Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités françaises 

 dictature du capital & loi travail finalisée

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2Page précédente 
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10215 messages postés
   Posté le 27-01-2018 à 19:07:20   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur le site du ROCML :


Santé : Appel à la grève dans tous les Ehpad



L’insuffisance des effectif et des moyens dans les établissements accueillant des personnes âgées (Ehpad) et dans les services d’aide à domicile est reconnue par tous. La réforme de la tarification introduite par la Loi vieillissement dit « ASV », qui va se traduire par des suppressions massives de postes, est unanimement rejetée.

Loin de répondre aux demandes de l’ensemble du secteur, le président de la République refuse de recevoir une délégation des signataires de la lettre commune du 19 octobre 2017 et du 7 décembre 2017.

Suite aux propos de la ministre de la Santé considérant que les difficultés des Ehpad seraient dues à un « problème de management » et non uniquement à une question de financement, les organisations réunies le 14 décembre 2017 condamnent de telles déclarations qui ont pour objectif d’occulter la baisse des moyens alloués aux établissements.

C’est pourquoi les fédérations syndicales FO des services publics et de santé, CGT santé et action sociale, CGT des services publics, CFDT santé/sociaux, Unsa santé/sociaux et CFTC santé/sociaux, réunies le 14 décembre 2017, ont décidé d’appeler les personnels des établissements accueillant des personnes âgées et des services à domicile à une journée de grève nationale et de mobilisation le mardi 30 janvier 2018.

Cette grève a pour objectif d’améliorer l’accompagnement, les services et les soins envers les personnes âgées indissociables de l’amélioration des conditions de travail des professionnels, en exigeant du gouvernement qu’il réponde à nos revendications :

> application d’un agent ou un salarié par résident, tel que prévu par le Plan solidarité grand âge ;
> abrogation des dispositions législatives relatives à la réforme de la tarification des Ehpad, contenues dans la loi du 28 décembre 2015 ainsi que le retrait des décrets d’application ;
> arrêt des baisses de dotations induites par la convergence tarifaire et par conséquent maintien de tous les effectifs des Ehpad y compris les contrats aidés, qui doivent être intégrés et sécurisés ;
> amélioration des rémunérations, des perspectives professionnelles et de carrières, dans le cadre du statut et des conventions collectives nationales.
> Enfin, ils réaffirment leur ferme volonté d’être reçus par Emmanuel Macron.


Les fédérations CGT, CFDT, FO, Unsa et CFTC invitent leurs syndicats à organiser dans chaque département, dans le cadre de la grève, des rassemblement, manifestations, délégations auprès des délégations territoriales de l’ARS et des conseils départementaux.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10215 messages postés
   Posté le 06-02-2018 à 00:02:20   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

sur le site d'Avant Garde, un article sur les suppressions d'emploi chez Carrefour. La grande distribution, comme les banques, procède à de sévères restructurations et utilise à cette fin les nouvelles technologies. Ceci correspond à une concentration inégalée des monopoles, jusqu'à l'échelle régionale, pour affronter la concurrence mondiale.

CARREFOUR SACRIFIE L’EMPLOI SUR L’AUTEL DU CAC40

5 février 2018

Changement de PDG, changement de stratégie : la direction de Carrefour vire la barre et ce sont les salariés qui vont passer à la renverse !

Bompard, le magnat de la finance, arrivé à la tête du groupe il y a seulement quelques mois, ne fait pas dans la dentelle. L’annonce de sa stratégie était normalement prévue pour 2017 mais a finalement été repoussée au mardi 23 janvier dernier. Entre-temps, Bompard a distillé quelques informations sur son plan ; suffisamment pour maintenir un climat anxiogène au sein du groupe, pas assez pour qu’un grand mouvement puisse se construire pendant les fêtes.

Bompard étant incapable d’assumer les conséquences sociales de sa stratégie, ce sont les journalistes en conférence de presse qui ont appris aux salariés que plus de 5000 emplois seraient supprimés en tout et pour tout !

CARREFOUR UN GÉANT AU PIED D’ARGILE ?

C’est ce qu’essaye de faire croire la direction au prétexte de mauvais résultats en France et sa rétrogradation à la 9e place mondiale et 2e place nationale dans le secteur de la grande distribution.


Les parts de marchés de la grande distribution par enseigne en France en Octobre 2018. Source : KantarWorld Panel

Si Carrefour s’est effectivement fait doubler par des distributeurs qui ont été plus agressifs sur la baisse des prix et/ou plus innovants (comme Leclerc ou Amazon), le chiffre d’affaire mondial du groupe est en progrès et immense : 88 milliards d’euros de chiffre d’affaire en 2017.

Mais le chiffre d’affaire ne fait pas le profit et le groupe communique d’ailleurs davantage sur un résultat opérationnel (ROP) en recul de 15%.

Tout d’abord, un ROP n’est pas un résultat net : il existe encore beaucoup de « filtres » entre ces deux résultats comme le résultat financier. Les comptes 2017 du groupe n’étant publiés que le mois prochain, impossible de connaître le détail et savoir ce qui tire ce résultat vers le bas. Le même discours était utilisé en 2016 alors que leurs comptes révélaient que deux types de charges détérioraient les ventes en progression du géant de la distribution : les restructurations et les frais de publicité. Est-ce aux salariés de payer les mauvaises décisions de la direction ? Non !

Les hypers en France, accusés d’être un format caduc car leur chiffre d’affaire stagne en 2017, représentent tout de même la moitié du chiffre d’affaire réalisé dans le pays. Les magasins, tous formats confondus, en France assurent aussi presque la moitié des résultats mondiaux. Les hypermarchés ralentissent-ils donc la marche du groupe ? Non plus.

Les taux de marge commerciale, soit la différence entre l’argent tiré des ventes et le coût des marchandises, sont très importants dans le secteur de la grande distribution : entre 20 et 27% pour les produits alimentaires et un peu moins pour le non-alimentaire. Et celui de Carrefour a même tendance à augmenter : en 3 ans, ce taux de marge a gagné 1,4 points.

Le problème n’est donc pas que les magasins Carrefour ne soient pas rentables mais qu’ils ne soient jamais assez rentables pour sa direction et ses actionnaires ! Le groupe a d’ailleurs pu se permettre de verser 207 millions de dividendes au titre de 2015 à de grands actionnaires comme Bernard Arnault! D’ailleurs le cours de son titre connaît une belle envolée depuis que Bompard est arrivée à la tête du groupe et a annoncé ses grandes coupes!

DAVID CONTRE GOLIATH : LE CONCURRENT AMAZON

Bompard voit les choses en grand ! Il s’est fixé comme modèle commercial et ultime concurrent : Amazon. Ce géant de la vente en ligne a fait son entrée dans le secteur alimentaire depuis peu avec la vente en ligne de produits frais mais aussi dans la grande distribution avec l’achat de Whole Food.

Ainsi, Carrefour se lance pieds et poings liés dans une course à l’épuration. Parce que c’est ça le modèle d’Amazon : le stockage, la vente en ligne et le transport sur vente uniquement. Cela permet de supprimer tous les autres services (les caisses, le conseil, l’accueil…etc.), « charges » pour la direction, qui viendraient dégrader son taux de profit et de rentabilité .

Ainsi, la stratégie annoncée de Bompard pour faire face aux attaques d’Amazon sur son secteur s’articule autour de trois grands axes lourds de conséquences sociales et sanitaires pour les salariés :

– La stratégie omnicanal et multiformat
– Réorganisation des hypermarchés et mise en location-gérance
– Ouverture des magasins le dimanche

LA STRATÉGIE OMINICANAL ET MULTIFORMAT

Les distributeurs ont trouvé avec Internet une niche d’or. En effet, l’achat en ligne et la livraison à domicile ou en Drive permettent de vendre aux salariés-consommateurs un nouveau bien: du temps. C’est d’ailleurs LA fixette de Bompart: investir tous les canaux de distribution possibles notamment Internet.

Sauf qu’Amazon a pris une sacrée avance: les sites internet du groupe Carrefour comme RueDuCommerce.com, Courses.Carrefour ou Greenweez (magasin bio en ligne) ne sont pas à la hauteur. Trop segmenté, l’offre n’a pas la puissance de frappe d’une adresse unique comme Amazon.

Alors le PDG a décidé d’accélérer les choses en mutualisant ses achats avec Darty, prenant 17% de participation dans VentesPrivées.com et en louant les services d’une filiale de Publicis pour sa stratégie numérique. De tous ces partenariats, ce qui pourrait se profiler à long terme, c’est un rapprochement sous une même bannière qui serait en capacité de faire face à Amazon.

A l’echelle du groupe, un site Internet unique profitant de l’image de la marque principale doit voir le jour : Carrefour.com

Bompard boude les hyper et souhaite multiplier les formats de ses magasins. Le maillage des Cash&Carry et des Drive Carrefour est faible par rapport aux concurrents et peu automatisé. La multiplication de ces structures de Drive va changer les métiers de la grande distribution avec notamment des risques renforcés sur la santé au travail liés à la polyvalence, la cadence et/ou des troubles musculosquelettiques lors de la préparation de commande.

Ainsi pour renforcer son positionnement omnicanal et multi format, Bompard compte investir 2,8 milliards.

RÉORGANISATION DES MAGASINS ET LOCATION-GÉRANCE : « ALLÉGER » L’ENTREPRISE.

Le couperet est tombé et tout le monde est concerné ! Presque un quart des salariés des sièges avec la fermeture de celui de Boulogne (2 400 salariés) seront évincés par un Plan de Départ Volontaire.

Ensuite, le groupe cherche à se débarrasser de 273 des ex-magasins Dia qu’il avait acheté en 2014 pour les transformer en Carrefour Market, City ou Contact. N’ayant pas encore trouvé de repreneur, ce seraient 2 100 suppressions de postes supplémentaires selon la CGT.

Aussi, la direction de Carrefour souhaite, au prétexte de la stagnation des résultats et de la concurrence accrue ; réduire ses surfaces de ventes et réorganiser ses hypermarchés. Ainsi, l’espace dédié au non-alimentaire sera réduit au profit de la location à d’autres enseignes, d’une conversion pour la préparation de commandes ou simplement cédées aux galeries marchandes. Le groupe n’annonce pas de suppression de postes liés à cette mesure : cependant il pourra très bien ne pas remplacer les départs de la centaine de salariés concernés.

La direction prévoit également de se « séparer » de 5 hypermarchés, de les mettre en location gérance plus exactement. Cela permet à Carrefour de percevoir de l’argent pour la location de son fond de commerce (des redevances) tout en se dédouanant des « charges » fixes, de personnel…etc. D’ici 15 mois, environ 800 salariés devront renégocier leur accord d’entreprise, perdant ainsi nombre d’acquis individuels !

Et pour finir, Bompard prévoit un plan d’économies de 2 milliards d’économies d’ici 2020. Cette réduction des coûts grâce à « l’optimisation », la « rationalisation », l’automatisation et une productivité accrue pourraient supprimer une centaine de postes en logistique également.

C’est donc 5000 emplois du groupe en France qui sont en danger à terme.

LES JEUNES, VARIABLE D’AJUSTEMENT DE L’OUVERTURE LE DIMANCHE

Pour faire face à la stagnation de ses résultats et surtout mieux amortir ses coûts fixes, Carrefour souhaite doper les ventes. Dans sa logique simpliste, la direction soutient qu’ouvrir plus longtemps les magasins permettra aux clients de consommer plus. Sauf que le portefeuille des travailleurs-consommateurs n’est pas aussi élastique… La question du lissage des dépenses n’est d’ailleurs jamais abordée par la direction.

Outre la perte du repos dominical qui est un conquis de longue lutte, le volontarisme voulu par la direction est une promesse dans le vent. Sommes-nous vraiment libres ou non de travailler quand on a besoin d’arrondir ses fins de mois ou quand notre supérieur nous met la pression ?

Aussi l’accord cadre national d’ouverture des magasins le dimanche se fixe comme objectif national de 80% de recrutement externe, sorte de caution emploi mise en avant par la direction. Si cet objectif peut être respecté, ces recrutements sont parfois à 99% des emplois étudiants. Une site forte proportion de salariés jeunes et précaires risque de désorganiser le travail dans les magasins et de surcroit alourdir la charge mentale du personnel permanent contraint d’encadrer ces jeunes recrues.


CARREFOUR, UN EMPLOYEUR SUBVENTIONNÉ

Carrefour est le premier employeur privé de France, ce nouvel épisode de casse sociale est une question d’ampleur nationale et même internationale (la Belgique subit aussi des fermetures de magasins qui concerneront 1 200 salarié.e.s).

Le groupe touche 136 millions d’euros d’argent public chaque année au titre du CICE (Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi). Nouvelle preuve, s’il en était besoin, de l’absurdité de ce crédit d’impôt. Cet engagement de l’argent public au service des patrons, impose à l’Etat de réagir face à une catastrophe annoncée pour l’emploi.

La CGT et FO ont d’ores et déjà commencé le travail de mobilisation des salariés pour la semaine de mobilisation à venir du 5 au 10 février avec deux temps forts : un rassemblement devant l’hyper Carrefour de Montreuil le 5 en présence du numéro 1 de la CGT et une grève le 8 Février.


Edité le 06-02-2018 à 00:07:56 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10215 messages postés
   Posté le 06-02-2018 à 00:14:16   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

« Pour l’immense majorité des SDF qui dorment dans la rue, c’est leur choix » , a lâché hier le député LREM du 8e arrondissement de Paris, Sylvain Maillard


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10215 messages postés
   Posté le 13-02-2018 à 23:54:52   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sous-traitance et délocalisation simultanées dans le bricolage. L'article paru sur Boursorama fait apparaître une évolution de l'action de + 1.36% :

400 suppressions d'emplois chez Castorama et Brico-Dépôt


Reuters le 13/02/2018 à 19:572


LILLE (Reuters) - Le groupe britannique d'enseignes de bricolage Kingfisher a annoncé mardi en Comité central d'entreprise à Templemars (Nord) la suppression de plus de 400 postes dans les magasins Castorama et Brico-Dépôt.

La direction de Kingfisher a précisé le chiffre de 409 postes supprimés, 321 chez Castorama et 88 chez Brico-Dépôt et s'est engagée à proposer à 125 salariés un reclassement dans une enseigne du groupe.

Dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion avec les salariés, la direction évoque "la poursuite du déploiement de son programme d'investissements informatiques, la mise en place d'une centrale d'achat unique, des évolutions des métiers du marketing et du commerce, ainsi que la création d'un centre de services partagés en Pologne pour gérer ses activités de transactions financières et comptables" .

Cette annonce n'a pas surpris les syndicats qu ont dénoncé "le flou et l'imprécision des annonces" .

"Ce n'est pas 409 mais 446 postes qui, au total, seront supprimés dans ce que l'on comprend d'annonces très floues et imprécises" , a dit à Reuters Nicolas Euzenot, délégué syndical central de la CGT Castorama.

"La tension est forte car la direction a refusé la venue d'experts et sur chaque question posée, elle a botté en touche" , a rajouté le syndicaliste en précisant que 63 postes seraient supprimés au siège de Templemars à proximité de Lille.

Kingfisher avait annoncé le 8 novembre 2017 le regroupement en Pologne, à Cracovie, de ses services comptables et de gestion, faisant craindre aux syndicats une délocalisation.

(Pierre Savary, édité par Yves Clarisse)


Edité le 13-02-2018 à 23:59:10 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10215 messages postés
   Posté le 20-03-2018 à 00:05:28   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Ce fait ne nous avait pas échappé mais ils méritait quelques renseignements chiffrés pour mesurer l'ampleur du barbotage réalisé par les banques sur les salariés.
De fait les banques ont pratiquement imposé aux salariés le versement de leur salaire sur un compte, et les banques virtuelles sont mises en place par les banques elles-mêmes.
Je cite l'article en entier, la mauvaise foi des intéressés est assez visible pour qu'il ne soit pas nécessaire de commenter.



Les frais de tenue de compte bancaire ont explosé depuis 2013, selon Panorabanques

Le Figaro le 19/03/2018 à 18:180


INFOGRAPHIE - En 2018, les frais de tenue de compte atteignent 18,50 euros en moyenne, contre 6,60 euros cinq ans plus tôt, selon une étude du site Panorabanques.com. Une forte progression que la Fédération bancaire française met en doute.

La facture est de plus en plus salée. Depuis 2013, les frais de tenue de compte ont en effet été multipliés par trois, selon une étude réalisée par Panorabanques.com analysant les tarifs bancaires de 158 banques. Cette année, les frais de tenue de compte prélevés sur l'année s'établissent à 18,50 euros, en moyenne. Soit une hausse modérée de 2,2% par rapport à 2017.

Pour rappel, ces frais se définissent comme les «frais perçus par la banque pour la gestion du compte» , peut-on lire dans le décret n° 2014-373. Ils sont désormais facturés par la quasi-totalité des banques traditionnelles. «En 2018, près de 9 Français sur 10 sont dans une banque qui facture des frais de tenue de compte» , affirme le comparateur. Une exonération des frais de tenue de compte est possible. Les clients peuvent être exemptés de cette prestation dans l'éventualité où leurs revenus sont domiciliés au sein de l'établissement bancaire (NDLR: lorsque le détenteur d'un compte contracte un crédit immobilier, l'établissement bancaire peut exiger que ses revenus d'activité soient domiciliés en son sein, sur une période maximale de dix ans). L'usager peut aussi en être dispensé lorsqu'il souscrit une offre de services groupée, autrement appelée «package».

Hausse de 77% entre 2015 et 2016

Comment expliquer une telle inflation en cinq ans? Dans les faits, les frais de tenue de compte ont explosé en 2015-2016, à hauteur de 77%, selon le comparateur. Objectif pour les banques, «protéger leur rentabilité» dans un contexte marqué par des taux bas, assure Guillaume Clavel, fondateur de Panorabanques.com. L'arrivée des banques en ligne, et la naissance d'Orange Bank en 2017 notamment, semble avoir incité les banques à limiter l'augmentation des frais pour tenue de compte. Et pour cause, ces acteurs misent sur la gratuité de certaines prestations pour attirer de nouveaux clients. «Les banques se sentent très concurrencées, car aujourd'hui la croissance des clients se fait du côté des banques en ligne» , souligne Guillaume Clavel.
En 2018, «cinq banques baissent les frais de tenue de compte, dont deux qui les suppriment totalement, 19 banques ne facturent pas de frais de tenue de compte» , constatent ainsi les auteurs de l'étude.
«Cette hausse modérée marque peut-être une entrée dans la sagesse des banques» , souligne Serge Maitre, président de l'Association française des usagers des banques. «Dans les faits, elle intervient davantage comme une autorégulation des banques, afin d'anticiper une réaction des pouvoirs publics, qu'en réaction à l'arrivée de nouveaux acteurs» .

» LIRE AUSSI - Nouvelle inflation des tarifs bancaires en 2018

De son côté, la Fédération bancaire française met fortement en doute l'étude de Panorabanques.com. « La FBF conteste formellement les chiffres avancés» , assène-t-elle dans un communiqué. «Seul l'Observatoire des Tarifs Bancaires (OTB), qui dépend du Comité Consultatif du Secteur Financier, publie des données impartiales. Cet Observatoire indique, lui, que les frais de tenue de compte, en se basant sur les parts de marchés des tarifs des banques, ont augmenté sur la même période d'un peu moins de 30 points, donc bien loin du triplement annoncé. Par ailleurs, le rapport 2017 de l'OTB rappelle que (...) seuls 20 à 30 % des clients de banques payaient effectivement des frais de tenue de compte, du fait de nombreuses exonérations et réductions pratiquées par les établissements bancaires» .

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2Page précédente 
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités françaises  dictature du capital & loi travail finaliséeNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum