Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités françaises 

 destruction du système de santé

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12128 messages postés
   Posté le 20-06-2019 à 18:49:13   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Ecrit un message)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sabrina Ali Benali : "On a détruit le système hospitalier"

Article mis à jour le 12/06/19 10:07

Les soignants sont à bout. Les grèves aux Urgences se multiplient. Les hôpitaux sont asphyxiés par les dettes. Des gens ont peur d'y être mal traités par manque de moyens. Sabrina Ali Benali est médecin, militante et sidérée par les réactions du gouvernement. Elle raconte.



Un mouvement de grève touche 95 services d'Urgences en France. Mais la crise ne s'arrête pas aux Urgences. Elle touche tout l'hôpital et plus largement de nombreuses professions de santé. D'où vient le malaise ? Qu'attendent les soignants du gouvernement ? Rencontre avec Sabrina Ali Benali, médecin, militante et auteur du livre "Révolte d'une interne. Santé. Hôpital : état d'urgence".


sabrina ali benali© ChercheMidi
En 2017, vous dénonciez la dégradation des conditions de travail à l'hôpital et le manque de moyens, dans une vidéo vue par des milliers de personnes.
En 2018, vous avez publié votre livre "Révolte d'une interne. Santé, Hôpital : Etat d'urgence". Aujourd'hui, les grèves se multiplient dans les services d'Urgences de France. La situation est donc toujours la même ?

Sabrina Ali Benali : Non, elle est surtout toujours plus grave. On était déjà quelques-uns, il y a quelques années, à dire qu'on allait droit dans le mur et que c'était les prémices de l'état d'urgence. On voit que la suite nous a donné raison puisqu'il faut qu'on en arrive là maintenant, à ce qu'il y ait des morts dans les salles d'attentes des brancards, qu'on assiste à des suicides tous les mois de nos collègues soignants, à ce que la police réveille ceux qui arrivent encore à tenir debout dans leur maison la nuit pour aller continuer le service. Et on vient nous asséner gentiment qu'on n'a pas le droit de se mettre en arrêt maladie, qu'on avait qu'à mettre un brassard et continuer à travailler jusqu'à ce que mort s'en suive.

Comment expliquez-vous que le gouvernement ne réagisse pas davantage à la colère des soignants ?

Sabrina Ali Benali : C'est comme un cheval qui a des œillères. En face, il y a une inondation et il continue d'y aller parce qu'il ne veut pas enlever ses œillères, alors qu'à gauche il y aurait un chemin libre. Il y a des solutions. Quand Madame Buzyn (ministre de la Santé dit qu'il n'y a pas de solutions miracles, il y en a, à condition de sortir de cette orthodoxie budgétaire.

"On laisse rentrer le privé jusque dans les murs de l'hôpital une fois qu'on l'a dépecé de ses moyens"

Quelles sont ces solutions et par quoi commencer selon vous ?

Sabrina Ali Benali : Dans les mesures immédiates, il y a : arrêter les fermetures de lits afin de pouvoir hospitaliser les gens et qu'ils ne s'engorgent pas aux Urgences et redonner l'effectif minimum qui est demandé par la Fédération hospitalière de France. D'une façon ou d'une autre, il faut arrêter d'asphyxier les hôpitaux. On a demandé à des hôpitaux de s'endetter auprès de banques privées depuis trois décennies. Aujourd'hui ils sont complètement pris à la gorge. Vous avez des services qui n'ont pas le budget pour acheter un respirateur pour un brancard. C'est ça la réalité. Il faut redonner des moyens aux hôpitaux, soit par une enveloppe budgétaire d'Etat, soit en décidant d'annuler leurs dettes. De cela peuvent découler d'avoir à nouveau du personnel, du matériel, et cetera. On répondrait déjà à une série de problématiques liées au sous-effectif chronique. Et puis il faut redonner une attractivité à ces métiers. Vous avez quand même des gens qui touchent à peine plus que le SMIC.

Les métiers de soignants attirent de moins en moins. Qu'avez-vous envie de dire aux femmes qui veulent devenir infirmière, aide-soignante ou médecin ?

Sabrina Ali Benali : Il y a un défaut de recrutement immense alors que c'est un métier qu'elles aiment beaucoup. Evidemment il faut aller vers les métiers que l'on aime, la seule chose c'est que là on prend les gants de boxe et on va au combat pour pouvoir faire ça correctement. Dans l'état actuel, tout le monde s'en va, soit vers d'autres modes d'exercices soit vers le privé ce qui fait qu'on va vers un système à l'américaine. Maintenant qu'on a détruit le système hospitalier, avec quelqu'un qui n'est même plus capable d'avoir le temps de vous amener un bidet ou de vous passer un coup de peigne sur les cheveux et bien c'est une conciergerie privée qui vous propose ses services avec un bon repas à livrer, un coiffeur ou qui gère votre retour à la maison. Aujourd'hui, votre séjour hospitalier, que vous ayez de l'argent ou pas, ne se passera pas pareil. On laisse rentrer le privé jusque dans les murs de l'hôpital une fois qu'on a dépecé l'édifice de ses moyens. La réelle volonté du néo-libéralisme, et c'est aussi pour ça que le gouvernement ne bouge pas, c'est d'ouvrir le champs du privé à tous les champs de la société.

"On est en train de monter un grand collectif pour rassembler tous les soignants et les citoyens"

Le 3 juin, sur votre compte Twitter, vous postiez un message disant : "Le cynisme des puissants ne suffira pas à nous abattre. Nous préparons encore plus grand." Que voulez-vous dire ?

Sabrina Ali Benali : Nos collègues des Inter-Urgences ont fait un travail formidable en amalgamant tous les services d'Urgences. Or, on voit bien aujourd'hui que ça dépasse l'état des Urgences. Les gens sont très en demande y compris dans les étages, les Ehpad, les infirmières en ville, les médecins généralistes. On a compris qu'il fallait qu'on organise un point d'ancrage de tous les métiers et aussi des citoyens parce que nombre de malades et d'usagers ont envie de nous aider mais on ne leur en offre pas tellement les moyens. Donc on est en train de monter un collectif pour essayer d'amalgamer et de projeter des actions sur tout le territoire qui concerneront tous les métiers de soignants et qui traverseront tous les établissements de santé et dans lesquelles les citoyens pourront nous rejoindre.

Aujourd'hui, vous ne travaillez plus en hôpital, pourquoi ?

Sabrina Ali Benali : Je travaille aux Urgences médicales de Paris. C'est une association de permanence de soins 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. J'avais besoin de temps pour écrire ma thèse et continuer à militer, ça me permet d'avoir un emploi du temps flexible. Je vais revenir faire quelques vacations dans un hôpital, mais malheureusement ils ont des besoins plus grands, comme plein d'autres. Et je ne suis pas prête à mettre ma santé en péril pour tenir des gardes de 24 heures durant.

"Dire à quelqu'un qu'il est mal traité parce qu'on n'a pas les moyens, c'est impossible pour nous"

Vous avez toujours voulu être médecin. Aujourd'hui, l'amour de votre métier est-il toujours aussi fort ?

Sabrina Ali Benali : Bien sûr sinon je ne mettrai pas autant d'énergie à pouvoir l'exercer. J'ai accompagné une famille dans la fin de vie de leur maman, c'est des moments qui sont à la fois durs mais en même temps on a une telle proximité avec tout le panel d'émotions et de sentiments du vivant et de l'humain. C'est ce que j'aime. On veut juste continuer à le faire bien. Ce qui est douloureux pour nous, c'est de ne pas avoir de réponses techniques à quelque chose. Quelqu'un qui est en fin de chimiothérapie, que tout a été essayé et qu'il y a un arrêt des soins qui est décidé, c'est comme ça, on a fait notre maximum, on ne peut pas aller plus loin. Par contre dire à quelqu'un qu'il est mal traité parce qu'on n'a pas les moyens alors qu'on sait qu'on pourrait les avoir, ça c'est pas possible. D'avoir des gens qui vous disent qu'ils ne veulent pas aller à l'hôpital parce qu'ils ont peur d'y être mal traités alors que vous savez qu'en restant chez eux, ils risquent de mourir dans la nuit, c'est intolérable. Une de mes collègues me disait : "Je passe ma journée à dire que je suis désolée". Les gens ne se représentent pas ce que c'est, tous les jours, 8 heures par jour, quand vous ne faites pas ce que vous devez faire.

"Il n'y a que le rapport de force du nombre qui peut entraîner quelque chose"
Vous êtes une femme très engagée. Comment vos combats ont-ils évolué depuis le début de votre militantisme ? Et comment les voyez-vous sur le long terme ?

Sabrina Ali Benali : Je n'ai jamais pensé les choses autrement que dans le collectif. Il n'y a que le rapport de force du nombre qui peut entraîner quelque chose. Après, honnêtement, je ne suis pas naïve politiquement mais je suis quand même un peu sidérée. Je ne pensais pas qu'ils (les membres du gouvernement) étaient capables d'aller jusque-là. Je trouve qu'on passe des caps cette année, pas que dans la santé, de manière générale dans notre démocratie qui sont un peu impressionnants, comme ça a été le cas avec la fausse attaque de la Salpêtrière*. Je n'étais pas préparée à ça, je n'étais pas préparée à avoir peur d'aller manifester un jour dans mon pays. On sait qu'on doit se bouger parce qu'on a peur pour nous, pour nos parents, pour notre santé, pour nos enfants. Je n'ai pas envie de dire à ma fille demain si elle veut être médecin ou infirmière que le seul métier qu'elle pourra faire tranquille c'est banquier. On sait que nous sommes dans un rapport de force mais là il faut qu'on soit très nombreux. S'il faut qu'on fasse une menace d'arrêt de travail et être 100 000 sur le territoire à présenter un arrêt de travail, on le fera. On ne les laissera pas faire. On appellera massivement à se réunir autour du mot d'ordre #nosviesd'abord.

*Lors d'une manifestation à Paris, le 1er mai 2019, des manifestants s'étaient réfugiés dans l'enceinte de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière pour échapper aux gaz lacrymogènes. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner avait parlé d'"attaque" de l'établissement. 32 personnes avaient été placées en garde à vue pour finalement être libérées quelques heures plus tard. Des vidéos et témoignages de soignants ont permis d'invalider la version du gouvernement.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités françaises  destruction du système de santéNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum