Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Europe et lutte des classes 

 Ni Europe de la Défense, ni OTAN

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10831 messages postés
   Posté le 11-11-2018 à 23:36:08   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Déclaration publiée le 11/11/18 sur le site du Parti communiste de Belgique
http://solidarite-internationale-pcf.fr/2018/11/declaration-du-parti-communiste-de-belgique-sur-les-commemorations-du-centenaire-de-l-armistice.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail


COMMÉMORATIONS DU CENTENAIRE DE L'ARMISTICE


Les commémorations du 11 novembre amènent leur lot de discours pseudo pacifistes pour célébrer la fin d'une guerre créée par des bourgeoisies aux intérêts différents. Le PCB tient à rappeler que la fin de la 1e guerre mondiale en Europe occidentale est liée au refus des soldats, ouvriers et paysans de continuer une guerre qui n'était pas la leur. La bourgeoisie craignait la propagation des conseils ouvriers, des mutineries comme à Kiel en Allemagne qui provoquèrent la fin du Reich et l'abdication du monarque Guillaume II. Elle craignait également la propagation des idées de la révolution d'Octobre, victorieuse qui promettait pain, terre et paix.

La paix issue de l'armistice du 11 novembre que tente de nous vendre la bourgeoisie n'est pas une vraie paix mais un nouveau partage impérialiste et colonial du monde avec entre autres la signature des accords Sykes-Picot qui furent secrètement conclus en 1916 entre la France et l'Angleterre avec l'aval de la Russie et de l'Italie pour aboutir à la fin de la guerre au partage du moyen orient en zones d'influence au profit des signataires et qui eut et a toujours des sinistres conséquences pour les peuples concernés et la paix. C'est également le début de la honteuse nouvelle aventure coloniale du Ruanda-Urundi par la Belgique qui s'est également tristement illustrée par l'occupation de la Ruhr en Allemagne. L'opposition de notre parti à l'occupation avait conduit à l'arrestation de nombreux camarades.

Il n'est clairement pas permis de célébrer une paix européenne alors que les états impérialistes occidentaux ont poursuivi après le 11 novembre 1918 la guerre à l'Est "pour jouer les arbitres" selon les honteux mots de la RTBF du journal du 7 novembre 2018. Leur but était de réprimer la révolution bolchévique en Russie et son influence dans toute l’Europe, ou la République des Conseils en Hongrie.

Aujourd'hui, face à une prétendue menace extérieure qui permet de minimiser les tensions sociales internes, les états impérialistes européens, avec la complicité des oppositions socio-démocrates, profitent des commémorations pour nous vendre, près de 60 ans après la 1e tentative, une Europe de la défense qui ne sera qu'un bras armé pour exporter la guerre et la misère. Le Parti Communiste de Belgique s'oppose et continuera à s'opposer à une défense européenne et à l'OTAN, à l'achat d'avions et de tout autre matériel de guerre, à l’exportation d’armes vers des régimes réactionnaires et exige toujours la fermeture de la base de Kleine Brogel. L'Union européenne n'est pas la paix. Le PCB rejettera également toutes les commémorations qui servent de prétexte à réhabiliter des criminels comme Pétain en France.

Ni Europe de la Défense, ni OTAN,
Pour une armée de défense et non d'attaque
Pour la réduction des crédits de guerre
Pour la paix, pour le socialisme


Le 11 novembre 2018

Le bureau politique du PCB

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10831 messages postés
   Posté le 11-11-2018 à 23:48:36   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Mutins de 1917. Jacques Debronckart


http://youtu.be/462oq4hBACA

____________________________



" Les Fusillés », téléfilm de Philippe Triboit

____________________________


L'Humanité :


Image représentant un peloton d’exécution durant la Première Guerre mondiale. Rue des Archives

LES MUTINERIES DE 1917, UN REFUS DE LA GUERRE «MASSIF ET MULTIFORME»
Vendredi, 19 Mai, 2017
Rémy Cazals

Les actes de désobéissance et de mutinerie ont touché les deux tiers des grandes unités militaires durant le printemps et l’été 1917. C’est la révolte la plus résolue enregistrée lors de la Première Guerre mondiale : elle est réprimée par Pétain.

Dans l’histoire de la Première Guerre mondiale, trois thèmes ont été tardivement étudiés : les fraternisations avec l’ennemi, les exécutions pour l’exemple et les mutineries. Se posait le problème des sources. Les uns refusaient de reconnaître l’existence de mutineries, pour d’autres, il était dangereux de dire qu’on y avait participé. Les dossiers de la justice militaire sont maintenant ouverts aux chercheurs, des témoignages de plus en plus nombreux sont découverts, on peut effectuer un croisement des sources.

En 1967, le livre de Guy Pedroncini (éditions PUF) montrait qu’on avait sous-estimé l’importance des mutineries : elles avaient touché les deux tiers des grandes unités militaires. Il remettait en question la thèse des généraux selon laquelle elles avaient été provoquées par des agents ennemis. Mais son approche révélait des faiblesses. Il valorisait le rôle de Pétain. Il estimait que les mutins ne refusaient pas la guerre mais seulement une manière coûteuse et stérile de la faire.

La mise au point la plus récente et la plus complète est celle d’André Loez, 14-18. Les refus de la guerre. Une histoire des mutins (Folio « Histoire », 2010). Le mécontentement des poilus existait déjà en automne 1914 et ne cessa de croître depuis, comme on le constate en lisant leurs carnets de route. On note des refus de sortir des tranchées pour attaquer dès 1915. Certains attendent une révolte des femmes ou souhaitent qu’elles cessent de cultiver la terre afin de hâter la fin. Le caporal Maurice Pensuet annonce en décembre 1916 : "Vous verrez que les troupes finiront par se révolter. " Le brancardier Lucien Durosoir note en février 1917  : "Ce qui est étonnant, c’est que les poilus subissent tout cela sans se révolter."

Si la révolte a lieu au printemps 1917, c’est que, pour la première fois depuis 1914, plusieurs faits rendent envisageable la fin de la guerre. La révolution russe balaie un des principaux responsables du conflit. Le caporal Hobey note que les soldats veulent imiter les Russes. À l’arrière, le nombre de grèves, tombé à 98 dans l’année 1915, remonte à 697 en 1917 : c’est une rupture avec les comportements d’obéissance. Une réunion internationale socialiste prévue à Stockholm fait naître un espoir de paix. L’échec de l’offensive du 16 avril entraîne une crise au sommet de l’armée. Le général en chef est limogé, ce qui fragilise la hiérarchie. La chronologie des mutineries montre que la plupart ont eu lieu après la nomination de Pétain en remplacement de Nivelle.

Pourtant, se mutiner est un acte difficile. Il faut improviser la désobéissance. Les mutins n’ont nulle part où aller, où se réunir, ils ne disposent pas de matériel pour distribuer de l’écrit. Franchir le pas est risqué, surtout agir en meneur. Les conseils de guerre ont déjà fait fusiller plus de cinq cents camarades.

Des régiments rédigent des pétitions pour réclamer des permissions
Les formes de mutinerie sont variables. Des tracts manuscrits, des cris, des chansons comme l’Internationale, dont le refrain est connu de tous. Des officiers sont insultés, bousculés. Des régiments rédigent des pétitions pour réclamer des permissions. Dans une dizaine d’unités, on envisage une marche sur Paris pour faire entendre aux députés qu’il faut mettre fin à la guerre. À ces actes directs plus ou moins graves, s’ajoutent les nombreux départs non autorisés vers l’arrière et les incidents dans les trains de permissionnaires. Des troubles ont lieu dans des villes loin du front, dans les ports d’embarquement pour l’armée d’Orient et même dans la marine, préfiguration des mutineries de la mer Noire en 1919.

André Loez a montré que les mutineries du printemps et de l’été 1917 ont représenté un refus de la guerre "massif et multiforme", l’irruption de revendications citoyennes, de pratiques et de paroles civiles au sein de l’institution militaire. Mais, à la différence de la Russie, elles n’ont pas pu déboucher sur une révolution politique. L’institution reprend le dessus, d’une part en accordant largement des permissions et en améliorant les conditions matérielles des soldats, d’autre part en utilisant la répression. Les conseils de guerre, transformant les actes collectifs en agissements individuels, prononcent près de 600 condamnations à mort, la plupart commuées par le pouvoir civil en travaux forcés et envoi dans les colonies. André Loez compte 26 soldats fusillés pour mutinerie. Un s’est suicidé avant l’exécution, Vincent Moulia a réussi à s’évader. Ces chiffres sont très inférieurs à ceux de la première année de guerre lorsque la panique à tous les niveaux avait conduit à une justice expéditive. Pétain fait cependant exécuter sept soldats sans en référer au président de la République. Le même Pétain a tenu à rappeler en 1941, lors de son "discours du vent mauvais" contre la Résistance : "En 1917, j’ai mis fin aux mutineries."

Rémy Cazals Historien


Edité le 12-11-2018 à 00:04:24 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10831 messages postés
   Posté le 12-11-2018 à 13:51:10   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Cent ans après la fin de la Première Guerre mondiale, le monde a plus que jamais besoin d'un nouveau modèle de relations internationales



PARIS, 11 novembre (Xinhua) -- Nous sommes définis par notre passé. Comme l'a jadis souligné le philosophe romain Cicéron, "ignorer ce qui s'est passé avant notre naissance, c'est rester enfant à jamais".

C'est essentiellement pour cette raison que les représentants d'environ 70 pays se sont réunis dimanche à Paris pour célébrer le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale. De l'horreur de la Premier Guerre mondiale, le monde a tiré plusieurs leçons ; parmi celles-ci, l'une des plus importantes est que la recherche de l'hégémonie ne peut mener qu'à l'autodestruction.

Les leçons de la Première Guerre mondiale doivent impérativement servir d'avertissement aux futures générations, afin que celles-ci puissent éviter une répétition de ce type de conflit. Une guerre mondiale serait en effet encore plus catastrophique à l'âge des armes nucléaires et des technologies de pointe.

Malheureusement, un siècle après ces événements, les mentalités hégémonistes restent populaires auprès des hommes politiques. Pour éviter de répéter les erreurs du passé, les nations du monde entier doivent renoncer aux mentalités hégémonistes, et s'efforcer de construire une communauté de destin pour l'humanité, ainsi qu'un nouveau modèle de relations internationales basé sur le respect mutuel, l'égalité et la coopération profitable pour tous.

Dans un monde hégémoniste, les pays se font essentiellement respecter par leur puissance économique et militaire. Les différences entre les cultures, les systèmes politiques et les religions servent de prétexte à la guerre, sous couvert de défendre des intérêts nationaux, la paix ou la liberté. Cela ne doit pas se reproduire. Pour parvenir à la paix mondiale, tous les pays doivent être considérés comme égaux, et traités avec le même respect.

Un nouveau modèle de relations internationales doit voir le jour, un modèle qui chérisse les principes de l'ONU et considère le droit international comme une norme fondamentale. La loi de la jungle et l'unilatéralisme de l'ancien monde ne peuvent par contre que renforcer les risques de conflit.

Ce nouveau modèle de relations internationales doit aspirer à davantage de coopération mutuellement profitable. Le monde est de plus en plus interconnecté, et les nations ne peuvent prospérer qu'en travaillant main dans la main, et non en construisant des murs protectionnistes.

Comme l'indique l'Acte constitutif de l'UNESCO, "les guerres prenant naissance dans l'esprit des hommes, c'est dans l'esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix".

A l'occasion du centenaire de l'Armistice, il est grand temps d'abandonner et d'oublier une bonne fois pour toutes le jeu à somme nulle qu'est l'hégémonisme.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
DUROC
Militant de valeur
323 messages postés
   Posté le 12-11-2018 à 14:16:49   Voir le profil de DUROC (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à DUROC   

Je crois rêver... Aucun concept marxiste léniniste révolutionnaire dans ce credo humaniste.
Le pape pourrait le bénir !

duroc

--------------------
DUROC
Militant de valeur
323 messages postés
   Posté le 12-11-2018 à 14:22:45   Voir le profil de DUROC (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à DUROC   

Toute puissance impérialiste est hégémonique par nature ! Alors, pourquoi remplacer impérialiste par hégémonisme ? C'est l'impérialisme qu'il faut combattre, et non l'hégémonisme ! Et c'est quoi, cette "communauté de destin pour l'humanité" ?
Ne serait-ce pas le cache sexe "humaniste" de l'impérialisme chinois ?
Il faut arrêter de prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages, Xuan...

duroc

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10831 messages postés
   Posté le 13-11-2018 à 08:16:25   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine défend la paix d'une part. D'autre part l'hégémonisme est le fruit de la concurrence entre impérialismes, c'est la constitution d'un impérialisme dominant dont la réalité n'échappe à personne (qui n'a rien à voir avec la thèse du "super impérialisme de Kautski soit dit en passant).

D'autre part, tout en préconisant des rapports pacifique dans le monde, la Chine n'est nullement aveugle.

Un article sur les cérémonies organisées par Macron :

Une alliance occidentale fracturée peut-elle tirer les leçons de la Première Guerre mondiale?


http://www.globaltimes.cn/content/1127104.shtml
Par Li Aixin Source: Global Times Publié le 2018/11/12 23:03:39

Dimanche, ce qui marque le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, a été submergé par les rumeurs selon lesquelles le président Donald Trump aurait fait pleuvoir lors d’une cérémonie en hommage aux soldats américains décédés de la Première guerre mondiale à cause du mauvais temps. Peu de médias ont indiqué que la guerre découlait d'une compétition pour l'hégémonie et les colonies. Un grand nombre des conflits régionaux et des affrontements actuels peuvent encore être imputés à cette période de colonialisme.

Mais au moins les médias du monde entier ont tous pris au piège une chose: des divergences grandissantes au sein du monde occidental sous l’apparence de l’unité manifestée lors des cérémonies du centenaire de l’armistice de dimanche à Paris.

"Le patriotisme est l'exact opposé du nationalisme", a déclaré le président français Emmanuel Macron"Le nationalisme est une trahison du patriotisme. En disant:" Nos intérêts d'abord, qui se soucie des autres ", nous effaçons ce qu'une nation a le plus cher, ce qui la fait vivre, ce qui la rend grande et ce qui est essentiel: ses valeurs morales ". Ceci est évidemment un clin d'œil à Trump.

Macron avait raison de soulever la question du nationalisme, car la Première et la Seconde Guerre mondiale ont été enflammées par le nationalisme extrême, le racisme et le populisme. C’est grâce à l’unité, à la responsabilité et à la collaboration du reste du monde - qui s’occupe également des intérêts des pays en développement et de la participation des pays en développement - que les êtres humains ont pu mettre fin aux deux guerres.

Ironiquement, lorsque l’Occident commémore la Première Guerre mondiale, l’unité, la responsabilité et la collaboration sont difficiles à trouver. Les États-Unis, qui ont autrefois dirigé l’Occident et aidé à décider de la faveur des deux guerres mondiales, abandonnent maintenant leurs valeurs d’unité et ont oublié ce qu’avait dit Abraham Lincoln: "Ayons confiance en ce droit qui fait la force".

Même si Macron l'a souligné, la manière de traiter l'unilatéralisme américain et de surmonter les divergences dans le monde occidental reste toujours sans réponse.

Déçue à maintes reprises par Washington, l'UE a commencé à rechercher une initiative plus stratégique. Le bloc a annoncé la mise en place d'un véhicule spécial destiné à contourner les sanctions américaines contre l'Iran afin de protéger le commerce de l'Europe avec Téhéran. Il prévoit de constituer une armée européenne pour réduire la dépendance des États-Unis en matière de défense. Trump a répondu "très insultant".

Un événement soi-disant sombre pour commémorer une tragédie humaine il y a 100 ans a malheureusement manqué le point central de la meilleure façon de l'éviter à l'avenir. Au lieu de cela, c'est devenu une séance de photos creuse pour montrer l'unité de l'Occident au monde. Malheureusement, une alliance transatlantique fracturée est de mauvais augure pour la stabilité mondiale à venir.

La participation et la consultation des pays en développement pour la sauvegarde de la paix dans le monde ne semblent pas avoir de valeur pour l’Occident. Les pays occidentaux tirent-ils des leçons d'il y a 100 ans?

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
DUROC
Militant de valeur
323 messages postés
   Posté le 13-11-2018 à 09:01:55   Voir le profil de DUROC (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à DUROC   

Serait-il préférable qu'une alliance occidentale soit unie ?
La Chine n'est peut-être pas aveugle, mais elle rêve ou fait semblant de rêver avec des concepts humanistes comme " communauté de destin"

duroc

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10831 messages postés
   Posté le 13-11-2018 à 09:15:30   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Personne ne souhaite l'unité des impérialistes contre les peuples, mais la concurrence entre eux est la source des guerres.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
DUROC
Militant de valeur
323 messages postés
   Posté le 13-11-2018 à 09:23:35   Voir le profil de DUROC (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à DUROC   

Et comment éviter cette concurrence ? Par l'hégémonie de l'une d'entre elles ?

--------------------
pzorba75
Jeune Communiste
244 messages postés
   Posté le 13-11-2018 à 10:35:39   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Au travers des discours et des embrassades hypocrites, aucun des dirigeants occidentaux n'a rappelé que le première guerre a cessé pour batailler contre les bolchéviques en Russie, bataille finalement perdue ni que la deuxième guerre, revanche après une défaite jugée provisoire, s'est arrêtée après la victoire des troupes soviétiques sur le front Est. Les Etats Unis vainqueurs industriels des deux guerres ont toujours le même ennemi, le système communiste, faudrait-il passer par des alliances de circonstance comme ce fut le cas avec l'URSS de Staline ou la Chine depuis Mao pour maintenir la domination de leur système militaro industriel.
L'espoir reste que tous les empires finissent par s'effondrer, et cela Macron en bon valet s'est bien gardé de la rappeler à ses convives réunis dimanche.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10831 messages postés
   Posté le 13-11-2018 à 13:34:54   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

DUROC a écrit :

Et comment éviter cette concurrence ? Par l'hégémonie de l'une d'entre elles ?

L'hégémonie n'annule pas la concurrence, la domination n'a jamais détruit une contradiction. Elle l'avive ou en crée davantage.

La lutte contre l'impérialisme en général passe aujourd'hui par la lutte contre celui qui domine les autres. Il est impossible d'abattre l'impérialisme en général si les USA continuent à dominer le monde. Les USA restent l'ennemi principal des peuples et des nations.

En ce qui concerne l'impérialisme français, même s'il conserve encore un pouvoir de nuisance militaire, il ne peut plus se permettre de peser dans l'arène internationale. Les initiatives de Macron et tous ses discours sont d'un ridicule achevé et Trump le méprise parce qu'il est méprisable. Mais le résultat est que l'union occidentale se délite.
De son côté l'Allemagne constitue une concurrence plus sérieuse pour les USA, de sorte que les contradictions entre eux n'ont fait que s'aviver.
Enfin l'Europe a pris du plomb dans l'aile. Les contradictions entre pays dominants et dominés n'ont fait que s'aggraver avec la "crise des réfugiés".
Seuls les monopoles franco-allemands la maintiennent en survie et si une nouvelle crise survient l'unité européenne risque gros.


Edité le 13-11-2018 à 13:35:13 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
DUROC
Militant de valeur
323 messages postés
   Posté le 14-11-2018 à 09:27:26   Voir le profil de DUROC (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à DUROC   

N'empêche que "les chinois" déplorent que "malheureusement une alliance transatlantique fracturée (soit) de mauvaise augure pour la stabilité mondiale à venir".
Pour moi, cette fracture serait plutôt un facteur positif comme phénomène lié aux contradictions inter-impérialiste qui s'accentuent et donc l'affaiblissent.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10831 messages postés
   Posté le 14-11-2018 à 21:11:14   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

C'est vrai parce que la rupture de cette alliance se traduit par une incertitude pour les capitalistes et les financiers européens.
Et par suite des difficultés économiques pour le commerce de l'UE ou d'autres pays, comme le chantage sur le commerce avec l'Iran.
Il ne faut pas oublier aussi que ces difficultés économiques ont des répercussions sur la vie des peuples. Les crises économiques manifestent les contradictions du capitalisme et plongent les masses dans la misère. Il y a ces deux aspects.

Mais la Chine vise d'abord à isoler les USA y compris au sein du camp occidental, et rappelle fréquemment aux pays européens les brimades que Trump leur fait subir et les contraintes que leur impose le dollar. Son but principal actuel est de mettre fin à l'hégémonie US. De ce point de vue agiter le risque d'une déstabilisation c'est inviter les pays occidentaux à s'opposer à Trump.

A mon avis cette fracture est une bonne chose parce que les USA en sortent isolés et que notre impérialisme en sort affaibli.
De même les difficultés de l'UE sont une bonne chose pour les peuples européens, sur le plan de la lutte des classes en Europe, même si l'Euro en sort affaibli par rapport au dollar.
Pour ce qui nous concerne la lutte des classes dans notre pays est la cause principale de ses transformations.
Nous devrions réfléchir à des positions communes sur la question européenne.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10831 messages postés
   Posté le 17-11-2018 à 00:02:26   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

On croyait qu'il existait un Parlement européen et des institutions communes ... il n'en est rien.
Ce n'est pas la première fois que ces institutions croupion sont shuntées par nos gouvernements, pour imposer le rigueur "européenne" à la Grèce ou à l'Italie, ou faire plier la City.
Le projet d'assemblée parlementaire franco-allemande n'a pas d'autre raison d'être que de chapeauter le parlement européen dans une situation orageuse, où les pays dominés manifestent des tendances "populistes" à la séparation ou à la rébellion.
Le linge sale pourra ainsi se laver en famille avant d'imposer aux autres pays des projets bien ficelés.

Ceci montre très clairement que l'Europe est à la botte de ces deux pays. [Voir l'Europe, maillon faible de l'impérialisme].

La crise des réfugiés a exacerbé les contradictions signalées dans ce fil, mais les monopoles franco-allemands n'ont aucun intérêt à la dissolution de l'Europe. L'opposition entre pays dominants et dominés se traduit sur le plan idéologique sous la forme "démocratie vs populisme ".

Notons que les pays dominés ne sont nullement des pays du Tiers Monde ou émergents mais des pays capitalistes déjà industrialisés, et qu'il ne s'agit pas de prendre la défense ici de leurs propres bourgeoisies, voire du "populisme" contre les "élites".
Par contre nous visons une Europe indépendante de toute hégémonie et respectueuse des intérêts des peuples et des nations. Aussi il est indispensable de dénoncer toute forme d'oppression exercée par notre bourgeoisie contre d'autres pays, comme toute forme d'alliance avec l'hégémonisme US, et de nous y opposer.
Cette position internationaliste préserve non seulement la paix et les intérêts des peuples d'Europe mais vise à affaiblir notre propre impérialisme, c'est-à-dire l'ennemi n° 1 du peuple français.


____________________________


Une « assemblée parlementaire franco-allemande » se profile

15
NOV

http://histoireetsociete.wordpress.com/2018/11/15/une-assemblee-parlementaire-franco-allemande-se-profile/?fbclid=IwAR2RCzl2i7PFhj5RLMh_-ZXohBufLuBo_Os6FFuUZlHSKRSvFZSmBBRFX9Q
annoncé dans Challenge (danielle Bleitrach)
Par Challenges.fr le 14.11.2018 à 16h39

Le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand et son homologue allemand Wolfgang Schäuble ont présenté un projet d’accord devant être scellé en janvier, visant à renforcer la coopération entre les deux pays.


Richard Ferrand

L’idée est « d’apporter un souffle renouvelé à l’Europe », a affirmé Richard Ferrand.

THOMAS SAMSON / AFP

Vers la création d’une « assemblée parlementaire commune »: le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand et son homologue allemand Wolfgang Schäuble ont présenté mercredi 14 novembre à Paris un projet d’accord devant être scellé en janvier, visant à renforcer la coopération entre les deux pays. L’accord entre les deux chambres doit être adopté au plus tard le 22 janvier 2019, à l’occasion de l’anniversaire du Traité de l’Élysée, scellé en 1963 entre Paris et Berlin.

« Nous espérons, d’ici là, l’adoption d’un traité révisé liant nos deux pays », a souligné lors d’une conférence de presse M. Ferrand en rappelant la volonté d’Emmanuel Macron et de la chancelière Angela Merkel d’élaborer, courant 2018, un nouveau texte. En janvier dernier, M. Schäuble et le prédécesseur de M. Ferrand, François de Rugy, avaient appelé à la conclusion d’un nouveau traité de coopération franco-allemand.

Avec ce projet d’accord parlementaire, l’enjeu est de faire passer la coopération « dans une nouvelle dimension », a souligné le président du Bundestag. L’idée est « d’apporter un souffle renouvelé à l’Europe », a affirmé pour sa part M. Ferrand.

Pas de décisions contraignantes
L’Assemblée commune sera composée « de cinquante membres de l’Assemblée » française et autant du Bundestag, lesquels seront désignés « au début de leur législature respective », selon le texte. Elle siègera « au moins deux fois par an publiquement » sous la direction des présidents des deux assemblées et les séances auront lieu « en principe alternativement » en France et outre-Rhin. La première séance de cette future assemblée devrait se dérouler « durant le premier semestre 2019 », a indiqué M. Ferrand.

Parmi ses missions: veiller « à l’application des stipulations » du Traité de 1963, scellé près de 18 ans après l’effondrement du nazisme. Il avait eu pour premier effet de créer l’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ), chargé de promouvoir les échanges entre jeunes. Mais aussi: « suivre les conseils des ministres franco-allemands » et encore « formuler des propositions sur toute question intéressant les relations franco-allemandes en vue de tendre vers une convergence des droits » des deux pays.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Europe et lutte des classes  Ni Europe de la Défense, ni OTANNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum