contourner les sanctions.

Quel que soit le résultat, les mesures visant à geler les réserves de la Russie marquent un changement historique dans la conduite de la politique étrangère. « Ces sanctions économiques sont un nouveau type d’art de gouverner économique avec le pouvoir d’infliger des dommages qui rivalisent avec la puissance militaire » , a déclaré le président américain Joe Biden dans un discours à Varsovie fin mars. Les mesures « sapaient la force russe, sa capacité à reconstituer son armée et sa capacité à projeter sa puissance » .

Une police financière mondiale

Comme tant d’autres choses dans la vie américaine, la nouvelle ère de la guerre financière a commencé le 11/9. À la suite des attaques terroristes de 2001, les États-Unis ont envahi l’Afghanistan, sont allés en Irak pour renverser Saddam Hussein et ont utilisé des drones pour tuer des terroristes présumés sur trois continents. Mais avec beaucoup moins de publicité et de fanfare, ils ont également développé les pouvoirs nécessaires pour agir en tant que police financière mondiale.

Quelques semaines après les attaques contre New York et le Pentagone, George W. Bush s’est engagé à « priver les terroristes de financement ». Le Patriot Act, la loi controversée qui a servi de base à l’utilisation de la surveillance et de la détention illimitée par l’administration Bush, a également donné au département du Trésor le pouvoir de couper efficacement toute institution financière impliquée dans le blanchiment d’argent du système financier américain.

Par coïncidence, le premier pays menacé par cette loi a été l’Ukraine, dont le Trésor a averti en 2002 que ses banques risquaient d’être compromises par le crime organisé russe. Peu de temps après, l’Ukraine a adopté une nouvelle loi pour prévenir le blanchiment d’argent.

Les responsables du Trésor ont également négocié pour avoir accès aux données sur les terroristes présumés provenant de Swift, le système de messagerie basé en Belgique qui est le standard des transactions financières internationales – la première étape d’un réseau élargi de renseignements sur l’argent circulant dans le monde entier.

La boîte à outils financière utilisée pour s’attaquer à l’argent d’Al-Qaïda a rapidement été appliquée à une cible beaucoup plus grande – l’Iran et son programme nucléaire.

Stuart Levey, qui avait été nommé premier sous-secrétaire au terrorisme et au renseignement financier du Trésor, se souvient d’avoir entendu Bush se plaindre que toutes les sanctions commerciales conventionnelles contre l’Iran avaient déjà été imposées, laissant les États-Unis sans effet de levier. « J’ai rassemblé mon équipe et j’ai dit : ‘Nous n’avons pas commencé à utiliser ces outils, donnons-lui quelque chose qu’il peut utiliser avec l’Iran’ » , a t-il expliqué.

Les États-Unis ont cherché à restreindre l’accès de l’Iran au système financier international. Levey et d’autres responsables visitaient les banques européennes et les informaient discrètement des comptes ayant des liens avec le régime iranien. Les gouvernements européens détestaient qu’un responsable américain dise effectivement à leurs banques comment faire des affaires, mais personne ne voulait se moquer du Trésor américain.

Sous l’administration Obama, alors que la Maison Blanche faisait face à des pressions pour prendre des mesures militaires contre ses installations nucléaires, les États-Unis ont imposé des sanctions à la banque centrale iranienne – la dernière étape d’une campagne visant à étrangler son économie.

Levey soutient que les sanctions financières ont non seulement mis la pression sur l’Iran pour négocier l’accord de 2015 sur son programme nucléaire, mais ont également ouvert la voie à l’action de cette année contre la Russie.
« En ce qui concerne l’Iran, nous utilisions des machettes pour réduire le chemin étape par étape, mais maintenant les gens sont capables de le descendre très rapidement » , dit-il. « S’en prendre à la banque centrale d’un pays comme la Russie est mettre en œuvre le top des possibles actuels dans la catégorie des sanctions du secteur financier. »

Les banques centrales ne se contentent pas d’imprimer de l’argent et de surveiller le système bancaire, elles peuvent également fournir un tampon économique vital en cas de crise – défendre une monnaie ou payer pour des importations essentielles.

Les réserves de la Russie ont augmenté après son annexion de la Crimée en 2014 alors qu’elle cherchait à s’assurer contre de futures sanctions américaines – ce qui lui a valu le terme de « forteresse Russie ». Les importantes réserves d’obligations du Trésor américain par la Chine étaient autrefois considérées comme une source potentielle d’effet de levier géopolitique. « Comment traitez-vous durement avec votre banquier ? » , a demandé la secrétaire d’État Hillary Clinton en 2009.

Mais les sanctions occidentales contre la banque centrale russe ont sapé sa capacité à soutenir l’économie. Selon le Forum officiel des institutions monétaires et financières, un groupe de recherche et de conseil de la banque centrale, environ les deux tiers des réserves de la Russie ont probablement été neutralisées.
« L’action contre la banque centrale est un peu comme si vous aviez des économies à utiliser en cas d’urgence et que lorsque l’urgence arrive, la banque dit que vous ne pouvez pas les retirer », explique un haut responsable de la politique économique européenne.

Une alliance transatlantique relancée

Il y a une ironie derrière un ensemble conjoint de sanctions financières américaines et européennes : les dirigeants européens ont passé une grande partie des cinq dernières décennies à critiquer l’influence démesurée de la monnaie américaine.
L’une des caractéristiques frappantes de la guerre en Ukraine est la façon dont l’Europe a travaillé si étroitement avec les États-Unis. La planification des sanctions a commencé en novembre lorsque les services de renseignement occidentaux ont recueilli des preuves solides que les forces de Vladimir Poutine s’accumulaient le long de la frontière ukrainienne.

Biden a demandé à Yellen d’élaborer des plans sur les mesures qui pourraient être prises pour répondre à une invasion. À partir de ce moment, les États-Unis ont commencé à se coordonner avec l’UE, le Royaume-Uni et d’autres. Un haut responsable du département d’État a déclaré qu’entre cette date et l’invasion du 24 février, les hauts responsables de l’administration Biden ont passé « en moyenne 10 à 15 heures par semaine sur des appels sécurisés ou des vidéoconférences avec l’UE et les États membres » pour coordonner les sanctions.

À Washington, les plans de sanctions ont été dirigés par Daleep Singh, un ancien responsable de la Fed de New York qui est maintenant conseiller adjoint à la sécurité nationale pour l’économie internationale à la Maison Blanche, et Wally Adeyemo, un ancien dirigeant de BlackRock en tant que secrétaire adjoint au Trésor. Tous deux avaient travaillé sous l’administration Obama lorsque les États-Unis et l’Europe n’étaient pas d’accord sur la façon de répondre à l’annexion de la Crimée par la Russie.

L’UE cherchait également désespérément à éviter un précédent embarrassant plus récent concernant les sanctions contre la Biélorussie, qui se sont avérées beaucoup plus faibles alors que les pays cherchaient à obtenir des dérogations pour leurs industries. Ainsi, contrairement aux pratiques antérieures, l’effort de l’UE a été coordonné directement depuis le bureau d’Ursula von der Leyen par l’intermédiaire de Bjoern Seibert, son chef de cabinet.
« Seibert était la clé, il était le seul à avoir la vue d’ensemble du côté de l’UE et en contact constant avec les États-Unis à ce sujet » , se souvient un diplomate de l’UE.
Un haut responsable du département d’État a déclaré que la décision de l’Allemagne de supprimer le gazoduc Nord Stream 2 après l’invasion était cruciale pour amener les Européens hésitants. C’était « un signal très important pour les autres Européens que les vaches sacrées devraient être sacrifiées », a déclaré le responsable.


Chrystia FREELAND
L’autre personnage central était la ministre canadienne des Finances, Chrystia Freeland, qui est d’origine ukrainienne et qui a été en contact étroit avec des responsables à Kiev. Quelques heures seulement après que les chars russes ont commencé à rouler en Ukraine, Freeland a envoyé une proposition écrite au Trésor américain et au département d’État avec un plan spécifique pour punir la banque centrale russe, a déclaré un responsable occidental. Ce jour-là, Justin Trudeau, le premier ministre du Canada, a soulevé l’idée lors d’un sommet d’urgence des dirigeants du G7. Et Freeland a envoyé un message émouvant à la communauté ukrainienne au Canada. « Il est maintenant temps de se souvenir » , a-t-elle dit, avant de passer à l’ukrainien, « l’Ukraine n’est pas encore morte » .

La menace de douleurs économiques n’a peut-être pas dissuadé Poutine d’envahir, mais les dirigeants occidentaux estiment que les sanctions financières qui ont été mises en place depuis l’invasion sont la preuve d’une alliance transatlantique revitalisée – et une réfutation de l’idée que les démocraties sont trop lentes et hésitantes.
« Nous n’avons jamais eu dans l’histoire de l’Union européenne des contacts aussi étroits avec les Américains sur une question de sécurité que nous l’avons maintenant – c’est vraiment sans précédent » , a déclaré un haut responsable de l’UE.

Draghi prend l’initiative

En fin de compte, la décision contre la banque centrale russe a été le produit de 72 heures de diplomatie intensive.

Avec la Russie apparemment déterminée à une occupation rapide de l’Ukraine, les émotions étaient vives. Lors d’un appel vidéo avec les dirigeants de l’UE le 24 février, le jour où l’invasion a commencé, Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, a averti : « Je ne vous reverrai peut-être plus parce que je suis le prochain sur la liste. »

L’idée n’avait pas été la priorité de la planification d’avant-guerre, qui se concentrait davantage sur les banques russes à couper de Swift. Mais la férocité de l’invasion de la Russie a mis en avant les options de sanctions les plus agressives.

« L’horreur de l’invasion inacceptable, injustifiée et illégale de l’Ukraine par la Russie et du ciblage des civils – cela a vraiment déverrouillé notre capacité à prendre d’autres mesures » , a déclaré un haut responsable du département d’État.

En Europe, c’est Draghi qui a poussé l’idée de sanctionner la banque centrale lors du sommet d’urgence de l’UE la nuit de l’invasion. L’Italie, un grand importateur de gaz russe, avait souvent hésité dans le passé à imposer des sanctions. Mais le dirigeant italien a fait valoir que le stock de réserves de la Russie pourrait être utilisé pour amortir le choc d’autres sanctions, selon un responsable de l’UE.

« Pour contrer cela… vous devez geler les avoirs » , a déclaré le responsable.

La nature de dernière minute des discussions était essentielle pour s’assurer que Moscou était pris au dépourvu: avec suffisamment de préavis, Moscou aurait pu commencer à transférer certaines de ses réserves dans d’autres devises. Un responsable de l’UE a déclaré que, compte tenu des informations selon lesquelles Moscou avait commencé à passer des commandes, les mesures devaient être prêtes au moment de l’ouverture des marchés lundi afin que les banques ne traitent aucune transaction.

« Nous avons pris les Russes par surprise – ils ne l’ont compris que trop tard », a déclaré le responsable.
Selon Adeyemo du Trésor américain : « Nous étions dans un endroit où nous savions qu’ils ne pouvaient vraiment pas trouver une autre monnaie convertible qu’ils pourraient utiliser et essayer de subvertir cela. »

Les pourparlers de dernière minute ont pris certains alliés occidentaux au dépourvu, les forçant à se précipiter pour mettre en œuvre les mesures à temps. Au Royaume-Uni, ils ont déclenché un week-end frénétique de la part des responsables du Trésor britannique pour finaliser les détails avant l’ouverture des marchés à Londres à 7 heures du matin lundi. Le chancelier Rishi Sunak a communiqué par WhatsApp avec les responsables toute la nuit, les travaux ne se terminant qu’à 4 heures du matin.

Pas de stratégie politique claire


Pourtant, si la réponse occidentale a été définie par l’unité, il y a déjà des signes de failles potentielles – en particulier compte tenu des nouvelles allégations de crimes de guerre, qui ont suscité des appels à de nouvelles sanctions.
Les gouvernements occidentaux n’ont pas défini ce que la Russie devrait faire pour que les sanctions soient levées, laissant certaines des questions difficiles sur la stratégie politique pour une date ultérieure. L’objectif est-il d’infliger des souffrances à court terme à la Russie pour inhiber l’effort de guerre ou l’endiguement à long terme ?

Même lorsqu’elles fonctionnent, les sanctions mettent beaucoup de temps à avoir un impact. Cependant, la douleur économique de la crise est ressentie de manière inégale, l’Europe subissant un coup beaucoup plus dur que les États-Unis.

Wally Adeyemo, secrétaire adjoint américain au Trésor: « Nous étions dans un endroit où nous savions qu’ils ne pouvaient vraiment pas trouver une autre monnaie convertible qu’ils pourraient utiliser et essayer de subvertir cela » © Johanna Geron / AP

Jusqu’à présent, l’Europe a été réticente à imposer un embargo sur le pétrole et le gaz, compte tenu de la forte dépendance du bloc à l’égard des importations d’énergie russes. Mais depuis que les atrocités prétendument perpétrées par des soldats russes dans la banlieue de Kiev ont été révélées, une nouvelle série de sanctions de l’UE a été annoncée mardi qui comprendra une interdiction des importations de charbon russe et, à un stade ultérieur, peut-être aussi du pétrole. Une décision parmi les 27 capitales est attendue plus tard cette semaine.
L’autre facteur clé est de savoir si l’Occident peut gagner la bataille narrative sur les sanctions – à la fois en Russie et dans le reste du monde.
S’exprimant en 2019, Singh, le responsable de la Maison Blanche, a admis que les sanctions imposées à la Russie après la Crimée n’étaient pas aussi efficaces qu’espéré parce que la propagande russe a réussi à blâmer l’Occident pour les problèmes économiques.

« Notre incapacité à contrer la désignation de Poutine comme bouc émissaire » , a-t-il déclaré au Congrès, « a donné au régime beaucoup plus de pouvoir durable qu’il n’en aurait bénéficié autrement » .
Dans les semaines et les mois à venir, Poutine tentera de convaincre une population russe en difficulté économique qu’elle est la victime, pas l’agresseur.
À la Chine, à l’Inde, au Brésil et aux autres pays qui pourraient potentiellement l’aider à échapper aux sanctions occidentales, Poutine posera une question plus profonde sur le rôle du dollar américain dans l’économie mondiale : pouvez-vous encore faire confiance à l’Amérique ?

Reportage supplémentaire de Dan Dombey à Madrid, Colby Smith à Washington, George Parker à Londres, Robin Wigglesworth à Oslo

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine  sur la guerre monétaire et financièreNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum