Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité de Cuba et de l'Alba 

 L'Amérique Latine n'est pas l'arrière cour des USA

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17314 messages postés
   Posté le 07-06-2022 à 13:27:58   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

"Ce n'est plus l'arrière-cour des États-Unis", l'Amérique latine envoie un message uni
La Chine exhorte les États-Unis à respecter les pays d'Amérique latine et des Caraïbes, à "arrêter l'intimidation et l'hégémonie"

Par les journalistes du personnel de GT
Publié: 07 juin 2022 01:00

https://www.globaltimes.cn/page/202206/1267442.shtml

Le Sommet des Amériques qui doit se tenir à Los Angeles du 6 au 10 juin sera confronté à une situation délicate, de nombreux pays de la région sautant le sommet tenu par les États-Unis en raison du refus de Washington d'inviter des dirigeants de Cuba, du Venezuela et du Nicaragua sous prétexte de "démocratie", tandis que de nombreux pays leaders de la région comme le Mexique ont exprimé leur opposition.

Les analystes chinois ont déclaré que cela prouve que l'Amérique latine n'est pas une "arrière-cour" des États-Unis, et par rapport à la dernière fois que les États-Unis ont tenu un tel sommet en 1994, le déclin de l'hégémonie américaine signifie aujourd'hui que Washington est incapable d'empêcher le continent de rechercher l'autonomie et le développement. sur les propres intérêts des pays d'Amérique latine.

L'administration Biden a pris la décision finale d'exclure les gouvernements de Cuba, du Venezuela et du Nicaragua du Sommet des Amériques, ont déclaré des personnes proches du dossier, malgré les menaces du président mexicain de sauter le rassemblement à moins que tous les pays de l'hémisphère occidental ne soient invités. , a rapporté lundi Reuters.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a déclaré lundi lors d'une conférence de presse de routine que la situation actuelle prouvait que l'état d'esprit américain guidé par la "doctrine Monroe" et son astuce consistant à utiliser la "démocratie" comme un outil pour interférer et diviser les pays n'étaient pas les bienvenus dans le continent.

"L'Amérique latine n'est ni une" avant-cour "ni une" arrière-cour "des États-Unis, et le Sommet des Amériques n'est pas" le Sommet de l'Amérique ". En tant qu'hôte du sommet, les États-Unis doivent mettre fin à toutes leurs approches hégémoniques, apporter un respect concret aux pays d'Amérique latine et des Caraïbes, écouter humblement la voix de la justice de la majorité de ce continent, faire en sorte que le sommet se concentre sur le partage préoccupations du continent, renforcer la coopération et l'unité, et améliorer le bonheur du peuple » , a noté Zhao.

Guo Cunhai, expert en études latino-américaines à l'Académie chinoise des sciences sociales de Pékin, a déclaré lundi au Global Times que la situation survient dans le contexte du récent virage à gauche en Amérique latine et dans les Caraïbes, qui est sans précédent et influence davantage de pays. dans la région que par le passé, ajoutant que les pays de la région sont plus unis et désireux de débarrasser le continent du contrôle américain et de prendre des décisions plus indépendantes en fonction de leurs propres intérêts.

"Actuellement, non seulement le Mexique et l'Argentine, mais le Brésil est également très susceptible de voir un virage à gauche lors des élections de cette année, et même la Colombie, un pays qui avait des liens étroits avec les États-Unis, est susceptible de voir des dirigeants de gauche Cela prouve que la politique des États-Unis en Amérique latine n'a pas pris en compte les intérêts des pays de la région et n'a fait que les faire se sentir intimidés et sous pression » , a déclaré Guo.

Les experts chinois ont déclaré que les habitants de presque tous les pays d'Amérique latine ont de mauvais souvenirs de l'hégémonie américaine, car Washington a directement ou indirectement soutenu le trafic de drogue, les ventes d'armes et la corruption dans de nombreux pays de la région, et lorsque les États-Unis étaient assez puissants, ils ne se soucierait pas de la souveraineté de ces pays, et lancerait des invasions, des révolutions colorées et même des assassinats pour renverser les régimes qu'il n'aime pas.

Lorsque l'hégémonie américaine déclinera et n'aura plus de ressources pour jouer au jeu de la "carotte et du bâton", ces pays s'uniront et chercheront plus d'autonomie, et l'administration Biden a utilisé la mauvaise approche dans la première étape de l'effort de réinitialisation liens avec l'Amérique latine - traitant différemment les pays d'Amérique latine en fonction des préférences américaines, ont déclaré des experts.

Déclin de l'hégémonie américaine
Selon la VOA, lorsque les États-Unis ont annoncé l'année dernière qu'ils accueilleraient le Sommet des Amériques de 2022, "les responsables avaient de grands espoirs que l'événement aiderait à réparer les dommages causés par Trump aux relations et à réaffirmer la primauté des États-Unis" sur l'influence croissante de la Chine. en Amérique Latine.

Mais ces attentes élevées ont été déçues. Même la VOA a reconnu que "la discorde idéologique sur qui inviter, le scepticisme quant à l'engagement américain en Amérique latine et les faibles attentes d'accords majeurs sur des questions telles que la migration et la coopération économique ont déjà terni l'événement, selon des responsables et des analystes" .

Le président mexicain Andrés Manuel López Obrador a déclaré qu'il ne participerait pas à moins que tous les gouvernements des Amériques ne soient invités, quelles que soient leurs allégeances politiques. Les dirigeants du Brésil, de l'Argentine, de la Bolivie, du Honduras, du Guatemala et de plusieurs États des Caraïbes ont également déclaré qu'ils n'iraient pas pour la même raison et enverraient plutôt des délégations discrètes.

Heinz Dieterich, un sociologue et analyste politique allemand de renommée mondiale travaillant au Mexique, a déclaré au Global Times que "les élites dirigeantes américaines sont totalement déconnectées de la réalité d'aujourd'hui" alors qu'elles sont confrontées à cette situation délicate dans leurs relations avec les pays de l'hémisphère occidental. .

La décision américaine est formellement fondée sur l'article 19 de la Charte interaméricaine de la démocratie, imposée à l'Organisation des États américains à Lima, en 2001, par l'ancien secrétaire d'État américain Colin Powell. L'article stipule que « toute altération ou interruption inconstitutionnelle de l'ordre démocratique dans un État du Continent américain constitue un obstacle insurmontable à la participation du gouvernement de cet État au processus des Sommets des Amériques ».

"La vérité historique est qu'il n'y a aucun autre État dans l'hémisphère qui a détruit plus de gouvernements et d'institutions démocratiques dans l'hémisphère et dans le monde que l'impérialisme anglo-américain : les États-Unis et le Royaume-Uni, par des interventions directes, des révolutions de couleur, des sanctions économiques, des blocus , et cetera"
, a déclaré Dieterich.

L'ambassadeur de Cuba en Chine, Carlos Miguel Pereira, a déclaré au Global Times que si les États-Unis veulent toujours prendre l'Amérique latine comme leur propre arrière-cour, une telle idée ne fonctionnera pas maintenant, car l'Amérique latine n'est plus ce que les États-Unis ont imaginé, et la région introduit de nouveaux changements.
Il a noté que la décision des États-Unis d'exclure des pays, dont Cuba, de ce sommet l'a voué à l'échec et que ce que les États-Unis tentent de réaliser à travers ce sommet n'aura aucun impact réel sur la région latino-américaine.

Guo a déclaré que les États-Unis n'avaient pas reçu le soutien de la plupart des pays d'Amérique latine pour leurs sanctions et accusations contre la Russie après le début du conflit russo-ukrainien, ce qui prouve que les pays de la région recherchent une voie d'autonomie plutôt que de suivre aveuglément les États-Unis sur chaque numéro.

Washington a toujours utilisé l'influence croissante de la Chine comme prétexte pour effrayer et faire pression sur les pays de la région, et pour mobiliser ses ressources internes pour concurrencer la Chine là-bas, mais en fait, cela offense les pays d'Amérique latine, car par rapport à l'approche hégémonique américaine dans le région qui ne sert que les intérêts américains, la plupart des pays ont trouvé que l'initiative "la Ceinture et la Route" proposée par la Chine et d'autres coopérations avec la Chine étaient vraiment mutuellement bénéfiques et ne manquaient pas de respect aux pays de la région, ont déclaré des analystes.
La Chine sera sûrement mieux accueillie dans la région, et les efforts américains pour perturber le développement des relations entre la Chine et l'Amérique latine remettent en cause l'autonomie des pays concernés et placent leur hégémonie sur les intérêts des autres pays, ont noté des experts.

SelonRicardo Guerrero , analyste et juriste du Mexique, « Quel que soit le résultat (du Sommet des Amériques), un sommet controversé et conflictuel devrait être marqué par le schisme entre l'Amérique latine et les États-Unis… Les pays d'Amérique latine sont également confrontés à la États-Unis pour démontrer qu'ils "ne veulent plus être l'arrière-cour de qui que ce soit". Le message est passé : si l'Amérique latine est assemblée comme un tout, c'est une pièce avec laquelle il faut compter sur l'échiquier géopolitique mondial."


Edité le 07-06-2022 à 13:48:26 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17314 messages postés
   Posté le 07-06-2022 à 13:44:54   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Une fois n'est pas coutume, cet article de l'Huma sur l'exclusion du Venezuela, du Nicaragua et de Cuba.


Atlantisme. L’impair diplomatique de Joe Biden avec l’Amérique latine


Les États-Unis accueillent, à Los Angeles, le 9e sommet des Amériques. Le président entend marquer une première rupture avec Donald Trump et concurrencer la Chine.

Publié le
Mardi 7 Juin 2022
Vadim Kamenka
https://www.humanite.fr/monde/amerique-latine/atlantisme-l-impair-diplomatique-de-joe-biden-avec-l-amerique-latine-752962?utm_campaign=NEWS%20EX%20ABO%20220607&utm_medium=email&utm_source=sendinblue

Et si la 9e édition du sommet des Amériques, qui a débuté lundi à Los Angeles, s’affichait comme un revers pour le président des États-Unis? Cet événement avait été lancé en 1994, à Miami, par le président démocrate Bill Clinton afin de signer des accords régionaux de libre-échange, dont l’Alena (qui regroupe les États-Unis, le Canada et le Mexique).
En 2022, en pleine guerre d’Ukraine, Joe Biden entend, lui, illustrer une rupture avec son prédécesseur Donald Trump sur un certain nombre de dossiers comme la politique d’immigration, la transition énergétique, les partenariats, l’environnement… Pour ces cinq jours de sommet, la thématique est "Construire un avenir durable, résilient et équitable" pour notre hémisphère.

Une nouvelle ère diplomatique
Seulement, l’unité et la coopération entre le nord et le sud du continent promises par Washington se heurtent à la réalité. «Le problème est que, depuis que Biden est arrivé à la Maison-Blanche, il n’a rien fait en direction de l’Amérique latine» , rappelle le chercheur à l’Iris, Christophe Ventura. Cette nouvelle ère diplomatique souhaitée par Washington débute par une fronde. De retour d’Arabie saoudite, le président états-unien, qui s’est autodéclaré chef de la « principale démocratie dans le monde » , a exclu ce qu’il jugeait être des régimes autoritaires parmi ses invités Cuba, Venezuela, Nicaragua. Son administration justifiant cette décision au nom de la charte démocratique de l’Organisation des États américains (OEA).

Immédiatement, l’un des principaux partenaires et voisins des États-Unis, le Mexique, a condamné cette décision. «Aucun pays ne doit être exclu de ce sommet ! » a lancé le président Andrés Manuel Lopez Obrador, qui refuse de se rendre à Los Angeles si «tous les pays n’y sont pas» . Les présidents du Guatemala et de Bolivie ont eux aussi annoncé leur boycott. L’administration Biden a donc dû s’assurer de la venue de dirigeants majeurs. Le président argentin de centre gauche, Alberto Fernandez, et le dirigeant d’extrême droite brésilien, Jair Bolsonaro, ont donné leur accord.

L’essor de la Chine dans cette région, qui reste considérée comme un pré carré par les États-Unis, apparaît comme l’autre grand volet diplomatique de cette édition. Pékin se classe désormais comme le premier partenaire commercial de nombreux pays d’Amérique latine. «Si la Maison-Blanche ne parvient pas à prendre des mesures concrètes pour relever ces défis et fournir un substitut viable à l’influence croissante de la Chine, cela aura un impact dévastateur sur la position des États-Unis dans la région» , analyse un ancien responsable de la Maison-Blanche sur les questions sud-américaines, Benjamin Gedan, dans le Washington Post.

Washington n’entend pas abdiquer
En plus de leur interventionnisme aigu dans les affaires internes des pays d’Amérique latine, les États-Unis ont commis un certain nombre de ratés récents liés à la pandémie de coronavirus, à l’accès vaccinal et à la lutte contre l’inflation qui expliquent la rivalité grandissante de la Chine. Dans cet affrontement géopolitique, un certain nombre de diplomates américains veulent que Biden concurrence Pékin dans les financements en augmentant davantage les programmes d’aide et d’investissement.

Washington n’entend pas abdiquer. Le dirigeant américain, qui sera présent une bonne partie du sommet avec sa vice-présidente, Kamala Harris, devrait annoncer des soutiens économiques. Ils porteraient sur des initiatives pour lutter contre le changement climatique, l’insécurité alimentaire et une approche collaborative face à une crise migratoire régionale. Son principal conseiller pour l’Amérique latine, Juan Gonzalez, a indiqué à la presse que le président démocrate pourrait faire des annonces sur la coopération économique et la lutte contre la pandémie de Covid-19.

Au même moment, une nouvelle caravane de migrants est partie de Tapachula, une ville à la frontière entre le Mexique et le Guatemala, vers les États-Unis via la route côtière. Elle regroupe plus de 15000 personnes. «Il s’agit de la plus grande migration humaine que j’ai vue depuis au moins dix ans. Les femmes et les enfants représentent 70 % de ces déplacés» , a déclaré Luís Villagran, un des organisateurs et directeur du Centre pour la dignité humaine. Un phénomène en augmentation du fait de l’instabilité économique et des désastres climatiques.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17314 messages postés
   Posté le 07-06-2022 à 20:23:34   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le IXe Sommet des Amériques commence à Los Angeles, à l’ombre de l’échec

7 JUIN 2022


https://histoireetsociete.com/2022/06/07/le-ixe-sommet-des-ameriques-commence-a-los-angeles-a-lombre-de-lechec/

Nous sommes dans l’un de ses moments où l’Amérique tout entière retient son souffle, va-t-elle oser revendiquer la souveraineté de ses nations face à la tutelle sanglante des USA. Après une période de reflux avec des coups d’ETAT plus ou moins “suaves”, le processus est reparti dans le bon sens, les différentes élections avec la montée des candidats de gauche et la protestation contre l’exclusion de Cuba, le Nicaragua et le Venezuela chacun s’interroge sur le bras de fer dont sont capables les peuples. L’affrontement en Ukraine de l’empire contre la Russie n’est pas loin et ici aussi la fragilité des maitres occidentaux est l’occasion d’une montée des peuples. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société


>Amérique latine et Caraïbes contre les exclusions
>Incertitude face aux absences
>Événements les plus pertinents des Sommets des Amériques

Le IXe Sommet de Amériques s’ouvrait hier lundi à Los Angeles, en Californie, un sommet à l’ombre d’échecs et d’absences qui pourraient causer un revers au président des États-Unis, Joe Biden, dans sa politique régionale.

L’événement, prévu du 6 au 10 juin, a commencé ce lundi par des réunions entre des représentants de la société civile, du secteur privé et d’autres réunions avant la rencontre de haut niveau au cours des deux derniers jours, autour desquels les inconnues persistent.

Pour certains observateurs, le thème du Sommet « Construire un avenir durable, résilient et équitable » n’a été promu que parce qu’il relève d’une parlote aux meilleures intentions du monde affichées.

Ils soutiennent également que l’événement a été préparé de manière peu claire par les États-Unis et cette obscurité quant aux intentions réelles a été mis en évidence dans la façon dont ils ont négocié un soi-disant Plan d’action sur la santé et la résilience des Amériques jusqu’en 2030.

Le document regorge d’éléments néolibéraux et présente de nombreuses lacunes en ce qui concerne les besoins réels des peuples de cette partie du monde, affirment les spécialistes.

Ils soutiennent également que les grands défis des peuples du continent américain ne sont pas résolus par l’exclusion, la confrontation ou la violence, mais par le respect de la diversité et de la coopération.

La décision des hôtes de tenir une réunion avec les invités de leurs sympathies politiques et d’exclure certains pays tels que Cuba, le Venezuela et le Nicaragua a provoqué des réactions de rejet au niveau continental.

vidéo

En fait, la participation du président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, qui défend le principe selon lequel tous les pays doivent y assister sur un pied d’égalité, sinon il n’ira pas à Los Angeles, est encore incertaine.


Mais Biden « veut personnellement » que Lopez Obrador l’accompagne à l’ouverture du sommet, a déclaré Juan Gonzalez, le principal conseiller du chef de la Maison Blanche pour l’Amérique latine.

Se référant aux exclusions, certains experts ont averti que, par exemple, il est injustifié et incohérent d’essayer de faire face aux défis dans le domaine de la santé dans les Amériques, en laissant de côté Cuba , qui est caractérisée par le haut niveau de son système de santé publique.

L’île des Caraïbes a également été l’un des plus grands contributeurs à la coopération internationale sur les questions de santé, y compris la lutte contre la pandémie mondiale de Covid-19.

Le VIIIe Sommet des Amériques a eu lieu en avril 2018 à Lima, capitale du Pérou. Donald Trump, alors occupant du Bureau ovale, n’y était pas, une attitude qui à l’époque soulevait pas mal de critiques.

Cependant, paradoxe, tous les pays de la région avaient été invités, contrairement à ce IXe Sommet, ce qui signifie déjà un recul dans les relations hémisphériques.

Le militant Manolo de los Santos a souligné que ce plan de division des peuples est révélé par le Sommet du peuple pour la démocratie, qui se tiendra en parallèle à Los Angeles.

« Alors que le Sommet des Amériques de (Joe) Biden est marqué par l’exclusion et l’imposition d’un agenda politique, notre Sommet rassemblera diverses voix de toutes les Amériques » , a déclaré De los Santos, directeur du mouvement du Forum du peuple.

Plusieurs groupes politiques et sociaux en Amérique latine et une large participation de différents secteurs américains ont réitéré leur présence dans la ville de Californie.

« Nous avons une coalition de plus de 150 organisations aux Etats-Unis et à Los Angeles qui soutiendront et mobiliseront pour ce sommet populaire » , a-t-il ajouté.

Amérique latine et Caraïbes contre les exclusions

L’exclusion de Cuba, du Venezuela et du Nicaragua de l’appel à l’événement prévu du 6 au 10 juin a provoqué des réactions dissemblables.

Plusieurs présidents de la région, dont le Mexicain Andrés Manuel López Obrador, ont insisté pour que tous les pays participent au sommet et conditionné leur participation à ce facteur.

« Je peux vous assurer qu’en aucun cas je n’y assisterai » , a déclaré le président cubain Miguel Diaz-Canel, ajoutant que « le gouvernement américain a conçu dès le début un Sommet des Amériques qui n’était pas inclusif » .

Le président bolivien Luis Arce a également confirmé qu’il ne participerait pas. « Conformément aux principes et aux valeurs de l’État plurinational de Bolivie, je réaffirme qu’un Sommet des Amériques qui exclut des pays américains ne sera pas un Sommet complet des Amériques, et si l’exclusion des peuples frères persiste, je n’y participerai pas » , a-t-il écrit sur son profil Twitter.

« Au Venezuela, nous avons une voie claire : l’union, l’inclusion, la diversité, la démocratie et le droit de construire notre propre destin. Nous rejetons les affirmations d’exclusion et de discrimination contre les peuples au Sommet des Amériques » , a écrit le président vénézuélien Nicolás Maduro.

« Nous ne sommes pas intéressés à assister à ce sommet » , a déclaré le président nicaraguayen Daniel Ortega.

Depuis le Honduras, le président Xiomara Castro a déclaré : « Je n’assisterai au Sommet que si tous les pays des Amériques sont invités sans exception. » Le lieu d’analyse de ce qu’est un Américain est l’Amérique. » en revendiquant une fois de plus la différence entre les Etats-Unis et l’Amérique souveraine ‘nuestra America” aurait dit José MARTI;


La Communauté des Caraïbes (Caricom), l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique et le Traité commercial des peuples (ALBA-TCP), la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC) et le groupe puebla se sont également prononcés contre cette décision de Washington.

Incertitude face aux absences
La ville de Los Angeles aux États-Unis

La presse américaine note que les hésitations entourant la participation au sommet sont révélatrices de la dynamique changeante dans l’hémisphère occidental, où certains pays se distancient des États-Unis.

Certains responsables américains ont minimisé la réticence de certains dirigeants à y assister comme une tentative de faire appel à leur base politique et ont mis en garde contre l’interprétation de ces décisions comme un signe de diminution de l’influence américaine.

Selon CNN, l’administration s’est efforcée de maintenir l’influence américaine dans la région, notamment par le biais de récentes visites de haut niveau de la première dame Jill Biden et de la vice-présidente Kamala Harris.

L’ancien sénateur Christopher Dodd, qui agit en tant que conseiller spécial pour le sommet, s’est rendu en Amérique du Sud et a rencontré des responsables du Brésil, du Chili et de l’Argentine.

Après la visite de Dodd, le ministère brésilien des Affaires étrangères a confirmé que le président Jair Bolsonaro assisterait au sommet et prévoyait de tenir ses premières réunions bilatérales avec Biden.

Dodd a eu des entretiens similaires avec d’autres dirigeants de la région, y compris de longs entretiens avec Lopez Obrador, bien qu’il n’ait pas encore obtenu l’engagement du dirigeant mexicain d’y assister.

Les dirigeants du Honduras, du Guatemala et du Salvador ne se sont pas non plus encore engagés à assister au sommet, même si Harris s’est efforcé de cultiver les relations dans la région.

D’autres pays, comme le Chili et l’Argentine, ont critiqué la décision de Washington d’exclure certains pays.

Même les médias occidentaux tels que le journal espagnol El País ont remis en question le rôle des États-Unis en tant qu’hôte de la réunion hémisphérique : « L’exclusion du Venezuela, de Cuba et du Nicaragua de l’appel en raison de leur « manque d’engagement envers la démocratie » a été une erreur stratégique (des États-Unis) qui a servi de déclencheur pour canaliser les frustrations accumulées de la part des pays d’Amérique latine avec le géant du nord. »

« La réaction du département d’État a été d'accuser d’une tentative de boycott, se montrant déconnecté dans ses relations avec la région et incapable de mesurer le pouls politique » , ajoute l’article Sommet des Amériques : États-Unis déconnectés .

Selon Matias Bianchi, auteur du texte journalistique susmentionné, il semble que l’administration Biden « soit plus préoccupée par le conflit en Ukraine et par le fait de plaire à son électorat plus conservateur en vue des élections de mi mandat qui approchent, que par le fait d’être un partenaire stratégique pour résoudre les agendas urgents qu’elle a avec ses voisins du sud ».

(Avec des informations de Prensa Latina et des agences)

Voir aussi :
IXe Sommet des Amériques : Un autre sommet des exclusions, de quoi avez-vous peur ?

http://www.cubadebate.cu/especiales/2022/05/11/ix-cumbre-de-las-americas-otra-cumbre-de-exclusiones-a-que-le-temen/embed/#?secret=8bZtzprTTZ

Sur le prochain Sommet des Amériques : quelques ingrédients de la démocratie américaine

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10247 messages postés
   Posté le 09-06-2022 à 12:31:38   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Le problème est que les États-Unis accroissent leur influence en Amérique latine par le biais de la diffusion des Églises évangélistes, notamment au Guatemala, où ils seront bientôt majoritaires, ce qui va enterrer le courant de la Théologie de la libération, représenté dans ce pays par la prix Nobel de la paix Rigoberta Menchu Tum, dirigeante de la population amérindienne des Mayas, qui compose 60 pourcents de la population, mais est toujours discriminee par un système d apartheid de facto qui ne dit pas son nom.


Edité le 09-06-2022 à 13:23:00 par marquetalia




--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17314 messages postés
   Posté le 09-06-2022 à 21:02:42   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les contradictions majeures dans un pays ou dans ses rapports avec d'autres pays, ce sont les rapports sociaux de production.
Pas les influences théologiques ou évangélistes, ou sinon de façon temporaire.

L'influence des USA dans une région dépend principalement des rapports matériels qu'entretiennent les USA avec elle, des rapports sociaux et économiques. Et l'oppression des USA est la cause principale du rejet des USA.

marquetalia il faudrait que tu adoptes un point de vue matérialiste et non idéaliste sur tous ces sujets.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17314 messages postés
   Posté le 12-06-2022 à 15:16:35   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine et l'Amérique latine se rapprochent politiquement et économiquement, selon la Chambre mexicaine

Par Yin Yeping
Publié: 09 juin 2022 20:57
https://www.globaltimes.cn/page/202206/1267741.shtml

La Chine et l'Amérique latine « se rapprochent politiquement et économiquement », ce qui profite aux économies et aux peuples des deux côtés, a déclaré Victor Cadena, vice-président exécutif de la Chambre de commerce mexicaine en Chine (MEXCHAM), au Global Times dans une interview exclusive. jeudi.
Le commentaire est venu alors que le Sommet des Amériques se déroule à Los Angeles, de nombreux pays d'Amérique latine ayant sauté l'événement organisé par les États-Unis.

Pendant ce temps, de plus en plus de pays d'Amérique latine ont approuvé l'initiative "la Ceinture et la Route" (BRI) proposée par la Chine. Jusqu'à présent, 21 pays d'Amérique latine ont signé l'accord sur la construction conjointe de la BRI, malgré l'objection des États-Unis, qui considèrent la région comme leur "arrière-cour".
Commentant les initiatives lancées par les États-Unis lors du sommet dans le but de regagner leur influence en Amérique latine, Cadena a déclaré qu'il était encore trop tôt pour dire comment des initiatives - telles que la croissance dans les Amériques - se dérouleraient.
Le Sommet des Amériques, qui se tient de lundi à vendredi, est assombri par l'absence de plusieurs dirigeants latino-américains, dont les présidents du Mexique, du Guatemala et du Honduras, selon les médias.

Les États-Unis ne sont plus le plus grand partenaire commercial de l'Amérique latine en tant que région, tandis que le commerce avec la Chine continue de croître, a déclaré Cadena. Des pays comme le Chili, le Pérou et le Costa Rica ont signé des accords de libre-échange (ALE) avec la Chine tandis que d'autres comme l'Uruguay et l'Équateur sont en train de négocier des ALE avec la Chine. La Chine est également une source principale d'IDE pour de nombreuses économies d'Amérique latine, selon Cadena.

Le commerce de la Chine avec l'Amérique latine - à l'exclusion du Mexique - a dépassé celui des États-Unis au cours des dernières années et l'écart se creuse, selon les données de la base de données Comtrade des Nations Unies, a rapporté Reuters.
En termes de commerce entre la Chine et le Mexique, le commerce bilatéral n'a cessé de se développer au cours des dernières années, atteignant environ 110 milliards de dollars en 2021. Cela a fait de la Chine le deuxième partenaire commercial du Mexique juste après les États-Unis. Le Mexique est le deuxième partenaire commercial de la Chine en Amérique latine après le Brésil, selon MEXCHAM.

Cadena attend beaucoup d'une expansion continue du commerce entre l'Amérique latine et la Chine, avec davantage de commerce de produits manufacturés et de coopération dans la chaîne d'approvisionnement.
Cette année marque le 50e anniversaire des relations diplomatiques entre la Chine et le Mexique et le 15e anniversaire de MEXCHAM, deux étapes importantes, alors que les relations bilatérales dans divers secteurs mûrissent, selon M. Cadena.

"La Chine est déjà le plus grand partenaire commercial de l'Amérique latine en tant que région... la tendance montre que les liens économiques et politiques entre la Chine et l'Amérique latine vont se développer, se resserrant de plus en plus" , a-t-il noté.
"Il y a de la place pour une coopération gagnant-gagnant renforcée entre nous" , a déclaré Cadena.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10247 messages postés
   Posté le 16-06-2022 à 03:10:32   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

En plus des peuples d Amérique latine et d Asie, les nations africaines se rapprochent inexorablement des pays émergents.

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10247 messages postés
   Posté le 16-06-2022 à 03:12:55   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

https://orientxxi.info/magazine/le-retour-contrarie-de-la-russie-en-mer-rouge, 4260

--------------------
pzorba75
Grand classique (ou très bavard)
1078 messages postés
   Posté le 16-06-2022 à 04:53:59   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Tu reviens encore avec tes liens non cliquables, tu es toujours aussi nul!

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10247 messages postés
   Posté le 16-06-2022 à 09:19:16   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Si l Amérique latine ne sera bientôt plus l arrière cœur des Usa, l Europe le reste, il suffit de se rappeler que, lors des élections présidentielles en France, Biden s est honteusement ingéré en exhortant le peuple hexagonal à ne voter "ni pour un pouvoir trop à gauche, ni trop à droite", allusion à Mélenchon qui souhaitait sortir du commandement intégré de l Otan et, à l inverse, se rapprocher des pays d Amérique latine membres de l Alba, ou, à Lepen, pro-russe et critique vis à vis du soutien à l Ukraine, ou encore à Zemmour, qui aurait fait une toute politique étrangère que celle de l Otan, à savoir se lier militairement à l Arménie, que Biden n à pas défendu face à l Azerbaïdjan. L homme providentiel de Biden fut et reste Macron, qui vient de se réconcilier avec l Australie, et promet un engagement militaire en Asie pacifique contre la Chine populaire, aux côtés des Anglo Saxons et du Japon.


Edité le 16-06-2022 à 09:20:11 par marquetalia




--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17314 messages postés
   Posté le 16-06-2022 à 14:38:23   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Il faut s'appuyer sur l'analyse des intérêts matériels, y compris ceux des monopoles capitalistes. A long terme, même les alliés des USA ne les soutiendront pas.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10247 messages postés
   Posté le 16-06-2022 à 17:33:19   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

À commencer par l Allemagne.

--------------------
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité de Cuba et de l'Alba  L'Amérique Latine n'est pas l'arrière cour des USANouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum