Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Le tournant du mouvement communiste international 

 discours de Ziouganov pour les 100 ans

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18332 messages postés
   Posté le 07-01-2023 à 21:04:08   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

“L’expérience de la démocratie soviétique et les tâches du KPRF dans la lutte pour la vraie démocratie, le progrès social et l’amitié entre les peuples”. Discours de Ziouganov au Plénum du Comité Central


7 JANVIER 2023
https://histoireetsociete.com/2023/01/07/lexperience-de-la-democratie-sovietique-et-les-taches-du-kprf-dans-la-lutte-pour-la-vraie-democratie-le-progres-social-et-lamitie-entre-les-peuples-discours-de-ziouganov-au-plenum-du-comite-central/


Les camarades qui parfois induits en erreur ont tendance à inventer les positions des partis communistes et en particulier celui de la Fédération de Russie et qui ce faisant contribuent aux bonnes œuvres de l’OTAN, feraient bien de se reporter aux textes comme le fait ici Marianne avec ses traductions irréprochables des interventions passionnantes et incontournables du KPRF et de son secrétaire. Notons à quel point le camarade Ziouganov fait le lien entre les trois initiatives théorico-pratiques de Lénine (le plan, la NEP ou la subordination du marché au socialisme et un État multinational) et les mises en œuvre de la Chine aujourd’hui, ce qui correspond bien à certaines exigences légitimement débattues dans notre blog. Mais c’est tout le texte qui répond ainsi à beaucoup d’exigences du moment à la fois sur l’apport du socialisme et pourquoi la fin de l’URSS, momentanée, nos camarades n’en doutent pas. (note de Danielle Bleitrach et traduction de Marianne Dunlop)

https://kprf.ru/party-live/cknews/214590.html

Chers camarades, participants au Plénum !

Il y a cent ans, un événement historique de portée mondiale a eu lieu. Le premier congrès des soviets de toute l’Union proclame l’Union des républiques socialistes soviétiques. Le pays a atteint de nouveaux sommets dans la réalisation des objectifs de la Grande Révolution d’Octobre.

Depuis des siècles, l’humanité s’intéresse aux modèles et aux perspectives de développement. Cela a encouragé nos ancêtres à réfléchir. Un énorme chemin a été parcouru depuis les communautés primitives, les outils en pierre et les peintures rupestres jusqu’à l’ère des mégapoles, de l’exploration spatiale et des chaînes de télévision.

Marx et Engels ont montré que le travail joue un rôle décisif dans la formation de l’homme et le progrès de la société. Les contradictions entre les forces productives croissantes et les relations de production obsolètes ont conditionné un mouvement constant vers l’avant. Cette loi a révélé le caractère inéluctable de la transition vers le socialisme. Comme l’écrivait Marx, “les rapports de production bourgeois sont la dernière forme antagoniste du processus de production sociale”. La révolution d’octobre et la formation de l’URSS ont confirmé cette prévision scientifiquement vérifiée.

Depuis des temps immémoriaux, nos ancêtres ont été poussés en avant par le rêve. Il est née d’une curiosité qui s’est transformée en une soif de connaissances et en une lutte pour le développement et la justice. “Des rêves ! Sans rêves, l’homme devient un animal. Les rêves sont le moteur du progrès. Le plus grand rêve est le socialisme”, a souligné Lénine.

Les philosophes et les dirigeants de soulèvements populaires, les scientifiques et les ingénieurs, les écrivains et les artistes rêvaient d’une société sans inimitié nationale, sans guerres, sans faim, sans division des gens en “parias” et “élus”. Au XIXe siècle, une telle société était appelée socialisme. Saint-Simon et Herzen, Owen et Tchernychevski, Blanqui et Kropotkine, Proudhon et Bakounine ont écrit à ce sujet.

Le résultat de cette quête a été la montée de deux titans au premier plan de l’histoire. Ils ont créé un système philosophique qui pouvait non seulement expliquer, mais aussi changer le monde. Les découvertes scientifiques de Marx et Engels leur ont permis d’être à l’origine du mouvement communiste.

Une percée vers un nouveau monde

C’est ainsi qu’est né un moment particulier de l’histoire. Sous la direction de Lénine, le socialisme est devenu non seulement une théorie, mais aussi une pratique. La révolution en Russie a commencé par un effort grandiose pour construire une nouvelle société. Le résultat de ces efforts a également été la création de l’Union de peuples frères.

L’humanité a atteint un nouveau stade de développement. Pour la première fois, l’essence de l’État n’était pas les intérêts d’un groupe de propriétaires d’esclaves, de propriétaires fonciers ou de patrons d’usines, mais les besoins de la majorité des travailleurs. L’URSS est devenue le prototype d’un avenir où les nations et les nationalités ne se battraient pas entre elles, mais seraient amies et se construiraient ensemble.

À la fin de l’année 1922, le pouvoir soviétique avait vaincu la contre-révolution interne et externe. Il fallait maintenant vaincre la dévastation. La guerre avait détruit une grande partie de l’industrie. La situation des masses était extrêmement difficile. Les menaces extérieures étaient pires que les sanctions d’aujourd’hui. À tous ces défis, le génie de Lénine a fourni trois réponses infaillibles.

Tout d’abord, le plan GOELRO est devenu la base d’une puissante percée industrielle. Les centrales créées à l’époque alimentent toujours en électricité des villes et des villages en Russie, au Belarus, en Ukraine, en Asie centrale et dans le Caucase.

Deuxièmement, Lénine a convaincu ses compagnons d’armes de la nécessité de la NEP. La circulation des marchandises entre la ville et la campagne a été rapidement rétablie. Le pouvoir soviétique a subordonné les leviers du marché à la construction du socialisme.

Troisièmement, Lénine a proposé la création d’un État multinational. Les relations contractuelles entre les républiques soviétiques n’étaient plus suffisantes. La construction et la défense du socialisme nécessitaient une politique étrangère commune, une défense commune et le développement de la coopération économique.

La base idéologique d’une unité durable était la politique nationale léniniste. Elle était fondée sur l’internationalisme prolétarien et portait haut la bannière de la lutte contre le colonialisme, le racisme et l’oppression de toutes sortes.

C’est Lénine qui a proposé la forme de fédération – l’Union des républiques socialistes soviétiques. Les tâches les plus importantes ont ainsi été résolues.

La ligne bolchévique a coupé l’herbe sous les pieds aux élites nationalistes. Leur séparatisme est devenu clairement visible après la révolution de février. En quelques mois, les franges nationales de l’ancien empire ont éclaté. Même des régions de peuplement majoritairement russe – Sibérie, Extrême-Orient, Don et Kouban – ont déclaré leur autonomie, allant jusqu’à la sécession.
Les principes d’un empire “un et indivisible” ont échoué. L’effondrement de la “cause blanche” en est une preuve supplémentaire. Un compromis était nécessaire. Le concept d’un État d’union a rejeté l’illusion de l’indivisibilité unitaire et a permis d’endiguer l’élément séparatiste. Sur cette base, l’exploit de la renaissance de notre pays a été accompli.

La création de l’URSS a permis de mettre en commun les ressources matérielles et humaines des républiques et de les gérer plus efficacement. Elle a contribué à forger un bouclier unique de défense puissant face aux ennemis étrangers.
L’industrialisation et la révolution culturelle se sont développées dans le pays. Les campagnes se sont équipées de technologies modernes. L’exploit de l’édification préparait l’Union soviétique à vaincre la bête nazie, à hisser le drapeau rouge sur le Reichstag et à dénoncer les criminels de guerre lors des procès de Nuremberg, Khabarovsk et Tokyo.

La structure socio-politique et socio-économique du pays renouvelé a soudé les peuples. Sans “abolir” les nations et les nationalités, sans humilier les sentiments nationaux, elle a permis de former un peuple soviétique uni. La politique poursuivie a permis à chacun de chanter et de parler du “fier mot ‘camarade‘ qui est ‘plus précieux que tous les mots sublimes'” :
Avec ce mot, nous sommes chez nous partout,

Il n’y a pas de noirs ou de colorés pour nous,

Ce mot est connu de tous,

C’est un mot avec lequel nous trouvons des amis partout.

C’est ainsi qu’ont été posées les bases solides pour un Exploit d’unité et de création, un Exploit d’humanité et de solidarité.

La révolution socialiste et la fondation de l’URSS ont sauvé notre pays et l’ont renforcé sur de nouvelles bases. La domination du capital mondial a été ébranlée. Les peuples d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine ont vu un exemple de libération nationale et sociale. Ils ont trouvé en U.R.S.S. un camarade fiable dans la lutte contre les colonialistes. Comme l’a écrit Mao Zedong : “Les coups de canon de la révolution d’octobre nous ont apporté le marxisme-léninisme. La Révolution d’Octobre a aidé les éléments avancés du monde et la Chine à réfléchir à leurs problèmes, en appliquant la vision prolétarienne du monde comme moyen de déterminer le destin des nations. Suivre le chemin des Russes était la solution”.

Inspirés par la Grande Révolution d’Octobre, les patriotes chinois ont créé le parti communiste en 1921. Ses premières années ont été marquées par la répression par les cliques militaires fantoches. La main de l’amitié tendue par l’Union soviétique l’a aidé à tenir bon. Avec le soutien de l’URSS, les envahisseurs japonais sont également vaincus. La formation de la RPC a mis fin à la période d’humiliation nationale.

La Chine a opté pour le socialisme et est passée de la pauvreté, de l’arriération et du morcèlement à la puissance mondiale d’aujourd’hui. L’Empire céleste explore la lune, aide le monde à faire face à la pandémie de coronavirus et propose des concepts pour un développement mondial équitable. Après l’URSS, la Chine contribue à une nouvelle étape de décolonisation et de démocratisation du monde.

L’Union soviétique a directement participé à l’effondrement des empires coloniaux – britannique, français, néerlandais, espagnol, portugais et allemand. Le nombre d’États indépendants est passé de 74 en 1945 à 160 dans les années 1980. Beaucoup ont choisi la voie de l’amitié avec les pays du socialisme. Leurs citoyens se souviennent encore chaleureusement de l’Union soviétique comme d’un bastion de paix et de progrès.

L’effondrement de l’URSS représentait une revanche du capitalisme. Une fois de plus, les grandes entreprises ont asservi de nombreux pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique. Parmi eux, les anciennes républiques soviétiques. Cependant, en créant l’URSS, l’impérialisme avait reçu un coup puissant. Des graines ont été semées et elles ont donné de riches pousses. Elles germent dans l’âme des gens avec le grand espoir que l’issue de la lutte sur la planète se termine en faveur du bien, de l’humanisme et de la justice !

Le printemps de l’humanité a commencé, et personne ne peut l’arrêter. Oui, sa floraison est parfois menacée par le gel. Elle a été retardée, mais n’a pas été interrompue par le glacier rampant du nazisme. Les vents froids du 20e Congrès du PCUS ont endommagé les germes du socialisme, provoqué des ferments dans le mouvement communiste, compliqué les relations entre l’URSS et la Chine et la Yougoslavie, et stimulé l’eurocommunisme renégat. Mais ni ces événements ni le vent glacial de la perestroïka de Gorbatchev n’ont pu inverser le cours du temps.

Premier exploit : la construction

Chers camarades ! Les premières décennies de l’histoire de l’Union soviétique sont un grand récit de triomphes, de découvertes et de faits d’armes. Elle a prouvé les avantages des principes socialistes d’administration et de juste répartition de la richesse nationale. Les succès de la puissance soviétique constituent un argument important en faveur du programme d’édification proposé par le KPRF.

L’expérience de l’Union soviétique est de plus en plus importante et instructive. Au cours de ses 30 premières années, l’URSS a multiplié sa production industrielle par près de 13. Les États-Unis l’ont seulement doublé au cours de la même période, et la Grande-Bretagne l’a augmenté de 60 %. Au cours de la seule première période de cinq ans, plus de 1 500 entreprises industrielles ont été construites. Parmi eux, citons la centrale hydroélectrique DnieproGES, le Combinat métallurgique d’Oural-Kouznetsk, les usines de tracteurs de Stalingrad et de Kharkov, Rostselmash [machines agricoles], les usines automobiles de Moscou et de Gorki, la construction du Turksib a été achevée. L’industrie lourde de l’URSS a presque triplé pendant cette période, et la construction de machines a été multipliée par quatre. La productivité du travail a augmenté de près d’un tiers. Le revenu national a considérablement augmenté.

Au cours des années des plans quinquennaux d’avant-guerre, 9 000 grandes entreprises industrielles ont été construites. La production brute de l’industrie a été multipliée par près de huit par rapport à 1913. La production de moyens de production a été multipliée par 13. De nouvelles industries ont été créées à partir de rien. Parmi elles – l’industrie des machines-outils, la construction de tracteurs, l’industrie chimique, la construction aéronautique.

Komsomolsk-sur-Amour, Magnitogorsk, Elektrostal et des centaines de nouvelles villes ont vu le jour. La centrale hydroélectrique du Dniepr produisait plus d’énergie que toute la Russie tsariste. Trois combinats – Magnitogorsk, Kouznetsk, Makeievka – fondaient autant de fer que toute l’industrie impériale en son temps.

La collectivisation de l’agriculture a assuré la mécanisation à grande échelle du travail agricole. Le pays était approvisionné en produits agricoles sans à-coups. Des réserves alimentaires stratégiques ont été créées. La vulnérabilité aux conditions climatiques a été réduite.

Le gouvernement soviétique a réarmé l’Armée rouge. De 1937 à 1940, ses effectifs sont passés de 1,5 à 4 millions. Les dépenses de défense ont augmenté.

Les dirigeants soviétiques ont compris le danger de la guerre dans un pays caractérisé par des divisions de classe, non développé industriellement, peu éduqué, sans système de mobilisation. Heureusement, l’Union soviétique était dirigée par des bolcheviks endurcis qui pouvaient décider et agir. Pas des gens au service des oligarques. C’étaient des hommes d’une trempe particulière – des représentants de la garde léniniste, des faiseurs de révolutions, des gens qui avaient vaincu les collaborateurs blancs, des commandants des plans quinquennaux de Staline. Sous leur direction, nous avons vaincu l’invasion hitlérienne, vaincu les militaristes japonais, relevé les ruines et fait notre chemin dans l’espace.

Au cours des cinq premières années de l’après-guerre, l’Union soviétique a mis en service plus de 6 000 installations industrielles et énergétiques. L’URSS a défié avec succès la suprématie économique des États-Unis. La production industrielle aux États-Unis augmentait de moins de 3 % par an, en Union soviétique de plus de 5 %. Désormais, un scientifique sur quatre dans le monde était un citoyen de l’Union soviétique.

Deuxième exploit : l’unité du peuple

Le mérite le plus grand de l’État soviétique c’est sa lutte contre le nazisme. L’Armée rouge a reçu un “excellent” pour sa constance et sa capacité de combat. L’économie socialiste était créditée d’un approvisionnement ininterrompu des forces armées et du front intérieur. L’éducation et la culture soviétiques ne peuvent être trop louées pour la formation de véritables patriotes.

L’examen sévère de la guerre a été réussi avec brio par le système de l’État-nation soviétique. N’ayant pas tiré les leçons des guerres de Crimée et russo-japonaise, l’Empire russe “un et indivisible” avait été entraîné dans le carnage de la Première Guerre mondiale. Une crise s’ensuivit. L’unité, prônée par les “conservateurs”, n’a pas sauvé la Russie d’une désintégration rapide.

Au moment de l’arrivée au pouvoir des bolcheviks, la Rada centrale d’Ukraine était déjà en activité. La Finlande avait déclaré son indépendance. L’Union des Montagnards du Caucase du Nord et du Daghestan avait été créée. L’autonomie déclarée en Sibérie. Des mouvements en faveur de la sécession de l’Asie centrale, des pays baltes, du Belarus et de la Transcaucasie s’activaient. Les généraux blancs n’ont pas protégé le pays de la désintégration. Au contraire, sous la supervision d’interventionnistes étrangers, ils ont poursuivi une ligne séparatiste. Le slogan “un et indivisible” n’était utilisé par eux qu’à destination des rangs inférieurs pour les inciter à passer à l’offensive contre les Rouges.

Seuls les bolcheviks ont été capables de réunifier les peuples. Et ils ne l’ont pas fait “par le feu et l’épée”. Ils ont résolu la grande tâche historique en touchant le cœur des travailleurs de différentes nationalités. Les autorités soviétiques leur ont proposé une image attrayante de l’avenir et une nouvelle forme d’unification – une Union de républiques volontaires et égales. Rien que pour cela, nos prédécesseurs mériteraient un monument majestueux au regard de l’Histoire.

L’affrontement avec la racaille nazie a confirmé le génie de la politique nationale de Lénine. Russes et Ukrainiens, Biélorusses et Géorgiens, Arméniens et Azerbaïdjanais, Kazakhs et Ouzbeks, Tadjiks et Kirghizes, Tatars et Bachkirs, Moldaves et Lettons, Yakoutes et Maris, Bouriates et Tchétchènes, Ossètes et Tchouvaches, Caréliens et Daghestanais – tous les peuples de notre mère patrie soviétique ont lutté côte à côte contre la peste brune. Et c’est la meilleure réponse aux affabulations des antisoviétiques de tous bords – de Soljenitsyne à Volkogonov, de Bandera à Tchernovil, d’Ilyin à Rezun-Suvorov. C’est la meilleure réponse à tous ceux pour qui l’industrie soviétique ne produisait “rien d’autre que des galoches” et Lénine avait “posé une bombe atomique sous la Russie”.

Sur les bases créatives du socialisme, le pays s’est rapidement relevé après la guerre. L’URSS a été la première à envoyer un satellite artificiel dans l’espace, puis le fils glorieux du parti communiste, Youri Gagarine. Le bouclier antimissile et nucléaire de l’État a été forgé et défend aujourd’hui notre pays.

Nos ennemis prétendent que l’URSS s’est enfoncée dans la stagnation et était condamnée. Mais c’est un mensonge pur et simple. Le facteur de corrosion a été l’abandon des idées lumineuses du socialisme. La rupture a commencé avec la mort de Staline. Elle a culminé dans le volontarisme de Khrouchtchev, dans le déboulonnage opportuniste du “culte de la personnalité”. Des carriéristes sans scrupules, des ennemis idéologiques et des traîtres sont de plus en plus souvent parvenus à des postes importants. Ce sont eux qui ont posé des bombes sous les fondations du grand pays, qui ont sournoisement piétiné la volonté du peuple avec la conspiration de Belovej, puis qui ont entraîné les débris de notre grand pays dans l’enfer capitaliste de la destruction, de la dégradation et de la misère humaine.

Non, l’Union soviétique n’a pas été brisée par les principes du socialisme. Notre pays n’a pas été sapé par les ouvriers et les paysans largement représentés dans les Soviets. L’unité sociale et l’amitié entre les peuples n’ont pas entravé mais favorisé la marche en avant. L’URSS n’a pas été détruite par les valeurs de Lénine et de Staline. Au contraire, c’est sur eux qu’ont été accomplies les grandes réalisations d’importance mondiale !

Troisième exploit : un bond en avant pour l’humanité

Le régime soviétique est parti d’une vérité bolchevique : les droits de l’homme commencent par l’essentiel – le droit à la vie et au logement, au travail et au repos, et aux soins de santé. Et il était important de ne pas simplement écrire les droits sur le papier, mais de les mettre en pratique. Pour les réaliser, les communistes ont pensé que la réorganisation de la Russie, sa transformation de maillon faible du système capitaliste en une grande puissance socialiste capable de défendre les intérêts de tous ses citoyens, était la condition préalable.

L’exploit de l’industrialisation s’est traduit par des millions de nouveaux emplois. Le chômage est devenu une chose inimaginable en URSS. Le pays n’avait pas de personnes superflues. C’est la nature humaniste du socialisme. Le pays soviétique a besoin de tout le monde et chacun trouve un emploi à sa convenance. C’était vraiment une société d’égalité des chances.

Sans développement culturel, les discours sur la démocratie n’ont aucun sens. Le nouveau pouvoir a donné une garantie d’éducation après l’autre. Le nombre d’élèves a presque doublé au cours du premier quinquennat stalinien. Le nombre d’étudiants dans l’enseignement supérieur a triplé. En 1937, l’analphabétisme a été éliminé.

La science a décollé. Dans l’Empire russe, il y avait 4 000 scientifiques. En 1939, l’URSS en comptait près de 100 000. Les noms de P.L. Kapitsa, O.Y. Schmidt, S.I. Vavilov, N.S. Kurnakov étaient connus dans le monde entier.

L’humanisme socialiste a donné de magnifiques résultats. La population de la Russie soviétique augmentait. Nous avons dépassé les États-Unis en matière d’espérance de vie, bien qu’au début du siècle, nous ayons un retard de 17 ans. La France, la Belgique, la Finlande et bien d’autres ont été laissées derrière nous.

L’URSS formait des générations de créateurs et de héros. Le nouveau pouvoir ne s’est pas appuyé sur les “sovoks”, comme le disent sournoisement les menteurs. Il cultivait savamment l’homme soviétique. La révolution culturelle a en fait créé une nouvelle personnalité. C’est le principal exploit du régime soviétique.

Suivant ces excellentes traditions, le KPRF a accumulé une grande expérience dans la lutte pour la dignité humaine. Nous avons lutté pour l’éducation russe, défendu l’Académie des sciences contre les vandales, préservé les idéaux de bonté, de fraternité et de justice.

Le KPRF est entré dans le nouveau siècle avec un programme de défense de la langue russe. Nous avons organisé des Journées Pouchkine dans le Caucase du Nord et à Moscou. Nous avons insisté pour que soit instaurée la Journée de la langue russe. Nous l’avons fait en partageant profondément les mots de Dostoïevski : “Nous devons apprendre aux jeunes que ne pas comprendre Pouchkine est la plus grande des ingratitudes”. Cette année, à l’occasion de la Journée de la langue russe, nous avons préparé un programme unique intitulé “Je suis revenu dans ma patrie”, dédié au génie de Pouchkine, à l’héroïsme du Donbass, à notre armée, qui a conservé les meilleures traditions de l’Armée rouge.

Les jours du retour de la Crimée à la Russie sont connus sous le nom de “printemps russe”. Les gens voulaient sortir du marécage de la banalité pour aller vers la chose réelle, profonde, humaine que l’école soviétique leur avait enseignée. Aujourd’hui, la terre du Donbass contribue à se purifier de la souillure du nazisme, de l’abomination de la trahison, de la fange de l’indifférence et du consumérisme. Pavel Kortchaguine, Alexei Stakhanov, la Jeune Garde et d’autres héros que nous aimons nous aident dans cette tâche.

Jawaharlal Nehru a dit : “Il n’y a pas de plus grands ennemis de notre propre peuple que l’intelligentsia élevée par les colonisateurs”. Aujourd’hui, la Russie récolte les fruits d’une époque néfaste, où le tocsin de Maïakovski et le lyrisme d’Essénine, les leçons humanistes de Gorki et le regard panoramique de Cholokhov ont été relégués en marge des programmes scolaires. Dans les théâtres, les classiques ont été bannis ou disséqués jusqu’à la perversion. Le beau théâtre Gogol de Moscou a été fermé au profit de Kirill Serebriannikov.

/…/

Pendant la Grande Guerre Patriotique, notre peuple a enduré de nombreuses épreuves. Au moment où l’opération de Kharkov s’est terminée par des pertes énormes, et où les Allemands se dirigent vers la Volga et le Caucase du Nord, a été montée la pièce de théâtre “Le Front” d’Alexandre Korneitchouk. Elle parlait des difficultés et des erreurs, de commandement incompétent et d’approches dépassées de la guerre. La pièce a été publiée dans la Pravda, dans le Voenizdat [éditions de l’armée]. À Moscou, elle a été jouée dans quatre théâtres à la fois. A Alma-Ata, on en a tiré un film talentueux.

Le maréchal Timochenko a envoyé un télégramme à Staline pour lui demander de retirer la pièce et de punir l’auteur. La réponse a été : “Vous vous trompez dans votre jugement. La pièce aura une grande valeur éducative pour l’Armée rouge et ses commandants. La pièce souligne à juste titre les défauts de l’Armée rouge, et il serait erroné de fermer les yeux sur ces défauts. Nous devons avoir le courage d’admettre nos défauts et de prendre des mesures pour les éliminer… Joseph Staline. 28 août 1942”.

Voilà le genre de littérature que nous avions ! Quel dramaturgie et quel théâtre ! Quel cinéma ! Retrouver cet héritage c’est comme une communion. Aujourd’hui encore, il se bat avec nous pour la vérité de l’histoire, pour une société socialement juste et spirituellement riche.

Aleksandr Korneitchuk est ukrainien de nationalité. Cependant, les gens de Bandera ne l’aiment pas. L’avenue et la station de métro de Kiev, qui portaient son nom, ont été renommées. Mais soyons honnêtes : au département de journalisme de l’université d’État de Moscou, on vous expliquera bien mieux qui sont Alexandre Soljenitsyne ou Dmitri Bykov. Et même Ksenia Sobchak se révélera être un “classique” plus sûrement que Korneychuk.

Alors que nous célébrons le 100e anniversaire de la fondation de l’URSS, nous savons que nous avons sur qui nous appuyer. Aujourd’hui, nous rendons hommage au puissant peuple soviétique. Nous sommes fiers que le destin nous ait confié la tâche de poursuivre le noble travail de nos pères et grands-pères. L’héroïsme personnel de chacun d’entre eux a fusionné en un exploit commun aux proportions universelles et véritablement historiques. C’était un exploit de l’ensemble du peuple soviétique dans l’édification du Socialisme.

Le pouvoir du peuple et les droits du peuple.

Chers camarades participants au Plénum ! Les serviteurs du capital aiment crier à la démocratie et aux droits de l’homme. Mais Albert Camus a observé : “La démocratie n’est pas le règne de la majorité, mais la protection d’une minorité”. Les meilleurs esprits de l’humanité ont fait écho au bolchevik Lénine. Il a qualifié la démocratie bourgeoise de “coquille politique” pour l’omnipotence du capital, quand aucun “changement de personnes, d’institutions ou de partis … n’ébranle ce pouvoir”.

L’URSS a établi un pouvoir populaire réel et non fictif. La base juridique de l’union des nations et des nationalités était la déclaration et le traité sur la formation de l’Union. Le IIe Congrès des Soviets de l’URSS a approuvé la première Constitution de l’Union. Ces documents accordent des droits et des libertés étendus.

Les Soviets sont devenus la base du pouvoir du peuple. Les ouvriers et les paysans étaient impliqués dans un gouvernement réel, et non fictif. Le capital ne dirigeait pas l’État, achetant la presse, soudoyant l’intelligentsia et truquant le vote. Comme le soulignait Lénine : “La démocratie prolétarienne est un million de fois plus démocratique que toute démocratie bourgeoise ; le pouvoir soviétique est un million de fois plus démocratique que la république bourgeoise la plus démocratique”.

Au cours des premières années du pouvoir soviétique, dans les conditions d’une lutte des classes intense, les anciens policiers et gendarmes, les serviteurs religieux et les koulaks n’avaient pas le droit de vote. Dans les années 30, tous avaient ces droits. Les élections étaient organisées sur la base du suffrage universel, égal et direct. Rappelons que les femmes n’ont eu le droit de vote qu’en 1944 en France, en 1948 en Belgique, en 1971 en Suisse. Aux États-Unis, les Afro-Américains ont été privés de ce droit jusqu’en 1965. En Australie, la population indigène n’a pas participé aux élections avant 1966.

La démocratie bourgeoise a fait l’objet d’une analyse magistrale par Staline lors du 19e congrès du PCUS. Il a montré que le libéralisme bourgeois “n’a laissé aucune trace“, qu’il n’y a plus de liberté individuelle, que l’égalité des peuples et des nations a été foulée aux pieds, que “la bannière des libertés démocratiques bourgeoises a été jetée par-dessus bord”, tout comme la bannière de la souveraineté nationale. La principale conclusion était que ces bannières devraient être relevées “par les représentants des partis communistes et démocratiques”.

La pertinence des propos de Staline a été confirmée plus d’une fois. Erik Honecker a déclaré à propos de la restauration du capitalisme en RDA : “La télévision occidentale vous a trompé autant qu’elle le voulait. Regardez votre vie. Vous avez eu accès à des voitures de luxe – à crédit. Vous vous êtes enrichi – à crédit. Vous êtes devenus les esclaves des banques. Oui, vous deviez économiser pour vos Wartburgs, mais vous les payiez en liquide, comme de fiers hommes libres. Vos marks de RDA placés sur vos comptes d’épargne vous rapportaient de bons intérêts et vous aviez tous de solides économies. Maintenant, vous n’avez plus rien. Pas même un mark allemand.

En RDA, votre pension était garantie. Maintenant, c’est trop peu pour vivre… et pour mourir. Vos enfants dans les écoles de la RDA apprenaient à lire et écrire en six semaines. Aujourd’hui, ils sont incapables de le faire, même au bout de trois années.

Il ne venait à l’esprit de personne d’avoir peur de quoi que ce soit, même dans une grande ville, à Berlin, et personne n’a été tué sur l’Alexanderplatz. Aujourd’hui, vous avez peur de mettre votre nez dehors le soir…

En RDA, tout se passait selon le plan, même votre vie. Maintenant, vous ne savez pas ce qui vous arrivera demain. J’espère que vous avez au moins eu votre dose de bananes rares. Car la liberté d’expression est toujours hors de portée pour vous.

Vous vous rappelez comment vous criiez tous “Ouvrez nos frontières !” Aujourd’hui, vous souhaitez qu’elles soient fermés. Mais vous ne pouvez pas fermer quelque chose qui n’existe pas.

Vous vouliez profiter de la RFA sans restrictions. Allez-y.”

Écoutez ces paroles. Ne s’agit-il pas des réalités russes ?

Pour les communistes, les formules de Staline au 19e Congrès du PCUS ce sont les objectifs programmatiques de notre mouvement au XXIe siècle.

Levez plus haut les drapeaux rouges !

L’histoire de l’URSS occupe une place particulière dans le développement du mouvement communiste mondial. En 1919, à l’initiative de Lénine, l’Internationale communiste est fondée. En 1922, des partis communistes et ouvriers étaient actifs dans 37 pays, en 1980 – dans 95 pays.

La perestroïka de Gorbatchev, l’eurocommunisme et la destruction de l’URSS ont été des coups brutaux. Les anti-communistes ont triomphé. Une “chasse aux sorcières” a commencé en Europe. Nos symboles ont été interdits. Les autorités d’Estonie, de Lettonie, de Lituanie et du Kazakhstan ont évincé les partis communistes du champ juridique. Le gouvernement Bandera a interdit le Parti communiste d’Ukraine.

Mais les communistes n’ont pas abandonné. Il y a eu une recherche de nouvelles formes d’interaction. À l’initiative du parti communiste grec, des réunions internationales des partis communistes et ouvriers sont organisées. Lors d’une récente réunion à La Havane, nos approches communes ont été exposées par P. N. Simonenko. Avec le Parti des travailleurs communistes russes, nous avons initié la signature d’une déclaration des partis communistes sur la lutte contre l’impérialisme américain et l’OTAN.

Il existe un certain nombre de forums de gauche en activité. Le Forum de San Paolo se tient depuis 1990 à l’initiative de Fidel Castro et Luis Lula. Les communistes libanais sont à l’origine du Forum des forces progressistes arabes.

Aujourd’hui, il existe 119 partis communistes et ouvriers dans 88 pays. Le KPRF fait partie de ce vaste mouvement. Nous avons des liens étroits avec les partis au pouvoir en Chine, au Vietnam, à Cuba, en RPDC et au Laos. Nous participons à des campagnes de solidarité, nous luttons contre la falsification de l’histoire, nous avons préparé le centenaire de l’URSS. La crédibilité du KPRF dans le mouvement de gauche est accrue par la position active de I.I. Melnikov, D.G. Novikov, L.I. Kalashnikov, K.K. Taisaev, V.N. Tetiokine, d’autres membres du Comité central et des députés du Parti.

Notre participation aux mouvements internationaux d’antifascistes, de femmes, de jeunes, de syndicats et de juristes démocrates doit être accrue. Ce travail n’est pas encore à un niveau approprié. L’importance de cette activité ne cesse de croître. Nous devons y prêter une attention particulière.

Une orientation importante consiste à renforcer l’influence de l’UPC-PCUS. Il est essentiel que le rôle de nos partis se développe. C’est essentiel pour le processus démocratique au niveau national, pour la sécurité régionale et pour les perspectives du socialisme.

La crise mondiale du capitalisme implique des millions de travailleurs dans la lutte pour leurs droits. Le résultat dépendra du fait que le mouvement communiste remplisse son rôle d’avant-garde. Le KPRF a sa propre ligne à tenir sur ce front. Nous avons l’intention de remplir notre devoir international avec droiture et fermeté !

L’attaque du capital contre les droits des travailleurs dans le monde est une conséquence directe de la destruction de l’URSS. Au cours de la seule année 2021, le nombre de personnes affamées ou sous-alimentées dans le monde a augmenté de 46 millions. Toutes les 33 heures, un million de personnes tombent dans l’extrême pauvreté. Dans les mains de 10 personnes riches se trouve une fortune égale à celle de 40% de la population mondiale.

De plus en plus de personnes sont prêtes à se défendre. Les affrontements de la grande bataille se déroulent sur toute la planète. Les protestations se multiplient contre la hausse des prix et des tarifs, les bas salaires et les conflits sciemment provoqués. Aux États-Unis, plus de 20 000 travailleurs ont fait grève en septembre. Des manifestations de masse ont eu lieu en Allemagne, en France, en Hongrie, en Espagne, en Belgique, en Australie, en Grande-Bretagne, en Turquie et ailleurs.

En Amérique latine, des masses de personnes luttent contre le néolibéralisme et le diktat américain. Les travailleurs ont défendu les gouvernements du Venezuela et du Nicaragua contre les tentatives de coups d’État “de couleur”. Ces deux dernières années, la gauche a gagné au Pérou, au Honduras, en Colombie, au Chili. Lula a été élu président du Brésil !

La cause du socialisme est en train de se renforcer. La lutte contre le capital mondial et ses rejetons, le néo-fascisme, le néo-colonialisme, le néo-libéralisme, doit être intensifiée. Les dents du dragon à trois têtes pulvérisent encore le venin de l’anticommunisme. Dans ses griffes, il tient une grande partie du monde. Et seuls les communistes peuvent vaincre le monstre et lui arracher ses dents empoisonnées.

Notre arme victorieuse est le marxisme-léninisme. Le jour viendra où le prédateur du capitalisme sera mis en cage dans le zoo de l’histoire. Il n’aura alors qu’un seul rôle à jouer : celui de symbole de l’âge des ténèbres et d’exemple de ces vices qui n’ont plus le droit de régner dans le monde des hommes.

Le fondement de nos exploits

Dans le “Manifeste du parti communiste”, Marx et Engels ont proclamé : “Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !” Ils ont étayé scientifiquement le principe de l’internationalisme prolétarien. Sa base était la communauté d’intérêts de la classe ouvrière des différents pays et nations. En 1905, Lénine déclarait : “A bas l’inimitié entre les travailleurs de différentes nationalités ou de différentes religions ! …Juif et chrétien, Arménien et Tartare, Polonais et Russe, Finlandais et Suédois, Letton et Allemand – tous, tous se rassemblent sous la bannière commune du socialisme. Tous les travailleurs sont des frères, et dans leur union solide se trouve la seule garantie du bien et du bonheur de toute l’humanité laborieuse et opprimée.”

Le grand Octobre a fait de la classe ouvrière russe la force dominante. Les trompettes de la révolution russe ont été entendues dans les coins les plus reculés du monde. Elles ont provoqué la montée d’un mouvement révolutionnaire dans le monde entier.

Les idées de l’internationalisme prolétarien ont triomphé de l’idéologie fasciste, rejeton de l’oligarchie financière. La fraternité des peuples soviétiques a résisté à l’épreuve de la guerre et s’est renforcée. L’absence de division de classe en URSS a été la principale condition préalable à la victoire de mai 1945.

Dans la lutte contre le nazisme allemand, le fascisme italien et le militarisme japonais, le peuple soviétique est venu en aide à de nombreuses nations d’Europe et d’Asie. Aux côtés des soldats soviétiques, des partisans et des combattants clandestins, les héros yougoslaves, tchécoslovaques, polonais, albanais, roumains et bulgares ont combattu. Les patriotes chinois, les troupes mongoles et les partisans coréens ont contribué à écraser les militaristes japonais. Le résultat des victoires contre la réaction a été la Communauté des pays socialistes. L’effondrement du système colonial a commencé.

L’URSS a été torpillée par la fomentation du nationalisme. Les citoyens de l’Union soviétique ont appris de première main le danger de s’écarter des principes internationaux. C’était la tâche du parti communiste d’éduquer les jeunes camarades pour en faire des défenseurs acharnés de la solidarité internationale des travailleurs. La loyauté à l’internationalisme prolétarien est le critère de maturité de tout parti communiste. Ce principe est la base d’une position fermement anticoloniale, antiraciste et antifasciste.

La fracture ukrainienne

Hélas, le nazisme ne fait pas partie du passé ! La crise excite l’agressivité de l’Occident. L’objectif des mondialistes est de faire disparaître notre pays, de piller ses ressources immenses. Les Banderistes à Kiev sont un outil d’agression contre la Russie.

Un débat est en cours dans la société russe sur la nature de l’opération militaire en Ukraine. Il est caractéristique des marxistes-léninistes de définir la nature des guerres en termes concrets. Elles peuvent être des guerres d’invasion et elles peuvent être libératrices, anti-fascistes, anti-coloniales, patriotiques.

La République socialiste soviétique d’Ukraine s’est développée puissamment et est devenue l’une des plus grandes économies d’Europe. Après avoir proclamé son indépendance, Kiev est tombée dans l’esclavage des impérialistes de l’Ouest. Il y a eu un coup d’État en 2014. Les États-Unis y ont investi 5 milliards de dollars. Les néo-nazis ont pris le pouvoir. La fête de la Victoire sur le Fascisme a été annulée. Les monuments à Lénine, les héros antifascistes et les figures de notre culture commune ont été détruits. Des bourreaux sanglants sont proclamés héros. Des rues et des places portent leur nom. Le Donbass ne pouvait pas accepter cela. La DNR et la LNR sont nées de l’initiative incarnée des masses populaires.

Le KPRF considère l’État ukrainien actuel comme une alliance du grand capital, de la haute bureaucratie et de fascistes purs et durs. Ses activités sont sous le contrôle politique et financier total des milieux impérialistes américains.

Selon le KPRF, le conflit en Ukraine est directement causé par les actions de l’OTAN. L’opération militaire spéciale est anti-fasciste pour la Russie et libératrice pour le peuple ukrainien. La situation dans le Donbass est complétée par un soulèvement de libération nationale de la population russe. Le conflit militaire est de nature contrainte pour la Russie.

L’oligarchie russe est compradore. Elle n’est pas pressée de soutenir l’opération spéciale, même maintenant que l’Occident saisit ses yachts et gèle ses comptes bancaires. Le parti communiste n’a aucune sympathie pour ceux qui ont volé la Russie et qui sont maintenant privés de leur butin. Mais cette “expropriation” ne se fait pas en faveur des travailleurs. C’est simplement que les principaux pilleurs deviennent encore plus riches.

Un certain nombre de groupes de classes sociales dans notre pays se sont opposés à l’opération spéciale en Ukraine. Il s’agit tout d’abord du grand capital monopolistique et de ses représentants cosmopolites dans le milieu libéral, y compris les préposés à l’information et une partie du show-business.

Un large éventail de forces patriotiques – idéologiquement diverses, mais le plus souvent anti-oligarchiques – a soutenu la SVO. Les volontaires qui sacrifient leur vie méprisent les intérêts des nouveaux riches. Les personnes qui demandent de l’argent à leur famille pour acheter des gilets pare-balles pour nos soldats ne sont pas des agents du grand capital. Les communistes qui envoient des convois d’aide humanitaire au Donbass sont les premiers adversaires du capitalisme. Toutes ces personnes sont désireuses de contribuer à la lutte contre le fascisme.

Le KPRF est critique à l’égard de la politique étrangère des dirigeants russes. Nous avons dit “stop !” lorsque le gouvernement a accepté que des exercices de l’OTAN aient lieu dans la région de Nijni Novgorod et qu’une base aérienne de l’alliance soit installée près d’Oulianovsk. Nous avons dénoncé le manque d’attention portée aux pays de la CEI. Nous avons demandé de ne pas oublier les alliés et avons fermement soutenu Loukachenko.

C’est le KPRF qui a insisté sur la reconnaissance de la DNR et de la LNR. En huit ans, nous avons envoyé 103 convois d’aide humanitaire aux républiques. Plus de 12 000 enfants ont été admis en vacances et en traitement médical dans la région de Moscou. Des centaines de communistes ont rejoint la lutte armée contre les nazis. V.I. Kashin, K.K. Taisaev, N.V. Kolomeitsev, V.R. Rodin, Y.B. Mikhailova et d’autres camarades jouent un grand rôle dans la coordination de ce grand travail.

L’initiative de notre parti visant à reconnaître la DNR et la LNR a été soutenue par la Douma d’État et le président. Mais la “question ukrainienne” n’était pas une raison pour le KPRF de se montrer solidaire du groupe au pouvoir. Cela ne fera que nuire aux travailleurs de Russie si les résultats de la lutte contre le fascisme sont utilisés par les autorités pour renforcer le régime bourgeois et préserver le système socio-économique défectueux.

L’ “harmonie de classe” entre le KPRF et la faction au pouvoir n’est pas advenue et ne pouvait pas advenir. Le parti continue à lutter pour le socialisme. La politique du gouvernement n’a pas fondamentalement changé. Il propose un budget impropre qui porte le nom de Kudrin-Siluanov, persécute les communistes et nous vole nos voix.

Le KPRF est fier d’être la première force patriotique de Russie. Les communistes ont toutes les raisons d’être à l’avant-garde de la lutte contre le colonialisme et le fascisme. Aujourd’hui, notre plénum pourrait proposer une initiative visant à convoquer un forum international antifasciste et charger le présidium du comité central du KPRF de l’élaborer en détail.

Le phare chinois

Chers compagnons d’armes ! Il existe une alternative au capitalisme ! L’URSS l’a prouvé au vingtième siècle, les réalisations de la Chine l’indiquent aujourd’hui.

Il y a un an, le parti communiste chinois a célébré son 100e anniversaire. Grâce à lui, la Chine a surmonté son héritage semi-féodal et semi-colonial, est devenue une puissance mondiale et a vaincu la pauvreté.

Le KPRF est impressionné par l’approche du Parti communiste chinois dans l’étude de l’histoire et de la théorie du socialisme et par son attitude réfléchie vis-à-vis de l’héritage de Karl Marx, Friedrich Engels, Vladimir Lénine et Joseph Staline. Nous apprécions nos contacts sur les questions de théorie avec le Comité central du PCC, l’Académie chinoise des sciences sociales et d’autres centres intellectuels. Nous saluons l’initiative de nos amis chinois d’organiser un Forum du PCC et des partis marxistes du monde.

Je suis persuadé qu’en appliquant la décision du Présidium du Comité central du KPRF de publier une revue théorique Socialisme et Paix, nous élargirons la coopération avec les chercheurs de différents pays, y compris nos camarades chinois.

Le 20e congrès du PCC a défini un programme ambitieux pour le développement de la Chine. Comme le note Xi Jinping, “Nous approfondissons les réformes partout, non pas parce que le socialisme aux caractéristiques chinoises est mauvais, mais afin de le rendre encore meilleur”.

Le KPRF souhaite un grand succès à ses frères chinois dans la mise en œuvre de leurs projets ! Nous continuerons à renforcer l’amitié russo-chinoise en utilisant notre capacité parlementaire, nos contacts internationaux et notre influence dans la société. Nous saluons le travail conjoint de Pékin et de Moscou pour renforcer l’ONU, accroître le rôle des BRICS et de l’OCS, et établir des relations plus justes et plus démocratiques sur la scène mondiale. Nous sommes convaincus que cela est pleinement dans l’intérêt de nos peuples et de l’humanité tout entière.

Avec le soutien du KPRF, une date importante a été célébrée – le 65e anniversaire de la Société d’amitié russo-chinoise. En application du protocole de coopération entre le KPRF et le PCC, la chaîne TV Ligne Rouge met en œuvre le projet du film La Chine aujourd’hui. L’expérience de la coopération s’est également accumulée au niveau régional – dans les territoires de Primorsky et de Khabarovsk, dans les régions d’Oriol et de Tambov.

Le phare chinois brille de tous ses feux, on le voit de loin. Refusant l’hégémonisme, Pékin souligne qu’il construit le socialisme avec des caractéristiques chinoises. Toutefois, l’expérience de la République populaire de Chine a déjà acquis une portée universelle. Et les autorités russes ont manifestement quelque chose à apprendre de l’Empire céleste en matière de développement économique, social, scientifique et technologique. C’est la seule garantie d’une véritable souveraineté !

Le socialisme : une nécessité de notre temps

Camarades ! La perestroïka de Gorbatchev a promis d’améliorer le socialisme, obtenant ainsi le soutien du peuple. Puis ils ont commencé à prôner la convergence pour marier le socialisme au capitalisme. De mensonge en mensonge on en est venu à la trahison. Tchoubais, sous la houlette de Yeltsine, agitait son marteau, promettant d’enfoncer le dernier clou dans le cercueil du communisme.

La leçon est claire : un État socialiste n’a pas le droit d’être négligent et de baisser sa garde. La principale menace est la bouillie idéologique. Elle conduit tout droit à une perte de repères et éloigne de la voie du socialisme. Dès que la confusion idéologique s’est installée en URSS, la société a été paralysée. Les opposants au parti communiste ont obtenu le droit de faire n’importe quelle abomination, même de dénigrer les exploits de Zoïa Kosmodemianskaïa, des héros de Krasnodon et des Panfilov.

Si un communiste individuel perd, ou a perdu son idéologie, la cause du socialisme n’est pas morte. Elle est poursuivie par le parti. Lorsque le parti vacille et ne peut être l’avant-garde, l’échec est garanti.

Les résultats de la tromperie et de la violence contre le pays sont connus. La bacchanale libérale a conduit l’économie russe à la crise. La part du pays dans la production mondiale est tombée en dessous de 2 %. C’est la moitié de la part de l’Empire russe et un cinquième la part de la Russie soviétique. Année après année, notre pays, un des les plus riches de la planète s’est appauvri. Nous avons glissé à la 52e place dans le monde en termes de niveau de vie. Un tiers des Russes mouraient en âge de travailler. Mais même cela n’a pas empêché le sale coup de la réforme des retraites.

Le nombre d’hôpitaux a diminué de moitié depuis 2000. Rien que ces dernières années, le personnel médical a été réduit de 40 %. Comment lutter contre l’extinction dans de pareilles conditions ?

L’Occident profite pleinement de la vulnérabilité de notre économie. Ils imposent des sanctions. Plus de la moitié des 600 milliards de dollars de réserves de la Russie ont été gelés.

La politique budgétaire a été et reste tout aussi irresponsable. D’année en année, les dépenses consacrées à l’économie et aux infrastructures, à l’aide sociale aux citoyens, à l’éducation et à la médecine, à la science et à la culture ont été réduites ou ont stagné.

Les dirigeants du pays ont constaté les problèmes redoutables qui s’amoncelaient. Les discours du président ont énoncé les objectifs suivants : vaincre l’extinction et la pauvreté de masse, assurer une percée technologique et devenir l’une des cinq premières économies.

Il y a un an, au forum de Valdai, Vladimir Poutine a admis que le modèle actuel du capitalisme est inadapté. Bien sûr, c’est vrai. Mais ce n’est pas toute la vérité. Il ne s’agit pas de l’inadéquation d’une version particulière du capitalisme. Le système est complètement décrépit. Ses vices sont incurables. La “cosmétique” ne le sauvera plus. Seul le socialisme permettra de sortir de la crise mondiale aiguë.

Pendant ce temps, la crise générale du capitalisme s’aggrave. Et les alligators les plus forts sont impatients d’avaler les concurrents les plus faibles. Comme au début du vingtième siècle, la Russie est devenue le maillon le plus faible de la chaîne des États capitalistes. Face à un conflit aigu, elle a deux choix. Le premier est de s’accrocher à l’ordre ancien et de devenir la proie des puissances plus fortes. Le second est de devenir une communauté puissante, de briser les chaînes et de sortir de la crise, ce que garantira le socialisme.

Le KPRF a proposé à la société un programme de changement pacifique de portée révolutionnaire. Avec nous, la Russie relèvera les défis historiques, perdurera et renaîtra. Un budget du salut national est un outil essentiel. Le budget du gouvernement est une fois de plus taillé dans le moule comprador, couvert de vieux ulcères. Nos principales critiques figurent dans le rapport publié pour notre plénum. Nous l’avons étudié en détail, nous avons souligné son inadéquation et nous avons voté contre.

La politique budgétaire du gouvernement perpétue un cours socio-économique vicieux. Les communistes ne peuvent accepter ce cours sous quelque prétexte que ce soit. C’est notre position inébranlable !

Le pays a besoin d’un budget de développement. Et nous l’avons proposé. I.I. Melnikov et V.I. Kashin, A.E. Lokot et P.N. Grudinin, N.M. Kharitonov et A.E. Klychkov, V.O. Konovalov et Y.V. Afonin, D.G. Novikov et N. V. Kolomeitsev, L. I. Kalashnikov et N. V. Arefiev, S. E. Savitskaya et Y. P. Sinelschikov, S. P. Obukhov et V. I. Sobolev, O. N. Smolin et N. A. Ostanina, N. I. Osadchy et A. V. Kurinny.

Le KPRF propose un certain nombre de mesures de base. Parmi elles : ne pas geler les fonds dans la “tirelire”, arrêter le transfert de capitaux à l’étranger et réviser le système fiscal. La principale mesure est la nationalisation des industries stratégiques, qui doivent répondre aux besoins de la société.

Une nouvelle ère s’annonce. Il est temps d’arracher la richesse nationale des mains de l’oligarchie ; d’annuler les résultats de la privatisation prédatrice. Ce sera juridiquement légal, moralement juste et économiquement correct. C’est le seul moyen pour la Russie de mobiliser des ressources, de mener une nouvelle industrialisation, d’assurer un développement rapide et de pouvoir s’enorgueillir de nouvelles victoires !

Se battre tous les jours

Chers camarades ! Il y a deux mois, le parti est sorti d’une nouvelle bataille électorale. Nous avons conservé avec confiance notre noyau électoral et laissé les trois partis parlementaires loin derrière, nous avons conservé notre position de principale force d’opposition.

Les cercles dirigeants n’ont pas réussi à transformer le soutien massif à l’opération militaire spéciale en un vote en faveur de Russie Unie. Les autorités n’ont pas réussi à “geler” le processus politique et à le placer sous un contrôle total. Ils ne seront pas non plus en mesure de le faire à l’avenir. Personne ne peut dire “stop” au temps. Personne n’interdira aux gens de penser. Nous proclamons la nécessité d’un large dialogue national. Mais c’est précisément ce que les autorités craignent.

La peur pousse les cercles dirigeants à recourir à des manipulations sans précédent. Les pourcentages aux élections de 2022 ne reflètent pas le niveau réel de soutien du KPRF par les citoyens. On le voit clairement dans la région de Krasnodar et dans la région d’Omsk, où nous n’avons pas reconnu les résultats des élections. C’était également évident à Moscou, où nous n’avons pas accepté les résultats du vote “à distance” électronique et les résultats d’un certain nombre de municipalités.

La technologie sale est de plus en plus répandue. Des candidats et des partis entiers sont utilisés. Ils ne leur permettent pas d’aller aux élections. Nos candidats ont été attaqués dans la région de Sverdlovsk et à Moscou. Les coffres-forts ont été changés à Krasnodar. Le vote anticipé était omniprésent à Vladivostok et Saratov. Des niveaux anormalement élevés de vote à domicile ont été observés à Penza, Tambov, Ryazan et en Ossétie du Nord.

Contre toute attente, le KPRF a remporté d’importantes victoires dans l’Oblast de Saratov, en Ossétie du Nord et dans l’Oblast d’Irkoutsk. Olga Al

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18332 messages postés
   Posté le 07-01-2023 à 22:59:40   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Mon commentaire sur le blog :

Le discours de Ziouganov est plein d’enseignements.
Il répond par exemple aux critiques de la bourgeoisie nationale russe sur la création des républiques socialistes.
Il donne des éléments importants pour la compréhension de la contre-révolution bourgeoise.

« Non, l’Union soviétique n’a pas été brisée par les principes du socialisme. Notre pays n’a pas été sapé par les ouvriers et les paysans largement représentés dans les Soviets. L’unité sociale et l’amitié entre les peuples n’ont pas entravé mais favorisé la marche en avant. L’URSS n’a pas été détruite par les valeurs de Lénine et de Staline. Au contraire, c’est sur eux qu’ont été accomplies les grandes réalisations d’importance mondiale ! »

Et sur les conséquences désastreuses pour les peuples de la restauration du capitalisme.
Naturellement ce discours contribue à l’unité des partis communistes et du mouvement communiste mondial, et il s’oppose au nihilisme gauchiste d’une prétendue troisième voie entre l’impérialisme occidental et l’essor du monde multipolaire, car l’hégémonisme US poursuit le rêve d’Hitler.
Je ne veux pas tout détailler mais insister sur un point qui nous concerne plus particulièrement:

Le discours de Ziouganov défend vigoureusement la construction du socialisme dans l’URSS de Lénine et Staline. Ceci va directement à l’encontre du « communisme déjà là », qui tente d’échafauder un capitalisme humain et universel, après avoir fait chorus au déferlement anticommuniste contre Staline, et attisé l’autodafé du marxisme-léninisme.

Ce week end, l’Humanité des débats publie « la République et le communisme », où l’auteur s’escrime à démontrer que le communisme se trouve déjà dans les principes fondateurs de la république bourgeoise : Liberté, Egalité, Fraternité.
Qu’il s’agit de « donner une suite à nos modèles républicains » .
Que « l’ambition communiste, aujourd’hui, devrait donc être de pousser cette logique jusqu’au bout, en contradiction absolue avec ce que réclame le capitalisme à son stade mondialisé et financiarisé : des hommes formatés pour être de simples rouages obéissants du système » .
Et pour finir, que « notre moment historique doit être aussi celui d’une sortie progressive du salariat, comme le réclame la révolution numérique et informationnelle, en reliant entre eux des travailleurs libres »
C’est une autre version du communisme déjà là, flattant le rêve que nous partageons de fraternité universelle, mais impossible à réaliser dans la société divisée en classes, et qui jette d’office à la poubelle l’indispensable dictature démocratique du prolétariat contre les exploiteurs.

Le comble de l’affaire est que sur la propre page facebook de l’auteur l’article a été commenté ainsi :
"le communisme est le processusqui doit conduire à une émancipation humaine"... Cette assertion introductive est, je dois le signaler malgré l’amitié que je vous porte, totalement fausse et déplacée. L’Histoire a démontré exactement l’inverse partout où le communisme s’est instauré. Ce n’est pas l’émancipation mais l’asservissement. Sous le communisme les peuples s’enfoncent dans la pauvreté , la contrainte quotidienne, la surveillance policière, le saccage écologique, l’aliénation mentale, l’incapacité à penser par soi-meme... Au minimum . Au maximum de la perversion, c’est la torture, les camps de concentration , la famine, les massacres de masse. Le nazisme fut une atrocité mais assez concentrée dans le temps et l’espace. Un douzaine d’année et l’empire allemand. C’est pourquoi personne aujourd'hui ne se réclame de ses crimes. Le communisme fut une engeance à échelle planétaire . C’est pourquoi , toute honte bue, ses zélateurs se réclament d’un universalisme. Pourtant, nulle part, absolument nulle part, ils ne peuvent se réclamer d’autre chose, que de la misère et de la souffrance humaine. C’esttrès triste d’avoir encore à ld rappeler en 2023. »

Il en ressort que pour tous les antis communistes, le communisme déjà-là ou le socialisme des jours heureux c’est du pareil au même. Le mot même de communisme ou de socialisme leur provoque déjà des éruptions cutanées ou un œdème de Quincke. Et il ne sert à rien de promettre des roses pour tout le monde, quand les bourgeois savent très bien qu’ils récolteront les épines. Inutile de se cacher derrière son petit doigt, de censurer nos objectifs, de dissimuler le passage obligé du socialisme entre capitalisme et communisme, et d’inventer un communisme déjà là pour se croire à l’abri de la calomnie.

« Les communistes ne s'abaissent pas à dissimuler leurs opinions et leurs projets. Ils proclament ouvertement que leurs buts ne peuvent être atteints que par le renversement violent de tout l'ordre social passé. Que les classes dirigeantes tremblent à l'idée d'une révolution communiste ! Les prolétaires n'y ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à y gagner » . [Le Manifeste – Marx & Engels].


Edité le 07-01-2023 à 23:00:01 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Le tournant du mouvement communiste international  discours de Ziouganov pour les 100 ansNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum