Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités françaises 

 Le «Franc CFA, une insulte à notre souveraineté»

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12525 messages postés
   Posté le 07-10-2012 à 23:48:28   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les deux articles suivants ne sont pas écrits par des communistes, ils dénoncent la Françafrique toujours maintenue et apportent des informations précieuses sur le néo colonialisme français.

_______________


Moussa Dembélé. «Franc CFA, une insulte à notre souveraineté»


Les anti-CFA soulignent l’impact négatif de cette monnaie sur l’essor économique de nos pays. Dans cet entretien, Demba Moussa Dembélé, économiste connu pour son engagement dans les mouvements altermondialiste, estime qu’il est grand temps de comprendre que le Franc CFA constitue le premier obstacle au développement socio-économique des pays qui l’utilisent.



Le 5 octobre 2012, la France et les quinze pays de la zone franc ont célébré 40 ans d’accord de coopération monétaire. Cette coopération qui place l’essentiel des anciennes colonies françaises d’Afrique noire dans une situation de « dépendance » monétaire, essuie les critiques féroces de la part de plusieurs économistes du continent.

Ces anti-CFA soulignent l’impact négatif de cette monnaie sur l’essor économique de nos pays. Dans cet entretien exclusif avec Ouestafnews, Demba Moussa Dembélé, économiste connu pour son engagement dans les mouvements altermondialiste, estime qu’il est grand temps de comprendre que le Franc CFA constitue le premier obstacle au développement socio-économique des pays qui l’utilisent.

Ouestafnews - On célèbre en ce 5 octobre 2012 les quarante ans du Franc Cfa, que vous inspire un tel évènement ?

Moussa Dembélé - Malheureusement il n’ ya rien a célébrer parce que ces accords font partie d’un pacte néo-colonial scellé aux moments des indépendances. Les anciennes colonies ont été piégées par le Général (Charles) De Gaulle et le gouvernement français, donc les accords de coopération monétaire ou de défense etc. sont tout simplement des instruments pour perpétuer la domination de la France sur nos pays et au niveau monétaire c’est un instrument privilégié pour dominer nos économies.

Plus de 50ans après les indépendances nous constatons que tous les secteurs vitaux de nos économies sont contrôlées par des sociétés françaises. Donc, des gens qui sont acquis à l’idéologie néo-coloniale et qui ne pensent et respirent que par la France, vont célébrer cela quelque part en France. Mais nous, on n’a rien a célébrer. Au contraire on doit dénoncer ces accords qui sont une insulte à la souveraineté de nos pays et à notre émancipation économique.

Justement les critiques soulignent un impact négatif du CFA sur l’essor économique des pays composants la zone franc, pouvez-vous nous en dire plus ?

Quand par exemple vous prenez la liberté de transfert entre nos pays et la France, c’est un moyen par lequel les capitaux quittent nos pays pour aller à l’étranger parce qu’à partir du moment où les capitaux se trouvent en France ils peuvent aller n’importe où dans le monde. Donc cette liberté de circulation des capitaux entre nous et la France , c’est une façon d’encourager l’hémorragie financière de nos pays. Grâce à cette liberté de transfert qui exclut toute forme de contrôle des mouvement des capitaux, notre épargne domestique peut simplement aller s’installer en France .

Pourtant, les partisans du FCFA vous rétorqueront aisément que son arrimage à l’euro a permis la stabilité monétaire et le maintien de l’inflation des pays de la zone Franc...

Ce n’est pas un argument valable, j’ai comparé avec d’autres pays comme l’Angola ou les taux d’inflations ne sont même pas comparables et ses taux de croissances sont supérieurs aux nôtres, ensuite ce pays attire dix fois plus d’investissement directs étrangers (Ide) que nos pays. Le Ghana qui est à coté est aujourd’hui en bonne santé, le cedi se porte bien et ce pays attire plus de capitaux que nos pays avec leur soi-disant stabilité financière. Le géant nigérian avec tous ses problèmes attire plus de capitaux étrangers que nous, qui sommes dans la zone CFA.

Donc ce n’est pas la stabilité ou le faible taux d’inflation qui constitue un indice de performance, c’est une vision monétariste simpliste qui n’a rien à voir avec la réalité du développement économique et social.

Vous avez des pays comme la Chine qui est aujourd’hui la seconde économie mondiale où les taux d’inflations sont supérieurs aux taux enregistrés ici, parce que tout simplement on nous oblige à suivre aveuglément les politiques de la Banque centrale européenne, étant donné que nos deux banques centrales à Dakar et à Yaoundé sont des correspondantes du Trésor français. Nous n’avons pas de souveraineté sur nos politiques monétaires et c’est au détriment de nos économies.

Ensuite si vous prenez les quinze pays qui utilisent le Franc Cfa en incluant les Comores, à l’exception du Gabon, tous autres, c’est-à-dire y compris la Côte d’Ivoire et le Cameroun, sont classés soit dans la catégorie des pays les moins avancés (PMA) soit dans celle des pays pauvres très endettés (PPTE).

Alors (…) où est l’atout que représente le Franc CFA ici ? Et j’ajoute à cela que 50 % de nos réserves de change, vous vous rendez compte, sont déposés au trésor français. Comment voulez-vous que des pays dont la moitié des réserves sont déposés dans un autre pays puissent se développer, ce n’est pas possible !

Les critiques contre ce système font légion, mais quels sont concrètement les arguments dont nous disposons pour reconquérir notre souveraineté monétaire ?

D’abord l’argument que tout le monde peut constater c’est que le FCFA est un échec, on pourra continuer cinquante années encore mais on ne bougera pas. Vous savez, un pays dés qu’il devient indépendant, s’il veut affirmer sa souveraineté, a trois symboles : la monnaie, l’hymne et le drapeau.

Vous avez la petite Gambie à coté et qui a son dalasi, est –ce qu’on n’est mieux loti qu’elle ? Cinquante années après la première constatation est que le CFA fait partie des obstacles aux développements de nos pays.

Deuxièmemt si nous qui sommes au sein de la Cedeao (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest, ndlr), c’est-à- dire quinze pays et 300 millions d’habitants, donc plus nombreux que les européens réunis, si nous ne sommes pas capables d’avoir une monnaie pour nous servir de levier de développement économique et social, alors ce n’est pas la peine d’être indépendants. Or cela fait des années qu’on discute de la mise en place d’une monnaie ouest africaine. D’ailleurs lors d’une rencontre prochaine, à Dakar, le directeur de l’Agence monétaire d’Afrique de l’ouest va nous faire l’état des lieux sur cette question.

Aujourd’hui quels discours faut-il porter à l’intention des chefs d’Etat afin de les faire réagir face à cette question ?

Le message qu’il faut, c’est de leur dire que toute monnaie qui circule sans être votre monnaie, aliène votre souveraineté. Et d’ailleurs vous vous souvenez qu’en 1994 au moment de la dévaluation du CFA, on a pas demandé l’avis de nos chefs d’Etat, on est venu les informer.

Et à l’époque ce n’était ni le Président français qui était venu, ni son Premier ministre encore moins le ministre des Finances mais le ministre de la coopération, qui était venu informer quatorze chefs d’Etat et de gouvernement, vous vous rendez compte ! On les a enfermés dans un hôtel et on leur a dit que c’est à prendre ou à laisser, vous n’avez pas le choix et ils ont signé. Cette humiliation montre qu’il n’ont aucune prise sur cette monnaie.

Je pense que du point de vue de leur dignité, ils doivent savoir qu’il est temps de faire comme tous les autres pays du monde, même les plus petits qui créent leur propre monnaie.

Source cameroon voice


Edité le 08-10-2012 à 00:02:10 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12525 messages postés
   Posté le 07-10-2012 à 23:59:00   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur le même site cet autre article :

Afrique francophone: Deux conditions essentielles pour que les pays de l’Afrique francophone recouvrent leurs souverainetés.



Pour que les pays de l’Afrique francophone arrachent leur souveraineté, les patriotes africains et surtout sa jeunesse doivent s’organiser pour égorger la France-Afrique et le franc CFA. Beaucoup d’éléments ici nous permettront de comprendre pourquoi ceci est impératif et incontournable.

Tant que la France-Afrique respire et tant que le franc CFA circule, la souveraineté et le développement économique des pays francophones et de la zone franc CFA resteront des vœux pieux. C’est sur le sang de ces deux monstres marchant que les pays qui y sont regroupés peuvent souffler, bosser et prendre leur envol.

Quand la France perd sa colonie chérie, l’Algérie, la douleur est si profonde et la peur si dévastatrice que très rapidement elle crée la France-Afrique pour ne pas connaître des pertes tous azimuts. L’intention derrière cet acte est, de fait, de continuer le contrôle politique, économique et financier de ses anciennes colonies.

Tous les moyens sont dès lors utilisés par la France pour la continuation sans perturbation de la France-Afrique. Le choix par la France des dirigeants à la tête des Etats et voire de certains ministres, l’enrôlement des élites dirigeantes dans des sectes, les moyens militaires, les coups d’Etat et assassinats concourent au maintien et à la consolidation de la France-Afrique jusqu'à nos jours.

S’agissant des sectes, il est remarqué que la quasi-totalité des chefs d’Etat de la France-Afrique appartiennent à la Franc-maçonnerie et ont été initiés à la Grande Loge Nationale de Franc-maçonnerie de France qui est bien connue pour son réseau d’influence. C’est là où beaucoup de dirigeants africains laissent une bonne partie des richesses de leur pays en échange de soutien et de protection.

Quiconque se met sur la voie de la France-Afrique doit être écarté ou dévoré. Et sur ce point la France hypocrite ne tergiverse pas. C’est la règle. Peu importe que vous soyez là juste pour défendre la dignité de votre peuple et à l’amener à avoir accès aux ressources nécessaires pour son épanouissement.

Le capitaine Thomas Sankara qui représentait l’espoir d’une Afrique libre et souveraine était connu comme l’ennemi de la France-Afrique et avait été liquidé et enterré comme un chien avec ses camarades fidèles et gênants. Son ami intime est aujourd’hui à la base de tous les conflits en Afrique de l’Ouest et livre celle-ci à la France pieds et mains joints.

La résistance du peuple ivoirien traversé par le sentiment antifrançais en 2004 était un prélude au crépuscule de la France-Afrique. Les autorités française ne digérèrent pas cette audace et firent tout pour nettoyer du pouvoir sans ménagement celui par qui la mort de la France-Afrique arrivait (l’homme de paix et de toutes les concessions), le président Laurent Gbagbo, au profit du plus fidèle pion des forces impérialistes, Ouattara.

C’est pour cette même raison que le trop bruyant et imprudent président guinéen Dadis Camara s’était fait avoir.

La France ne peut jamais tenir sur ses pieds sans les ressources africaines qu’elle vole ouvertement. La France ne veut pas lâcher de laisse. La France ne peut pas entendre les cris des enfants affamés ou malades des cases et huttes de l’Afrique francophone. La même France qui engendre ces misères ne peut pas tolérer la présence des immigrants sur son sol qu’elle trouve gênants.

La France a choisi des dirigeants pour la servir et entend être servie. Qu’importent à la France le sang des Ivoiriens, le sang des Togolais, des Camerounais et Congolais versés pour que la France décadente inhale un peu plus d’oxygène !

Peu importe que des enfants au Mali, au Burkina, au Congo en Guinée aillent encore à l’école sans chaussures et en guenilles.

Peu importe que les enfants aillent à l’école parcourant sentiers et sentes exposés aux vents, aux pluies, aux chaleurs, aux serpents et félins. Peu importe.

Peu importe qu’ils aillent à l’école dans des salles aux murs tombants sans fenêtres, aux toits étoilés et peu importe qu’ils y aillent sans cahiers ni livres, peu importe, peu importe… ils ne sont pas des français, ils ne sont pas de vrais enfants, ils sont des animaux. Ce qui compte, c’est la France. Vive Paris !

A côté de cet instrument de contrôle qu’est la France-Afrique se trouve le franc CFA. Une véritable insulte aux peuples de l’Afrique francophone.

Pour que ce système monétaire qu’est le franc CFA survive à la décolonisation, la France a dû procéder à des accords monétaires scélérats, recourir à la sélection dans ses anciennes colonies des dirigeants fidèles à elle, et procéder subtilement à l’élimination des leaders et opposants nationalistes ou patriotes encombrants.

Les Africains doivent comprendre que le franc CFA est l’un des instruments importants dont se sert la France pour dominer l’Afrique de la zone franc. La France claironne qu’elle aide ces Etats à se développer, sachant bien qu’aussi longtemps qu’elle reste au contrôle de cette monnaie, rien n’ira pour lr mieux pour eux.

Aucun peuple qui se veut souverain ne doit fonder sa puissance en fonctionnant avec la monnaie de l’autre, de même qu’il ne doit dépendre des armes de l’autre pour sa défense.

Si l’on explique bien aux élèves de la Sixième comment fonctionne la monnaie, ils verront du coup que la France trompe l’Afrique francophone à travers le franc CFA.

Il suffit de leur dire tout simplement qu’en 1994 la France a choisi de dévaluer le franc CFA sans l’accord des Etats concernés.

Il suffit de leur expliquer que le franc CFA signifiait « franc des Colonies Françaises d’Afrique » et que par le jeu de mots ils l’ont rendu « franc de la Communauté Française d’Afrique ».

Il suffit de leur dire que ces Etats qui prétendent être indépendants ont la moitié de leurs réserves de change déposées plutôt au Trésor français.

Il suffit de leur dire que la valeur du CFA dépendait du franc français et qu’aujourd’hui elle dépend de l’euro… et demain, qui sait ? Ou bien de leur dire que des Français sont envoyés en Afrique pour contrôler les Banques Centrales, alors que l’inverse est impossible.

Tout ceci soulève des questions sérieusement embarrassantes et peuvent ôter le sommeil à tout patriote africain.

Il est des valeurs dans nos sociétés africaines au rang desquelles la Dignité. Ces chefs d’Etat pensent-ils un seul instant à leur propre dignité et à celle de leurs peuples? Ont-ils besoin des sectes et du soutien de la France malintentionnée pour servir leurs peuples ?

Quand des pays sont regroupés et sont spoliés de leur politique monétaire et économique, alors, de quelle souveraineté s targuent-ils sinon de celle de la farce ?

Ces chefs d’Etats savent-ils même à quoi ils exposent leurs peuples ? Nos pays ont tout ; nous avons tout pour jouir d’une vie meilleure. Le mendiant c’est la France qui dans un jeu habile arrive à nous infantiliser et nous laisser sur les genoux grâce à ses pions à la tète de nos Etats.

La France métropolitaine est 4 fois moins grande que la République Démocratique du Congo, la France a autour de 63 millions d’habitants contre plus de 73 millions pour ce Congo ; au Congo s’ajoutent presqu’une quinzaine d’autres pays, tous marchant sous le regard vigilant, intolérant et implacable de la France.

Il s’agit d’un ensemble de pays immensément riches en ressources et en cultures, immenses en superficies, il s’agit d’un ensemble de pays aux populations travailleuses, que la France parvient à tenir par deux cordes ; un peu comme un renard qui trainerait au marché par deux cordes quelques quinze animaux composés de buffles, de biches, d’hippopotames, d’éléphants, de girafes, d’écureuils, de phacochères de crocodiles, de boas, etc.

Kabila, quelle honte ! Paul Biya, quelle honte ! Sassou, quelle honte ! Débi, quelle honte ! Ouattara-Kompaoré, quelle honte ! Sall, quelle honte !… honte, honte : existes-tu vraiment pour ces têtes si étranges à la tête de nos Etats ?

Ces chefs d’Etat voient-ils cela ? Les peuples de tous ces différents Etats comprennent-ils vraiment le sens de cela ?

La France-Afrique et le franc CFA sont la plus grosse humiliation et spoliation qui resteront indélébile sur la mémoire des Africains des siècles après la victoire des braves fils d’Afrique sur ces deux monstres.

Ce qui est fait est fait. L’encadrement des masses africaines pour cette lutte est impératif. La jeunesse patriotique africaine devra se lever partout et oser. Elle doit parvenir à organiser des soulèvements pour égorger la France-Afrique et le franc CFA.

Mais il se peut que d’autres épreuves auxquelles se préparent les ennemis de l’humanité depuis longtemps sont imminentes au Moyen-Orient et que les souffrances qui en découleront s’éparpillent et balaient bientôt cette préoccupation que nous avons. Nous y reviendrons.

Léon Tuam,

Ecrivain, activiste des droits humains et enseignant.

04 octobre 2012

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
8516 messages postés
   Posté le 08-10-2012 à 11:32:56   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

la france a joué un role dans le génocide des tutsis et hutus modérés au rwanda en 1994,puis exfiltré les milices "interhamwe" vers le zaire après les tueries.800.000 morts quand meme!

--------------------
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités françaises  Le «Franc CFA, une insulte à notre souveraineté»Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum