Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Idéologie 

 attaque de la direction CGT vs Annie Lacroix-Riz

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11907 messages postés
   Posté le 11-01-2019 à 08:50:47   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Danielle Bleitrach publie :

http://histoireetsociete.wordpress.com/2019/01/11/ce-mercredi-09-janvier-2019-annie-lacroix-riz-a-ete-visee-par-attaque-nominale-emanant-de-la-direction-de-la-cgt/?fbclid=IwAR1HOLYDMRegC1t1eXrXHPX2P81Z-90oRl9g-MZ3IraMSHfHRDudHIqbBJY

Ce mercredi 09 Janvier 2019 Annie Lacroix-Riz a été visée par attaque nominale émanant de la direction de la CGT.
11
JAN

Chacun sait à quel point j’ai peu de complaisance pour les rouge-bruns, les antisémites patentés comme le sie’ur Bricmont, mais je trouve inimaginable que l’on puisse confondre quelqu’un comme Annie Lacroix-Riz acvec pareils individus.Qu’il se trouve des spécialistes de ce genre d’amalgame n’a rien d’étonnant tant tout est fait depuis des années pour confondre les « deux totalitarismes », avec l’assentiment de ceux qui auraient du protester, à commencer par la direction du PCF et de la CGT. Mais ce genre d’amalgame leur permettait de se soumettre toujours plus à la social démocratie, et cela continue…

Donc je voudrais d’abord dire ma solidarité pleine et entière à Annie Lacroix-Riz. Une telle ignominie frappant une historienne de haut niveau et une femme d’un courage exceptionnel qui depuis des années démonte avec une compétence que chacun lui reconnait dans les milieux « académiques » les montages négationnistes d’une histoire devenue terrain de falsification.

Trop c’est trop, un jour on retrouvera ces dossiers et chacun s’étonnera du temps où certains « camarades » se jetaient comme des chiens haineux contre ceux qui parmi les intellectuels n’avaient jamais trahi.
Heuresement un tract ne représente pas la totalité de la CGT, c’est pourquoi La direction de la CGT doit présenter ses excuses à Annie lacroix-Riz et demander à ses adhérents d’en faire autant.(note de Danielle Bleitrach)

Tous les éléments de ce dossier ainsi que sa réponse se trouvent ici :

http://www.historiographie.info/calomnies.html


Réponse à une attaque inqualifiable de la direction de la CGT


Annie Lacroix-Riz, professeur émérite d’histoire contemporaine, université Paris 7

Le Pecq, le 10 janvier 2019

J’ai été avisée, le 9 janvier 2019 d’une attaque nominale lancée contre moi par une fiche anonyme, à l’en-tête officiel de la CGT, intitulée :



À la fin d’un paragraphe intitulé « Plusieurs exemples de publications liées à l’extrême droite », je suis ainsi désignée, pour avoir été interviewée ‑‑ comme mon excellente et vaillante collègue belge Anne Morelli, qui a lutté contre les guerres impérialistes contre la Yougoslavie et l’Irak et s’est rendue sur place en pleins bombardements ‑‑ par :



Notons que même Wikipédia (voir ci-dessous) rend compte de façon factuelle de ce documentaire de 2004 de Béatrice Pignède, décédée en 2015, dans les termes suivants : « Son documentaire Propagande de guerre, propagande de paix en 2004 fait intervenir notamment deux historiennes Anne Morelli et Annie Lacroix-Riz, comparant les thèmes de propagande lors de la guerre en Irak avec ceux développées lors d'autres conflits. » (http://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9atrice_Pign%C3%A8de ) Naturellement, je n’ai rien à retrancher de ce que j’ai déclaré dans cette interview, et je ne suis responsable à aucun titre de l’évolution politique de cette journaliste, qui avait été exclue de la télévision pour esprit critique, que je ne connaissais que comme telle, et que je n’ai pas revue depuis 2005.


Le document accusateur de la CGT semble avoir été établi à l’usage de la formation de ses cadres, supposés conduire, grâce aux préceptes ainsi dispensés, une efficace lutte idéologique « contre l’extrême droite ».

Je serais donc « rouge brune », ainsi qu’il ressort de mon compagnonnage de septembre 2018 avec nombre d’amis et camarades qui sont l’honneur du mouvement ouvrier et des intellectuels progressistes? http://www.youtube.com/watch?v=CRvwFM8A1-4


L’amalgame


Le texte de la CGT est inspiré par le même esprit de terrorisme intellectuel que celui du Decodex du Monde, des Check News (en anglais, naturellement, langue maternelle des intéressés) de Libération et de leurs surgeons multiples de divers organes de « grande presse ». Il fleure également bon,

> d’une part, la détestable fiche Wikipédia, cas fréquent, la mienne comprise (voir lien ci-dessus), rédigée par des scripteurs d’extrême droite. Ceux-ci ont définitivement interdit de séjour tout « discutant » de bonne foi qui osait contester ma mutation en fascisto- négationniste (les amateurs de « discussion » sur ce site peuvent essayer de contester le contenu de ma fiche, ils en comprendront d’emblée les méthodes), et,

> d’autre part, la littérature de la mouvance prétendument « antifasciste ». Mouvance extrêmement hétéroclite, puisque s’y retrouvent des conservateurs ou réactionnaires de la « Nouvelle » ou de l’« Ancienne » droite, tel Pierre-André Taguieff, aux côtés de membres du parti socialiste ou directement utilisés par ses organisations, tel Rudy Reichstadt, « lancé » par le ministère de l’éducation nationale sous la présidence Hollande, et qui a déjà mené contre moi une campagne ignominieuse me taxant de « conspirationniste », au motif que j’aurais inventé une « synarchie » qui n’existe pas, comme l’écrit mon collègue Olivier Dard, professeur à Paris 4, et conférencier favori de l’Action française (voir le document ci-joint « Lettre ouverte à mes amis de l’UJRE sur une curieuse invitation, samedi 10 mars 2018 »).

Je signale pour mémoire que la « fiche n°17 » fustige Maurras, « Maître » dont Olivier Dard vante les mérites en tout lieu, manifestement sans choquer l’historiographie dominante issue de l’Institut d’études politiques, qui a cautionné sa fiche de commémoration du centenaire de Maurras et a été fort fâchée de la renonciation à la publication, devant l’ampleur du scandale. Mes camarades du PRCF savent d’ailleurs que cet universitaire avait été invité (mais pas moi) il y a quelques mois à Montreuil, municipalité dirigée par le PCF, à un « débat » sur l’extrême droite, à laquelle il appartient : c’est un Montreuillois qui m’en a informée, information qui nous a permis de réagir à cette invitation unilatérale.

L’épisode de la tentative de commémoration de Maurras est conté ici : « Apparences et réalités de la commémoration de Charles Maurras », paru les 15-17 mai 2018 sur le site Lescrises.fr, http://www.les-crises.fr/de-charles-maurras-a-son-biographe-olivier-dard/

http://www.les-crises.fr/apparences-et-realites-de-la-commemoration-de-charles-maurras-2e-partie-une-commemoration-celebration-par-un-biographe-faisant-lunanimite-des-historiens-du-consensus/

http://www.les-crises.fr/de-lurgence-de-la-reedition-des-collabos-au-role-du-haut-comite-aux-commemorations-nationales-de-2011-a-2018/

La littérature qui me qualifie de « rouge brune », à l’exemple de la « fiche n° 17 » de la CGT, est toujours caractérisée par l’amalgame entre, d’une part, la droite et l’extrême droite, et, d’autre part, la vraie « gauche », c’est-à-dire celle qui se bat pour la suppression du capitalisme, but officiel initial, à ma connaissance, de la CGT, longtemps maintenu.
La fraction « européiste » de la Confédération ne supporte plus la gauche qui récuse l’orientation de la Confédération européenne des syndicats, à laquelle elle appartient depuis l’ère Thibault. Elle juge aussi intolérable la mise en cause de l’orientation « occidentale », adhésion à l’OTAN incluse, qui viole pareillement toutes les traditions de lutte et d’analyse de la CGT-CGTU.

Il s’agit du même amalgame que celui qui a eu cours dans l’entre-deux-guerres, et qui a conduit ses initiateurs à la collaboration (de classe puis tout court), alors que ses victimes ont compté parmi les héros, français et étrangers, de la Résistance :

je renvoie pour cette comparaison à mon ouvrage De Munich à Vichy, l’assassinat de la 3e République, 1938-1940, Paris, Armand Colin, 2008, 408 p., et à la contribution « La défaite de 1940 : l’interprétation de Marc Bloch et ses suites », au colloque Marc Bloch, Rouen, 8-10 février 2012 ». Cette dernière figure dans le récent ouvrage de 2015, Scissions syndicales, réformisme et impérialismes dominants, 1939-1949, Montreuil, Le Temps des cerises, 2015, 250 p., épuisé, mais qui sera réédité chez Delga. Ces travaux montrent, pièces d’archives à l’appui, l’opposition entre syndicalisme de lutte et syndicalisme de collaboration de classe, opposition particulièrement nette à la fin des années 1930 préludant à la guerre générale.

La russophobie


Notons avec intérêt que la CGT, dans ses documents de « formation » des cadres, désigne à la vindicte les ennemis russes de la France - ce qui nous ramène au temps où René Belin, second de Jouhaux et promis à sa succession, et futur « ministre du Travail et de la Production industrielle » dissolvant la CGT par décret, le 10 novembre 1940, hurlait « Sus aux Russes » et « À bas les Sénégalais de Staline » avec les siens. Ceux-ci le suivirent sous l’Occupation et bénéficièrent d’énormes prébendes étatiques et patronales après l’abrogation de la CGT (voir mes ouvrages Industriels et banquiers français sous l’Occupation, Paris, Armand Colin, 2013, 816 p., et Les élites françaises, 1940-1944. De la collaboration avec l’Allemagne à l’alliance américaine, Paris, Dunod-Armand Colin, 2016, 496 p., index Belin).

La Russie de Poutine offrirait l’exemple-type de la distribution d’argent étranger irriguant une information malhonnête et tronquée. La CGT n’a, à ma connaissance, jamais protesté contre ce qui caractérise l’information d’aujourd’hui, c’est-à-dire la gigantesque influence, financière et idéologique, dont disposent les États-Unis et toutes les institutions qu’ils contrôlent pour corrompre l’information en général et nos « élites » journalistiques en particulier. Il est parmi elle nombre de spécimens des French-American Young Leaders, qui ont remplacé la grossière propagande de Guerre froide d’après-guerre du Reader’s Digest par une intoxication « française » à flots continus. Ne manquez pas, je vous prie, d’en consulter la liste instructive, http://frenchamerican.org/young-leaders/earlier-classes/

Alors, par exemple, je suis également nazie parce que j’ai été accueillie plusieurs fois sur le site Les.crises, dont le responsable, Olivier Berruyer, est harcelé par les chouchous des médias – telle Cécile Vaissié, dont l’ahurissant ouvrage Les réseaux de Poutine en France (2016), a bénéficié d’un écho énorme, de la gauche « Médiapart » à l’extrême droite ‑‑ et qui est accusé par ces mêmes médias de répandre des « fausses nouvelles » (Fake News, c’est mieux) et de se soumettre aux diktats d’un Poutine prêt à fondre sur la France?

Alors, par exemple, je suis également nazie parce que, jamais invitée sur le service public de télévision quand Frédéric Taddeï y animait une émission, j’ai été invitée par lui à participer à une émission de « débat » (d’indéniable débat) sur l’extrême droite, sur RT, le 17 octobre 2017 : http://francais.rt.com/magazines/interdit-d-interdire/54680-interdit-dinterdire-montee-nationalismes-droites-extremes-retour-annees-30; https://www.youtube.com/watch?v=Csu-lbTum8k .



J’y ai figuré aux côtés de Thomas Guénolé, aujourd’hui traité par LREM en délinquant, http://francais.rt.com/france/57708-il-y-a-pire-que-ceux-qui-tabassent-aurore-berge-saisit-justice-contre-cadres-insoumis ? Après la saisie gouvernementale de tous fichiers et adresses de LFI, démarche exorbitante des droits et libertés des citoyens qu’on avait peu vue mise en œuvre depuis la répression anticommuniste 1° de 1939-1940, sous la pression explicite de Berlin (voir De Munich à Vichy) et 2° des années 1950, sous la pression explicite de Washington, on passe à la case prison pour subversion? Avec les approbations et encouragements de la CGT contre ces « rouges-bruns »? J’assure ce politiste de toute ma solidarité.

Je profite aussi de l’occasion pour rendre hommage au grand politiste-historien progressiste américain, William Blum, ancien du Département d’État et honnête homme, qui a, à partir de 1967, mis sa vie (en ruinant sa carrière) au service de la vérité sur l’impérialisme américain, et qui vient de mourir. Je recommande vivement à mes correspondants la lecture des Guerres scélérates, Lyon, Parangon,‎ 2004 (Killing Hope: U.S. Military and CIA interventions since World War II, Monroe, Maine, Common Courage Press, 2003, édition complétée de son ouvrage essentiel, The CIA: A Forgotten History, Londres et New Jersey, Zed Books, 1986). Ils connaîtront ainsi mieux le principal corrupteur de la planète de l’après-Deuxième Guerre mondiale. Rouge-brun, aussi, feu William Blum?

Mon éditeur, ami et camarade Aymeric Monville serait aussi un « rouge-brun » pour avoir sur RT Royaume-Uni exposé clairement et honnêtement depuis octobre 2018 la transformation du présent régime en dictature de droite, puis les développements du mouvement social en cours? Qu’il soit également assuré de mon soutien :
http://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/giletsjaunes-notre-camarade-aymeric-monville-explique-la-situation-sur-russia-today-international/

http://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/video-prcf-russia-today-francais-attaches-aux-refus-de-lamericanisation-aymeric-monville/

http://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/le-bilan-de-lannee-macronique-par-a-monville-et-rt-video/

Historienne marxiste et communiste


Je rappelle à mes lecteurs et correspondants que je compte parmi les rarissimes historiens marxistes de France, et, horresco referens, communistes en sus. Nul n’a jamais pu trouver dans un mes écrits ou une mes interventions la moindre complaisance pour le fascisme et le racisme.

Je me permets à cet égard de renvoyer à la liste de mes travaux, qu’ils trouveront sur http://www.historiographie.info/cv.html et sur le texte ci-joint (CV de mes travaux).


Y figure notamment mon ouvrage en relecture, consacré à La non-épuration, particulièrement éclairant, je crois, sur l’appareil d’État, notamment policier et judiciaire, qui, après la Libération, a été chargé de rétablir un total statu quo, de gommer la Collaboration des plus grands coupables, et de bafouer, à un degré qu’il est difficile d’imaginer, les anciens résistants, morts ou survivants. Lesquels avaient été en majorité des militants, français et étrangers, du PCF et de la CGTU, puis de la CGT réunifiée, puis de la CGT clandestine de Frachon et Costes. Cet ouvrage sera dédié aux FTP-MOI (et je pense particulièrement à mon cher ami et camarade Léon Landini, lutteur infatigable) et au grand magistrat Paul Didier, honneur unique d’une « Magistrature déshonorée », pour reprendre le titre d’un ouvrage de Virginie Sansico (La justice déshonorée 1940-1944, Paris, Tallandier, 2015).

J’ai par ailleurs, par mes travaux sur la CGT dans l’après-guerre, objet d’une thèse d’État, seule thèse d’État consacrée à ce sujet, et par de nombreux autres travaux, relatifs aux années 1930-1950, montré mon attachement au mouvement syndical et mon admiration pour la CGT combative des Frachon, des Costes et des Croizat : « CGT et revendications ouvrières face à l’État, de la Libération aux débuts du Plan Marshall (septembre 1944-décembre 1947). Deux stratégies de la Reconstruction », 4 vol. (2 de texte: 1215 p., 2 de notes: 978 p. + table des matières, index et errata), thèse d’État soutenue à l’Université de Paris I, le 7 novembre 1981. Jury: J. Bouvier, J.-M. Mayeur, A. Prost, R. Trempé, C. Willard. Cette thèse a été publiée en deux ouvrages: La CGT de la Libération à la scission (1944-1947), Paris, Éditions Sociales, 1983, 400 p., et Le choix de Marianne: les relations franco-américaines de 1944 à 1948, Paris, Éditions Sociales, 1986, 222 p., qui va faire l’objet, en 2019, d’une réédition chez Delga. Sans oublier, et il est d’autres contributions, Scissions syndicales déjà mentionné, et Aux origines du carcan européen, 1900-1960. La France sous influence allemande et américaine, Paris, Delga-Le temps des cerises, réédition augmentée, 2016, 165 p., où j’évoque les prestations comparées, dans les années 1950, du syndicalisme de connivence, sous stricte tutelle patronale, étatique et américaine, et de la CGT de Frachon alors résolument anti-« européiste ».

La direction de la CGT s’est, à cette date, sa position sur le mouvement social en cours le démontre avec éclat, ralliée à une conception du syndicalisme que ses refondateurs de la Libération, les lutteurs de la CGTU, ont combattue pendant leurs longues décennies d’honneur (pas d’honneurs) : elle a abdiqué ses traditions, et classerait aujourd’hui ses anciens chefs, héros de la Résistance intérieure, parmi les communistes qu’elle ose qualifier de « rouges-bruns ». Léon Landini aussi?

Il ne s’agit évidemment pas la première attaque contre moi : mes correspondants et les habitués de mon site ont été informés de nombreux autres assauts, et ont eu à plusieurs reprises, je les en remercie à nouveau, l’occasion de me soutenir contre d’autres assaillants, de fausse gauche, de droite et d’extrême droite (« Ukrainiens » cléricaux compris).

Je ne cache pas cependant ma sidération et mon indignation de ce que la direction de la CGT, Confédération au service de laquelle j’ai encore récemment, contre les insupportables prétentions des héritiers de Louis Renault (2011-2014), mis mon travail d’historienne, ait eu l’audace de me classer à l’extrême droite. Témoignent de ce travail au service de la science historique et du mouvement ouvrier les articles http://www.historiographie.info/renaultcharst.pdf et http://www.historiographie.info/mediapart0711.pdf (sans oublier Industriels et banquiers français sous l’Occupation, Paris, Armand Colin, 2013, 816 p., où Renault occupe une place notable, et les luttes ouvrières un chapitre entier, le 10).

La CGT, dont j’ai été membre précoce de l’Institut d’histoire sociale, m’en a chassée sans tambours ni trompettes, à la fin des années 1990, dans la discrétion nécessaire à l’arrivée, prévue en vue d’adhésion imminente à la Confédération européenne des syndicats, de Bernard Thibault : non pas parce qu’elle me trouvait « brune », mais parce qu’elle me trouvait beaucoup trop « rouge ».

Sollicitant avec succès d’autres historiens plus conformes à ses nouvelles conceptions de l’histoire socio-économique (et qui apprécient légitimement de se voir reconnus et honorés par les représentants les plus éminents de la classe ouvrière et des salariés de France), elle m’a systématiquement effacée, dans des conditions qui seraient comiques si elles n’étaient honteuses, de ses bibliographies et de ses colloques : notamment, en 2013, d’un colloque sur Croizat, pour lequel elle a invité des historiens dont aucun n’avait jamais travaillé sur Croizat, un des personnages importants de ma thèse sur la CGT, scandale étendu à Michel Étiévent, auquel j’ai réagi, en vain (texte joint sur la réplique piteuse de l’IHS à propos de ce seul dernier, sans réponse à ma propre protestation).

La CGT est désormais passée, avec ce document censé « former » ses militants responsables, à la charge ouverte, absolument inqualifiable. J’ai naturellement l’intention d’interroger Philippe Martinez, ancien militant et responsable CGT de Renault, sur les raisons de cet affront anonyme, et de mettre au défi la direction de la Confédération de trouver une déclaration ou un écrit de ma part qui ait pu donner lieu à cette accusation infamante.

Je remercie par avance tous mes correspondants de diffuser au maximum cette adresse de protestation. J’ai besoin de leur soutien contre une initiative qui s’inscrit dans une entreprise de destruction et de criminalisation de la gauche, la vraie, et de l’histoire scientifique et indépendante des financements des puissants, français ou étrangers.

Cette dernière sera assurément sévère sur le changement de camp (que nous savons tous momentané, si durable qu’il ait été ) de la vieille Confédération.


Annie Lacroix-Riz le jeudi 10 Janvier 2019

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11907 messages postés
   Posté le 12-01-2019 à 23:05:21   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

De la part d'Annie Lacroix Riz

Chers camarades,

Je viens de recevoir du secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, un coup de fil personnel d’excuses, qui, m’a-t-il annoncé, seront notifiées officiellement par la CGT lundi 14 janvier 2019. J’ai eu ce soir l’assurance formelle que le texte ignominieux de la « fiche n° 17 », document théoriquement affecté à la formation des cadres de la Confédération, et dont le secrétaire général m’assure ignorer l’origine, sera également retiré lundi.

Philippe m’a également précisé qu’il n’avait pas l’habitude de régler les désaccords idéologiques par de telles méthodes.

J’en prends acte, et demande évidemment à tous les sites amis d’annoncer cette démarche, qui sera naturellement rendue également publique sur mon site. De la même façon, sera annoncé le texte public de la CGT, que j’essaierai de communiquer dès réception, sachant que je serai alors absente, pour plus jours, de mon bureau (et de mon ordinateur).

Fraternellement à tous,
Annie


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11907 messages postés
   Posté le 05-02-2019 à 23:38:59   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Pascal Debay, responsable confédéral de la formation de la CGT, remet le couvert


Il est important de lire attentivement la défense de Annie Lacroix-Riz. Nous savons que la ligne du PRCF l'a conduit à participer parfois à des actions anti-impérialistes aux côtés de souverainistes, qui se sont avérés ensuite antisémites, ou anti communistes. Nous-mêmes avons été trompés sur la nature de certains "anti-impérialistes" comme Skandrani.
Naturellement nous avons immédiatement cessé tout contact dès que nous avons eu connaissance des faits. Le PRCF - et Annie Lacroix-Riz le rappelle - a aussi rompu tout lien avec des antisémites ou avec Asselineau dès que leur nature est apparue au grand jour.

Rappelons que la période qui a entouré la guerre en Libye est caractérisée par le silence ou la complicité des révisionnistes avec la guerre impérialiste en Libye . Ces derniers continuent de qualifier de "conspirationnistes" tous ceux qui s'opposent réellement à l'impérialisme et à la grande bourgeoisie.
Leur attitude envers les GJ est significative et ne se justifie que par le soutien à la social-démocratie et à l'atlantisme.
Ces gens sont véritablement des représentants de l'impérialisme dans la classe ouvrière et ses organisations. La chasse aux prétendus "conspirationnistes" se situe dans le même registre idéologique que les mises en garde de Macron contre l'extrême droite chez les GJ ou ses nouvelles ingérences dans les affaires intérieures du Venezuela. Le croquemitaine de Le Pen et de sa mouvance nauséabonde ne sert que de repoussoir au profit du grand capital.
C'est le camp de l'impérialisme contre les pays émergents, le camp de la grande bourgeoisie contre les masses.



__________________________





Je vous remercie de communiquer aussi largement que possible le document que j’adresse ce soir (4 février 2019) à Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, pour protester solennellement contre les diffamations aggravées auxquelles s’est livré Pascal Debay, responsable de la « formation » des cadres de la CGT, artisan d’une manifeste déclaration de guerre à tous ceux qui ne partagent pas ses préceptes.
Après les Gilets jaunes qualifiés de racistes, xénophobes, fascistes, etc., tous les « déviants » idéologiques seraient donc des « négationnistes ». De telles méthodes provoquent la nausée. Il convient que tous les syndiqués soient informés, comme tous les démocrates, de méthodes dignes de la clique de René Belin.

Elles ne visent pas une personne, cela va de soi, mais tous ceux qui luttent contre le capitalisme, ses auxiliaires et ses représentants.

Merci à ceux qui feront de ce texte un lien électronique, facilement communicable.

Amitiés à tous,
Annie

Lien direct pour consulter le lettre sur Internet : http://www.historiographie.info/04022019martcgtdebay.pdf

Lien vers la page d’accueil du site d’Annie Lacroix-Riz pour l’ensemble du dossier : http://www.historiographie.info/





Le Pecq, le 4 février 2019
Annie LACROIX-RIZ

adresse électronique : annie.lacroix.riz@gmail.com

M. Philippe MARTINEZ
Secrétaire général de la CGT
Cher camarade,

J’ai appris ces derniers jours, par des correspondants de la CGT, ulcérés, que, en
date du 21 janvier, soit 10 jours après tes excuses téléphoniques et écrites (11 et 14 janvier) et une semaine après que tu t’es engagé à ce que la fiche CGT 17, « annulée et non “utilisable” en l’état [,… soit] retravaillée de façon sérieuse et objective », une initiative de Pascal Debay a gravement mis en cause ces engagements.

Le responsable confédéral de la formation de la CGT, que plusieurs correspondants m’avaient à partir du 10 janvier désigné comme l’auteur de la fiche 17, a en effet envoyé à « tout le monde » un courriel qui aggrave singulièrement la diffamation que contenait déjà ladite fiche.

Je cite ce texte in extenso et entre guillemets, ci-dessous :
« Pour que tout le monde ait les éléments sur Annie Lacroix Riz, qui active ses
réseaux en réaction à la fiche “extrême-droite et médias”, laquelle ne donne qu’un aperçu limité de ses liens avec les négationnistes, qui remontent quand même à pas mal d’années:
Rassemblement en 2011 contre Sarkozy, où c’est la pro-négationniste Ginette
Hess Skandrani qui lui passe le micro (Skandrani a été exclue des Verts en 2005 pour son soutien à Garaudy et ses apparitions sur un site négationnistes) :

http://www.liberation.fr/france/2005/06/02/une-verte-trop-brune-exclue-du-parti_521907
http://www.dailymotion.com/video/xll9um#from=embediframe
Annie Lacroix Riz en conférence à la main d'or en 2005 à côté de Dieudonné (et
capture d'écran)
http://www.dailymotion.com/video/xlf8so

Documentaire de Pignède “Main basse sur la mémoire”, contre les lois
Gayssot, avec Faurisson
http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/35543_1
Sans compter sa participation en 2013 à l’université de l’UPR
http://www.upr.fr/actualite/europe/annie-lacroix-riz-juge-derisoire-lappel-des-20-
intellectuels-eurocritiques-pour-un-nouveau-traite-europeen/


Elle a pourtant encore une vraie légitimité à gauche, il y a 3 ans elle était invitée par attac 78. Elle est invitée régulièrement sur Le Média, notamment dans l'émission d'Aude Lancelin.
Extrait de sa fiche wikipedia : En 2005, elle participe à la conférence “Axis for Peace” organisée par le Réseau Voltaire. Rudy Reichstadt, de Conspiracy Watch, qualifie la liste des participants de “who’s who des auteurs conspirationnistes les plus en vue de l’époque.” En outre, selon l'historien et éditeur Jean-Louis Panné, elle intervient dans le cadre d'un documentaire produit par le Réseau Voltaire et réalisé par Béatrice Pignède [dont la société de prod de documentaire clap 36 est très proche de Dieudonné et Soral]:

Annie Lacroix-Riz se risque aussi à la prédiction directe : dans un film intitulé État de guerre datant de 200582 (avec notamment les interventions de Thierry Meyssan et de l'“humoriste” Dieudonné), elle annonçait doctement le déclenchement de la guerre contre la Russie par les puissances occidentales dans un délai de deux à trois ans83.” Elle participe en octobre 2013 à l'université d'automne de l'Union populaire républicaine (UPR) de François Asselineau.
http://www.conspiracywatch.info/les-amis-du-monde-diplomatique-tentes-par-la-theoriedu-complot_a526.html
http://www.article11.info/?Le-Grand-soir-analyse-des-derives

Le Choix de la Défaite, d’Annie Lacroix-Riz, qui entend démontrer, en se basant notamment sur des archives de police de Vichy, que la Défaite de 40 est l’aboutissement d’un complot “synarchique” (vieille thèse pourtant brillamment démontée par l’historien Olivier Dard dans La Synarchie. Le mythe du complot permanent, Perrin, 1998). »


Ces amalgames, manipulations, mensonges et insultes de Pascal Debay aggravent considérablement les deux lignes de la fiche 17. L’annexe qui suit y répond point par point mais je tiens d’emblée ici à souligner l’exemple, accablant, de leur dernier
paragraphe :

Pascal Debay m’accuse de complotisme, pour avoir écrit que la Défaite de 40 est « l’aboutissement d’un complot “synarchique” (vieille thèse pourtant brillamment
démontée par l’historien Olivier Dard ».
Singulière source : Olivier Dard est un historien membre ou sympathisant de l’Action Française, très régulièrement invité à faire des conférences au siège de celle-ci, et convaincu de malhonnêteté il y a un an par une notice commémorative sur Maurras (voir annexe). La biographie qu’il lui a consacrée lui a valu un surcroît de conférences-dédicaces, notamment chez Maurras, à Martigues :

De nombreuses interviews d’Olivier Dard sont publiées sur le site de l’Action Française. Sa dénonciation de la synarchie « qui n’existe pas » (mais qui occupe des
milliers de documents aux Archives Nationales) n’est pas innocente : la quasi-totalité des dirigeants synarques étaient membres de l’Action Française. Je suis scandalisée qu’un dirigeant de la CGT prenne ses sources à l’extrême droite.

Je ne doute pas que ma réaction face à un tel torrent de boue, c’est-à-dire à la fois ma lettre et son annexe, parvienne à la connaissance de « tout le monde » dans la CGT.
Vu la présente situation, tu comprendras que je rende d’emblée publics ces deux
documents.
L’orientation confirmée et aggravée par Pascal Debay, antagonique avec la lettre
du 14 janvier, concerne non seulement la CGT mais aussi l’ensemble des organisations
VISA qui en adoptent les prescriptions. La fiche 17 leur a été commune, et c’est le cas de toutes les autres, validées. Sa nouvelle initiative porte gravement atteinte à ma réputation, mettant à nouveau en cause mes rapports non seulement avec la CGT, mais aussi avec mon syndicat, le Snesup, et sa fédération.
Ceux-ci ont refusé de me soutenir après la première attaque d’un syndicat pourtant ami et de condamner de telles pratiques contre des camarades syndiqués : ce nouvel assaut les incitera à s’obstiner dans ce refus.
Le « formateur » de la CGT accentue l’agression et la diffamation en ne se réclamant que de courants d’extrême droite et anarchistes de droite. Je suis abasourdie par
ce que je considère comme l’oeuvre d’un faussaire et d’un imposteur.

Reçois, cher camarade, l’expression à la fois de ma consternation et de l’attente
de la mise en oeuvre des engagements pris par toi-même le 11 janvier, par téléphone, et publiquement, le 14 janvier, par écrit.
Annie LACROIX-RIZ

____________________________


ANNEXE DE LA LETTRE D’ANNIE LACROIX-RIZ À PHILIPPE MARTINEZ, 4 FÉVRIER 2019 :

RÉPONSE, POINT PAR POINT, AUX CALOMNIES DE PASCAL DEBAY


Reprenons dans l’ordre de leur présentation les éléments du texte diffamatoire de Pascal Debay.

1° « Rassemblement en 2011 contre Sarkozy »
http://www.dailymotion.com/video/xll9um#from=embediframe
Il ne s’agit pas d’un simple « Rassemblement en 2011 contre Sarkozy », mais d’un meeting internationaliste contre la décision présidentielle d’attaquer la Libye dans les conditions que l’on sait, et au cours duquel je représente le PRCF.
Comme il est habituel pour les intervenants, le micro m’est passé par une personne,
que Pascal Debay désigne comme Ginette Hess Skandrani, à laquelle je ne suis pas
liée. Avais-je obligation d’exiger de la passeuse de micro son identité et ses papiers?
Or, elle est présentée par https://www.liberation.fr/france/2005/06/02/une-verte-tropbrune-exclue-du-parti_521907 du journal Libération, comme une « verte brune ».

Libération, habituelle source des fiches de « formation » de Pascal Debay contre « l’extrême droite », soutient l’Ukraine de Maïdan et a cautionné en 2017 l’invitation à Paris, par des institutions universitaires (INALCO et Paris 3), du banderiste et néonazi chargé à Kiev des Archives nationales, Volodymyr Vyatrovych, (http://en.wikipedia.org/wiki/Volodymyr_Viatrovych).
Mon article
« Les banderistes ukrainiens et l’université française » en traite. Il a été publié dans
Presse nouvelle magazine n° 345, avril 2017, p. 5,
http://data.over-blogkiwi.com/1/44/00/64/20170410/ob_14d3f8_pnm-345-v16-digest.pdf, organe que nul, à la CGT ou dans quelque organisation démocratique que ce soit, n’ose évidemment qualifier de négationniste. Merci de lire attentivement ces deux liens, fort instructifs.

La vidéo du meeting, ici réduite à 7’55’’, est constituée de ma brève allocution de 4’31’’ évoquant l’assaut impérialiste qui va ruiner la Libye après avoir ravagé l’Afghanistan et l’Irak, et alors que se profile l’assaut contre la Syrie. Je m’y réfère notamment aux prévisions de 2007 du général Wesley Clark sur les guerres américaines (et « occidentales » à venir, dont celles prévues contre la Libye et la
Syrie,
http://www.youtube.com/watch?v=9RC1Mepk_Sw
(d’autres liens sont disponibles, traduits en français). Ce qui suit est l’intervention d’une militante algérienne, que je ne connais pas, et qui ne paraît pas plus « négationniste » que moi.
Je demande instamment aux lecteurs de visionner l’intervention, à laquelle je n’ai rien à retrancher : ils y constateront aisément, à la lumière des près de huit années passées, que le jugement et les prévisions donnent raison à ceux – moi incluse -- qui ont participé à ce meeting privé de la présence de la CGT et du PCF, présence systématique à l’ère glorieuse antiimpérialiste de ces deux organisations.
Cette première accusation relève donc, comme toutes les suivantes, de la pure et simple diffamation.

2° « Annie Lacroix Riz en conférence à la main d'or en 2005 à côté de Dieudonne (sic) (et capture d'écran) » http://www.dailymotion.com/video/xlf8so

Ce lien électronique, intitulé « Béatrice Pignède, Annie Lacroix-Riz et Franco de la brigade à la main d’or » atteint des records de manipulation.
Sur 12’08’’ d’enregistrement sont mêlés des éléments incompréhensibles, manifestement filmés à des dates différentes. Je ne suis moi-même concernée que par une intervention de 21 secondes, je dis bien vingt-et-une secondes, coupée en quatre morceaux (0’33 à 0’43, 0’46 à 0’51, 1’05 (1 seconde) et 4’14 à 4’19) : j’y déclare que l’Afrique a été un enjeu des rivalités inter-impérialistes, facteurs de déclenchement des guerres générales.

Je n’ai jamais participé à la moindre « conférence à la Main d’or en 2005 » ou à toute autre date. Mon intervention de 21 secondes ici saucissonnée a eu lieu lors d’une présentation du second film de Béatrice Pignède auquel j’ai participé, « État de guerre », et dont il est question plus loin. J’ai, à la demande de la réalisatrice, participé, en octobre 2005, à sa présentation, en compagnie de Dieudonné, qui y était interviewé. Cette intervention a eu lieu le 22 octobre 2005, pas à la Main d’or mais en un lieu fixé par la réalisatrice. J’avoue, après 14 ans, ne pas me rappeler où, mais j’en connais la date puisque je me suis rendue, dans la soirée, à l’invitation de Dieudonné, à son spectacle. Dieudonné était alors couramment invité par les municipalités communistes, dont celle de Stains, m’a rappelé hier un camarade du PCF. La date de ma venue figure dans le titre que j’ai donné à une note envoyée à une série de correspondants le lendemain même, 23 octobre 2005, sur le spectacle de Dieudonné, « 2005 », vu le soir précédent.
J’ai conservé le texte, intitulé « Observations sur Dieudonné » : j’y concluais au caractère antisémite du spectacle de Dieudonné, ce qui a mis fin à nos relations.

3° Documentaire de Pignède “Main basse sur la mémoire”, contre les lois
Gayssot, avec Faurisson
http://www.filmdocumentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/35543_1

L’intitulé indigne de Pascal Debay offre un exemple remarquable de manipulation et d’amalgame. Le film, intitulé « Main basse sur la mémoire, les pièges de la loi Gayssot », pédagogique et utile dans la présente conjoncture, n’est pas « avec Faurisson ». Il comporte, selon l’habitude de ces documentaires, des interviews très diverses, plus ou moins longues, notamment de Jean-Claude Gayssot, Alain Finkelkraut, la juriste Anne-Marie Pirhouet, Paul Ricoeur (décédé en 2005), Sophie Bessis, Robert Badinter, Pierre Nora, Laurent Joffrin, les Verts Noël Mamère et Cécile Duflot tonnant contre « le négationnisme climatique », Faurisson, Manuel Valls, Jean Bricmont, Thierry Meyssan, Norman Finkelstein, Jacob Cohen, moimême, etc. Il y est également fait état d’une une pétition d’historiens hostiles à la loi Gayssot. Antisémites? Négationnistes? Hors Faurisson, où sont dans cette liste les antisémites?

Je prie mes correspondants d’entendre l’ensemble, accessible directement, http://www.alterinfo.net/Le-film-Main-basse-sur-la-memoire-est-enligne_a118319.html, dont ma prestation, enregistrée dans mon bureau, en 2008 (?) :

4’06 à 6’17; 16’15-17’42; 40’55-42’20; 43’32-45’03; 47,55-49,19; 51,21-53,49;
1h08’-1h10; 1h13-1h14; 1h15-1h16; 1h42-1h43.
Je revendique pleinement tout ce que j’y ai déclaré.

4° « Sans compter sa participation en 2013 à l’université de l’UPR
(http://www.upr.fr/actualite/europe/annie-lacroix-riz-juge-derisoire-lappel-des-20-intellectuels-eurocritiques-pour-un-nouveau-traite-europeen/)

Ce lien électronique présente deux initiatives distinctes :

a) ma prise de position publique contre l’appel en question, de juillet 2016, dont je n’ai pas à retrancher un mot, et qui a été envoyé à tous mes correspondants :
merci de lire ce texte, public, que l’UPR a, de même qu’une multiplicité de sites,
affiché, et avec l’honnête commentaire suivant :
Engagée politiquement au PCF puis de nos jours au PRCF, Annie Lacroix-Riz est l’auteur de plusieurs ouvrages qui ont fait date sur l’histoire de la seconde guerre mondiale et de la construction européenne (à commencer par son livre « Le choix de la défaite »).
Intellectuelle engagée mais d’esprit très ouvert, Annie Lacroix-Riz avait accepté mon
invitation à venir débattre lors de l’université d’automne de l’UPR d’octobre 2013 à La Ferme de Meslay (près de Tours). Elle avait participé brillamment à la table ronde sur « les origines de la construction européenne », en compagnie du professeur de physique théorique belge Jean Bricmont et du philosophe et essayiste britannique John Laughland.

b) un enregistrement de 2h06 de ladite table ronde, à laquelle j’ai participé, de même que j’accepterais toute invitation d’un mouvement gaulliste favorable à la souveraineté nationale, comme la CGT et le PCF le faisaient naguère, disons,
officiellement jusqu’aux années 1990.
L’ensemble de la session mérite visionnage, et j’interviens moi-même dans les plages suivantes : 1h10-1h14,34’; 1h19-1h20; 1h20-1h30,30; 1h32,54’-1h34, 22’; 1h44-1h47; 1h53-1h59,30’.
Je revendique pleinement tout ce que j’y ai déclaré, et dont nombre d’éléments anticipent sur mon ouvrage Aux origines du carcan européen, 1900-1960 (dernière édition en 2016), auquel je renvoie tous mes lecteurs.

5° « Elle a pourtant encore une vraie légitimité à gauche » (avec les exemples cités plus loin)
Affirmation peut-être la plus intéressante du courriel « à tout le monde » de Pascal Debay : l’objectif de sa campagne serait donc de « démontrer » que je ne mérite aucune « légitimité à gauche », puisque je suis une « négationniste » soutenue par ses « liens négationnistes » de longue date qu’ignoreraient toutes les personnes de bonne foi qui m’accordent crédit, scientifique et civique.

« Il y a 3 ans elle était invitée par attac 78. »

En effet, et on pourra lire :
http://france.attac.org/agenda/article/universite-populaire-78-conference-3450
et divers liens sur cette conférence du 13 novembre 2014, à moins que ce ne soit
celle du 10 avril 2014, etc. Elles portent, une fois de plus, sur « les origines de la
construction européenne ».
Ce sujet semble être particulièrement insupportable à Pascal Debay :
est-il chargé, dans le cadre de la formation syndicale, de la défense et illustration de la Confédération européenne des syndicats et de la lutte acharnée, par tous les moyens contre tous ceux qui se dressent contre le bilan pitoyable, pour les salariés de France et d’Europe, de la CES soumise à l’Union européenne?

Mes correspondants n’ignorent pas que des dizaines de mes conférences, toujours prononcées à titre gratuit, sur de très nombreux sujets, auprès de cégétistes, de communistes, d’organisations et associations progressistes très diverses, sont
affichées sur une multitude de sites, dont : films de l’an 2,
http://lesfilmsdelan2.org/annie-lacroix-riz ;
mon site,
http://www.historiographie.info/videov2.html ;
le site d’Initiative communiste, taper
Lacroix-Riz; youtube, taper Lacroix-Riz; la librairie Tropiques, http://www.librairietropiques.fr/tag/annie%20lacroix-riz/, etc.

« Elle est invitée régulièrement sur Le Média, notamment dans l'émission d'Aude Lancelin ».
J’en aurais été ravie, mais je ne l’ai été que par deux fois :

a) Interview Le Média, 26 février 2018 :
http://www.lemediatv.fr/video/entretien-libre-5-annie-lacroix-riz-02262018-1854
entretien sur « le fascisme français », de 35 minutes 55, où il est notamment question
de l’historiographie dominante, dont Olivier Dard constitue un modèle.

et b) le dimanche 16 septembre 2018, à la séance de rentrée du
Média (https://www.youtube.com/watch?v=oj_22BPulS8&t=10139s, où je suis intervenue 3 minutes, 2h53-2h56

6° « Extrait de sa fiche wikipedia » (éléments retenus par M. Debay détaillés ci-dessous)
Sur cette fiche scandaleuse et impossible à rectifier, je me suis déjà maintes fois exprimée : je renvoie les correspondants à mes prises de position précédentes, notamment au « Dossier Maurras-Olivier Dard, chasse aux sorcières Wikipédia et colloque aryano-européen » rédigé le 15 février 2018 (voir « 2° Wikipédia France, un instrument de chasse aux sorcières : la méthode du deux poids, deux mesures mon texte ». http://www.initiative-communiste.fr/articles/culturedebats/
dossier-maurras-olivier-dard-chasse-aux-sorcieres-wikipedia-et-colloquearyano-
europeen/
)
Le PRCF est-il donc tenu pour d’« extrême droite » par M. Debay? L’Humanité, journal du PCF, a également publié ce document, http://www.humanite.fr/sites/default/files/files/documents/du_dossier_maurrasolivier_dard_a_la_chasse_aux_sorcieres_wikipedia_france_0.pdf

L’Humanité est-elle aussi tenue pour d’« extrême droite » par M. Debay?

« En 2005, elle participe à la conférence “Axis for Peace”organisée par le Réseau Voltaire »

J’ai en effet en novembre 2005 participé, comme simple invitée, sans charge de communication, à la conférence « Axis for Peace », qui a fait l’objet d’une criminalisation effrayante, mais j’ai pu constater sur place qu’il s’agissait, comme il
m’avait été précisé, d’une session antiimpérialiste.

J’ignore si l’ensemble des interventions, prononcées en diverses langues, ont été enregistrées. Je certifie n’y avoir rien dit qui puisse m’y être imputé à reproche. Les calomniateurs n’ont d’ailleurs rien à montrer de ladite session. La source de M. Debay, c’est-à-dire « Rudy Reichstadt, de Conspiracy Watch, [qui] qualifie la liste des
participants de “who’s who des auteurs conspirationnistes les plus en vue de l’époque” », est analysée plus loin.

« En outre, selon l'historien et éditeur Jean-Louis Panné, elle intervient dans le cadre d'un documentaire produit par le Réseau Voltaire et réalisé par Béatrice Pignède [dont la société de prod de documentaire clap 36 est très proche de Dieudonné et Soral] »

a) Sur M. Panné, familier de Stéphane Courtois, croisé comme lui de l’Ukraine maïdaniste et salarié de l’institut d’histoire sociale (IHS) -- pas celui de la CGT, celui qui est ouvertement financé par la CIA et la haute banque depuis l’immédiat après-guerre --, voir mon article « Des champions de l’Ukraine indépendante et martyre à l’Institut d’histoire sociale » et « La Banque Worms et l’Institut d’histoire sociale », 2005 et 2008, publication site 2010,
http://www.historiographie.info/champuk.pdf.
J’insiste sur la nécessaire lecture de ce texte de 25 pages, appuyé sur des archives originales, et clair sur la nature de l’IHS de Souvarine, de Georges Albertini et de Panné, financé par le grand patronat français et la CIA. Le second de Marcel Déat, Georges Albertini, a, après sa sortie de prison pour collaboration en 1948, servi le patronat synarchique (la banque Worms) comme avant-guerre et sous l’Occupation (voir mes ouvrages Le choix de la défaite, Industriels et banquiers français sous l’Occupation et Les élites françaises, 1940-1944. De la collaboration avec l’Allemagne à l’alliance américaine, index Georges Albertini).

b) est ici visé le documentaire de 2005 de Béatrice Pignède, « État de
guerre » (http://www.youtube.com/watch?v=UMeoq_N4nmA), que chacun peut visionner.
Ma propre interview a été filmée dans mon bureau, sans que j’aie été avisée ni du montage ni des noms de ceux qui y étaient inclus. Exactement dans les conditions où j’avais participé au film de 2004 « Propagande de guerre, propagande de paix », http://www.dailymotion.com/video/xbue3l, puis au troisième film (voir


3° « Documentaire de Pignède “Main basse sur la mémoire”) ». J’y évoquais les circonstances dans lesquelles les guerres impérialistes se déclenchent, et disais, ce que je maintiens entièrement, que la remise en cause du statu quo issu d’une guerre générale débouchait sur une nouvelle guerre. J’y mentionnais aussi le rôle des organisations ouvrières détruites incapables de conduire la lutte antiimpérialiste.

Mon intervention avait d’ailleurs été ridiculisée par un article de Charlie Hebdo, qui
m’avait représentée, en plein lancement de la campagne sur les « rouges bruns »,
avec un nez en bec de proie du plus bel effet, et qui avait répandu partout le bruit que
j’annonçais la guerre pour demain ou « dans deux-trois ans ».
Ce qui comme on pourra le constater en m’écoutant, est faux (ce thème est repris par M. Debay, voir plus loin). Je remercie donc mes correspondants de visionner mon intervention, occupant les plages suivantes : 9’15-10’52; 23’56-26’11; 49’01-51,10; 1h02-1h03; 1h17-1h19. Je n’ai rien à retrancher de cette interview, qui n’entache en rien mon honneur de démocrate.

c) Béatrice Pignède [dont la société de prod de documentaire clap36 est très proche de Dieudonné et Soral] est décédée depuis 2015.
Ayant eu peu de nouvelles d’elle depuis l’interview utilisée dans le documentaire de 2012 (enregistré à des dates différentes : rappelons que Paul Ricoeur est décédé en 2005), j’ai appris récemment d’une correspondante que, partie avec sa famille pour la Réunion, cette mère de trois enfants était décédée d’un cancer en 2015. C’est dire la qualité des informations présentées comme actuelles par M. Debay.

« Annie Lacroix-Riz se risque aussi à la prédiction directe : dans un film intitulé État de guerre datant de 200582 (sic) (avec notamment les intervention de Thierry Meyssan et de l'“humoriste” Dieudonné), elle annonçait doctement le déclenchement de la guerre contre la Russie par les puissances occidentales dans un délai de deux à trois ans (sic). »

82 et 83 désignent les notes de ma fiche Wikipédia, ou un de ses passages les plus injurieux, qui s’ingénie à « démolir » mon ouvrage Le choix de la défaite en se réclamant de Panné et d’autres critiques, le rédacteur de ladite fiche n’ayant à l’évidence jamais lu cet ouvrage.

Le faux sur la prédiction directe vise à nouveau le documentaire de 2005 : les
spectateurs de http://www.youtube.com/watch?v=UMeoq_N4nmA constateront que je n’ai jamais donné de délai au déclenchement prévisible d’une nouvelle guerre générale (voir plus haut).

« Elle participe en octobre 2013 à l'université d'automne de l'Union populaire républicaine (UPR) de François Asselineau. »
Pure et simple allusion, ici, au point 4° « Sans compter sa participation en 2013 à l’université de l’UPR »
Tout ce qui concerne 6° « Extrait de sa fiche wikipedia » est suivi de deux
liens :

a) http://www.conspiracywatch.info/les-amis-du-monde-diplomatique-tentespar-
la-theorie-du-complot_a526.html
.
Quant à la source évoquée, elle provient du site Rudy Reichstadt (http://www.conspiracywatch.info/), animé par ce publiciste dont le parti socialiste et son institut Jean Jaurès ont fait le plus grand cas : sous la présidence de François Hollande, sa ministre de l’éducation nationale, Mme Vallaud-Belkacem, a transformé Rudy Reichstadt en formateur suprême contre les « dérives complotistes et conspirationnistes » avant de « rejoin[dre] finalement l'institut de sondage Ipsos au début de 2018 comme directrice générale déléguée aux études internationales et à l’innovation », voir sa fiche :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Najat_Vallaud-Belkacem).
Wikipédia fournit des indications utiles sur ce site néo-conservateur dont les financements ont été assurés notamment par l’État français, http://fr.wikipedia.org/wiki/Conspiracy_Watch.

b) Le deuxième, http://www.article11.info/?Le-Grand-soir-analyse-desderives,
prétend faire du Grand Soir un site négationniste et d’extrême droite. Il s’agit d’un autre mensonge pur et simple, pour lequel je renvoie les lecteurs à ce journal en ligne.

Le lien http://www.article11.info/?_Marie-Anne-Boutoleau-et-Joe_
désigne un faux nom, et le texte en a été rédigé en mars 2011 dans les conditions
qu’expose Le Grand Soir sur le lien
http://www.legrandsoir.info/_boutoleau-marieanne_html :
j’y renvoie instamment les lecteurs.

« Le Choix de la Défaite, d’Annie Lacroix-Riz, qui entend démontrer, en se basant notamment sur des archives de police de Vichy, que la Défaite de 40 est l’aboutissement d’un complot “synarchique” (vieille thèse pourtant brillamment démontée par l’historien Olivier Dard dans La Synarchie. Le mythe du complot permanent, Perrin, 1998. »

Tout est là : je serais « conspirationniste », selon MM. Debay et Reichstadt, parce que je démontre dans tous mes ouvrages relatifs aux années 1930 et 1940 (voir dossier du 27 janvier 2019), étayés par des milliers de notes infrapaginales puisées aux archives originales françaises et allemandes, que « la synarchie-qui-n’existe-pas » existe bien.

Ma « vieille thèse » serait « brillamment démontée »? Par l’ouvrage d’Olivier Dard, dépourvu de toute source originale sur la période étudiée. M. Debay, à l’exemple de M. Reichstadt, voue une admiration éperdue à mon collègue Olivier Dard, leur commune idole scientifique et apolitique :

http://www.conspiracywatch.info/la-synarchie-le-mythe-du-complot-permanent-dolivier-dard_a945.html.

Sur Olivier Dard, coqueluche de l’Action française et de « l’extrême droite », il faut impérativement lire ces liens documentés :
http://www.les-crises.fr/mot-cle/olivier-dard/
http://www.les-crises.fr/le-rond-de-serviette-d-olivier-dard-a-l-actionfrancaise/
http://www.les-crises.fr/de-charles-maurras-a-son-biographe-olivier-dard/
et, particulièrement précis sur le scandale de la fiche commémorative de Maurras en janvier 2018, mon long article :
« Apparences et réalités de la commémoration de Charles Maurras » Paru les 15-17 mai 2018 sur le site Lescrises.fr,
http://www.les-crises.fr/de-charles-maurras-a-son-biographe-olivierdard/
http://www.les-crises.fr/apparences-et-realites-de-la-commemoration-decharles-
maurras-2e-partie-une-commemoration-celebration-par-un-biographefaisant-
lunanimite-des-historiens-du-consensus/

http://www.les-crises.fr/delurgence-
de-la-reedition-des-collabos-au-role-du-haut-comite-aux-commemorationsnationales-
de-2011-a-2018/


Conclusion

De tous les points abordés dans le texte ignominieux du 21 janvier 2019, ceux relatifs à MM. Panné et Dard sont ceux qui disqualifient le plus M. Debay pour un poste aussi important et honorable que celui de formateur des cadres du syndicalisme salarié.
Il est proprement hallucinant que le « formateur » de la CGT s’obstine dans la diffamation en se réclamant d’un historien directement lié à l’extrême droite en général, à l’Action française en particulier, mouvement politique spécifiquement antisémite depuis sa création (1899) et véritable matrice du fascisme français.

Il est encore plus sidérant qu’il s’alimente, pêle-mêle, à l’extrême droite et aux anarchistes de droite, avantageusement autodésignés comme « antifas », à ceux
qui organisent le boycott des conférenciers qui leur déplaisent au nom de la lutte contre le négationnisme et l’antisémitisme.

Je soupçonne d’ailleurs M. Debay de n’avoir pas même lu la quasi-totalité des liens qu’il soumet : si ses lecteurs les lisent (attend-il qu’ils ne les consultent point?), ils auront la preuve que je n’ai jamais rien dit qui me rattache aux « négationnistes » et que le formateur de la CGT est un faussaire et un imposteur, comme je l’ai écrit à Philippe Martinez.
D’ordinaire puisant ses fiches, dont la n° 17, dans la presse bourgeoise classique (Le Monde, Libération, L’Express, etc.), M. Debay a fait ici nettement plus fort.
Je demande instamment à mes correspondants de bien lire tous les liens électroniques, les siens et les miens.
Je le mets formellement au défi de démontrer, ce qu’il n’a pas fait, que j’aurais des « liens avec les négationnistes », accusation relevant de la pure et simple diffamation.


Edité le 05-02-2019 à 23:53:04 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
2178 messages postés
   Posté le 12-06-2019 à 16:20:15   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

A lire sur
La FICHE 17

ou comment la CGT s'est ridiculisée et disqualifiée en produisant et diffusant des calomnies ineptes à l'encontre d'Annie Lacroix-Riz.
https://humaniterouge.alloforum.com/message.php?categorie=628&msg=7151

voir la vidéo : " La Fiche 17 " de la CGT : une sinistre stupidité
[url]https://www.youtube.com/watch?v=VAIzj-onpkU[/url]

--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Idéologie  attaque de la direction CGT vs Annie Lacroix-RizNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum