Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine 

 fracture des USA

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18371 messages postés
   Posté le 06-04-2023 à 13:30:04   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

On avait déjà été surpris par la tentative de coup d'état de Trump, mais tout n'est pas joué.


L'acte d'accusation de Trump signale que "la militarisation du système judiciaire" deviendra la norme aux États-Unis

Par les journalistes du personnel de GT
Publié: 05 avril 2023 20:29


https://www.globaltimes.cn/page/202304/1288561.shtml

L'ancien président américain Donald Trump (au centre) comparaît devant le tribunal pénal de Manhattan à New York le 4 avril 2023. Trump a été inculpé de 34 chefs d'accusation de falsification de documents commerciaux, ont déclaré les procureurs. Trump, habituellement vocal, est resté silencieux pendant les procédures de routine, sauf pour dire au juge Juan Merchan d'une voix ferme : "Non coupable". Photo : AFP


L'émission Trump est à nouveau devenue une scène historique aux États-Unis lorsque Donald Trump est devenu le premier ancien président américain à faire face à des accusations criminelles à New York mardi. Les observateurs chinois ont estimé que bien qu'il soit trop tôt pour prédire l'impact de l'acte d'accusation sur la route de Trump vers la Maison Blanche, le drame a ouvert la norme de "militarisation des affaires juridiques" aux États-Unis, ce qui inaugurera certainement une tendance plus toxique aux États-Unis. cercle politique déjà chaotique.

Non seulement l'acte d'accusation sans précédent contre un ancien président transforme la Maison Blanche en Cheong Wa Dae, ou le bâtiment présidentiel de la Maison Bleue de Corée du Sud, mais il a également révélé les divisions de deux types d'économies différents aux États-Unis. Les experts préviennent que de tels conflits meurtriers auront des conséquences catastrophiques pour le pays.

Dans un discours rempli de griefs mardi soir depuis la salle de bal de son domaine de Mar-a-Lago en Floride, Trump s'en est pris non seulement à Alvin Bragg, le procureur du district de Manhattan qui a porté l'affaire, mais aussi aux procureurs qui enquêtaient sur lui à travers le pays de la Géorgie à Washington. "Notre pays va en enfer", a-t-il déclaré.

Il a lancé une attaque fulgurante contre "l'ingérence électorale à une échelle jamais vue auparavant" aux États-Unis, se présentant comme une victime de persécution politique après être devenu le premier ancien président à faire face à des accusations criminelles.

L'apparition de Trump a couronné une journée de drame qui a commencé à New York lorsqu'il a été traduit en justice dans un palais de justice de Manhattan et a plaidé non coupable de 34 chefs d'accusation de falsification de documents commerciaux. Les accusations sont passibles d'une peine maximale de 136 ans de prison, bien que la peine réelle soit probablement bien inférieure à celle s'il est reconnu coupable de tout ou partie des chefs d'accusation, a rapporté Fox News.

L'incident relève un peu à la fois de la « politisation des affaires juridiques » et de la « légalisation des affaires politiques ». Pour les démocrates, ils tentent de faire pression pour que Trump soit sanctionné par des moyens politiques, privant ainsi Trump de la candidature du président américain, a déclaré mercredi au Global Times Li Haidong, professeur à l'Université des affaires étrangères de Chine.

Si Trump est reconnu coupable avant les élections de 2024, même si cela ne bloquera pas son chemin vers les élections (car le président américain doit avoir au moins 35 ans, être un citoyen de naissance et avoir vécu aux États-Unis pendant au moins 14 ans), cela exercera toujours un impact énorme sur sa carrière politique, car les Américains ne choisiront probablement pas quelqu'un derrière le barreau comme président, a déclaré Lü Xiang, chercheur à l'Académie chinoise des sciences sociales, au Global Times sur Mercredi.

Le média américain CBS a cité des experts juridiques disant que la condamnation de Trump est loin d'être assurée, affirmant qu'il ne sera pas facile pour les procureurs de Manhattan de prouver que l'ancien président a commis un crime.

Pourtant, Li a prédit que le drame sensationnel de Trump dans la salle d'audience ne se conclurait pas facilement. Pour Trump, l'émission pourrait lui faire économiser beaucoup de frais de campagne électorale, car elle incitera ses fans à voter, a déclaré Li.

Comme Trump est un (ancien) président qui a fait tant de premières dans l'histoire des États-Unis, l'acte d'accusation ne sera pas la dernière fois qu'il entre dans l'histoire, a déclaré l'expert, notant que l'émission a ouvert une autre "boîte de Pandore" de mêlée politique dans le États-Unis avant les élections.

Trump a levé plus de 4 millions de dollars dans les 24 heures qui ont suivi la publication de la nouvelle de son inculpation à Manhattan, selon les chiffres publiés par sa campagne vendredi, ont rapporté NBC news. La campagne Trump a déclaré que plus de 25% des dons provenaient de nouveaux donateurs à l'ancien président, "consolidant davantage le statut du président Trump en tant que favori incontesté de la primaire républicaine".

Dans une certaine mesure, les prochaines élections de 2024 redeviendront "pro ou contre Trump", ont déclaré des experts. Ils ont également noté que les premiers concours de nomination républicains sont dans près d'un an, il est donc impossible de juger de la façon dont les électeurs primaires du GOP et un électorat national pourraient réagir à toute mise en accusation de l'ex-président.

Tendance toxique

Lü a déclaré que l'acte d'accusation de Trump signale que le système judiciaire est utilisé comme une arme dans l'arène politique américaine. "La militarisation du système juridique était rare dans les hautes sphères politiques américaines. Cependant, lorsque le bras de fer des deux parties devient insoluble par la procédure normale, la militarisation des affaires juridiques deviendra fréquente", a déclaré Lü. Alors que Trump fait face à une mise en accusation dans un

nouveau Le président américain Joe Biden est jusqu'à présent resté silencieux sur l'acte d'accusation de Trump bien qu'il ait été interrogé à plusieurs reprises à ce sujet, mais certains démocrates ont ouvertement exprimé leur enthousiasme face à l'acte d'accusation de Trump.

"L'inculpation d'un ancien président est sans précédent. Mais il en va de même pour la conduite illégale dans laquelle Trump s'est engagé", a tweeté le représentant démocrate Adam Schiff, qui a été le principal responsable de la destitution lors du premier procès de destitution de Trump, a rapporté Hill.

Lü a averti que lorsque la militarisation du système juridique deviendra la norme, les démocrates seront également susceptibles de faire face à des drames judiciaires similaires à ceux de Trump.

L'acte d'accusation de Trump signale non seulement la profonde fissure ancrée dans les partis démocrate et républicain, mais aussi une détérioration de la politique américaine, a déclaré Jin Canrong, doyen associé de l'École d'études internationales de l'Université Renmin de Chine.

Il a déclaré qu'il ne s'agissait pas simplement de fissures entre les partis politiques, mais aussi de divisions entre les groupes de capitaux américains, ce qui signifie que l'entité représentée par Trump et les capitalistes locaux sont confrontées à l'assaut des capitalistes virtuels et mondiaux.

Jin pense que la bagarre entre différents types de capitaux est plus mortelle pour les États-Unis, citant la guerre civile américaine, qui a éclaté en raison des conflits entre l'économie commerciale et manufacturière du Nord et l'économie agricole du Sud.

"L'ensemble du drame de l'acte d'accusation de Trump peut nous offrir une perspective sur une compréhension plus profonde de la politique américaine et rendre nos politiques envers les USA plus efficaces ", a déclaré Jin.


Edité le 06-04-2023 à 13:31:38 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18371 messages postés
   Posté le 08-08-2023 à 16:08:10   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les dirigeants américains sont divisés sur la politique chinoise

7 AOÛT 2023

https://histoireetsociete.com/2023/08/07/les-dirigeants-americains-sont-divises-sur-la-politique-chinoise/

Si les Etats-Unis continuent à poursuivre leur maniaque obsession de multiplier les conflits pour faire obstacle à l’émergence d’un monde multipolaire sous le prétexte de croisades en faveur de la démocratie, la situation a évolué avec le poids de la Chine. Si les États-Unis poursuivaient leur croisade reprise de la guerre froide contre la Chine – économiquement, politiquement et / ou militairement sans guerre nucléaire – les résultats pourraient risquer des bouleversements majeurs, des pertes et des ajustements coûteux pour le capitalisme américain. Avec la guerre nucléaire, bien sûr, les risques sont encore plus grands. À part les parties extrêmes de la droite américaine, personne ne veut prendre de tels risques. Les alliés des États-Unis au G7 ne le font certainement pas. Ils imaginent déjà l’avenir souhaité dans un monde bipolaire divisé entre des hégémons en baisse et en hausse et peut-être des groupements contre-hégémoniques d’autres nations. La majeure partie du monde reconnaît la croissance et l’expansion incessantes de la Chine comme la principale dynamique de l’économie mondiale d’aujourd’hui. La plupart voient également les États-Unis comme le principal antagoniste qui s’oppose à la montée de la Chine en position de superpuissance mondiale. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)
BYLINE:Richard D. WolffBIOGRAPHIE DE L’AUTEUR:

Richard D. Wolff est professeur émérite d’économie à l’Université du Massachusetts, Amherst, et professeur invité au programme d’études supérieures en affaires internationales de la New School University, à New York. L’émission hebdomadaire de Wolff, « Economic Update », est syndiquée par plus de 100 stations de radio et va à 55 millions de récepteurs de télévision via Free Speech TV. Ses trois livres récents avec Democracy at Work sont The Sickness Is the System: When Capitalism Fails to Save Us From Pandemics or Itself, Understanding Socialism, et Understanding Marxism, ce dernier étant maintenant disponible dans une nouvelle édition reliée de 2021 avec une nouvelle introduction de l’auteur.

Cet article a été produit par Economy for All, un projet de l’Independent Media Institute.TEXTE DE L’ARTICLE:TÉLÉCHARGER LE DOCUMENT COMPLET DE L’ARTICLE

D’une part, la politique américaine vise à limiter le développement économique, politique et militaire de la Chine parce qu’elle est maintenant devenue le principal concurrent économique des États-Unis et donc son ennemi. D’autre part, la politique américaine cherche à garantir les nombreux avantages pour les États-Unis du commerce et des investissements de leurs entreprises avec la Chine. Les débats américains sur le « découplage » des économies des deux pays par rapport à la version plus douce de la même chose – la « réduction des risques » – illustrent, des deux côtés, l’approche divisée de la politique américaine à l’égard de la Chine.

La réalité difficile pour les États-Unis est la dépendance économique à l’égard de la deuxième économie mondiale qui s’approfondit avec la marche incessante de la Chine pour devenir le numéro un mondial. De même, la croissance étonnamment rapide de la Chine au cours des dernières décennies l’a empêtrée dans une codépendance économique complexe avec le marché américain, le dollar américain et les taux d’intérêt américains. En contraste frappant, ni l’Union soviétique ni la Russie n’ont jamais offert aux États-Unis des opportunités économiques ou des défis concurrentiels comparables à ce que fait maintenant la Chine. Dans ce contexte, considérez les données de la Banque mondiale de 2022 sur les PIB en Russie, en Allemagne, en Chine et aux États-Unis : 1,5 billion de dollars, 3,9 billions de dollars, 14,7 billions de dollars et 20,9 billions de dollars, respectivement.

Les ailes politiques de droite des deux principaux partis politiques américains et du complexe militaro-industriel ont longtemps prévalu dans la façon dont les médias grand public américains traitent les politiques étrangères du pays. Au cours de la dernière décennie en particulier, les médias ont de plus en plus accusé la Chine d’étendre agressivement son influence mondiale, d’autoritarisme à l’intérieur du pays et de politiques visant les États-Unis. Au cours des dernières décennies, les intérêts des grandes entreprises ont promu une politique étrangère américaine tout à fait différente donnant la priorité à une coexistence rentable entre les États-Unis et la Chine. La politique américaine se divise et oscille entre ces deux pôles. Un jour, Jamie Dimon de la banque JPMorgan Chase et la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen se rendent à Pékin pour soutenir les intérêts mutuels tandis que dans le même temps, le président Biden qualifie Xi Jinping de « dictateur ».

L’histoire et l’héritage de la guerre froide ont habitué les médias, les politiciens et les universitaires américains à faire le trafic de dénonciations hyperboliques du communisme et des partis et gouvernements qu’ils y associent. Les forces politiques de droite ont toujours été désireuses de mettre à jour les logiques et les slogans antisoviétiques et de la guerre froide pour les utiliser contre le gouvernement chinois et le Parti communiste en tant que méchants endurcis. Les anciens (Taïwan et Hong Kong) et les nouveaux numéros (Ouïghours) marquent une campagne en cours.

Pourtant, alors que la guerre froide touchait à sa fin puis s’effondrait avec la disparition de l’URSS, Nixon et Kissinger ont renoué avec une Chine déjà lancée dans une poussée de développement économique qui ne s’est jamais arrêtée. Les capitalistes des anciens centres du système au sein du G7 (Europe occidentale, Amérique du Nord et Japon) ont investi en Chine pour profiter de ses salaires relativement plus bas et de son marché intérieur en croissance rapide. Au cours des 50 dernières années, les biens de consommation et les biens d’équipement ont quitté les usines chinoises pour se rendre sur les marchés du monde entier. La Chine s’est profondément empêtrée dans les chaînes d’approvisionnement mondiales. Les exportations de la Chine ont entraîné un afflux de paiements en dollars américains. La Chine a prêté une grande partie de ces dollars au Trésor américain pour financer ses déficits budgétaires croissants. La Chine a rejoint le Japon en tant que deux principaux pays créanciers des États-Unis, le plus grand pays débiteur du monde.

L’investissement par la Chine de ses dollars accumulés dans des bons du Trésor américain a contribué à permettre à la dette nationale américaine d’être en augmentation rapide au cours du dernier demi-siècle. Cela a contribué à maintenir les taux d’intérêt américains bas pour alimenter la croissance économique américaine et sa reprise après plusieurs krachs économiques. Les exportations relativement bon marché de la Chine reflétaient ses bas salaires et son soutien actif au développement gouvernemental. Ces exportations vers les États-Unis ont contribué à prévenir l’inflation pendant la majeure partie de ces années. À leur tour, les bas prix ont réduit les pressions exercées par les employés pour des salaires plus élevés et ont ainsi soutenu les profits des capitalistes américains. De ces manières et d’autres encore, les liens entre les États-Unis et la Chine sont devenus profondément ancrés dans le fonctionnement et le succès du capitalisme américain. La coupure de ces connexions risquerait d’avoir des conséquences économiques très négatives pour les États-Unis.

De plus, de nombreuses propositions favorisant une telle coupe sont des fantasmes inefficaces et mal informés. Si le gouvernement américain pouvait forcer les États-Unis et d’autres multinationales à fermer boutique en Chine, ils déménageraient très probablement vers d’autres endroits asiatiques à bas salaires. Ils ne retourneraient pas aux États-Unis parce que leurs salaires et autres dépenses sont trop élevés et donc non concurrentiels. Là où ils iront, il faudra s’approvisionner en intrants en Chine, déjà leur producteur le plus compétitif. En bref, forcer les capitalistes à quitter la Chine aidera le moins possible les États-Unis et nuira aussi un peu aux Chinois. Fermer le marché chinois aux fabricants américains de puces électroniques est également un fantasme erroné. Sans accès au marché chinois en plein essor, les entreprises basées aux États-Unis ne seront pas compétitives par rapport aux autres fabricants de puces basés dans des pays qui ne sont pas exclus du marché chinois.

Le capitalisme américain a besoin de l’afflux de la plupart des exportations chinoises et doit être inclus sur les marchés chinois. Les mégabanques américaines ont besoin d’accéder aux marchés chinois à croissance rapide, faute de quoi les banques européennes, japonaises et chinoises finiront par concurrencer les banques américaines. Même si les États-Unis pouvaient forcer ou manœuvrer les banques du G7 à se joindre à une sortie de Chine dirigée par les États-Unis, les banques chinoises et celles de ses alliés en Inde, en Russie, au Brésil et en Afrique du Sud (les BRICS) contrôleraient l’accès au financement rentable de la croissance chinoise. En termes de PIB agrégé, les BRICS sont déjà un système économique plus grand, pris ensemble, que le G7 réuni, et l’écart entre eux ne cesse de se creuser.

Si les États-Unis poursuivaient leur croisade reprise de la guerre froide contre la Chine – économiquement, politiquement et / ou militairement sans guerre nucléaire – les résultats pourraient risquer des bouleversements majeurs, des pertes et des ajustements coûteux pour le capitalisme américain. Avec la guerre nucléaire, bien sûr, les risques sont encore plus grands. À part les parties extrêmes de la droite américaine, personne ne veut prendre de tels risques. Les alliés des États-Unis au G7 ne le font certainement pas. Ils imaginent déjà l’avenir souhaité dans un monde bipolaire divisé entre des hégémons en baisse et en hausse et peut-être des groupements contre-hégémoniques d’autres nations. La majeure partie du monde reconnaît la croissance et l’expansion incessantes de la Chine comme la principale dynamique de l’économie mondiale d’aujourd’hui. La plupart voient également les États-Unis comme le principal antagoniste qui s’oppose à la montée de la Chine en position de superpuissance mondiale.

Les affrontements manqués sont ceux de ses causes et façonneurs situés dans les tensions et les contradictions extrêmes qui assaillent les conflits de classe employeur-employé au sein des deux superpuissances. Ces conflits de classe aux États-Unis répondent à cette question fondamentale : à qui la richesse, le revenu et la position sociale devront supporter le fardeau majeur de l’adaptation aux coûts du déclin de l’hégémonie ? La redistribution de la richesse vers le haut au cours des 30 à 40 dernières années persistera-t-elle, sera-t-elle arrêtée ou inversée ? La montée du militantisme ouvrier à travers les États-Unis et la résurgence quasi-fasciste de la droite américaine prévoient-elles les luttes à venir ?

L’ascension remarquable de la Chine a rapidement transformé une économie rurale, pauvre et agricole en une économie urbaine, à revenu intermédiaire et industrielle. La transformation parallèle en Europe occidentale a pris des siècles et a donné lieu à des luttes de classe profondes, amères et violentes. En Chine, la transformation a pris quelques décennies et a probablement été la plus profondément traumatisante pour cette raison. Des luttes de classe similaires y éclateront-elles ? Sont-ils déjà en train de se construire sous la surface de la société chinoise ? Se pourrait-il que le Sud global soit l’endroit où le capitalisme mondial – le système défini par son noyau productif employeur contre employé – va enfin jouer la fin de partie de son fétiche de maximisation du profit ?

Les États-Unis et la Chine affichent des systèmes économiques organisés autour d’organisations sur le lieu de travail où un petit nombre d’employeurs dominent un grand nombre d’employés embauchés. Aux États-Unis, ces organisations en milieu de travail sont pour la plupart des entreprises privées. La Chine présente un système hybride dont les entreprises sont à la fois privées et détenues et exploitées par l’État, mais où les deux types d’organisations sur le lieu de travail partagent l’organisation employeur contre employé. Cette organisation comporte généralement la catégorie des employeurs qui accumule beaucoup plus de richesse que la catégorie des employés. De plus, cette classe riche d’employeurs peut acheter et achète généralement le pouvoir politique dominant. Le mélange d’inégalités économiques et politiques qui en résulte provoque des tensions, des conflits et des changements sociaux.

Cette réalité est déjà bien établie aux États-Unis et en Chine. Ainsi, par exemple, les États-Unis n’ont pas augmenté leur salaire minimum fédéral de 7,25 $ l’heure depuis 2009. Les deux principaux partis politiques sont responsables. Yellen prononce des discours déplorant l’aggravation des inégalités aux États-Unis, mais l’approfondissement persiste. Dans la tradition de blâmer la victime, le capitalisme américain a tendance à blâmer les pauvres pour leur pauvreté. Xi Jinping s’inquiète aussi ouvertement de l’aggravation des inégalités, probablement plus urgente dans les pays qui se disent socialistes. Même si la Chine a pris des mesures importantes pour réduire ses inégalités économiques extrêmes récentes, elles restent un grave problème social là aussi. L’affrontement entre les États-Unis et la Chine dépend autant des conflits de classe et des luttes internes de chaque nation que de leurs politiques les uns envers les autres.

La Chine s’adapte aux méandres de l’approche politique partagée des États-Unis. Elle se prépare à ces deux éventualités : une concurrence acharnée encouragée par un nationalisme économique intense pouvant inclure une guerre militaire ou une coexistence économique pacifique planifiée conjointement. Alors que la Chine attend les décisions des États-Unis sur la manière de guider l’avenir économique des États-Unis, la croissance de la Chine se poursuivra probablement, égalant puis dépassant l’empreinte économique mondiale des États-Unis. Le succès étonnant de la Chine en matière de croissance économique au cours des 30 dernières années est assuré par la remarquable économie hybride chinoise d’entreprises privées et d’État supervisées et subordonnées à un puissant parti politique. Un monde anxieux attend le prochain chapitre du mélange toujours dangereusement inégal de luttes de classe et de luttes nationales du capitalisme.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18371 messages postés
   Posté le 07-04-2024 à 15:32:27   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Derriere les discours, comprendre les contradictions de l’impérialisme…

7 AVRIL 2024

https://histoireetsociete.com/2024/04/07/derriere-les-discours-comprendre-les-contradictions-de-limperialisme/?fbclid=IwAR0dEtlvgWF58zZUJHaH7w3O7RXTL7sH7yzYeYB9fB9yCr_V0PkJXRURH8g_aem_AXDnkX0AubyuycoUSp23kXtP225dttKzXrLaYtBXiTkFBVtE4VWsDjc5Mx5UT8O0HrqR0xoUnk1E3BB75Ixz1bs3


Le discours de Jens Stoltenbergr comme celui d’autres responsables européens a le mérite de révéler la vérité d’un assassinat de masse, la logique de l’OTAN : Avec Kiev qui se bat contre Moscou, le bloc a sauvé ses propres troupes, a-t-il déclaré. L’OTAN c’est-à-dire non pas les peuples d’Europe de l’Atlantique à l’Oural, mais une Europe vassalisée aux Etats-Unis et qui se bat non pas pour les Etats-Unis mais pour un système d’hégémonie militarisé à l’extrême et qui utilise le dollar comme un instrument d’hégémonie, de blocus, d’asphyxie. Sur tous ces plans, il s’est heurté à un échec face à la Russie et le discours sur le respect de l’ordre international démocratique est obligé de céder la place à la mise en évidence des “guerres par procuration” avec l’Ukraine sacrifiée, mais aussi une logique d’ukrainisation de la zone UE de plus en plus confondue avec l’OTAN. Cependant il faut également considérer que ces déclarations font partie d’un poker menteur dans lequel il est clair que face à la défaite le camp otanesque est loin d’être unanime, y compris les Etats-Unis. Ce qu’il faut bien comprendre c’est qu’au-delà des déclarations se jouent des logiques contradictoires. Face à la défaite de l’Ukraine sur le terrain militaire, le maître d’œuvre de la situation, les Etats-Unis sont pris dans plusieurs contraintes, ceux des intérêts capitalistes. Et dans un temps relativement court les contraintes électorales d’autant plus âpres entre individus que les enjeux de classe sont étouffés.

Biden a un camp très divisé en particulier à propos de ce qui se passe en Israël mais qui peu à peu dénonce toute la politique belliciste des USA, alors même que le clan démocrate est celui qui s’est toujours le plus impliqué dans les guerres y compris en Ukraine ou au Moyen Orient. Ces deux parties d’un parti sont si irréconciliables que l’on peut craindre une abstention massive en particulier de la jeunesse. Biden est pris dans la quadrature du cercle et devient de plus en plus l’otage d’une ligne totalement impraticable, la seule chose qu’il espère est le calme relatif que lui refuse le terrain tel qu’il a contribué à le construire y compris en Ukraine, au Moyen orient, et partout. Il est déjà accusé de la retraite débâcle en Afghanistan et il aimerait bien ne pas voir se reproduire la même situation avant les dites élections où sa position n’est pas des plus favorables. Dans le même temps, il y a aux Etats-Unis un consensus autour du fait que les “alliés” n’ont qu’à dépenser pour se protéger eux-mêmes.

Il est sûr que les négociations vont bon train pour que la Russie accepte de “sauver la face” et toutes les opérations de terrorisme sont faites pour lui expliquer que si elle n’aide pas l’OTAN et les USA le petit jeu peut durer. Mais l’attentat de Moscou, avec les faux islamistes a produit les effets inverses à ceux escomptés. La manière dont le Ministre de la Défense russe a traité Séjourné à la recherche de cet espace de négociation en dit long sur la colère russe qui ne veut pas d’un compromis à la coréenne qui serait fictif et permettrait à l’Otan européenne de continuer menaces et déstabilisation. En particulier il veulent un changement de pouvoir à Kiev, assorti d’un large espace de neutralité, ce qui avait été prévu lors de la dissolution du pacte de Varsovie (comme nous le montrons dans le texte déclassifié que nous publions par ailleurs). Ils estiment que paradoxalement les Etats-Unis sont moins bellicistes que leurs “marionnettes” alliés qui eux font monter les enjeux pour sauver leur peau (de Zelensky à Netanyahou) et cela donne une étrange physionomie partout aux dits “alliés”, y compris le fou furieux en Argentine. Macron le mégalomane impuissant ne dépare pas.
C”est pourquoi il faut à la fois prendre très au sérieux tous les boute-feux : ils jouent sur une situation structurelle, celle d’une puissance hégémonique qui n’a plus les moyens de gagner mais conserve une grande puissance de nuisance. Mais il faut aussi mesurer que tous les discours officiellement prononcés sont un jeu de poker face à la défaite. En ce sens un plateau comme celui de LCI est totalement révélateur de l’aspect mensonger, irrationnel d’une telle situation.

Il faut ajouter à la situation le fait que le gouvernement des USA craint une crise ouverte du dollar et des marchés, ce qui complexifie sa situation face à la Chine. Biden est partagé entre une tendance réaliste du capital qui préconise une entente à la Kissinger avec la Chine (nous analysons par ailleurs la manière dont la Chine accueille cette demande) et une tendance qui veut l’affrontement et continue à envisager des coalitions économiques et militaires et espère obtenir de la Chine une désolidarisation avec les foyers de guerre que les USA allument partout dans le monde y compris en Ukraine, sous prétexte que la Chine veut la paix.

Outre ses problèmes financiers et militaires (en retrait partout y compris avec ses alliés de l’OTAN et Israël comme en Afrique, avec une Amérique latine qui résiste), les Etats-Unis sont en effet confrontés à une véritable crise de représentativité interne. Partout les élections (celles européennes comme les autres) témoignent de l’incapacité de réguler les contradictions internes et poussent à la guerre. La tentative d’opposer la Chine à la Russie en jouant sur le fait que la Chine a besoin d’un monde apaisé pour son propre développement se heurte à une vision à long terme chinoise qui traite les Etats-Unis et ses alliés comme un preneur d’otage aux abois qu’il faut calmer et empêcher de nuire.
Nous ne sommes pas dans la guerre froide, Il faut avoir conscience de la réalité des enjeux face aux discours politiciens et ceux des médias. S’il est vrai que les USA et l’OTAN ont transformé les Ukrainiens en chair à canon et qu’ils sont prêts à jeter dans la fournaise d’autres peuples y compris la Moldavie, ils ne sont pas en état d’un affrontement direct, loin de là et les déclarations et actions de Macron sont dénoncées (comme les propos de Blinken) comme une ligne rouge d’un affrontement direct.
Enfin conclusion : Il n’y a pas de lutte pour la paix qui puisse se mener si elle consiste à exiger la paix en jouant le jeu de poker à multiples facettes de la puissance qui partout porte la guerre, en feignant de laisser entendre que ce serait l’autocrate Poutine qui serait le belliciste face aux démocraties (l’Ukraine, la France, l’UE, l’OTAN que l’on n’ose plus dénoncer), le tout en n’osant pas attaquer le capitalisme autrement que comme une pratique d’évasion fiscale en ignorant totalement ce que représente l’économie de guerre et ce qu’est la réalité des enjeux à savoir les diverses formes de lutte pour l’hégémonie capitaliste occidentale (note et traduction de Danielle Bleitrach)
Avec Kiev qui se bat contre Moscou, le bloc a sauvé ses propres troupes, a déclaré Jens Stoltenberg


4 avr. 2024

Le soutien militaire occidental à l’Ukraine a permis au bloc d’affaiblir la Russie sans envoyer ses propres soldats mourir sur le champ de bataille, a déclaré le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg.
À lire aussi :Merci Jean-Luc !
https://www.defenddemocracy.press/merci-jean-luc/

S’exprimant lors d’un sommet des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN à Bruxelles mercredi, le chef du bloc militaire dirigé par les États-Unis a réitéré ses appels à fournir à Kiev plus de munitions et d’armes à long terme, arguant que cela convient aux intérêts occidentaux.

« Le soutien des alliés de l’OTAN et le soutien des États-Unis à l’Ukraine sont quelque chose qui profite à nos propres intérêts de sécurité », a-t-il ajouté. », a déclaré M. Stoltenberg.

Continuer la lecture sur thepressunited.com
https://thepressunited.com/updates/nato-chief-hails-ukraines-sacrifice-for-blocs-own-aims/

La « guerre perdue » de l’OTAN et une promesse vide à l’Ukraine
Avr 6, 2024

Les ministres des Affaires étrangères des États membres de l’OTAN se sont réunis à Bruxelles cette semaine pour marquer le septième anniversaire de l’alliance et préparer leur sommet de juillet à Washington. Au cours de la réunion, les participants ont discuté des plans visant à étendre leur soutien à l’Ukraine.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a réitéré jeudi que l’Ukraine finirait par rejoindre l’OTAN. C’est le même message que les États-Unis répètent depuis 2008, bien que l’alliance n’ait pas révélé de calendrier concret pour l’adhésion de l’Ukraine.

La représentante américaine Marjorie Taylor Greene (souvent appelée MTG) et le sénateur américain JD Vance se sont tournés vers les médias sociaux pour dénoncer les commentaires de Blinken comme irresponsables et dangereux, affirmant qu’inviter l’Ukraine à rejoindre l’OTAN pendant une guerre revient à « inviter notre nation à la guerre ».

https://twitter.com/JDVance1/status/1775963929916613094

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine  fracture des USANouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum