Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  enquêtes et analyses 

 La ceinture et la route

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18426 messages postés
   Posté le 25-05-2024 à 22:05:04   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

https://histoireetsociete.com/2024/05/25/belt-and-road-un-paradigme-positif-pour-un-monde-meilleur/


Belt and Road : un paradigme positif pour un monde meilleur
ADMIN531925 MAI 2024
1
Le projet d’infrastructure mondial de la Chine est une alternative aux guerres sans fin de l’Amérique. Ce qui peut frapper en ce moment c’est le retard de la perception française du “moment historique”. Disons que les plus lucides croient découvrir le monde multipolaire au stade où nous le décrivions en 2004 (1) grâce à notre lecture de Fidel Castro, mais ce stade-là est déjà dépassé parce que la Chine a agi comme est décrit ici l’impact de la Ceinture et la Route. Une bonne part du sud se débat déjà dans une autre réalité et des recherches sur des objets partiels, économiques, mais aussi civilisationnels font état de cette réalité que le consensus atlantiste mais aussi le gauchisme pseudo-radical tente de nous interdire de voir. C’est à la fois fascinant parce que l’on a le sentiment d’aborder un voyage de l’humanité dans une autre dimension et horripilant quand on est confronté à l’étroitesse du débat politicien actuel, je me répète parfois le vieil Hugo : “ce siècle avait deux ans, Rome remplaçait Sparte et du premier consul, l’empereur brisait le masque étroit”, briser le masque étroit la réalité le fait mais celui-ci colle à notre peau de citoyens, nous asphyxie, alors que nous sommes emportés dans “la légende des siècles”. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)

SL KANTHAN25 OCTOBRE 2023

Alors que les États-Unis du Chaos envoient des navires de guerre au Moyen-Orient et tolèrent le meurtre de masse de civils à Gaza, un événement plein d’espoir de paix, de coopération et de développement se déroule à Beijing, où 140 pays se sont réunis pour le dixième anniversaire de l’initiative Belt and Road, le plus grand projet d’infrastructure de l’histoire de l’humanité. La différence ne pourrait pas être plus frappante : le même jour, Xi Jinping a annoncé 100 milliards de dollars pour la construction d’infrastructures dans le monde entier, tandis que le régime de Biden a publié un plan de 100 milliards de dollars pour aggraver les guerres en Ukraine et en Israël. Le monde a le choix entre deux paradigmes diamétralement opposés : la sauvagerie du complexe militaro-industriel des États-Unis ou la civilisation du complexe industriel de la construction de la Chine, de la Russie et du Sud. Plus épouvantablement encore, les États-Unis dépensent des millions de dollars chaque année en désinformation pour attaquer la BRI visionnaire et transformatrice. Il est temps de comprendre la vérité et ce qui est en jeu pour des milliards de personnes.

Qu’est-ce que la Ceinture et la Route, le paradigme révolutionnaire ?

L’initiative Belt and Road (BRI), à la base, fait référence à un réseau de routes commerciales – terrestres et maritimes – qui relient la Chine au reste du monde. La BRI est basée sur l’ancienne route de la soie qui a fait de même pendant 1500 ans – de 130 av. J.-C. à 1450 apr. J.-C., lorsque l’Empire ottoman y a mis fin. (Notez que la BRI s’est développée depuis lors pour devenir un plan complet d’infrastructure et de développement. Nous y reviendrons plus tard).

Il y a dix ans, à peu près à la même époque, le nouveau président chinois Xi Jinping a prononcé deux discours fondateurs, qui ont été ignorés par les médias occidentaux. Dans son premier discours au Kazakhstan, Xi a annoncé la partie « Belt » (Ceinture) – des chemins de fer, des routes et des pipelines qui relieraient la Chine à l’Asie centrale et au-delà. Un mois plus tard, Xi a prononcé un discours en Indonésie où il a annoncé la partie « Route » – la route de la soie maritime qui relierait les ports maritimes comme un collier de perles.

Aujourd’hui, 150 pays et 30 organisations internationales sont membres de la BRI. Les pays qui manquent notamment sont les États-Unis, ceux d’Europe occidentale et l’Inde. L’Italie a signé le mémorandum il y a quelques années, mais s’est retirée en raison d’immenses pressions politiques des États-Unis.

Bien que la Chine soit créditée de cette vision ambitieuse, le concept de pont terrestre eurasien existe depuis longtemps. L’Eurasie (Europe + Asie) est en réalité « l’île du monde », comme l’appelait l’analyste géopolitique britannique Halford Mackinder à la fin du XIXe siècle. Aujourd’hui, composée de 70 % de la population mondiale et représentant 65 % du PIB mondial, l’Eurasie a le potentiel d’être la puissance mondiale. C’est aussi exactement la raison pour laquelle les États-Unis jouent à diviser pour mieux régner pour perturber la montée de l’Eurasie – en retournant l’Europe contre la Russie, en faisant exploser le gazoduc Nord Stream, en creusant un fossé entre l’Europe et la Chine, en utilisant le Japon et l’Inde contre la Chine, etc.

Pendant que les États-Unis étaient occupés à faire la guerre, la Chine a discrètement construit des chemins de fer, des autoroutes et des ports maritimes dans le monde entier. Au cours de la dernière décennie, la Chine a investi 1 000 milliards de dollars dans des projets d’infrastructure, principalement en Asie et en Afrique, mais aussi en Amérique latine et même en Europe. Ces projets valent maintenant plus de 4 billions de dollars.

Regardez ce que la Chine a construit en Afrique : 100 ports maritimes, 1000 ponts, 10 000 km de voies ferrées, 100 000 km d’autoroutes et 200 000 km de réseau de fibre optique pour l’Internet à haut débit. (Ce sont des chiffres arrondis). Il n’est pas étonnant que chacun des 54 pays africains ait rejoint la BRI.

Les États-Unis se vantent du plan Marshall, qui a été utilisé pour reconstruire le Japon et l’Allemagne, les deux nouvelles colonies américaines après la Seconde Guerre mondiale. La BRI est non seulement plus grande que le projet américain, mais la Chine travaille avec tous les pays en tant que partenaires, et non en tant que maître impérial.

Plus que des routes commerciales (“BRI Plus”)

Au fur et à mesure que la BRI a connu un plus grand succès, le gouvernement chinois s’est rendu compte qu’il y avait plus d’opportunités d’engagement. De nombreux pays souhaitaient également obtenir de l’aide pour leurs infrastructures nationales. Ainsi, ils ont recherché la Chine pour des projets tels que des systèmes de métro dans leurs villes, des trains à grande vitesse, des aéroports, des fermes solaires, des barrages hydroélectriques, des infrastructures de télécommunications, etc. C’était une opportunité gagnant-gagnant, car les entreprises chinoises obtenaient de nouvelles sources de revenus et le gouvernement chinois pouvait renforcer leur rayonnement diplomatique. Lorsque les pays n’ont pas assez d’argent, ils peuvent emprunter auprès de banques chinoises telles que la Banque de développement de Chine, la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (BAII) et la Banque d’import-export.

Parmi les projets exemplaires de « BRI plus », citons : le train à grande vitesse en Indonésie ; système de métro dans la ville de Lahore, au Pakistan ; la ligne de chemin de fer Nairobi-Mombasa ; plus de deux douzaines de barrages hydroélectriques en Afrique ; des centrales solaires massives aux Émirats arabes unis et au Qatar ; et la troisième plus grande mosquée du monde en Algérie.

Vous trouverez ci-dessous une liste partielle des barrages hydroélectriques que la Chine a construits en Afrique.


Pourquoi l’infrastructure est importante

« Si vous voulez devenir riche, construisez une route » – vieux proverbe chinois.

Les personnes qui vivent dans les pays développés considèrent souvent les infrastructures de base comme acquises, bien que l’Amérique souffre maintenant de ses routes, chemins de fer, ponts, aéroports, réseaux électriques, connectivité Internet, etc. En Europe, les sanctions anti-russes paralysent l’économie et de nombreux secteurs industriels allemands s’effondrent sans pétrole et gaz naturel bon marché.

Dans les pays sous-développés, la situation est sombre. Pouvez-vous croire que près de 3 milliards de personnes dans le monde n’ont jamais utilisé Internet ? En Afrique, un continent riche en ressources naturelles, près de 600 millions de personnes n’ont pas d’électricité. Quant à l’Amérique latine et à l’Asie en développement, elles ont besoin d’un investissement combiné de 4 000 milliards de dollars dans les infrastructures au cours de la prochaine décennie pour atteindre leurs objectifs de développement durable de l’ONU.

En Inde, les trains de marchandises roulent à une vitesse moyenne de seulement 25 km/heure ; un tiers des routes sont des chemins de terre ; 350 millions d’Indiens n’ont pas accès à l’eau courante ; un tiers des enfants souffrent de malnutrition ; et la production d’électricité est un cinquième de celle de la Chine. Comparez les investissements de l’Inde dans les infrastructures à ceux de la Chine au cours des trois dernières décennies, et les différences de PIB et de capacités manufacturières deviennent évidentes.

Si les infrastructures matérielles constituent l’épine dorsale de l’économie, les infrastructures immatérielles telles que les écoles, les universités, les hôpitaux et les institutions juridiques sont également essentielles à une croissance économique durable. Là aussi, les pays les plus pauvres ont besoin de beaucoup d’aide pour prendre un bon départ.

C’est pourquoi la Chine a construit des écoles et des collèges professionnels dans de nombreux pays. Même The Economist reconnaît à contrecœur que ces collèges professionnels chinois – connus sous le nom d’ateliers Luban, du nom d’un ingénieur chinois légendaire de 500 av. J.-C. – ont formé des milliers d’ingénieurs dans des domaines tels que l’intelligence artificielle, les véhicules électriques, les opérations ferroviaires et la robotique.

De même, la Chine forme les agriculteurs africains à l’agriculture et fournit des semences de riz hybrides pour rendre l’Afrique autonome en matière de nourriture. La Chine a également ouvert des usines de fabrication en Afrique, donnant ainsi aux gens les moyens d’acquérir des compétences.

Pourquoi aider les pays pauvres ?

On pourrait se demander pourquoi les pays riches devraient se soucier des pays pauvres. Eh bien, il y a des raisons égoïstes. Prenons l’exemple de la Guinée, pays africain, qui possède l’un des plus grands gisements de minerai de fer inexploités au monde. Cependant, l’extraction du métal et son transport nécessitent une expertise avancée, une technologie et de grandes quantités de capital – pour commencer, ils doivent forer de nombreux kilomètres de tunnels à travers les montagnes. Ainsi, la Guinée aurait besoin de l’aide de la Chine ou de l’Occident, où les entreprises de l’ensemble des chaînes d’approvisionnement ainsi que les consommateurs bénéficieraient d’un minerai de fer moins cher.

Considérez qu’un iPhone contient environ 30 minéraux. Comme l’exploitation minière n’est pas très pratiquée dans les pays riches, un iPhone dépend d’une bonne infrastructure dans des dizaines de pays en développement. Par exemple, l’effondrement d’un pont au Congo peut affecter la chaîne d’approvisionnement en cobalt, et donc le prix ou même la disponibilité des batteries qui entrent dans votre smartphone et votre ordinateur portable.

Comment l’impérialisme occidental fait de l’infrastructure

L’Occident comprend les prémisses fondamentales décrites ci-dessus, mais ignore une pièce essentielle du puzzle. C’est-à-dire que l’Occident a exploité impitoyablement les vastes ressources naturelles des pays en développement tout en entravant leur croissance. Quelle que soit l’infrastructure matérielle construite par les colonialistes, c’était le strict minimum nécessaire à l’extraction et au profit. Quant à l’infrastructure douce, il n’y avait aucune chance. L’Occident voulait une main-d’œuvre abondante et bon marché, sous-tendue par une extrême pauvreté.

Lorsque les empires européens se sont effondrés après la Seconde Guerre mondiale, l’empire américain a poursuivi la même forme d’exploitation sous une forme plus sophistiquée avec l’aide du FMI et de la Banque mondiale. Comme John Perkins le décrit dans son livre « Confessions d’un tueur à gages économique », les prêts de l’Occident sont conçus pour pousser les pays en développement dans un cercle vicieux d’endettement et de « renflouement ».

Les renflouements occidentaux sont essentiellement une combinaison de plus de dette et de « réformes » – un autre terme euphémique pour désigner la privatisation et la vente des actifs des pays en développement aux entreprises occidentales à un prix très bas. Un exemple classique est le Pakistan, qui a demandé l’aide du FMI 23 fois. Les gens ordinaires ne comprennent pas le piège de la dette et pourraient même être reconnaissants envers les institutions occidentales pour le sauvetage.

Pourquoi le modèle chinois est différent

Bien sûr, on peut se demander pourquoi la Chine est différente de l’Occident impérialiste. Il y a trois raisons :

1. La Chine promeut la paix et la prospérité. Pourquoi ? Le modèle économique de la Chine est basé sur les exportations. La Chine est le plus grand fabricant et exportateur mondial depuis près de 15 ans. Ainsi, la Chine bénéficie d’une clientèle mondiale de la classe moyenne qui dispose d’un revenu disponible suffisant pour acheter des produits chinois. De même, la Chine ne bénéficie pas des guerres, contrairement aux États-Unis. La paix est essentielle pour les trains de marchandises, les navires et les ports maritimes de la Chine. La façon dont la Chine a négocié l’accord de paix historique entre l’Arabie saoudite et l’Iran témoigne du modèle chinois.

2. La Chine n’a ni le désir ni les capacités de subvertir d’autres pays par des révolutions de couleur, des coups d’État, des assassinats et des guerres, qui sont tous les points forts des États-Unis. La Chine reste en dehors des affaires intérieures des autres pays et travaille avec n’importe quel dirigeant.

3. Enfin, il faut comprendre la civilisation chinoise et ses philosophies du confucianisme et du taoïsme vieilles de 2500 ans. L’essence de la vision de la Chine sur le corps humain, la famille, la société, la géopolitique, etc. est celle d’un organisme. Tout est interconnecté. Aucune partie n’est plus importante. Par exemple, on ne peut pas dire que le cœur est plus important que les poumons. Il n’y a pas de compétition entre les différentes parties de l’organisme. Ils travaillent ensemble en harmonie, de manière holistique.

D’autre part, les points de vue américains et occidentaux sont basés sur l’atomisme – c’est-à-dire des individus et des pays atomisés qui se battent pour la domination et le pouvoir. La force est le droit, et le fort règne sur le faible. C’est moi contre vous dans un monde gagnant-perdant. L’exploitation des autres est la façon dont vous devenez en sécurité, prospère et heureux. Le mensonge, la tromperie et la manipulation sont considérés comme des compétences essentielles à la survie.

De manière fascinante, l’origine de Belt and Road réside dans l’attitude occidentale envers les infrastructures. L’économiste en chef de la Banque mondiale, Justin Lin, de nationalité chinoise, a été choqué de constater que la Banque mondiale et le FMI n’étaient pas intéressés par le financement de projets à grande échelle comme les autoroutes, les chemins de fer et les barrages. Et plus le pays était pauvre, plus l’Occident était réticent à fournir des fonds. Finalement, il a dit aux dirigeants chinois qu’ils devraient créer leurs propres banques. Cela a conduit à la création de l’AIIB et de la Nouvelle Banque de développement (NDB) – cette dernière également connue sous le nom de BRICS Bank.

Exemples de projets gratuits de Chine

La langue officielle du gouvernement chinois décrit la BRI comme une communauté mondiale liée par un avenir commun ; et les objectifs de la BRI sont la paix et la coopération, l’ouverture et l’inclusion, l’apprentissage mutuel et les avantages mutuels. L’accent est mis sur des mots tels que compréhension, respect et confiance.

S’agit-il de paroles creuses ?

Veuillez cliquer ici pour continuer à lire sur Spoutnik…

— S.L. Kanthan (Suivez-moi sur Twitter)


Edité le 25-05-2024 à 22:19:02 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18426 messages postés
   Posté le 25-05-2024 à 22:21:48   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Xuan 25 MAI 2024 AT 18 H 16 MIN
« Si vous voulez devenir riche, construisez une route » – vieux proverbe chinois.

Oui, nous avons oublié notre propre histoire.
On a fêté cette année le 150e anniversaire de la révolution impressionniste. Son symbole, « impression soleil levant » de Monet, représente le port du Havre, ses mâts et ses grues modernes.
Les impressionnistes ont aussi figuré les ponts métalliques et les transports ferroviaires.
Monet : le pont routier d’Argenteuil en reconstruction après la guerre franco-prussienne, le pont de chemin de fer d’Argenteuil, et puis la gare saint Lazare sous toutes les coutures et son pont de l’Europe, le train dans la campagne, le train dans la neige.
Alfred Sisley : le pont de Villeneuve la Garenne, les péniches du canal Saint Martin.
Camille Pissaro et Alfred Sisley réfugiés à Londres : Lordship Lane Station – Dulwich, le pont de Hampton Court.
Gustave Caillebotte : le pont de l’Europe sur la gare Saint Lazare
Même Manet a pris la Gare Saint Lazare comme décor…

C’est dire à quel point cette révolution esthétique a pu accompagner la révolution industrielle bourgeoise à la fin du 19e siècle.

Dans nos arbres généalogiques nous pouvons aussi remarquer comment nos familles d’origine essentiellement paysanne ont quitté vers la même époque les hameaux pauvres et enclavés pour s’installer dans des bourgs puis des villes. Les paysans sont devenus ouvriers, artisans, commerçants. Leurs familles de douze enfants sont passées à six puis deux ou trois.

Tout ceci était le prolongement de la révolution bourgeoise, aboutissant à un formidable développement des forces productives et à un extraordinaire renouveau intellectuel et culturel.

Aujourd’hui c’est la révolution socialiste en Chine qui entraîne dans son sillage toutes les anciennes colonies des pays impérialistes, avec des routes et des technologies modernes.
Contrairement à la révolution bourgeoise, la révolution socialiste ne puise pas ses richesses du pillage des colonies, ce qui laisse augurer un développement mondial inégalé.

Et comme autrefois l’aristocratie de plusieurs nations avait tenté de briser l’essor des révolutions nationales démocratiques bourgeoises, aujourd’hui l’impérialisme avec l’hégémonisme US à sa tête essaie par tous les moyens d’entraver cette révolution mondiale.
Les USA et même certains milieux européens tentent de découpler leur économie de ce courant, de taxer les exportations, d’interdire l’usage des technologies modernes. Mais c’est un courant irrésistible. Autant écoper son potager avec un verre à dent

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  enquêtes et analyses  La ceinture et la routeNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum