Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité de Cuba et de l'Alba 

 Qu'allait faire Bolsonaro chez Poutine le jour J ?

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17102 messages postés
   Posté le 20-02-2022 à 23:17:08   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les chinois sont-ils trop loin de l’Ukraine pour mesurer le danger ?
Ou bien ont-ils calculé que ce conflit ne peut pas embraser l’Europe, du point de vue des contradictions entre tous les protagonistes et de leurs forces armées comparées ?
Quoi qu’il en soit l’auteur de cet article attire notre attention sur une autre lame de fond qui secoue l’Amérique du sud, et qui annonce de nouveaux revers pour l’hégémonisme US.
Notons aussi que le 6 février, alors que son président était venu assister à la cérémonie d’inauguration des JO de Pékin, l’Argentine a rejoint les nouvelles routes de la soie.
Mais qu’allait donc faire Bolsonaro chez Poutine ce 16 février, jour J de « l’invasion russe de 3 heures du matin » ?


____________________


Pourquoi le Brésil s'oppose aux États-Unis après que la guerre en Ukraine ait tourné à la farce ?


Écrit par Mao Yuelin
2022-02-20 15:43:00

dnnews

Le 19 février, la ligne de front dans l'est de l'Ukraine a finalement commencé à faire semblant d'être un conflit au rythme de 300 obus par jour. Mais on était loin de la "guerre" annoncée par l'Occident.

Les ambassades européennes et américaines sont désormais ouvertes à Kiev, à moins de 60 kilomètres de la Pologne, et continuent de parler de "l'invasion russe". Mais le cri « au loup » a été ébranlé, certaines puissances régionales qui étaient auparavant redevables à l'Occident changeant de position, comme le Brésil, qui avait auparavant suivi les États-Unis, s’est rangé soudainement du côté de la Russie.

Un retournement brutal

Alors que le leader brésilien Jair Bolsonaro a accepté l'invitation russe et est arrivé à Moscou le 16 février, le "jour de la guerre" calculé par les services de renseignement américains, l'homme fort d'Amérique du Sud, extrêmement pro-américain dans sa diplomatie et qui a bloqué le processus des BRICS, a pu opérer un revirement brutal. "La visite en Russie de l'homme fort d'Amérique du Sud, qui est extrêmement pro-américain dans sa diplomatie et a bloqué les processus des BRICS, signale au monde que les relations bilatérales entre le Brésil et la Russie ont de bonnes perspectives dans "n'importe quel domaine", y compris la défense. »

Si l'on considère que des discours aussi chaleureux n'ont été prononcés que par quelques chefs d'État pro-russes, comme le Venezuela, le Belarus et la Syrie, et que même des "alliés" comme le Kazakhstan ou l'Arménie ne sont pas aussi "proches", il est facile de se faire un avis, d’avoir la nette impression que les forces autrefois pro-américaines en Amérique du Sud subissent un revirement géopolitique spectaculaire.

Il est important d’observer que Vladimir Poutine a décrit les relations avec le Brésil non seulement comme une "amitié" mais aussi comme un "partenariat stratégique". Cela signifie que les deux parties ont effectivement fait une différence significative. Le Brésil ayant rejeté à deux reprises les vaccins russes au cours du premier semestre 2021, et le fils de Bosonaro ayant lancé plusieurs campagnes politiques anti-BRICS au parlement brésilien, la performance de Bosonaro à Moscou en 2022 ne pouvait être considérée comme un revirement significatif.

Toutefois, des facteurs politiques et économiques sont également à l'origine du voyage de M. Bosonaro en Russie et de sa réorientation diplomatique. Tout d'abord, le "Trump brésilien" a eu du mal à obtenir le respect qu'il mérite face au nouveau régime à dominante démocrate à Washington, car il a longtemps été dans le camp de Donald Trump et a tardé à accepter la prise de pouvoir anticipée aux côtés de Joe Biden lors du changement de gouvernement aux États-Unis en 2020. Le "Trump brésilien" a eu du mal à obtenir le respect qu'il mérite face au nouveau régime dirigé par les démocrates à Washington.

Les efforts diplomatiques lents, inefficaces, voire incompétents de l'administration Biden, comme le retrait des troupes en Afghanistan, la rupture du contrat d'armement français par les États-Unis, la Grande-Bretagne et l'Australie, et la déclaration anticipée d'une "date de guerre" en Ukraine, ont également déstabilisé M. Bosonaro, qui tient à se faire remarquer avant l'élection présidentielle de 2022. Dans ce cas, il serait préférable de s'appuyer sur les relations traditionnelles entre les pays du BRICS et entre la Russie et le Brésil avec un "partenariat stratégique" qui définit tout, de la coopération spatiale au "soutien à un monde multipolaire". C’est est un bon moyen pour monter en grade.

Deuxièmement, M. Bosonaro doit également faire quelque chose de concret dans le domaine économique pour l'agriculture brésilienne. À partir du second semestre 2021, la crise du gaz entraînant un arrêt de la production d'engrais dans l'UE, l'Europe devra acheter de grandes quantités de divers engrais azotés, dont le nitrate d'ammonium, à la Russie. En réponse, le Brésil a déjà demandé l'aide de la Russie à partir de septembre 2021 pour augmenter ses fournitures d'engrais au Brésil.

D'ici octobre-novembre 2021, les ministres brésiliens de l'agriculture, des mines et de l'énergie étaient aussi spécifiquement en contact avec des géants des engrais tels que les russes Phosagro, Eurochem, Uralchem, Akron et Uralkali pour augmenter durablement les livraisons au Brésil afin d'éviter une "crise alimentaire et des pénuries de nourriture". Et maintenant, avec la signature d'une déclaration commune entre Bossonaro et Poutine, "il est confirmé que les livraisons d'engrais russes au Brésil ont augmenté". Cette démarche constitue également une garantie solide pour les perspectives économiques du Brésil en 2022.

La signification spécifique du balancement d'un côté à l'autre.

C'est pour cette raison très intuitive que les observateurs de Moscou n'ont pas été très élogieux à l'égard du voyage de Bolsonaro en Russie, le journal présidentiel russe "Perspectiva" allant même jusqu'à dire carrément que le voyage de Bosonaro en Russie était motivé par ses "instincts politiques" pour prouver qu'il est un président capable pendant la saison électorale, que les signaux qu'il a envoyés à Moscou servaient visiblement à le démontrer et n’étaient destinés qu’à qu'à l'électorat brésilien.

En fait, que Bosonaro se rende ou non à Moscou, les relations du Brésil avec la Russie et avec les pays des BRICS changeront considérablement après 2022. Selon les sondages d'opinion et d'autres informations, l'ancien président Luiz Inacio Lula da Silva, qui a participé à la mise en place et à la création du mécanisme des BRICS lors de l'élection présidentielle brésilienne de 2022, devrait revenir en novembre 2022.

Selon divers sondages d'opinion de mars 2021, Lula devançait Bosonaro d'environ 10 points en moyenne au premier tour des primaires, et des autorités comme PoderData au Brésil d'août 2021 ont placé Lula et Bosonaro au second tour, avec une victoire de Lula de 15% en moyenne. Les actions de Bolsonaro ont seulement amorcé le processus de manière anticipée et entamé une série de virages à gauche au Brésil, qui avait auparavant pris un net virage à droite en politique étrangère à partir de 2019.

En fait, le virage à gauche du Brésil a été le dernier maillon d'un processus de basculement politique "de droite à gauche" de l'Amérique latine de 2016 à 2019, d'une tendance pro-américaine vers le tiers-monde. D'ici 2021, les dirigeants de gauche auront remporté des élections successives au Pérou, au Honduras et au Chili. Un peu plus tôt, des puissances régionales comme l'Argentine, la Bolivie et le Mexique avaient également accueilli des dirigeants de gauche. Le retour de la gauche au Brésil, premier pays de la région, sera un puissant stimulant pour cette vague de retour de la gauche à un point culminant.

Si les oscillations politiques à gauche et à droite sont la norme en Amérique latine, c'est cette norme qui permettra un relâchement périodique et une instabilité dans le camp occidental, qu’on attend des pays d'Amérique latine. Le Brésil, par exemple, est passé du camp occidental à celui de Moscou à un moment où le monde occidental isole la Russie avec la "guerre en Ukraine", et a également démontré son importance en tant que puissance latino-américaine. Cela a permis à Bolsonaro de jouer son rôle dans le moment, même s'il a la capacité d'être peu fiable et volatile sur les questions politiques et diplomatiques. Et ce dignitaire, qui n'est pas bien vu à Moscou, a donné au relâchement du camp occidental l'occasion de déclencher davantage de réactions en chaîne alors que le fiasco ukrainien tourne à la farce.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité de Cuba et de l'Alba  Qu'allait faire Bolsonaro chez Poutine le jour J ?Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum