Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine 

 Cinq caractéristiques du néo-imperialisme

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16410 messages postés
   Posté le 23-11-2021 à 22:54:26   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Cinq caractéristiques du néo-imperialisme

DANIELLE BLEITRACH
22 NOVEMBRE 2021

https://histoireetsociete.com/2021/11/22/__trashed-16/

S’appuyer sur la théorie de l’impérialisme de Lénine au XXIe siècle pour mieux appréhender la situation actuelle du néoimpérialisme tel est la méthode de ces deux intellectuels chinois, dont CHENG ENFU dont nous avons pu apprécier ici les recherches en particulier le bilan sur les raisons de la chute de l’URSS. (note et traduction de danielle bleitrach pour histoireetsociete)


par Cheng Enfu et Lu Baolin(01 mai 2021)

“L’hégémoniedu dollar » par Luo Jie, China Daily,10 mai 2021.

Cheng Enfu est professeur principal à l’Université de l’Académie chinoise des sciences sociales, directeur du Centre de recherche pour le développement économique et social de l’Académie chinoise des sciences sociales et président de l’Association mondiale d’économie politique. On peut le joindre à 65344718[at]vip.163.com. Lu Baolin est professeur à l’École d’économie de l’Université normale de Qufu.

Le néo-impérialisme est la phase contemporaine spécifique du développement historique qui présente la mondialisation économique et la financiarisation du capitalisme monopoliste. Les caractéristiques du néo-imperialisme peuvent être résumées sur la base des cinq caractéristiques clés suivantes. Le premier est le nouveau monopole de la production et de la circulation. L’internationalisation de la production et de la circulation, ainsi que l’intensification de la concentration du capital, donnent naissance à des sociétés monopolistiques multinationales géantes dont la richesse est presque aussi grande que celle de pays entiers. Deuxièmement, le nouveau monopole du capital financier, qui joue un rôle décisif dans la vie économique mondiale et génère un développement maladif, à savoir la financiarisation économique. Troisièmement, le monopole du dollar américain et de la propriété intellectuelle, générant la division internationale inégale du travail et la polarisation de l’économie mondiale et de la répartition des richesses. Quatrièmement, le nouveau monopole de l’alliance oligarchique internationale. Une alliance monopolistique internationale du capitalisme oligarchique, comprenant un dirigeant hégémonique et plusieurs autres grandes puissances, a vu le jour et fournit la base économique de la politique monétaire, de la culture vulgaire et des menaces militaires qui exploitent et oppriment sur la base du monopole. Cinquièmement, il y a l’essence économique et la tendance générale. Les contradictions mondialisées du capitalisme et les diverses crises du système subissent souvent une intensification qui crée la nouvelle forme monopolistique et prédatrice, hégémonique et frauduleuse, parasitaire et en décomposition, transitionnelle et moribonde du capitalisme contemporain comme impérialisme tardif.

L’évolution historique du capitalisme est passée par plusieurs étapes distinctes. Au début du XXe siècle, le capitalisme a atteint le stade du monopole privé, que V. I. Lénine a appelé le stade impérialiste. L’ère de l’impérialisme a apporté avec elle la loi du développement économique et politique inégal. Afin de s’étendre à l’étranger et de redistribuer le territoire du monde, les principales puissances ont formé diverses alliances et lancé une lutte féroce qui a conduit à deux guerres mondiales. L’Eurasie a souffert de guerres continues tout au long de la première moitié du XXe siècle. L’une après l’autre, les révolutions démocratiques nationales et le mouvement communiste se sont développés continuellement. Après la Seconde Guerre mondiale, un certain nombre de pays économiquement sous-développés ont adopté une voie socialiste de développement, intensifiant la confrontation entre le capitalisme et le socialisme. Bien que le Manifeste communiste ait longtemps anticipé que le capitalisme serait inévitablement remplacé par le socialisme, cela n’a été possible que dans très peu de pays. Le système capitaliste et impérialiste, malgré de graves problèmes, a survécu. À partir des années 1980 et au début des années 90, le capitalisme a effectué un changement stratégique vers des politiques néolibérales et a évolué vers sa phase néo-impérialiste. Cela représente une nouvelle phase dans le développement de l’impérialisme après la guerre froide.

Dans son livre L’impérialisme, stade suprême du capitalisme,Lénine a exposé la définition et les caractéristiques de l’impérialisme comme suit:

S’il était nécessaire de donner la définition la plus brève possible de l’impérialisme, nous devrions dire que l’impérialisme est l’étape monopolistique du capitalisme. Nous devons donner une définition de l’impérialisme qui inclura les cinq caractéristiques fondamentales suivantes:
(1) la concentration de la production et du capital s’est développée à un stade si élevé qu’elle a créé des monopoles qui jouent un rôle décisif dans la vie économique;
(2) la fusion du capital bancaire avec le capital industriel, et la création, sur la base de ce « capital financier », d’une oligarchie financière ;
3) l’exportation de capitaux par distinction de l’exportation de produits de base acquiert une importance exceptionnelle;
(4) la formation d’associations capitalistes monopolistes internationales qui se partagent le monde entre elles, et
(5) la division territoriale du monde entier entre les plus grandes puissances capitalistes est achevée. L’impérialisme est le capitalisme à ce stade de développement où s’établit la domination des monopoles et du capital financier ; dans lequel l’exportation de capitaux a acquis une importance prononcée; dans lequel la division du monde entre les trusts internationaux a commencé; dans lequel la division de tous les territoires du globe entre les plus grandes puissances capitalistes a été achevée.[1]


Dans un article publié en décembre 1917, Lénine précisait que : « L’impérialisme est une étape historique spécifique du capitalisme. Son caractère spécifique est triple : l’impérialisme est le capitalisme monopoliste ; capitalisme parasitaire ou en décomposition ; capitalisme moribond ». [2]

Sur la base de la théorie de l’impérialisme de Lénine, nous analyserons le capitalisme contemporain tout en gardant à l’esprit les changements récents qu’il a subis. Le néo-impérialisme,dirons-nous, est la phase de l’impérialisme tardif qui est apparue dans le monde contemporain, dans le contexte de la mondialisation économique et de la financiarisation.3 Le caractère et les caractéristiques du néo-mperialisme peuvent être résumés, comme indiqué, autour de cinq aspects.

Le nouveau monopole de la production et de la circulation
Lénine a déclaré que le fondement économique le plus profond de l’impérialisme est le monopole. Ceci est profondément enraciné dans la loi fondamentale de la concurrence capitaliste, qui soutient que la concurrence entraîne la concentration de la production et du capital, et que cette concentration conduira inévitablement au monopole lorsqu’elle atteindra un certain niveau. Dans les premières années du XXe siècle, le monde capitaliste a connu deux énormes vagues de fusions d’entreprises alors que la concentration du capital et de la production se renforçait mutuellement. La production est de plus en plus concentrée dans un petit nombre de grandes entreprises, le processus apportant une organisation sur la base de monopoles industriels avec une gestion multiproduit intersectorielle. Au lieu de la libre concurrence, les alliances monopolistiques ont eu une influence. À partir du début des années 1970, le capitalisme a connu une crise de « stagflation » qui a duré près de dix ans, suivie d’une période de stagnation séculaire, ou d’une baisse à long terme des taux de croissance. La récession économique et les pressions concurrentielles sur le marché intérieur ont poussé les capitaux monopolistiques à rechercher de nouvelles opportunités de croissance à l’étranger. Avec l’appui d’une nouvelle génération de technologies de l’information et de la communication, l’investissement étranger direct et les transferts industriels internationaux n’ont cessé d’atteindre de nouveaux sommets, le degré d’internationalisation de la production et de la circulation éclipsant celui du passé.

Le capital monopolistique est redistribué à l’échelle mondiale, de la production à la circulation. Grâce à la décentralisation et à l’internationalisation des processus de production, un système est apparu dans lequel les chaînes de valeur mondiales et les réseaux opérationnels d’organisation et de gestion des sociétés multinationales ont été divisés. Les multinationales coordonnent leurs chaînes de valeur mondiales grâce à des réseaux complexes de relations avec les fournisseurs et à divers modèles de gouvernance. Dans de tels systèmes, les processus impliqués dans la production et le commerce de produits et services intermédiaires sont divisés et distribués dans le monde entier. Les transactions d’entrée et de sortie sont effectuées dans les réseaux mondiaux de production et de services des filiales, des partenaires contractuels et des fournisseurs des sociétés multinationales. Selon les statistiques, environ 60% du commerce mondial consiste en l’échange de produits et services intermédiaires, et 80% de celui-ci est réalisé par l’intermédiaire de sociétés multinationales.4

Au sein des nouvelles structures monopolistiques, la deuxième caractéristique du néo-sérialisme est l’internationalisation de la production et de la circulation. La concentration plus poussée du capital conduit à la montée de sociétés multinationales monopolistiques géantes dont la richesse peut être aussi grande que celle de pays entiers. Les multinationales sont les véritables représentants du monopole international contemporain. Les caractéristiques des sociétés monopolistiques géantes peuvent être résumées comme suit.

1 - Le nombre de sociétés multinationales a augmenté à l’échelle mondiale et le degré de socialisation et d’internationalisation de la production et de la circulation a atteint un niveau plus élevé.Depuis les années 1980, les multinationales sont devenues la principale force motrice des relations économiques internationales en tant que porteuses d’investissements directs étrangers. Dans les années 1980, les investissements étrangers dans le monde ont augmenté à un rythme sans précédent, beaucoup plus rapidement que la croissance au cours de la même période d’autres variables économiques majeures telles que la production et le commerce mondiaux. Dans les années 1990, l’ampleur des investissements directs internationaux a atteint un niveau sans précédent. Les multinationales ont établi des succursales et des filiales dans le monde entier par le biais d’investissements directs étrangers, dont le volume avait considérablement augmenté. Entre 1980 et 2008, le nombre de multinationales mondiales est passé de 15 000 à 82 000. Le nombre de filiales à l’étranger a augmenté encore plus rapidement, passant de 35 000 à 810 000. En 2017, en moyenne, plus de 60% des actifs et des ventes des cent plus grandes multinationales non financières du monde ont été localisés ou réalisés à l’étranger. Les employés étrangers représentaient environ 60 % du personnel total.5
Depuis que le mode de production capitaliste a vu le jour, la concentration des activités de production, l’expansion de la collaboration et l’évolution de la division sociale du travail ont conduit à une augmentation continue de la socialisation de la production. Les processus de travail décentralisés évoluent de plus en plus vers un processus de travail conjoint. Les faits ont prouvé que la croissance soutenue de l’investissement étranger direct à l’étranger a renforcé les liens économiques entre tous les pays, ainsi que considérablement augmenté le niveau de socialisation et d’internationalisation des systèmes de production et de distribution, dans lesquels les multinationales jouent un rôle clé en tant que force dominante au niveau micro. L’internationalisation de la production et la mondialisation du commerce ont largement redéfini la façon dont les pays participent à la division internationale du travail, ce qui a remodelé les méthodes de production et les modèles de profit au sein de ces pays. Partout dans le monde, la majorité des pays et des régions sont intégrés dans le réseau de production et de commerce international créé par ces sociétés géantes. Des milliers d’entreprises à travers le monde forment des nœuds de création de valeur dans le système des chaînes de production mondiales. Au sein de l’économie mondiale, les entreprises multinationales sont devenues les principaux canaux d’investissement et de production internationaux, les principaux organisateurs de l’activité économique internationale et le moteur de la croissance économique mondiale. Le développement rapide des multinationales montre que dans la nouvelle phase impérialiste construite autour de la mondialisation du capital, la concentration de la production et du capital atteint des dimensions toujours plus grandes. Des dizaines de milliers de multinationales dominent maintenant tout.

2 - L’ampleur de l’accumulation par le capital monopolistique multinational augmente, formant un empire corporatif multinational. Bien que le nombre de sociétés capitalistes multinationales ne soit pas particulièrement important, elles possèdent toutes une grande force. Elles constituent non seulement la force principale dans le développement et l’utilisation des nouvelles technologies, mais contrôlent également les réseaux de commercialisation et de plus en plus de ressources naturelles et financières. Sur cette base, elles ont monopolisé le produit de la production et de la circulation et se sont dotées d’un avantage concurrentiel inégalé. Entre 1980 et 2013, bénéficiant de l’expansion des marchés et de la baisse des coûts des facteurs de production, les bénéfices des 28 000 plus grandes entreprises du monde sont passés de 2 000 milliards de dollars à 7 200 milliards de dollars, ce qui représente une augmentation de 7,6% à environ 10% du produit mondial brut.6 En outre, ces sociétés multinationales forment non seulement des alliances avec les organes du pouvoir d’État, mais développent également des liens avec le système financier mondial, formant ensemble des organisations monopolistiques financières bénéficiant du soutien de l’État. La mondialisation et la financierisation du capital monopoliste consolident davantage son accumulation de richesses. En termes de chiffre d’affaires, l’échelle économique de certaines multinationales dépasse celle d’un certain nombre de pays développés. En 2009, par exemple, les ventes annuelles de Toyota ont dépassé le produit intérieur brut (PIB) d’Israël. En 2017, Walmart, classée par la liste Fortune 500 comme la plus grande entreprise du monde, a réalisé un chiffre d’affaires total de plus de 500 milliards de dollars, supérieur au PIB de la Belgique. Si nous combinons les données pour les sociétés multinationales et le total mondial de près de deux cents pays, et établissons une liste de leurs revenus annuels et de leurs PDD, il devient clair que les pays représentent moins de 30% des cent plus grandes économies du monde, tandis que les entreprises représentent plus de 70%.Si le développement mondial se poursuit dans ce sens, il y aura de plus en plus de multinationales dont la richesse est similaire à celle de pays entiers. Bien que la mondialisation industrielle ait rendu l’activité économique plus fragmentée, de grandes quantités de profits affluent encore vers quelques pays du monde capitaliste développé. L’investissement, le commerce, les exportations et le transfert de technologie sont principalement gérés par les multinationales géantes ou leurs succursales à l’étranger, et les sociétés mères de ces monopoles multinationaux restent étroitement concentrées en termes géographiques. En 2017, les entreprises des États-Unis, du Japon, de l’Allemagne, de la France et du Royaume-Uni représentaient la moitié des cinq cents premières entreprises du monde. Environ les deux tiers des cent plus grandes multinationales sont originaires de ces pays.

3 - Les multinationales monopolisent les industries dans leurs domaines particuliers, contrôlant et gérant des réseaux de production internationaux.Les géants multinationaux ont d’immenses quantités de capital et de formidables forces scientifiques et technologiques, qui leur assurent une position dominante dans la production mondiale, le commerce, l’investissement et la finance, ainsi que dans la création de la propriété intellectuelle. Les économies d’échelle qui résultent des positions de monopole dont jouissent les multinationales ont élargi leur avantage concurrentiel. En effet, « plus l’armée d’ouvriers parmi lesquels le travail est subdivisé est grande, plus l’échelle à laquelle les machines sont introduites est gigantesque, plus le coût de production diminue proportionnellement, plus le travail est fructueux ».7 Le degré élevé de monopole exercé par les sociétés multinationales signifie que la concentration de la production et la concentration du contrôle sur les marchés se renforcent mutuellement, accélérant l’accumulation de capital. Pendant ce temps, la concurrence et le crédit, en tant que deux puissants leviers de concentration du capital, accélèrent la tendance du capital à être de plus en plus étroitement maîtrisé à mesure qu’il s’accumule. Au cours des trente dernières années, tous les pays du monde ont promu des options politiques visant à stimuler l’investissement et à assouplir les restrictions auxquelles sont soumis les investissements directs étrangers. Bien que l’ampleur croissante des investissements étrangers directs à l’étranger des pays développés ait, à des degrés divers, accéléré la formation de capital et le développement des ressources humaines dans les pays sous-développés, et accru leur compétitivité à l’exportation, elle a également entraîné une privatisation à grande échelle et des fusions et acquisitions transfrontalières dans ces pays. Cela a accéléré le processus par lequel les petites et moyennes entreprises sont en faillite ou forcées de fusionner avec des sociétés multinationales. Même les entreprises relativement grandes sont vulnérables.Partout dans le monde, de nombreuses industries ont maintenant une structure de marché oligopolistique. Par exemple, le marché mondial des unités centrales de traitement a été presque entièrement monopolisé par les entreprises Intel et Advanced Micro Devices. En 2015, le marché mondial des semences et des pesticides était presque entièrement contrôlé par six sociétés multinationales – BASF, Bayer, Dow, DuPont, Monsanto et Syngenta – qui contrôlaient ensemble 75% du marché mondial des pesticides, 63% du marché mondial des semences et 75% de la recherche privée mondiale dans ces domaines. Syngenta, BASF et Bayer contrôlaient à eux seuls 51% du marché mondial des pesticides, tandis que DuPont, Monsanto et Syngenta représentaient 55% du marché des semences.8 Selon les statistiques de l’European Medical Devices Industry Group, les ventes en 2010 de seulement vingt-cinq entreprises de dispositifs médicaux représentaient plus de 60% des ventes totales de dispositifs médicaux dans le monde. Dix multinationales contrôlaient 47 % du marché mondial des produits pharmaceutiques et des produits médicaux connexes. En Chine, le soja est l’une des cultures vivrières vitales. Tous les aspects de la production, de l’approvisionnement et des chaînes de commercialisation mondiales du soja sont contrôlés par cinq multinationales : Monsanto, Archer Daniels Midland, Bunge, Cargill et Louis Dreyfus. Monsanto contrôle les matières premières pour la production de semences, tandis que les quatre autres contrôlent la plantation, le commerce et la transformation. Ces multinationales forment diverses alliances par le biais de coentreprises, de coopérations et d’accords contractuels à long terme.9 Alors que de plus en plus de richesses sociales sont saisies par de moins en moins de géants capitalistes privés, le capital monopoliste approfondit son contrôle et son exploitation du travail. Cela conduit à l’accumulation de capital à l’échelle mondiale, aggravant la surcapacité mondiale et la polarisation entre riches et pauvres.

À l’ère du néo-diénialisme, les technologies de l’information et de la communication se développent rapidement. L’émergence d’Internet a considérablement réduit le temps et l’espace nécessaires à la production et à la circulation sociales, entraînant une vague de fusions, d’investissements et de commerce transfrontaliers. Par conséquent, de plus en plus de régions non capitalistes ont été incorporées dans le processus d’accumulation dominé par le capital monopoliste, qui a considérablement renforcé et élargi le système capitaliste mondial. La socialisation et l’internationalisation de la production et de la circulation ont connu un grand bond en avant à l’ère de la mondialisation économique capitaliste au XXIe siècle. Le modèle, décrit dans le Manifeste communiste,selon lequel « un caractère cosmopolite » a été donné « à la production et à la consommation dans chaque pays » a été considérablement renforcé.10 La mondialisation du capital monopoliste exige que les systèmes économiques et politiques mondiaux soient sur la même voie afin d’éliminer les barrières institutionnelles entre eux. Cependant, lorsqu’un certain nombre de pays postrévolutionnaires ont abandonné leurs systèmes politiques et économiques antérieurs et se sont tournés vers le capitalisme, ils n’ont pas été récompensés par la richesse et la stabilité prêchées par les économistes néolibéraux. Au contraire, la phase néo-impérialiste est le cadre des déchaînements de l’hégémonie et du capital monopoliste.

Le nouveau monopole du capital financier
Dans L’impérialisme, stade suprême du capitalisme,Lénine a déclaré : « La concentration de la production ; les monopoles qui en découlent; la fusion ou la coalescence des banques avec l’industrie – telle est l’histoire de la montée du capital financier et tel est le contenu de ce concept.11 Le capital financier est un nouveau type de capital formé par la fusion du capital monopolistique bancaire et du capital monopoliste industriel. Le tournant dans le passage de la domination capitaliste générale à celle du capital financier est apparu vers le début du XXe siècle, lorsque les banques des principaux pays impérialistes ont été transformées d’intermédiaires ordinaires en puissants monopoles. Mais avant la Seconde Guerre mondiale, en raison des guerres récurrentes, des coûts élevés de transmission de l’information et des obstacles techniques et institutionnels tels que la protection du commerce, les liens entre l’investissement mondial, le commerce, la finance et le marché étaient relativement faibles. Le degré de mondialisation de l’économie est resté faible, entravant l’expansion vers l’extérieur du capital monopoliste. Après la Seconde Guerre mondiale, la mondialisation économique a été accélérée par la nouvelle révolution technologique. Au début des années 1970, la hausse des prix du pétrole a déclenché une crise économique mondiale et provoqué le phénomène grotesque, impossible à expliquer pour l’économie keynésienne, dans lequel l’inflation et la stagnation économique coexistaient. Afin de trouver des opportunités d’investissement rentables et d’échapper au bourbier de la « stagflation », le capital monopolistique a transféré les industries traditionnelles à l’étranger, maintenant ainsi son avantage concurrentiel initial. Pendant ce temps, il a accéléré son découplage des industries traditionnelles et a cherché à ouvrir un nouveau territoire financier. La mondialisation capitaliste et la financiarisation se sont catalysées et soutenues mutuellement, accélérant la « virtualisation » du capital monopoliste et l’évidage de l’économie réelle. La récession économique occidentale des années 1970 a donc agi non seulement comme un catalyseur pour l’internationalisation du capital monopoliste, mais aussi comme le point de départ de la financiarisation du capital industriel. Depuis lors, le capital monopolistique a accéléré son virage du monopole exercé dans un seul pays au monopole international, du monopole de l’entité industrielle au monopole de l’industrie financière.

Dans le contexte du nouveau monopole du capital financier, la deuxième caractéristique clé du néo-ilmperialisme est que le capital monopoliste financier joue un rôle décisif dans la vie économique mondiale, donnant lieu à la financiarisation économique.

Une minorité d’institutions financières contrôlent les principales artères économiques mondiales
Rechercher le pouvoir monopolistique est la nature même de l’impérialisme. « Les grandes entreprises, et les banques en particulier, non seulement absorbent complètement les petites, mais aussi les « annexent », les subordonnent, les font entrer dans leur « propre » groupe ou « préoccupation » (pour utiliser le terme technique) en acquérant des « participations » dans leur capital, en achetant ou en échangeant des actions, par un système de crédits, etc. », explique Lénine. « Nous assistons à l’expansion rapide d’un réseau étroit de canaux qui couvrent l’ensemble du pays, centralisant tout le capital et tous les revenus, transformant des milliers et des milliers d’entreprises économiques dispersées en une seule économie nationale, capitaliste, puis en une économie capitaliste mondiale. »12 Dans la phase néo-impérialiste, un petit nombre de sociétés multinationales, pour la plupart des banques, ont étendu un réseau opérationnel très étendu et détaillé dans le monde entier par le biais de fusions, de participations et d’actions, et contrôlent ainsi non seulement d’innombrables petites et moyennes entreprises, mais aussi les principales artères économiques mondiales. Une étude empirique menée par trois chercheurs suisses, Stefania Vitali, James B. Glattfelder et Stefano Battiston, a montré qu’un nombre relativement restreint de banques multinationales dominent effectivement l’ensemble de l’économie mondiale. Sur la base de leur analyse de 43 060 sociétés multinationales dans le monde entier et des relations d’actionnariat entre elles, ils ont constaté que les 737 plus grandes sociétés multinationales contrôlaient 80% de la production mondiale totale. Après une étude plus approfondie du réseau complexe de ces relations, ils ont découvert encore plus qu’un noyau composé de 147 sociétés multinationales contrôlait près de 40% de la valeur économique. Sur les 147 sociétés, environ les trois quarts étaient des intermédiaires financiers.13

La mondialisation du capital monopoliste-financier
Lorsque l’impérialisme a évolué vers le néo-impérialisme, les oligarchies financières et leurs agents ont mis de côté les règles du commerce et de l’investissement, et ont procédé à des guerres de monnaie, de commerce, de ressources et d’information, pillant les ressources et les richesses à l’échelle mondiale et à volonté. Au sein de ce système, les économistes néolibéraux jouent le rôle de porte-parole des oligarques financiers, plaidant pour la libéralisation financière et la mondialisation dans l’intérêt des monopoleurs et insintitant les pays en développement à libéraliser leurs restrictions en matière de compte de capital. Si les pays concernés suivent ce conseil, l’exercice de la surveillance financière deviendra plus difficile et leur vulnérabilité aux dangers cachés du système financier augmentera. L’effet sera d’offrir plus d’opportunités au capital monopoliste financier pour piller la richesse de ces pays. Dans leurs opérations sur les marchés des capitaux, les géants internationaux de l’investissement financier ont tendance à s’attaquer aux fragiles pare-feu financiers des pays en développement et à saisir les occasions de piller les actifs que ces pays ont accumulés au fil des décennies. Cela indique que la mondialisation et la libéralisation financières ont certes établi un système financier mondial unifié et ouvert, mais qu’entre-temps, elles ont créé des mécanismes par lesquels le centre mondial s’approprie les ressources et la plus-value de la périphérie moins développée. Concentré entre les mains d’une minorité d’oligarchies financières internationales et armé d’un véritable pouvoir de monopole, le capital financier a gagné des volumes croissants de profits monopolistiques grâce à des investissements étrangers, de nouvelles entreprises commerciales et à des fusions et acquisitions transfrontalières. Comme le capital financier prélève continuellement des tributs du monde entier, la domination des oligarques financiers est consolidée.

De la production à la finance spéculative
Le capital monopoliste financier, qui s’est débarrassé des contraintes associées à la forme matérielle, est la forme la plus élevée et la plus abstraite du capital, et est extrêmement flexible et spéculatif. En l’absence de réglementation, le capital monopolistique financier est très susceptible d’aller à l’encontre des objectifs fixés par un pays pour son développement industriel. Après la Seconde Guerre mondiale, sous la direction de l’interventionnisme de l’État, les banques commerciales et d’investissement ont été exploitées séparément, le marché des valeurs mobilières a été strictement surveillé et l’expansion du capital financier et son activité spéculative ont été fortement restreintes. Dans les années 1970, alors que l’influence du keynésianisme s’estompait et que les idées néolibérales commençaient à prendre le dessus, l’industrie financière a entamé un processus de déréglementation et les forces de base contrôlant le fonctionnement des marchés financiers ont cessé d’être celles des gouvernements et sont devenues les principaux participants aux marchés eux-mêmes. Aux États-Unis, l’administration de Jimmy Carter a promulgué en 1980 la Loi sur la déréglementation et le contrôle monétaire des institutions de dépôt, qui a aboli le contrôle des taux d’intérêt des dépôts et des prêts et, en 1986, la libéralisation des taux d’intérêt était achevée. En 1994, le Riegle-Neal Interstate Banking and Branching Efficiency Act a mis fin à toutes les restrictions géographiques sur les opérations bancaires et a permis aux banques de mener des activités au-delà des frontières de l’État, augmentant ainsi la concurrence entre les institutions financières. En 1996, la Loi nationale sur l’amélioration du marché des valeurs mobilières a été promulguée, ce qui a considérablement réduit la surveillance du secteur des valeurs mobilières. La Loi sur la modernisation des services financiers a suivi en 1999, et la séparation forcée de la banque commerciale de la banque d’investissement et de l’assurance, une disposition qui existait depuis près de soixante-dix ans, a été complètement abolie. Les partisans de la libéralisation financière ont d’abord affirmé que si le gouvernement assouplissait sa supervision sur les institutions financières et les marchés financiers, l’efficacité avec laquelle les ressources financières étaient allouées serait encore améliorée et le secteur financier serait mieux à même de stimuler la croissance économique. Mais le capital financier a de nombreuses tendances indisciplinées, et si les restrictions qui lui sont imposées sont levées, il est tout à fait capable de se comporter comme un cheval en fuite. Une financierisation excessive conduira inévitablement à la virtualisation des activités économiques et à l’émergence d’énormes bulles de capital fictif.

Au cours des trente dernières années, le capital financier s’est développé dans un processus lié à la désindustrialisation continue de l’économie. En raison du manque d’opportunités d’investissement productif, les transactions financières ont de moins en moins à voir avec l’économie réelle. Le capital qui est autrement redondant est dirigé vers des stratagèmes spéculatifs, gonflant le volume d’actifs fictifs dans l’économie virtuelle. Conformément à ces développements, les flux de trésorerie des grandes entreprises sont passés de l’investissement en capital fixe à l’investissement financier, et les bénéfices des entreprises proviennent désormais de plus en plus des activités financières. Entre 1982 et 1990, près d’un quart des sommes précédemment investies dans les usines et les équipements de l’économie réelle privée ont été transférées aux secteurs de la finance, de l’assurance et de l’immobilier.14 Depuis l’assouplissement des restrictions financières dans les années 1980 et 90, les chaînes de supermarchés ont offert une variété de plus en plus large de produits financiers au public, y compris les cartes de crédit et de débit prépayées, les comptes d’épargne et chèques, les régimes d’assurance et même les prêts hypothécaires.15 Le principe de maximisation de la valeur actionnariale popularisé depuis les années 1980 a forcé les PDG à privilégier les objectifs à court terme. Plutôt que de rembourser les dettes ou d’améliorer la structure financière de leur entreprise, les PDG utilisent dans de nombreux cas les bénéfices pour racheter les actions de l’entreprise, faisant grimper le cours de l’action et augmentant ainsi leurs propres salaires. Parmi les sociétés cotées à l’indice Standard & Poor’s 500 entre 2003 et 2012, 449 ont investi un total de 2 400 milliards de dollars pour acheter leurs propres actions. Cette somme correspondait à 54 % de leurs revenus totaux, et 37 % des revenus étaient versés sous forme de dividendes.16 En 2006, les dépenses des sociétés non financières américaines pour le rachat de leurs propres actions équivalaient à 43,9 % des dépenses d’investissement non résidentielles.17

Le secteur financier domine également la distribution de la plus-value au sein du secteur non financier. Les sommes versées sous forme de dividendes et de primes dans le secteur des sociétés non financières représentent une part de plus en plus importante des bénéfices totaux. Entre les années 1960 et 90, le ratio de distribution de dividendes (le ratio des dividendes aux bénéfices ajustés après impôt) du secteur des sociétés américaines a connu une augmentation significative. Alors que la moyenne dans les années 1960 et 70 était de 42,4 et 42,3%, respectivement, de 1980 à 1989, elle n’est jamais tombée en dessous de 44%. Bien que les bénéfices totaux des entreprises aient diminué de 17 %, le total des dividendes a augmenté de 13 % et le ratio de distribution des dividendes a atteint 57 %.18 In the days before the U.S. financial crisis broke out in 2008, the proportion of net bonuses to net after-tax profits amounted to about 80 percent of companies’ final capital allocations.19 Further, the boom in the virtual economy has no relation whatever to the ability of the real economy to support such growth.

La stagnation et le rétrécissement de l’économie réelle coexistent avec un développement excessif de l’économie virtuelle. La valeur créée dans l’économie réelle dépend du pouvoir d’achat apparu à travers l’expansion des bulles d’actifs et la hausse des prix des actifs, ce qu’on appelle l’effet de richesse. Alors que l’écart entre riches et pauvres continue de se creuser, les institutions financières sont obligées, avec le soutien du gouvernement, de s’appuyer sur diverses innovations financières pour soutenir la consommation alimentée par le crédit par des citoyens qui ne sont pas propriétaires d’actifs et pour répartir les risques financiers qui en résultent. Pendant ce temps, les énormes effets de revenu et de richesse générés par l’apparition sur la scène des produits financiers dérivés et la croissance des bulles d’actifs attirent davantage d’investisseurs vers l’économie virtuelle. Poussés par les profits monopolistiques, de nombreux produits financiers dérivés sont créés. Les innovations dans le domaine des produits financiers allongent également la chaîne de l’endettement et servent à répercuter les risques financiers. Un exemple est la titrisation des prêts hypothécaires à risque; couche après couche de ceux-ci ont été emballés avec le but apparent d’augmenter la cote de crédit des produits impliqués, mais en fait afin de transférer des niveaux élevés de risque à d’autres. De plus en plus, le commerce des produits financiers est séparé de la production; il est même possible de dire que cela n’a rien à voir avec la production et qu’il s’agit uniquement d’une transaction de jeu.

Le monopole du dollar américain et la propriété intellectuelle
Encore une fois, dans Impérialisme: Le stade le plus élevé du capitalisme,Lénine a déclaré: « Typique de l’ancien capitalisme, lorsque la libre concurrence avait toute son influence, était l’exportation de marchandises. Typique de la dernière étape du capitalisme, lorsque les monopoles règnent, est l’exportation du capital. »20 Après la Seconde Guerre mondiale, l’approfondissement et le raffinement de la division internationale du travail ont amené davantage de pays et de régions en développement dans le réseau économique mondial. Dans le cadre du mécanisme de production mondiale, chaque pays et chaque entreprise est apparemment en mesure d’exercer ses propres avantages comparatifs. Même les pays les moins avancés peuvent compter sur une main-d’œuvre bon marché et sur les avantages en matière de ressources qu’ils pourraient avoir pour permettre la participation à la division internationale du travail et à la coopération. Cependant, le véritable motif du capital monopolistique est de rivaliser pour des plateformes commerciales favorables et de piller les profits élevés du monopole. En particulier, l’hégémonie du dollar américain et le monopole de la propriété intellectuelle dans les pays développés signifient que les échanges internationaux sont gravement inégaux. Ainsi, les caractéristiques de l’ancien impérialisme, coexistant avec la production marchande, définissent la production générale de capital. Pendant ce temps, les caractéristiques du néo-imperialisme qui coexistent avec la production de marchandises et la production générale de capital sont la production du dollar américain et la propriété intellectuelle.

La troisième caractéristique du néo-imperialisme est définie par l’hégémonie du dollar américain et le monopole mondial développé de la propriété intellectuelle, qui, ensemble, génèrent la division internationale inégale du travail ainsi qu’une économie mondiale polarisée et une répartition des richesses. Dans chacun des quatre aspects qui peuvent se résumer comme État-capital, capital-travail, capital-capital et État-État, les forces dominantes du capital monopoliste géant et du néo-neutralisme sont encore renforcées dans les conditions de la mondialisation économique et de la libéralisation financière.

L’expansion spatiale de la relation capital-travail : chaînes de valeur mondiales et arbitrage mondial du travail
Grâce à des mécanismes qui incluent l’externalisation, la création de filiales et l’établissement d’alliances stratégiques, les multinationales intègrent de plus en plus de pays et d’entreprises dans les réseaux de production mondiaux qu’elles dominent. La raison pour laquelle l’accumulation de capital peut être réalisée à cette échelle mondiale est l’existence d’une main-d’œuvre mondiale importante et peu coûteuse. Selon les données de l’Organisation internationale du travail, la main-d’œuvre mondiale totale est passée de 1,9 à 3,1 milliards entre 1980 et 2007. Parmi ces personnes, 73% venaient de pays en développement, la Chine et l’Inde représentant 40%.21 Les multinationales sont toutes des entités organisées, tandis que la main-d’œuvre mondiale a énormément de mal à s’unir efficacement et à défendre ses droits. En raison de l’existence de l’armée de réserve mondiale du travail, le capital peut utiliser la stratégie de diviser pour régner pour discipliner les travailleurs salariés. Au fil des décennies, le capital monopolistique a déplacé les secteurs de production des économies des pays développés vers les pays du Sud, obligeant les travailleurs de différentes régions du monde à se faire concurrence pour obtenir des revenus de subsistance de base. Grâce à ce processus, les multinationales sont en mesure d’extorquer d’énormes rentes impérialistes aux travailleurs du monde.22 En outre, ces sociétés géantes sont bien en mesure de faire pression sur les gouvernements des pays en développement pour qu’ils formulent des politiques qui profitent aux flux de capitaux et d’investissements. Essayant de garantir la croissance du PIB en incitant les capitaux internationaux à investir et à créer des usines, de nombreux gouvernements de pays en développement ignorent non seulement la protection de la protection sociale et des droits du travail, mais garantissent également diverses mesures préférentielles telles que des avantages fiscaux et un soutien au crédit. La mondialisation de la production a ainsi permis aux pays capitalistes développés d’exploiter le monde moins développé de manière plus « civile » sous le slogan du commerce équitable. Pour lancer leur modernisation, les pays en développement n’ont souvent guère d’autre choix que d’accepter le capital offert par les impérialistes – ainsi que les conditions et les charges qui l’accompagnent.

Capital de monopole-finance et domination des entreprises multinationales
La nouvelle structure de la division internationale du travail hérite de l’ancien système déséquilibré et inégal. Bien que la production et la commercialisation soient fragmentées, les centres de contrôle de la recherche et du développement, de la finance et du profit sont toujours les sociétés multinationales. Ces entités corporatives occupent généralement le sommet de la division verticale du travail, détenant les droits de propriété intellectuelle associés aux composants de base. Les sociétés géantes, à cheval sur le monde, sont chargées de formuler des normes technologiques et de produits, ainsi que de contrôler les liens de conception, de recherche et de développement. Pendant ce temps, leurs « partenaires » dans les pays en développement sont généralement sous contrat avec des sociétés multinationales et sont les destinataires de ces normes de produits. Ils s’engagent généralement dans des activités à forte intensité de main-d’œuvre telles que la production, la transformation et l’assemblage, et sont responsables de la production de pièces simples en quantités massives. Effectuant des opérations d’usine relativement peu spéciales pour les multinationales, ces entreprises ne réalisent que de minces bénéfices. Les emplois dans ces entreprises présentent généralement de bas salaires, une intensité de travail élevée, de longues heures de travail et des environnements de travail médiocres. Bien que la valeur incarnée dans les produits soit principalement créée par les travailleurs de la production dans les usines des pays en développement, la plupart des valeurs ajoutées sont pillées par les multinationales via des échanges inégaux au sein des réseaux de production. La proportion des bénéfices à l’étranger dans les bénéfices totaux des sociétés américaines est passée de 5 % en 1950 à 35 % en 2008. La proportion des bénéfices non répartis à l’étranger est passée de 2 % en 1950 à 113 % en 2000. La part des bénéfices à l’étranger dans les bénéfices totaux des sociétés japonaises est passée de 23,4 % en 1997 à 52,5 % en 2008.23 Dans une comptabilité légèrement différente, la part des bénéfices étrangers des sociétés américaines en pourcentage des bénéfices des entreprises nationales américaines est passée de 4% en 1950 à 29% en 2019.24 Les multinationales sont souvent en mesure d’utiliser leur monopole de la propriété intellectuelle pour générer d’énormes rendements. La propriété intellectuelle comprend la conception de produits, les noms de marque, les symboles et les images utilisés dans le marketing. Ceux-ci sont protégés par des règles et des lois couvrant les brevets, les droits d’auteur et les marques de commerce. Les chiffres de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement montrent que les redevances et les droits de licence versés aux multinationales sont passés de 31 milliards de dollars en 1990 à 333 milliards de dollars en 2017.25

Avec l’avancée de la libéralisation financière, le capital financier ne sert plus seulement le capital industriel, mais l’a de loin dépassé. Les oligarques financiers et les rentiers sont maintenant dominants. En l’espace de seulement vingt ans à partir de 1987, la dette sur le marché international du crédit est passée d’un peu moins de 11 000 milliards de dollars à 48 000 milliards de dollars, avec un taux de croissance dépassant de loin celui de l’économie mondiale dans son ensemble.26

Le néo-néoimperialisme et l’État néolibéral
Depuis le milieu des années 1970, la stagflation économique a vu le keynésianisme abandonné par les gouvernements, ou beaucoup moins employé. Les approches néolibérales telles que le monétarisme moderne, l’école des attentes rationnelles et les théories de l’offre sont des succès parmi les économistes et dominent la théorie et la politique économiques dans les pays néo-impérialistes. C’est parce que ces approches s’accordent avec la mondialisation croissante et la financierisation du capital monopoliste. Le néolibéralisme est une superstructure qui est née sur la base du capital monopoliste financier ; essentiellement, il représente la base de l’idéologie et des politiques nécessaires pour maintenir la domination du néo-mperialisme. Dans les années 1980, le président américain Ronald Reagan et le Premier ministre britannique Margaret Thatcher étaient les porte-drapeaux mondiaux du néolibéralisme. Défendant les idées du monétarisme moderne et les positions de la propriété privée et des écoles du côté de l’offre, ils ont mis en œuvre la privatisation et les réformes axées sur le marché, assoupli la supervision gouvernementale et affaibli le pouvoir des syndicats de défendre les droits de la classe ouvrière. Après son entrée en fonction, Reagan a immédiatement approuvé la création d’un groupe spécial de PDG, avec le vice-président George H. W. Bush comme directeur, pour révoquer ou assouplir les réglementations. Les changements préconisés par le groupe concernaient la sécurité au travail, la protection du travail et la protection des intérêts des consommateurs. L’administration Reagan s’est également associée aux grands capitalistes pour réprimer les syndicats des secteurs public et privé, licenciant les dirigeants syndicaux et les organisateurs et laissant la classe ouvrière, déjà dans une position de faiblesse, encore pire. Le soi-disant complexe Washington-Wall Street a fait valoir que les intérêts de Wall Street et ceux des États-Unis étaient identiques; ce qui était bon pour Wall Street était bon pour le pays. Le gouvernement américain était en pratique devenu un outil permettant à l’oligarchie financière de poursuivre ses intérêts économiques et politiques.27 Par conséquent, ce ne sont pas les votes des citoyens, ni même le système démocratique de séparation des pouvoirs, mais l’oligarchie financière de Wall Street et le complexe militaro-industriel qui ont finalement contrôlé le gouvernement. Wall Street a influencé le processus politique et la formation des politiques aux États-Unis en fournissant des contributions à la campagne et en manipulant les médias. Retenu captif par des groupes d’intérêts monopolistiques, le gouvernement américain avait peu de pouvoir pour promouvoir le bon développement de l’économie et de la société et pour améliorer les moyens de subsistance de la population. La liste des dirigeants de Wall Street avec des salaires annuels de dizaines de millions de dollars comporte de nombreux matchs avec les personnes occupant des postes de haut niveau au gouvernement américain. Par exemple, le soixante-dixième secrétaire américain au Trésor, Robert Edward Rubin, avait auparavant passé vingt-six ans à travailler pour les banquiers d’investissement Goldman Sachs. Le soixante-quatorzième secrétaire au Trésor, Henry Paulson, avait auparavant servi le groupe Goldman Sachs en tant que président et chef de la direction. De nombreux hauts fonctionnaires de l’administration de Donald Trump avaient également des antécédents en tant que dirigeants d’entreprises monopolistiques. L’existence de ce mécanisme de « porte tournante » signifie que même si le gouvernement devait introduire des politiques de réglementation financière pertinentes, il serait fondamentalement difficile d’ébranler les intérêts des chaebols financiers de Wall Street.

Chaque fois qu’une crise financière se produit, le gouvernement fournit une aide d’urgence aux oligarques monopolistiques de Wall Street. Des chercheurs américains ont découvert que la Réserve fédérale a utilisé des prêts d’urgence secrets pour répondre aux besoins des grands groupes d’intérêt de Wall Street, fournissant dans certains cas un soutien solide aux banquiers membres du conseil d’administration des banques régionales de la Réserve fédérale. En 2007, la crise des prêts hypothécaires à risque aux États-Unis a éclaté. Bear Stearns, l’une des cinq premières banques d’investissement de Wall Street, a été acquise par JPMorgan Chase. Lehman Brothers a déclaré faillite et Merrill Lynch a été acquise par Bank of America. Goldman Sachs, cependant, a survécu; les principales raisons incluent une décision du gouvernement d’accorder d’urgence à Goldman Sachs le statut de société de portefeuille, lui permettant d’obtenir des fonds de sauvetage massifs de la Réserve fédérale. En outre, la Securities and Exchange Commission des États-Unis a interdit la mise à découvert d’actions financières.28


Edité le 25-11-2021 à 07:49:06 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16410 messages postés
   Posté le 25-11-2021 à 07:52:33   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Hégémonie du dollar américain, droits de propriété intellectuelle et pillage de la richesse mondiale
En juillet 1944, à l’initiative des gouvernements américain et britannique, des représentants de quarante-quatre pays se sont réunis à Bretton Woods, dans le New Hampshire, pour discuter des plans du système monétaire d’après-guerre. Au cours de la Conférence de Bretton Woods, les documents Acte final de la Conférence monétaire et financière des Nations Unies, Statuts du Fonds monétaire internationalet Statuts de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement– collectivement connus sous le nom d’Accords de Bretton Woods – ont été adoptés. Un point clé du système de Bretton Woods était de construire un ordre monétaire international centré sur le dollar américain.29 D’autres devises ont été rattachées au dollar, qui était à son tour rattaché à l’or. Le dollar américain a alors commencé à jouer le rôle de monnaie mondiale, remplaçant la livre sterling. L’avantage unique qui découle de la place centrale du dollar américain dans le système monétaire international donne aux États-Unis une position spéciale par rapport au reste des pays du monde. Le dollar américain représente 70% des réserves mondiales de devises, tout en représentant 68% des règlements commerciaux internationaux, 80% des transactions de change et 90% des transactions bancaires internationales. Parce que le dollar américain est la monnaie de réserve internationalement reconnue et la monnaie de règlement commercial, les États-Unis sont non seulement en mesure de l’échanger contre de vraies marchandises, des ressources et de la main-d’œuvre, et donc de couvrir leur déficit commercial à long terme et leur déficit budgétaire, mais peuvent également faire des investissements transfrontaliers et effectuer des fusions transfrontalières d’entreprises étrangères utilisant les dollars américains qu’ils impriment presque gratuitement. L’hégémonie du dollar américain fournit une excellente illustration de la nature prédatrice du néo-mperialisme. Les États-Unis peuvent également obtenir un seigneuriage international en exportant des dollars américains et peuvent réduire leur dette extérieure en dépréciant le dollar américain ou les actifs dont le prix est fixé en dollars américains. L’hégémonie du dollar américain a également provoqué le transfert de richesse des pays débiteurs vers les pays créanciers. Cela signifie que les pays pauvres subventionnent les riches, ce qui est totalement injuste.

Depuis le milieu des années 1990, les monopoles internationaux ont contrôlé 80% des brevets mondiaux, des transferts de technologie et de la plupart des marques internationalement reconnues, ce qui leur a rapporté de grandes quantités de revenus. Selon les chiffres du Science and Engineering Indicators 2018 Digest,publiés par le National Science Council of America en janvier 2018, le total des revenus mondiaux de licences transfrontalières provenant de la propriété intellectuelle en 2016 était de 272 milliards de dollars. Les États-Unis étaient le plus grand exportateur de propriété intellectuelle, les revenus provenant de cette source représentant jusqu’à 45 % du total mondial. Le chiffre correspondant pour l’Union européenne était de 24%, pour le Japon de 14% et pour la Chine de moins de 5%. En revanche, les redevances sur la propriété intellectuelle versées par la Chine à d’autres pays sont passées de 1,9 milliard de dollars en 2001 à 28,6 milliards de dollars en 2017, et le déficit de la Chine sur les transactions transfrontalières de propriété intellectuelle a atteint plus de 20 milliards de dollars. Au cours de cette période, le revenu net annuel des États-Unis provenant de l’octroi de licences de propriété intellectuelle à d’autres pays s’est élevé à au moins 80 milliards de dollars.30

Le nouveau monopole de l’Alliance oligarchique internationale
Lénine a déclaré dans L’impérialisme, le stade le plus élevé du capitalisme que « l’époque de la dernière étape du capitalisme nous montre que certaines relations entre les associations capitalistes grandissent, basées sur la division économique du monde ; parallèlement à elle et en relation avec elle, certaines relations se développent entre les alliances politiques, entre les États, sur la base de la division territoriale du monde, de la lutte pour les colonies, de la « lutte pour les sphères d’influence ».31 Le capital financier et sa politique étrangère, qui est la lutte des grandes puissances pour la division économique et politique du monde, donnent lieu à un certain nombre de formes transitoires de dépendance de l’État. Deux principaux groupes de pays – ceux qui possèdent des colonies et les colonies elles-mêmes – sont typiques de cette époque, tout comme les diverses formes de pays dépendants qui, politiquement, sont formellement indépendants, mais sont en fait empêtrés dans le filet de la dépendance financière et diplomatique.32 De nos jours, le néo-ilmperialisme a formé de nouvelles alliances et relations hégémoniques dans les domaines économique, politique, culturel et militaire.

Dans le contexte du nouveau monopole des oligarques internationaux, la quatrième caractéristique du néo-diésialisme est la formation d’une alliance capitaliste monopoliste internationale entre un hégémon et plusieurs autres grandes puissances. Une base économique composée de politique monétaire, de culture vulgaire et de menaces militaires a été formée pour qu’ils exploitent et oppriment par le biais du monopole à la fois à la maison et à l’étranger.

Le G7 comme pilier du noyau capitaliste impérial
L’alliance économique monopolistique internationale actuelle du néo-diésialisme et le cadre de la gouvernance économique mondiale sont tous deux dominés par les États-Unis. Le groupe G6 a été formé en 1975 par six grands pays industrialisés, les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France, le Japon et l’Italie, et est devenu le G7 lorsque le Canada s’est joint à l’équipe l’année suivante. Le G7 et ses organisations monopolistiques sont les plates-formes de coordination, tandis que le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale et l’Organisation mondiale du commerce sont les organes fonctionnels. L’ordre mondial de gouvernance économique qui a été mis en place sous le système de Bretton Woods après la Seconde Guerre mondiale est essentiellement une alliance monopolistique capitaliste internationale de haut niveau manipulée par les États-Unis pour servir ses intérêts économiques et politiques stratégiques. Au début des années 1970, le dollar américain a été découplé de l’or et le système monétaire de Bretton Woods s’est effondré. L’un après l’autre, les sommets des pays du G7 ont ensuite assumé la responsabilité de renforcer le consensus occidental, de lutter contre les pays socialistes de l’Est et de boycotter les demandes des pays les moins développés du Sud pour des réformes de l’ordre économique et politique international.33 Depuis que le néolibéralisme est devenu l'ensemble de concepts dominant la gouvernance économique mondiale, ces institutions et plateformes multilatérales sont devenues la force motrice de l'expansion du néolibéralisme dans le monde. Conformément aux vœux de l'oligarchie monopoliste financière internationale et de ses alliés, ces instances ne ménagent aucun effort pour amener les pays en développement à mettre en œuvre la libéralisation financière, la privatisation des facteurs de production, la marchandisation sans encadrement préalable et le libre échange des projets d'investissement afin de faciliter les flux entrants et sortants d'« argent chaud » international. Ces institutions sont constamment prêtes à contrôler et piller les économies des pays en développement, en extrayant d'énormes profits en encourageant la spéculation et en créant des bulles financières. Comme l'a déclaré Zbigniew Brzezinski dans Le Grand Échiquier , « le Fonds monétaire international et la Banque mondiale peuvent être considérés comme représentant des intérêts « globaux », et leur circonscription peut être interprétée comme le monde. En réalité, cependant, ils sont fortement dominés par les Américains. 34

Depuis les années 1980, le FMI et la Banque mondiale ont attiré les pays en développement pour qu’ils mettent en œuvre des réformes néolibérales. Lorsque ces pays sont tombés en crise à cause de la privatisation et de la libéralisation financière, le FMI et d’autres institutions les ont forcés à accepter le Consensus de Washington en ajoutant diverses conditions déraisonnables aux prêts accordés plus tôt. L’effet est d’intensifier encore les impacts de la réforme néolibérale. Entre 1978 et 1992, plus de soixante-dix pays en développement ou anciens pays socialistes ont mis en œuvre un total de 566 programmes d’ajustement structurel imposés par le FMI et la Banque mondiale.35 Au début des années 1980, par exemple, le FMI a utilisé la crise de la dette latino-américaine pour forcer les pays d’Amérique latine à accepter des « réformes » néolibérales. Afin de freiner l’inflation, la Réserve fédérale américaine en 1979 a fait grimper les taux d’intérêt à court terme de 10% à 15%, et finalement à plus de 20%. Étant donné que la dette existante des pays en développement était liée aux taux d’intérêt américains, chaque hausse de 1 % des taux d’intérêt américains entraînerait le paiement de 40 à 50 milliards de dollars supplémentaires par an par les pays débiteurs des pays en développement. Au second semestre de 1981, l’Amérique latine empruntait au taux de 1 milliard de dollars par semaine, principalement pour payer les intérêts de la dette existante. En 1983, les paiements d’intérêts ont consommé près de la moitié des recettes d’exportation de l’Amérique latine.36 Sous la pression de rembourser leurs prêts, les pays d’Amérique latine ont été contraints d’accepter les plans de réforme néolibéraux initiés par le FMI. Le contenu principal de ces plans consistait à privatiser les entreprises d’État; la libéralisation du financement du commerce; la mise en œuvre de politiques d’austérité économique, avec pour effet de réduire le niveau de vie; réduire les impôts sur les entreprises monopolistiques; et la réduction des dépenses publiques consacrées aux infrastructures sociales. Au cours de la crise financière asiatique de 1997, le FMI a assorti de nombreuses conditions à l’aide fournie à la Corée du Sud, notamment que l’abattement pour les participations étrangères soit assoupli de 23 % à 50 %, puis à 55 % d’ici décembre 1998. En outre, la Corée du Sud était tenue de permettre aux banques étrangères d’établir librement des succursales.37

L’OTAN et l’Alliance militaire et politique capitaliste monopoliste internationale
Créée au début de la guerre froide, l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) est une alliance militaire internationale pour la défense du capitalisme monopoliste. Il est dirigé par les États-Unis et implique d’autres pays impérialistes. Pendant la guerre froide, l’OTAN était le principal outil utilisé par les États-Unis pour contenir et contrer activement l’Union soviétique et les pays d’Europe de l’Est, ainsi que pour influencer et contrôler les pays d’Europe occidentale. À la fin de la guerre froide, l’Organisation du Traité de Varsovie a été dissoute et l’OTAN est devenue l’organisation militaire par laquelle les États-Unis ont cherché à atteindre leurs objectifs stratégiques au niveau mondial. Un oligopole militaire capitaliste, impliquant un hégémon et plusieurs autres grandes puissances, avait vu le jour. L’ancien secrétaire d’État américain Warren Christopher a déclaré : « Seuls les États-Unis peuvent agir en tant que leader… Pour que les États-Unis exercent leur leadership, nous devons posséder une menace de force crédible en tant que soutien à la diplomatie. »38 La Stratégie de sécurité nationale pour le nouveau siècle,publiée aux États-Unis en décembre 1998, affirmait sans ambiguïté que l’objectif des États-Unis était de « diriger le monde entier » et qu’aucun défi à leurs dirigeants, de la part d’un pays ou d’un groupe de pays, ne serait jamais autorisé à naître.39 Le 4 décembre 2018, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a déclaré dans un discours au Marshall Fund à Bruxelles : « Les États-Unis n’ont pas abandonné leur leadership mondial. Il a remodelé l’ordre après la Seconde Guerre mondiale sur la base de la souveraineté, mais pas du système multilatéral. Sous la direction du président Trump, nous n’abandonnerons pas le leadership international ou nos alliés dans le système international. Trump est en mesure de retrouver le statut traditionnel de l’Amérique en tant que centre mondial et leadership. Les États-Unis veulent diriger le monde, maintenant et toujours. »40

Pour atteindre le leadership et la domination sur le monde, les États-Unis ont fait tout leur possible pour promouvoir l’expansion de l’OTAN vers l’Est et ont élargi leur propre sphère d’influence pour contrôler l’Europe centrale et orientale et pour comprimer l’espace stratégique de la Russie. Sous le contrôle des États-Unis, l’OTAN est devenue un outil militaire idéal pour les intérêts mondiaux des États-Unis. En mars 1999, une force multinationale de l’OTAN dirigée par les États-Unis a lancé une attaque aérienne à grande échelle contre la Yougoslavie. C’était la première fois que l’OTAN lançait une frappe militaire contre un pays souverain au cours des cinquante années qui se sont données à sa fondation. En avril 1999, l’OTAN a tenu un sommet à Washington, adoptant officiellement un concept stratégique qui peut être résumé en deux points. Premièrement, l’OTAN a été autorisée à mener une intervention militaire collective en dehors de sa zone de défense en réponse à « des crimes et des conflits impliquant des intérêts communs ». Cela a effectivement transformé l’OTAN d’une alliance militaire de « défense collective » en une organisation politique et militaire offensive dans le soi-disant but de défendre des intérêts communs et des valeurs partagées. Deuxièmement, les actions militaires de l’OTAN ne nécessitaient pas l’autorisation du Conseil de sécurité de l’ONU.41

En plus de l’OTAN, les alliances militaires américaines formées sur la base de traités bilatéraux comprennent des pactes avec le Japon, la Corée du Sud, l’Australie et les Philippines. Il existe des bases militaires américaines sur le territoire de tous ses alliés militaires, et celles-ci constituent une grande partie de l’alliance militaire néo-impérialiste. Les États-Unis et leurs alliés font des menaces militaires et commettent des provocations dans de nombreuses régions du monde, ce qui entraîne de nombreuses « guerres chaudes », « guerres chaudes », « guerres froides » et « nouvelles guerres froides », intensifiant la nouvelle course aux armements. Les actes de « terrorisme d’État » perpétrés par le néo-ilmperialisme et le double standard qu’il applique à la lutte contre le terrorisme ont provoqué la multiplication d’autres formes de terrorisme.

Hégémonie culturelle dominée par les « valeurs universelles » occidentales
En plus de sa puissance économique et de l’hégémonie exercée par ses alliances militaires, le néo-ilmperialisme est également caractérisé par une hégémonie culturelle dominée par les « valeurs universelles » occidentales. Le politologue américain Joseph Nye a souligné que le soft power était la capacité d’accomplir ses désirs par l’attraction plutôt que par la force ou l’achat. Le soft power d’un pays est constitué principalement de trois ressources, à savoir la culture (qui fonctionne là où elle est attrayante pour la population locale), les valeurs politiques (qui fonctionnent lorsqu’elles peuvent effectivement être pratiquées à la fois à l’intérieur et à l’étranger) et la politique étrangère (qui fonctionne lorsqu’elle est considérée comme conforme à la légalité et comme renforçant le prestige moral).42 Les pays développés occidentaux, en particulier les États-Unis, utilisent leur capital, leur technologie et leurs avantages commerciaux pour infiltrer les pays et les régions moins puissants avec leur culture, et proposent une série de théories culturelles « interventionnistes » conçues pour imposer les valeurs américaines. Les États-Unis subjuguent les marchés culturels et les espaces d’information d’autres pays, en particulier les pays en développement, en leur exportant les valeurs et les modes de vie américains, dans le but de faire de leur culture la « culture dominante » du monde.43

L’hégémonie culturelle ou impérialisme culturel exporte les « valeurs universelles » de l’Occident et met en œuvre à la fois l’évolution pacifique et les « révolutions de couleur » en contrôlant le champ de l’opinion publique internationale. L’objectif est d’atteindre l’objectif stratégique de Richard Nixon de « victoire sans guerre ». L’évolution de l’Union soviétique et des pays socialistes d’Europe de l’Est est un cas typique. Comme on le sait généralement, la pénétration des valeurs est généralement lente, à long terme et subtile, et ses canaux de communication sont souvent cachés dans les échanges universitaires, les œuvres littéraires, les films et les émissions de télévision. Par exemple, Hollywood est « le mégaphone de la politique hégémonique américaine… Les films hollywoodiens montrent les avantages des États-Unis au reste du monde et tentent de réaliser leur conquête culturelle par ce moyen.44

L’ancien haut responsable de la CIA, Allen Dulles, a affirmé : “Si nous apprenons aux jeunes de l’Union soviétique à chanter nos chansons et à danser avec elles, tôt ou tard nous leur apprendrons à penser de la manière dont nous avons besoin qu’ils le fassent”.45 Les fondations et les groupes de réflexion sont également des moteurs importants de la diffusion du néolibéralisme. Par exemple, la Fondation Ford, la Fondation Rockefeller, la Société Mont-Pèlerin et le Center for International Private Enterprise, tous basés aux États-Unis, participent à la promotion des valeurs néolibérales en finançant des séminaires et des organisations universitaires.

Lénine a déclaré un jour : “Au lieu du monopole indivis de la Grande-Bretagne, nous voyons quelques puissances impérialistes se disputer le droit de partager ce monopole, et cette lutte est caractéristique de toute la période du début du vingtième siècle”.46 Depuis la fin de la guerre froide, le capitalisme mondial est caractérisé par le monopole indivis des Etats-Unis. Les autres puissances n’ont pas l’intention, et n’ont pas la force, de rivaliser. Certains pays, comme le Japon, ont tenté de contester les “droits de monopole” des États-Unis sur le plan économique et technologique, mais ils ont finalement échoué. Il en va de même pour l’Union européenne, qui est apparue plus tard mais n’a finalement pas réussi à ébranler l’hégémonie américaine. Dans le domaine militaire, la guerre du Golfe et les guerres ultérieures au Kosovo, en Afghanistan, en Irak, en Libye et en Syrie ont encore alimenté l’unilatéralisme et l’arrogance hégémonique des États-Unis. Avec l’aide de leurs alliances économiques, militaires et politiques, et en utilisant le soft power culturel, les États-Unis promeuvent leurs “valeurs universelles”, incitent les protestations de rue et les révolutions de couleur dans d’autres pays, et forcent les pays en développement à déréglementer leurs systèmes financiers en les ciblant pour la création de dettes et de crises financières. Lorsque le système de gouvernance mondiale dominé par les États-Unis rencontre des difficultés, il lance des guerres commerciales, des guerres scientifiques et technologiques, des guerres financières et des sanctions économiques, et va même jusqu’à menacer ou lancer des frappes militaires. Le dollar américain, l’armée et la culture sont les trois piliers de l’hégémonie impérialiste américaine, soutenant le “hard power”, le “soft power”, le “strong power” (sanctions économiques) et le “smart power “47.

En bref, l’alliance capitaliste monopoliste internationale composée d’un hégémon et de plusieurs grandes puissances fournit le fondement économique de la politique monétaire, de la culture vulgaire et des menaces militaires qui exploitent et oppriment par l’exercice du monopole à la fois à l’intérieur et à l’étranger, et qui amplifient le pouvoir des États-Unis en tant qu’hégémonisme néo-impérialisme.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16410 messages postés
   Posté le 25-11-2021 à 07:53:29   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L'essence économique, la tendance générale et les quatre formes de fraude idéologique
Lénine a caractérisé l’impérialisme comme un capitalisme transitoire et moribond. Au stade néo-impérialiste connu sous le nom de mondialisation économique, la contradiction fondamentale de l’économie capitaliste contemporaine se manifeste dans la contradiction entre, d’une part, la socialisation et la mondialisation constantes de l’économie avec ses facteurs de production sous propriété privée, collective ou étatique, et, d’autre part, le désordre ou l’anarchie de la production au sein des économies nationales et dans l’économie mondiale.48 Le néo-impérialisme exclut les ajustements que les Etats et les communautés internationales doivent faire, favorisant plutôt l’autorégulation du capital monopoliste privé et la défense de ses intérêts. L’effet, très souvent, est d’intensifier diverses contradictions au sein des pays ou au niveau mondial. Les crises économiques, financières, fiscales, sociales et écologiques sont toutes devenues des maladies épidémiques. Plusieurs de ces crises sont liées à des contradictions sociales ou à des contradictions liées à l’accumulation du capital. Toutes ensemble, elles donnent un nouveau visage au capitalisme monopolistique et prédateur, hégémonique et frauduleux, parasitaire et en décomposition, transitoire et moribond de l’époque actuelle.

Si nous définissons le néo-ilmperialisme en fonction de sa nature économique et de ses tendances générales, nous pouvons conclure que ses trois caractéristiques sont démontrées dans le respect du fait que les contradictions mondialisées et les diverses crises du système s’intensifient fréquemment.

L’essence économique du néo-impérialisme est qu’il s’agit d’un capitalisme financier monopolistique établi sur la base de multinationales géantes. Le monopole de production et le monopole financier des multinationales trouvent leur origine dans le stade supérieur de la production et de la concentration du capital, donnant lieu à une phase dans laquelle le monopole est plus profond et plus large, à tel point que “presque toutes les industries sont concentrées entre de moins en moins de mains”.49 L’industrie automobile peut être prise comme exemple. La production des cinq premières multinationales de l’automobile représente près de la moitié de la production automobile mondiale, et celle des dix premières 70 %.50 Le capital financier monopolistique international ne contrôle pas seulement les principales industries du monde, mais aussi presque toutes les sources de matières premières, de talents scientifiques et technologiques, et de main-d’œuvre physique qualifiée dans tous les domaines, contrôlant les centres de transport et les divers moyens de production. Il domine et contrôle le capital, et contrôle diverses autres fonctions mondiales par le biais des banques et d’une variété de dérivés financiers et de systèmes d’actionnariat.51

Si l’on considère la valeur marchande totale et le total des revenus et des actifs des sociétés, l’ampleur des principales concentrations de pouvoir économique dans le monde augmente, en particulier dans le cas des cent premières sociétés. En 2015, la valeur marchande des cent premières entreprises du monde était plus de sept mille fois supérieure à celle des deux mille dernières entreprises dans une base de données des plus grandes entreprises non financières du monde, contre seulement trente et une fois en 1995.52 Selon les données du Fortune Global 500 pour l’année 2017, les revenus de 380 des 500 premières entreprises du monde (à l’exclusion des entreprises chinoises) ont atteint 22,83 billions de dollars, soit l’équivalent de 29,3 % du produit mondial brut. Les bénéfices totaux ont atteint 1,51 trillion de dollars, battant le record, et le taux de profit a augmenté de 18,85 % en glissement annuel.53 La hausse des indicateurs de la part de profit et du taux de profit illustre la nature prédatrice du néo-impérialisme.

Étant donné que la mondialisation économique, la financiarisation et les politiques néolibérales exercent une triple pression sur la main-d’œuvre, les bénéfices augmentent rapidement, tandis que les salaires des travailleurs augmentent beaucoup plus lentement.54 Entre 1982 et 2006, la croissance annuelle moyenne des salaires réels des travailleurs de la production dans les sociétés non financières aux États-Unis n’a été que de 1,1 pour cent, ce qui est non seulement beaucoup plus faible que les 2,43 pour cent enregistrés entre 1958 et 1966, mais aussi plus faible que les 1,68 pour cent pendant la récession économique de 1966 à 1982. Le ralentissement de la croissance des salaires a permis à la part des bénéfices des entreprises d’augmenter de 4,6 % au cours de cette période et a représenté 82 % de la reprise du taux de profit. On peut considérer que la “compression du travail” a joué un rôle clé à cet égard.55 En outre, depuis que l’économie américaine a commencé à se redresser en 2009 après la grande crise financière, le taux moyen de profit, bien qu’inférieur à son pic de 1997, est toujours nettement supérieur à son niveau de la fin des années 1970 et du début des années 1980, lorsqu’il était au plus bas.56 L’essence du néo-impérialisme est son besoin de contrôle et de pillage. L’essence du néo-impérialisme est son besoin de contrôle et de pillage. Sa volonté d'”accumulation prédatrice” ne se manifeste pas seulement par l’exploitation de la main-d’œuvre dans le cadre national, mais aussi par le pillage d’autres pays. Les formes que cela prend, et les méthodes employées, consistent principalement en ce qui suit.

Premièrement, le pillage financier. Le néo-impérialisme tire d’énormes profits de son contrôle sur les prix des principales matières premières internationales. En recourant à la financiarisation et à d’autres méthodes, il fait pression sur les pays producteurs de matières premières, cherchant à maintenir les prix bas. Dans le cadre de ses pressions et de son harcèlement, il peut créer des bulles et des crises financières par le biais d’entrées et de sorties de capitaux à grande échelle, affectant la stabilité économique et politique des pays concernés. Ou bien, elle peut chercher à obtenir une “victoire sans guerre” en imposant des sanctions financières.57 L’innovation financière et le retard dans la réglementation gouvernementale contribuent à des vagues de spéculation non productive. Les oligarques financiers et les multinationales au sommet de la pyramide profitent de l’inflation des prix des actifs financiers et sont en mesure de piller d’énormes quantités de richesse sociale.

La seconde est la privatisation des ressources publiques et des actifs appartenant à l’État. Depuis que le système Thatcher-Reagan a commencé à dominer l’élaboration des politiques économiques dans de nombreux pays il y a une quarantaine d’années, le monde a connu une vague massive de privatisations à grande échelle. Les actifs publics de nombreux pays moins développés sont tombés aux mains du capital monopolistique privé et des monopoles d’entreprises multinationales. Le niveau mondial d’inégalité de la propriété des richesses a grimpé en conséquence. Le Rapport 2018 sur les inégalités dans le monde révèle que, depuis les années 1970, la richesse privée dans divers pays a généralement augmenté, tandis que le rapport entre le revenu privé et le revenu national dans la plupart des pays “riches” est passé de 200-350 % à 400-700 %. En revanche, la richesse publique n’a cessé de diminuer. La richesse publique nette des États-Unis et du Royaume-Uni est devenue négative ces dernières années, tandis que celle du Japon, de l’Allemagne et de la France est à peine supérieure à zéro. La valeur limitée des actifs publics restreint la capacité des gouvernements à ajuster l’écart de revenu.58

Troisièmement, le renforcement du modèle centre-périphérie. Les pays néo-impérialistes renforcent le schéma centre-périphérie par leur position dominante dans le commerce, la monnaie, la finance, l’arène militaire et les organisations internationales. Profitant de ces positions, ils extorquent continuellement les ressources et les richesses des pays périphériques pour consolider leur statut de monopole ou d’oligopole, et pour assurer leur propre développement et leur prospérité. Le taux de transfert international de la plus-value a un effet positif sur le taux de profit général des pays hégémoniques.59 Seuls les pays néo-impérialistes sont capables d’utiliser leur puissance économique, politique et militaire pour transformer une partie de la plus-value créée par les pays sous-développés en leur propre richesse nationale. Par conséquent, l’accumulation de capital monopolistique par le néo-impérialisme intensifie la polarisation entre les riches et les pauvres et porte atteinte aux moyens de subsistance des populations dans des pays comme les États-Unis et la France (comme le prouve le mouvement international Occupy Wall Street, qui a impliqué quatre-vingts pays avec son slogan “nous sommes les 99 %”), tout en renforçant l’accumulation de richesses financières et environnementales dans les pays du “centre” et de pauvreté relative et de pollution dans les pays de la “périphérie”. En 2018, le PIB combiné des pays “centraux” du G7 a atteint 317 000 milliards de dollars, soit 45,5 % du produit mondial brut.60 Selon le Global Wealth Report 2013, établi par le Credit Suisse, la richesse des 85 personnes les plus riches du monde cette année-là était équivalente au total des actifs des 3,5 milliards de personnes les plus pauvres du monde – c’est-à-dire de la moitié de la population mondiale61.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16410 messages postés
   Posté le 25-11-2021 à 07:54:31   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Hégémonie économique et fraude
L’impérialisme tel qu’il est représenté par les États-Unis a recours à l’hégémonie, à l’intimidation et à l’unilatéralisme, et applique deux poids et deux mesures en matière de politique diplomatique. À un moment donné, Pompeo a publiquement admis et exprimé sa fierté pour les actions frauduleuses de son pays. “J’étais le directeur de la CIA”, a-t-il déclaré. “Nous avons menti, nous avons triché, nous avons volé. C’était comme si nous avions des cours de formation entiers… cela vous rappelle la gloire de l’expérience américaine. “62 Dans l’ère de l’après-guerre froide, les États-Unis dominent le monde, libres de tout contrôle puissant. Ils s’appuient sur leurs avantages majeurs que sont la force militaire, l’hégémonie du dollar américain, la propagande extérieure et la science et la technologie pour exercer des brimades dans le monde entier et pour commettre des fraudes tant dans leur pays qu’à l’étranger63 .

En mars 2018, les États-Unis ont publié un document intitulé Findings of the Investigation into China’s Acts, Policies, and Practices Related to Technology Transfer, Intellectual Property, and Innovation Under Section 301 of the Trade Act of 1974 (Conclusions de l’enquête sur les actes, les politiques et les pratiques de la Chine en matière de transfert de technologie, de propriété intellectuelle et d’innovation en vertu de l’article 301 de la loi sur le commerce de 1974), qui accuse la Chine de “contraindre ou d’obliger les entreprises américaines à transférer des technologies” et d'”envahir illégalement les réseaux informatiques commerciaux américains pour voler des droits de propriété intellectuelle et des informations commerciales sensibles.” Le but de ce document était de créer un prétexte pour lancer une guerre commerciale ; ses accusations ne sont que des rumeurs et ne correspondent pas aux faits. Quelle est la source du progrès technologique de la Chine ? Il découle des efforts d’entrepreneurs doués qui bénéficient d’énormes investissements gouvernementaux dans la science fondamentale. Comme l’a déclaré l’ancien secrétaire américain au Trésor Lawrence Summers, “il provient d’un système éducatif qui privilégie l’excellence, en se concentrant sur les sciences et la technologie. C’est de là que vient leur leadership, pas d’une prise de participation dans une entreprise américaine”.64 En provoquant leur conflit économique et commercial avec la Chine, les États-Unis ont eu une intention évidente : faire chanter et supprimer la Chine de manière globale, en commençant par la guerre commerciale et en l’étendant progressivement aux domaines de la science et de la technologie, de la finance, de l’alimentation, des ressources, etc. Les autorités américaines cherchent à affaiblir les atouts de la Chine dans les domaines du commerce, de la finance, de l’industrie et de la technologie, en essayant de faire en sorte que la Chine ne représente pas un défi pour la position hégémonique mondiale des États-Unis.

Avec son slogan ” America First ” (l’Amérique d’abord), l’administration Trump a promu l’hégémonie des États-Unis et imposé des sanctions économiques aux autres économies. Ses politiques économiques et commerciales visaient principalement la Chine, mais s’adressaient également à des alliés traditionnels tels que l’Union européenne, le Japon, l’Inde et la Corée du Sud. À chaque fois, Washington a pratiqué l’extorsion et l’endiguement économiques. On n’oubliera jamais que, dès le milieu des années 1980, les États-Unis ont forcé le Japon à signer l’accord du Plaza et l’ont incité à mettre en œuvre une politique monétaire à faible taux d’intérêt qui a amené de grandes quantités de capitaux étrangers au Japon. Le résultat a été qu’un afflux de demande à court terme de yens japonais a entraîné une forte appréciation de la monnaie du pays par rapport au dollar américain. L’afflux de capitaux étrangers et la politique monétaire de faibles taux d’intérêt ont entraîné une hausse vertigineuse des prix des actifs japonais. Malgré la prospérité à court terme, le résultat final a été de grosses pertes pour le Japon. En raison du prix élevé des actifs, les capitaux étrangers ont été rapidement encaissés et retirés, tandis que l’économie japonaise subissait d’énormes revers et traversait une période de “vingt ans perdus”.

Hégémonie politique et fraude
Les États-Unis se sont toujours présentés comme les représentants des pays prônant la démocratie, la liberté et l’égalité. Par des moyens politiques et diplomatiques, ils ne ménagent pas leurs efforts pour imposer leur système politique aux autres pays, en particulier aux pays en développement qu’ils qualifient de “dictatures”. L’ancien président américain George W. Bush a identifié l’Iran, l’Irak et la Corée du Nord comme un “axe du mal”. Les États-Unis exercent des pressions sur les dirigeants de ces pays, appliquant deux poids, deux mesures sur les questions de droits de l’homme. Grâce à leur propagande, ils diabolisent ces États en les qualifiant d'”antidémocratiques” et d'”autocratiques”, tout en subventionnant les organisations non gouvernementales et les médias, et en incitant les dissidents et l’opposition à organiser des “révolutions de couleur” visant à renverser les gouvernements légitimes.

Agissant sur ordre de leurs cercles militaires et des groupes monopolistiques de l’énergie, les États-Unis ont constamment été une force destructrice au Moyen-Orient et en Amérique latine. Washington a inscrit la Syrie sur la liste des six pays “maléfiques” et les États-Unis ont qualifié d’illégal le gouvernement syrien dirigé par Bachar el-Assad. Le sénateur américain John McCain a toutefois révélé le véritable objectif de ces démarches. “La fin du régime Assad”, a déclaré M. McCain, “couperait la ligne de vie du Hezbollah vers l’Iran, éliminerait une menace de longue date pour Israël, renforcerait la souveraineté et l’indépendance du Liban et infligerait une défaite stratégique au régime iranien. Ce serait un succès géopolitique de premier ordre”.65 En Amérique latine, les États-Unis ont maintenu leur blocus contre Cuba malgré vingt résolutions adoptées à une écrasante majorité par l’Assemblée générale des Nations unies. Parallèlement, les États-Unis mènent un blocus économique contre le Venezuela, ce qui a entraîné la détérioration économique du pays ces dernières années. L’ancien vice-président américain Mike Pence, mettant de côté les élections au Venezuela et le soutien populaire au gouvernement, sans aucune considération pour la vérité – et même sans tenir compte de la guerre de siège économique menée par les États-Unis contre le Venezuela en violation du droit international – a déclaré : “Les bandes vicieuses du gouvernement Maduro ont paralysé l’économie…. Le coût réel des crimes du régime Maduro ne peut être évalué en chiffres…. Deux millions de personnes ont fui le résultat de la dictature et de la répression politique qui a entraîné des privations et créé des conditions proches de la famine. Les États-Unis continueront à aider le peuple vénézuélien à retrouver sa liberté. Le peuple sera libre. “66

Les États-Unis appliquent aujourd’hui à la Chine le type de politiques de la guerre froide qui étaient employées contre l’Union soviétique. Le directeur de la planification politique du département d’État, Kiron Skinner, décrit les relations houleuses des États-Unis avec la Chine comme “un combat contre une civilisation et une idéologie vraiment différentes”.67 La classe dirigeante américaine sait très bien que le système socialiste est supérieur au système capitaliste. Une fois que de grands pays socialistes comme l’ancienne Union soviétique et la Chine deviennent riches et forts grâce à une concurrence pacifique, il est inévitable qu’ils soient confrontés aux visées hégémoniques des États-Unis, qui ne cherchent rien de moins qu’un monde unipolaire. Toute tentative de promouvoir de vastes réformes dans l’ordre économique et politique impérial dépassé est considérée comme une menace pour l’hégémonie américaine. Par conséquent, les États-Unis ont adopté une double stratégie de “contact et d’endiguement”, d’engagement et d’agression, qu’ils cherchent à faire passer pour une “évolution pacifique”.

En réalité, la politique dite démocratique aux États-Unis n’est qu’une illusion. Premièrement, le processus électoral aux États-Unis se résume de plus en plus à une lutte politique entre les deux partis de la bourgeoisie monopoliste. Lorsque les candidats des différentes factions de la bourgeoisie monopoliste ont fait campagne pour les élections, ils ont eu recours à des rumeurs, des attaques personnelles et des calomnies contre leurs adversaires, écartant ainsi le véritable problème. Deuxièmement, la politique dite démocratique aux États-Unis n’implique rien de plus qu’une démocratie pro forma et procédurale. Le système de vote pro forma a été réduit à la politique monétaire, à la politique familiale et à la politique oligarchique – c’est-à-dire à un “despotisme du capital monopolistique” essentiellement antidémocratique, ou à la démocratie pour quelques-uns.

Hégémonie culturelle et fraude
L’ancien conseiller à la sécurité nationale Brzezinski estime que “le renforcement de la culture américaine en tant que “modèle” des cultures du monde est une stratégie que les États-Unis doivent mettre en œuvre pour maintenir leur hégémonie”.68 L’hégémonie culturelle des États-Unis se manifeste principalement par le contrôle qu’ils exercent sur les médias et l’éducation, et par la fonction de propagande, tant dans le pays qu’à l’étranger, de leur littérature et de leur art, de leur université d’arts libéraux et de leurs valeurs. Les États-Unis exportent des films, de la musique et de la littérature dans le monde entier. Ils contrôlent près de 75 % des programmes de télévision dans le monde et possèdent de puissantes sociétés de cinéma et de télévision telles que WarnerMedia, Universal Pictures, Paramount Pictures et Columbia Pictures, qui produisent chaque année des dizaines de films à gros budget impliquant des investissements de centaines de millions de dollars. Les recherches et les reportages réalisés par les grands médias américains dominent effectivement la formation de l’opinion publique mondiale. Les États-Unis contrôlent également les revues qui font autorité et qui façonnent le discours dans le domaine des arts libéraux universitaires, et ce sont les États-Unis qui déterminent les normes de l’éducation d’élite. Le classement mondial des universités QS de 2020 en fournit un exemple. Les premières places de ces classements sont toutes occupées par des universités américaines, et cette situation fournit un outil puissant pour diffuser les “valeurs universelles” occidentales trompeuses, les vues constitutionnelles occidentales et les concepts économiques néolibéraux dans le monde entier. Les points de vue fondamentaux de l’establishment américain des arts libéraux se sont solidement ancrés dans les élites et les masses, dans le pays et à l’étranger.69 Par exemple, les États-Unis vantent les exemples vulgaires du kitsch littéraire et artistique comme des œuvres culturelles distinguées, méritant des Oscars ou des Prix Nobel.

L’économie néoclassique (et son pendant, le néolibéralisme) est responsable d’une série de crises économiques et d’une polarisation accrue entre les riches et les pauvres. Néanmoins, elle est présentée comme une théorie scientifique qui favorise le développement, accroît le bien-être de la population et mérite le prix de la Sveriges Riksbank en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel. Aux États-Unis, les œuvres qui ne se conforment pas aux canons littéraires, artistiques et des arts libéraux du capital monopolistique sont difficilement diffusées par les médias faisant autorité, tandis que les écrivains et les artistes de réelle distinction sont exclus, supprimés ou escroqués. Les États-Unis occupent également une position absolument dominante dans le domaine mondial du cyberespace. Sur les treize serveurs racine du système de noms de domaine, neuf sont sous le contrôle direct de sociétés, d’universités ou de services gouvernementaux américains, tandis qu’un autre est directement contrôlé par une organisation américaine à but non lucratif.70 Grâce à ces serveurs racine du système de noms de domaine, les États-Unis peuvent facilement voler des renseignements mondiaux, surveiller les réseaux et lancer des cyberattaques. Le programme de surveillance PRISM, révélé par Edward Snowden, montre que les États-Unis ont un contrôle total sur le matériel et les logiciels des réseaux à l’échelle mondiale, et qu’ils sont bien capables de surveiller le monde entier et de frapper n’importe quel autre pays. Enfin, les États-Unis contrôlent l’alliance du renseignement connue sous le nom de Five Eyes (les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande), grâce à laquelle ils mènent des activités de surveillance à grande échelle et exercent une cyber-hégémonie au niveau national et international.71

L’hégémonie culturelle des États-Unis, leur contrôle sur les universités d’arts libéraux et l’utilisation frauduleuse de ces avantages apparaissent également dans les positions prises par les États-Unis sur les questions d’idéologie et de valeurs. Ces positions sont toujours hostiles au socialisme et au communisme, et limitent le développement des pays socialistes. Auparavant, les Etats-Unis consacraient la plupart de leurs efforts à dénigrer l’Union soviétique, mais la cible principale est désormais la Chine. Au début du mois de mai 1990, Nixon déclare franchement : “Tout en reconstruisant les relations avec la Chine, il est très important que nous continuions à faire pression sur elle pour qu’elle abandonne le socialisme. Parce que nous utiliserons cette relation pour rendre la politique de la Chine plus douce. Nous devons nous en tenir à ce point essentiel. “72 Selon les données d’une enquête du Pew Research Center américain – une organisation sûrement influencée par l’hégémonie et la fraude culturelles des États-Unis – 74 % des diplômés des collèges et universités chinoises aiment la culture américaine.73 C’est un fait que la plupart des universitaires chinois de culture libérale qui ont étudié aux États-Unis favorisent ses théories académiques institutionnelles de base. À des degrés divers, ils adorent, flattent et craignent les États-Unis. Cela affecte sérieusement la confiance des citoyens chinois dans la culture marxiste, dans la culture socialiste et dans la riche culture traditionnelle de la Chine, et doit être éliminé le plus rapidement possible.

Hégémonie militaire et fraude
Depuis la désintégration de l’Union soviétique, les États-Unis sont devenus de plus en plus présomptueux et ont eu tendance à recourir à la force ou aux menaces militaires pour traiter les questions de relations internationales. En 1999, les forces de l’OTAN dirigées par les États-Unis ont bombardé la République fédérale de Yougoslavie, en invoquant la formule “les droits de l’homme au-dessus de la souveraineté”. En 2003, malgré la forte opposition d’autres pays, les États-Unis ont envahi l’État souverain d’Irak. La guerre en Irak n’a pas été autorisée par le Conseil de sécurité des Nations unies et Washington ne disposait d’aucune base juridique pour son intervention militaire. Les États-Unis ont prétendu à tort que l’Irak possédait des armes chimiques de destruction massive. Après avoir occupé l’Irak, cependant, les États-Unis n’ont trouvé aucune preuve que l’Irak pouvait produire des armes chimiques de destruction massive. Le véritable objectif des États-Unis en fabriquant ce mensonge était de contrôler les ressources pétrolières de l’Irak par des moyens militaires.

Les États-Unis ont toujours insisté sur le fait que leurs propres intérêts devaient primer et que leurs avantages militaires ne devaient pas être remis en question. Bien que leur puissance économique ait diminué en termes relatifs, les États-Unis continuent de développer leur arsenal et d’augmenter considérablement leurs dépenses de défense. Depuis la guerre froide, les États-Unis n’ont cessé de créer diverses menaces et pressions militaires en Europe, au Moyen-Orient et dans la région Asie-Pacifique. Pour consolider leur statut hégémonique, les États-Unis ont préconisé et encouragé l’expansion de l’OTAN vers l’est, dans le but d’inclure tous les pays d’Europe centrale et orientale dans la sphère d’influence de l’OTAN et de restreindre ainsi l’espace stratégique de la Russie. Au Moyen-Orient, les États-Unis visent à renverser les régimes légitimes de pays comme la Syrie et l’Iran par des moyens militaires, et à soutenir les “révolutions de couleur” dans la région. En Asie, ces derniers temps, Washington a exacerbé les tensions dans la péninsule coréenne et a également mis en œuvre sa “stratégie indo-pacifique” visant à contenir la Chine. La “stratégie indo-pacifique” des États-Unis sert à révéler l’identité de leurs alliés et partenaires militaires. Les alliés des États-Unis sont le Japon, la Corée du Sud, l’Australie, les Philippines et la Thaïlande, et leurs prétendus “partenaires” sont Singapour, Taïwan (Chine), la Nouvelle-Zélande, la Mongolie, un certain nombre de pays d’Asie du Sud comme l’Inde, le Sri Lanka, les Maldives et le Népal, et divers pays d’Asie du Sud-Est comme le Vietnam, l’Indonésie et la Malaisie. Les États-Unis proposent en outre de renforcer leur coopération avec le Brunei, le Laos et le Cambodge. En outre, ils collaboreront avec leurs alliés traditionnels tels que la Grande-Bretagne, la France et le Canada pour protéger la liberté et l’ouverture de l’Indo-Pacifique74.

Avec l’augmentation de la force nationale de la Chine, divers universitaires américains se sont empressés d’invoquer le piège de Thucydide, affirmant qu’il est difficile pour les relations sino-américaines d’échapper à cette logique. Mais la vérité, comme l’a souligné le président chinois Xi Jinping, est qu’il n’existe actuellement aucun piège de Thucydide. Un tel piège pourrait toutefois être créé si les États-Unis et leurs alliés commettent de manière répétée des erreurs de calcul stratégiques impliquant de grandes puissances.75 On peut affirmer que c’est l’hégémonie et la fraude militaires des États-Unis qui sont à l’origine de l’instabilité généralisée, des guerres locales constantes, de la montée des menaces de guerre et des crises de réfugiés dans le monde.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16410 messages postés
   Posté le 25-11-2021 à 07:55:46   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le néo-impérialisme est un impérialisme tardif parasite et en décomposition
Comme Lénine l'a dit,

Imperialisme est une immense accumulation de capital-argent dans quelques pays…. D’où la croissance extraordinaire d’une classe, ou plutôt d’une strate de rentiers, c’est-à-dire de gens qui vivent de “coupures de coupons”, qui ne prennent part à aucune entreprise, dont la profession est l’oisiveté. L’exportation de capitaux, l’une des bases économiques les plus essentielles de l’impérialisme, isole encore plus complètement les rentiers de la production et scelle le parasitisme de tout un pays qui vit de l’exploitation du travail de plusieurs pays et colonies d’outre-mer.s.76

Premièrement, les États-Unis utilisent leur hégémonie militaire, de propriété intellectuelle, politique et culturelle, ainsi que le dollar américain, pour piller les richesses du monde, en particulier celles des pays en développement. Les États-Unis sont le plus grand pays parasite et en décomposition du monde. Pour s’en convaincre, on peut prendre l’exemple du commerce entre la Chine et les États-Unis. La Chine vend aux États-Unis des biens produits par une main-d’œuvre, des terres et des ressources environnementales bon marché. Les États-Unis n’ont pas besoin de produire quoi que ce soit pour acheter ces biens ; il leur suffit d’imprimer des billets de banque. Avec l’argent gagné, la Chine peut alors acheter uniquement des actifs virtuels tels que des bons du Trésor américain, et financer les prêts à la consommation et l’expansion extérieure des États-Unis. Les États-Unis exportent vers la Chine des titres auxquels il est impossible d’ajouter de la valeur, tandis que la Chine exporte vers les États-Unis principalement des biens physiques et des services de main-d’œuvre. Le Rapport national sur la santé publié par le Groupe national de recherche sur la santé de l’Académie chinoise des sciences montre que les États-Unis sont le pays qui a le plus de dividendes hégémoniques dans le monde, en raison de la position de sa monnaie, tandis que la Chine est le pays qui a la plus grande perte de dividendes hégémoniques. Pour l’année 2011, les dividendes hégémoniques des États-Unis ont totalisé 7396,09 milliards de dollars, ce qui correspond à 52,38 % du PIB du pays, et la moyenne des dividendes hégémoniques obtenus par jour s’est élevée à 20,263 milliards de dollars. En revanche, la somme perdue par la Chine s’est élevée à 3663,4 milliards de dollars. En termes de temps de travail, environ 60 % des heures de travail de la main-d’œuvre chinoise ont été effectivement données sans contrepartie pour servir le capital monopolistique international77.

Deuxièmement, les dépenses militaires ont augmenté, ce qui a pour effet d’accroître le fardeau de la classe ouvrière. Le néo-impérialisme dirige et promeut la recherche scientifique et technologique liée à l’armée, le développement d’armes avancées et l’expansion de la production militaire. Comme l’a observé le Quotidien du Peuple en 2016, “le complexe militaro-industriel soutenu par le capital monopolistique et l’hégémonie culturelle formée sur la base du colonialisme ont incité les pays occidentaux à intervenir à leur gré dans les affaires des autres pays. “78 Le néo-impérialisme est ainsi devenu l’initiateur des troubles et de l’instabilité régionale, et le moteur de la guerre. Au cours des trente dernières années, les États-Unis ont dépensé 14,2 billions de dollars pour mener treize guerres.79 Pendant ce temps, le manque d’argent empêche l’amélioration des conditions de vie de la population américaine dans des domaines tels que l’assurance médicale. Les dépenses militaires exorbitantes sont devenues un lourd fardeau pour le pays et son peuple, tandis que les monopoles parasites de l’industrie de l’armement ont engrangé d’immenses profits. Selon les statistiques de l’Institut britannique d’études stratégiques internationales, les dépenses militaires officielles des États-Unis se sont élevées à 643 milliards de dollars en 2018 et atteindront 750 milliards de dollars en 2019, soit plus que la somme des dépenses militaires des huit puissances militaires suivantes dans le monde. Depuis la fin de la première guerre froide, les États-Unis ont lancé ou participé à six conflits majeurs : La guerre du Golfe (1991), la guerre du Kosovo (1999), la guerre d’Afghanistan (2001), la guerre d’Irak (2003), la guerre de Libye (2011) et la guerre de Syrie (2011).80 L’addiction du capitalisme monopoliste à la guerre est une manifestation de sa nature parasitaire et déliquescente. Cette caractéristique barbare du système va à l’encontre de la civilisation et menace l’avenir commun de la communauté humaine. Elle prouve que le néo-impérialisme est la racine première de la guerre.

Troisièmement, la richesse et les revenus sont concentrés entre les mains d’une classe spécifique de propriétaires d’actifs financiers, comme le reflète la formule du 1 % contre les 99 %. Au stade néo-impérialiste, la socialisation, l’informatisation et l’internationalisation de la production ont atteint des niveaux sans précédent, et la capacité des êtres humains à créer des richesses est plusieurs fois supérieure à celle de l’ancienne période impérialiste. Néanmoins, le progrès de la productivité qui est censé être un gain commun pour l’humanité a principalement bénéficié à l’oligarchie financière. “En 2001, par exemple, la richesse financière (hors droits de propriété détenue par les 1 % les plus riches de la population américaine était quatre fois supérieure à celle des 80 % les plus pauvres. Ces 1 % détenaient des actifs en bourse d’une valeur de 1 900 milliards de dollars, soit à peu près l’équivalent de la valeur des actions détenues par les 99 % restants82 .

Quatrièmement, le monopole entrave l’innovation technologique, en ralentissant sa progression. L’avidité et le parasitisme du capital monopolistique financier rendent son attitude à l’égard de l’innovation technologique ambivalente. Le capital monopolistique compte sur l’innovation technologique pour maintenir son statut de monopoleur, mais les profits élevés qui résultent de ce statut font que le capital monopolistique fait preuve d’une certaine inertie dans la promotion de l’innovation. Même si de nombreuses fonctions avancées des téléphones mobiles sont développées avec succès au cours de la même année, les producteurs monopolistiques de téléphones mobiles répartiront ces fonctions pour les introduire et les promouvoir sur plusieurs années. L’objectif est de s’assurer que les consommateurs achèteront continuellement des téléphones mobiles dotés de nouvelles fonctions, ce qui permettra aux entreprises d’obtenir des bénéfices monopolistiques élevés chaque année.

Cinquièmement, la tendance du capital monopoliste et de ses agents à provoquer la décadence du mouvement de masse devient plus sérieuse. Lénine a observé qu'”en Grande-Bretagne, la tendance de l’impérialisme à diviser les travailleurs, à renforcer l’opportunisme parmi eux et à provoquer un déclin temporaire du mouvement ouvrier, s’est révélée bien avant la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle”.83 Le néo-impérialisme divise la classe ouvrière, frappant et affaiblissant les syndicats en utilisant l’excuse fournie par l’effondrement de l’Union soviétique et les énormes changements en Europe de l’Est. Il utilise également ses profits monopolistiques pour acheter le soutien des individus, et favorise les forces opportunistes et néolibérales au sein du mouvement ouvrier et de divers autres mouvements de masse. Les résultats de ces stratagèmes comprennent la diminution de la taille et de l’activité des syndicats et des autres mouvements progressistes, le reflux du mouvement socialiste mondial et une tendance plus évidente et plus sérieuse des travailleurs à adorer les forces du néo-impérialisme ou à se laisser intimider par elles.

Le néo-impérialisme est un capitalisme tardif transitionnel et moribond
L’impérialisme, stade suprême du capitalisme de Lénine a révélé la nature transitoire et moribonde du capitalisme monopoliste depuis plus d’un siècle. Cependant, à l’exception d’un très petit nombre de pays où le socialisme est en cours de construction, la plupart des sociétés capitalistes n’ont pas péri. Elles ont en fait atteint différents niveaux de développement et continueront à se développer. Cela soulève une question très importante : Comment juger de la nature transitoire du capitalisme contemporain, ou de sa tendance à décliner et à périr ? Si nous utilisons la méthode matérialiste historique, la nature transitoire du néo-impérialisme peut être caractérisée sur la base de deux points. Premièrement, comme toute chose dans le monde, le système néo-impérialiste est en constante évolution. C’est un phénomène transitoire dans l’histoire de l’humanité, et il n’est pas éternel. Deuxièmement, il y a des raisons de croire que le néo-impérialisme peut éventuellement se transformer en socialisme par le biais de diverses formes de lutte révolutionnaire.

À l’ère du néo-impérialisme, les pays capitalistes développés ont subi de nombreuses réformes technologiques et institutionnelles importantes, qui ont fourni la base d’un certain développement ultérieur du capitalisme et ont retardé sa disparition. Des taux de croissance élevés et faibles continuent à se succéder, et la période de déclin mentionnée par Lénine a été considérablement prolongée. Cela s’explique par le fait que les pays capitalistes ont procédé à de nombreux ajustements de leurs relations de production et de leur superstructure, y compris un certain degré de régulation macroéconomique, des améliorations de la distribution des revenus et de la sécurité sociale, etc. En particulier, il ne fait aucun doute que pour les pays capitalistes développés, les avantages de la mondialisation économique l’emportent sur ses inconvénients. Dans le cadre du processus de mondialisation économique, les puissants pays capitalistes développés occupent une position absolument dominante, grâce à laquelle ils s’efforcent de maximiser les avantages qu’ils reçoivent. Leur volonté générale d’étendre la mondialisation afin d’élargir leurs marchés n’exclut toutefois pas la possibilité que certains pays inversent temporairement le processus en réponse à des crises internes ou dans le cadre d’efforts visant à nuire à des concurrents commerciaux. “Au cours des deux dernières années, note une étude de 2019, l’administration Trump a approfondi sa tendance à la mondialisation inversée à la lumière de la crise intérieure. Elle adhère au principe de “l’Amérique d’abord” et provoque des conflits économiques et commerciaux internationaux, en essayant de se débarrasser de la crise intérieure et de la faire passer. “84 En adoptant une série de mesures protectionnistes antimondialisation, les États-Unis ont pour objectif d’atténuer les difficultés et les crises intérieures qu’ils rencontrent dans le cadre de .la mondialisation économique, afin de faire avancer leurs intérêts hégémoniques

En attendant, il n’y a pas de conflit essentiel entre le fait que le néo-impérialisme et le capitalisme peuvent espérer exister et se développer pendant un certain temps encore, et le fait qu’une transition vers une formation sociale supérieure est pratiquement inévitable, à condition que ces sociétés ne dégénèrent pas en barbarie. Les auteurs marxistes classiques ont évité de fixer un calendrier précis pour la disparition du capitalisme et de l’impérialisme. Le jugement scientifique de Lénine est que “l’impérialisme est un capitalisme en décomposition mais pas complètement en décomposition, un capitalisme moribond mais pas mort”.85 Il prévoyait que le capitalisme moribond était très susceptible de traîner son existence pendant une période prolongée. Sur la base d’une analyse complète, on ne peut pas non plus nier que le capitalisme connaîtra une certaine forme de développement même pendant sa phase moribonde. En discutant de la décadence de l’impérialisme, Lénine a déclaré : “Ce serait une erreur de croire que cette tendance à la décadence exclut la croissance rapide du capitalisme. Ce n’est pas le cas…. Dans l’ensemble, le capitalisme croît beaucoup plus rapidement qu’auparavant ; mais cette croissance ne devient pas seulement de plus en plus inégale en général, son inégalité se manifeste aussi, en particulier, dans la décadence des pays les plus riches en capital (Angleterre). “86

John Bellamy Foster a également souligné que « dire que le capitalisme est un système défaillant n’est pas, bien sûr, suggérer que son effondrement et sa désintégration sont imminents. Cela signifie cependant qu’il est passé d’un système historiquement nécessaire et créatif à ses débuts à un système historiquement inutile et destructeur au siècle actuel. 87

Les contradictions fondamentales du capitalisme existent toujours et continuent de se développer. De même, la loi de l’accumulation capitaliste existe toujours et continue de se développer. Au moment où le capitalisme monopoliste a vu le jour à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, la loi du développement économique et politique inégal de l’impérialisme a permis à la révolution contre le capitalisme d’être victorieuse d’abord dans un ou plusieurs pays, avant de finalement se propager à l’échelle mondiale.

Des décennies après que le Manifeste communiste ait proclamé que le capitalisme expirerait inévitablement et que le Capital ait déclaré que le glas de la propriété privée capitaliste était sur le point de sonner, la Révolution d’Octobre a entraîné la chute de l’Empire russe tsariste. Ensuite, le parti prolétarien dirigé par Mao Zedong en Chine a mis fin à la société semi-coloniale et semi-féudale gouvernée par le Kuomintang (Mao a déclaré que la Chine représentait un capitalisme monopoliste féodal et compradore après la Seconde Guerre mondiale). Le Parti communiste soviétique dirigé par Mikhaïl Gorbatchev et Boris Eltsine a consciemment trahi le marxisme-léninisme, ce qui a entraîné la régression de l’Union soviétique et des pays socialistes d’Europe de l’Est, à l’exception de la Biélorussie, vers le capitalisme. Cela démontre les rebondissements et les difficultés générales que connaît le développement du socialisme et de son système économique. Mais il ne peut pas changer la nature et la tendance générale du processus historique.

La position de la Chine sur les principales lignes de fracture internationales est claire. En octobre 1984, Deng Xiaoping a déclaré : « Il y a deux problèmes majeurs dans le monde qui sont très importants. L’un est la question de la paix et l’autre est la question Nord-Sud. Il y a beaucoup d’autres questions, qui ne sont pas de la même importance sous-jacente ou de la même importance mondiale et stratégique que ces deux-là. En mars 1990, il a réitéré : « En ce qui concerne les deux grandes questions de paix et de développement, la question de la paix n’a pas été résolue et la question du développement est devenue plus grave. »88 Deng a souligné que « la paix et le développement » étaient les deux grandes questions à résoudre.89

Sur la base de l’analyse du caractère du néo-ildérialisme, on peut donc conclure que le néo-ilmperialisme représente une nouvelle phase du monopole international dans laquelle le capitalisme se développe après avoir traversé les étapes du capitalisme concurrentiel libre, du monopole privé général et du monopole d’État. En outre, le néo-ilmperialisme représente une nouvelle expansion du capitalisme monopoliste international, ainsi qu’un nouveau système par lequel une minorité de pays développés domine le monde et met en œuvre une nouvelle politique d’hégémonie économique, politique, culturelle et militaire. Si nous examinons la situation actuelle sur la base des forces internationales de justice et du développement des rebondissements de la lutte de classe internationale, le XXIe siècle est une nouvelle ère dans laquelle la classe ouvrière mondiale et les masses peuvent mener de grandes révolutions et sauvegarder la paix mondiale; dans lequel les pays socialistes peuvent réaliser de grands exploits de construction et promouvoir la civilisation écologique; et dans lequel les nations progressistes peuvent travailler ensemble pour construire une communauté de destin pour l’humanité, un monde dans lequel le néo-impérialiste et le capitalisme international font progressivement place au socialisme mondial.


Edité le 26-11-2021 à 07:55:56 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Militant expérimenté
983 messages postés
   Posté le 25-11-2021 à 10:17:25   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Article complètement illisible, deux à trois fois la largeur de l'écran sur un PC 15 pouces en haute définition. Il faut des béquilles pour suivre la ligne et surtout revenir à la ligne suivante.
Problème souvent signalé et jamais réglé.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16410 messages postés
   Posté le 26-11-2021 à 08:00:08   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Jamais réglé ... si, j'ai pu corriger certains formats mais le problème est récurrent, c'est comme certains caractères ou espaces qui ne sont pas pris en compte par la police de caractère de l'hébergeur alloforum.com.

Ici c'est le format des notes qui empêche des sauts à la ligne.
Je les enlève et je chercherai ce qui cloche.

Cela dit l'article est un peu pavé mais il contient beaucoup d'infos bien qu'il n'analyse pas l'impérialisme sous tous ses aspects non plus.


Edité le 26-11-2021 à 08:01:38 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine  Cinq caractéristiques du néo-imperialismeNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum