Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  le révisionnisme moderne 

 sur la désintégration de l'URSS

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16600 messages postés
   Posté le 27-01-2019 à 23:30:54   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Danielle Bleitrach met en ligne ce texte sur la désintégration de l'URSS et la restauration du capitalisme, dont la contre-révolution khrouchtchévienne apparaît clairement comme l'origine.

L'auteur fait aussi référence à un texte de Staline sur la poursuite de la lutte de classe sous le socialisme :

«Il est nécessaire de briser et de rejeter la théorie pourrie voulant que la lutte de classe soit censée diminuer progressivement, et qu’à chacun de nos progrès nos ennemis deviennent de plus en plus et plus conciliants. C’est non seulement une théorie pourrie, mais aussi une théorie dangereuse, car elle apaise notre peuple, le pousse dans un piège et donne à l’ennemi de classe l’occasion de se relever pour combattre le régime soviétique » [I.V. Sur les faiblesses du travail des partis et sur les mesures visant à éliminer les trotskystes et autres double-faces: compte-rendu du Plénum du Comité central du PCUS (B.) 3 mars 1937 // Pravda. 29 mars 1937].

Ce texte pourrait être mis en parallèle avec "A quoi tient cette aggravation"
A deux causes.
D'abord, à notre progression, à notre offensive, à la croissance des formes socialistes de l'économie et dans l'industrie et dans l'agriculture, croissance qu'accompagne une éviction correspondante des catégories correspondantes de capitalistes de la ville et des campagnes. La situation est telle que nous vivons selon la formule de Lénine: «Qui l'emportera?» Ou bien nous ferons toucher les épaules à terre aux capitalistes et leur livrerons, comme disait Lénine, le dernier combat décisif, ou bien ce sont eux qui nous feront toucher les épaules à terre.
En second lieu, cela tient à ce que les éléments capitalistes ne veulent pas quitter la scène de bon gré: ils résistent et continueront de résister au socialisme, car ils voient arriver leurs derniers jours. Or, pour le moment, ils peuvent encore résister; malgré la baisse de leur importance, ils n'en croissent pas moins en chiffres absolus: la petite bourgeoisie urbaine et rurale, comme l'a dit Lénine, en
gendre dans son sein chaque jour et à chaque heure, capitalistes et tout petits capitalistes, et ceux-ci — ces éléments capitalistes — prennent toutes les mesures pour sauvegarder leur existence.
On n'a encore jamais vu dans l'histoire que des classes agonisantes aient quitté la scène de bon gré. On n'a encore jamais vu dans l'histoire que la bourgeoisie agonisante n'ait pas mis en œuvre tout ce qui lui restait de force pour essayer de sauvegarder son existence. Que notre appareil soviétique de base soit bon ou mauvais, notre progression, notre offensive réduiront le nombre des éléments capitalistes et les évinceront; et les classes agonisantes, elles, résisteront envers et contre tout.
Telle est la base sociale de l'aggravation de la lutte de classes. »

[J. Staline – les questions du léninisme – de la déviation de droite dans le PC(b) de l’URSS - 1929]

Mais en 1939, après la « liquidation des débris boukhariniens et trotskistes » et l'élection des députés au suffrage universel, Staline Staline justifiait alors le maintien de l'Etat uniquement à cause de l'encerclement capitaliste :
« Ce qu'il y a de particulier dans la société soviétique de notre époque, à la différence de toute société capitaliste, c'est qu'elle n'a plus dans son sein de classes antagonistes, ennemies; que les classes exploiteuses ont été liquidées et que les ouvriers, les paysans et les intellectuels formant la société soviétique, vivent et travaillent en collaboration fraternelle. Alors que la société capitaliste est déchirée par des antagonismes irréconciliables entre ouvriers et capitalistes, entre paysans et grands propriétaires fonciers, ce qui conduit à l'instabilité de sa situation intérieure, - la société soviétique, libérée du joug de l'exploitation, ignore ces antagonismes; elle est affranchie des collisions de classes et offre l'image d'une collaboration fraternelle entre ouvriers, paysans, intellectuels. C'est sur la base de cette communauté d'intérêts que se sont développées des forces motrices comme l'unité politique et morale de la société soviétique, l'amitié des peuples de l'U.R.S.S., le patriotisme soviétique. C'est cette même base qui a donné naissance à la Constitution de l'U.R.S.S. adoptée en novembre 1936, et à la démocratisation totale des élections aux organismes suprêmes du pays ». […] « La fonction de répression militaire à l'intérieur du pays est devenue superflue, elle a disparu, puisque l'exploitation a été supprimée, les exploiteurs n'existent plus et il n'y a plus personne à réprimer. La fonction de répression a fait place à la fonction de protection de la propriété socialiste contre les voleurs et les dilapidateurs du bien public. La fonction de défense militaire du pays contre l'agression du dehors s'est conservée intégralement. Par conséquent, on a conservé aussi l'Armée rouge, la Marine militaire ainsi que les organismes punitifs et les services de renseignements, nécessaires pour capturer et châtier les espions, les assassins, les saboteurs dépêchés dans notre pays par les services d'espionnage étrangers. » [Staline et les questions du léninisme - Rapport au XVIIIe congrès du PC(b) de l'URSS]

Je souligne ces textes, qui sont probablement à la base des questions soulevées par Kara-Murza : existe-t-il encore des contradictions antagoniques dans la société socialiste, ou bien des contradictions de classe peuvent-elles devenir antagoniques ?
A quoi sert la dictature du prolétariat ?

Sur ce sujet, on lira dans la brochure "Contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit" le chapitre La poursuite de la lutte des classes dans la société socialiste [p169 à 177],
qui reprend ces textes et les confronte à d'autres écrits par Mao sur ce sujet, issus de la révolution culturelle et de sa rectification, ou plus récents.


__________________________


DIFFICILE DE CHERCHER UN CHEMIN
par Sergey KARA-MURZA
27
JAN

http://histoireetsociete.wordpress.com/2019/01/27/difficile-de-chercher-un-chemin-par-sergey-kara-murza/?fbclid=IwAR2TxxdfkC-UJTazUDw04974KGi2w6h2z7HSoHvEyfiB8KMmXGm1QCGD5rc


Un texte poignant traduit par Marianne… Qui dit la tragédie vécue par les Russes et dont ils osent à peine parler… Sous nos yeux, l’URSS s’est effondrée avec d’énormes sacrifices, et les adultes ne peuvent pas l’expliquer aux enfants et aux petits-enfants. Et les personnes âgées de ma génération essaient de cacher leur tragédie personnelle. Quelques auteurs modernes ont laissé à ce propos des textes épars, non pas dans un style sec et clair, mais sous la forme de textes émotionnels .

http://www.sovross.ru/articles/1793/42595



Je parlerai de moi, peut-être que quelqu’un me lira et en tirera des réflexions. Il est possible que je parle aussi partiellement pour mes amis et camarades avec qui nous avons discuté de notre catastrophe – de notre faute.

Formés par une éducation soviétique, nous nous sommes retrouvés naïfs et ignorants devant le spectacle de la désintégration, que nous ayons été partisans du système soviétique, incrédules ou dissidents récents. Cette période (environ 1985-1995) a été remplie de questions et d’hypothèses, de recherches et de lectures, russes et étrangères. Les nouvelles données étaient immédiatement publiées sous forme de controverses ou de malédictions adressées aux idéologues de la perestroïka. Leur contenu était simple: des faits révélant les mensonges antisoviétiques, des données sur l’économie et le système social de l’URSS, les dangers posés par la réforme, des informations utiles de l’histoire. Pour les sujets complexes, nous n’étions pas encore prêts, mais le flot de simples faits et arguments a malgré tout refroidi les illusions et les utopies du marché. Après 1992, tous ces textes sans aucune prétention à l’éloquence étaient ancrés dans la réalité sociale.
Au cours des 10 années suivantes, sans cesser de produire ces textes, la discussion s’est déplacée vers des problèmes plus complexes que nous n’avions pas traités à l’époque soviétique, ni dans les laboratoires ni entre amis. Ainsi, dans les années 1990 a été soulevé le problème de la modification de la conscience de masse («manipulation de la conscience»). C’était un état complètement différent de notre nouvel état et de notre nouvelle société – un changement très sérieux. La description de la maturation de la révolution russe et de la construction des institutions de la société soviétique posait de nombreuses questions que les sciences sociales (passées et présentes) contournaient et continuent de contourner. Toutes ces questions sont importantes pour la compréhension, mais je pense qu’elles le sont encore plus pour les jeunes qui ont besoin de savoir comment fonctionnait le système soviétique – ils devront le maîtriser, le revitaliser et le moderniser. Ce système est la base de leur vie, il n’y en aura pas d’autre. Il semble que tout le monde l’a compris.

Entre 1995 et 2015 les sociologues ont créé une vaste gamme de données empiriques dans lesquelles on peut voir le « squelette » (ou la carte) de notre avenir. La carte montre des caillots de problèmes complexes et des nœuds de conflits qui en découlent. Auparavant on s’efforçait de ne pas voir cela, maintenant c’est un matériel utile pour les ouvrages pédagogiques. Cette connaissance est utile pour la droite et la gauche, et le gouvernement lui-même.
Mais de ce tableau émergent quelques problèmes brûlants. Déjà au milieu des années 1990, nous avons commencé à discuter de la nature étrange de la crise post-soviétique, sans précédent dans les pays industrialisés, surtout sans guerre déclarée. Même si les autorités avaient pris des décisions erronées, il aurait dû exister des forces raisonnables dans l’État et la société d’un pays civilisé, capables de trouver des arguments pour mettre un terme au processus de destruction. Comment a-t-il été possible que pendant près de 30 ans on observe la destruction de l’économie nationale en continuant de discuter de choses insignifiantes? Quelle action a paralysé l’esprit et la volonté de la société, de l’intelligentsia, de la communauté scientifique, des militants politiques et des chefs de gouvernement? Comment cette psychose collective, ce trouble presque mystique, a-t-il pu s’emparer ainsi d’un peuple parfaitement éduqué?

Nous avons été confrontés à une tâche à laquelle aucun d’entre nous n’aurait pensé il y a dix ans. Nous avons commencé à collecter des sources, russes et étrangères, ainsi que les manifestations des symptômes de cet état inconnu. La conclusion était la suivante: il y a eu un effondrement des liens et des éléments du peuple et de la société. Ainsi, les livres «Démontage d’un peuple» et «Perdre la raison» ont été publiés. Nous écrivions dans l’urgence et les livres n’étaient pas de la plus haute qualité. Sûrement quelqu’un d’autre viendra et écrira mieux. Mais alors il aurait fallu se tourner vers la méthodologie des sciences sociales. Depuis 30 ans, il est devenu évident que les sciences sociales ont de plus en plus de retard par rapport aux changements de la société et de l’État. Ainsi, les principaux processus sociaux n’ont pas été étudiés ni reconnus, et ils ont débouché sur une crise systémique, qui a entraîné l’effondrement de l’URSS et un bouleversement planétaire.

Lors du 1er Congrès des députés du peuple de l’URSS, le 27 mai 1989, Y. Afanassyev a dénoncé la majorité des députés (« députés du peuple » à l’époque) comme « une majorité agressivement obéissante ». Il y a eu des cris et même des sanglots de députés, mais la plupart d’entre eux ne pouvaient pas utiliser leur avantage quantitatif, car ils se considéraient obligés de persuader les autorités: « Car voyez-vous, nous, les députés, nous voulons que tout aille pour le mieux. » C’est un fait: la culture politique soviétique a désarmé l’URSS. Les consultants de Harvard nous étudiaient et attendaient devant la télé jusqu’à ce que nous soyons mûrs.
Dans l’après-guerre, les sciences sociales soviétiques, rentrées au bercail du matérialisme historique [le mot emploi en russe est l’abréviation « istmat »], se sont éloignées de la méthodologie de la science de la formation, à l’origine de la création de l’URSS. Le système éducatif ne pouvait même pas expliquer quelle était l’innovation de Lénine. T. Chanine écrivait dans son livre de 1986: «L’espèce de honte que ressentent les communistes d’aujourd’hui devant l’incohérence de Lénine laisse de côté sa plus grande qualité en tant que leader: le talent de penser autrement, le courage de changer et la capacité de persuader ou de stimuler ses partisans par tous les moyens disponibles » [Chanine T. La révolution comme un moment de vérité. 1997].
Notez que la veille du mois de février, il y avait environ 10 000 personnes dans le parti bolchevique, bien moins que chez les mencheviks et socialistes-révolutionnaires. En février, à la sortie de la clandestinité, 125 organisations bolcheviques comptaient 24 000 membres et en juillet, il y en avait déjà 240 000, en octobre 350 000 – les bolcheviks sont devenus le plus grand parti de Russie. Alors qu’il n’y avait ni presse ni télévision.

Au moment de la révolution, la population de la Russie était composée de 85% de paysans et environ 5% de travailleurs de l’industrie. La vision du monde de cette masse de travailleurs a influencé les autres groupes – la société paternaliste de caste n’était pas encore devenue une société de classe. De nombreuses valeurs, traditions et normes unifiaient la société.
Mais le processus de développement de l’URSS s’est déroulé à un rythme extraordinaire. Après la guerre s’est produite une urbanisation rapide de l’URSS. En 1950, 71 millions de personnes vivaient dans des villes et 190 millions en 1990. Les nouvelles villes étaient habitées par des jeunes de la génération d’après-guerre. La société changea rapidement: en 1950, il y avait 15 000 établissements d’enseignement secondaire en URSS et 70 000 en 1990. La proportion de spécialistes ayant fait des études supérieures a augmenté rapidement: en 1929, 0,23 millions d’entre eux avaient achevé leurs études supérieures, en 1940 – 0,9, en 1950 – 1,4, en 1960 – 3,55, en 1970 – 6,9, en 1980 – 12,1 et en 1989 – 20,2 millions de personnes (14,5%).
La structure de l’emploi dans l’économie nationale a rapidement changé. En 1928, 8% travaillaient dans l’industrie et la construction et 80% dans l’agriculture et la foresterie. En 1970, le ratio était de 38% et 25%. Mais surtout, les groupes socioculturels ont commencé à prendre forme rapidement et à prendre conscience de soi. Dans le même temps, les nouveaux métiers ont commencé très rapidement à se détacher des métiers traditionnels – dans tous les secteurs.
C’était déjà une société différente. L’héritage du communisme russe est devenu de l’histoire et les nouvelles générations de la nomenklatura ont commencé à la parasiter et à la saper. Déjà à l’époque de la perestroïka, les jeunes montraient leur ignorance dans leur image de la révolution et de la construction de l’URSS. Il y avait là une menace nationale.



Les véritables succès de la première étape, en particulier la Victoire, pour les générations de l’après-guerre étaient déjà de l’histoire ancienne. Tandis que pour les générations plus âgées, ils étaient les résultats «vivants» d’un travail énorme. Dans l’esprit des générations plus âgées, la réalité héroïque et tragique se combinait. Mais le vingtième Congrès du PCUS a détruit la pierre angulaire de l’État – le sens du passé. Quand elle est brutalement retirée, comme l’a fait Khrouchtchev, on obtient en retour du cynisme et une haine sourde, même si elle est inconsciente. Après le vingtième Congrès, les vieillards se turent et la génération d’après-guerre déjà dans sa majeure partie citadine entra en scène ; elle se distinguait par sa liberté de penser et la communication entre générations se détériora.

Maintenant, probablement, les jeunes ne se représentent guère un facteur fondamental auquel notre éducation n’a pas prêté attention: la société soviétique jusqu’aux années 1950 était scellée par une solidarité mécanique. Cela signifie que la très grande majorité des citoyens étaient très proches dans leur mode de vie, leur culture et leur vision du monde. Tous étaient des travailleurs réalisant un grand projet. Cette société était comme une fraternité religieuse. Surtout après la guerre civile et jusqu’à la fin des années 1950. La population était dans un état d’ » unité des travailleurs au-dessus des classes « . La guerre et le désastre, puis la victoire, ont uni encore plus le peuple soviétique. La majeure partie de l’intelligentsia et des employés du gouvernement, même ceux ayant fait des études supérieures, était issue des milieux ouvriers et paysans. Elle pensait principalement en accord avec la majorité. On peut dire de l’état de la population qu’elle constituait une unité anthropologique.

Une telle unité (et plus encore la Victoire et le culte de Staline) était un facteur important pour que les dirigeants et les universitaires ne voient pas les nouveaux changements ni les nouvelles menaces en germe. Et ils ne prêtaient pas attention aux avertissements. En 1924, A.V. Chayanov a émis un jugement important et un pronostic: «Dans le système du communisme d’État, il n’existe pas une des catégories économiques nationales typiques des structures économiques que nous avons examinées. Le processus purement technique de production et de reproduction des moyens de production constitue une exception.

Le tableau que nous avons tracé, reflétant la morphologie du système, contribue peu à la compréhension de sa dynamique. Mais ceci, apparemment, n’est possible qu’avec une longue étude du régime et de son fonctionnement et pas avant que ses idéologues et ses théoriciens en créent une théorie organisationnelle cohérente. ”

Et il a ajouté en note un commentaire sous la forme de trois questions. Voici la troisième question: «Quelles mesures peuvent prévenir l’apparition dangereuse dans la société socialiste sur la base des nouveaux rapports de production d’une nouvelle couche sociale, qui pourrait créer de telles formes de répartition du revenu social dans lesquelles le régime dans son ensemble perdrait son haut contenu idéologique initial?» [Chayanov A.V. Sur la question de la théorie des systèmes économiques non capitalistes // A.V. Chayanov. Économie paysanne. Moscou: Economie, 1989, p. 139].

Staline a également évoqué d’autres menaces: «Il est nécessaire de briser et de rejeter la théorie pourrie voulant que la lutte de classe soit censée diminuer progressivement, et qu’à chacun de nos progrès nos ennemis deviennent de plus en plus et plus conciliants. C’est non seulement une théorie pourrie, mais aussi une théorie dangereuse, car elle apaise notre peuple, le pousse dans un piège et donne à l’ennemi de classe l’occasion de se relever pour combattre le régime soviétique » [I.V. Sur les faiblesses du travail des partis et sur les mesures visant à éliminer les trotskystes et autres double-faces: compte-rendu du Plénum du Comité central du PCUS (B.) 3 mars 1937 // Pravda. 29 mars 1937].

Nous, étudiants de première année de la faculté de chimie de l’Université de Moscou, avons entendu cela après le vingtième congrès du PCUS. Le professeur nous a présenté cette déclaration de Staline comme une absurdité, il a même ri. Néanmoins, mes amis et moi-même n’avons pas trouvé cela absurde. Nous y avons réfléchi, mais nous n’avons pas trouvé de raisons compréhensibles pour justifier le jugement de Staline concernant l’URSS. Il n’y avait aucun ennemi de classe parmi nous, et pourquoi «avec chacun de nos progrès», l’ennemi «pousse notre peuple dans un piège»?

Cependant, ni nous, ni les étudiants, ni les enseignants, ni les académiciens, ni même les dirigeants du PCUS, n’avons vu que tout changement, et même «chacun de nos progrès» crée des risques. Ce fut un échec fondamental de notre éducation et de notre science.
Un grand défaut de l’héritage de la sphère symbolique soviétique est qu’on en a complètement expurgé les résultats des délibérations et des réflexions amères au sujet de nos défaites et de nos erreurs. Khrouchtchev s’est chargé de cette tâche – de manière accusatrice et destructrice, puis les dissidents – sapant progressivement la légitimité de l’URSS. Et pourtant les défaites et les erreurs sont une source irremplaçable de connaissances et les embryons d’innovations importantes. Même de nos parents qui ont construit l’URSS et qui se sont battus, il nous était difficile dans les années 1960-1970 d’obtenir une explication claire de la logique d’une décision erronée ou de la raison de l’échec d’une prévision – comme si les personnes âgées avaient reçu depuis longtemps l’interdiction de révéler le côté sombre de l’histoire. Les personnes âgées avaient alors une «connaissance implicite», elles réparaient rapidement les dégâts et trouvaient de meilleures solutions. Mais les vieillards sont partis et nous sommes restés sans connaissance.
Dans les années 50 et 60, sont entrés en scène les chestidesiatniki [«la génération des années 1960», NdT], la fine fleur de nos études sociales. Et peu à peu, le sommet du PCUS les suivit et aboutit à une impasse. Je parle de la partie du sommet qui a essayé de conserver et de sauver l’URSS. Mais cette puissante élite crût jusqu’à la fin que le peuple soviétique avait aussi des valeurs fondamentales, des idéaux et une foi, qu’il ne permettrait jamais de briser ce système.
Les sciences sociales des années soixante ont eu une grande influence sur l’intelligentsia par le biais de l’éducation, des médias et du système d’éducation idéologique. Par l’intermédiaire de ces canaux, une grande partie de l’intelligentsia est passée à la «dissidence malveillante» et, par le contact personnel avec l’intelligentsia, ces sentiments ont contaminé les larges masses de travailleurs. En même temps, ni l’intelligentsia, ni d’autres communautés n’avaient l’intention de détruire l’URSS. Nous voulions le meilleur! On se complaisait dans le moralisme, rejetant toute mesure et tous calculs. Et qu’en est-il résulté? Que vers la fin des années 1980, on avait complètement fermé les yeux sur la réalité.

Dans toute société, il y a des zones d’ombre. Par exemple, le monde du crime, les dissidents qui rejettent les normes de base et mènent une existence semi-clandestine. En période de stabilité, ces communautés tentent de ne pas créer de conflits ouverts et ne posent pas de problèmes à la société et à l’État.

Au moment de la mort de Staline, même les élèves de septième année [équivalent de notre Troisième, NdT] ressentaient cela. Les professeurs arrivaient en pleurs et nous comprenions que ce n’était pas du tout à cause du culte de la personnalité. Tout fichait le camp dans une direction complètement différente et l’incertitude était angoissante. Et déjà en 8e année, s’est produite une scission inexplicable – les «styliagi» [стиляги, les yé-yé soviétiques, NdT] se sont démarqués du groupe et ça a fait réfléchir tout le monde. Il s’agissait d’une communauté consolidée, qui s’était détachée de notre masse. C’était un signal alarmant, une fissure dans notre « société chaleureuse face à face » (comme les sociologues occidentaux appelaient notre société).

Au cours de la période d’incubation de 1955-1985, on assiste à une désintégration de la société soviétique et à la floraison de communautés nombreuses et influentes qui ont mûri et donné naissance à la perestroïka. Le « marxisme antisoviétique » dans le milieu des chestidesiatniki et des littéraires a joué un grand rôle dans les années 1970-1980.

L’échec fondamental du système politique de l’URSS réside dans le fait que les sciences sociales, qui ont pris le matérialisme historique comme base méthodologique, se sont développées dans le paradigme de la Naturphilosophie et non comme une connaissance indépendante des valeurs morales. Les sciences sociales remplissaient des fonctions idéologiques et rituelles, tandis que les praticiens suivaient le bon sens et l’expérience, c’est-à-dire la connaissance implicite. Après la guerre, la génération de praticiens a quitté la scène et la génération suivante a été élevée par des « idéologues ». La communauté la plus cohérente et faisant autorité chez ces «idéologues» était ceux qui acceptaient avec enthousiasme l’innovation charismatique de Khrouchtchev, son «dégel».
Un panorama de l’histoire des études sociales d’après-guerre indique: «Les sociologues des années soixante considéraient leurs travaux comme une sorte d’instruction que le gouvernement devait utiliser pour améliorer la situation… La fin du « dégel » dans les mémoires est marquée par un effondrement de l’espoir… Le début de la « stagnation » dans les mémoires en règle générale, correspond à une modification du format de l’interaction entre sociologues et autorités : il ne s’agit plus maintenant d’une coopération, mais d’une activité subversive… Les sociologues, qui ont vaincu la tentation de coopérer avec un pouvoir ayant trompé leurs attentes, considèrent maintenant leurs études comme une «résistance au système, mais avec l’aide des connaissances scientifiques » [D. Dimke Classiques sans classiques: origines sociales et culturelles du style de la sociologie soviétique // SOTSIS, 2012, n ° 6] « .
En 1994, V.A. Yadov et R. Grathhoff écrivent: « L’unicité de la sociologie soviétique réside principalement dans le fait que son implication dans le processus de reproduction des valeurs idéologiques et politiques fondamentales de la société soviétique est devenue un facteur important de sa réforme et, en définitive, de sa transformation révolutionnaire ».
Il est évident que la partie influente de l’intelligentsia humanitaire, proche du gouvernement et bénéficiant du soutien de l’Occident, a pris une position de confrontation avec la majorité de la société soviétique. Dans les années 1970, ce conflit a dégénéré en une guerre froide interne (informationnelle, psychologique et pour finir économique). La majorité, dans un État sans projet, sans organisation et sous une pression idéologique intense, a été défaite.
Il semble maintenant étrange que beaucoup de gens ne reconnaissent pas le fait que des groupes assez importants d’anciens citoyens soviétiques se sont vraiment séparés des autres, ayant rompu leurs liens de solidarité avec la majorité. Mais dans les années 1970, il était impossible de ne pas voir émerger des communautés qui haïssaient clairement l’URSS – et parmi eux nombre de nos camarades et amis qui n’étaient pas des descendants de nobles ou de bourgeois, et même au contraire, il y avait parmi eux des enfants de bolcheviks.

Gorbatchev ou l’académicien Sakharov trois fois héros du travail socialiste étaient-ils des ennemis de classe? Nous n’avons pas eu l’idée de réfléchir aux changements de société qui ont rapidement permis aux gens de vagabonder sur des chemins inconnus. Nous ne pouvions même pas exprimer l’idée que ce ne serait pas des ennemis de classe, mais des citoyens soviétiques normaux qui soutiendraient une minorité active sapant les fondements de l’URSS. Nous n’avions pas de mots ou d’arguments pour cela. Et même maintenant, il est difficile de trouver les mots justes. Ce n’est pas la faute de notre peuple, c’est notre malheur national. Nous n’avons pas été à la hauteur – tous autant que nous sommes, nous comptions sur la solidarité et nous n’avons pas compris comment la société évoluait.

Je voudrais parler d’un coup porté contre l’URSS, mais je considère que c’est un coup très dur. C’est la faiblesse de la science sociale en Russie, qui est née de la littérature du dix-neuvième siècle. On dit que notre révolution et l’URSS s’appuyaient sur la science de la formation (c’est-à-dire la création de quelque chose qui n’existe pas encore), bien qu’il s’agisse d’un savoir implicite. Cette connaissance a été développée par les paysans et les explorateurs avec leur communisme communautaire – ainsi que par Lénine et ses jeunes disciples. Il a relié le communisme paysan à une science non classique. Bertrand Russell a écrit: «On peut supposer que notre siècle entrera dans l’histoire comme le siècle de Lénine et d’Einstein, qui ont réussi un formidable travail de synthèse, l’un dans le domaine de la pensée, l’autre dans l’action. … Les hommes d’État de la taille de Lénine n’apparaissent dans le monde qu’une fois par siècle et il est peu probable que beaucoup d’entre nous vivront assez vieux pour en voir un autre. »

Mais après les années 50, les personnes âgées ont quitté la scène et la science sociale « explicite » est devenue un écran de fumée de la réalité. Je dirais que l’absence de sciences sociales scientifiques dans une société complexe est plus dangereuse que la perte des sciences naturelles. Parce qu’il y a toujours un endroit où vous pouvez trouver ou acheter les brevets nécessaires, mais pas en sciences sociales.

Voici les jalons qui m’ont frappé. Le premier est en 1954, je suis en huitième ou neuvième année. Soudain sont apparus les « stiliagi ». Nous avons eu six de ces gars en classe. C’étaient des enfants de l’immeuble «du Général». Pour la première fois, un groupe rejetait le fondement même de la pensée et de la vie soviétique. Et alors, le père d’un de ces gars m’appelle et dit: «Serioja, tu es secrétaire du Komsomol, il faut qu’on parle. Viens à mon bureau. » Je suis venu. Il s’est avéré qu’il était un organisateur de parti du plus haut rang – un immense bureau, un drapeau. Je vois un homme fort, intelligent, bardé de médailles. Et il dit: «Que se passe-t-il? Qu’est-il arrivé à mon gamin? Pourtant, nous l’avons élevé comme tous les autres. » Il demande: « Eh bien, quoi, explique! » – et se met à pleurer. A sangloter.

J’ai eu peur, j’ai essayé de le calmer. C’est un responsable politique, il a fait la guerre, et il me demande: « Qu’est-ce qui se passe, explique. » Je suis parti et me suis dit: où est notre science? Les stiliagi ont été matés, mais on n’a pas étudié ce phénomène. Et les explications dans la presse étaient fausses.

Le deuxième cas est en 1956, à l’automne, je suis en première année de MGU [Université de Moscou, NdT]. C’était après le vingtième congrès. Nous devions faire une tournée d’agit-prop dans la région de Kalinine, à travers les forêts et les villages. Il n’y avait pas encore l’électricité, et nous marchions à pied, c’était comme ça dans notre faculté. Nous arrivions dans un club ou une l’école, tout le village se réunissait, pour un concert, pour écouter des histoires. Nous nous demandions ce que nous allions dire dans les villages à propos du XX Congrès, car on nous demanderait: « Que se passe-t-il? »

Mes camarades m’ont dit: « Va au comité du parti de la MGU, qu’ils nous donnent des instructions, qu’ils nous expliquent. » J’ai téléphoné, j’y suis allé. Un membre du comité du parti, un professeur de la faculté de philosophie, m’y attendait. Je demande: «Que dire aux gens, comment interprétez-vous ce changement ou cette rupture? Comment expliquer aux gens ». Et il a juste levé les bras au ciel. «Je ne peux rien faire, dit-il. Je ne peux rien conseiller à personne. Parle-leur d’homme à homme. »

Et il y avait beaucoup de telles questions. En 1960, je faisais de la recherche à l’Académie des sciences et là, parmi les « chestidesiatniki », de trois ou quatre ans plus âgés que moi, les idées de la perestroïka étaient dans l’air, mais à l’état embryonnaire. Presque tous les jours, ils discutaient de ces idées. C’était un laboratoire merveilleux, nous étions tous amis, nous adorions la chimie, mais notre équipe s’est fissurée. Mes camarades et moi avons essayé d’expliquer qu’il s’agissait d’utopies, d’illusions. Mais nous n’avions ni langage, ni théorie – ce que l’on nous enseignait n’avait aucun lien avec la réalité.

Et je suis allé à Cuba voir la révolution, dans d’autres conditions. J’ai vu, comme dans une fiole, les problèmes de la révolution et les options pour les résoudre. Puis, à Cuba, des philosophes, des historiens et des analystes arrivaient d’Europe, des États-Unis, d’Amérique latine et du Comecon. J’ai passé du temps avec eux, j’ai écouté, puis parlé à de nombreux Cubains. Pour moi, cela ressemblait à un atelier analysant une société complexe à un moment exceptionnel. J’en suis ensuite venu à la conclusion que chez nous aussi nous étions dans une situation de désintégration de l’unité de la société.

Rentré à Moscou, j’ai quitté la chimie pour l’étude des sciences, et suis tombé dans le cercle des philosophes, économistes, sociologues, etc. J’avais grandi dans un laboratoire, accepté ses normes, et j’ai été choqué par la pensée des « littéraires ». Ils m’avaient bien accepté, lisaient avec intérêt ce que j’écrivais – mais comme si j’étais un martien. L’ensemble de faits, de logique et de conclusions qui composait leur monde était incompatible avec les miens. Comme aurait dit un philosophe étranger [Borgès, NdT], ils avaient la «pensée du pays de Tlön». C’est une terrible dystopie – quand les gens rejettent la réalité pour le plaisir de jouer.
Et puis notre sillon a de plus en plus évolué vers la convergence avec les États-Unis. Au cours de la perestroïka, nous avons commencé à grappiller de ci de là des éléments de connaissance et parallèlement à l’idéologie de la perestroïka, nous avons commencé à jeter, avec une joie maligne, sur la tête des citoyens soviétiques des sacs d’immondices de «révélations» dans lesquels les grains de vérité étaient enveloppés de plusieurs couches de mensonges. Et le résultat a été que la majorité de la population a reculé devant l’étude des accidents et des catastrophes de la machine soviétique.

Rappel: en 1989, selon les sondages d’opinion les travailleurs considéraient de manière négative un changement du système social et la transition vers le capitalisme. Le chômage était rejeté par les travailleurs comme une absurdité et on ne leur posait même pas la question. Mais en avril-mai 1991, des sondages dans trois grandes usines montrent que: 29% des travailleurs souhaitaient aller « sur la voie des pays capitalistes développés d’Occident ». Pour la propriété étatique et coopérative des moyens de production : 3% des travailleurs. À présent, 54% des travailleurs sont d’accord pour dire qu’un «peu» de chômage est nécessaire, et un tiers seulement se déclarent catégoriquement opposés au chômage en URSS, car il est nocif et inhumain.
Conclusion: les idéaux des générations qui ont fait la révolution, construit l’URSS et combattu – sont devenues une tradition qui n’agit plus comme un système de normes permettant de prendre des décisions concrètes. Ces idéaux imprégnaient la pensée des 3 à 4 générations qui ont vécu les maux et les victoires de la première moitié du cycle de vie de l’URSS et qui avaient une connaissance générale de la première étape. Dans ces conditions, le projet antisoviétique a été mis en œuvre très facilement – et les 18 millions de membres du PCUS n’ont pas ressenti de catastrophe imminente et ne voulaient pas croire que tout cela arriverait.
La majorité a subi la liquidation de l’URSS comme une lourde perte. 75% ont qualifié la privatisation de l’industrielle de prédatrice, c’est-à-dire que la privatisation était considérée comme perverse. Des anciens membres du PCUS après l’interdiction de ce parti, la plupart ne sont pas devenus anticommunistes et ont été profondément offensés par les actions des autorités et par le sommet de la nomenclature du parti. Dans sa grande masse, toute la population a été insultée – par le non respect du référendum, les provocations, le pillage et le luxe ostentatoire, les mensonges continus et railleries de la télévision, etc.

Mais une insulte en soi ne change pas l’état. Il nous faut une connaissance sobre de la réalité – en mouvement. Ici on ne peut pas en dire plus. Mais voici un facteur imperceptible, mais très important. Ce changement était inévitable du fait d’une nouvelle étape dans le développement de l’URSS. De plus, il a été combiné avec d’autres changements fondamentaux. C’est un changement dans le type de solidarité entre les personnes et la société. Cela s’est produit dans toutes les activités de la société.

Nous avons dit que la structure de la société après 1960 avait été transformée. Les liens de la solidarité mécanique de la majorité ne se sont pas brisés, mais ils se sont affaiblis et beaucoup ont commencé à trouver pesante la «dictature sur les besoins» et l’exigence même de «l’unité». Très peu de gens ont alors vu derrière cela le symptôme d’une crise profonde imminente. En URSS, ni l’état ni la science n’étaient prêts pour une telle crise de la société soviétique. Cela aurait nécessité la formation en douceur d’une solidarité organique avec hybridation ou d’une coexistence avec une solidarité mécanique, en évitant la rupture et le vide. Tous les groupes et toutes les communautés auraient dû se connecter comme un « organisme ». Malheureusement, les sciences sociales et humaines de l’URSS ne se sont pas acquittées de cette tâche et, encore aujourd’hui, ces sciences ne s’en occupent pas en Russie.

L’émergence explosive de nombreux groupes de professions et de valeurs différentes a créé pour le système politique une impossibilité réelle de rassembler une nouvelle population dans une société et une nation – l’ancienne machine d’État-parti ne pouvait ni comprendre, ni anticiper, ni développer de nouvelles technologies. Et la jeune génération éduquée de la nomenklatura était déjà un fossoyeur de l’URSS (quelques-uns actifs, la majorité étant passive).
Il ne s’agit pas de quantité, mais le fait est que toute communauté au moment de sa formation possède des qualités spéciales (activité, créativité, rébellion, etc.). À la fin du XIXe siècle, il y avait peu d’intelligentsia en Russie, mais c’était devenu le «levain» de toute la Russie. En URSS, la jeune intelligentsia urbaine d’après-guerre était une communauté différente de la vieille intelligentsia russe et de la première intelligentsia soviétique. La guerre s’est avérée être une discontinuité. C’est ce qui s’est passé en URSS: à la fois dans les groupes sociaux et dans les groupes culturels et ethniques.

Le sociologue de la culture L.G. Ionin écrivait en 1995: «La disparition de la culture mono-stylistique soviétique a entraîné la désintégration de l’image du monde qui s’était développée au cours des décennies, ce qui ne pouvait qu’engendrer une désorientation massive, une perte d’identification aux niveaux individuel et collectif, ainsi qu’à l’échelle de la société dans son ensemble… ceux qui souffrent le moins de la situation sont soit des individus avec un faible niveau d’aspiration, soit des aventuriers qui n’ont pas une motivation durable. L’aventurier en tant que type social est une figure caractéristique de la Russie actuelle » [Ionin LG Identification et mise en scène (sur la théorie des changements socioculturels) // SOTSIS, 1995, n ° 4].
Maintenant, afin de repartir dans un sillon raisonnable, dont nous nous sommes écartés pas à pas depuis un demi-siècle, il est nécessaire de réfléchir à la logique de nos décisions et de nos erreurs. Nous devons apprendre du passé et du présent, des échecs et des victoires à l’Ouest et à l’Est.
Nous avons parlé des communautés dominantes qui écrasaient les intérêts et les valeurs des communautés « silencieuses », indépendamment de l’importance de la masse. Mais la structure de la société et des peuples (nations) évolue plus rapidement que ne le pensent les gens et les gouvernements. Un petit groupe se développe et grandit imperceptiblement et devient un «levain» pour les mécontents. Le plus souvent, des communautés de dissidents émergent lors d’un changement radical de mode de vie, d’un changement de direction, de l’apparition d’une jeune génération sur la scène publique avec une nouvelle image du monde, avec une rupture de mémoire et de vision du monde par rapport aux générations plus anciennes, etc.
Il convient également de noter qu’outre le consentement et la reconnaissance de la légitimité du système social par la majorité de la population, des groupes actifs doivent fonctionner – c’est l’avant-garde et elle est suivie par les actifs. Ce sont des leaders qui travaillent en première ligne. Ils ne sont pas nommés par les administrations, ils ne sont pas élus lors de congrès – ils sont «nommés» tacitement et ils créent, même sans le savoir, une communauté. La construction de tels groupes et communautés est tout un domaine multidisciplinaire.

Dans la première phase de l’URSS, de grands concepteurs de partis et d’armées ont travaillé. On sait que le parti bolchevique et l’Armée rouge étaient à l’avant-garde, beaucoup a été écrit sur ce sujet. Mais il convient de mentionner des groupes, qui s’appelaient alors les Cent-Rouges. Ce sont des jeunes qui ont traversé la Première Guerre mondiale et la guerre civile et qui étaient principalement des commandants de niveaux moyen et inférieur, de petites villes et de villages de la Russie centrale. En fait, il s’agissait d’une seule communauté unie, l’avant-garde d’une nouvelle génération, de sorte que Staline a même présenté de manière imagée cette communauté comme « l’Ordre de l’épée ». Nos personnes âgées connaissaient bien les qualités de ces personnes, c’était une communauté d’un type anthropologique particulier: «et l’acier fut trempé».
Notre problème est que depuis 30 ans, nous n’avons pas anticipé l’avenir. Aller de l’avant est une condition pour la renaissance du pays. L’image du passé a tellement rempli notre mémoire et notre pensée que nous sommes comme assis sur nos propres cendres et près des tombes de personnes chères, et nous ne pouvons pas nous lever et partir. Le traumatisme de l’effondrement ne guérit pas et est même transmis à une partie de la jeunesse. Mais il est temps de se lever déjà.
Notre histoire est notre richesse et notre trésor. Mais il n’est pas facile d’activer et de faire fonctionner cette ressource au service de l’écrasante majorité, de notre pays et des peuples frères. Les approches de ce patrimoine doivent être étudiées et ce moment est venu. Une grande quantité de connaissances a été accumulée dans la science et la culture du monde, et dans l’expérience et le travail du peuple soviétique lui-même, il est nécessaire de les maîtriser.
Et souvenez-vous des paroles de Goethe: « Gagnez ce que vous avez acquis de vos ancêtres afin de le posséder véritablement. »



Sergey KARA-MURZA



Traduit par Marianne Dunlop pour Histoire et Société

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16600 messages postés
   Posté le 05-11-2019 à 23:03:11   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Egalement chez Danielle Bleitrach un article traduit du russe :

Les Chinois travaillent sur nos erreurs

26
OCT
https://histoireetsociete.wordpress.com/2019/10/26/les-chinois-travaillent-sur-nos-erreurs/#comments

Ce texte, nous signale Marianne qui l’a traduit du russe, est écrit par un Ukrainien de Dniépropetovsk . Il nous a paru extrêmement important parce que comme nous l’avions signalé dans notre livre « URSS vingt ans après, retour de l’Ukraine en guerre » Delga 2015, les Chinois ont consacré d’importants moyens financiers et humains à l’analyse de ce qui s’est passé en URSS. Il y a même actuellement un livre traduit en russe qui fait état d’un premier bilan de ces réflexions. Marianne va tenter de nous en présenter quelques données en tous les cas le compte-rendu fait ici par cet Ukrainien corrobore nos propres conclusions présentées à Venissieux: il y a eu trahison c’est incontestable mais tout n’est pas explicable par la trahison et le travail des communistes doit mettre à jour les conditions objectives et subjectives historiques sur lesquelles est intervenue cette trahison (note de Danielle Bleitrach et traduction de Marianne Dunlop).

___________________


Toutes ces années, la science chinoise s’est interrogée sur le destin de l’Union soviétique, consacrant tout un corpus de recherches à ce sujet.

http://liva.com.ua/kitajskaya-rabota-nad-nashimi-oshibkami.html



21.10.2019


Apprendre à partir de ce que l’URSS a fait de bien est un grand avantage pour nous. Et tirer les leçons des erreurs de l’Union soviétique nous est également très bénéfique.

Deng Xiaoping



Les gens qui font des recherches sur les processus historiques controversés ont une tâche difficile: tracer la relation interne entre les nombreuses causes et facteurs, les hiérarchiser correctement, en montrer les conséquences. Mais que doit-on considérer comme étant une cause fondamentale, une conséquence ou un facteur concomitant mais nullement décisif de tel ou tel événement?

Malheureusement, on a aujourd’hui tendance à personnaliser les prémisses du processus complexe de la stagnation puis de l’effondrement de l’URSS autour de certaines personnalités historiques, « désignant le coupable » du cours tragique de l’histoire – Staline, Khrouchtchev ou Gorbatchev, selon les préférences idéologiques du critique.

Ces réponses soulèvent généralement à leur tour un certain nombre de questions nouvelles et très inconfortables. Qui a amené au pouvoir le « mauvais » secrétaire général? Qui a voté pour ses initiatives lors des congrès et des plénums? Qui a aidé à construire un système politique dans lequel une personne est capable d’inverser le développement de l’Etat et du parti? Et pourquoi les mécanismes de la démocratie soviétique créés pour se protéger de telles erreurs n’ont-ils pas fonctionné?


Contre cette personnalisation, les théories du complot et les réponses simplistes à des questions complexes, Friedrich Engels avait déjà mis en garde, se penchant sur ce sujet dans l’ouvrage «Révolution et contre-révolution en Allemagne»:

«Mais lorsque vous commencez à chercher les raisons du succès de la contre-révolution, vous rencontrez partout une réponse toute faite, comme si c’était Monsieur A ou le citoyen B qui avait « trahi »le peuple. Cette réponse, selon les circonstances, peut être juste ou fausse, mais en aucun cas elle n’explique quoi que ce soit, elle ne montre même pas ce qui a permis que le «peuple» se soit laissé trahir. Et l’avenir d’un parti politique est triste, si tout son capital consiste à ne connaître que le fait que le citoyen untel ne mérite pas la confiance » .

Analysant les causes de la défaite de la révolution, Engels conseille de les rechercher « non pas dans les motivations aléatoires, les vertus, les manquements, les erreurs ou les actions perfides de certains dirigeants, mais dans le système social et dans les conditions de vie de chacune des nations qui ont subi le choc ».

Les auteurs du recueil «L’histoire y réfléchit: Notes sur le 20e anniversaire de l’effondrement de l’URSS» , publié [en 2012, en russe, 503 p. NdT] à Pékin par l’Académie chinoise des sciences sociales (ACSS), sont guidés par un principe similaire et nous permettent de nous faire une idée du développement de la pensée marxiste moderne dans l’un des pays les plus importants du monde moderne. Dans le même temps, les auteurs chinois refusent les schémas habituels, préférant à la personnalisation des événements historiques ou la recherche de coupables en Occident une analyse de classe de la situation dans la société soviétique tardive.

Il est à noter que cette collection ne considère le problème seulement depuis la hauteur d’un « clocher » chinois éloigné. Outre des articles d’auteurs chinois, la publication comprend des travaux de philosophes et de politologues du Vietnam, de l’ex-URSS, des États-Unis et de l’ex-RDA. En outre, il comprend un examen très intéressant de l’évaluation des causes de l’effondrement de l’Union soviétique, qui figure dans les documents des partis communistes des pays capitalistes – Grande-Bretagne, Allemagne, Grèce, États-Unis, Fédération de Russie, Portugal, Australie, Japon et autres.

D’ailleurs, parmi les auteurs de la collection, il y a non seulement des scientifiques universitaires, mais aussi des praticiens de partis politiques – chefs de secteurs et de départements du Comité central du PCC, employés de l’état-major général de l’APL et d’autres organisations. La réalité leur pose le défi de ne pas reproduire le scenario soviétique et pose des questions pratiques très spécifiques: où se situe exactement la ligne entre «l’application créative du marxisme dans des conditions historiques concrètes» et la déviation, puis le rejet total de ses idées? Quelles raisons ont conduit les communistes soviétiques à une crise profonde et empêché le parti de corriger ces erreurs à temps?

Les causes de la crise du modèle soviétique



Bien entendu, les auteurs des articles se tournent inévitablement vers le conflit de longue date entre Mao et Khrouchtchev, expliquant la fin de l’URSS par « une rupture avec le droit chemin et les alliances » . Cependant, ils sont toujours enclins à y voir un ensemble complexe de facteurs qui peuvent être réduits à un certain nombre de thèses :

– L’influence extérieure et le travail subversif des puissances impérialistes n’ont pas rendu en soi la chute de l’URSS inévitable.Les principales raisons de l’effondrement de l’État et du parti étaient internes, et la principale d’entre elles était la dégénérescence de l’élite du parti. » Seul le parti lui-même pouvait détruire un parti aussi puissant que le PCUS. »

– L’économie planifiée et le système de gestion de l’Union soviétique présentaient d’importantes lacunes, qui n’étaient toutefois pas insurmontables et auraient pu être corrigées au cours des réformes. » Si le PCUS était resté fidèle au marxisme et l’avait développé de manière créative en tenant compte des conditions modernes, des facteurs internes et externes, en apportant des ajustements au système de gouvernance de l’URSS, il aurait été possible d’éviter la chute du pays.

– Les violations flagrantes des principes du centralisme démocratique au sein du parti ont commencé après la mort de Lénine, dont le style était précisément la direction collective. La tradition politique établie de l’arbitraire unique et de l’arbitraire des dirigeants au-dessus de la Constitution et de la loi ne pouvait pas défendre le système socialiste et arrêter les actions destructrices de la direction de Gorbatchev. Pour le dire en termes non scientifiques, en raison de l’extrême concentration du pouvoir dans le système soviétique de direction, il n’y avait pas de « garde-fou ».

– Le parti « n’a pas accordé suffisamment d’attention au travail idéologique interne du parti, à la construction organisationnelle et au style de travail, ce qui a provoqué sa dégénérescence progressive » . Dans les rangs du PCUS, la stagnation et l’inertie idéologiques ont prévalu, la propagande et le travail d’éducation politique sont devenus inefficaces et la théorie idéologique est devenue dogmatique, ne permettant pas une évaluation rapide d’une situation en mutation rapide. Comme le confirment les auteurs chinois, les chefs de parti « ont perdu le contact avec les masses et la réalité » .

– La période des années 60 à 70 est caractérisée dans le recueil comme ambiguë – quand des processus à la fois bourgeois et socialistes se sont développés et se sont combattus dans le parti, la société, l’économie et la culture de l’URSS.

– La fermeture au monde extérieur a conduit l’URSS à un grave retard de l’économie. De ce fait, la science économique s’est de plus en plus écartée du matérialisme historique et, sous Gorbatchev, elle a adopté une orientation franchement pro-capitaliste, ignorant la nature de classe de la science économique occidentale et le facteur fondamental le plus important – la forme de la propriété des moyens de production.

– Les réformes de Gorbatchev n’ont fait que catalyser la transformation de la couche privilégiée du PCUS en une classe de nouveaux capitalistes. Au moment de son élection, « ces personnes s’étaient pleinement fortifiées et s’étaient appropriées la plupart des richesses de l’Etat, comptant déjà sur l’effondrement du PCUS et la dégénérescence du système politique pour légitimer la richesse appropriée et la transférer par héritage.

– Des réformes étaient en effet nécessaires, mais elles ont été faite de manière erronée.

La Chine moderne construisant elle-même une économie mixte, elle ne critique pas Gorbatchev pour sa transition vers le marché, mais pour le fait que, autorisant l’économie de marché, le PCUS n’a pas créé les mécanismes nécessaires pour réguler le marché comme dans le modèle chinois, ce qui a permis aux fonctionnaires de « transformer le pouvoir en capital » .

Dans le même temps, les experts chinois ne mélangent pas les relations de marché et la privatisation des biens de l’État. Selon eux, la politique de mise en place de mécanismes de marché correspondait généralement aux exigences de la nouvelle situation. Toutefois, « remplacer la propriété publique socialiste par la propriété privée capitaliste détruisait la base économique du socialisme« .

L’effondrement de l’URSS ne signifie pas l’échec du socialisme – résument en conséquence les analystes chinois. Ils concluent que l’effondrement de l’URSS et du PCUS a été l’effondrement d’un Etat bourgeois dégénéré et d’un parti bourgeois d’essence social-démocrate. Ainsi, en février 1990, l’article sur le rôle dirigeant du PCUS a été supprimé de la Constitution, puis les cellules du parti dans les entreprises et les établissements d’enseignement ont été liquidées. Et en juillet de la même année, le PCUS a abandonné l’idéologie directrice du marxisme et introduit ces changements dans la Charte de son parti.


Les racines du mal à la loupe



La conclusion généralement admise dans la science chinoise sur la dégénérescence idéologique et de classe de la direction du PCUS soulève des questions sur les causes de ce phénomène – et indique également les leçons que les partis communistes modernes devraient en tirer.

Ainsi, le professeur de philosophie Zhang Yuanxing rejette l’explication simpliste «Khrouchtchev a tout gâché» . Parlant de la perte du mécanisme de contrôle effectif sur l’élite du parti, il apprécie de manière très positive le travail des différents organes de contrôle du peuple qui se sont succédé dans les années 1920 et 1930 – le Commissariat populaire de contrôle d’État, l’Inspection des travailleurs et des paysans (Rabkrin) et la Commission centrale de contrôle. Il analyse le changement organisationnel maintenant oublié du 17e Congrès du PCUS (B.) En 1934, lorsque la Commission centrale de contrôle (et le Rabkrin, qui avait déjà fusionné avec elle) fut transformée en Commission de contrôle du parti. Outre le nom, le mécanisme de sa formation a changé: la composition de la commission était désormais élue non par les délégués du Congrès, mais par les membres du Comité central, c’est-à-dire précisément les secrétaires des comités régionaux et les employés de l’appareil central, dont la Commission était chargée de modérer les errements et les appétits. Et le poste de président de la commission a été fusionné avec celui de l’un des secrétaires du PCUS (b).

A partir de ce moment, écrit Zhang Yuanxing, « la formation d’une couche privilégiée dans le parti est devenue inévitable» . Après quoi, le parti de la classe ouvrière est devenu un instrument entre les mains de la nomenclature, ce qui ne pouvait que saper son autorité parmi les masses laborieuses. A la même époque, les masses populaires étaient également écartées du contrôle dans le système de représentation soviétique – par exemple, en 1936, les électeurs ont perdu le droit de révoquer les députés.

Selon le professeur de l’école supérieure du Comité central du Parti, Zhang Yao, un groupe de dirigeants ayant subi une décomposition bourgeoise et engagés dans la voie capitaliste existe au sein du parti depuis les années vingt. « La formation d’une couche privilégiée signifiait que la restauration du capitalisme avait déjà acquis une base socio-politique. »

Concernant les causes et les mécanismes de formation et de dégénérescence de la « démocratie de parti », le directeur de l’Institut du marxisme de l’ACSS Cheng Enfu, et le professeur de l’Université de Nankai Ding Jun, notent l’opacité, la proximité et le caractère non démocratique de la pratique du recrutement stalinien, rompant avec les principes léninistes de nomination et de formation des travailleurs et paysans. « La partocratie (…) s’est écartée des principes de la démocratie interne de parti, le rendant incontrôlable pour les cercles de partis plus larges et les masses. » En conséquence, les non-marxistes ont progressivement commencé à occuper des postes de responsabilité au sein du PCUS. Et les représentants de la direction qui ont continué à adhérer à une orientation socialiste à la fin des années 80 ont été limogés par Gorbatchev sous le prétexte officiel de rajeunir les cadres.

Cependant, partageant l’opinion bien connue de Mao, les auteurs chinois ont plutôt de la sympathie pour la figure de Staline lui-même, citant les excès de la déstalinisation parmi les raisons qui ont sapé la confiance du peuple dans le parti et l’idéologie marxiste. Cependant, ils n’hésitent pas à signaler les erreurs dans sa politique des cadres et sa politique organisationnelle – déclarant que Staline a laissé après lui une génération d’exécutants disciplinés, parmi lesquels il n’y avait pas assez de personnes capables de prendre des décisions sous leur propre responsabilité.

Les experts chinois évaluent avec modération et pragmatisme le « modèle stalinien »: « Dans les années 30-40, ce modèle était cohérent avec la situation et répondait avec succès aux exigences du développement des forces productives … Nous ne pouvons donc pas le rejeter complètement. Cependant, à partir du début des années 50, les défauts de ce modèle ont commencé à apparaître et à s’exacerber. La direction du PCUS n’a pas réussi à ajuster sa politique et à mener à bien les réformes » .

Les activités des membres de l’équipe de Mikhaïl Gorbatchev sont évaluées différemment par les auteurs des articles – certains experts considèrent sa politique comme une trahison délibérée, mais d’autres expliquent ce qui s’est passé par sa faible compétence et les conditions difficiles pour la transformation de la société. « Gorbatchev a procédé aveuglément à une réorganisation politique et s’est trop hâté d’introduire la démocratisation » , a déclaré Zhang Shuhua, chercheur en chef de l’ACSS.
Les partisans de la théorie de la «trahison» de Gorbatchev citent des déclarations ultérieures de l’ancien dirigeant soviétique pour confirmer leurs points de vue – mais, de notre point de vue, ces propos doivent être pris avec une distance critique. Après avoir subi un fiasco complet et écrasant de leur politique, les initiateurs de la perestroïka ont jugé préférable de ne pas apparaître comme des apparatchiks médiocres, mais comme des anticommunistes profondément conspirateurs.

« L’effondrement de l’Union soviétique a mis à nu l’échec de l’idéologie des »valeurs universelles « et de la » démocratisation « , montrant que cette idéologie allait à l’encontre du cours de l’histoire et constituait un parti pris idéaliste » , écrit Cao Jiangsheng, professeur à l’Université de Pékin. En dépit des conflits sino-soviétiques dans les années 1950 et 1970, les experts chinois évaluent sans ambiguïté l’effondrement de l’URSS – expliquant qu’il a conduit à une crise profonde dans la région post-soviétique et réduit le niveau de sécurité dans le monde.


Le développement de la pensée marxiste chinoise



La collection «L’histoire en témoigne: Notes sur le 20e anniversaire de l’effondrement de l’URSS» offre une occasion unique d’analyser l’évolution de la pensée politique chinoise moderne, permettant ainsi de tirer des conclusions sur son état et son orientation.

L’examen de l’appareil de référence du recueil montre que toutes ces années, la science chinoise s’est intensément penchée sur le sort de l’Union soviétique, y a consacré toute une série de travaux de recherche et a activement mis en circulation des sources traduites. Ainsi, dans les années quatre-vingt-dix et deux mille, les livres de Gorbatchev, de Yeltsine, de l’ambassadeur américain Matlock, ainsi que les mémoires de Ligatchev, Ryjkov et d’autres acteurs de la Perestroïka ont été traduits en chinois.

Bien entendu, les articles publiés dans ce paradigme n’étaient parfois pas exempts de falsifications, de théories du complot réactionnaire et d’erreurs factuelles évidentes. Cependant, ce sont des exceptions plutôt fâcheuses dans le contexte général de l’analyse du problème soviétique. La plupart des auteurs de la collection prennent appui sur les positions du matérialisme historique, démontrant une connaissance approfondie des œuvres des classiques du marxisme. Ils analysent les événements historiques précisément à partir des positions de classe et du prolétariat – c’est-à-dire qu’ils ne remplacent pas le processus de recherche par la distribution de bons et de mauvais points, mais considèrent l’histoire de l’URSS comme une contradiction entre les processus et les groupes capitalistes et socialistes apparus depuis les premières années du nouvel État.

Un académicien russe qui y est publié, et, conformément à l’idéologie éclectique de la Fédération de Russie actuelle, est nostalgique de l’URSS, espérant son réveil avec l’aide de l’église et du « blason impérial », fait office de curiosité amusante dans les pages de la collection.

Nous connaissons bien les paroles souvent citées de Deng Xiaoping: « Peu importe si un chat est noir ou blanc s’il peut attraper des souris, c’est un bon chat. » Cependant, les Chinois eux-mêmes préfèrent rappeler ses autres citations, en particulier les mots sur la nécessité de tirer les leçons des erreurs de l’URSS. «S’il n’y avait pas eu l’effondrement de l’Union soviétique, un désastre énorme dans l’histoire de l’humanité, nous n’aurions pas compris la difficulté et le grand sacrifice de la cause du socialisme et du communisme, et nous n’aurions donc pas réalisé la grandeur et la beauté de cette cause» , écrit le vice-président de L’ACSS Li Shenmin.

Par conséquent, il est logique que les compilateurs ne se limitent pas à soupirer sur le cercueil de l’URSS. La dernière partie du recueil est entièrement consacrée aux tâches urgentes et aux perspectives du mouvement socialiste, ainsi qu’à l’analyse des tendances du capitalisme après 1991.

« Les fruits amers de la théorie libérale »


Les textes du recueil démontrent les points de vue résolument anticapitalistes des intellectuels chinois. Ils écrivent à propos de la « folie » et de « la nature bestiale » du capitalisme, de la « supercherie de la théorie économique capitaliste et de sa tendance inhérente à tromper ». Selon les auteurs, l’économie bourgeoise moderne reflète l’idéologie de la classe capitaliste et « repose sur un concept vicieux dès le moment où elle est née» . Par conséquent, elle ne devrait pas être utilisée dans la mise en œuvre des réformes chinoises.

Le système financier et monétaire mondial semble irrationnel du point de vue des experts chinois. Ils appellent le XXIe siècle une époque de l’expansion rapide d’une économie fictive, indiquant que le monde moderne est attaché au « char de la folle circulation du capital fictif » .

«Les formes et les caractéristiques de l’exploitation capitaliste ont changé, tandis que les superpuissances ont partiellement remplacé l’exploitation nationale par l’international» , explique le professeur Yu Wenle. « Les réformes menées dans l’esprit du néolibéralisme se sont effondrées dans le monde entier, et en particulier en Amérique latine, apportant une profonde leçon lorsque la population a été contrainte de goûter aux fruits amers de la théorie et de la pratique néolibérales « , a déclaré Liu Zhiming de l’Institut du marxisme de l’ACSS.

Les prévisions pour l’espace post-soviétique sont généralement pessimistes – les auteurs chinois notent que les partis communistes formés sur les ruines du PCUS n’ont aucune perspective politique et que le mouvement de gauche post-soviétique est en récession. « Le processus de l’effondrement de l’URSS n’est pas complètement terminé, les différends territoriaux et l’ajustement des frontières entraîneront de nouvelles guerres et conflits, et le rôle de la CEI en tant que mécanisme de stabilisation est limité. » Et nous voyons aujourd’hui que l’histoire moderne a pleinement justifié ces prévisions décevantes.

Les articles de marxistes chinois indiquent que la pensée socio-politique de la RPC reste, dans une certaine mesure, autonome par rapport aux relations de marché grandissantes. Les élites intellectuelles chinoises sont prêtes à utiliser les instruments du marché pour développer leur économie, mais ne se font aucune illusion quant aux risques sociaux et politiques qui y sont associés. La présence d’importants actifs appartenant à l’État est pour eux un « marqueur » du système socialiste et une « garantie que les citoyens sont les propriétaires de l’économie » .

Le temps nous dira si le PCC sera capable de maintenir ce jalon déclaré. D’une part, les processus de dénationalisation en Chine se déroulent à un rythme assez actif. D’autre part, les entreprises d’État stratégiques restent non seulement une base économique, mais également une réserve de personnel pour les dirigeants du parti et de l’État.

De nombreuses idées exprimées dans le recueil ont déjà été intégrées dans la ligne officielle des dirigeants chinois. Ce sont notamment des appels à stimuler le développement des forces productives afin de concurrencer avec succès les pays capitalistes, ainsi qu’une disposition sur l’importance primordiale des idéologues dans la construction de l’État et du parti – afin de maintenir un contrôle étroit sur le parti et l’élite bureaucratique, avec une lutte irréconciliable contre les privilèges de parti, le luxe, la dégénérescence et l’ »arrogance communiste » .

Le modèle chinois moderne, lorsque l’idéologie socialiste est adjacente à une économie de marché, exige objectivement son explication idéologique. Par conséquent, la théorie du « stade précoce du socialisme » est proclamée dans la Chine moderne. Selon ses dispositions, le pays se trouve à un stade précoce de construction socialiste, dont la tâche principale est de développer les forces productives et de construire un « état de droit » sous la direction du Parti communiste. Et tandis que les observateurs étrangers se disputent à propos du système étatique de la Chine, ses intellectuels qualifient de manière autocritique la RPC comme un «pays en développement», indiquant que leur État ne fait que construire la base matérielle du socialisme.

Grigory Globa

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16600 messages postés
   Posté le 19-11-2021 à 06:54:46   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un texte chinois non officiel mais très documenté sur la restauration du capitalisme en URSS, que nous fournit Jean Claude Delaunay, sur le site de Danielle Bleitrach.
A noter :

"Khrouchtchev a détruit les piliers de l’esprit national, Brejnev ne l’a pas réparé, mais a simplement scellé la fissure avec de la peinture rouge, et Gorbatchev et Eltsine ont creusé des trous dans la fissure pour que l’édifice finisse par s’effondrer.”

"La période au pouvoir de Brejnev a été une période de développement relativement stable pour les fonctionnaires nommés dans le répertoire officiel du PCUS, mais l’opinion publique a qualifié la période au pouvoir de Brejnev de période de “leadership se couvrant mutuellement” et de “corruption privilégiée rampante"

C'est un des rares textes qui met en cause Brejnev. Il serait intéressant de comparer avec "le socialisme trahi".


________________


Analyse des trois principales causes de la subversion et de la désintégration de l’Union soviétique

DANIELLE BLEITRACH18 NOVEMBRE 2021
https://histoireetsociete.com/2021/11/18/analyse-des-trois-principales-causes-de-la-subversion-et-de-la-desintegration-de-lunion-sovietique/


Voici l’article très important que m’envoie jean-claude DELAUNAY assorti des commentaires suivants :
“C’est la traduction en français d’un article du communiste chinois Cheng Enfu, sur les causes de l’effondrement de l’URSS. Cet article est, selon moi, “un document” et il mérite d’être publié en tant que tel, même s’il n’a pas le statut de l’officialité.”
TOUT A FAIT D’ACCORD ET SON IMPORTANCE ME PARAIT TELLE QUE JE PENSE QU’IL DEVRAIT ÊTRE REPRIS PAR DE NOMBREUX SITES ET OUVRIR A LA DISCUSSION PARTOUT. D’AILLEURS AUJOURD’HUI IL N’Y AURA PAS D’AUTRES TEXTES PUBLIÉS MÊME SI NOUS AVONS DE NOMBREUX TEXTES IMPORTANTS EN ATTENTE; (note de Danielle Bleitrach pour histoire et société

Certes, Cheng Enfu est un individu et cet article reflète sa pensée ainsi que l’état de sa connaissance et de sa réflexion sur le sujet. Cet académicien à la retraite est, en Chine, le chef reconnu d’une école marxiste vigoureuse, active. Il n’a pas hésité, par exemple, à faire connaître au gouvernement son opinion personnelle sur le fait que les inégalités en Chine devaient être combattues et que l’influence du secteur privé tendait à être trop grande.

Cela étant dit, le marxisme ne fonctionne pas, dans ce pays, comme il fonctionne en France. Il y est davantage l’expression d’une pensée collective. Cet article chinois d’analyse des causes de la chute de l’URSS est donc doté d’une plus grande probabilité d’exprimer une conviction générale que cela ne serait s’il avait été écrit par un Français. C’est bien un document même si ce n’est pas une publication issue d’un ministère.

En ce qui concerne la traduction, il y aurait sans doute quelques petits aménagements à réaliser, en accord avec l’auteur et la personne ayant traduit ce texte. Mais ce sont, me semble-t-il, des aménagements de second ou troisième ordre. Et tant pis pour Boileau. Si le français n’y va pas que le gascon y aille, disait Montaigne. Je te propose donc de publier ce texte en l’état sans le retravailler. Je ne pense pas que nous ayons, les uns et les autres, le temps de procéder à cette relecture et de prendre les contacts nécessaires.

Ce texte rejoint les analyses diffusées sur ton blog. Mais ce n’est pas la principale raison pour laquelle je te le transmets. Évidemment, sa publication sur le site qu’animent nos camarades de Vénissieux serait et sera la bienvenue. Mais, à mon avis, il correspond bien à la vocation d’ Histoire et Société.


–Commentaire sur les cinq autres théories principales


Cheng Eun Fu Ding Jun

L’un des événements historiques les plus importants du XXe siècle a été le bouleversement de l’Union soviétique et des pays socialistes d’Europe de l’Est. Au cours des 30 dernières années, divers cercles au pays et à l’étranger ont mené de nombreuses discussions sur les causes des changements radicaux et de la désintégration de l’Union soviétique, fournissant de riches résultats de recherche. Cependant, même dans l’intelligentsia marxiste, aucun consensus n’a été atteint sur la question de savoir quelle est la principale raison. Cette année marque le trentième anniversaire du bouleversement et de la dissolution de l ‘Union soviétique (le Parti communiste russe a souligné que l’ Union soviétique a été renversée et détruite par l ‘évolution pacifique de l’ ensemble intérieur et extérieur du groupe de traîtres dirigé par Gorbatchev, et non par le bouleversement et la dissolution automatiques ou naturels du système économique et politique socialiste), ce qui est une expression objective et précise, Les conséquences politiques, économiques et sociales du départ du PCUS de l’arène dirigeante et son impact négatif sur le développement mondial ont montré son image complète, il est donc nécessaire de réexaminer et d’analyser objectivement les principales raisons de l’effondrement de l’Union soviétique. Cela a non seulement une valeur académique importante, mais il est également extrêmement important pour les marxistes de tous les pays de s’engager dans des mouvements socialistes réalistes, en particulier pour renforcer la construction au pouvoir du Parti communiste chinois et consolider sa position au pouvoir.

I. Les trois principales causes des bouleversements et de la désintégration de l ‘Union soviétique

En ce qui concerne les raisons du bouleversement et de la désintégration de l’Union soviétique, dans une grande quantité de documents en langues étrangères et de résultats de recherche, nous avons principalement examiné quatre catégories: premièrement, l’introspection des anciens dirigeants du PCUS; Le second est une analyse du Parti communiste et des forces de gauche dans les pays de la CEI; Le troisième est l’analyse des universitaires des pays de la CEI; Le quatrième est la recherche de chercheurs occidentaux et chinois. L’auteur estime que le bouleversement et la désintégration de l’Union soviétique et la perte de la position dominante du PCUS ont des raisons à la fois idéologiques et organisationnelles. La cause politique fondamentale fatale est que le groupe dirigeant du PCUS dirigé par Gorbatchev a trahi le marxisme et le socialisme scientifique.

1) Raisons idéologiques : Le déni excessif de Staline et de la stratégie occidentale pour une évolution pacifique a provoqué une confusion idéologique à long terme, et les théories idéologiques rigides et les systèmes et mécanismes traditionnels de propagande et d’éducation ont été difficiles à éliminer en temps opportun et efficacement.

[1][2] Premièrement , la confusion idéologique provoquée par la négation excessive de Staline par Khrouchtchev. « Le XXe Congrès du PCUS a porté au Soviet un coup qui ne peut pas être revigoré. C’est le premier pas vers la destruction de la légitimité de l’Etat soviétique. » “Tout d’abord, les autorités soviétiques ont fait tout leur possible pour rendre attrayante la pensée et la politique de Staline, et après le 20e Congrès du PCUS, ils ont condamné et dénoncé Staline autant que possible.Le changement était trop grand pour provoquer une confusion dans l’esprit des gens.Le 20e Congrès du PCUS a en fait provoqué une division de la pensée sociale en deux camps: les staliniens et les antistalinistes.” Parmi eux, les groupes qui doutent du marxisme et du socialisme sont progressivement devenus l’épine dorsale des intellectuels et des cadres libéraux au cours des prochaines décennies, répondant et soutenant les principes de “démocratisation” et d ‘”ouverture “de la réforme de Gorbatchev. Gorbatchev a également reconnu que Khrouchtchev avait excessivement nié le choc de Staline sur ses propres pensées et croyances. À l’occasion du 50e anniversaire du 20e Congrès national du PCUS en 2006, Gorbatchev a déclaré dans une interview à un journaliste de “Russia News” que la résolution du 20e Congrès national du PCUS m’avait en effet beaucoup choqué. Vous devez savoir que j’étais encore jeune à l’époque. Après avoir obtenu mon diplôme universitaire en 1955, je suis venu à Tavropol. Après 7 jours de stage au parquet de la région frontalière de Tavropol, mon supérieur m’a demandé de diriger le département de propagande du comité de la région frontalière de Tavropol de la Ligue de la jeunesse communiste. En février 1956, le 20e Congrès du PCUS s’est tenu. J’étais un communiste déterminé, pour ainsi dire ancestral. Je suis entré dans le parti en 10e année et j’ai même écrit des compositions qui louaient Staline. Après que le livre rouge du rapport Khrouchtchev a été publié en 1956 pour transmettre son esprit aux membres du parti, nous devons nous rendre dans chaque comité de district pour expliquer les faits effrayants qui dépassent de loin notre compréhension.[3]Certains Russes ont conclu: “Khrouchtchev a détruit les piliers de l’esprit national, Brejnev ne l’a pas réparé, mais a simplement scellé la fissure avec de la peinture rouge, et Gorbatchev et Eltsine ont creusé des trous dans la fissure pour que l’édifice finisse par s’effondrer.” [4]

Deuxièmement , le chaos idéologique provoqué par l’évolution pacifique de l’Occident. Pendant la guerre froide, les pays occidentaux dirigés par les États-Unis ont lancé une guerre psychologique globale contre l’Union soviétique. En 1975, la CIA a participé à la publication de plus de 1 500 livres sur l’Union soviétique de diverses manières. Il y a beaucoup de livres qui dénigrent Staline, et les Américains sont heureux que Khrouchtchev ait créé un précédent pour nier Staline. L’utilisation de livres et de périodiques pour propager l’antisoviétique a également été activement menée en Occident, en particulier aux États-Unis. Sous la propagande américaine, certains qualifient l’Union soviétique d’ « empire du mal » et la voient comme un vaste camp de concentration où les gens sont conduits à vivre dans l’archipel du Goulag pour un petit problème ou pour dire quelque chose qui ne devrait pas être dit. [5]Le cinéma est devenu un moyen de propagande plus vivant pour les Américains, donnant naissance à une Amérique ultra-high-tech et super intelligente, et en même temps formant potentiellement une image russe “arriérée et primitive”. Après l’arrivée au pouvoir de l’administration américaine Carter, qui a déclaré que la protection des droits de l’homme était un élément central de sa politique étrangère, la stratégie de “lutte contre le communisme” comprenait l’idée de soutenir la lutte de l’Union soviétique et des pays d’Europe de l’Est pour les droits de l’homme. Les États-Unis ont créé plus de 60 stations de radio autour de l’Union soviétique, diffusant 24/7 sur l’Union soviétique dans les langues de toutes les nationalités soviétiques, déformant et diffamant l’histoire du parti et de l’État soviétiques, déformant et diffamant Staline, et embellissant les valeurs occidentales “droits de l’homme, liberté, démocratie”. Les intellectuels libéraux pro-occidentaux de l’URSS, qui ont grandi au fil des ans grâce à l’éducation des « voix » occidentales, croyaient que la « morale et la politique » des États-Unis et des pays occidentaux était supérieure à celle de l’URSS. Toutes les activités diplomatiques des dirigeants soviétiques ont été interprétées comme une confrontation entre l’Union soviétique “totalitaire” et l’Occident “libre”. Les concepts d’intérêt national, d’intégrité nationale, de dignité nationale et de responsabilité patriotique sont considérés par les libéraux comme les attributs essentiels du communisme et du grand pouvoir.[6]L’accumulation de fausses publicités a joué un rôle. Au milieu des années 80, en particulier parmi les jeunes, les anciennes idées de liberté, de gentillesse, d’égalité, de sincérité et d’entraide ont été déformées et ridiculisées, remplacées par la pornographie, la violence, la dépréciation et le culte de la culture occidentale. Ceux qui n’ont pas perdu leur autosurveillance, qui restent fidèles à la moralité et à l’intégrité, et aux idéaux socialistes, sont soit marginalisés, soit ridiculisés publiquement, puis appelés “ennemis de la réforme”,” vestiges du totalitarisme”, etc.[7]Admirer l’Occident s’est progressivement transformé en une tendance, qui a eu un impact et interféré avec la pensée indépendante des Soviétiques. La culture russe et soviétique a été considérée comme “sans valeur” et “arriérée”. L’histoire soviétique est appelée “l’histoire du totalitarisme”.
Ainsi, le 11 décembre 2009, l’actuel président du Parti communiste de la Fédération de Russie, Zyuganov, a répondu aux questions des internautes sur “les raisons de l’effondrement de l’Union soviétique et de l’effondrement du PCUS”:” La “cinquième colonne” du pays a joué un rôle important dans l’effondrement de l’Union soviétique, et elle opère à tous les niveaux et même dans les plus hautes instances dirigeantes. ” Il est vrai que la prémisse du succès de la “cinquième colonne” et du rôle de la stratégie d’évolution pacifique de l’Occident est le chaos idéologique au sein du PCUS.[8][9]

En bref, Dans un contexte de rigidité idéologique et théorique à l’intérieur et à l’extérieur du parti soviétique, et de manque évident de démocratie et d’efficacité dans la propagande, l’éducation et le travail idéologique et politique, la négation excessive de Staline et de la stratégie d’évolution pacifique de l’Occident par Khrouchtchev a déclenché une confusion idéologique à long terme, qui est devenue une base idéologique et théorique importante ou une cause idéologique principale pour le bouleversement et la désintégration de l’Union soviétique.

2) Raisons organisationnelles: Le PCUS a progressivement promu et réutilisé un grand nombre de cadres non marxistes, et il est difficile d’éliminer rapidement et efficacement les systèmes et mécanismes organisationnels qui présentent de graves lacunes.

Premièrement , le caractère non démocratique et injuste de la sélection et de la nomination des membres du groupe dirigeant du PCUS. Lénine a dit un jour que les maîtres de l’État sont maintenant les ouvriers et les paysans, et que l’État devrait sélectionner largement, de manière ordonnée, systématique et transparente les meilleurs talents spéciaux en tant que gestionnaires nationaux ou locaux, organisateurs, participants et dirigeants de la construction économique. Il y a un manque d’ouverture dans les principes de Staline pour sélectionner les gestionnaires à tous les niveaux. La confidentialité est devenue une caractéristique distinctive et un principe important de l’enregistrement des noms officiels, en particulier la liste des fonctionnaires nommés depuis 1932 est restée strictement confidentielle. L’annuaire hiérarchique a progressivement renforcé et légitimé cette classe privilégiée du monopole, qui s’est isolée de la société et du peuple, s’est largement écartée des principes de la démocratie au sein du parti et a occulté la vue des communistes ordinaires et de la surveillance sociale. [10]Les cadres de ces organes, formés par l’enregistrement des noms hiérarchiques officiels, considéraient les congrès du parti, les congrès des soviets, les congrès des syndicats, etc. Comme de simples événements de grande envergure, et toutes sortes de discussions et de controverses lors des réunions étaient considérées comme inutiles, voire nuisibles, et entravaient la cause du parti. Pour eux, la chose la plus importante est de recevoir des instructions de direction et de fidélité à leurs supérieurs personnels. De nombreux cadres font tout ce qui est en leur pouvoir et à tout prix pour poursuivre leur leadership.

Deuxièmement , les cadres non marxistes sont progressivement entrés dans les postes de direction du PCUS. Certains chercheurs russes ont divisé l’élite sociale du PCUS en quatre générations. La première génération s’appelait “les gardes de Lénine”. Pour eux, la pensée révolutionnaire mondiale était prioritaire et importante. La deuxième génération était des staliniens, des exécuteurs disciplinés de la volonté socialiste de Staline. La troisième génération était un représentant éminent des bureaucrates du parti, et Khrouchtchev et Brejnev en particulier sont devenus leurs chefs. La quatrième et dernière génération d ‘”élite sociale “soviétique est une génération complètement complexe. [11]Après l’arrivée au pouvoir de Brejnev, la plupart des dirigeants nouvellement recommandés étaient une génération “mécanique” du milieu des années 1930, c’est-à-dire les exécuteurs des ordres, qui n’étaient plus habitués à prendre des responsabilités et à prendre des décisions indépendantes. « Les circonstances ont faussé le code de conduite des cadres du PCUS, et la duplicité, l’intrigue et l’intrigue semblent être devenues des conditions d’existence. Être recommandé aux plus hautes fonctions de direction du parti et de l’État n’est pas dû à ses mérites révolutionnaires ou à sa capacité à diriger, mais avant tout à suivre les règles rampantes de l’échelle des cadres et à grimper énergiquement au sommet du régime. » La période au pouvoir de Brejnev a été une période de développement relativement stable pour les fonctionnaires nommés dans le répertoire officiel du PCUS, mais l’opinion publique a qualifié la période au pouvoir de Brejnev de période de “leadership se couvrant mutuellement ” et de “corruption privilégiée rampante ”.[12]

Le président de l’Association russe des savants socialistes, B.C. Chevelukha, a conclu en soulignant que les erreurs du Comité central du PCUS dans le travail des cadres ont affaibli le parti et ont finalement conduit à la destruction de l’Union soviétique. Laisser Gorbatchev et Eltsine grimper aux postes de direction les plus élevés est la plus grande erreur de la politique des cadres centraux du PCUS. [13]Comme l’a souligné Mandel, la direction du PCUS, qui a trahi le marxisme et le socialisme, “le processus de vol du pouvoir est médiatisé par le mécanisme de sélection adverse des cadres” .[14]

En bref, Après que Gorbatchev soit devenu le premier chef du parti, Profitant des lacunes du système organisationnel traditionnel hautement centralisé de l’Union soviétique, non démocratisé et non normalisé, En quelques années seulement, au nom du rajeunissement et de la réforme des cadres, les principaux dirigeants du parti, du gouvernement et de l’armée qui adhéraient à la direction socialiste ont été remplacés à grande échelle, et un grand nombre de cadres anti-partis et anti-socialistes ou aux positions vagues ont été promus et réutilisés à l’assaut, jetant ainsi les bases importantes de l’organisation et des cadres pour un “changement de cap” politique.

3) Raisons politiques: la direction du PCUS a trahi le marxisme et le socialisme, et les systèmes et mécanismes politiques traditionnels, fortement centralisés et dépourvus de contraintes, ont été difficiles à éliminer efficacement et en temps voulu.

Le premier est de tourner volontairement le dos au socialisme soviétique. Le 18 mai 2010, le journal russe “Independent” a publié une interview avec Ligatchev, l’un des anciens dirigeants du PCUS. Lorsque le journaliste vous a demandé comment vous pensiez que les réformes soviétiques devraient être reconnues depuis un quart de siècle, ce Ligatchev, qui a combattu Gorbatchev et Eltsine, a répondu que dans les réformes des années 80, il y avait deux positions et tendances. Le premier est celui que je soutiens fermement et pour lequel je me bats. Il s’agit d’une réforme socialiste, d’une auto-innovation socialiste, et non d’une démolition du système soviétique. La seconde est la position de Gorbatchev et de ses alliés. Ils ont soigneusement réfléchi à l’explication suivante pour leur trahison du socialisme, du parti et du peuple. Ils disent que le système soviétique a accompli beaucoup de choses et que tout le monde sait qu’il est entré dans l’histoire avec un chapitre glorieux. Mais il ne peut pas être réformé et amélioré. Il devrait être brisé et remplacé par le système capitaliste. [15]

On trouve dans la littérature du Parti communiste de la Fédération de Russie une description semblable à ce qui précède: « Dans la seconde moitié des années 80, les léninistes de la société soviétique désiraient résoudre les problèmes sociaux qui avaient mûri, supprimer les tendances négatives qui s’étaient accumulées dans la société et les amener dans une nouvelle situation. Mais ce désir a été exploité par les traîtres du socialisme par la tromperie. D’autres crient hypocritement: [i]“Plus de démocratie, plus de socialisme!” Le slogan, mais fait en fait le travail de les détruire… L’affaiblissement du rôle de l’État et la création artificielle de « pénuries » de matériaux ont déclenché des protestations populaires et les outils médiatiques de masse ont été délibérément mis entre les mains de représentants aux vues bourgeoises. Ils ont utilisé les méthodes de la guerre psychologique pour inculquer aux masses un grand nombre d’informations malicieusement calomnieuses sur l’URSS et son histoire, et ont laissé le pouvoir anti-soviétique et les forces de l’unité des pays de l’alliance” .[/i] [16]

Le programme du Parti communiste bélarussien est encore plus catégorique: « Les outils des médias, qui sont tombés entre les mains de calomniateurs et de provocateurs, ont calomnié le socialisme et l’histoire de l’Union soviétique et ouvert la voie à l’opposition au pouvoir soviétique et aux pays de la coalition, ce qui a conduit à un coup d’État contre-révolutionnaire en août-décembre 1991» . [17]

Le 17 mars 1991, le groupe de direction de Gorbatchev a tenté d’abandonner la gouvernance communiste et le système socialiste et de désintégrer l’Union soviétique, et a donc organisé un référendum sur l’opportunité de désintégrer l’Union soviétique. Dans l ‘ensemble de l’ Union soviétique, 185 647 335 citoyens ont le droit de participer au référendum et 148 574 606 ont voté, soit 80%. Parmi eux, 113 512 812, soit 76,4%, ont accepté le maintien de l’URSS, 32 303 927, soit 21,7%, ont été en désaccord et 2 757 817, soit 1,9%, ont voté nullement. Bien que la propagande anti-soviétique et anti-socialiste ait fait rage auparavant, la plupart des citoyens participant au référendum pensaient toujours que l’Union soviétique devait être conservée. [18][19]Le 8 décembre 1991, le Président de la Fédération de Russie, Eltsine, l ‘un des principaux dirigeants du groupe de Gorbatchev, a signé avec les dirigeants du Bélarus et de l’ Ukraine l ‘Accord de Belovej sur la création de la Communauté d’ États indépendants, déclarant que < < l ‘Union soviétique avait cessé d’ exister en tant que sujet de droit international et entité géopolitique > >. Trente ans se sont écoulés et, le 2 mars 2011, jour du 80e anniversaire de Gorbatchev, l’agence RIA Novosti a appris que 42% des Russes pensaient que Gorbatchev était responsable de l’effondrement de l’Union soviétique, selon une enquête menée par le Centre de recherche sur l’opinion publique de toute la Russie.

Deuxièmement, il s’agit de tourner délibérément le dos aux pays socialistes d’Europe de l’Est. De nombreux chercheurs pensent que le sort de la RDA et l’ensemble de la question allemande ont été résolus par les dirigeants soviétiques dirigés par Gorbatchev de la manière la plus préjudiciable au socialisme. On peut voir la détermination de Gorbatchev à discréditer le socialisme. A la fin de 1988, le président américain George W. Bush, au courant des intentions de Gorbatchev, a souligné à l’ambassadeur américain auprès de l’Union soviétique, Walter, que le moment décisif était venu et que la carte de la République fédérale d’Allemagne devait inclure la République démocratique. Les États-Unis ont réalisé leur souhait et l’Allemagne réunifiée a immédiatement rejoint l’OTAN. Le journaliste américain Walsh a écrit à ce sujet: “En juin 1990, Gorbatchev s’est rendu aux États-Unis. En présence du bureau du président Bush, des conseillers des deux présidents et des chefs des ambassades étrangères, Gorbatchev semble avoir déclaré avec désinvolture qu’il acceptait de reconnaître l’Allemagne réunifiée comme membre de l’OTAN si le peuple allemand le souhaitait. Les participants à la réunion ont été stupéfaits “ ,” Bush a même demandé à Gorbatchev de répéter ce qu’il avait dit. « Ce qui est le plus intolérable pour les Russes, c’est que, par un simple signe de tête, Gorbatchev a non seulement consenti, mais a en fait définitivement annulé les résultats des dispositions des accords de Potsdam, qui étaient l’expression de la victoire de la Grande Guerre patriotique soviétique . [20]

En ce qui concerne le traitement par Gorbatchev du sort de la RDA, Kriouchkov, ancien président du KGB, membre du Politburo du Comité central du PCUS et membre du Comité national d’urgence de l’URSS, confirme: À la fin de 1989, Gorbatchev a rencontré le nouveau président américain Bush sur l’île de Malte, où Gorbatchev a “hypothéqué” la RDA, s’est montré très attentif à George Bush et a fait une déclaration surprenante selon laquelle l’Union soviétique était prête à ne pas considérer les États-Unis comme son principal adversaire. En d’autres termes, il a renoncé à ses positions militaires et politiques devant les États-Unis sans rien recevoir en retour. Lors d’une rencontre avec le chancelier allemand Kohl dans le Caucase au printemps 1990, Gorbatchev a déclaré que Moscou n’était pas opposée à l’unification allemande. Pour Kohl, une déclaration similaire était totalement inattendue, à tel point qu’il a demandé à l’interprète de répéter ce que Gorbatchev avait dit. Lorsque le traducteur l’a répété, Cole était même perdu pendant un certain temps, mais bientôt il a remercié Gorbatchev et a ramené la nouvelle inattendue à Bonn. [21]

En bref, la trahison proactive du marxisme et du socialisme, ainsi que des intérêts fondamentaux de larges masses de la population, par le groupe dirigeant de Gorbatchev et Eltsine, utilisant des mécanismes institutionnels politiques traditionnels hautement centralisés et dépourvus de contraintes, a été à la fois la source politique et la cause immédiate de la fatalité des bouleversements et de la désintégration de l’Union soviétique (y compris des pays socialistes d’Europe de l’Est). Au fait, Je pense que l’accusation selon laquelle une telle révélation et un tel résumé objectifs s’écartent du matérialisme historique n’est pas vraie, Parce que le matérialisme historique dialectique souligne que les masses populaires appartiennent à la force ultime et au rôle fondamental qui détermine et fait avancer l’histoire, il ne niera jamais le rôle décisif ou le pouvoir des figures clés, des dirigeants et de leurs groupes dirigeants dans un événement et un moment historiques spécifiques.

En résumé, Basé sur un système et un modèle socialistes traditionnels hautement centralisés et rigides, Parmi les trois causes principales ou fondamentales du bouleversement et de la désintégration de l’Union soviétique, la confusion idéologique et théorique à long terme était la cause fondamentale, les erreurs de politique organisationnelle à long terme étaient la cause clé, et la trahison politique dans la mise en œuvre de la “nouvelle pensée de la réforme” était la cause mortelle directe et la cause principale. Les trois principales raisons sont la relation entre l’idéologie et la politique, la théorie et la pratique, les dirigeants et les masses, les individus et les groupes, les institutions et les politiques, l’unification et la désintégration, la réforme et la “réorientation”, le long terme et le court terme, les facteurs internes et externes, la politique et l’économie et leurs effets positifs et négatifs. Le résultat inévitable de leurs effets combinés a été le bouleversement et la désintégration de l’Union soviétique. Et même si d’autres raisons existent objectivement, elles sont classées derrière les trois principales raisons ou des raisons locales. Comme l’a souligné le camarade Jiang Zemin: « La leçon la plus importante des bouleversements en Europe de l’Est et de l’effondrement de l’Union soviétique est l’abandon de la voie socialiste, de la dictature du prolétariat, de la direction du Parti communiste et du marxisme-léninisme, ce qui a entraîné une intensification des conflits politiques, économiques, sociaux et nationaux déjà graves, et a finalement conduit à la tragédie historique des bouleversements institutionnels et de la désintégration de l’État. » [22]

II. Commentaire sur les cinq autres « théories principales » des bouleversements et de la désintégration de l’Union soviétique

Au cours des 30 années qui ont suivi le bouleversement et la désintégration de l’Union soviétique, de nombreuses recherches ont été menées sur les causes du bouleversement et de la désintégration de l’Union soviétique au pays et à l’étranger, et de riches résultats de recherche ont été accumulés. Cependant, il existe toujours des théories dites de cause principale ou de racine unilatérales ou erronées, qui sont résumées et brièvement commentées ci-dessous.

(1) l’inévitabilité du modèle traditionnel

Première question : le modèle traditionnel de Staline a-t-il nécessairement conduit au bouleversement et à la désintégration de l’Union soviétique? Dix ans après l’effondrement de l’Union soviétique, Des universitaires nationaux ont écrit: “Dès août 1989, lorsque six pays d’Europe orientale, dont la Pologne, ont connu des bouleversements, j’ai suggéré que la cause profonde des bouleversements dans ces pays était un problème institutionnel, c’est-à-dire que le modèle stalinien avait trop souffert et que les réformes successives avaient échoué. Par la suite, le système s’est retrouvé dans une impasse et a perdu son mécanisme dynamique. Plus tard, j’ai étudié les causes du bouleversement soviétique du point de vue du système. [23]Dans son livre “Recherche sur les causes profondes du bouleversement soviétique”, ce savant a réitéré que” la cause fondamentale du bouleversement soviétique était le problème du système, c’est-à-dire que le système traditionnel soviétique avait trop de maux et était entré dans une impasse et avait perdu son mécanisme de dynamisation. “[24]Le livre “Une nouvelle exploration des bouleversements en Union soviétique” écrit également clairement: “La nouvelle perspective de ce livre est que le modèle stalinien vieux de 70 ans est la principale cause de l’effondrement de l’Union soviétique”.[25]Le célèbre économiste russe, professeur Bouzgarin, de l’Université de Moscou, a avancé l’idée que le socialisme soviétique était un « socialisme mutant», arguant qu’il y avait de grandes contradictions dans ce « mutant»: « Un pôle est la bureaucratie vicieusement gonflée, et l’autre pôle est le facteur socialiste qui a le potentiel de répondre aux défis de nouveaux problèmes. Mais ce dernier a été lentement supprimé par la bureaucratie. » Il a souligné que l’intensification des contradictions internes du « socialisme brusque » était la cause de la désintégration de l’Union soviétique, et que le modèle stalinien était la principale cause de la désintégration de l’Union soviétique, et la désintégration inévitable.[26][27]

À notre avis, le modèle stalinien est le premier modèle socialiste dans l’histoire de l’humanité, et ses caractéristiques et connotations fondamentales se manifestent comme suit: idéologiquement et culturellement guidé par le marxisme-léninisme, politiquement par le gouvernement communiste et le système des congrès populaires, économiquement par la nationalisation, l’économie planifiée et le système de distribution selon le travail. Ce modèle institutionnel fondamental est plus avancé et supérieur à tous les modèles institutionnels fondamentaux du capitalisme, et a ainsi réalisé des réalisations économiques, politiques, culturelles et militaires importantes, changeant le modèle d’un monde unifié avec les systèmes d’exploitation et d’oppression capitalistes. Cependant, il exclut la diversification dans le domaine idéologique et culturel, la démocratisation dans le domaine politique et la commercialisation dans le domaine économique, il présente donc de graves inconvénients et des erreurs majeures. Bien que ces abus et erreurs soient moins importants que le modèle capitaliste historique et réel, ils doivent encore être sérieusement réfléchis, critiqués en profondeur et réformés de manière globale.

La clé est de savoir si le modèle stalinien ou le modèle socialiste traditionnel amélioré conduira nécessairement à la voie capitaliste? Comme nous le savons tous, à partir des années 80, le socialisme traditionnel basé sur le modèle stalinien a progressivement évolué vers trois voies: premièrement, la voie de la réforme et de l’ouverture globales du socialisme, représentée par la Chine et le Vietnam, et la mise en œuvre d’un système économique de marché socialiste et d’un système politique démocratique; La seconde est la voie d’une amélioration appropriée du socialisme représentée par Cuba, le Laos et la Corée du Nord, augmentant progressivement les mécanismes du marché et les mécanismes démocratiques; Le troisième est la voie du capitalisme complet représenté par l’Union soviétique et la plupart des pays d’Europe de l’Est, mettant en œuvre le système capitaliste de base dans l’économie, la politique et la culture. Si le modèle stalinien doit s’effondrer ou échouer, cela revient à dire que tous les pays socialistes traditionnels, y compris la Chine, doivent s’effondrer et échouer. De toute évidence, cette « théorie inévitable du modèle traditionnel » apparemment raisonnable ne résiste ni à l’analyse logique ni à la vérification de la réalité d’aujourd’hui. Il est nécessaire de distinguer l’inévitabilité et la contingence de l’évolution du modèle stalinien. La contingence est possible, possible et pas nécessairement, et le modèle stalinien doit passer par le maillon intermédiaire de la formation des trois principales raisons susmentionnées pour être définitivement (ou, dans un autre sens, “inévitable”) orienté vers le capitalisme, sinon ce n’est qu’une des possibilités d’évolution ou de choix.

Selon plusieurs enquêtes menées par l’Institut de recherche sociale globale de l’Académie russe des sciences en 1999, 2000 et 2001, les conclusions ci-dessus peuvent également être vérifiées. 66,5%, 63,2%, 57,6% des Russes interrogés pensent que l’effondrement de l’Union soviétique peut être évité, et seulement 20,3%, 25,4% et 30,0% sont d’accord avec le point de vue selon lequel “l’effondrement de l’Union soviétique est inévitable”. [28][29]En décembre 2005, le “Centre de sondage panrusse” a réalisé un sondage d’opinion dans 153 localités de 46 oblasts, régions frontalières et républiques russes, et 57% des Russes estimaient que l’effondrement de l’Union soviétique aurait pu être évité, ce qui signifie que la majorité des Russes ne partageait pas l’idée que “le système social soviétique de l’époque était voué à l’extinction”. Même Gorbatchev l’a reconnu. En 2006, à l’occasion du 75e anniversaire de Gorbatchev, quelqu’un lui a demandé: “Si vous ne vous engagez pas dans les réformes initiales, que faites-vous maintenant?” Gorbatchev a répondu: “Si je vais bien, je serai toujours secrétaire général du Comité central du PCUS. Parce que pendant mon administration, le système social était encore assez solide.” En effet, le système socialiste enterré par les soi-disant “réformateurs” tels que Ge n’est pas responsable de la mauvaise ligne de réforme. Et un système suffisamment solide et que les gens ne s’attendent pas à se désintégrer s’est soudainement effondré en quelques années seulement, et la leçon du milieu ne peut que faire réfléchir les gens![30]

[31] Deuxième question: le modèle traditionnel d’économie planifiée conduit-il nécessairement au bouleversement et à la désintégration de l’Union soviétique? Il faut reconnaître que le système traditionnel de l’économie planifiée a ses avantages et ses inconvénients, comme Samuelson, le maître de l’économie occidentale contemporaine, l’explique dans son manuel d’économie: « Contrairement à ce que croyaient ses premiers détracteurs, l’économie soviétique a connu une croissance rapide, a élargi son influence et a gagné de nombreux alliés. Elle a réussi à se transformer d’une puissance militaire faible, si faible qu’elle a supplié l’Allemagne de faire une trêve en 1918, en une superpuissance qui a effrayé le monde entier. D’un point de vue économique, la leçon la plus significative est peut-être que l’économie ordonnée peut fonctionner. L’ordre organise l’économie de telle sorte que l’État possède les moyens de production, que le profit n’est pas le principal moteur, et que les décisions principales sont prises par l’administration, l’économie de l’ordre peut bien fonctionner pendant une longue période. ” En fait, même à condition que le système économique planifié traditionnel et l’environnement international soient propices aux grandes puissances de propriété privée, les performances de développement et l’efficacité de l’Union soviétique ont dépassé la plupart des pays occidentaux. De 1925 à 1940, l’Union soviétique n’a mis que 15 ans pour parcourir le chemin parcouru par les principaux pays capitalistes en 50 à 100 ans. En 1913, la valeur de la production industrielle de la Russie se classait quatrième en Europe et cinquième au monde. En 1940, la valeur de la production industrielle de l’Union soviétique avait dépassé celle de la Grande-Bretagne, de la France et de l’Allemagne, se classant au premier rang en Europe et au deuxième rang dans le monde. La reprise après la Seconde Guerre mondiale a également été rapide. De 1964 à 1982, l’économie soviétique a augmenté en moyenne de 6,1% par an, dépassant tous les pays occidentaux. Le PIB de la société a augmenté de 1,46 fois, la production industrielle représentait un cinquième du monde et la production de plus de 20 grands produits industriels a dépassé la position de leader mondial des États-Unis. Au milieu des années 80, lorsque Gorbatchev est arrivé au pouvoir, la force nationale globale de l’Union soviétique a largement dépassé les pays de propriété privée développés ou sous-développés tels que l’Allemagne, la France, la Grande-Bretagne et le Japon, et est devenue la deuxième puissance économique et technologique mondiale qui se rapproche de plus en plus des États-Unis.[32]Au cours des 70 années d’existence du régime soviétique, l’industrie soviétique s’est développée six fois plus rapidement que les autres pays industrialisés du monde. En raison de l’agrégat et de la base croissants de l’économie nationale, la vitesse de développement a continué de diminuer depuis le milieu des années 70, mais même ainsi, elle est toujours supérieure à celle des pays capitalistes. Par exemple, entre 1981 et 1985, le produit national brut de l’Union soviétique a augmenté de 20%, contre 14% aux États-Unis et 8% en France et en Italie au cours de la même période.[33]Cependant, Gorbatchev a toujours dit que cette période était inutile après son arrivée au pouvoir.

Les statistiques montrent que c’est la série de politiques du groupe de direction de Gorbatchev qui a abandonné le socialisme qui a conduit à la croissance économique négative et à la crise économique et sociale avant l’effondrement de l’Union soviétique. Prenons l’exemple du revenu national, qui a augmenté de 17% au cours des cinq années qui ont précédé l’arrivée au pouvoir de Gore (1981-1985), avec un taux de croissance annuel moyen de 3,4%, alors qu’il n’a augmenté que de 6,8% entre 1986 et 1990, avec un taux de croissance moyen de seulement 1,3%. Parmi eux, pour la première fois en 1990, une croissance négative s’est produite, soit une baisse de 4%, puis une baisse de près de 15% en 1991. Un autre exemple est le produit national brut, qui a augmenté de 19,5% entre 1981 et 1985, avec un taux de croissance annuel moyen de 3,9%. De 1986 à 1990, il n’a augmenté que de 13,2%, le taux de croissance annuel moyen est tombé à 2,6%, le taux de croissance annuel a diminué de 2% en 1990 et le taux de baisse a atteint 17% en 1991. En ce qui concerne la productivité du travail social, le taux de croissance annuel moyen est passé de 3,1% entre 1981 et 1985 à 2,7% entre 1986 et 1989, atteignant -3% en 1990 et plus de -10% en 1991. On peut dire que pendant l’administration de Gorbatchev, l’ampleur de la récession a été record dans l’histoire soviétique. [34]

En outre, même selon les systèmes économiques comparatifs occidentaux, les quatre systèmes typiques du capitalisme de marché, du capitalisme planifié, du socialisme planifié et du socialisme de marché ont chacun leurs avantages et leurs inconvénients, et leur conversion dépend du choix et de la pensée dominante des décideurs. Si le système économique planifié ou le socialisme planifié conduira inévitablement à l’échec et à la voie du capitalisme de marché, alors comment expliquer que la Chine et le Vietnam se sont successivement engagés sur la voie du système économique de marché socialiste?

(2) La théorie de Gor’s de la réforme hors de contrôle

David, un célèbre économiste marxiste américain.Le professeur Coates a déclaré dans le livre “Revolution from the Upper-The End of the Soviet System” que Les principes d’ouverture, de réforme économique et de démocratisation politique qui ont suivi l’arrivée au pouvoir de Gorbatchev ont provoqué, de façon inattendue, l’émergence d’une coalition pro-capitaliste en Union soviétique et l’émergence d’un mouvement d’opposition qui a finalement conduit l’Union soviétique à abandonner ses convictions socialistes et à se tourner vers un capitalisme à l’occidentale. « Pour Gorbatchev, cette ouverture permettrait de discuter ouvertement de la richesse des perspectives de mise en œuvre des réformes qu’il appelle. Il espère ainsi mobiliser les forces sociales et surmonter la résistance instinctive aux changements majeurs. Cependant, une fois que la société civile a émergé, stimulée par l’ouverture, les dirigeants soviétiques ont perdu tout contrôle sur les discussions. “La démocratisation complète du système politique peut cependant réduire considérablement le pouvoir entre les mains des dirigeants, même avec des conséquences inattendues. Une véritable démocratisation pourrait faire passer le pouvoir de Gorbatchev et de son état-major à d’autres groupes dissidents.””Cependant, les réformes démocratisées ont rendu le pouvoir politique de Gorbatchev de plus en plus faible, l’empêchant de mener à bien le processus de réforme socialiste, même si cela n’était pas évident au début. ”[/i] [35][36][37]

Nous pensons, Ce n’est pas Gorbatchev et son groupe de droite qui adhèrent à la direction des réformes marxistes et socialistes, Il est nécessaire d’améliorer le socialisme par la démocratisation et l’ouverture politiques, la commercialisation économique et l’assouplissement idéologique. Mais Gorbatchev et son groupe de droite, qui sont essentiellement des “dissidents”, Il est nécessaire de renverser le système socialiste de base défectueux du PCUS à travers le soi-disant socialisme humain et le socialisme démocratique de la bourgeoisie, de le transformer en capitalisme et de conduire l’ensemble des pays socialistes d’Europe de l’Est à se tourner vers la voie capitaliste.

Les faits montrent qu’après l’arrivée au pouvoir de Gorbatchev, un groupe de droite, dont Yakovlev, Shevardnadze et Medvedev, s’est progressivement formé avec Gor’s comme centre, et ils ont dominé le Politburo. Gorbatchev a commencé par camoufler, puis, le moment venu, a approuvé le multipartisme, puis, lors de la session plénière de février 1990 du Comité central du PCUS, a officiellement présenté une résolution visant à modifier l’article 6 de la Constitution, supprimant le leadership statutaire du PCUS sur le pouvoir de l’État. Lors du 28e Congrès national du PCUS, Gorbatchev a déclaré que le PCUS jouerait le rôle d’un parti parlementaire. Tout cela ne “apporte pas de conséquences inattendues” de manière inattendue, “affaiblit de plus en plus le pouvoir politique de Gorbatchev, l’empêchant d’achever le processus de réforme socialiste” , mais une trahison délibérée. Par conséquent, l’ancien président du Conseil des ministres de l’Union soviétique, Ryzhkov, a analysé dans la “décennie des grands tourments”: Gorbatchev” a également une caractéristique de trahison semblable à un diable”. « Non seulement il a trahi les idéaux sur lesquels nous et le peuple de la nation le suivons et lui font confiance, mais encore et encore, il a trahi et astucieusement vendu tous ceux qui partageaient ses idéaux. » « Tout au long de sa période historique, le secrétaire général a cherché à éliminer le parti, à éliminer l’État et à destituer individuellement les militants qui s’opposaient à ces desseins et à ces actes. » “L’erreur peut être pardonnée, mais pas la trahison planifiée”. Parlant de la responsabilité historique de Gore et Eltsine, il a déclaré: “Gorbatchev a conduit le pays au capitalisme, tandis que Eltsine, Heydar et leurs gangs ont conduit le pays au capitalisme, et le capitalisme barbare.” “C’est la trahison principale des deux dirigeants, le leader réformiste Gorbatchev et le leader post-réformiste Eltsine. Son opinion et son attitude sont: “Vous pouvez pardonner les erreurs, mais vous ne pouvez pas pardonner la trahison planifiée.” Bolkin, ancien secrétaire de Gorbatchev et plus tard secrétaire du Comité central du PCUS, a déclaré dans “Les hauts et les bas de Gorbatchev”: “Ni la guerre mondiale, ni la révolution, ni la confrontation militaire et économique entre les deux camps n’ont réussi à détruire et à démembrer ce grand pays. L’Union soviétique a été brisée de l’intérieur, enterrée par une poignée de dirigeants influents du parti et de l’État, et renversée par l’opposition. ” La Fondation russe pour l’opinion publique a réalisé deux sondages d’opinion sur l’évaluation de Gorbatchev en 2001 et 2004. 56% et 51% des personnes étaient respectivement en faveur de “l’administration de Gorbatchev a causé plus de tort au peuple”, et seulement 14% et 11% pensaient” qu’il a apporté plus de bienfaits au peuple” .[38]

Les communistes de Russie, d’Ukraine et d’autres pays de la CEI ont également généralement partagé le point de vue selon lequel “la trahison du marxisme et du socialisme par le groupe dirigeant supérieur du PCUS, dirigé par Gorbatchev, a été la cause directe et principale de l’effondrement de l’Union soviétique et de la perte de la position dominante du PCUS” . Le chef du Parti communiste russe, Zyuganov, a déclaré à plusieurs reprises que les grands pays et les organisations puissantes ne sont pas enterrés entre les mains des vainqueurs, mais à cause de la mutinerie interne. De son côté, le Parti communiste ukrainien écrit dans la littérature programmatique: « Des personnes dépourvues de position de principe, dupes et même hostiles ont occupé des postes extrêmement importants, y compris des membres du Bureau politique du Comité central du PCUS et le poste de secrétaire général du Comité central du Parti. À un moment très important pour le destin de l’Union soviétique, les “fonctionnaires nommés par les supérieurs” ont trahi le parti et se sont enfuis dans le camp des ennemis les plus féroces du socialisme, livrant le pays sans guerre au capitalisme meurtrier et criminel et jetant les masses populaires dans la pauvreté et la misère. ” [39]

En outre, dans un discours prononcé en 1999 à l’Université américaine d’Ankara, la capitale turque, Gorbatchev a avoué sans vergogne sa détermination de longue date à enterrer le socialisme et le Parti communiste soviétique: “Le but de ma vie est d’éliminer le communisme qui exerce une dictature intolérable sur le peuple. À cette fin, j’ai utilisé ma position au sein du parti et de l’État. C’est pour cette raison que ma femme m’a toujours encouragé à occuper des positions plus élevées dans le pays. Quand j’ai rencontré l’Occident, ma décision est devenue immuable. À cette fin, je dois éliminer toute la direction de la République soviétique et de l’URSS… “ . [40]Parce que cette déclaration était trop explicite, Gorbatchev a tenté de nier ce qu’il avait dit, mais jusqu’à présent, il n’a pas osé publier le texte intégral de son discours pour le prouver. Cependant, Gore, répondant au quotidien britannique The Guardian en août 2011 à l’occasion du vingtième anniversaire de l’effondrement de l’Union soviétique, a de nouveau affirmé: « Cela a conduit à la fin de la guerre froide, à l’émergence d’un nouvel ordre mondial et, en fin de compte, à un processus graduel de transition du totalitarisme à la démocratie» . Cela prouve une fois de plus que Ge, comme les forces hostiles occidentales, a toujours considéré l’Union soviétique socialiste traditionnelle comme un pays “totalitaire” à éradiquer.[41]

En réponse, Ryjkov a déclaré sans détour dans ses mémoires: “ Il est difficile de voir à travers le cœur d’un homme et de comprendre ses véritables intentions. Mais il n’est absolument pas faux de dire que Gorbatchev a longtemps eu le cœur de détruire le Parti communiste qui lui a ouvert de brillantes perspectives de vie et de détruire le socialisme qui l’a cultivé. Après 1991, il l’a dit lui-même.Gorbatchev a déclaré: “Depuis qu’il est sensé, il rêve d’enterrer le communisme.” [42][43]De nombreuses études russes sur Gorbatchev ont mentionné que Gorbatchev soupçonnait et détestait le régime soviétique depuis son plus jeune âge, et détruisait le système du haut de la pyramide comme sa force motrice pour grimper constamment.

.../...


Edité le 19-11-2021 à 20:23:35 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16600 messages postés
   Posté le 19-11-2021 à 07:19:28   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

(3) Théorie de l’abandon des masses

Certains traités soutiennent que, Le PCUS “dans les conditions d’une gouvernance à long terme, Un nombre considérable de membres du Parti communiste, y compris les cadres dirigeants du Parti, se sont sérieusement séparés des masses populaires et ont même utilisé le pouvoir à des fins personnelles. Le Parti communiste n’est pas un représentant fidèle des intérêts fondamentaux de la majorité du peuple, mais est devenu un représentant fidèle des intérêts spéciaux de quelques classes privilégiées, et la cause socialiste a perdu le soutien et le soutien sincères du peuple. ” L’abandon du Parti communiste de l’Union soviétique par la classe ouvrière et le peuple soviétique qu’il a toujours représenté a été le facteur décisif qui a conduit à la mort du Parti communiste de l’Union soviétique et à la désintégration de l’Union soviétique. [44][45]

Nous croyons que le Parti Communiste de l’URSS au pouvoir, malgré les mauvais inconvénients d’un système économique, politique et culturel fortement centralisé, dépourvu de démocratisation, avec une bureaucratie sévère et un recours au pouvoir à des fins personnelles, et d’autres erreurs, représentait les intérêts fondamentaux de la classe ouvrière et des masses populaires dans leur ensemble. Le PCUS n’a pas été abandonné par la majorité des membres du parti et du peuple, mais pas à pas par les principaux groupes de Gorbatchev et Eltsine et leurs partisans. De l’arrivée au pouvoir de Gorbatchev à l’effondrement de l’Union soviétique, de nombreux hauts dirigeants, membres ordinaires du parti, cadres et masses ont mené diverses formes d’opposition à des degrés divers, mais ils ont tous été supprimés, réprimés, assiégés et réprimés. Par exemple, le 13 mars 1988, le journal russe soviétique a publié une lettre de lecteur de Nina Andreeva, enseignante à l’Institut de technologie de Leningrad, intitulée “Je ne peux pas abandonner le principe”. La lettre a souligné de manière aiguë de nombreuses anomalies dans l’opinion publique de l’époque: Tels que l’activité sans précédent de diverses organisations informelles soutenues par des forces hostiles au pays et à l’étranger, le parlementarisme occidental, le multipartisme, désespérément réclamé dans divers médias et séminaires, la négation totale de la direction du Parti communiste et de la classe ouvrière, les arguments qui attaquent avec virulence l’histoire soviétique et le système socialiste, etc. La lettre a immédiatement provoqué un tollé dans toute l’Union soviétique. Les articles ont été reproduits 937 fois dans les journaux républicains, régionaux, municipaux et industriels. L’Institut de technologie de Leningrad d’Andreeva a reçu des milliers de lettres de personnes de tout le pays et de tous les horizons, dont plus de 80% confirment pleinement les opinions de l’auteur. Un grand nombre de lettres ont également été envoyées à la Pravda, et plus de 80% de ces lettres soutiennent le point de vue d’Andreeva. [46]Le Bureau politique du Comité central du PCUS a tenu des réunions d’urgence pendant deux jours consécutifs pour discuter des contre-mesures, dans le but d’arrêter et de contrer cette soi-disant “force anti-réforme”. En conséquence, Gorbatchev a ajusté Ligatchev, ancien membre du Politburo en charge de l’idéologie, qui adhérait aux principes du marxisme-léninisme, à l’agriculture et l’a remplacé par le secrétaire central anti-marxiste Yakovlev.[47]En outre, un grand nombre de membres du parti se sont volontairement retirés du Parti communiste soviétique contrôlé par des groupes dirigeants anti-marxistes, Certains généraux ont même exprimé leur mécontentement par le suicide, L ‘opposition d’ un grand nombre de députés à l ‘abrogation des dispositions relatives au pouvoir du PCUS lors de la révision de la Constitution, l’ opposition de plus de 70% de la population au premier référendum à la dissolution de l ‘Union soviétique et l’ action menée par le Comité d ‘État d’ urgence de l ‘Union soviétique lors des événements du 19 août pour sauver l’ Union soviétique de l ‘effondrement doivent être considérées comme des formes de résistance vigoureuses représentant les larges masses populaires. Quant aux résultats de certains sondages d’opinion après que la République soviétique et l’Union soviétique ont été perturbées par les dirigeants occidentalisés et les forces hostiles au pays et à l’étranger, en fait, il ne peut plus vraiment représenter la volonté essentielle des larges masses du peuple.[48]

Un argument étroitement lié à la “théorie de l’abandon des masses” est simplement de dire que l’Union soviétique n’appartient pas du tout à un pays socialiste, donc le peuple soviétique doit l’abandonner. Le Parti Communiste du Japon, par exemple, affirme que « l’Union soviétique a suivi la bonne voie sous Lénine, mais depuis que Staline est au pouvoir, elle a sérieusement piétiné la’voie socialiste’ et n’est plus un pays socialiste ou un pays qui ne vise plus le socialisme». [49]Lorsque l’Union soviétique s’est désintégrée, le Parti communiste du Japon a tenu une réunion permanente des cadres. Le président Zhezo a prononcé un discours intitulé “Célébrer la fin de l’histoire du pouvoir et de l’hégémonisme-à l’occasion de l’effondrement de l’Union soviétique”. Il a déclaré: “Jusqu’à présent, l’Union soviétique, en tant que pays hégémonique scandaleux, a causé de grands dommages au monde, et maintenant elle s’est désintégrée, et le Parti communiste japonais s’en félicite grandement.[50]

Comment évaluer scientifiquement cet argument? Nous devons reconnaître que la voie socialiste soviétique a été défectueuse ou a commis de graves erreurs, telles que les ordres forcés dans le processus de collectivisation agricole, l’expansion et la non-légalisation dans le mouvement anti-répressif, la centralisation de la direction politique, le chauvinisme des grandes nations dans les échanges internationaux, etc. Mais c’est toujours un pays de nature socialiste, et Staline et les dirigeants qui ont suivi ont commis des erreurs sur la voie du socialisme. Selon le point de vue du matérialisme historique, juger de la nature sociale d’un pays n’est pas de voir s’il y a des erreurs ou la taille des erreurs, mais le système fondamental de l’économie et de la politique et sa nature. C’est comme si, pour juger si la nature sociale des États fascistes allemands, italiens et japonais diffère sensiblement de celle des États antifascistes américains, britanniques et français, il ne s’agit pas de savoir qui a déclenché la guerre en premier ou quelle politique a été menée dans le pays, mais si l’économie privée a dominé et si les partis bourgeois sont au pouvoir. Étant donné que l’Union soviétique était un système économique et politique fondamental avec la propriété publique et la direction du Parti communiste, certaines politiques internes et externes, certains problèmes institutionnels et institutionnels spécifiques peuvent être résolus par des réformes et des améliorations continues sans avoir à répéter les erreurs du capitalisme. En tant que marxiste rationnel, nous devons critiquer sévèrement les erreurs commises par l’Union soviétique, mais nous ne devons pas suivre les forces hostiles mondiales et encourager le bouleversement et la désintégration de l’Union soviétique socialiste. Tenter de tracer une ligne de démarcation avec le modèle stalinien ne revient pas à nier que l’Union soviétique est un pays socialiste. Sinon, tous les pays socialistes du passé, qui ont imité le modèle stalinien, n’appartiennent-ils pas aux pays socialistes? Les chercheurs occidentaux ne concluent pas et n’analysent pas aussi scientifiquement.

[51]Un autre argument étroitement lié à la “théorie de l’abandon des masses” est de souligner que l’Union soviétique a dogmatique le marxisme, de sorte que le peuple soviétique doit l’abandonner. Par exemple, certains traités écrivent: “Le Parti communiste soviétique a dogmatisé le marxisme-léninisme, laissant l’idéologie directrice du parti dans un état rigide et semi-rigide pendant longtemps. … le PCUS a toujours attaché une grande importance au travail idéologique, mais il a « catalogué » les idées dans les œuvres classiques, a retiré son âme vivante, n’a pas parlé d’innovation théorique et n’a pas permis la pensée indépendante, ce qui a privé l’idéologie directrice du parti de son attrait et de sa fonction éducative pour la masse des cadres, en particulier pour la jeune génération. ” D’autres chercheurs ont étudié horizontalement la rigidité idéologique et théorique d’un certain dirigeant du PCUS. Par exemple, on pense que Brejnev est au pouvoir depuis 18 ans et que la rigidité idéologique et théorique du PCUS est particulièrement grave. “Pendant la période de Brejnev, l’Union soviétique, dans le domaine idéologique, a progressivement adopté la compréhension et l’interprétation du marxisme-léninisme par les dirigeants du PCUS et leurs affirmations comme le seul critère pour juger du bien et du mal et pour diviser l’ennemi et nous-mêmes, et a parlé de’socialisme développé’ tout en fermant les yeux sur les difficultés et les problèmes qui existaient dans la réalité; La décadence et le déclin d’un grand nombre de systèmes capitalistes sont restés silencieux sur les nouvelles situations qui sont apparues dans le développement social et économique de certains pays capitalistes développés. Cette prédication creuse, qui dogmatise le marxisme, absoluise le modèle soviétique et se détache sérieusement de la réalité, a provoqué une confusion idéologique et même une psychologie rebelle parmi les masses. “[52]

Nous devons nous rendre compte avec lucidité, En Union soviétique, le dogmatisme et la rigidité idéologique du marxisme existaient, mais le dogmatisme du marxisme était de nature différente du dogmatisme et du culte aveugle de la pensée capitaliste occidentale, et encore plus différent de la suspicion et de la négation du marxisme et du socialisme. Le premier ne conduira qu’à la question du socialisme de la « gauche » qui critique aveuglément le capitalisme, tandis que le second conduira à la question du culte et de la croyance au capitalisme, niant ainsi le marxisme et le socialisme. Deux types différents de dogmatisme et de tendances idéologiques et théoriques apporteront deux types différents de confusion idéologique et de conséquences sociales. De toute évidence, le bouleversement et la désintégration de l’Union soviétique socialiste, Et sur la voie du capitalisme, C’est le résultat du culte idéologique et théorique de l’Occident et de l’abandon du marxisme et du socialisme Il est le résultat de la victoire des forces idéologiques capitalistes sur les forces idéologiques socialistes, et il est également étroitement lié à l’aversion du peuple de réciter verbalement des mots marxistes et des actions pratiques pour le profit personnel des cadres, et non pas la conséquence inévitable d’un certain dogmatisme sur le marxisme et le socialisme. Dans la “Révolution culturelle” de la Chine, le dogmatisme du marxisme et du socialisme et les théories idéologiques d’extrême gauche qui ont balayé certaines “réparations féodales” ont largement dépassé l’Union soviétique, conduisant à la voie capitaliste?

4) Théorie de la course aux armements

L’Union soviétique défunte et la Russie d’aujourd’hui sont toutes deux couronnées de puissances militaires. De nombreux universitaires nationaux et étrangers ont depuis commencé à explorer les raisons de l’effondrement de l’Union soviétique. Ils pensent que l’Union soviétique a longtemps développé vigoureusement l’industrie lourde et militaire, s’est engagée dans une course aux armements, a exporté violemment la révolution et a conquis l’hégémonie dans le monde, s’écartant de l’objectif du socialisme de servir le peuple. La vie politique et le système de fonctionnement économique de l’Union soviétique sont également compatibles avec cela. Le système d’économie planifiée hautement centralisé est non seulement formé pour répondre aux exigences du développement de l’industrie lourde, en particulier de la production militaire, mais aussi une partie importante de son économie de préparation à la guerre. La réforme du système économique et l’élargissement de l’autonomie des entreprises auront un impact sur ce système, entreront en conflit avec la tâche stratégique la plus importante du renforcement de la production d’armes et seront naturellement freinés. C’est une raison profonde qui ne peut être ignorée du déclin et de la désintégration de l’Union soviétique. [53]

L’opinion selon laquelle la course aux armements a entraîné la chute de l’Union soviétique et s’est désintégrée a également été publiée dans la presse et les périodiques des pays occidentaux. Certains chercheurs ont écrit des articles examinant comment la société occidentale perçoit les causes de la désintégration de l’Union soviétique, citant des vues similaires en France, en Allemagne et au Japon. Par exemple, le journal français Le Figaro a publié un article selon lequel l’Union soviétique, en pratiquant depuis longtemps une économie de guerre cohérente, en utilisant toutes sortes de fonds à des fins militaires aussi rapidement et aussi directement que possible, tout en ne fournissant que le minimum de biens de consommation nécessaires, a réalisé un miracle qui peut rivaliser militairement avec les États-Unis. Cependant, les États-Unis sont beaucoup plus riches que l ‘Union soviétique et peuvent sans difficulté financer leur budget militaire à moins de 5% de leur produit national brut, qui n’ est pas élevé par rapport à celui des États-Unis, mais dont une grande partie est consacrée aux dépenses militaires. Avec le développement de l’économie américaine et la croissance du potentiel technologique, cette extraction croissante a finalement progressivement étouffé la croissance économique de l’Union soviétique. L’hebdomadaire allemand Der Spiegel a également publié un article selon lequel l’Union soviétique a gaspillé des milliards de fonds pour se préparer à la guerre pour sa survie et son expansion. Finalement, il est devenu incapable de payer et s’est désintégré. [54]

Nous pensons, À cette époque, afin de faire face à l’intervention militaire de 14 pays occidentaux, à l’invasion militaire du fascisme allemand et à la menace militaire et à l’agression du groupe de l’OTAN dirigé par les États-Unis dans la “guerre froide”, L’expansion des préparatifs militaires et la course aux armements forcés de l’Union soviétique affecteront certainement le développement de l’économie nationale et l’amélioration du niveau de vie des résidents urbains et ruraux, mais en aucun cas l’économie et les finances nationales “deviendront insolvables et se désintégreront”. Contrairement au point de vue subjectif de la “théorie de la course aux armements”, l’économie nationale, les recettes fiscales et la science et la technologie de l’Union soviétique ont augmenté d’année en année, se rapprochant progressivement et dépassant progressivement les États-Unis dans de nombreux domaines.

Il convient de souligner qu’après l’arrivée au pouvoir de Gorbatchev, il a plu à l’Occident en termes d’armements et de course aux armements. Ce qui a été condamné à cet égard, c’est l’élimination du système de missiles “Oka”. Selon des informations russes pertinentes, l’arme a été mise au point par l’académicien Sergueï Nepobertymeyer, un maître bien connu de la conception de missiles tactiques de l’ancienne Académie des sciences de l’ancienne Union soviétique. La mise en place du système de missiles a pris sept ans et a impliqué près de 100 000 universitaires, concepteurs, travailleurs, expérimentateurs et militaires. Afin de gagner la faveur des États-Unis et de l’OTAN, Gorbatchev a détruit 239 missiles “Oka” d’une portée de 400 kilomètres. En fait, il n’a violé aucun traité international, y compris le “Traité FNI”. [55]À cet égard, Vladimir Shedrine, professeur à l’Université d’État de Tchouvachi en Russie, a écrit dans son journal de Bagdad: « Nos forces armées disposent d’armes uniques, sans précédent dans le monde et sans équivalent. Son histoire est également unique: des armes sont fabriquées, mises en service et complètement détruites en un instant, y compris tous les dessins, conceptions et artisanats. “[56]

La courtoisie de l’Occident dans la course aux armements et la dissolution du Pacte de Varsovie a commencé avant que Gorbatchev n’accède à la plus haute direction du PCUS. Selon Iakovlev, membre du Comité central du PCUS qui assistait à la réunion, Gorbatchev, lors de sa visite à Londres en tant que membre du Politburo, avait proposé de montrer à Thatcher des cartes militaires secrètes indiquant les points de frappe des missiles nucléaires en Grande-Bretagne en cas de guerre mondiale, et Thatcher était ravi de la franchise de ses excellents partenaires. [57]Gorbatchev est souvent resté à l’étranger après son arrivée au pouvoir et est le principal chef du PCUS qui a passé le plus de temps à l’étranger. Il y a des Russes qui ironisent: “Entre deux voyages en Occident (où il a été traité comme un héros), Gorbatchev est retourné à Moscou pour lancer une nouvelle série de politiques de désintégration de l’État: la” réforme “elle-même, le système militaire, le système militaro-industriel, etc.” “Il a fait de la dissolution simultanée du Pacte de Varsovie et de l’OTAN un objectif stratégique pour l’Occident, et finalement le Pacte de Varsovie a été dissous, alors que l’OTAN existe encore aujourd’hui.” Selon des sources historiques, l’ancien secrétaire d’État américain Baker a rencontré Gorbatchev, et lorsque Baker a assuré Gorbatchev que l’OTAN ne se développerait pas “d’un pouce” à l’est “de sa position actuelle” et était prêt à discuter des garanties de droit international pour cette “non-expansion”, Gorbatchev a déclaré que l’expansion du bloc militaire de l’OTAN vers la Russie ne le préoccupait pas. L’attitude du dirigeant soviétique a surpris Baker.[58][59]

La théorie de la course aux armements contient également un corollaire selon lequel l’Union soviétique a réduit le niveau de vie en raison de la course aux armements, ce qui a conduit à des bouleversements et à la désintégration de l’Union soviétique. Certains érudits ont commenté: Si avant la Seconde Guerre mondiale, le peuple soviétique “mangeait, buvait, s’habillait et d’autres choses étaient extrêmement pauvres, et des dizaines de millions de personnes sont mortes anormalement, et cela peut également être expliqué par” le peuple doit faire des sacrifices pour la prospérité et la force du pays”; Ensuite, au cours des 45 années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, le niveau de vie et la qualité de vie du peuple soviétique ne peuvent toujours pas être améliorés en conséquence, et le ralentissement socio-économique ne peut être attribué qu’à la déviation de la philosophie de gouvernance du PCUS, à sa faible capacité de gouverner et à sa pensée obstinée. Il n’est pas surprenant qu’un tel parti au pouvoir ait été abandonné par le peuple. ” [60]

De nombreuses données statistiques et études de l’Union soviétique et du monde ont confirmé que le niveau de vie du peuple soviétique s’améliore constamment et se rapproche de la qualité de vie réelle des résidents ordinaires des pays occidentaux développés. Par exemple, le revenu national de l’Union soviétique était de 145 milliards de roubles en 1960 et est passé à 577,7 milliards de roubles en 1985, soit près de trois fois plus qu’en 1960. En 1960, le produit social brut et le revenu national de l’Union soviétique, calculés sur la base de la population moyenne, étaient respectivement de 1 431 roubles et 683 roubles, et en 1985, ils étaient respectivement passés à 5 003 roubles et 2 090 roubles, soit une augmentation de 2,4 et 2 fois, respectivement. L’augmentation du revenu réel de tous les résidents (en pourcentage de la population moyenne) était de 100 en 1940 et de 646 en 1985. Autre exemple, le fonds de consommation sociale de l’URSS est passé de 41,9 milliards de roubles en 1965 à 147 milliards de roubles en 1985, et les divers paiements et avantages que les résidents reçoivent du fonds de consommation sociale par habitant sont passés de 182 roubles en 1965 à 530 roubles en 1985, soit une augmentation de 1,9 fois. Troisièmement, l’Union soviétique a mis en œuvre une politique de loyers bas depuis 1928. En 1913, la surface utile des logements par habitant dans les villes était de 6,3 mètres carrés et en 1985, elle est passée à 14,1 mètres carrés, soit plus du double de ce qu ‘elle était avant la révolution. Quatre-vingts pour cent des ménages des villes soviétiques vivaient déjà dans des logements individuels. Dans les années 80, le logement national soviétique a été alloué comme prévu, chaque ménage payant un loyer mensuel moyen de 3 roubles, et le loyer mensuel moyen des résidents américains au cours de la même période était de plusieurs centaines de dollars américains. Au milieu des années 80, les unités américaines concernées ont mené une enquête sur les « villes vivables», dont les principaux indicateurs d’évaluation comprenaient l’abondance des marchandises dans les magasins, les conditions de circulation, le confort résidentiel, le traitement des eaux usées, l’approvisionnement en eau chaude et la propreté de l’air. Les trois villes soviétiques de Moscou, Leningrad et Kiev ont été étudiées et toutes ont été classées parmi les dix villes les plus confortables du monde (Gorbatchev a cependant déclaré que les Soviétiques vivaient “dans des grottes” par rapport aux conditions de vie des travailleurs américains moyens). Quatrièmement, en 1980, la production alimentaire par habitant en Union soviétique atteignait 715 kg et aucun coupon alimentaire n’a été émis pour limiter la consommation alimentaire. La consommation d’aliments polyféculents a diminué et la consommation d’aliments à haute teneur en protéines a considérablement augmenté. En 1985, la consommation par habitant des principaux produits alimentaires était de 61,4 kg de viande et de produits carnés, de 323 kg de lait et de produits laitiers, de 260 œufs, de 17,7 kg de poisson et de produits à base de poisson, de 42 kg de sucre, de 9,7 kg d’huiles végétales et de 133 kg de produits panifiés. Le coefficient d’Engel pour les ménages de travailleurs industriels, qui était de 45,6% en 1922, est tombé à 32,9% en 1975. Cinquièmement, en 1985, il y avait 97 téléviseurs et 90 réfrigérateurs pour 100 ménages urbains et ruraux. [61][62]

De plus, en regardant le monde, de nombreux facteurs tels que l’environnement naturel, l’histoire et la réalité déterminent le niveau et les changements du niveau de vie des résidents urbains et ruraux d’un pays, et le niveau de vie ne peut généralement pas être directement la principale raison du changement soudain du système social fondamental. Tout au long du XXe siècle, le niveau de vie des résidents ordinaires dans la plupart des pays capitalistes en développement n’était pas aussi élevé que dans la plupart des pays socialistes, et ces pays capitalistes ne se sont pas radicalement transformés en pays socialistes; De même, si un pays socialiste en développement subit un changement radical dans la direction du capitalisme, ce ne sera pas parce que, ou du moins pas simplement parce que le niveau de vie est différent de celui des pays capitalistes développés.

5) Théorie des erreurs ethniques et religieuses

Certains érudits pensent que l’expansion rapide de la puissance russe à partir de Pierre le Grand est principalement un processus par lequel la nation russe a conquis d’autres nations différentes par la force. Les conflits ethniques sont profonds et les griefs ont duré des siècles. À l’époque de Staline, il y avait trop de centralisation, la promotion de la Grande Russianisme et la restriction de l’utilisation par les minorités ethniques de leurs propres langues et écritures, ce qui a considérablement affaibli les sentiments nationaux. Avant et après la Seconde Guerre mondiale, l’Union soviétique, sous le slogan de la « défense de l’Union soviétique » et de la « consolidation des frontières», a mis en place des politiques de migration forcée des minorités ethniques, par exemple en chassant les Tatars de la région chaude et riche de Crimée vers l’Asie centrale et la Sibérie froides et désolées, et les Ingouches et les Tchétchènes du Caucase vers l’Asie centrale, qui ont semé les germes de la haine ethnique. L’Union soviétique a longtemps poursuivi une politique erronée de classe des problèmes ethniques, une politique discriminatoire à l’égard des minorités ethniques dans le développement économique, les coutumes, l’éducation et l’autonomisation, et a même tenté de s’engager dans une “assimilation nationale”, ce qui a gravement nui aux sentiments des minorités ethniques et accru leur force centrifuge. Par conséquent, l’Union soviétique s’est soudainement divisée en 12 pays de la CEI après l’indépendance des trois États baltes. [63]

En fait, ce sont les tsars de tous âges qui ont opprimé et asservi les nations conquises, incitant au chauvinisme national russe, ce qui a rendu les contradictions entre les nations russes et non russes plus aiguës. L’Union soviétique est un État fédéral établi sur les ruines de la Russie tsariste. Elle met l’accent sur l’unité nationale politique et le soutien économique mutuel, ce qui a considérablement atténué les conflits ethniques et n’a pas provoqué de troubles et de conflits ethniques majeurs. Ce n’est que lorsque Gorbatchev a trahi la politique “d’ouverture et de démocratisation” de l’unité nationale socialiste qu’il a fourni une opportunité pour la prolifération du nationalisme. Par exemple, les événements d’Almaty en décembre 1986 et les manifestations à grande échelle des Tatars de Crimée en juin 1987 ont eu lieu. Après avoir tourné le dos au marxisme et au socialisme et malgré la volonté populaire de la majorité des référendums soviétiques contre la désintégration de l’Union soviétique, Eltsine a poursuivi sa politique de division nationale et de désintégration de l’Union soviétique sur la base d’intérêts personnels et d’obéissance aux intentions occidentales, ce qui a conduit à la désintégration finale de l’Union soviétique. On peut voir que ce sont les mauvaises politiques des groupes dirigeants de Gorbatchev et Eltsine qui ont conduit aux conflits entre les nations et à la prolifération du nationalisme. Ce qui a conduit à la désintégration de l ‘Union soviétique, et non à la prolifération du nationalisme et à l’ effondrement de l ‘Union soviétique, ce n’ est pas les contradictions ethniques traditionnelles qui ont précédé l ‘administration de Gorbatchev (les nationalistes ont naturellement profité du droit des républiques fédérées de se retirer librement de l’ Union, consacré dans les constitutions de l ‘Union soviétique de 1924, 1936 et 1977) qui ont conduit à l’ effondrement de l ‘Union soviétique. [64];

Nous pouvons également analyser plus avant les contradictions qui existent entre les groupes ethniques de tous les pays multiethniques du monde, y compris les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Espagne, l’Inde et la Chine, les niveaux de développement économique et social des différentes régions ethniques ne sont pas les mêmes, et la mentalité des dirigeants ethniques qui veulent être à la tête d’un pays indépendant existe également objectivement. La question est de savoir si la désintégration d’un pays indépendant multiethnique est directement causée par des différences ethniques générales et des contradictions ethniques traditionnelles. Elle doit être étudiée spécifiquement sur la base de faits majeurs. Il n’est pas approprié d’exagérer les contradictions et les jugements subjectifs. En outre, Staline, qui a fait des développements importants dans la théorie marxiste de la nationalité, était géorgien, et la conclusion que ceux qui sont des nations non russes “promeuvent la Grande Russie”, en soi, mérite d’être vérifiée et examinée empiriquement et logiquement.

Il y a aussi des érudits qui considèrent les erreurs de politique religieuse comme la principale cause des bouleversements et de la désintégration de l’Union soviétique, et les attribuent spécifiquement à trois aspects: Premièrement, la stratégie de lutte antireligieuse de l’Union soviétique avant et pendant la période intermédiaire violait les lois de la lutte dans le domaine idéologique, et la persécution religieuse à long terme a plutôt renforcé la tendance centrifuge du peuple à l’égard du parti et du régime soviétiques. Deuxièmement, la persécution religieuse au début et au milieu de l’Union soviétique a gravement endommagé l’image des pays socialistes soviétiques, affaibli l’attrait du socialisme et créé les conditions permettant aux forces antisocialistes internationales de pénétrer dans la société soviétique. La politique religieuse inversée de l’Union soviétique à la fin de la période sous la direction de la “nouvelle pensée” a progressivement levé la vigilance de l’Union soviétique face à l’utilisation de la religion par les forces hostiles occidentales pour l’infiltration politique. Troisièmement, les questions religieuses sont étroitement liées aux questions ethniques et ont joué un rôle dans la désintégration de l’Union soviétique. [65]

Nous pensons que le remplacement des croyances religieuses par une vision scientifique du monde, une vision de la vie et des valeurs est un long processus de diffusion théorique et d’éducation idéologique, et nécessite également certaines conditions économiques et politiques et un environnement international. Le PCUS et son gouvernement n’ont pas vu la longueur et la pénibilité du processus, et se sont empressés d’éliminer les croyances religieuses des masses par tous les moyens, et ont mis en œuvre une politique trop sévère contre les organisations religieuses et le clergé, ce qui est en effet une erreur dans la politique religieuse du PCUS et du gouvernement de l’URSS. Mais la question est de savoir si la politique religieuse plus sévère du socialisme traditionnel conduira inévitablement à des changements radicaux et à la désintégration de l’Union soviétique? Si l’Union soviétique n’avait pas commis l’erreur d’une politique religieuse plus sévère, le groupe dirigeant de Gorbatchev n’attaquerait pas le marxisme et le socialisme, ne poursuivrait pas une politique religieuse de laisser-faire complet et ne favoriserait pas le bouleversement et la désintégration de l’Union soviétique? Les forces hostiles occidentales n’utiliseront-elles pas la religion pour infiltrer les idées et les croyances de l’Union soviétique? La bonne réponse ne va pas de soi.

notes

(Directeur et professeur principal du Centre de recherche sur le développement économique et social de l ‘Académie chinoise des sciences sociales, Département Cheng Enfu, membre de la Commission de l’ éducation, de la culture et de la santé de l ‘Assemblée populaire nationale, Président de la Société mondiale d’ économie politique, professeur émérite à l ‘Université de Saint-Pétersbourg (Russie), Département Ding Jun, professeur à l’ Université

[1][Russia]. http://www.orossii.ru/2006-09-29

[2][R] 20-. http://library.by/2002-11-13

[3][Russie]-.http://www.rg.ru/2006-02-14

[4][Russia]. http://www.orossii.ru/2006-09-29

[5][Russie]. http://www.usinfo.ru/2006-07-15.

[6]“”? «, &#8470; 1, 2004.

[7]Http://www.rakurs-art.ru/2007-04-15

[8]En octobre 1936, lorsque les rebelles espagnols et les troupes allemandes et italiennes attaquèrent la capitale espagnole, Madrid, le général rebelle menaça à la radio que ses quatre colonnes attaquaient Madrid et que la cinquième colonne attendait déjà dans la capitale. La cinquième colonne est devenue un terme général pour les traîtres et les espions envoyés par les impérialistes lorsqu’ils mènent des activités subversives dans d’autres pays.

[9][Russie]: « http://vkontakte.ru/2009-12-11 »

[10][Russie]. http://www.pravda.ru/2007-03-10

[11][Russian] 80–90–. http://student.km.ru/2001-05-11

[12][Russie]… http://www.examen.ru/2003-07-18

[13][Russie]..: «! Http://kprf.ru/2008-11-30

[14][Belgique] Mandel: Pouvoir et monnaie: la théorie bureaucratique du marxisme, traduit par Mengjie et al., Central Compilation Publishing Publishing Edition 2001, p. 8.

[15][Russie]. http://www.ng.ru/2010-05-18

[16][Russie]. http://kprf.ru/2008-12-18

[17][Russie]. http://www.comparty.by/2003-12-13

[18][Russie]. http://revolution.allbest.ru/2010-06-04

[19]Les dirigeants des trois pays se sont rencontrés à Belovej près de Brest, en Biélorussie, et sont parvenus à un accord sur l’effondrement de l’Union soviétique. Les pays de la CEI l’appellent souvent l’accord de Belovej.

[20][Russie]. http://belvol.livejournal.com/2010-07-10

[21][Russie]… http://pomnimvse.com/2001-11-10

[22]“Discours de Jiang Zemin à la Conférence nationale sur le travail de sécurité sociale”, 2 avril 2001,” Selected Writings of Jiang Zemin “Volume 3, page 230.

[23]Lu Nanquan: “La théorie du système économique du PCUS qui ne peut pas suivre le temps et ses conséquences”,” Russian Studies”, n ° 4, 2001.

[24]Lu Nanquan et autres éditeurs: “Recherche sur les causes profondes du bouleversement en Union soviétique”, China Social Science Press 1999, p. 341.

[25]Rédacteur en chef de Gong Dafei: “Une nouvelle exploration des bouleversements soviétiques”, World Knowledge Press 1998.

[26][Russie]…, 21, 2009., «,. 400401.

[27][R]..,..,.,.,., 2003.

[28]Wu Enyuan: “Examen de certaines opinions populaires sur les” leçons de l’effondrement de l’Union soviétique “”, Marxist Studies, n ° 6, 2005.

[29]Voir les résultats de l’enquête sur le site Web du Centre panrusse d’enquête sur l’opinion publique http://wciom.ru 19 décembre 2005

[30]Wu Enyuan: “L’effondrement de l’Union soviétique, le système n’est pas la principale cause”, Global Times, 25 mai 2011.

[31][US] Samuelson: Economics (12e éd.), China Development Press 1992, p. 1296. L’économiste américain Fisher Don Bush a également commenté: “Comment fonctionne le système de planification? Pendant la majeure partie de la période après la Seconde Guerre mondiale, l’Union soviétique n’a pas connu une croissance aussi rapide que le Japon, mais plus rapide que les États-Unis.” Voir Fisher, Don Bush: Economics (volume II), China Finance and Economic Press 1989, p. 586.

[32]« Les quatre hypothèses théoriques de l’économie politique marxiste moderne », China Social Science, 2007, numéro 1.

[33][USA],… http://www.contr-tv.ru/2004-05-17

[34]Li Zhuifa: “La situation économique empire de plus en plus” dans Liu Hongchao et d’autres éditeurs: “L’évolution de l’Union soviétique 1985-1991”, Xinhua Publishing House 1992, p. 57.

[35][US] David Koz, Fred Weir: “Revolution from the Upper-The End of the Soviet System”, traduit par Cao Rongxiang et al., Renmin University Press of China 2008, p. 71.

[36][US] David Koz, Fred Weir: “Revolution from the Upper-The End of the Soviet System”, traduit par Cao Rongxiang et al., Renmin University Press of China 2008, p. 103.

[37][US] David Koz, Fred Weir: “Revolution from the Upper-The End of the Soviet System”, traduit par Cao Rongxiang et al., Renmin University Press of China 2008, p. 113.

[38]Cité de Wu Enyuan: “Divers arguments” désespérés “en Union soviétique”,” Forum populaire “n ° 332.

[39][Russie]. http://www.kpu.net.ua/1995-8-12

[40][Russia]. http://rossiya.narod.ru/2000-8-20

[41]Cité sur le site Web britannique “Guardian” le 17 août 2011 “Gorbatchev: je devrais abandonner le Parti communiste plus tôt”; « Gorbatchev: J’ai été trop éclairé avec Eltsine », voir « Nouvelles de référence » du 19 août 2011.

[42][Russe] Ryzhkov: La tragédie des grandes puissances, traduit par Xu Changhan et al., édition 2008 de Xinhua Publishing House, p. 365.

[43][Russe] Ryzhkov: La tragédie des grandes puissances, traduit par Xu Changhan et al., édition 2008 de Xinhua Publishing House, p. 15.

[44]Bao Xinjian: “La valeur de l’époque, l’orientation pratique et la signification innovante de la pensée des trois représentants”,” Scientific Socialism”, n ° 3, 2001.

[45]Liu Jingbei: “Quelques réflexions sur la défaite du PCUS”,” Le monde contemporain et le socialisme “n ° 2, 2001.

[46][Russie]: http://www.vkpb.ru/2003-02-18

[47]Sous la direction directe du leader anti-marxiste Iakovlev, la Pravda a publié le 5 avril un article de contre-attaque “Les principes de la réforme: révolutionnaire dans la pensée et l’action”, donnant une contre-attaque complète et réprimant Andreeva. La Pravda qualifie la lettre de Nina Andreeva de « Manifeste des contre-réformistes » et Nina Andreeva de « ennemie de la réforme, stalinienne, conservatrice, bureaucrate des organes, représentante du parti ». Voir Li Shenming et al.: “Vivre en paix et en danger-Leçons historiques du Parti communiste soviétique-Commentaire sur 8 épisodes de DVD Education Reference Film”,” Russian Central Asia and Eastern European Studies”, n ° 2 de 2007.

[48][US] David Koz, Fred Weir: “Revolution from the Upper-The End of the Soviet System”, traduit par Cao Rongxiang et al., Renmin University Press of China 2008, p. 71.

[49][Japon] Ne brisez pas la philosophie: “Le Parti communiste du Japon, le Parti communiste chinois, le nouveau conflit entre le Parti communiste chinois”, New Japan Press, 1998, 35 pages.

[50][Japon] Ne brisez pas la philosophie: “Dissolving Japan Comunists Party of the Hégire Secretary Party” (Japon), (Japon) Qianwiyu, novembre 1991, 30 pages.

[51]Zhou Shangwen: “Comment le PCUS a perdu la confiance du public”, Journal of China Pudong Cadre College, n ° 4, 2009.

[52]Sixième bureau du Département de liaison internationale du Comité central: “Les raisons de l’effondrement de l’Union soviétique à partir des problèmes idéologiques de la période Brejnev”,” Recherche sur la construction du parti “n ° 9, 2000.

[53]Zuo Fengrong: “Les causes du bouleversement soviétique du point de vue de la stratégie étrangère”, Russian Studies, n ° 2, 2003.

[54]Cao Yuxia: “Comment la société occidentale voit les raisons de l’effondrement de l’Union soviétique”,” Le front théorique des universités”, n ° 1, 2001.

[55][R] -,. Http://malech.narod.ru/2005-04-24

[56][Russie], «, « 2001.,. 68.

[57][Russie]…, XX (1989-2000)., «, 2002., c. 85.

[58].., XX (1989-2000).,, «, 2002.,.102.

[59].., XX (1989-2000).,, «, 2002.,.103.

[60]Ye Shuzong: “La récession économique a brisé les fondements de la légitimité de la gouvernance du PCUS”,” Exploration et contentieux “n ° 8 de 2008.

[61][Russie]. http://belvol.livejournal.ru/2010-07-10

[62]Lu Nanquan, Zhang Chi, Chen Yichu et d’autres éditeurs: “Soixante-dix ans de développement économique national en Union soviétique”, Mechanical Industry Press 1988, pp. 459-467.

[63]Guo Xingen: “Un examen de plusieurs points de vue majeurs sur les causes de l’effondrement de l’Union soviétique”, Socialism Studies, n ° 2, 2003.

[64]Zhu Xiufang: “Une interprétation historique du phénomène de Gorbatchev”,” Russian Studies”, n ° 4, 2009.

[65]Liu Heting: “Le rôle caché des facteurs religieux dans l’effondrement de l’Union soviétique”, Journal of the Institute of International Relations, n ° 3, 2009.

Print Friendly, PDF & Email
Vues : 289


Edité le 19-11-2021 à 20:25:01 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16600 messages postés
   Posté le 19-11-2021 à 20:15:30   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L'article ci-dessus fait référence à une interview remarquable également publiée sur le site de D. Bleitrach.

Je cite un extrait de : Cinq cents ans de socialisme d’un point de vue chinois : entretien avec le professeur Cheng Enfu
Il établit des comparaisons entre le marxisme d'une part, les utopies et les religions de l'autre, et sur la façon de maîtriser leurs rapports.

Cheng Enfu poursuit sur la question de la propriété privée et de la marchandise dans la société socialiste, la dictature du prolétariat et la lutte des classes sous le socialisme, dans la période stalinienne, celle de Mao Zedong.
Je souligne en gras certains passages.


___________________


Zhang Jun : Il y a beaucoup de perplexité à propos de certaines choses. Marx et Engels ont-ils jamais imaginé qu’il pourrait y avoir des relations de propriété privée et d’argent-marchandise sous le socialisme ?

Cheng Enfu : Dans les années 1980, je me suis penché sur la question de savoir ce que les classiques avaient écrit à ce sujet. En 1988, j’ai publié un article à ce sujet dans le Journal de l’Université Fudan, n° 1. sur les modèles sociaux et les étapes du développement social. En 1991, dans ma monographie intitulée “Les trois étapes du socialisme”, j’ai également abordé cette question.

Les opinions sur le système économique du socialisme, de Marx à Deng Xiaoping [1904-1997], se répartissent en trois catégories.

La première est celle défendue par les classiques Marx, Engels et Lénine : système économique socialiste = propriété sociale totale de tous les moyens de production (sans propriété privée ou coopérative) + distribution selon le travail effectué dans toute la société (sans distribution selon le travail effectué dans le cadre de la propriété coopérative) + planification complète de l’économie (sans relations marchandise-monnaie). La propriété publique signifie la propriété de l’ensemble de la population.

Contrairement à ce que certains dépeignent, la propriété par le biais de parts ou d’actions n’est pas une propriété publique. Lorsque le troisième volume du Capital de Karl Marx parle de sociétés par actions, il s’agit de sociétés privées financées par la société, et non de sociétés socialistes ou publiques.
Un système avec des actionnaires est différent de la propriété par des individus ou des partenaires. Il s’agit d’un système dans lequel les entreprises privées sont détenues par un grand nombre d’individus et sont financées par la société.
Comme Marx l’a souligné, la propriété par un grand nombre d’actionnaires n’est qu’une abolition négative de la propriété privée capitaliste . Bien que la propriété des individus par le biais d’actions soit une forme avancée de propriété privée, il s’agit toujours de propriété privée.
Toutefois, comme l’indiquent les documents du parti communiste chinois, les sociétés par actions ont le caractère de propriété publique lorsque les actions sont détenues par des capitaux publics .

Plus tard, Staline [1878-1953] a abaissé la barre du socialisme, déclarant dès 1937 que l’Union soviétique était entrée dans le socialisme. Mao Zedong [1893-1976] lui a emboîté le pas en déclarant que la Chine était entrée dans le socialisme en 1956, lorsque les trois grands bouleversements du pays étaient achevés.
C’est ainsi qu’est née la deuxième façon de voir les choses : Système économique socialiste = deux types de propriété publique (entreprises d’État et coopératives, en principe sans propriété privée) + deux types de distribution en fonction du travail effectué (selon qu’il s’agit d’entreprises d’État ou de coopératives) + la planification comme facteur déterminant de l’économie (tout en maintenant l’échange monétaire des marchandises et un certain degré de régulation du marché dans la sphère de la circulation).

Cela nous amène à la troisième façon de voir les choses :
Socialisme à la chinoise = propriété publique comme pilier, plus des formes de propriété non publique + distribution via le marché en fonction du travail effectué comme pilier, plus des formes de distribution en fonction du capital (en ce qui concerne la distribution en fonction du travail basée sur les marchandises ; ce que Marx et Engels avaient à l’esprit était une distribution des produits en fonction du travail effectué et non l’émission pour la circulation de “certificats temps-bénéfice” spécifiques + économie de marché dirigée par la planification ou par l’État.

En revanche, le capitalisme occidental moderne peut être résumé comme suit : = propriété privée de l’élément principal de l’économie + distribution selon le capital comme aspect principal + économie de marché avec des spécifications de planification.

Le système économique conventionnel du socialisme est souvent appelé économie planifiée, car par rapport à l’économie de marché, l’élément de planification domine.

Dans le socialisme à la chinoise, il est important de souligner non seulement le système de propriété mixte et le rôle décisif du marché dans l’allocation des ressources, mais aussi le rôle du gouvernement dans l’allocation des ressources et le développement des entreprises d’État.
Après le 18e Congrès national du Parti communiste chinois [2012], les journaux chinois People’s Daily, Guangming Daily et Economic Daily ont publié simultanément trois articles de ma main sur la relation entre le gouvernement et le marché. Mon objectif était de corriger les opinions erronées sur les questions très actuelles de la propriété mixte et du rôle crucial des mécanismes de marché. En 2014, le magazine du Parti Qiushi (“Recherche de la vérité”) a publié dans son numéro 16 mon article intitulé “Le bulletin économique à remettre au néolibéralisme ”, dans lequel je décrivais les mauvais effets du néolibéralisme à l’étranger et mettais en garde la Chine contre la mise en œuvre des doctrines néolibérales.

Dans le socialisme envisagé par Marx, Engels et Lénine, il n’y a pas de relations marchandise-argent, pas de propriété privée, pas de système coopératif. Dans la Chine socialiste, il y en a. C’est parce que les normes du socialisme en Chine sont différentes ; cela ne signifie pas que nous considérons Marx et Engels comme des utopistes. Le socialisme à la chinoise est la première étape du socialisme, et nous n’avons pas encore atteint les normes fixées par Marx et Engels et la société socialiste qu’ils prévoyaient. Le Vietnam déclare qu’il n’a pas encore atteint le stade d’une société socialiste et qu’il se trouve toujours dans une “période de transition” du capitalisme au socialisme. Au lieu de “économie de marché socialiste”, le Vietnam appelle son économie une économie de marché sur la voie du socialisme.

Zhang Jun : Que pensez-vous de la Nouvelle politique économique (NEP) de Lénine ? S’agissait-il d’une avancée par rapport aux déclarations de Marx et Engels selon lesquelles il n’y aurait pas de relations entre les marchandises et l’argent sous le socialisme ?

Cheng Enfu : La définition du socialisme de Lénine était la même que celle de Marx et Engels. Il a fait réaliser la NEP pour permettre la transition vers une société socialiste selon les normes de Marx et Engels. Lénine n’a jamais décrit le système économique et politique existant en Union soviétique à son époque comme celui d’une république socialiste. La NEP était une politique de transition sur la voie du capitalisme vers le socialisme, et non une politique permanente de type socialiste, ce qui explique pourquoi Lénine n’a pas proclamé l’entrée du pays dans le socialisme de son vivant. Tout cela peut être glané dans le Capital de Marx et la Critique du programme de Gotha, ainsi que dans L’État et Révolution de Lénine, etc.

Selon la théorie de Marx, Engels et Lénine, il existe des classes, des luttes de classes et la dictature du prolétariat tout au long de la transition du capitalisme au communisme. En Chine, il y avait le terme de “nouvelle société démocratique” pour cette période de transition, supposant une “petite transition” pour la période de 1949 à 1956. Mais il y a aussi la théorie d’une “transition majeure” de 1949 à la fin de l’ère socialiste. Il s’agit d’une innovation du marxisme-léninisme apportée par Mao Zedong, connue sous le nom de “ théorie de la poursuite de la révolution sous la dictature du prolétariat” . Auparavant, il était généralement admis en Chine que la conception du socialisme de Mao Zedong était parfaitement conforme à celle de Marx, Engels et Lénine. Mais en réalité, il s’agissait de deux façons différentes d’envisager le système économique socialiste.

Mao Zedong avait raison dans son article Sur le traitement correct des contradictions au sein du peuple. Après 1956, les moyens de production en Chine étaient déjà socialisés, il n’y avait donc généralement pas de lutte des classes dans l’économie, mais il pouvait encore y avoir des luttes de classes dans les domaines relativement indépendants de l’idéologie et de la politique.

Mais il existe certainement de nombreux problèmes qui ne peuvent être attribués à la lutte des classes. Prendre des mesures contre les “mauvais éléments” qui ne s’opposent pas aux “quatre principes de base” ne peut être considéré comme une lutte de classe. Lénine a souligné qu’il y aura des “mauvais éléments” même dans une société communiste. Fondamentalement, nous devons nous en tenir à la position théorique de Deng Xiaoping selon laquelle [dans la situation actuelle de la Chine] la lutte des classes ne doit être ni étendue ni niée. Depuis la réforme et l’ouverture, la Constitution de la Chine [1982] et les statuts du PC de la Chine stipulent que la lutte des classes existe toujours dans le pays dans une certaine zone et avec une certaine extension.

Zhang Jun : Comment évaluez-vous Staline ? Lorsque l’on parle du modèle soviétique du socialisme, on pense aux réalisations de la construction économique socialiste en Union soviétique, mais aussi à sa désintégration. Qu’en pensez-vous ?

Cheng Enfu : En évaluant Staline et Mao Zedong, nous devrions considérer leurs réalisations comme les plus importantes, leurs erreurs et leurs défauts comme secondaires.

La principale erreur de Staline est d’avoir accordé une importance démesurée à l’élimination des contre-révolutionnaires.
Lors d’une conversation avec le vice-président du CC du PC de la Fédération de Russie, j’ai constaté que son évaluation de Staline coïncidait avec la mienne. Il n’avait que très peu d’estime pour Khrouchtchev ; Gorbatchev et Eltsine étaient pour lui des traîtres au socialisme et au marxisme ; il soulignait que les changements radicaux survenus en Union soviétique n’étaient ni automatiques ni inévitables et que, selon lui, l’URSS avait été “détruite”, “infiltrée” et “démantelée” par les forces réactionnaires à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Je suis d’accord avec ces conclusions précises du PC de la Fédération de Russie.
Les libéraux, dans le pays et à l’étranger, ont diabolisé Staline, mais de nombreux marxistes n’osent pas le défendre ouvertement.

Il y a dix ans, le professeur Gu Hailiang [* 1951], alors président de l’université de Wuhan, a publié un livre sur la pensée économique de Staline. L’écrit de Staline [de 1952] Les problèmes économiques du socialisme en URSS est un document classique de grande valeur scientifique et d’une importance à long terme. La pensée économique de Staline sera nécessaire et développée à l’avenir dans la mise en œuvre de l’économie planifiée à un stade plus avancé du socialisme.

Lorsque j’ai examiné la pensée économique de Staline, j’ai trouvé relativement peu d’erreurs, mais une trop grande importance accordée à la question du pouvoir d’achat des travailleurs.
Le cœur de son argument était que la crise économique capitaliste – surproduction et abondance de biens – provenait du faible pouvoir d’achat des travailleurs, alors que sous le socialisme, il n’y avait pas assez de biens à acheter en raison du fort pouvoir d’achat, qui était un atout de l’économie socialiste. Je n’ai jamais été capable d’apprécier cette façon de voir les choses.
Un système socialiste doit fournir suffisamment de biens matériels et culturels pour que ses travailleurs puissent les acheter.
S’ils doivent faire la queue pour les obtenir, ce n’est pas un atout du socialisme, mais cela montre une attention insuffisante à l’industrie légère et à l’agriculture. Lorsque la productivité était faible à l’époque de l’économie planifiée, mais que la population augmentait rapidement et que des efforts de défense drastiques devaient être consentis, un certain nombre de biens étaient rationnés, principalement pour garantir la justice sociale et un niveau de vie minimum à la population. Sinon, de nombreuses personnes seraient mortes de faim et il aurait été difficile d’augmenter l’espérance de vie. Nous ne pouvons donc pas critiquer aveuglément une économie planifiée sans tenir compte de l’évolution des conditions internes et externes.

Les erreurs de Staline dans sa façon d’éliminer les contre-révolutionnaires doivent être évaluées objectivement et selon des critères appropriés.
Les erreurs de Staline étaient insignifiantes si on les compare aux crimes contre l’humanité et contre les droits de l’homme commis par la bourgeoisie tout au long de l’histoire. Les deux guerres mondiales et les nombreuses guerres localisées lancées par les pays capitalistes et impérialistes ont causé un nombre énorme de morts, plusieurs fois supérieur à celui de l’Union soviétique sous Staline.

Si l’Union soviétique n’avait pas subi les énormes destructions causées par l’invasion fasciste, si elle ne s’était pas désintégrée en États successeurs dotés de sociétés capitalistes monopolistes, la force totale de cette nation serait aujourd’hui égale ou même légèrement supérieure à celle des États-Unis. […] Dans la Première Guerre mondiale, la guerre civile et la Grande Guerre patriotique, l’Union soviétique a subi des pertes énormes. Il était absolument nécessaire qu’elle donne la priorité au développement de l’industrie lourde afin de pouvoir contrer d’abord la menace du fascisme allemand, italien et japonais, puis celle de l’OTAN dirigée par les États-Unis.
La Russie tsariste d’avant la Première Guerre mondiale était dans l’ensemble un État agraire, tandis que les États-Unis, même à l’époque, étaient un pays industriel hautement développé. La construction économique socialiste en Union soviétique était liée à de grandes réalisations historiques. Entre 1946 et 1950, le revenu national de l’URSS ne représentait que 20 % de celui des États-Unis, mais en 1980, sa puissance économique s’est rapprochée de celle des États-Unis. En 1980, le revenu national brut de l’URSS, qui s’élevait à 705,4 milliards de dollars, représentait déjà 67 % des 1 052,8 milliards de dollars des États-Unis. Le revenu national par habitant en URSS était de 2 667 USD, soit 56 % des 4 720 USD des États-Unis. En revanche, en 1980, la production d’acier de l’Union soviétique, qui s’élevait à 148 millions de tonnes, atteignait 143 % de celle des États-Unis avec ses 103,8 millions de tonnes. La production de pétrole, à 603 millions de tonnes, représentait 140 % de celle des États-Unis, à 430 millions de tonnes.

La fondation et le développement réussi de l’Union soviétique ont marqué le début d’une nouvelle ère dans le développement de la civilisation humaine, tandis que la désintégration de l’Union soviétique, poussée par des forces hostiles à l’intérieur et à l’extérieur du pays, a été l’une des plus grandes tragédies humaines du 20e siècle.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’Union soviétique a constitué la principale force d’opposition au fascisme. L’Union soviétique a encouragé et aidé plus d’une douzaine de pays d’Europe, d’Asie et du double continent américain à s’engager sur la voie du développement socialiste. Elle a encouragé la libération nationale de pays comme l’Éthiopie, l’Angola, le Congo, la Somalie, le Bénin, le Mozambique, etc. et leur évolution vers le socialisme.

En réponse à la guerre froide déclenchée par les États-Unis et la Grande-Bretagne, un camp socialiste dirigé par l’URSS s’est formé et est devenu de plus en plus fort. Le mouvement socialiste mondial a influencé le monde capitaliste de la manière suivante :
(1) Son existence a favorisé la résistance au capitalisme de la classe ouvrière et plus généralement de l’opinion publique dans les pays capitalistes occidentaux.
(2) Elle a obligé les pays capitalistes à affaiblir l’antagonisme de classe par le biais d’un État-providence, de l’intervention de l’État dans l’économie, de l’amélioration du niveau de vie et de la promotion du développement économique et social.
(3) Elle a encouragé les développements de gauche dans certains partis bourgeois, mais aussi la croissance des partis prolétariens et des syndicats dirigés par eux.
(4) Elle a élevé la cause de l’indépendance et de la libération nationales à un nouveau niveau, a accéléré l’effondrement des anciens et nouveaux systèmes coloniaux et a créé de meilleures conditions pour les droits de l’homme, la liberté et la démocratie dans tous les pays du monde.

Mais quelles ont été les raisons de l’effondrement de l’Union soviétique ? Certains pensent qu’elle a été mise à genoux par la course aux armements. Certains considèrent que le manque d’amélioration de l’économie et du niveau de vie de la population en est la cause, d’autres l’incapacité à résoudre les problèmes ethniques et religieux. Cependant, une opinion plus répandue est que le modèle façonné par Staline ou le système soviétique aurait dû s’effondrer à un moment donné de toute façon.

À mon avis, le modèle de Staline était néanmoins le premier modèle socialiste de l’histoire de l’humanité. Sur le plan idéologique et culturel, il était guidée par le marxisme-léninisme, le parti communiste était le parti au pouvoir et un système de représentations du peuple a été créé.
Sur le plan économique, il y avait la propriété publique, une économie planifiée et la distribution selon le travail effectué.
Il est vrai qu’il y avait des côtés sombres : un style de leadership autocratique, de la dureté. Il faut réfléchir sérieusement à ces côtés sombres et il faut faire les choses différemment.
Néanmoins, le modèle de Staline était supérieur au système capitaliste et représentait un progrès en comparaison. Ce modèle a remporté de grands succès dans les domaines de l’économie, de la politique, de la science et de la technologie, de l’éducation, de la culture, du sport, des conditions de vie de l’homme, sur le plan militaire et bien plus encore. Elle a changé la structure d’un monde qui, jusqu’alors, avait été dominé par l’exploitation et l’oppression capitalistes.

Depuis les années 1980, le socialisme traditionnel basé sur le modèle stalinien a progressivement évolué dans différentes directions.
(1) En Chine, au Vietnam et au Laos, des processus complets de réforme et d’ouverture ont été lancés, une économie de marché socialiste et de nouveaux systèmes politiques démocratiques ont été introduits.
(2) Cuba et la République populaire démocratique de Corée ont mis en œuvre des réformes modérées, amélioré progressivement leurs mécanismes de marché, introduit certains droits de propriété privée et développé leurs mécanismes démocratiques.
(3) L’Union soviétique et les pays socialistes d’Europe de l’Est ont subi une transformation capitaliste, ont introduit des systèmes capitalistes dans l’économie, la politique et la culture.

Ceux qui affirment que le modèle stalinien va inévitablement s’effondrer disent que tous les pays traditionnellement socialistes, y compris la Chine, vont inévitablement échouer et s’effondrer. Mais il s’agit d’une affirmation grotesque qui ne résiste pas à l’analyse logique et ne correspond pas à la réalité d’aujourd’hui. Il n’était pas inévitable de passer du modèle stalinien au capitalisme ; ce n’était qu’une des options possibles pour les dirigeants des pays socialistes.

Pour notre propre analyse des raisons de l’éclatement de l’URSS, nous nous sommes appuyés sur de nombreux documents provenant de l’étranger et sur les résultats de recherches dans quatre catégories différentes :
(1) les réflexions des anciens dirigeants du PCUS ;
(2) les analyses des partis communistes et autres forces de gauche de la Communauté des États indépendants (CEI) ;
(3) les analyses des universitaires des pays de la CEI ;
et (4) les résultats des recherches des universitaires occidentaux et chinois. Je pense qu’il y avait des raisons à la fois idéologiques et organisationnelles à la dissolution de l’Union soviétique et à la perte du rôle de leader du PCUS.
La cause politique fondamentale et fatale était la trahison du marxisme et du socialisme scientifique par la direction du PCUS sous Gorbatchev.
Les cinq pays socialistes actuels (la Chine, le Vietnam, le Laos, Cuba et la Corée du Sud) sont des variantes du modèle soviétique. Pendant la révolution culturelle, l’approche économique et politique était encore plus extrême, mais la Chine ne s’est pas effondrée.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  le révisionnisme moderne  sur la désintégration de l'URSSNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum