Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Pratique  Infos des orgas 

 Cellule ouvrière du bassin minier ouest 62

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13724 messages postés
   Posté le 25-02-2013 à 20:13:57   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les Cahiers communistes du « Comité de Base » : comibase@gmail.com n°37/25-02-2013
Cellule ouvrière du bassin minier ouest du Pas-de-Calais.


Nous n’éliminerons l’exploitation qu’en éliminant le capitalisme, pour cela il nous faut le Parti de classe en capacité d’organiser les masses et qui ne les trahit pas dans un fourvoiement politicien.

La politique sociale et économique libérale actuellement menée par le Parti Socialiste au pouvoir et majoritaire dans toutes les instances de décisions politiques, n’est pas compatible avec les intérêts de la classe ouvrière. C’est une évidence que de dire cela, chacun le savait et chacun l’a compris.

Que cette politique du PS ne soit pas socialement et économiquement tournée vers les ouvriers-es, cela peut se comprendre car cette classe n’est pas fondamentalement celle qui apporte des voix au PS comme au 1er tour des présidentielles de 2012. En plus, le nombre d’ouvriers-adhérents (1) au PS est passé, en à peine 30 ans, de 20 000 à 6000.



Mais que des ministres, Cahuzac et Moscovici, ouvertement libéraux puisqu’ils nient les réalités de la lutte des classes [même si les ultralibéraux considèrent qu’elle existe], ouvrent des « boîtes de pandore »(2) au patronat impatient et au capital financier, pour aller à l’encontre des intérêts de toute les classes intermédiaires de travailleurs qui sont l’électorat naturel de la social-démocratie, démontre la faillite de l’idéologie social-démocrate mais aussi son asservissement complet au système dominant. Certains diront que ceci est une lapalissade, certes, mais soyons matérialiste : toute la population n’est pas aguerrie pour comprendre les stratégies politiques.

Hollande et le PS ont construit leur victoire de 2012 sur les débris de l’UMP et de l’ultralibéralisme de Sarkozy, mais Hollande et le PS signeront l’acte de capitulation en 2017 avec les premières semonces en 2014 [Municipales et Européennes] sur leurs propres débris, ceux du PS et ceux de la politique ultralibérale qui sera menée pendant les quatre prochaines années.

Ainsi à force de donner de tels gages à un système asservissant de plus en plus les travailleurs pour garantir des profits capitalistes qui ne peuvent être exponentiels (3) que par la destruction intégrale des droits et des acquis sociaux des salariés et de leurs conditions de travail, et par la libéralisation des marchés (4), le PS et l’UMP ne semblent pas vouloir laisser d’autres choix aux classes laborieuses que de se mettre au service de l’économie de marché capitaliste re-mondialisé.


Pendant des années, ils ont agité le Front National du père, comme on agite une « épée de Damoclès » audessus des masses… pendant des années, ils (le PS et l’UMP) ont fait monter et descendre le FN au gré de leurs intérêts politiciens… sauf qu’aujourd’hui, la fracture est si importante entre les politiciens costumés de promesses, et les réalités d’un peuple qui souffrent de plus en plus, cet épouvantail (qui a été dépoussiéré pour le rendre sympathique) ne fait même plus peur, et voilà qui est vraiment inquiétant.

Cela devient inquiétant quand ce parti obtient 6.5 millions de voix au 1 tour des présidentielles 2012, des scores à près de 50% dans des villes ouvrières lors des législatives et 2 députés à l’Assemblée Nationale (aujourd’hui ce chiffre serait peut-être de 18 comme en Grèce (5)), et quand dans un sondage, 20 millions de personnes annoncent se reconnaître dans le programme populiste et nationaliste chauvin du FN…

C’est-à-dire que des dizaines de millions de citoyens de ce pays (comme en Allemagne en 1933) qui ne sont pas tous des fascistes et des racistes, mais lourdement touchés par la crise du capitalisme, sont à un petit pas voire même à un demi-doigt, de basculer dans le vote frontiste, d’abord aux deux élections de 2014, c’est ce que nous ressentons si rien n’est entrepris dés maintenant , puis aux deux élections de 2017 quand la destruction complète aura été achevée pour répondre aux diktats européens. Comme nous le répétons toujours, il y à peine 10 ans, les militants frontistes étaient chassés des portes des usines et chassés des marchés, aujourd’hui les travailleurs prennent leur tract et discutent avec eux… et en rigolant… alors qu’on ne discute pas avec un fasciste, on le combat et on le chasse !



Aussi, même si nos priorités sont les masses populaires et les quartiers populaires, il est important de savoir quel sera le sort réservé aux classes moyennes quand elles sont rejetées au même titre que le prolétariat, par un système auquel elles ont adhéré par confort. Il est nécessaire de connaitre leur pensée car elles sont devenues un part importante de cette société libérale de plus en plus liée à la notion de services et/ou au commerce. Nous avons déjà montré par la brochure sur l’Allemagne dans les années
1930, le rôle de ces classes moyennes fortement attaquées et en voie de prolétarisation, dans la montée du nazisme. Et nous serions révisionnistes si nous nous contentions de nier cette prolétarisation des éléments composants ces classes moyennes, en dépit des faits qui nous sont rapportés. Et nous serions simplistes voire absurdes de faire croire qu’il n’y aurait que les classes fondamentales de la société, ouvrière et capitaliste, et qu’il n’y aurait pas de classes intermédiaires.

Aussi, nous rappelons ici ce que répondait Marx dans son ouvrage « Histoire des doctrines économiques » à Ricardo (6) : « Ce que David Ricardo oublie de faire ressortir, c’est l’augmentation continuelle des classes moyennes qui, placées entre les ouvriers et les capitalistes, vivent presque toutes directement du revenu, pèsent sur la classe ouvrière et accroissent la puissance et la sécurité de la classe bourgeoise »


Dans le contexte de la crise systémique du capitalisme, désormais cette masse salariale assez consistante a un coût, nous l’avions écrit dans un texte précédent. Le capital rogne partout où il le peut, en sacrifiant même ceux qui l’ont aidé à asseoir sa puissance et sa sécurité, c’est-à-dire des tout puissants directeurs (rh-af..) qui doivent obéir, parfois à contresens, pour conserver leurs postes, au simple policier qui doit faire « du chiffre » pour que son contrat soit renouvelé.

Aujourd’hui, tout est privatisable et tout ce qui n’est pas délocalisable peut être externalisé, du chef d’expédition au responsable des commandes, du cadre de paie à l’infirmier-e, du professeur de lycée au radiologue de l’hôpital, du technicien en communication à l’ingénieur nucléaire… les exemples sont aujourd’hui nombreux, dans toutes les branches professionnelles et dans tous les secteurs, économiques, sociaux, éducatifs et même les plus sensibles...

La classe ouvrière des sites de productions n’est donc plus la seule à être perpétuellement menacée par la paupérisation et le chômage… Mais la pensée petite bourgeoise d’une partie importante des couches moyennes ne la pousse pas à se défendre pour sa propre existence sociale, au nom de son passé plutôt que de son propre avenir (par fierté ?). On peut aussi dire que ces couches intermédiaires ont été formatées pour véhiculer des idées réactionnaires qui se sont étendues au sein même de la Classe Ouvrière et de ses organisations.

Et cela nous pousse à mettre en avant les stratégies du capital : l’image du « winner » contre celle du « looser », du « mod’s » contre le « has been », mais aussi le culte de la performance dès le plus jeune âge et jusqu’au dernier cycle universitaire (dans la course à la rentabilité donc intrinsèquement aux profits) par la mise en place d’une multitude de challenges-carottes qui mettent les travailleurs en concurrence les uns avec les autres (du trader de la City sortant d’HEC à l’ouvrier primé à la tâche sur la chaine avec un CAP)… Toute cette culture du « meilleur » qui n’a rien de stakhanoviste (étant au service du capitalisme), divise, alors que les coups de bâtons viennent tous d’un même système, le capitalisme.

Aussi en tant que Marxiste, nous ne pouvons défendre la conception petite-bourgeoise de la Loi d’Airain qui consiste à faire croire qu’avec un régime capitaliste, rien n’est possible pour obtenir des avancées sociales, puisque la tendance de toute organisation serait de sécréter une élite oligarchique indéboulonnable, ce qui est une parfaite négation de l’histoire de la lutte de classes, tant syndicale que politique. Ainsi, les partis de la réaction libérale ou nationale-chauvine, accusent sans cesse les marxistes, d’être contre « l’action efficace » , et ils le font sans cesse pour ne pas être confrontés à la situation réelle des travailleurs. En fait ils sont dans l’incapacité de répondre efficacement aux travailleurs, ayant les pieds et poings liés au dogme capitaliste, après les avoir inondés de promesses alléchantes. Comme d’ailleurs, ils ne cessent de mettre en avant le côté vieillissant des principes du Léninisme, étant incapables de changer quelque chose pour lutter contre l’augmentation de la misère… si cela était faux, nous nous en serions aperçus depuis bien longtemps mais comme les choses s’empirent !

Même si chaque jour, nos combats de classe sont importants pour arracher des droits et des acquis, pour gagner de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail, pour défendre les emplois et les travailleurs… nous n’éliminerons l’exploitation qu’en éliminant le capitalisme, pour cela il nous faut le Parti en capacité d’organiser les masses



1) données de l’universitaire Bertrand Rothé
2) Déclencher imprudemment une série d’événements nocifs
3) Terme qualifiant une augmentation régulière et rapide.
4) «privatiser tout ce qui peut l’être » avait dit le Ministre Britannique des Finances, fidèle aux idéaux de Thatcher
5) Voir sur Wikipédia, la montée d’Aube Dorée en grèce sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Aube_dor%C3%A9e_(Gr%C3%A8ce)
6) David Ricardo est un économiste libéral anglais du19ème siècle.
Le site Resistance publie http://www.resistance-politique.fr/pages/les-nouvelles-de-pyongyang-7140167.html Les nouvelles de PyongYang

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Pratique  Infos des orgas  Cellule ouvrière du bassin minier ouest 62Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum