Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité en Chine 

 CNN, Framatome et la centrale nucléaire de Taishan

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15934 messages postés
   Posté le 15-06-2021 à 00:08:57   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Que s'est-il passé à la centrale de Taishan et pourquoi CNN en parle ?


Le Huffington Post écrit :

Situation “inhabituelle” et inquiétudes
Selon CNN, Framatome se serait adressé aux Etats-Unis pour demander une autorisation d’assistance technique pour résoudre “ une menace radiologique imminente” en lien avec la possible “fuite”. Toujours selon la chaîne américaine, les autorités de sûreté chinoises auraient également relevé les limites acceptables de radiation à l’extérieur du site pour éviter d’avoir à mettre la centrale à l’arrêt.
Bien que les responsables américains ne jugeraient pas encore la menace “sévère” pour les employés de la centrale, ni pour la population chinoise, la chaîne souligne qu’il est “inhabituel qu’une entreprise étrangère contacte le gouvernement américain de façon unilatérale pour lui demander de l’aide, alors que son partenaire étatique chinois n’a pas encore reconnu qu’il y avait un problème” .
A la suite de ces informations, des responsables politiques notamment écologistes ont exprimé leur préoccupation sur les réseaux sociaux en France. Yannick Jadot en a ainsi profité pour dénoncer la “catastrophe” de l’EPR.

EDF évoque des rejets atmosphériques de gaz rares, dans les limites autorisées
Du côté d’EDF, la tonalité est sans surprise moins alarmiste. L’un des réacteurs EPR de la centrale de Taishan a subi une “ augmentation de la concentration de certains gaz rares” dans un circuit, a annoncé EDF lundi matin, après les informations dévoilées par CNN.
“EDF a été informée de l’augmentation de la concentration de certains gaz rares dans le circuit primaire du réacteur n°1 de la centrale nucléaire de Taishan détenue et exploitée par TNPJVC, joint-venture de CGN (70%) et EDF (30%)” , indique le groupe français dans un communiqué.

Le circuit primaire est un circuit fermé contenant de l’eau sous pression, qui s’échauffe dans la cuve du réacteur au contact des éléments combustibles. Les gaz dits “rares” comptent l’argon, l’hélium, le krypton, le néon ou encore le xénon.
“La présence de certains gaz rares dans le circuit primaire est un phénomène connu, étudié et prévu par les procédures d’exploitation des réacteurs” , ajoute l’entreprise.
L’exploitant chinois du réacteur a “ réalisé des rejets atmosphériques ” de ces gaz rares “ dans le respect des limites réglementaires définies par l’autorité de sûreté chinoise” , a ajouté EDF dans l’après-midi. “ On n’est pas sur une dynamique d’un accident avec fonte du cœur ”, a précisé lors d’une conférence de presse un porte-parole du groupe français, relativisant ainsi la gravité du problème.
L’émission de gaz rares, détectés dans le circuit primaire du réacteur, viendrait d’“ une dégradation de la gaine de quelques ‘crayons’ de combustibles” , a expliqué EDF, qui n’a pas dit combien de ces crayons étaient concernés (un EPR contient 241 assemblages de combustibles, eux-mêmes constitués de 265 crayons).
Ces gaz, en l’occurrence du xenon et du krypton, sont produits lors de la réaction de fission. “Le circuit est prévu de telle sorte qu’ils soient collectés et traités” , précise EDF. Leur largage dans l’atmosphère a montré “ des rejets atmosphériques normaux, classiques, en respect des règles réglementaires. Nous ne sommes pas sur des contaminations, nous sommes sur des rejets contrôlés, maîtrisés, ” ajoute EDF.

“A notre connaissance nous sommes en-deçà des seuils validés par l’autorité de sureté chinoise” , qui se situent dans la moyenne internationale, dit EDF.

Indicateurs environnementaux “normaux”, selon l’exploitant de la centrale
Il doit y avoir des gaines métalliques inétanches, laissant passer des gaz rares qui contaminent le fluide primaire” , avait estimé auprès de l’AFP Karine Herviou, directrice générale adjointe de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) français. “Ceci dit, contamination du fluide primaire ne veut pas dire rejet dans l’environnement”, avait-elle souligné, car il y a encore deux barrières de confinement. Avant d’ajouter qu’à ce stade rien ne permettait de parler d’accident: “On ne connaît pas les valeurs, la concentration, on ne sait pas quelle est l’ampleur du phénomène. Mais il n’y a pas plus d’inquiétude à avoir pour l’instant, compte tenu de ce qu’on sait.”


_________________



Les niveaux de rayonnement à Hong Kong, à 135 kilomètres (85 miles) de l'usine de Taishan, étaient normaux lundi, selon l'Observatoire de Hong Kong, qui surveille les rayonnements autour de la ville.

L'organisme de surveillance nucléaire des Nations Unies, l'Agence internationale de l'énergie atomique, a déclaré à l'Associated Press qu'il était au courant des rapports des médias et qu'il était en contact avec son homologue en Chine.
"A ce stade, l'agence n'a aucune indication qu'un incident radiologique s'est produit" , a déclaré l'AIEA, basée à Vienne, dans une réponse écrite aux questions.
L'agence a déclaré qu'elle partagerait plus d'informations lorsqu'elles seraient disponibles.

La société Framatome a déclaré dans un communiqué qu'elle "prenait en charge la résolution d'un problème de performance" à l'usine.
"Selon les données disponibles, l'usine fonctionne dans les paramètres de sécurité" , a-t-elle déclaré « Notre équipe travaille avec des experts compétents pour évaluer la situation et proposer des solutions pour résoudre tout problème potentiel. »
CNN affirme que "les limites de rayonnement auraient été augmentées" à l'extérieur de la centrale quand Framatome dit le contraire.

Les déclarations prêtées à Framatome par CNN et celles tenues par Framatome auprès de l'AFP sont contradictoires.
Selon CNN, Framatome a demandé de l'aide aux USA pour faire face à une « menace radiologique imminente » .
D'abord on se demande ce qui peut justifier une demande d'aide au département US de l'Energie sur une centrale chinoise et Framatome devrait s'expliquer là dessus.
Soit il y a un menteur, soit certaines personnes de la branche US de Framatome ont jugé utile d'alerter la presse à leur façon et de s'attribuer des mérites pour une menace inventée et qui ne relève pas de leur attributions.
Il semble que Framatome tient "deux " discours, dont un émanant de sa branche US et destiné à la presse américaine.

Il ressort surtout que la relation déformée de cet incident est synchrone avec le G7 et le sommet de l'OTAN, où Biden rame pour rassembler la troupe des bras cassés occidentaux, surtout ceux liés économiquement à la Chine. Enfoncer le coin dans une Joint Venture franco-chinoise est en adéquation avec son projet.



__________________



Les Echos reprennent les dires de CNN "La radioactivité monte dans le circuit de refroidissement du réacteur EPR numéro 1".
Clairement il ne s'agit pas d'un "circuit de refroidissement" , il n'y a pas d' accroissement de la radioactivité dans aucun rapport, Les Echos citent "plusieurs sources" (?) et sans expliquer pour quelles raisons les niveaux de sécurité seraient plus ou moins élevés de part et d'autre d'une joint venture :
« En décembre, il y a eu un dialogue entre l'exploitant et les autorités chinoises sur les seuils maximaux autorisés pour ces gaz rares dans le circuit primaire » , rapporte EDF.
Par ailleurs, selon plusieurs sources, le niveau de gaz observé dépasserait toujours les standards français de sûreté, qui, en France, dans certains cas, conduisent à une mise à l'arrêt préventive du réacteur.
En Chine toutefois, les normes étant moins exigeantes, la présence de ces gaz n'implique pas l'arrêt de la production d'électricité. Pour EDF comme pour le chinois CGN, la centrale reste « dans son domaine de fonctionnement et de sûreté autorisé » et l'incident n'a pas entraîné « de contamination de l'environnement »
.

Les Echos signalent aussi que « certains de ses salariés outre-Atlantique sont en effet mobilisés sur ce dossier sensible. Et cette affaire intervient dans un contexte de tensions commerciales sino-américaines » .

__________________


L'Humanité range le sujet dans une rubrique #catastrophe nucléaire de Taishan qui fleure bon la gâterie à Jadot, lequel se déchaîne évidemment sur l'EPR.

__________________



Le géant chinois de l'énergie nucléaire CGN rejette les informations faisant état d'un avertissement de fuite dans une installation du Guangdong, jugeant les indicateurs "normaux"


https://www.globaltimes.cn/page/202106/1226129.shtml

Par Chen Shasha et Xie Jun
Publié: 14 juin 2021 21:40

Tous les indicateurs de la centrale nucléaire de Taishan à Taishan, dans la province du Guangdong (sud de la Chine) et ses environs sont normaux, selon les données de surveillance continue, a déclaré la China General Nuclear Power Corporation (CGN), l'exploitant de la centrale, dans un communiqué envoyé à le Global Times lundi, réfutant les informations faisant état d'une fuite présumée de gaz de fission à l'usine.

Depuis son entrée en exploitation commerciale, la centrale nucléaire de Taishan, située dans la ville de Chixi, exploite les réacteurs dans le strict respect des documents de licence commerciale et des procédures techniques, a indiqué CGN dans le communiqué. Tous les indicateurs de fonctionnement des deux réacteurs ont été conformes aux réglementations de sûreté nucléaire et aux exigences techniques des centrales électriques.

Le géant nucléaire chinois a fait la clarification après qu'un rapport de CNN a déclaré lundi que le gouvernement américain évaluait un rapport sur une fuite à la centrale nucléaire de Taishan, une joint-venture entre le géant français de l'énergie Électricité de France (EDF) et China General Nuclear Power (CGN), après Framatome, une filiale d'EDF a mis en garde contre une "menace radiologique imminente" .

Framatome a contacté le département américain de l'Énergie fin mai et a informé l'agence américaine d'un "problème potentiel" à l'usine de Taishan, a indiqué CNN. La société a ensuite soumis une demande d'assistance à la sécurité opérationnelle à l'agence américaine le 3 juin, dans laquelle elle a averti que le réacteur nucléaire fuyait du gaz de fission.
Framatome a également affirmé que les autorités chinoises augmentaient les limites de rayonnement autour de la centrale afin de la maintenir en marche, selon le rapport.

Lundi, Framatome a indiqué à l'AFP que "la centrale fonctionne actuellement dans les paramètres de sécurité ", sur la base des données disponibles. Il a déclaré qu'il " soutenait la résolution d'un problème de performance" à l'usine.

Lin Boqiang, directeur du Centre chinois de recherche sur l'économie de l'énergie à l'Université de Xiamen, a déclaré au Global Times que les réacteurs nucléaires de troisième génération de la Chine, représentés par la centrale nucléaire de Taishan et la technologie Hualong One, ont des normes de sécurité plus élevées que les réacteurs de deuxième génération comme le plus couramment utilisé en Europe et aux États-Unis.
Il a également déclaré qu'avec l'accent mis par le gouvernement chinois sur le développement nucléaire, ce serait "fatal" pour tout développeur qui n'appliquerait pas soigneusement les normes de sécurité nucléaire du pays.

Selon la déclaration de CGN au Global Times, la centrale nucléaire de Taishan se compose actuellement de deux réacteurs de puissance évolutifs (EPR) de 1 750 mégawatts qui ont été conjointement investis, construits et exploités par CGN et le groupe EDF. L'un des réacteurs était entré en exploitation commerciale en décembre 2018, tandis que le second avait démarré son exploitation commerciale en septembre 2019.
Le communiqué a également ajouté que le deuxième réacteur EPR de la centrale nucléaire de Taishan avait achevé une révision comme prévu. Tous les indicateurs de sécurité, de qualité et de durée du projet de la révision ont rempli les objectifs fixés.

Actuellement, CGN détient une participation de 70 pour cent dans la Taishan Nuclear Power Joint Venture Co, tandis que le reste est détenu par EDF.


Edité le 15-06-2021 à 08:53:44 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15934 messages postés
   Posté le 16-06-2021 à 11:52:48   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Très curieusement la "fuite" de gaz rares et inertes ne fait plus ni la Une ni les entrefilets de la presse.

On peut parier que Framatome et le gouvernement français ont vu dans le vacarme de la filiale US et de CNN une pierre dans leur jardin. Au lieu de resserrer les rangs des occidentaux la fake new sème la confusion. C'est un échec pour Biden et aucun n'y a intérêt, à part quelques écolos.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15934 messages postés
   Posté le 16-06-2021 à 18:16:52   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La presse chinoise apporte quelques précisions sur le déroulé des faits et des éclaircissements sur les raisons pour lesquelles Framatome a effectivement dû communiquer des informations aux USA sur un incident survenu en Chine. Le scenario est différent de ce que j’avais déduit.
L’article ne parle pas de la direction de Framatome US, mais il dévoile l’asservissement de Framatome envers la juridiction à bras long des USA.



Vérité et mensonge sur la fuite de la centrale nucléaire de Taishan : la juridiction américaine à bras long perturbe la Chine, la France et le Japon

Écrit par : Mao Yuelin sur dnews

2021-06-16 19:25:01

________________________________________


À la mi-juin, la centrale nucléaire de Taishan dans la ville de Jiangmen, dans la province du Guangdong, est soudainement devenue le centre d'attention. Les nouvelles concernant les "rayonnements nucléaires", les "fuites" et la "menace nucléaire" de cet endroit après avril 2021 se répandent sauvagement entre Washington, Tokyo, Hong Kong, Pékin et même Paris.

Vers le 16 juin, des voix venues de Tokyo ont poussé la tempête à un petit paroxysme. Le secrétaire général du Cabinet, Kato Katsunobu, a déclaré que Tokyo espère que Pékin sera sincère et ouvert à la communauté internationale sur la question des « gaz radioactifs libérés par les centrales nucléaires » dès que possible. Le 16, l'Administration nationale de la sûreté nucléaire du ministère chinois de l'Écologie et de l'Environnement a souligné que la tempête avait été causée par les dommages causés à une petite quantité de barres de combustible (5 sur 60 000) dans l'enceinte de confinement du réacteur, et qu’il n'y avait aucun risque de fuite de combustible.

‘Le Monde’ estime que bien que le problème de la centrale nucléaire de Taishan en avril 2021 ne soit qu’un incident de niveau 0 le plus bas, il a déjà déclenché une tempête politique qui dépasse la technologie industrielle et les problèmes environnementaux. C'est aussi devenu la clé pour sortir de cette "crise". Les analystes constateront que la force motrice de cette tempête peut encore être la juridiction à bras long des États-Unis.

Pour le monde extérieur, le problème de la centrale nucléaire de Taishan n'est pas seulement le problème de son opérateur chinois, China General Nuclear Power Group, mais aussi un problème de fournisseurs et de supporteurs de technologie, à savoir EDF et Framatome.
Depuis que Framatome a signé un contrat de maintenance de 8 ans avec Taishan Nuclear Power Joint Venture Co., Ltd. en avril 2020, l'ingénierie et l'exploitation des centrales nucléaires restent pour l'instant de la responsabilité de la partie française.

Pour ne rien arranger, quatre entreprises nucléaires chinoises dont China General Nuclear Power Group ont été inscrites sur la « liste d'entités » des sanctions par le Bureau of Industry and Security (BIS) du département américain du Commerce le 14 août 2019, ce qui a obligé Framatome à coopérer. Le contact avec les partenaires est devenu assez problématique : Framatome, qui possède une filiale aux Etats-Unis et vend également des crayons de combustible nucléaire aux centrales nucléaires américaines, a été directement bloqué dans ses échanges commerciaux et techniques avec la Chine.

Pour les entreprises françaises, leurs industries avantageuses telles que l'énergie nucléaire civile, l'aérospatiale, les télécommunications, l'énergie et la biomédecine ont toujours été les domaines les plus touchés par la juridiction des États-Unis. Son domaine de l'énergie nucléaire est particulièrement important. Par exemple, le français Alstom a subi des mesures du ministère américain de la Justice en 2014 et a été condamné à une amende de 772 millions de dollars, ce qui constitue la plus grosse amende jamais infligée par la juridiction américaine au bras long.

Face à ce genre de situation, et parce qu’elle est également présente aux États-Unis, la société Framatome doit obtenir une dérogation du gouvernement américain avant de pouvoir résoudre des problèmes techniques d'équipements de centrales nucléaires pour ses partenaires chinois. Ce mécanisme de demande d'exemptions est également devenu un mécanisme de signalement régulier : tant qu'il y aura des problèmes dans le réacteur de la centrale nucléaire, Framatome répondra au problème en signalant la situation spécifique au gouvernement américain, et continuera à faire face aux conséquences avec ses partenaires chinois après avoir obtenu l'exemption.

En conséquence, lorsque la centrale nucléaire de Taishan a eu un problème avec le fonctionnement du réacteur n°1 le matin du 5 avril 2021, entraînant le rejet d'une petite quantité de gaz inerte, Framatome a informé le gouvernement américain. Framatome a d'abord notifié le département américain de l'Énergie fin mai, puis a soumis une « demande d'assistance à la sécurité opérationnelle » le 3 juin, demandant formellement aux États-Unis d'accorder une dérogation pour lui permettre de traiter les affaires des centrales nucléaires. Cette situation a été captée par CNN qui a publié un rapport exclusif sensationnel le 14 juin.

Il faut avouer qu'après la mi-juin, non seulement le gouvernement américain, le gouvernement français et Framatome, mais aussi l'Observatoire de Hong Kong, qui est proche de la centrale nucléaire, sont pour la plupart arrivés à la conclusion que la centrale nucléaire de Taishan l'usine "fonctionne dans des paramètres sûrs". Qu'il s'agisse de la source de renseignement du gouvernement Joe Biden, du rapport du ministère français de l'Écologie via EDF, de l'annonce officielle de Framatome, et des données d'observation de gaz de l'Observatoire de Hong Kong, ils prouvent tous l'état de sûreté de l’installation nucléaire de Taishan.

Cependant, la vague d'opinion créée par CNN s'est déclenchée. A partir du 15 juin, le Japon, qui était en désaccord avec Pékin en raison du rejet des eaux usées nucléaires, a également saisi l'opportunité de faire face à cette crise exagérée et a lancé une discussion au niveau officiel. Ce qui est à l’origine de tout cela, c'est la juridiction à bras long des États-Unis sur les participants français à la centrale nucléaire de Taishan.

L'ironie est que, comparée à la Chine qui a subi une "fuite nucléaire", la France est peut-être devenue la victime de cette crise juste après la Chine. Pour la France, les deux "Réacteurs européens à eau sous pression" (EPR) exploités par la centrale nucléaire de Taishan sont les deux seuls réacteurs de troisième génération au monde qui ont été développés et mis en service par la France. Ainsi, en Europe où le nucléaire est remis en cause, cette tourmente est devenue « la fuite du réacteur EPR fabriqué par EDF », et son cœur est devenu le problème des crayons de combustible nucléaire produits par Framatome. Cette affaire va donc porter un nouveau coup dur à la construction de la tranche 3 de la centrale nucléaire de Flamanville, retardée de 14 ans en France.


Edité le 16-06-2021 à 18:23:41 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Militant expérimenté
959 messages postés
   Posté le 16-06-2021 à 19:31:54   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Xuan a écrit :

[g][#800000]
Ainsi, en Europe où le nucléaire est remis en cause, cette tourmente est devenue « la fuite du réacteur EPR fabriqué par EDF », et son cœur est devenu le problème des crayons de combustible nucléaire produits par Framatome. Cette affaire va donc porter un nouveau coup dur à la construction de la tranche 3 de la centrale nucléaire de Flamanville, retardée de 14 ans en France.


Les dirigeants français d'EDF chargés des affaires internationales vont devoir faire profil bas, un exercice difficile pour des hauts fonctionnaires peu habitués à rendre des comptes ou reconnaître leurs erreurs. Leurs clients chinois et leurs amis (de toujours) américains ne vont pas leur faire de cadeau. En France, dans le monde "domestic" comme ils disent, ils ne craignent plus grand chose, les écolos installent des éoliennes à tour de bras, et là il n' a pas de fuites radioactives. On est sauvé, les jours de vent!

--------------------
Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
2588 messages postés
   Posté le 17-06-2021 à 06:44:54   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

La sortie de l'info (sur ce qui semble être un incident connu et sans aucune gravité par CNN relève en fait d'une guerre économique car la filière nucléaire choisie par la Chine, n'est pas celle choisie par les USA. Derrière le bruit médiatique il y a des enjeux économiques....

--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15934 messages postés
   Posté le 24-07-2021 à 13:57:58   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

EDF remet une couche en assurant qu'elle aurait arrêté le fonctionnement dans les mêmes conditions car « Cet arrêt permettrait de caractériser précisément le phénomène en cours et d'arrêter son évolution. »

Le groupe confirme également son hypothèse initiale : l'augmentation de gaz rares dans le réacteur numéro un de la centrale de Taishan est due à « l'inétanchéité de crayons de combustible » . Surtout, il prend ses distances avec les décisions de son partenaire chinois qui à ce stade ne semble pas convaincu par une mise à l'arrêt du réacteur.

En revanche, le groupe français a cherché à tempérer en expliquant que « les paramètres radiochimiques de l'eau du circuit primaire demeurent en deçà des seuils réglementaires en vigueur à la centrale de Taishan, seuils qui sont cohérents avec les pratiques internationales » .

La directrice générale adjointe de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), chargée du pôle des installations et des systèmes nucléaires, Karine Herviou, explique que ce genre d'incident est « assez rare » mais peut arriver dans la vie d'une centrale. Les réacteurs français sont déjà passés par là, dit-elle. « L'EPR de Taishan n'est pas dans une situation accidentelle »

C’est le cœur de la chaudière nucléaire, la source de chaleur qui fait chauffer à environ 300 degrés l’eau de l’énorme bouilloire qu’est une centrale nucléaire. Au milieu du bâtiment réacteur, est plongé dans une cuve un bloc combustible constitué de plusieurs dizaines de milliers de crayons. Ces tubes de 4 mètres de haut contiennent des pastilles d’uranium enrichi, séparées de l’eau par une gaine en zirconium. Dans de rares cas (15 sur 1 million), la gaine laisse fuiter des gaz rares et radioactifs, comme le xénon et le krypton - des gaz atmosphériques non toxiques et chimiquement inertes. C’est le cas pour cinq crayons à Taishan. On a constaté une hausse de la radioactivité à l'intérieur d'un des réacteurs causée «par environ cinq barres de combustibles endommagées» .
L'augmentation de la radioactivité dans la centrale se situe « dans la fourchette réglementaire » et « il n'y a pas de fuite radioactive dans l'environnement », précise le communiqué.
La procédure prévoit que ces gaz soient collectés et traités afin d'en retirer la radioactivité, avant d'être rejetés dans l'air :
https://www.kkg.ch/fr/i/systeme-de-traitement-des-effluents-nucleaires-gazeux-_content---1--1297.html
Selon EDF : "La présence de certains gaz rares dans le circuit primaire est un phénomène connu, étudié et prévu par les procédures d'exploitation des réacteurs".

Le dossier à charge de sortir du nuclaire

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité en Chine  CNN, Framatome et la centrale nucléaire de TaishanNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum