Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Europe et lutte des classes 

 Grèce : de la crise aux néonazis

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12360 messages postés
   Posté le 12-12-2012 à 20:14:18   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Source : comibase@gmail.com - Cellule ouvrière du bassin minier ouest du Pas-de-Calais
Au 42ème jour de grève de la faim des sans papiers de Lille, le Préfet aux ordres de Valls lui-même aux ordres d'Hollande... durcissent la situation en mettant en place une stratégie de la terreur mais aussi en désignant des bouc-émissaires au cas où le pire arriverait, et on en est peut-être pas loin.

A quelques milliers de kilomètres, en Grèce, les immigrés subissent la haine des néonazis qui sèment la terreur en les désignant comme bouc-émissaires de la crise et pour justifier la casse des droits.

Ci-joint un nouveau texte argumenté sur la base de faits recueillis et de propos réels qui démontrent que la maladie extrême-droitière grecque est contagieuse et se propage, et que le capital n'hésite pas à sortir son bras armé quand le besoin s'en fait sentir. Rappelez vous Marx qui disait " à 300 % le capital ne recule devant aucun crime"

Aussi, pour lutter contre cet extrémisme nazi, il nous faut un parti révolutionnaire, organisé et discipliné, sans cela, sans ce véritable Parti Communiste, les nazis sortiront vainqueurs, et même si ce n'est que pour quelques années, ils feront beaucoup de dégâts et de morts innocents.

Ce qui se passe en Grèce comme ce qui s'est passé à Auchel, à Poitiers, à Nice ou à Lyon n'est pas fortuit mais issu d'une stratégie de déstabilisation de la démocratie (soit-elle bourgeoise) organisée par le Capital...

Alors attention aux infiltrés et méfiez-vous de ceux qui vous disent : " chacun chez soi et chacun son travail, on ne mélange pas activités politiques avec activités associatives ou syndicales ", car la menace concerne l'ensemble : ils commencent toujours par les immigrés et finissent toujours avec les salariés, entre deux, ils s'en prennent aux syndicalistes, aux communistes, aux progressistes et aux humanistes !

à diffuser sans modération.

______________________


Grèce : Sur fond de crise, l’inquiétante ascension des néonazis


En Grèce, la vie des réfugiés est devenue un enfer. En journée, la police recherche les sans-papiers pour les déporter, le soir, les néonazis organisent des ratonnades, sous l’œil complice de la police.
Face au chômage qui touche 2 millions de Grecs, le parti néonazi Aube dorée ne cesse de proposer sa solution finale .


Mais n’avons-nous pas le même problème ici dans ce pays où des bandes identitaires commencent à semer la zizanie en toute impunité et sous le regard spectateur de la police ?

Ce qui s’est passé dans la ville d’Auchel dans le Pas de Calais en juillet 2011 puis en août 2012, n’est-il pas avant-coureur de la situation que vive aujourd’hui les travailleurs de Grèce avec la montée du néonazisme qui n’a aucun tabou pour afficher ouvertement ses idées et son programme ? Ainsi toute ressemblance est n’est pas fortuite ni un hasard, c’est le fruit d’une organisation !


Ceux qui auront lu ceci, ne pourront jamais dire « je ne savais pas » : rien n’est inventé, que des faits !


« Chaque matin, je me pose la question : comment échapper à la police ? Et chaque soir : comment échapper aux racistes ? Voilà à quoi ressemble ma vie ici.1 »
Saleh Ibrahim, jeune Somalien de 26 ans et sans-papier, a été agressé par un groupe de néonazis qui lui ont cassé le bras alors qu’il traversait la place Aghios Pantéléïmonas, dans un quartier populaire au Nord d’Athènes. La situation des immigrés et réfugiés en Grèce s’est considérablement dégradée depuis les élections du 6 mai, quand les néonazis d’Aube dorée sont entrés pour la première fois au parlement. Aube dorée a obtenu 6,9 % des voix et 18 sièges au parlement aux élections du 17 juin.

« Ils frappent pour tuer »

Contrairement à d’autres partis d’extrême droite en Europe à la façade légaliste, Aube dorée affiche ouvertement ses symboles nazis. Ses membres portent la croix gammée, des T-shirt de la Waffen SS et font le salut nazi. La principale activité d’Aube dorée aujourd’hui, c’est l’organisation de pogroms dans les rues d’Athènes et d’autres villes.

« Il y a des attaques tous les jours, explique Reza Gholami, qui dirige une association de réfugiés afghans. Ces types ne veulent pas seulement effrayer les gens, ils frappent pour tuer. » Dans la nuit du 12 août, un jeune irakien de 19 ans a été assassiné. Selon la police, il a été poignardé à mort par cinq personnes qui se déplaçaient à moto. Les agresseurs avaient auparavant tenté de s'en prendre à des immigrants roumains et marocains.

Un réseau de 23 associations, regroupées autour de l’Agence pour les réfugiés des Nations Unies (UNHCR), a répertorié 87 agressions xénophobes de janvier à septembre, à Athènes, au Pirée et à Patras.
Les agresseurs ont utilisé généralement des armes, comme des bâtons, des barres de fer, des chaînes, des couteaux ou des bouteilles cassées. Le réseau dénonce également le comportement de la police dans 15 de ces cas. Plutôt que d’enquêter sur les incidents, la police a mené l’enquête sur l a validité du séjour des victimes. Certaines victimes sans papiers ont été menacées d’arrestation et de déportation et parfois brutalisées dans les commissariats.

Pour le réseau, ces 87 agressions ne sont que le sommet de l’iceberg. L’Association des travailleurs immigrés estime ainsi qu’il y a eu quelque 500 agressions à caractère raciste les six premiers mois de l’année. « La plupart des incidents ne sont pas connus, parce que les immigrés ne déposent pas plainte. Ils ont peur parce qu’ils n’ont pas de titre de séjour ou parce qu’ils n’ont pas l’argent pour payer le dépôt de plainte 4», déclare Reza Ghomali, de l’association des réfugiés afghans.

Le réseau antiraciste s’est donné pour objectif de mettre fin à l’impunité dont bénéficient les auteurs de ces attaques. Car pour l’heure, aucune condamnation n’a été prononcée contre des auteurs d’agression raciste. Pourtant, dans la majorité des cas répertoriés, la présence de membres d’Aube dorée a été constatée.

Le 31 octobre, un groupe de 150 personnes, dont trois députés d’Aube dorée (Ilias Panagiotaros, Kostas Barbaroussis and Nikolaos Michos) ont attaqué des immigrés et endommagé leurs commerces dans le quartier d’Aghios Panteleimonas. Barbaroussis est également impliqué dans un assaut similaire en septembre à Mesolongi, à l’ouest du pays. Le parlement grec vient de voter la levée de son immunité et de celle de trois autres députés néonazis pour ces agressions.

« Aube dorée a infiltré la police »

Les liens étroits entre Aube dorée et certains commissariats sont connus depuis longtemps. Lors des dernières élections, près de la moitié des policiers ont voté pour les néonazis. L’ancien ministre de la Protection du Citoyen (ministre de l’Intérieur), Michalis Chrysochoidis a déclaré lors d’une interview pour le magazine Unfollow : « Je ne sais pas si c’est 50 % ou 60 %, mais ils sont nombreux. Même si c’est 40 %, c’est trop. » Et quand on lui a demandé comment c’était possible, il a répondu que les policiers sont « induits en erreur » , qu’ils recherchent une « protection politique » .

Récemment, le quotidien britannique The Guardian a recueilli le témoignage d’un officier supérieur. Il déclare que les gouvernements successifs en Grèce ont permis à Aube Dorée d’infiltrer la police à plusieurs niveaux. « Par ses services de sécurité, l’État est bien informé des activités d’Aube dorée » explique-t-il.

Les chefs de la police avaient la possibilité d’isoler et de liquider ces « poches de fascisme » , mais ont décidé de ne pas le faire. « L’État fait cela délibérément utiliser les fascistes à ses propres fins » .

« Les néonazis peuvent ainsi être utilisés contre la gauche » qui mène des actions de protestation contre l’austérité. Ils peuvent aussi agir comme agents provocateurs pendant les manifestations, témoigne l’officier.

Les autorités continuent de nier ces liens. Pourtant, un policier vient récemment d’être suspendu pour avoir participé à une attaque d’Aube dorée contre des immigrés sur un marché le 8 septembre.

Le 30 septembre 2012, un groupe de motards antifascistes ont manifesté contre Aube dorée, qui faisait la chasse aux immigrés. La police, arrivée en force, a arrêté 23 antifascistes et deux membres d’Aube dorée.
Ces derniers ont été libérés après quelques heures, mais les antifascistes ont été transférés à l’état-major de la police. Ils déclarent avoir été torturés durant la nuit par la police, ce qui a été confirmé par des constats médicaux ultérieurs.

Pour la journaliste et élue du Parti communiste de Grèce (KKE) Liana Kanelli, « Aube dorée remplit la mission que le système lui assigne » . Aube dorée agit aussi en soutien des employeurs qui exploitent la main-d’œuvre immigrée. « Quand un employeur veut vous faire chanter, il menace d’appeler Aube dorée. Des bandes fascistes viennent tabasser des travailleurs qui réclament leurs droits » ,
explique Javed Aslam, dirigeant de la communauté pakistanaise en Grèce.

« Un climat raciste entretenu au sommet »

Le 4 novembre, Walid, 29 ans, travailleur immigré égyptien était retrouvé enchaîné et couvert de blessures dans l’île de Salamine, près du Pirée. L’ouvrier boulanger a été enlevé et torturé pendant 18 heures par son employeur grec et trois autres hommes liés à Aube dorée, dans le but de lui voler ses économies. Le patron, membre de la Nouvelle Démocratie, est adjoint au maire d’Ambelakio. 56

La victime était parvenue à s’échapper avant de s’effondrer au pied d’un arbre. Une ambulance a été dépêchée sur les lieux, ainsi que la police et les pompiers, qui ont dû intervenir pour couper la grosse chaîne attachée autour du cou de la victime, avant que celle-ci ne soit transférée à l’hôpital.
Après avoir reçu les premiers soins, Oualid a été arrêté et menacé d’expulsion faute de titre de séjour valable. Ses tortionnaires ont eux été libérés le 8 novembre. La communauté égyptienne a manifesté à deux reprises devant l’ambassade d’Egypte pour demander une protection adéquate contre les attaques racistes.

A Xanthi, au nord-est de la Grèce, où vit une importante minorité musulmane depuis des siècles, des fascistes harcèlent les musulmans. Et même des touristes d’Egypte, de Corée du Sud ou des États-Unis ont été victimes des fascistes ou des rafles de la police.

La situation est telle que l’ambassade des États-Unis recommande la prudence à ses ressortissants «d’origine africaine, asiatique, hispanique ou moyen-orientale » 8. Ces actes sont le résultat d’un climat de haine raciste entretenu au sommet de l’État.

Les dirigeants d’Aube dorée peuvent ouvertement débiter leurs propos racistes et fascistes sur les chaînes de télévision. L’un d’eux a même agressé physiquement deux députées, de Syriza: et du KKE, lors d’une émission en direct. Et les déclarations xénophobes de certains ministres et députés de la Nouvelle Démocratie ne font que renforcer sa popularité. Selon divers sondages récents, Aube dorée est crédité de 9 à 12 %.

En avril, avant les élections, le ministre de l’Intérieur, du Pasok (Parti socialiste), Michalis Chrysochoidis, a organisé une vaste opération de contrôle dans le centre d’Athènes, dans le but d’arrêter les sanspapiers. Et il a annoncé à grand fracas la construction de 30 « centres de rétention » pour candidats réfugiés en attente d’expulsion. « Les immigrés clandestins devraient être expulsés du pays, ils sont devenus les tyrans de la société », a déclaré alors son challenger, l’actuel premier ministre, Antonis Samaras (Nouvelle Démocratie, conservateurs). Il s’était engagé à « reconquérir » les villes et arrêter «l’invasion » de l’immigration illégale. Tout en ajoutant : « Il n’y a plus de place pour les Grecs dans les jardins d’enfants. Nous allons y mettre fin 9. »

La chasse aux sans-papiers a repris début août, quand le nouveau ministre de l’Intérieur, Nikos Dendias, de la Nouvelle Démocratie, a lancé l’opération « Xenios Zeus » (Dieu de l’hospitalité !). « La question de l’immigration illégale est l’un des grands problèmes du pays avec celui de l’économie 10 » , a dit Nikos Dendias. 7 300 demandeurs d’asile ont déjà été interpellés et 1 596 arrêtés et transférés en vue de leur déportation.

« Non, l’extrême droite néonazie ne grandit pas comme une force externe au système démocratique.
Le système démocratique l’a incorporée en son sein et se nazifie en reproduisant son programmecomme un dogme d’organisation sociale et comme une méthode de gouvernement. En ce sens, Aube dorée est déjà au pouvoir »
, écrit le journaliste grec Augustine Zenakos 11.

Le dernier rassemblement des néonazis sur l’île de Crète le 25 novembre, montre bien leur vision de la société. Devant leurs partisans, les députés néonazis d’Aube Dorée ont déployé le drapeau de la junte fasciste (1967-1974). Ils avaient même projeté de faire un tour de Crète. Mais ils en ont été empêchés par des centaines de manifestants antifascistes qui ont encerclé la salle où ils étaient réunis.

La télévision grecque a montré le porte-parole d’Aube dorée, Kasidiaris, invectiver la police et exiger qu’elle chasse les manifestants antifascistes. Et celui-ci d’ajouter : « On va les baiser ! Il y aura des morts ici ce soir ! Je vous en donne ma parole ! »

Dans un autre reportage, on peut voir Kasidiaris expliquer comment les 18 députés d’Aube dorée tirent avantage de leur immunité parlementaire : « Nous pouvons désormais porter légalement des armes et nous ne serons pas arrêtés sur place en cas d’incident. Cela nous permet d’être un peu plus à l’aise dans nos mouvements. 12 ».

« Comment expliquer leur ascension ? »

Aux dernières élections, 425 000 Grecs ont voté pour ce parti néonazi. Bien peu connaissent pourtant son idéologie et le pédigrée de ses 18 élus. Aube dorée s’affiche « contre le système et dénonce «les voleurs les banques et les politiciens corrompus » . Il déclare qu’il veut protéger les Grecs et sa « solution est de chasser les immigrés » .

Certains commentateurs qualifient ce parti de nationaliste mais ils ont tort. Les tirades d’Aube dorée contre Merkel et les Allemands, ne sont prononcées que pour amuser la galerie car Aube dorée entretient des liens avec d’autres partis néonazis, notamment allemand, financés par le grand patronat.
En 2005, il a rejoint le parti allemand NPD dans une cérémonie d’hommage à Hitler.

En 2010, son dirigeant faisait un discours devant les militants néofascistes italiens du parti Forza Nuova. Ilias Kasidiaris, le porte-parole d’Aube dorée, a écrit récemment un article à l’occasion de l’anniversaire d’Hitler, qu’il qualifie de « grand réformateur social et organisateur d’un État modèle » .

« Ils ne comprennent pas » , déclare le leader d’Aube dorée dans un discours « Quand nous deviendrons forts, nous serons sans pitié ! S’il le faut, nous salirons nos mains ! Nous ne sommes pas des démocrates ! »

« Mais tout cela, beaucoup d’électeurs ne le savent pas. Ils ne savent pas non plus qu’Aube dorée soutient les armateurs, les plus riches capitalistes du pays. »

Alors que la population se débat dans la misère, les armateurs grecs à la tête de la 1e flotte au monde, ne paient toujours pas d’impôts. Ce privilège est inscrit dans la Constitution depuis 1967. Le parlement grec compte revoir cela.

Ilias Panagiotaros, député d’Aube dorée, a exprimé au parlement, son soutien aux armateurs 13 : « Le pays va recevoir 80 millions d’euros en taxant les bateaux avec pavillon grec. Quoi de plus facile pour les armateurs grecs de changer leur pavillon pour sauver leur argent ? Au lieu de cela, un accord devrait être trouvé pour qu’au lieu des 2-3 Grecs maximum sur chaque navire – dont le capitaine et le premier mécano – le reste de l’équipage soit aussi grec. »

Selon le politologue Christophoros Vernardakis, les électeurs d’Aube dorée sont principalement issus de la petite classe moyenne qui s’est rapidement appauvrie avec la crise. On y trouve des petits indépendants, commerçants, agriculteurs, petits employés sans emploi et des policiers. Aube dorée exploite le désespoir, l’ignorance et la peur.

Il désigne les immigrés comme responsables de la crise, alors qu’ils en sont, comme les travailleurs grecs, les premières victimes. Et en plus, il se propose de faire le sale boulot avec la complicité de la police. Il détourne ainsi une partie de la population de la lutte contre les véritables responsables du pillage du pays. « Le parti est fort dans les zones les plus touchées par la crise, mais aussi dans d’anciens fiefs des bataillons de sécurité » , les milices armées par l’Allemagne nazie dans les années 42/44 pour lutter contre la résistance communiste, explique le politologue Elias Nikolakopoulos. C’est ainsi que l’on peut expliquer les scores du parti néonazis dans certaines régions rurales où il y a peu d’immigration.

« Saccage des revenus et des droits démocratiques »

« Aube dorée a toujours offert ses services au patronat et aux organisations patronales, selon le KKE. A plusieurs occasions, ses militants ont été utilisés pour briser des grèves. Leur violence avait aussi pour but d’effrayer les travailleurs pour leur faire abandonner la lutte. Il faut dénoncer son rôle de soutien au système. Aube dorée doit être combattue par un mouvement organisé, sur les lieux de travail, dans les secteurs, les organisations populaires » explique Aleka Papariga, secrétaire générale du KKE 1615


L’ascension d’Aube dorée s’inscrit dans le saccage généralisé des revenus, des services et de l’ensemble des droits démocratiques des travailleurs et de la population en Grèce.

« Les conventions collectives, les obstacles au licenciement et le salaire minimum ont été abolis par les gouvernements de la Nouvelle Démocratie et du Pasok »

Le 9 octobre dernier, le gouvernement a utilisé une loi datant de la junte fasciste (1967-1974) pour interdire une partie d’Athènes aux manifestants. Cette loi n’avait pas été utilisée depuis 38 ans.

La liberté d’expression est également menacée. Le journaliste Kostas Vaxevanis peut en témoigner. Il a été arrêté pour avoir publié, dans son magazine Hot Doc, la liste des 2 000 grands fraudeurs qui avaient ouvert un compte en Suisse. Cette liste avait été remise au gouvernement grec en 2010, qui n’en n’avait rien fait, puisqu’il l’avait « perdue ».

« Tout le monde n’est pas responsable de la crise en Grèce. Et tout le monde ne paye pas cette crise.
Le petit club corrompu au pouvoir tente de s’en sortir en prétendant qu’il fait des efforts pour sauver la Grèce. En réalité, il exacerbe les contradictions, tandis que la Grèce est amenée au bord du gouffre »
18 écrit Vaxevanis.

Les 2,3 millions de Grecs vivant sous le seuil de pauvreté, les 2 millions de sans-emploi, les deux tiers de la population qui ne parvient plus à payer ses factures, sont littéralement amenés au bord du gouffre. Au lieu de les aider, Aube dorée va les pousser dans l’abîme, tout en protégeant une poignée de riches qui ont planqué leur fortune en Suisse et ailleurs.

« D’abord les immigrés, puis les communistes, les homosexuels, les handicapés… Qui ne connaît pas cette histoire qui peut se répéter ? »

« Quand Aube dorée sera au Parlement, nous allons mener des raids dans les hôpitaux et les crèche pour jeter les immigrés et leurs enfants dans la rue, afin que les Grecs puissent prendre leur place 19» , a déclaré un candidat du parti néonazi avant les élections. Le parti néonazi vise aussi les soupes populaires et les bureaux de chômage, qu’il veut interdire aux étrangers.

Les immigrés sont des « sous-hommes qui transportent toutes sortes de maladies » , a déclaré au parlement Eleni Zaroulia, députée d’Aube dorée et épouse du leader du parti. Cette députée est aussi membre du comité pour l’égalité et la non-discrimination du Conseil de l’Europe

Le parti néonazi a récemment demandé au ministre de l’Intérieur de fournir le nombre d’enfants étrangers accueillis dans les écoles maternelles du pays. Et le député néonazi Panayiotis Iliopoulos a écrit à l’Université de l’Egée (île de Lesbos) pour demander combien d’étudiants étrangers étaient hébergés. Le vice-recteur s’est senti « insulté » par cette question.21

Face au désespoir de la population, Aube dorée prône un nettoyage ethnique : l’emploi, les services publics, l’enseignement, les soins de santé… réservés aux Grecs.
Aube dorée annonce ses nouvelles cibles : après les immigrés, il veut s’attaquer aux homosexuels et aux handicapés, comme on peut le lire dans leur dernier tract.

« Aube dorée ne vise pas seulement les immigrés. Il menace aussi les communistes et dit ouvertement : Nous allons faire de vous du savon » explique Liana Kanelli, députée du Parti communiste de Grèce (KKE).

Le 7 novembre à Thessalonique, deux membres d’Aube dorée ont attaqué avec des bâtons et des couteaux trois jeunes communistes qui distribuaient des tracts en faveur de la grève générale. Ces jeunes ont pu s’en tirer grâce à l’aide de travailleurs en grève d’une usine proche. La police n’a toujours pas arrêté ces individus. 212019

Le mois dernier, quatre députés et des membres d’Aube dorée, avec des intégristes et prêtres orthodoxes, ont attaqué le théâtre où se jouait la pièce de Terrence McNally Corpus Christi, où Jésus et les apôtres sont une communauté gay vivant au Texas. La police anti-émeute a encerclé le théâtre. Mais le directeur n’a pas osé sortir car les néonazis étaient toujours présents et a déclaré « La dernière fois qu’une pièce de théâtre était jouée sous la garde de la police, c’était pendant la junte. Je ne veux pas croire que c’est de nouveau la junte » Et pourtant tout cela le laisse présager !

Un journaliste, témoin de la scène a été tabassé par les fascistes, devant des policiers qui n’ont rien fait. Il n’a pas porté plainte, de crainte que son adresse ne soit transmise à Aube dorée.

« L’homophobie a toujours existé en Grèce, mais depuis un an, il y a une nette augmentation des attaques anti-gay. Les auteurs agissent avec impunité… avec le même scénario que les attaques d’Aube dorée contre les immigrés. Ces gens haïssent les immigrés, les gays, les étrangers, les femmes. Ils haïssent tout le monde » déclare Andrea Gilbert 2322 , porte-parole d’Athens pride, une organisation de défense des droits des homosexuels.







Souvenez-vous : « une barricade n’a toujours que deux côtés, jamais trois »


Sources :

1.RFI, 30 juillet 2012 • 2. Ekathimerini, 14 août 2012 • 3. http://1againstracism.gr/racist-violence-recordingnetwork-findings/, 23octobre 2012• 4. Ekathimerini,
12 juin 2012 • 5. Ekathimerini, 11 septembre 2012 • 6. The Guardian, 26 octobre 2012 • 7. I efimerida ton syntakton, 9 novembre 2012 • 8. Ambassade des USA, 16 novembre 2012 • 9. The Guardian, 26 octobre 2012 • 10. La Libre Belgique, 9 août 2012 • 11. Augustine Zenakos, “The
literality of nazism”, 13 octobre 2012 • 12. Kathimerini, 26 novembre 2012 • 13. Augustine Zenakos, 25 octobre 2012. Op. cit. • 14. Augustine Zenakos, 25 octobre 2012. Op. cit. • 15. Rizospastis, 8 novembre 2012 • 16. Le Monde, 6 octobre 2012 • 17. Okeanos, 12 octobre 2012 • 18. The Guardian, 30 octobre 2012 • 19. The Guardian, 12 juin 2012 • 20. Ekathimerini, 18 octobre 2012 • 21. Ekathimerini, 23 octobre 2012 • 22. Okeanos, 12 octobre 2012 •
23. Greek Reporter, 26 novembre 2012


Edité le 12-12-2012 à 20:19:22 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12360 messages postés
   Posté le 13-12-2012 à 19:20:06   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

De la même source cette information parue dans le Huffington Post :

Grèce : les députés néo-nazis d’Aube Dorée autorisés à conserver leurs armes dans l’enceinte du Parlement


INTERNATIONAL - L'expression "porte-flingue" prend tout son sens. Les parlementaires grecs peuvent conserver leur arme à la ceinture, c'est en somme ce qu'a indiqué mardi 11 décembre le ministre de l'Ordre public, Nikos Dendias.

Le Parlement grec a récemment ajouté une ligne à son règlement intérieur afin de réglementer l'introduction d'armes dans son enceinte. Le mois précédent, un député indépendant, Nikos Nikolopoulos, s'était inquiété que des députés armés y circulent.

Peu après le vote, deux députés du mouvement néo-nazi Aube Dorée s'étaient vus refuser l'entrée du Parlement, ils avaient déclenché les détecteurs de métaux. Mais Nikos Dendias vient de trancher, tous les députés sont autorisés à porter des armes à feux s'ils disposent des autorisations nécessaires.

En Grèce, la législation sur les armes autorise les personnes dont la vie est potentiellement en danger à porter une arme.
Une vaste notion qui permet à huit des dix-huits députés néo-nazis d'Aube Dorée de détenir une licence.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12360 messages postés
   Posté le 19-02-2013 à 21:15:55   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Quand Aube Dorée veut faire le ménage



Par Okeanos
18 février 2013
Article publié sur lalibre.be le 13/02/2013, par Angélique Kourounis, correspondante à Athènes.
Partagé sur okeanews avec l'autorisation de lalibre.be.


Les néonazis s’attaquent maintenant aux infirmières et aux patients étrangers.
Plus la Grèce s’enfonce dans la crise, moins le gouvernement de coalition a des réponses à donner et plus la misère s’étend. Les solutions "simples" commencent donc à s’imposer.
Ainsi, dans la ville de Tripoli, dans le Péloponnèse, les infirmières grecques, en butte, disent-elles, à une concurrence déloyale de la part des infirmières étrangères qui travaillent pour moitié moins cher et sans couverture sociale, ont fait appel à la branche locale d’Aube dorée pour régler le problème.
C’est du moins ce qu’affirme le parti néonazi pour justifier l’inspection surprise que plusieurs de ses membres ont menée de nuit à l’hôpital de la ville, le Panarkadiko, la semaine dernière.
Selon plusieurs témoins, des hommes d’Aube dorée, vêtus des blouses noires du parti, ont fait irruption dans les chambres des malades, pour exiger de façon musclée la nationalité des infirmières qui se trouvaient au chevet des patients.
Le système médical en Grèce est tel qu’il faut toujours, en cas d’hospitalisation grave et surtout de nuit, une "apoklistiki" - littéralement, une infirmière exclusive - pour veiller sur le malade. Celles-ci sont affectées à un seul patient qui les paie directement, environ 40 à 70 € la nuit, le double le weekend.
Il s’agit d’un marché lucratif que les infirmières des pays voisins ont commencé à occuper ces deux dernières décennies au grand dam de leurs collègues locales.
Ceci expliquant cela, la directrice de l’hôpital Panarkadiko, Eleni Siourouni, a fait front commun avec Aube dorée, expliquant dans une conférence de presse conjointe que, "sur la question des infirmières exclusives étrangères, la direction de l’hôpital a un but commun avec Aube dorée" .
Giorgos Pastamatakis, chirurgien et membre du conseil d’administration de l’hôpital, a dénoncé, avec le soutien de l’Ordre des médecins, la directrice de l’hôpital, accusée "d’être plus sensible aux revendications des infirmières qu’à la tranquillité des patients".
"Le problème de la concurrence des infirmières étrangères est réel"
, reconnaît-on, tant au ministère de la Santé qu’au conseil d’administration l’hôpital, "mais ce n’est pas un parti politique qui va le régler, et surtout pas Aube dorée" . Vingt-quatre heures plus tard, la directrice de l’hôpital était suspendue par le ministre de la Santé.

Médecins du monde visé également
Qu’à cela ne tienne. Le lendemain, une quarantaine de membres d’Aube dorée ont mené une opération d’intimidation contre le dispensaire de Médecins du monde (MDM) à Pérama, dans la banlieue du Pirée, où sont soignés des migrants, mais surtout des Grecs très pauvres, démunis de tout.
Vêtus de leur éternelle blouse noire au nom du parti, ces activistes de la haine ont scandé des slogans orduriers et racistes contre MDM, accusé de soigner "en priorité des étrangers et des migrants illégaux" . Selon Nikitas Kanakis, directeur du MDM en Grèce, "c’est le dispensaire qui a été visé en tant que tel, car nous soignons tout le monde et nous recensons les agressions xénophobes lorsque des gens blessés viennent chez nous" .
Le commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Nils Muiznieks, venu début février en visite officielle en Grèce, avait dénoncé "la menace spécifique que constitue Aube dorée" . Le secteur médical n’est pas le seul dans lequel les néonazis se proposent de faire le ménage. L’été dernier, des députés du parti avaient procédé à des vérifications violentes d’identité de petits revendeurs, saccageant leurs étals lorsqu’ils n’étaient pas, selon eux, en règle. Enfin, bizarrement, alors que tous les employés des pompes à essence étaient à 90 % étrangers, ils sont désormais, dans leur écrasante majorité, grecs.
Aube dorée ne fait peut-être que 10 à 14 % dans les sondages, et reste fermement le troisième parti du pays, mais, au quotidien, il se comporte en territoire conquis. Samedi dernier, ses sympathisants étaient plus de 10 000 à défiler au flambeau dans les rues d’Athènes.

A lire également sur okeanews : Intimidations des néonazis dans un dispensaire de Médecins du Monde et « contrôles » à l’hôpital de Tripoli

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12360 messages postés
   Posté le 19-02-2013 à 21:37:09   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Antinazisme et protection sociale


Source Comité pour l'Annulation de la Dtte du Tiers Monde

4 février par Pascal Franchet

La juxtaposition des 2 termes peut sembler surprenante et pourtant, il y a bien un lien direct entre la lutte contre le nazisme et la défense de la protection sociale. En effet, la sécurité sociale n’est pas une question comptable ou technique mais est d’abord et avant tout une question politique de répartition des richesses aux conséquences sociales considérables.

Il suffit de regarder du coté de la Grèce pour en apprécier l’importance.
Le délitement sciemment provoqué de la société grecque induit la mise à mort de la protection sociale et des droits démocratiques. Plus d’un tiers de la population n’a aujourd’hui plus du tout de sécurité sociale et cette proportion va augmenter avec le dernier « paquet » de mesures imposées par le FMI, la BCE et la Commission Européenne, au nom de la priorité (devenue constitutionnelle depuis février 2012), donnée aux créanciers de la dette publique.
Le chiffre des 2/3 est souvent avancé.
Faute de pouvoir avoir accès aux traitements ou à des opérations chirurgicales devenues trop onéreuses, des dizaines de milliers de personnes y renoncent. Les budgets des hôpitaux sont amputés de 40% et sont souvent dépourvus du matériel élémentaire (gants, compresses, etc.) . On dénombre aujourd’hui une vingtaine de décès directement imputables à cette ségrégation par l’argent.

Les femmes qui souhaitent accoucher à l’hôpital doivent payer un droit d’entrée et beaucoup sont contraintes d’accoucher chez elles, avec les risques de complications, d’infections ou/et de mortalités infantiles que cela implique. 60% des accouchements se pratiquent sous césarienne et là le coût est dissuasif, même pour celles qui conservent encore des bribes de protection sociale. Ceci sans parler des dessous de table restés monnaie courante… Les représentants de l’association Médecins sans frontière » le rapportent : le dilemme posé pour les patients qu’ils reçoivent est souvent de choisir entre médicaments et nourriture…
Ce recul fantastique de l’accès aux soins et à la santé, couplé avec la démolition du Code du Travail et des conventions collectives, provoque une rupture sociale, brèche dans laquelle s’engouffre le mouvement nazi « aube dorée » face à l’incurie de l’union sacrée PASOK-Nouvelle Démocratie, incurie bien utile au capital pour disloquer encore davantage la société grecque.

Les discours et campagne de cette organisation militaro-politique (la 3ème du pays pour les intentions de vote selon les sondages derrière la Nouvelle Démocratie et Syriza) sont reçus positivement par de plus en plus de grecs désemparés par la misère et l’incapacité de l’État à subvenir à leurs besoins fondamentaux. Les actions comme la collecte de sang « des grecs pour les grecs , pas pour les étrangers ! » , les thèmes xénophobes d’exclusion des enfants d’immigrés des écoles, rencontrent un écho grandissant face à un système scolaire en totale déliquescence.
La position d’allégeance au FMI prises par le dirigeant de Syriza, Alexis Tsipras, fin janvier 2013 à Washington risque fort d’accroître le désarroi de la partie de la population qui lui a fait jusque là confiance pour opérer le changement radical nécessaire dans ce pays.

Décidément, la comparaison avec la chute de la République de Weimar devient de plus en plus pertinente. La république grecque est en effet dans une situation comparable à celle de la république de Weimar à la fin des années 19201. Son échec, la trahison de ses dirigeants et la crise financière de 1929 ont favorisé la montée du nazisme en Allemagne.
Il est acté aujourd’hui que la finance et l’industrie étatsunienne a soutenu, encouragé et financé le NSDAP (le parti d’Adolf Hitler) . Aujourd’hui, c’est Goldman Sachs qui est au ban des accusés de la faillite provoquée de la société grecque.
Comparer ainsi 2 moments de l’histoire politique et sociale est certes toujours hasardeux. Le contexte global a changé avec la mondialisation de l’économie, la fin du 2ème monde et la fin du colonialisme. De même, la crise économique de 2008 présente davantage de similitude avec celle de 1873 qu’avec celle de 1929 et du début des années 1930.
Ces différences réelles ne changent pas les données du problème auquel nous sommes confrontés. Chacun reconnait que la Grèce sert de laboratoire expérimental aux réponses que le capital, via la Troïka, veut imposer à l’ensemble des pays européens. Ce « modèle » a vocation a être exporté.

On doit bien mesurer que les mêmes ingrédients se réunissent aujourd’hui et concourent à la généralisation de la barbarie : récession économique, chômage de masse, destruction des garanties sociales, …
Plus éloigné encore des caractéristiques économiques et politiques des pays du cœur de l’Union Européenne, le Chili. A partir de 1973, ce pays a servi de test grandeur nature pour le néolibéralisme qui s’est généralisé dans tous les pays du Nord à peine 10 plus tard. Privatisation de tout le secteur public de la santé et des régimes de protection sociale sont allés de pair avec la suppression des droits démocratiques de la population.
Chili, Grèce : 2 stratégies du choc, pour reprendre l’expression de Naomi Klein, pour 2 expérimentations généralisables. La 1ère a réussi, la 2ème est en marche...

Dans les pays du Sud , les plans d’ajustement structurels du FMI du début des années 1980 contiennent systématiquement une baisse drastique des transferts sociaux.
Comparaison n’est pas raison, dit le dicton, mais fermer les yeux devant l’évidence devient criminel au regard des enjeux de civilisation.
Développer et rendre concrète la solidarité internationale dès aujourd’hui, expliquer et combattre le danger européen que constitue la montée du nazisme en Grèce, doivent devenir des priorités pour l’ensemble du mouvement social européen.

Un élément de la riposte se situe dans la nécessaire et vitale construction d’un mouvement antifasciste européen de masse.
Marx disait que la bourgeoisie préférait une fin effroyable à un effroi sans fin. On en approche !

Illustration : CC / txmx2

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Europe et lutte des classes  Grèce : de la crise aux néonazisNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum