Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine 

 déplacer des agences de l'ONU ?

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14344 messages postés
   Posté le 28-01-2020 à 16:30:46   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Il est temps pour certaines agences des Nations Unies de quitter les États-Unis


Par Zhang Guihong Source: Global Times Publié: 2020/1/27 13:23:16
https://www.globaltimes.cn/content/1177881.shtml

2020 marque le 75e anniversaire de la fondation des Nations Unies (ONU) et devrait être une année extraordinaire pour l'ONU. Les États-Unis auraient refusé au ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif un visa pour assister à la réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies sur le thème du respect de la Charte des Nations Unies tenue à New York le 9 janvier, qui a attiré l'attention des médias internationaux.

Tout d'abord, le refus de visa est devenu une arme spéciale pour les États-Unis.

Au cours de l'année écoulée, les États-Unis ont utilisé à plusieurs reprises leur statut spécial de siège du siège de l'ONU pour retarder la délivrance de visas ou refuser des visas afin d'empêcher de manière sélective les responsables de certains pays d'assister aux réunions et événements organisés par des organisations internationales. Les dirigeants et diplomates de la Russie, de Cuba et de l'Iran ont été traités de cette manière fréquemment.

Il est intenable pour les États-Unis de refuser des visas pour des raisons de sécurité et de terrorisme. Qui pense que la présence d'un ministre des Affaires étrangères d'un État souverain et d'un État membre de l'ONU lors d'une réunion à l'ONU menacerait la sécurité de l'Amérique ou serait soupçonnée de terrorisme? Refuser des visas en raison du temps est également une excuse puisque le ministre iranien des Affaires étrangères a demandé le visa plusieurs semaines plus tôt. La seule explication est que les États-Unis craignaient que le ministre iranien, lors de la réunion du Conseil de sécurité, ne condamne le meurtre perpétré à Bagdad.

L'ONU est un endroit où ses États membres peuvent raisonner entre eux, et le Conseil de sécurité est une agence qui assume la responsabilité principale du maintien de la paix et de la sécurité internationales. Les États-Unis profitent de sa position en tant que pays hôte et utilisent le refus de visa comme une arme contre les pays hostiles à lui afin de priver leurs ministres des Affaires étrangères de la possibilité de raisonner au Conseil de sécurité des Nations Unies.

Deuxièmement, c'est une obligation au lieu d'un droit pour les États-Unis de fournir des visas aux représentants des États membres de l'ONU.

Selon les règlements pertinents de l'accord de siège de l'ONU, conclu entre les États-Unis et l'ONU en 1947, le premier est obligé d'autoriser des diplomates étrangers à entrer dans le but d'assister à des conférences de l'ONU; le personnel des Nations Unies concerné a le droit d'entrer et de sortir librement du siège sans obstruction aux lois nationales américaines; les représentants permanents des États membres de l'ONU peuvent bénéficier de certains privilèges et exemptions.

Même pendant la guerre froide, les États-Unis ont rarement utilisé le refus de visa pour menacer leurs soi-disant États ennemis et les pays avec lesquels ils n'avaient pas établi de relations diplomatiques. En novembre 1950, le gouvernement chinois a envoyé une délégation avec Wu Xiuquan comme représentant spécial et Qiao Guanhua son conseiller pour assister à une réunion du Conseil de sécurité pour discuter des questions concernant la Corée du Nord. À cette époque, la Chine et les États-Unis étaient toujours hostiles l'un à l'autre, mais ces derniers n'ont pas empêché la délégation chinoise d'entrer en Amérique par le refus de visa ou d'autres méthodes.

L'unilatéralisme est largement adopté par le gouvernement américain actuel. Le retrait des organisations internationales, le retrait des accords, le défaut de paiement et le refus de visa sont les coups portés par le président américain Donald Trump contre le multilatéralisme. Si les États-Unis ont le droit de se retirer des organisations et traités internationaux, dans une certaine mesure, ce devrait être leur obligation plutôt que leur droit de payer les cotisations des membres de l'ONU et les contributions au maintien de la paix en totalité et dans les délais, ainsi que de fournir des visas aux représentants des États membres de l'ONU.

Enfin, il est peut-être temps de discuter de l'opportunité de déplacer certaines agences des Nations Unies hors des États-Unis.

Pour des raisons historiques, la majorité des agences des Nations Unies ont leur siège dans des pays développés en Europe et aux États-Unis. Le siège de l'Assemblée générale, du Conseil de sécurité, du Conseil économique et social, du Conseil de tutelle et du Secrétariat sont tous situés à New York, tandis que seule la Cour internationale de Justice est à La Haye. La plupart des agences spécialisées des Nations Unies sont situées dans des villes européennes telles que Genève, Paris, Vienne et Rome.

Avec leur puissance, leurs capacités et leur prestige énormes, les États-Unis ont joué un rôle de premier plan dans la création de l'ONU et d'autres organisations internationales. Cependant, la politique américaine envers l'ONU a progressivement changé.

Évidemment, il est irréaliste de déplacer toutes les agences des Nations Unies hors des États-Unis, mais la décision de délocaliser certaines agences des Nations Unies de New York vers d'autres endroits dépend de la détermination de la majorité des États membres. Le 8 novembre 2019, la Première Commission de l'Assemblée générale des Nations Unies a voté sur la proposition de la Russie de déplacer l'ONU. Avec 18 pays votant pour, 69 contre et 72 s'abstenant, il n'a pas été adopté, montrant que les conditions ne sont pas encore mûres.

Cependant, la surconcentration des agences des Nations Unies à New York a montré beaucoup d'inconvénients. Si les États-Unis continuent de mettre en œuvre la diplomatie de refus de visa, l'ONU devrait le mettre à l'ordre du jour pour déplacer certaines agences des Nations Unies hors des États-Unis dans le cadre de la réforme de l'organisation. On pense que de nombreux pays et villes plus amicaux et plus favorables au multilatéralisme accueilleraient ces agences à bras ouverts.

L'auteur est directeur du Centre des Nations Unies et des organisations internationales de l'Institut d'études internationales de l'Université Fudan. opinion@globaltimes.com.cn

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine  déplacer des agences de l'ONU ?Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum