Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités Internationales 

 la diaspora chinoise ml et la gauche US

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14819 messages postés
   Posté le 03-01-2021 à 18:54:53   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Collectif Qiao sur la contestation de l'agression américaine contre la Chine, le rôle de la gauche occidentale

6 DÉC
ÉCRIT PAR QIAO COLLECTIVE

Le 6 décembre 2020, Charles Xu, membre du collectif Qiao, a pris la parole lors d'un panel organisé par Codepink et The People's Forum sur la manière de contester la guerre hybride menée par les États-Unis contre la Chine et le rôle de ceux qui font partie du noyau impérial. Vous trouverez ci-dessous le texte écrit de la conférence donnée par Qiao Collective sur le panneau. Il aborde un large éventail de sujets, notamment: le rôle des Occidentaux en ce qui concerne la Chine, la poussée de la Chine vers le socialisme et la lutte contre les récits de propagande sur la Chine.

https://youtu.be/B_UOIPLtAkI

Description de l'événement: «Face à l'agression croissante et bipartite des États-Unis contre la Chine, la désinformation, les récits racistes et le bellicisme rendent difficile la compréhension claire de la situation. Il est de la responsabilité de toutes les personnes qui espèrent un monde sans guerre, sans discrimination et sans marginalisation de comprendre la situation et de faire ce que nous pouvons pour changer. Rejoignez-nous pour la deuxième partie d'un enseignement en deux parties pour entendre diverses voix de différents secteurs de la société alors que nous réfléchissons aux actions que nous pouvons prendre: que pouvons-nous en tant qu'organisateurs, militants, étudiants, travailleurs, faire pour pousser à la désescalade et mettre fin à cette nouvelle guerre froide imposée par les États-Unis?

Lien de l'événement: https://peoplesforum.org/event/teach-in-us-aggression-on-china-what-can-we-do/

Texte de la parole:

Je voudrais commencer par remercier le Forum du Peuple pour l'organisation de cet événement et en nous positionnant en tant que Collectif Qiao. Notre site Web nous décrit comme «un collectif de médias chinois de la diaspora contestant l'agression américaine contre la Chine» .

Ce faisant, nous devons nous rappeler que la République populaire de Chine était autrefois, de mémoire d'homme, une étoile du nord pour une grande partie de la gauche occidentale. Depuis lors, les deux ont en grande partie perdu le contact et se sont séparés. Nous devons examiner les raisons et remédier à cette fracture, en particulier avec une nouvelle guerre froide contre la Chine qui approche à une vitesse terrifiante. Après tout, la gauche américaine a joué le rôle décisif dans le mouvement national pour mettre fin à la guerre du Vietnam, en grande partie parce que ses éléments les plus radicaux s'identifiaient si pleinement à l'ennemi officiel.

Diaspora chinoise: nous, au collectif Qiao, appartenons à la gauche occidentale en raison de notre géographie, de notre acculturation et de notre implication dans des luttes locales allant de l'organisation des locataires à l'abolition de la police. Mais nous, ou du moins nos familles, sommes originaires de toute la Chine continentale, de Taiwan, de Hong Kong et de l'Asie du Sud-Est. En tant que tels, nous avons un pied dans les deux mondes et sommes dans une position unique pour combler ce fossé.

Collectif des médias: J'espère que nous sommes tous d'accord pour dire que la relation entre la gauche chinoise et la gauche occidentale serait enrichie en ayant toutes les voix représentées - en particulier celles qui sont généralement filtrées avant d'atteindre l'autre «côté».

En Occident, nous entendons rarement ceux de la gauche chinoise qui soutiennent largement leur gouvernement, qui ne plaident pas ouvertement pour la démocratie capitaliste à l'occidentale, qui ne sont pas une sorte de «dissident», généralement élevé par les médias occidentaux. Et nous n'entendons pratiquement jamais quelles idées originales ils peuvent avoir sur la politique américaine . Ce type de contrôle intellectuel est extrêmement contre-productif. Avec nos traductions d'écrits de Tù Zhǔxí (Président Rabbit) sur la politique électorale américaine , de Jīliú sur le soulèvement de George Floyd et de Zǐ Qiú sur la réponse américaine à la pandémie , nous visons à commencer à combler cette lacune.

A l'inverse, la gauche chinoise n'a pas beaucoup dialogué avec la gauche révolutionnaire américaine. Mais beaucoup d'entre nous à Qiao se sont jetés dans le soulèvement de George Floyd et dans les mouvements en cours pour la libération des Noirs, pour l'abolition de la police et des prisons, pour la souveraineté et la décolonisation autochtones. Nous avons l'immense honneur de travailler aux côtés de groupes comme Black Alliance for Peace, Red Nation et Anticonquista dans un front commun contre le colonialisme américain et la suprématie blanche. Nous sommes particulièrement redevables à nos camarades de Red Nation pour avoir soulignéque l'encerclement militaire américain de la Chine intensifie l'oppression coloniale de Hawai'i, Guam, Okinawa et de nombreux autres peuples insulaires du Pacifique. Et une grande partie de notre présence sur les réseaux sociaux en langue chinoise est consacrée à faire prendre conscience de ces luttes communes à un public de gauche chinois.

Nous avons été ravis de voir ces analyses également retenues comme points de discussion par les hauts fonctionnaires! Par exemple, Huà Chūnyíng, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, laisse désormais régulièrement tomber des zingers dans ses conférences de presse sur les lynchages par la police ou le génocide des peuples autochtones aux États-Unis. Ne soyons pas si prompts à rejeter cela comme du «whataboutisme». Après tout, ce terme est né pendant la guerre froide pour détourner les critiques des horreurs de l'apartheid de Jim Crow. Le soi-disant «whataboutisme» de l'Union soviétique, de la Chine et d'autres États socialistes a exercé une énorme pression mondiale sur le gouvernement américain pour qu'il cède à bon nombre (mais pas toutes) des revendications du mouvement des droits civiques.

Ainsi, dans ces remarques, nous entendons des échos de l'internationalisme prolétarien audacieux de la Chine à l'époque Mao, qui la liait si étroitement aux éléments les plus révolutionnaires de la gauche occidentale. Nous voulons encourager un retour à un tel internationalisme - parmi nos camarades chinois, oui, mais plus important encore parmi nos camarades occidentaux. Nous pensons que la gauche chinoise devrait une fois de plus se considérer comme faisant partie d'une lutte commune des nations et des peuples du Sud, les «nations les plus sombres» comme le dit Vijay Prashad, pour se libérer des chaînes du néocolonialisme. Et nous voulons que la gauche occidentale autant que possible vienne de ce côté de la lutte. C'est pourquoi nous sommes fiers de travailler en étroite collaboration avec le Tricontinental Institute et bien sûr le People's Forum et Codepink.

Mais combler le fossé entre la Chine et la gauche américaine (et le mouvement anti-guerre plus large) reste une bataille difficile. En tant que matérialistes, nous devons examiner les véritables forces historiques qui ont conduit à cette séparation idéologique des chemins.

Commençons donc par l'essentiel: le milieu à la fin des années 70 a vu la fin de la Révolution culturelle, la consolidation de la scission sino-soviétique et un rapprochement diplomatique croissant entre la Chine et les États-Unis. Tout cela a conduit les États-Unis à poursuivre une stratégie de soi-disant «engagement», qui signifiait en réalité:

>Intégrer la Chine dans le capitalisme mondial en tant que partenaire important, mais périphérique et hyper-exploité;

>Affaiblir ses liens de solidarité avec le reste du Sud;

>Le subordonner aux diktats géopolitiques des États-Unis.

C'était le plan. La Chine, en revanche, est entrée dans cette relation avec l'intention de conserver sa pleine souveraineté politique et d'utiliser stratégiquement les investissements occidentaux pour développer sa propre base productive. Elle a peut-être commencé comme «l'usine du monde», mais elle ne se contente pas d'y rester. Au lieu de cela, il progresse rapidement dans la chaîne de valeur, ronge la part des entreprises occidentales dans les bénéfices de la main-d'œuvre chinoise et remet en question le monopole américain de la haute technologie.

La Chine peut ainsi faire pression pour un ordre mondial véritablement multipolaire à partir d'une position de sécurité et de force. Il apporte un immense soutien matériel et diplomatique aux pays du Sud qui sont confrontés à l'étranglement économique américain et au changement de régime: parmi eux l'Iran, Cuba, le Venezuela, la Bolivie et la RPDC. Tout comme l'Union soviétique l'a fait autrefois, mais sans doute avec des ressources encore plus importantes à sa disposition.

Et bien sûr, tout comme ils l'ont fait avec l'Union soviétique, les États-Unis essaient de faire passer ces démonstrations de solidarité Sud-Sud comme un sinistre plan de domination mondiale. De cette manière, il cherche à projeter (ou plutôt à déplacer) ses propres crimes et maux sociaux sur la Chine: en tant que puissance impérialiste hyper-capitaliste fondée sur le racisme et le colonialisme des colons. Bien sûr, le gouvernement ne le fait que si nudement maintenant parce que la stratégie d'engagement a manifestement échoué de son point de vue. Mais perversement, le fait qu'elle ait semblé réussir si longtemps est ce qui a aliéné la gauche occidentale de la Chine et l'a conditionnée à voir en Chine le reflet de la propre image monstrueuse de l'Amérique.

Sur le plan intérieur, la machine de propagande américaine travaille plutôt à positionner la Chine comme ce grand Autre oriental menaçant. Nous avons vu cela pendant la pandémie COVID-19 dans la rhétorique de Trump sur le «virus chinois» et dans les tentatives de surenchère de Biden. Dans un spasme de racisme anti-asiatique ouvert et souvent violent dans les rues. Et au niveau de l'État, dans le profilage racial et la persécution des universitaires et chercheurs chinois.

Dans cette atmosphère, le spectre du maccarthysme se profile. Je crains que nous ne voyions bientôt un retour aux serments de loyauté, aux listes noires professionnelles, à la police de la pensée la plus rigoureuse pour s'assurer qu'aucune personne d'origine chinoise ne puisse contredire les récits privilégiés du département d'État et rester dans la vie publique. Et il est extrêmement préoccupant pour nous que de nombreux membres de la gauche occidentale semblent déterminés à appliquer le même test décisif dans nos propres cercles.

En tant qu'anti-impérialistes vivant dans le noyau impérial, nous, à Qiao, insistons sur le fait que notre responsabilité première est de perturber la machine de guerre américaine, et non de débattre du caractère social ou économique des pays qui sont dans sa ligne de mire. Mais dans les espaces de gauche, nous insistons également sur la direction socialiste du chemin de développement de la Chine. Un chemin marqué par de nombreux inversions et compromis - mais dans un ordre mondial profondément inhospitalier, partant d'une position de pauvreté féodale, d'assujettissement semi-colonial, d'invasion étrangère et de guerre civile.

En tant que marxistes, nous insistons pour traiter le «socialisme aux caractéristiques chinoises» comme un processus. Un processus dialectique plein de contradictions mais aussi plein de possibilités. Pas une condition statique, encore moins une condition que la Chine pourrait atteindre d'une manière ou d'une autre en à peine quatre décennies.

Comme Jodie l'a mentionné, la Chine vient de franchir une étape importante dans ce processus: l' élimination complète de la pauvreté absolue . Une réalisation monumentale. 850 millions de personnes libérées d'un besoin abject en à peine 40 ans, et cela est resté presque totalement ignoré dans la presse occidentale. Les grillons absolus, et cela inclut la plupart des sorties dites «de gauche».

La réponse de la Chine au COVID-19, qui fait maintenant l'envie de l'Occident, a également montré au monde le vrai visage d'une société fondée sur la solidarité, faisant passer les gens au-dessus du profit. Les journalistes occidentaux se sont concentrés presque exclusivement sur sa nature descendante et «draconienne», sur les hésitations initiales et les faux pas qui ont été grotesquement disproportionnés. Ils n'ont pas rendu compte des efforts titanesques d'entraide de la base organisés par les cellules locales du Parti communiste. Le contraste avec les États-Unis pourrait difficilement être plus frappant. Ici, nous constatons un nombre de cas quotidien supérieur à 200 000, soit près de trois fois le total de la Chine au cours de toute la pandémie. Nous assistons à une vague d'expulsions massives qui a déjà coûté la vie à environ 10 000 personnes et qui devrait s'intensifier considérablement.

Un paysage médiatique qui enterre ou ignore de telles histoires - qui se limite exclusivement au terrain discursif défini par nos ennemis - est un paysage appauvri . C'est celui sur lequel la gauche et le mouvement anti-guerre perdront à chaque fois, face à un appareil de propagande beaucoup plus sophistiqué et puissant. Et c'est celui qui a déjà coûté d'innombrables vies: pas seulement à l'étranger, en fabriquant le consentement pour les sanctions génocidaires et les guerres de changement de régime, mais aussi ici chez nous. Le sang des nombreuses victimes américaines du covid-19 est au moins en partie entre les mains des médias qui, dans leur arrogance orientaliste, ont uniformément dénigré la réponse de la Chine et exclu la possibilité d'en tirer des leçons positives.

Pour résumer, malgré la pandémie, malgré la guerre commerciale, malgré l'agression non-stop des États-Unis, la Chine a respecté son échéance de 2020 pour mettre fin à l'extrême pauvreté. La prochaine échéance auto-imposée est 2049, le centenaire de la Révolution chinoise, pour devenir un «pays socialiste moderne». Bien sûr, c'est un objectif vaguement formulé. Mais qui d'entre nous ne veut pas que la Chine la rencontre d'une manière, d'une forme ou d'une autre? Qui parmi nous, avec une décence humaine, saluerait la perspective avec autre chose que de l'excitation?

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités Internationales  la diaspora chinoise ml et la gauche USNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum