Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Europe et lutte des classes 

 Boris Johnson s'aligne sur les USA

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14012 messages postés
   Posté le 23-07-2020 à 19:55:40   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le Brexit n'a pas entraîné la GB sur la voie de l'indépendance.

Boris J. n'a pas donné l'exemple sur la lutte contre la pandémie.
Il a remis en question l'accord concernant la présence de Huawei dans l'implantation de la 5G, au point d'être amené à démanteler le réseau existant.
La GB se trouve aujourd'hui en pointe dans le camp des Fives Eyes US, avec l'Australie.
Dernier clash en date
"Le gouvernement du Royaume-Uni a publié mercredi une déclaration politique sur le visa BNO de Hong Kong, annonçant qu'il modifierait les dispositions relatives aux détenteurs de passeports BNO et étendrait leurs droits de résidence."
Réponse de la Chine, elle envisage de ne pas reconnaître les passeports britanniques d'outre-mer comme documents de voyage

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14012 messages postés
   Posté le 23-07-2020 à 20:01:01   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un article de GB sur ce revirement :

Pourquoi le Royaume-Uni suit-il la politique américaine folle alors que l'UE reste saine d'esprit?

Source: Global Times Publié: 2020/7/23 18:26:04
https://www.globaltimes.cn/content/1195450.shtml


Illustration: Chen Xia / GT

Londres et Bruxelles vont-ils se séparer dans leur politique chinoise après le Brexit ? Des signes sont apparus depuis que le Royaume-Uni a commencé à suivre de près les traces des États-Unis. En revanche, certains membres de l'UE maintiennent des attitudes coopératives à l'égard de Huawei et de la Chine.
L'argument selon lequel la politique chinoise post-Brexit du Royaume-Uni s'écartera complètement de celle de l'UE est un peu exagéré. Pourtant, il y aura sûrement des différences.

La politique étrangère du Royaume-Uni était autrefois limitée par l'UE, mais la Grande-Bretagne a également obtenu le soutien du bloc afin de pouvoir maintenir une certaine indépendance stratégique vis-à-vis des États-Unis.
Cependant, une fois que Londres aura officiellement divorcé de Bruxelles, elle perdra sa force de sauvegarde. Dans ce contexte, surtout lorsque les États-Unis modifient leur stratégie chinoise tout en augmentant la pression sur leurs alliés sur des questions connexes, le Royaume-Uni se rapprochera inévitablement des États-Unis.

Mais Bruxelles ne prendra pas le parti de Washington de manière claire. En fin de compte, les membres de l'UE donneront la priorité à leurs propres intérêts nationaux.
Qu'il s'agisse de l'accord sur le nucléaire iranien, de l'accord de Paris sur le changement climatique, du projet de gazoduc germano-russe Nord Stream 2, de la technologie 5G de Huawei ou de la guerre commerciale entre les États-Unis et l'Europe, Washington a rarement pris en compte les intérêts de ses alliés.
L '«alliance» est un concept qui est utilisé lorsqu'ils font face ensemble au monde extérieur. En jetant un œil à l'intérieur de l'alliance, les différends concernant différents intérêts nationaux sont faciles à repérer.

Prenez la 5G de Huawei. Washington a montré peu de tolérance envers ses alliés européens sur leur collaboration avec Huawei. Pourtant, il n'a jamais fourni d'alternative.
Quel est le plan de l'oncle Sam? Faire subir à l'Europe les pertes avec les États-Unis? Il est impossible que l'UE ne soit pas inquiète face à la situation difficile actuelle - en particulier à une époque de développement rapide des technologies numériques. La pression américaine nuit aux intérêts de l'Europe.
La tactique américaine tente donc de diviser le continent et de gagner plus de soutien de l'Europe, un pays à la fois. Lors du dernier voyage du secrétaire d'État américain Mike Pompeo au Royaume-Uni, il a rendu visite mardi aux législateurs anti-chinois et pro-américains du Parti conservateur avant de rencontrer le Premier ministre Boris Johnson. Quelle décision évidente d'exercer une pression sur le gouvernement britannique.

Cependant, lorsque la plupart des médias grand public occidentaux étaient occupés à couvrir la façon dont Pompeo forgeait une coalition en Europe contre la Chine, ils n'ont pas réussi à toucher intentionnellement ou non à l'accord conclu lundi entre Bruxelles et Pékin concernant les indications géographiques (IG), qui est un accord pour protéger les droits de propriété intellectuelle des produits des deux côtés.
Bien que rarement mentionné dans la couverture médiatique, le Conseil européen l'a qualifié de "premier accord commercial bilatéral significatif signé entre l'UE et la Chine" .
Ce n'est qu'une partie des négociations sur l'investissement et le commerce entre les deux parties cette année. Cela prouve que la position chinoise de l'UE et la politique chinoise sont pragmatiques et que la grande tendance de coopération entre elles ne sera pas influencée.

L'UE ne recherche pas une hégémonie à la américaine, mais promeut son intégration et son indépendance stratégique. Washington n'est manifestement pas satisfait de l'objectif, car une UE plus forte poserait des défis aux États-Unis. C'est la raison pour laquelle, depuis le déclenchement de la guerre Iran-Irak (1980-88), les États-Unis tentent de mettre en péril l'intégration européenne. La Chine, au contraire, soutient fermement le processus d'intégration de l'UE.

Après tout, la condition fondamentale de la survie et de la prospérité des pays d'aujourd'hui est l'économie. L'industrie manufacturière américaine est en déclin. Mais la Chine a le plus grand marché de consommation et le marché du travail du monde, elle possède également l'assortiment le plus mature et le plus complet de secteurs industriels.
L'avantage comparatif de la coopération avec la Chine est tout simplement trop évident pour l'Europe, qui aspire à revitaliser son économie dans l'ère post-pandémique. L'irremplaçabilité du marché chinois ne peut être ignorée. L'UE ne verrait-elle pas cela?

C'est aussi l'éléphant dans la salle des décideurs politiques britanniques. Le Royaume-Uni a ignoré le sacrifice dans ses propres intérêts nationaux lorsqu'il a traité récemment des problèmes liés à la Chine. C'est exactement comme ce qui s'est passé pendant les guerres en Afghanistan et en Irak, dans lesquelles le Royaume-Uni est resté en phase avec les États-Unis, que les mesures des États-Unis aient été approuvées par l'ONU ou non. Écouter tout ce que l'Oncle Sam a à dire est devenu le politiquement correct du Royaume-Uni.

Néanmoins, on pense que le Royaume-Uni finira par revenir à la voie normale et rationnelle de sa politique chinoise. Prenez le problème de Huawei. Le pays s'est en fait laissé une certaine marge de manœuvre. Londres a annoncé qu'elle retirerait Huawei des réseaux 5G du Royaume-Uni d'ici 2027. À ce moment-là, la personne du bureau ovale aura changé depuis longtemps.

L'article est rédigé par le journaliste du Global Times Li Aixin sur la base d'une interview avec Sun Keqin, chercheur au China Institutes of Contemporary International Relations. opinion@globaltimes.com.cn

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Plaristes
Communiste et Français !
Militant expérimenté
863 messages postés
   Posté le 24-07-2020 à 06:19:53   Voir le profil de Plaristes (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Plaristes   

En même temps il a été financé par les U.S.A.

--------------------
https://humaniterouge.alloforum.com/image/7img.net/users/4212/27/99/67/avatars/3-76.png
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Europe et lutte des classes  Boris Johnson s'aligne sur les USANouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum